Création de revues électroniques à la BCU

Porte Habbous par Jeremy Salmon sur Flickr-licence  BY-ND

La Bibliothèque Numérique travaille depuis le début de l’année sur des projets de revues électroniques en libre accès. Durant l’année 2012, plusieurs enseignants chercheurs se sont adressés à la BCU pour obtenir des informations sur la création de revues en ligne. La Bibnum a alors compris qu’il y avait dans ces demandes une opportunité de service à rendre, de quelque chose à créer pour accroître la diffusion de la recherche clermontoise.

Les projets sur lesquels nous accompagnons les chercheurs sont divers en termes de disciplines, d’objectifs, d’état d’avancement… Certaines revues existent depuis longtemps sous forme papier et souhaitent être disponibles en version électronique, d’autres n’ont encore aucun numéro et sont en recherche d’informations, d’autres sont publiées sur des sites locaux mais souhaitent une meilleure visibilité.

 

La bibnum a d’abord cherché à savoir quelle aide elle peut apporter à ces équipes de revues. Plusieurs aides possibles sont apparues :

  • Structure ressource : Un travail de veille et de comparaison sur les outils et les plateformes existantes a été mené. La bibnum est à présent à même de proposer aux chercheurs les outils les plus adaptés à leur projets.

  • Rôle d’accompagnement  dans l’instruction des dossiers de candidature, dans la relation avec les plateformes de diffusion.

  • Aide technique : La Bibnum possède un numériseur, elle peut se charger de la numérisation et de l’océrisation pour les revues qui souhaitent rétroconvertir leurs anciens numéros. Elle peut également aider au stylage (mise en forme des documents aux normes Revues.org), à la mise en ligne des articles et au référencement web.

    A présent, petit tour d’horizon des outils existants et retenus pour les projets actuels :

  • Revues.org http://www.revues.org/: plateforme de revues en SHS en accès libre qui héberge actuellement plus de 300 revues. C’est une plateforme d’OpenEdition http://www.openedition.org/.

    Afin de faire figurer une revue sur ce site, le dossier d’accession est étudié par divers experts.

  • Episciences.org  http://episciences.org/: projet porté par le CCSD. Création de revues thématiques à partir d’articles versés dans HAL validés par un comité éditorial.

  • (OJS) Open Journal Systems http://pkp.sfu.ca/ojs-journals Système de gestion éditorial et de mise en ligne initié par le Public Knowledge Project. Cet outil permet une totale autonomie aux équipes de revues sans validation de la plateforme. Il prend en charge le processus de relectures, de validation par les pairs jusqu’à l’édition en ligne et permet la création d’une maquette personnalisée.

Après le travail de veille et de présentation des outils aux chercheurs, certaines candidatures sont en cours auprès de Revues.org, des sites de revues ont été créés à l’aide du logiciel OJS (installé sur le serveur de la BCU)…

La création de revues électroniques demande du temps mais elles verront le jour dans les mois à venir pour certaines, en 2014 pour d’autres. Et vous en entendrez parler ici…

Abolir l’urgence

Hare and Tortoise, par Wallrig (publié sur FlickR sous licence Creative Commons paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification)
Hare and Tortoise, par Wallrig (publié sur FlickR sous licence Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, pas de modification)

L’été et la lourde chaleur enfin installée auraient pu m’inspirer ce titre. Mais alors il souffrirait d’une contradiction interne, en répondant à l’impératif de l’instant, car il est urgent, par 30°, d’éviter de se presser.

Mais justement, abolir l’urgence ne peut résulter que d’une réflexion mûrie, donc lente. En l’occurrence, c’est l’enseignement qui me reste d’une année entière nourrie de lectures et d’expérimentations, sur l’art de conduire le travail d’autrui et le mien propre.

L’exercice de la responsabilité est souvent qualifié par ceux qui le pratiquent et l’enseignent comme un art. Manière de souligner l’engagement personnel qu’il implique et l’impossibilité de le réduire à des axiomes ou à des procédures. Mais cela ne veut pas dire qu’on ne puisse l’apprendre ; c’est ce que j’ai cherché à faire cette année, y compris en passant du temps à lire sur le sujet. Sur la bonne douzaine de livres que j’ai parcourus ou lus, deux sont, je crois, à conseiller sans retenue à qui se mêle d’encadrer le travail d’autrui. Le premier traite de communication non-violente1. Son approche, utile à toute personne soucieuse de saines relations avec ses semblables, est particulièrement adaptée pour un individu imparfait qui aurait à exercer une forme quelconque d’autorité sur des personnes elles-mêmes non exemptes de défauts2, car cet exercice nous confronte, plus rapidement que tout autre, à nos limites et à celles d’autrui.
L’autre ouvrage est celui qui a inspiré le titre de ce billet ; c’est à la fois un best-seller3 et un classique du management : Il s’agit du manuel de Stephen Covey, Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent (en anglais :  The seven habits of effective people).

La question de l’urgence est au cœur de la « troisième habitude » (priorité aux priorités, first things first) de S. Covey. Son idée est que par définition, l’urgence empêche de bien travailler, que le temps qu’elle prend est sans proportion avec le profit que l’on tire de s’y consacrer, et qu’au fond la hâte et l’urgence ne produisent rien d’autre qu’elles-mêmes. Les résultats auxquels nous aspirons réellement ne peuvent être produits dans l’instant, mais seulement par un effort prolongé, planifié et patient. De deux besognes qui se présentent à nous, mieux vaut en général, suggère Covey, délaisser celle qui s’impose par son urgence, pour se consacrer à celle que depuis longtemps nous jugeons importante, et à laquelle nous avions prévu de nous consacrer.

Le dilemme quotidien entre les dossiers de fonds auxquels j’ai prévu de travailler et l’empilement des courriels dans ma boîte est la meilleure illustration de cette problématique.  Le numérique, avec l’illusion d’immédiateté qu’il colporte, a offert un prétexte nouveau à cette vieille faille humaine, notre goût du court terme, de la distraction et de la gratification immédiate (un courriel de traité !). Mais les projets numériques sont comme les autres : ils demandent temps, effort et travail. Un nouveau site web ? Six mois à un an au moins. Un nouveau catalogue en ligne ? Douze à dix-huit mois. Un nouveau mode d’organisation de la maintenance informatique ? Au moins deux ans (nous avons commencé il y a dix-huit mois et ce n’est pas fini, tant s’en faut). Et ce sont là des projets à court terme, dont on peut entrevoir l’aboutissement au moment où on les entreprend, mais qui portent de toutes façons sur des outils de travail ou des organisations éphémères. Si l’on pense à des projets d’envergure (un SIGB mutualisé, une nouvelle bibliothèque…), l’échelle de temps s’allonge au-delà de notre vision individuelle, et il devient d’autant plus important de planifier indépendamment des urgences.

Au-delà de mon horizon fort limité de responsable d’un service dans une bibliothèque universitaire, je vois d’ailleurs avec d’intérêt s’éveiller, dans le monde scientifique, une méfiance et une réticence assez semblables face à l’urgence. Le courant slow science me semble relever de cette attitude, en postulant qu’une « recherche sérieuse impose souvent l’exploration méticuleuse d’innombrables culs-de-sac», comme le relève Olivier Gosselain dans un billet qu’il consacre à ce thème (« Slow Science, la désexcellence« ). Ce que le manifeste de la slow science résume par l’adage « Bear with us, while we think ». Un tel courant cherche ainsi à recentrer le travail scientifique sur l’important, le qualitatif, le long terme. Ce qui implique, et j’imagine que c’est difficile, de ne pas trop sacrifier au publish or perish, à la publication à la découpe, au culte de l’Impact factor et au concours de la plus longue liste de publications de l’année4.

Si vous n’aviez pas d’idée de lecture pour cet été, emportez donc Covey et Rosenberg. Le temps que vous y passerez ne sera pas perdu.

Slow is the fastest way to get things done well, par Mickael Pollack (publié sur FlickR sous licence Cretive Commons, Paternité)
Slow is the fastest way to get things right, par Mickael Pollack (publié sur FlickR sous licence Creative Commons, Paternité)

 

  1. Marshall Rosenberg,  Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs). Introduction à la communication non violente, Paris, éd. La Découverte, 2005; traduction de Non violent communication : A language of life, PuddleDancer Press, 2003 — à noter : ne vous laissez pas rebuter par la première de couverture, délicieusement kitsch []
  2. Bien entendu, cette situation difficile est théorique et ne s’applique en rien à mon propre service ni à aucune des organisations que je connais. []
  3. Mais je l’ai lu quand même parce qu’il faut savoir surmonter ses préjugés et qu’il m’a été recommandé par un professionnel de confiance []
  4. En ligne de mire, écrit Olivier Gosselain, la course folle qui nous conduit à sacrifier la réflexion sur l’autel de délais toujours plus courts – appels à projets, demandes de financement, publications, communications – ou l’inquiétude qui nous saisit lorsque nous voyons s’élever la pile des nouvelles publications sur le bureau d’un collègue []

« Citoyens handicapés, citoyens connectés »

Jeune fille couchée au milieu d'une multitude d'outils informatiques (tablettes, PC, téléphones mobiles, liseuses)

Pour terminer ma série de billets autour de l’accessibilité numérique, j’aimerai faire un retour sur un atelier organisé par la Commission Handicap de l’ABF, lors du 59e congrès de l’association, en juin dernier, dans la Capitale des Gaules.
« Citoyens handicapés, citoyens connectés » tel était le titre de cet atelier dont l’objectif était de montrer que le numérique est aujourd’hui un vecteur d’autonomie et un soutien à l’insertion sociale. Pas de bla-bla ou de longs de discours mais des témoignages et des exemples concrets pour démontrer les atouts des usages numériques.

Hélène Kudzia, bibliothécaire et responsable de l’espace Lire autrement, à la bibliothèque Marguerite Duras, située dans le 20e arrondissement de Paris a montré comment, grâce à son Ipad qui intègre des fonctionnalités d’accessibilité (Voice Over, Zoom, …) elle pouvait télécharger un livre numérique, le lire, mettre des signets, retrouver un passage. La gestuelle change mais la qualité de lecture reste la même. Sa démonstration rappelait que les possibilités techniques de lecture adaptée existent et qu’on peut espérer que les usages entre lecteurs « valides » et lecteurs «  en situation de handicap » convergent. L’Ipad est une bonne illustration d’un instrument conçu pour tous les publics, dans un souci de conception universelle. Hélène avait toutefois rappelé, en préambule de son intervention, l’écart entre le nombre de documents tous supports (70 000) et le nombre de documents sonores (1500) ou de documents en grands caractères (1100) disponibles à Marguerite Duras.

Il existe aussi des outils spécifiques et le dispositif mis en place au Pôle  « L’œil et la lettre » de la Médiathèque José Cabanis tend à prouver que, sur certains points, les usagers en situation de handicap dont certains sont des experts du numérique, ont un poil d’avance. Désormais, la RFID couplée à un lecteur Daisy, le Milestone, permet aux lecteurs déficients visuels de se déplacer dans les rayons du pôle et de sélectionner, en toute autonomie, les documents qui les intéressent grâce à un procédé d’identification vocale du fonds. C’est le lien entre la technologie RFID et les possibilités de lecture vocalisée du Milestone qui ont permis ce progrès. Les développements obtenus sont le fruit d’un travail entre l’équipe du SIGB de la Bibliothèque de Toulouse, la société 3M (fournisseur RFID), la société Bones (la société suisse qui développe le Milestone) et la société Acces’solutions (qui travaille sur les questions d’accessibilité informatique). L’équipe du Pôle « L’œil et la lettre », et en particulier Jean-Marc Ramos, a joué le rôle de chef d’orchestre. Démonstration a été faite que des objets utilisés au quotidien par des personnes handicapées dans des contextes autres peuvent être adaptés au monde des bibliothèques.

Après les bibliothèques, nous fîmes un détour par les musées et la présentation de Muséo une expérimentation menée par l’association Signes de sens , en direction d’un public d’enfants sourds et malentendants de 8 à 12 ans. En décembre 2010, au musée du quai Branly, grâce aux potentialités offertes par le multimédia, 50 enfants ont pu utiliser un visioguide qui combine une visite sur iPad dans les collections avec un atelier sur écran tactile, un atelier vidéo avec commande à distance et un atelier de création de signes enregistrés via webcam. J’ai découvert lors de cet atelier un dictionnaire en langue des signes, accessible gratuitement Elix.

En fin d’atelier, Françoise Sarnowski qui a travaillé aux Champs Libres à Rennes nous souhaitait « Bon’app » grâce à un palmarès de 15 applications adaptées et utiles pour les personnes en situation de handicap qu’elle avait sélectionnées. Il y en a pour tous les usages : des apps pour enregistrer comme QuickVoice, des apps à visée pédagogique comme Educreations (tableau blanc interactif) ou Mindjet (cartes mentales), des apps pour sensibiliser au handicap comme Braille Now ou Signes, des apps pour se repérer comme Jaccede.fr,… Impossible de faire une liste exhaustive, car les applications se multiplient comme des petits pains et tendent à conquérir l’Internet mobile. L’intervention de Françoise Sarnowski met en valeur la dimension de veille du travail des bibliothécaires.

Mon sentiment à l’issue de cet atelier est plutôt positif, renforcé par la qualité des interventions et la certitude que toutes les solutions techniques existent aujourd’hui pour permettre une accessibilité de haut niveau.

Et les BU ? Elles sont un peu noyées au milieu des questions de lecture publique qui dominent les débats mais les enjeux profonds (améliorer l’accessibilité à la culture, la lecture, l’information ; lutter contre l’exclusion ; permettre des accès autonomes) ne sont pas si différents.

A Clermont-Ferrand, nous voulons organiser, à l’automne 2014, une journée d’études sur l’accessibilité documentaire dans l’enseignement supérieur, qui rendra un peu plus visible cette partie émergée de l’iceberg, composé non de glace lisse mais de multiples crevasses au fond desquelles les étudiants en situation de handicap courent le risque de se perdre.

La BCU vue par elle-même

La fin du mois de juin a été l’occasion pour toute la BCU de se retrouver pendant une journée autour du thème des services en bibliothèque.
brainstorming-billet-blog-13
Brainstorming, by Blese on Flickr, CC BY-NC 2.0

L’ensemble des collègues ont échangé par petits groupes lors d’ateliers qui se rattachaient à cette notion de service(s) : les collections comme service, les services aux étudiants, les services aux enseignants-chercheurs, les services aux autres lecteurs, quels matériels pour quels services (technique, informatique), l’évolution des métiers, la contribution des administratifs aux missions des BU, communication et services, les pratiques de lecture. Je livre ici mon point de vue et mes impressions quant au déroulement de la journée et à son contenu par rapport aux ateliers que j’ai suivis.

Les ateliers ont permis tout d’abord de nous faire tous se rencontrer. On imagine mal, lorsque l’on ne travaille pas dans une structure éclatée géographiquement comme peut l’être la BCU – 5 grandes BU, 15 bibliothèques dans la ville de Clermont-Ferrand, une ribambelle de petites structures réparties dans les villes universitaires antennes dans la région auvergnate – à quel point il est difficile de connaître tout le monde, et en même temps à quel point il est important de pouvoir mettre des visages sur des noms. C’est le premier niveau d’un réseau qui est destiné à travailler ensemble. Et en cela déjà, les ateliers ont été un succès. Je peux fièrement affirmer désormais que je (re)connais presque tous mes collègues (120 visages et noms tout de même!).

Une autre chose m’a frappé, c’est qu’après la découverte des collègues dont on ne connaissait que le nom pour certains d’entre eux, on a découvert ce que chacun fait dans son service. Dans l’atelier sur les services aux étudiants, j’ai pu entendre que des collègues proposaient des services qui existaient déjà dans une autre section, et dont je n’avais moi-même pas entendu parler. Les pratiques, que d’aucuns jugeaient très spécifiques à chaque BU, et sans possibilité de mutualiser/homogénéiser/harmoniser, se rejoignent dans la réalité et augurent favorablement d’un rapprochement global des sections de la BCU. J’oserais même avancer que la politique de prêts unifiée, dont ma collègue Raphaële a fait un bilan, en est le premier jalon.

Bonne surprise, on s’est tous exprimé, ce qui a alimenté les débats et permis un réel échange de points de vue. Et mieux, on s’est tous senti libres d’exprimer notre opinion, là où quelques-uns d’entre nous craignaient de se voir imposer un discours. On a tous pris conscience que l’avis de chacun compte pour réfléchir ensemble à notre travail et notre façon de voir la BCU, et ce, nonobstant les a priori et le manque de confiance en soi d’une partie d’entre nous.

Enfin, j’ai pu partager les retours des collègues quant aux évolutions du métier dans les bibliothèques et j’ai pu constater les impressions diverses qu’on peut avoir face aux évolutions institutionnelles et numériques. Dans l’atelier sur ce thème, tous ont confirmé que les niveaux de connaissances et de maîtrise des outils numériques sont disparates, à savoir que l’on n’est pas tous armé pour cela ; et pourtant il faudra bien que tous, si possible tous ensemble, on avance et rattrape les étapes technologiques qui n’ont pas encore été franchies pour pouvoir aborder sereinement et rapidement les évolutions actuelles, nettement plus complexes et en demande de mise à jour constantes de compétences, d’adaptation permanente aux changements, flux, nouveaux concepts et nouvelles structures, aussi bien au niveau technique et numérique qu’au niveau des reconfigurations organisationnelles (repyramidage des corps, des catégories de personnels, nouvelles missions, nouveaux paramètres extérieurs d’influence…).

Reste à savoir si ces ateliers vont apporter un réel sentiment de cohésion et de réseau, et si les idées qui en ont jailli seront développées par la BCU. C’est une de mes grandes attentes : mettre en forme et trouver une réalité à la matière créée lors de cette journée.

Intégration des revues électroniques dans le catalogue

Après avoir indexé les notices du SIGB, il nous restait à intégrer les ressources électroniques pour que notre catalogue soit tout à fait opérationnel. C’est chose faite depuis quelques jours car nous avons enfin trouvé une solution satisfaisante pour exploiter nos données issues du résolveur de liens SFX.

Exporter depuis la base SFX

Alors que j’expliquais, dans un précédent billet, comment nous avions indexé les notices UNIMARC de notre SIGB dans Solr, j’envisageais d’importer les métadonnées relatives aux ressources électroniques au format CSV. Mais assez rapidement, nous avons constaté que les données que nous exportions de SFX étaient partielles et surtout que l’indexation dans Solr puis l’affichage dans Blacklight posait des problèmes puisque le catalogue est conçu pour bien fonctionner avec des données MARC.

Nous avons donc regardé ce qui ce faisait chez les autres utilisateurs de Blacklight et nous sommes entrés en contact avec nos homologues de Stanford. Surprise ! Leur solution est on ne peut plus simple : profiter de l’outil MARCIt! inclus dans SFX pour exporter les métadonnées au format MARC et donc les indexer dans Solr aussi facilement que les notices « classiques ». Que n’y avais-je pensé ! Sauf que… MARCIt! exporte les données en MARC21, donc Ex Libris ne commercialise pas cet outil en France. Il fallait donc trouver autre chose, mais l’idée était là : obtenir les données en MARC.

Du coup, j’ai testé tous les exports disponibles dans l’Export Tool de SFX et j’ai trouvé ce qu’il nous fallait : l’export XML. L’intérêt de ce fichier est qu’il nous fournit tous les champs descriptifs utiles ainsi qu’un lien (856) vers le menu SFX, un lien contextuel donc.

Export XML dans export tool SFX
Export XML dans Export Tool SFX

Traiter le fichier MARCXML

Pour que le fichier SFX soit exploitable par Solr/Blacklight, il faut le convertir en UNIMARC. Nous procédons en deux temps, avec le logiciel MarcEdit.

D’abord, nous utilisons les MARC Tools pour transformer l’XML en MARC. Il suffit de soumettre le fichier SFX à MarcEdit qui va exécuter la conversion de MARC21XML à MARC. Evidemment, on récupère encore des données au format MARC21.

Dans un second temps, on utilise l’outil MarcEditor pour transformer les champs MARC21 en champs UNIMARC, mais aussi générer un control number, c’est-à-dire un numéro unique pour le champ 001. On en profite aussi pour faire du nettoyage dans les données (par exemple modifier le label de notice de sorte que les codes d’application mentionnent « revue électronique » plutôt que « revue imprimée »).

Outil MarcEditor dans MarcEdit
Outil MarcEditor dans MarcEdit

Importer dans Solr

Quand tous les traitements sont effectués, on compile le fichier de manière à obtenir un .mrc qui sera importé aussi facilement par Solr que le fichier .iso issu du SIGB.

Tadam ! Les revues électroniques sont disponibles dans le catalogue !

Revues électroniques intégrées au catalogue
Revues électroniques intégrées au catalogue