Un portail HAL pour un meilleur service aux chercheurs.

Open Access Land, near Woodhouse Farm (CC BY-SA 2.0) Attribution: Mick Garratt

Depuis quelques jours, Clermont Université a désormais son portail HAL, qui rassemble les publications scientifiques déposées par les chercheurs des deux universités clermontoises, l’Université Blaise Pascal et l’Université d’Auvergne.

Trois ans avant la fusion annoncée des deux universités, nous préparons le terrain pour valoriser la recherche de la future université unique.

La production scientifique des laboratoires gagne en visibilité. Avec http://hal-clermont-univ.archives-ouvertes.fr/ à la racine du site, le portail assure aux publications déposées un meilleur référencement valorisant le site clermontois.

Ce portail s’articule aux collections HAL de l‘UBP, de l’UdA et à celles des laboratoires, selon une architecture hybride, permettant à l’usager d’accéder à la production scientifique à tous les niveaux institutionnels.

Puisque nous avons la main sur l’outil, résumons tout ce que l’on peut faire avec un portail HAL pour mieux valoriser les publications scientifiques des chercheurs.

En tant qu’administratrice du portail, je peux gérer les pages web:  éditer la page d’accueil en html, changer l’apparence graphique du site en personnalisant sa feuille de style CSS, et rédiger des news. Ici, nous avons choisi une interface sobre et claire qui met en exergue le cadre institutionnel de la communauté d’universités.

Le portail HAL permet aussi de créer et modifier les données d’un laboratoire pour garantir la correcte affiliation des chercheurs, en donnant à leurs publications plus de lisibilité, dans le cadre de la structuration de la recherche. En amont, cela suppose de suivre les mouvements de création, de fusion, voire de disparition des laboratoires au sein des universités.  Un exemple : L’Institut de chimie de Clermont-Ferrand a été créé en 2012 par la fusion de cinq unités de recherche. Il a donc fallu rassembler  les publications de ces cinq unités pour créer la collection de l’ICCF. Un travail important est encore à entreprendre avec l’Université d’Auvergne, pour améliorer la visibilité des publications des chercheurs issus des différents laboratoires de médecine. Dans la même optique, le portail HAL permet la gestion des tutelles. Le référentiel des laboratoires est désormais à portée de main.

Autre fonctionnalité, très appréciable pour une meilleure qualité des données : la gestion des auteurs. Le principe est très simple : il s’agit juste de supprimer les doublons au niveau des identifiants auteurs, pour que toutes les publications d’un même chercheur soient bien rassemblées. Là encore, l’outil offre aux chercheurs du site une meilleure visibilité.

Un administrateur de portail HAL peut également s’occuper de la gestion des collections, qui permettent de mettre en valeur les publications d’une université, d’un laboratoire, d’un auteur, d’un projet ANR ou d’un colloque, grâce à une interface graphique adaptée et spécifique.

Pour une meilleure qualité des données, il est également possible de supprimer en un clic les doublons, c’est-à-dire les articles en double dans la base de donnée.

Last but not least, le portail HAL permet d’accéder plus facilement aux statistiques. Voici à titre d’exemple la courbe correspondant au cumul des dépôts en texte intégral pour les deux universités clermontoises.

L’augmentation des dépôts a été très significative ces deux dernières années, grâce aux actions de sensibilisation des chercheurs, et au réseau des référents HAL des labos.

Gageons qu’à l’avenir, les chercheurs déposeront à foison leur production scientifique dans ce nouveau portail, pour favoriser le libre accès aux résultats de leur recherche.

 

 

Prêt de tablettes numériques à la BCU : quels enjeux?

1a_10_0844UrukÉcriturePrécunéiforme

Ecriture Précunéiforme, par Claude Valette – source Flickr

Depuis plusieurs mois, quatre bibliothèques (Sciences et Techniques, STAPS, Santé, Droit et Sciences Economiques) du réseau Bibliothèque Clermont Université travaillent sur un projet de prêt sur place de tablettes numériques.
A la BU Sciences et Techniques le prêt a débuté le 7 octobre, en Santé il commencera le 12 novembre et il faudra attendre mi-novembre pour emprunter des tablettes à la bibliothèque de Droit et Sciences Economiques de la Rotonde.

Les tablettes sont des iPads 2 et des Galaxy Tabs 2 10.1, au nombre respectif de 14 et 6.
La question a été posée de savoir si ces tablettes seraient prêtées avec ou sans contenus mais des applications ont effectivement été installées avant le lancement du prêt. Les applications gratuites sont privilégiées mais certaines bibliothèques proposeront aussi des contenus qu’elles auront achetés.

Le but de ce projet est multiple :
– Valoriser les ressources de la BCU (revues électroniques, livres numériques).
– Permettre à tous d’avoir accès aux nouvelles technologies.
Les bibliothèques ont pour mission d’offrir l’accès à la cuture à tous, culture numérique également. Le prêt de tablettes donne ainsi la possibilité au public de se tenir informer, de ne pas se laisser distancer par les technologies (qui évoluent très vite de nos jours).
Des formations à la carte seront proposées dans ce sens au cours de l’année.
– L’appropriation des nouvelles pratiques de lecture et des technologies mobiles par le personnel.
L’évolution des technologies touche aussi les métiers. Les tablettes offrent de nombreuses possibilités pour les bibliothécaires (récolement, accueil mobile…). Ils se doivent donc de maitriser leur utilisation. De plus, il est important de suivre (voire d’anticiper) les pratiques des usagers pour rester visible dans la société.

Le lancement du prêt des tablettes s’est déroulé en plusieurs phases :
Les bibliothécaires ont dans un premier temps testé les tablettes chez eux et bénéficié de formations en interne.
Puis des procédures de prêt on été établies (que demander en retour ? Caution ? Pièce d’identité ? / Quel matériel prêter ? Casques ? Chargeurs ? / Quand recharger les tablettes ?…).

Enfin, la sélection des contenus a été réalisée. Il s’agit des revues en ligne de la BCU qui existent en version mobile et de divers utilitaires (lecteurs de livres numériques, lecteurs vidéos, logiciels de bureautique…).
Une veille des applications propres à chaque domaine est en cours. Ces applications spécialisées font jouer l’expertise documentaire des bibliothécaires en lien avec les commentaires et avis des enseignants chercheurs consultés.

Les étudiants pourront installer d’autres applications gratuites (seulement sur les samsung car l’installation de contenus sur iPad est soumise à identification).

Il est nécessaire que le prêt des tablettes numériques à la BCU soit évalué. Ce type de prêt est encore novateur en France. Chaque structure a ses particularités et ses lecteurs qui lui sont propres. Pour cela, la bibliothèque doit tenter de comprendre les usages qui seront faits de ces technologies mobiles. Des étudiantes, dans le cadre d’un projet tuteuré de licence professionnelle, vont suivre et analyser le projet. Elles vont réaliser un état des lieux et des comparaisons au sein du réseau et dans d’autres villes. Elles doivent enfin proposer un dispositif d’évaluation pour comprendre comment les utilisent le personnel et les étudiants pour ensuite faire des propositions d’amélioration ; (par exemple extension du parc des tablettes, autorisation du prêt à domicile…).

L’observation du prêt des tablettes se déroulera sur plusieurs mois, nous en reparlerons le moment venu.