Votre libre accès, avec ou sans bon sens ?

Ceci est un billet d’humeur. Massacrante, pour être honnête.

Livres anciens dans un placard grillagé
Jail House Books, par Jürgen Priebe LOGOccby-nc-petit

 

Vous est-il déjà arrivé de perdre votre calme face une situation absurde ? Ce sentiment m’envahit chaque fois qu’un service de prêt entre bibliothèques est obligé de mendier, comme une faveur insigne ou un passe-droit, l’envoi d’une thèse électronique, sous prétexte qu’elle n’est pas diffusable sur internet1.

Imaginez la situation  :

  • Une thèse, soutenue à l’Université Louis de Broglie (Paris nord-nord-ouest), en 2012, a été déposée sous forme électronique.
  • L’auteur (appelons-le Albert) a demandé, comme c’est son droit, que cette thèse ne soit pas diffusée sur internet2.
  • Le fichier électronique n’est donc consultable que dans les locaux de l’université. Il est déposé sur un serveur local, qui fait barrage à toute tentative d’accès venant d’une adresse IP située hors du réseau universitaire de Paris ouest-nord-ouest.
  • Un doctorant (appelons-le Pierre-Gilles) qui travaille à l’Université Isaac Newton à Marseille, a besoin de consulter cette thèse pour nourrir son travail.

À l’âge quasi-révolu des thèses imprimées, Pierre-Gilles s’adressait au service de prêt entre bibliothèques (PEB) de l’Université Newton, qui contactait celui de Paris ouest-nord-ouest. Quelle que soit l’opinion d’Albert sur la question, sa thèse était un document public. Comme tout document public elle était donc envoyée par la poste au service demandeur. Pierre-Gilles consultait la thèse, en faisait son miel, la citait, et soutenait brillamment son propre travail, légitimement nourri de l’œuvre exceptionnelle de son devancier, qu’il avait grand soin de citer avec une élégante déférence.

En 2015, Pierre-Gilles s’adresse au service de prêt entre bibliothèques de Marseille. Ce service contacte celui de Paris, qui lui répond que la thèse n’est consultable que sur intranet. Et qui de ce fait, ne s’estime pas autorisé à l’envoyer par le PEB.

En 2015, Pierre-Gilles va devoir

prendre le TRAIN

pour aller CONSULTER

une thèse ÉLECTRONIQUE.

À ce stade de la lecture, vous vous dites qu’il n’est pas possible de faire à Pierre-Gilles une réponse aussi… (je ne trouve pas de mot qui puisse s’écrire dans un blog professionnel). En effet. Son service de PEB lui répond juste, un brin gêné, qu’on « ne peut pas lui faire parvenir la thèse parce qu’elle n’est pas diffusable sur internet ». Il ne prendra pas le train, ne viendra jamais consulter ce maudit fichier électronique enfermé dans sa cage, et sa thèse sera ratée.

Je dramatise un peu, je l’admets : souvent, les bibliothécaires, bon bougres, vont se décarcasser pour retrouver Albert et lui arracher son consentement. Or en général, Albert n’a aucune objection à ce que quelqu’un consulte sa thèse : il est généralement prêt à l’envoyer lui-même, tant il est heureux et surpris qu’elle ait un lecteur.
Mais cette réponse passe totalement à côté du problème ! La seule réponse de bon sens à cette situation est celle qui se fonde sur la pratique invariable du PEB pour les thèses : le service de PEB de Paris va envoyer le fichier électronique à son homologue marseillais, comme il l’aurait fait d’une thèse imprimée ; à charge pour ce dernier d’offrir le fichier au lecteur dans ses locaux comme il l’aurait fait d’une thèse imprimée ; à charge pour Pierre-Gilles d’en faire bon usage, ce bon usage ne pouvant, du reste, exclure ni téléchargement, ni impression (ces mêmes droits qui s’appliquent dans l’université d’origine, tout simplement). S’il s’agit d’un doctorant normalement constitué, il en fera son miel, et soutiendra brillamment dans quelque temps son propre travail, légitimement nourri de l’œuvre exceptionnelle de son devancier, qu’il aura grand soin de citer avec une élégante déférence.

J’entends d’ici l’objection :

et si Pierre-Gilles est un sans-gêne,

et s’il PLAGIE ?

Eh bien si s’agit d’un odieux plagiaire, il fera un ignoble et grossier copier-coller (parfaitement traçable grâce à la demande de PEB) que Jean-Noël Darde se fera un plaisir d’épingler sur son blog, et sa pseudo-carrière d’universitaire sera brisée à tout jamais. Y compris s’il est président de la république ou ministre de l’économie. Ainsi la morale sera sauve, la science aussi. Mais ceci est une autre histoire, qui ne regarde pas la bibliothèque.
Ce qui nous regarde, c’est de faire notre travail, en envoyant la thèse au service du PEB concerné.

Entendons-nous bien : je ne suis pas ici en train de prêcher la moindre transgression. Je ne dis pas que les docteurs devraient avoir l’obligation de diffuser leur thèse sur internet, ni que les bibliothèques devraient outrepasser les directives des docteurs. Je ne fais que rappeler quelle est la règle. Le docteur a toute liberté pour refuser que sa thèse soit diffusée en ligne. Simplement, l’envoi d’un fichier d’une bibliothèque à une autre bibliothèque ne constitue en aucun cas une diffusion sur internet. Il n’y a là nulle discussion juridique possible. À l’âge du papier, nous envoyions les thèses par courrier et elles étaient consultables en bibliothèque. Elles pouvaient être photocopiées, citées, utilisées librement par leur lecteur. À l’âge de l’électronique, les thèses peuvent être envoyées par courrier électronique et consultables en bibliothèque. Elles peuvent faire l’objet d’une impression, et être citées et utilisées librement par leur lecteur.

Renoncer à envoyer ces thèses par le PEB, ce n’est pas respecter la décision du docteur, c’est aller au-delà de cette décision et nous arroger le droit de limiter l’accès à un travail universitaire. J’estime que c’est un manquement à nos devoirs professionnels, nourri par une crainte juridique infondée et injustifiable en fait comme en droit. Bref, je ne suis pas pour, on l’aura compris.

Je ne suis pas trop inquiet sur notre capacité à (r)établir une saine pratique. Mais si je publie ces lignes, c’est parce que je sais pertinemment que de nombreux services de PEB confrontés à ces vains états d’âmes. Or plus ils sont nombreux à réagir en s’auto-censurant, plus grave est le danger de faire admettre une régression majeure aussi bien dans le service rendu que dans la diffusion du savoir scientifique. Chers collègues, je vous en supplie : respectez vos propres règles. Le PEB, comme son nom l’indique, est une procédure de transmission de fichier de bibliothèque à bibliothèque. Ce n’est pas une diffusion en ligne. Ayez donc l’amabilité de cocher la petite case « disponible pour le PEB » même et SURTOUT quand une thèse n’est pas diffusable sur Internet. Ou alors, si vous ne pouvez transmettre que les thèses librement accessible sur le Web, expliquez-moi à quoi vous servez.

 

  1. Toute ressemblance avec des faits existant ou ayant existé serait complètement incroyable. L’avisé lecteur aura parfaitement compris que ce qui provoque mon agacement, c’est seulement l’idée qu’une telle situation pourrait se produire. Dans la vraie vie des vraies bibliothèques, jamais rien d’aussi absurde ne se produit, bien sûr. []
  2. Notez que cette thèse n’est pas confidentielle, cela n’a rien à voir. Comme le savent les habitués de ces questions, la confidentialité est une mesure tout à fait exceptionnelle, qui interdit strictement toute diffusion et tout accès au texte déposé, mais pour un délai limité et précisément défini. []

Episciences et Mathdoc : l’Open Access sans payer

La voie dorée, ce n’est pas l’auteur-payeur.

Pont de bois se divisant en deux.
Choices LOGOCCby-nc-sa.eu(publié sous le pseudo « Shadowfax the Second »)

 

L’avisé lecteur l’aura compris : le sous-titre ci-dessus signifie que la voie dorée ce n’est pas forcément et pas seulement le modèle de l’auteur-payeur. Il me fallait une formulation un peu simpliste pour accrocher le lecteur poser clairement l’idée principale de ce billet ; surtout après ma  récente traduction du livre blanc de l’Institut Max Planck, dont le propos pourrait en simplifiant être ainsi résumé : « le modèle auteur-payeur permet de sortir de l’abonnement et d’aller vers le libre accès, il faut maintenant négocier la transition avec les éditeurs. » Une autre fois, je parlerai de la discussion suscitée par cette proposition. Aujourd’hui je voudrais montrer une approche très différente.

Les nouveautés qui m’ont frappé cet automne, lors des diverses journées consacrées à l’Open Access1 concernent cette voie dorée gratuite ; et la floraison de nouveaux outils de publication en libre accès est vraiment réjouissante. Plusieurs plates-formes en plein développement sont en train de refonder l’édition scientifique (excusez du peu) et démontrent que la voie dorée, ce n’est pas seulement, ni même d’abord, l’auteur-payeur2.

Voici donc deux outils disponibles qui joignent l’exigence scientifique au bon sens économique, en contournant le problème que pose le modèle auteur-payeur.

Épisciences

J’ai longtemps guetté la naissance des premières revues hébergées par Épisciences, pour essayer de comprendre comment le modèle fonctionnerait. Désormais, la plate-forme héberge quatre revues actives, dont au moins deux ont plusieurs années (et une plusieurs décennies !) d’existence. Elle se prépare à en accueillir d’autres, en cours de lancement.
La force du système est sa simplicité : il concilie l’économie de moyens et la rigueur du processus de validation scientifique, en s’appuyant sur une infrastructure existante, HAL. De ce fait, il a en plus l’avantage unique de concilier voie verte et voie dorée : au moment de la publication, le dépôt de l’article est déjà fait ! La publication consiste dans la labellisation, par la revue, d’un contenu préalablement déposé sur HAL. En cela, elle distille l’activité d’édition scientifique pour en extraire son essence la plus pure : la validation par les pairs. C’est une sorte de décalque, adapté au monde académique, du « circuit court » qui est si à la mode en économie sociale et solidaire.

Le processus de traitement d’Épisciences, résumé dans le schéma ci-dessous, (disponible sur le site) a été présenté de façon détaillée et passionnante par Claude Kirchner (INRIA) lors des JOA Couperin (sur la vidéo, la présentation du modèle Épisciences commence à la 9e minute).

Schéma du fonctionnement de la plate-forme Episciences (www.episciences.org)
Schéma du fonctionnement de la plate-forme Episciences (www.episciences.org)

Ce processus est le suivant :

  • L’auteur dépose dans HAL l’article à soumettre.
  • Il procède à la soumission auprès du comité éditorial de la revue (par exemple Discrete Mathematics & Theoretical Computer Science). Cette soumission se fait via un lien vers le fichier déposé dans HAL.
  • Le processus de relecture suit alors son cours par les échanges usuels entre relecteurs et auteurs.
  • Une fois la relecture achevée, l’article, s’il est jugé valable, est labellisé comme accepté par la revue et vient s’intégrer à l’une de ses livraisons. La version publiée, c’est la version ultime résultant du processus de relecture, qui est également disponible dans HAL3.

Sur le plan technique, c’est le Centre pour la communication scientifique directe4 (CCSD) qui administre Épisciences. Sur le plan scientifique, les acteurs essentiels du système sont les épicomités, que la page de présentation définit comme des « comités scientifiques composés d’experts reconnus dans leur discipline, dont le rôle est de stimuler la création de comités de rédaction susceptibles d’organiser de nouvelles épi-revues, et de veiller à leurs contenus et leur qualité. » L’épicomité accueille également les candidatures des revues qui souhaiteraient migrer vers Épisciences. On leur souhaite qu’elles soient très, très nombreuses.

Mathdoc

Mon second exemple, Mathdoc5, a été présenté par Christophe Sorger6, lors des journées Open Access de Couperin. Ce service a regroupé sur le portail CEDRAM  des revues de mathématiques qui sont encouragées à adopter le libre accès. Plusieurs des titres ont pris ce parti, par exemple les Annales de l’Institut Fourier, le Journal de l’École polytechnique qui vient de renaître après un demi-siècle d’interruption, ou encore les Annales mathématiques Blaise Pascalque je mentionne avec joie car elles sont issues de l’université clermontoise du même nom.

Plusieurs points me paraissent frappants et intéressants dans ce projet.

  • Son positionnement disciplinaire est très attrayant : il s’agit, d’un côté, d’offrir un outil à la communauté des mathématiciens, qui répond particulièrement à leur besoin ; et d’un autre côté, de s’appuyer justement sur l’engagement de cette communauté pour développer une plate-forme de revues en libre accès.
  • Point souligné par Christoph Sorger, et connu de tous ceux qui fréquentent les mathématiciens : les revues de mathématiques portent une minutieuse attention à la qualité typographique et éditoriale. Le premier coup d’œil jeté à un article au hasard le confirme : le logiciel en usage chez les mathématiciens, LaTeX, est réputé pour sa qualité de rendu typographique. Ce point vient désarmer une critique parfois adressée aux systèmes académiques par les grands éditeurs : non, ces revues ne sont pas condamnées à l’amateurisme ni à la médiocrité.
  • Mathdoc propose aux revues qui le souhaitent le logiciel OJS (Open Journals System), qui permet une gestion rigoureuse du processus de relecture, de validation et de publication. Une des revues en libre accès actuellement publiée à Clermont repose également sur cet outil. Un de ses atouts est que le suivi et la mise à jour du logiciel sont centralisés, quel que soit le nombre de journaux hébergés. OJS a ses défauts, notamment une prise en main un peu ardue, mais il apporte une garantie — encore une ! — de professionnalisme éditorial.
  • Depuis 2015, Mathdoc prend en charge la mise aux normes des articles. Ainsi le travail nécessaire (il l’est et le sera toujours) pour amener les articles à la qualité rédactionnelle exigée est pris en charge par le circuit académique.
  • Sur le plan économique, à l’heure actuelle, un seul équivalent temps plein, recruté par Mathdoc, suffit à gérer l’ensemble de la mise aux normes des revues diffusées ; par ailleurs, en sortant du modèle de l’abonnement, les revues concernées ont chacune économisé l’équivalent d’un mi-temps consacré à la gestion des abonnements. De ce fait, le passage au libre accès est à peu près neutre financièrement pour une revue donnée, malgré la perte des ressources financières liées aux abonnements eux-mêmes7.

Des expériences universitaires suivant les mêmes modèles existent. On connaît déjà, depuis longtemps, le projet niçois REVEL, la plate-forme POPUPS de Liège, et Clermont, j’espère, aura très bientôt sa plate-forme, lancée par le pôle éditorial numérique, lequel a aussi fait l’objet d’une présentation cet automne au cours de l’Open Access Week : la présentation commence à 1h32).

Un enjeu de souveraineté scientifique

Partout, le principe est le même : économie de moyens, rigueur scientifique, professionnalisme éditorial. Partout, le résultat est le même : ça fonctionne !

Le grand intérêt de Mathdoc, Épicsciences et de leurs semblables est qu’ils supposent et encouragent un engagement commun des scientifiques et des institutions pour remettre à l’endroit les circuits de publication scientifique. Sur ce point, la conclusion de Claude Kirchner dans son intervention est on ne peut plus claire :

Les entités académiques doivent devenir plus responsables de leur stratégie et de leur politique en matière de maîtrise de la production numérique… Il s’agit d’un enjeu de souveraineté scientifique.

  1. Journées Open Access de Couperin du 12 au 14 octobre, journée d’étude clermontoise le 20, etc. []
  2. Petit rappel pour ceux qui, fraîchement arrivés d’une exoplanète, découvriraient la question: la voie dorée vers le libre accès (gold road to open access), signifie simplement que l’article est publié dans une revue en libre accès. Cela ne dit rien sur le modèle économique, ni sur le coût. Cela s’oppose simplement à la voie verte (green road to open access), par laquelle l’article, quel que soit son mode de publication, est archivé ensuite dans un dépôt électronique en libre accès. []
  3. HAL, en tant que dépôt d’archives, accueille déjà, habituellement, les versions successives d’un même article. []
  4. Le CCSD est une unité mixte de services dont les tutelles sont le CNRS, l’INRIA et l’Université de Lyon. []
  5. Mathdoc, comme le CCSD, est une unité mixte de services, dont les tutelles sont le CNRS et l’Université Joseph Fourier de Grenoble ; comme son nom l’indique, Mathdoc dessert en particulier la communauté des mathématiciens. []
  6. C. Sorger est directeur de l’INSMI, l’Institut national des sciences mathématiques et de leurs interactions, un des grands instituts qui composent le CNRS. []
  7. Ce point est développé par C. Sorger à la 13e minute de la vidéo. []