Outil de découverte libre : un schéma pour y voir plus clair

Après le poster réalisé pour les journées ABES, et plusieurs billets sur l’alambic, voici un schéma plus détaillé de notre outil de découverte. Il présente avec plus de précisions les relations techniques entre notre catalogue Absysnet et l’installation de Blacklight. Un billet très court donc, mais parfois, un dessin vaut mieux qu’une longue explication.

Schéma de l'outil de découverte libre de la BCU
Schéma de l’outil de découverte libre de la BCU

 

La version mobile du site web

Cela fait quelques semaines maintenant qu’une nouvelle version du site est en ligne !

Cette nouvelle mouture permet une consultation plus aisée sur plate-forme mobile que ce soit sur tablette ou smartphone.

Il y a plusieurs solutions pour adapter un site pour mobile : créer une application à part entière ou partir du site existant. Étant donné le contenu important du site, nous avons préféré opter pour la deuxième solution. Ceci nous a été permis grâce aux Media Queries.

Cette spécification du langage CSS3 offre la possibilité de cibler le type et la taille d’écran pour lesquels nous souhaitons effectuer l’adaptation. Le CSS est un langage permettant de décrire la présentation d’une page HTML. L’adaptation du site n’a pratiquement nécessité que ce langage et a permis un développement rapide.

smartphoneLa disposition du site a dû être repensée afin de s’afficher verticalement. Le script affichant les sous-menus au survol de la souris a été désactivé pour s’adapter à une utilisation tactile. Une des colonnes a été supprimée car elle faisait redondance avec le menu principal. Le but est d’épurer un maximum la version originale afin de réduire les éléments à afficher.

La version tablette permet de consulter les actualités et les informations pratiques dès la page d’accueil. Les actualités ne sont pas disponibles directement sur la version pour smartphone mais via les sous-menus. L’habillage du site a été revu pour chaque mini-site des bibliothèques de la BCU.

L’autre point important à prendre en compte est le Viewport. Il s’agit de la dimension que le navigateur va donner à la page. Ce cas épineux présente des difficultés d’affichage des sites mobiles. En effet, pour un même mobile il existe trois dimensions d’écran. Une que le mobile a réellement, une autre qu’il pense avoir et une dernière qui dépend du navigateur du mobile en question (le fameux Viewport). Il est impératif d’harmoniser ces trois tailles en les définissant les unes par rapport aux autres grâce à la balise HTML : meta.

Pour ceux n’ayant pas de mobile un simple redimensionnement de la fenêtre du navigateur sur ordinateur permet de visualiser cette nouvelle version.

N’hésitez pas à donner vos avis !

 

Moi? Mathilde Delaporte, actuellement stagiaire à la bibnum et étudiante en informatique. Je suis chargée de l’adaptation du site. Ce stage m’a permis d’effectuer mon premier pas dans l’univers des bibliothèques que je compte continuer à explorer.

 

 

 

Dans les nuages arborés

La bibliothèque numérique de production est embarquée dans le projet GRIMM du CELIS et de la MSH de Clermont-Ferrand.
L’enjeu de ce projet est de proposer à la communauté scientifique, mais aussi à un plus large public un corpus tout à la fois textuel et intermédial des divers types de réécritures auxquelles ont donné lieu les contes des frères Grimm, dans les cultures européennes, depuis la première édition de 1812.

Le projet commence, et la bibliothèque numérique s’implique dans la recherche d’outils facilitant l’analyse littéraire des différentes versions des contes.

C’est dans ce contexte que je vous propose un focus sur l’outil treecloud, un logiciel de visualisation de texte sous la forme de nuages arborés, qui a été mis au point par Jean Véronis, Philippe Gambette, et Jean-Charles Bontemps.
Même si vous trouverez sur le site de treecloud toute la documentation nécessaire à l’utilisation de ce logiciel, je veux ici en produire une synthèse à l’usage des novices.

Comme la chimère a une tête de lion et un corps de chèvre, le nuage arboré a les propriétés du nuage de mots et aussi celles de l’arbre de Porphyre.
Sa force d’analyse est qu’il permet de repérer au sein d’un texte, de façon coordonnée, simultanée et attractive, toutes ses occurrences et ses cooccurrences.

Précisons : Les occurrences correspondent au nombre d’utilisations d’un terme au sein d’un texte. C’est bien sur au besoin de visualisation du nombre d’occurrences des mots que répondent les nuages de mots, popularisés par le Web 2.0.

Les nuages de mots se doivent d’être différenciés des nuages de tags, que l’on retrouve en bas à droite des pages d’accueil de la plupart des sites web aujourd’hui: le nuage de mots rend visibles les mots les plus utilisés dans un texte, et non ceux qui servent à indexer le contenu d’un site. C’est très facile de réaliser un nuage de mots avec des outils comme Wordle. Voici celui que je viens de réaliser à partir du conte Blanche-Neige.

Capture d'un nuage de mot réalisé à partir de l'outil Wordle

 

Les mots les plus utilisés sont les plus visibles et prennent le plus de place. En un coup d’oeil, j’ai la vision des personnages et des thèmes principaux au sein du conte.

Mais ce n’est pas là un nuage arboré, c’est juste un nuage de mots. L’arboricité, si on peut l’appeler comme cela, va introduire une dimension supplémentaire, vraiment très intéressante, puisqu’elle va faire apparaître les cooccurrences. Et qu’est-ce donc qu’une cooccurrence ? C’est l’apparition simultanée de deux ou plusieurs éléments dans le même texte. Ces cooccurrences vont apparaître comme des feuilles au bout des branches de l’arbre.

Les mots en rouge ou qui tendent vers le rouge sont les mots les plus utilisés dans le conte.  Les couples de mots au bout des branches apparaissent ensemble dans le texte : Blanche-Neige et les gnomes, la neige et le sang, les couleurs rouges et blanches, le pauvre enfant, sont les coocurences les plus manifestes dans ce conte. La proximité récurrente de ces termes constitue leur distance sémantique. Elle est calculée avec une fenêtre qui glisse tout au long du texte. Plus la fenêtre repère les mêmes mots ensemble, plus ces mots sont proches sémantiquement. Cette distance sémantique peut être calculée à partir de différents algorithmes.

Au sein de chaque branche, l’outil repère des « sacs de mots imbriqués », selon l’expression de Philippe Gambette, sacs de mots qui donnent un aperçu de la trame des textes, et de leurs différents registres sémantiques.

Dans cet article intitulé Utilisation de la visualisation en nuage arboré pour l’analyse littéraire, Philippe Gambette et Delphine Amstutz en donnent un exemple probant avec l’analyse des pièces Cinna et Othon de Corneille. Doctorante en littérature, Delphine Amstutz montre que la comparaison des nuages arborés de ces deux pièces donne à voir une évolution significative de la conception du pouvoir et du rôle du favori d’une pièce à l’autre.

La visualisation en nuage arboré peut donc constituer un outil d’analyse pour comparer des textes les uns avec les autres. Dans cette perspective, il peut être pertinent de l’utiliser dans le projet GRIMM pour comparer différentes versions d’un même conte.

En toute évidence, la pertinence de l’outil se mesure d’abord à la connaissance du corpus de celui qui l’utilise. Comparer des nuages arborés, sans avoir étudié en profondeur les textes qu’ils permettent de visualiser, n’a aucun sens.

Comme tout outil de visualisation de données, les nuages arborés peuvent donner des pistes d’analyse et susciter des hypothèses de travail. C’est dans cette mesure que son utilisation peut être complétée avec d’autres logiciels textométriques, et notamment Lexico 3, pour repérer les données et vérifier les hypothèses au cœur du texte.

Le logiciel treecloud en ligne a été réalisé par Jean-Charles Bontemps, un étudiant de licence en informatique à partir du logiciel Splitstree, initialement utilisé pour visualiser la philogénie, et du logiciel treecloud à télécharger. Ce dernier logiciel permet d’obtenir davantage de fonctionnalités : la colorisation des mots, non pas seulement en fonction de leurs occurrences, mais aussi de la chronologie de leur apparition dans le texte, ou de leur dispersion, en constitue un exemple.

Je vous invite à lire la riche documentation sur le site treecloud, et à créer vous-même vos nuages arborés.

L’OPAC avant les RAMEAU

Que l’on me pardonne de recycler en guise de titre une boutade de potache, compréhensible des seuls bibliothécaires : elle m’a valu un jour, lors d’un de mes premiers exposés professionnels, l’innocente satisfaction d’arracher un franc éclat de rire à une collègue qui me paraissait un peu austère. Je m’étais alors promis, si un jour l’OPAC de mes rêves venait à exister, de recaser ce jeu de mots.

Or c’est chose faite, et voici l’occasion de revenir un peu sur le projet majeur de l’année 2013, sur un ton un peu léger parce qu’après tout, quand on a bien travaillé, il est juste de célébrer le labeur accompli et il n’est pas interdit de le faire de façon récréative. Je précise que c’est le travail d’autrui que je célèbre (voir les billets parus sur le sujet). En revanche je revendique la pleine et entière responsabilité de mes jeux de mots désastreux.

À présent, à l’intention des non bibliothécaires qui se demandent ce que signifie ce titre absurde entaché d’une faute d’accord, petit cours de jargon bibliothécaire à l’usage des gens normaux. Les collègues peuvent se rendre directement au paragraphe 3.

Signalétique de l'OPAC, (publié sur FlickR sous le pseudonyme d'Enokson, sous licence Creative Commons, Attribution)
Signalétique de l’OPAC, (publié sur FlickR sous le pseudonyme d’Enokson, sous licence Creative Commons, Attribution)

1. OPAC, c’est l’acronyme de Online public access catalogue. Allez savoir pourquoi ce sigle anglophone s’est imposé en français, alors que sa prononciation en français évoque l’idée diamétralement opposée au service qu’il rend, ainsi que l’a plaisamment relevé le dictionnaire du diable des bibliothèques  à la définition du mot « acronyme ».
On propose parfois d’y lire un message subliminal des bibliothécaires à l’intention de leurs lecteurs ; exégèse qui mérite quelques secondes d’autodérision à la pause café les jours de mauvaise humeur, pas plus. Ou bien, s’il faut vraiment faire du mauvais esprit, ne mégotons pas et réformons tout notre vocabulaire :  les tests utilisateurs organisés l’an dernier autour de notre site web ont révélé que même le mot « catalogue » peut dérouter nos lecteurs. « Catalogue, on pense à un livre », disait un commentaire. En effet ; c’est vraiment agaçant cette association dont on n’arrive pas à se défaire entre bibliothèque et bouquins.

Heureusement, la modernité a inventé le Discovery tool, dont la traduction Outil de découverte semble en voie de s’imposer, sans doute grâce à sa brièveté et à son intelligibilité parfaite. Va pour outil de découverte, donc, en espérant que le sigle « OD » ne va pas venir infester la documentation professionnelle, sans oublier les perles éventuelles qui pourraient jaillir de trouvailles comme « catalogue de découverte (CD) » ou encore mieux « Catalogue outil de découverte (COD) ». J’imagine déjà la conclusion désabusée d’un rapport d’activités de 2018 : à l’usage, malgré les promesses d’interopérabilité du fournisseur, notre système, dépassé, ne s’accorde pas avec le COD, alors que celui-ci était positionné avant.
Bref, l’OPAC, c’est le catalogue en ligne offert au public

 

2. RAMEAU, c’est plus compliqué. C’est le Répertoire d’Autorité Matière Encyclopédique, Alphabétique et Unifié, et l’un des symboles du savoir-faire bibliothécaire. Comme tout outil systématique, RAMEAU, en dépit de son caractère impressionnant (l’édition 2002 fait 8 volumes, d’après… l’OPAC) est précieux : tous ceux qui ont tâté de l’indexation savent qu’il faut renvoyer tous ses synonymes vers un seul terme, pour que le lecteur ait toute l’information en une fois. Exemple pertinent bien qu’un peu impertinent aussi : c’est grâce à ces renvois conçus a priori  que le lecteur qui cherche « doudou » ou « peluche » aura pour réponse des notices sur les livres de psycho ou de puériculture parlant des objets transitionnels. On peut railler le terme, n’empêche : on accède bien aux résultats. Bon, je regrette un peu de n’avoir pas trouvé, dans la liste des « formes rejetées », l’appellation « nain-nain », qui est pourtant d’usage attesté dans certaines zones linguistiques. J’enverrai une proposition de modification à ce sujet.
Comme tous les outils métiers, RAMEAU a sans doute ses déviances et ses idolâtres. Je n’en ai jamais rencontré en chair et en os et je ne suis pas sûr de leur existence réelle, mais on dit que certains bibliothécaires éprouveraient un véritable plaisir, par exemple, à saisir le plus possible de termes RAMEAU dans leurs notices de catalogage, pour le plaisir de manier les règles subtiles de cette liste, car elle est articulée logiquement de façon hiérarchique (avec des « vedettes primaires », des « subdivisions thématiques » et des « subdivisions chronologiques »). Je conçois d’ailleurs que l’on puisse, aux époques troublées, céder à la tentation de recréer l’ordonnancement harmonieux du monde par la magie de mots ordonnés séparés par des tirets doubles. Mais je n’ai jamais rencontré personne qui ait amené cette pratique jusqu’à l’addiction.
Bref, les mots RAMEAU, c’est le vocabulaire contrôlé d’indexation employé par les bibliothécaires.

Le catalogue "en ligne", version 1974.
Le catalogue « en ligne », version 1974 (Source FlickR, domaine public).

[les collègues peuvent reprendre ici]

3. En résumé, on peut considérer l’OPAC et RAMEAU comme les symboles respectifs du front office et du back office. Alors, « l’OPAC avant les RAMEAU », qu’est-ce à dire ? Eh bien, comme chacun sait, les bibliothécaires d’avant ne pensait qu’à leurs bouquins, alors que ceux d’aujourd’hui sont beaucoup plus gentils et ne pensent qu’à leurs lecteurs. C’est cette victoire des gentils modernes sur les méchants ringards, illustrée par la montée en puissance des outils de découverte (on les appelait alors « OPAC de nouvelle génération ») qu’était censée impliquer ma boutade. Avec en prime une petite connotation transgressive très tendance et absolument sans risque, tout à fait adaptée pour stigmatiser la supposée crispation professionnelle des méchantes bibliothécaires à chignon. C’était vraiment mesquin de ma part, mais le plaisir du jeu de mots l’emportait sur l’intention polémique.

La réalité, c’est que l’outil de découverte permet réellement d’amener l’OPAC vers un meilleur service, à l’aide d’avancées techniques que les bibliothécaires (avec ou sans chignon) attendaient avec impatience : tri des résultats par pertinence, filtrage, etc. Mais le savoureux de l’affaire, c’est que l’OPAC-outil-de-découverte-catalogue-en-ligne utilise bel et bien les mots clés RAMEAU. Ces termes, choisis avec soin par les catalogueurs, sont tout indiqués pour créer (entre autres) les filtres des résultats obtenus. La question peut ensuite se poser (elle s’est posée à nous, de fait) de savoir s’il faut, ou non, préserver la structure hiérarchique de cette indexation, ou ne préserver que les mots eux-mêmes, en abandonnant leur lien logique ? En l’occurrence nous avons choisi de briser les liens entre les termes pour l’affichage des facettes (mots clefs de filtrage) mais de les préserver dans les notices. En conclusion, il fallait bien passer par les RAMEAU pour accomplir cette remise à neuf d’OPAC.

Quelles autres leçons tirer ? Je les livre à la va-vite, ce billet est déjà trop long.  1°) C’était le projet majeur de l’année, il est arrivé à réalisation. J’en avais rêvé pour 2012 dans un billet programmatique. Comme souvent, il a pris un peu plus de temps que prévu, mais enfin il fonctionne. 12 mois, de la première installation à la mise en test public, c’est un délai correct compte tenu d’un accident majeur sur le serveur de développement (trois bons mois de retard) 2°) la présence dans le service d’un informaticien de métier épargne la fastidieuse rédaction d’un cahier des charges suivi d’un appel d’offres et des factures annuelles subséquentes 3°) Un stage informatique a permis en prime de mettre en place une version adaptée pour téléphone mobile du catalogue en ligne et du site web. 4°) Il y a encore de nombreuses améliorations à apporter, bien sûr, on y travaille. 5°) Nous avons le même catalogue que l’université de Stanford, c’est un début encourageant ; les créateurs du google de demain sont peut-être auvergnats ?

Dernière précision enfin, à l’intention des contribuables sourcilleux qui verraient dans ce billet une imposture professionnelle : il a été principalement rédigé sur mon temps personnel. En ces temps de météo tendue, de négociations en baisse et de budgets maussades, qu’on veuille bien y voir ma modeste contribution à l’allègement de l’ambiance et de la dette publique.
Ainsi qu’un souriant hommage au travail de mes collègues.

Premier catalogue en ligne (?) à la bibliothèque universitaire de l'Ohio, source du cliché (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d'utilisation commerciale, Partage dans les même conditions).
Premier catalogue en ligne (?) à la bibliothèque universitaire de l’Ohio, source du cliché (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation commerciale, Partage dans les même conditions).