Sci-Hub, la science au juste prix

Statue de Robin des bois à Nottingam
Robin Hood (par Alan Feebury).

Un article de Science1 vient de consacrer le triomphe de la bibliothèque pirate Sci-Hub, créée en 2011 par une étudiante kazakhe, et qui contient aujourd’hui 50 millions d’articles, pour plus de 5 millions de téléchargements mensuels.

Dans le monde de la musique et de la vidéo, les verrous de l’accès avaient sauté il y a longtemps déjà. Malgré toutes les tentatives hadopiques pour endiguer le flot, l’échange en ligne s’est imposé, car il est trop facile pour se plier à la régulation. Dans ce paysage où toutes les barrières semblaient brisées et jetées à terre, l’édition scientifique faisait jusqu’ici figure à la fois d’exception et de curiosité. Occasion d’échanges amusés et incrédules avec tout interlocuteur étranger au petit monde de la science en train de se faire : « Sérieusement, vous payez pour consulter des revues scientifiques en ligne ? Mais combien à peu près ? Pardon, COMBIEN ??!!? ».

Cette exception a vécu. Désormais, il est aussi facile et rapide de se procurer un article payant que de télécharger un film ou une fichier de musique. Pour légalistes que soient les bibliothécaires (et Dieu sait s’ils le sont, moi le premier), je gage qu’ils seront nombreux à se réjouir du succès de Sci-Hub. Petite satisfaction mesquine et revancharde, que de voir enfin l’arrogant monopole des éditeurs battu en brèche. Mais enfin pourquoi bouder ce petit plaisir : Robin des bois se faisait attendre, cette fois il est là, et bien là !

Et puis, on a bien le droit de se réjouir, sans honte et sans arrière-pensée, de voir s’effondrer le mur de l’accès. Quand on sert l’activité scientifique, il est vraiment pénible d’être obligé de se livrer, à longueur d’année, à de pénibles et décevants marchandages, de devoir ensuite se plier à des systèmes d’authentification et de contrôle, quand il ne s’agit pas de faire la police auprès de ses propres utilisateurs. Les bibliothécaires, qui ont de la conscience professionnelle à revendre2 ont dépensé depuis quinze ans une énergie colossale pour combattre, en négociation, les verrous mis en place par les éditeurs… puis pour mettre au point des systèmes d’accès aux articles qui respectent ces verrous et en minimisent les nuisances. Ces contorsions leur valent d’ailleurs un vilain coup de pied de l’âne d’un éditeur dans l’article de Bohannon :

And for all the researchers at Western universities who use Sci-Hub instead, the anonymous publisher lays the blame on librarians for not making their online systems easier to use and educating their researchers. “I don’t think the issue is access—it’s the perception that access is difficult,” he says.

Quant aux chercheurs des universités occidentales qui utilisent Sci-Hub [au lieu des voies légales d’accès] l’éditeur anonyme en rejette la faute sur les bibliothécaires, pour n’avoir pas su rendre leurs systèmes d’accès en ligne plus faciles d’utilisation, ou n’avoir pas su former leurs chercheurs. « Je ne crois pas que le problème soit l’accès, mais seulement l’impression que l’accès est difficile », dit-il.

Des dizaines de bibliothécaires se sont déjà étranglés ou esclaffés à ces mots : ils savent depuis longtemps (et les éditeurs aussi !) que le SEUL souci de l’utilisateur est de trouver son article le plus vite possible. Il est bien naturel que Sci-Hub devienne sa source privilégiée, s’il y trouve ce qu’il cherche sans avoir à s’identifier, ou tout simplement s’il sait qu’il y trouvera TOUT ce qu’il cherche, sans avoir à passer d’une plate-forme ou d’un moteur de recherche à l’autre.

Passée le premier sourire et le premier agacement, on peut se demander quels effets l’existence de Sci-Hub va avoir sur le paysage de l’information scientifique et technique. Voici ce qui me vient au premier abord.

Sci-Hub casse les prix (?)

Sci-Hub casse le marché. Donner gratuitement ce que d’autres vendent à prix indécent, difficile de faire plus agressif, plus déloyal ! Mais on pourrait aussi bien écrire : « Sci-Hub crée le marché », puisqu’il y avait monopole (oligopole, précisément). D’une certaine façon, la concurrence déloyale que Sci-Hub fait aux plate-formes des éditeurs restaure, d’un geste un peu brutal, mais sans penser à mal, une situation de concurrence, contrebalançant le monopole qui était le leur. Ceci posé, il n’est pas certain que l’irruption massive du gratuit exerce une pression efficace sur les prix pratiqués par les éditeurs. Même dans le domaine de la musique et du film, il n’y a pas de consensus, aujourd’hui, quant à l’effet du piratage sur l’offre légale. Dans le domaine scientifique, où le client est légaliste par définition, puisque c’est presque toujours l’État, on ne peut pas être sûr que les tarifs vont se réguler en tenant compte d’un élément illégal.

Pour autant, on pourrait imaginer qu’en négociation, cet élément exerce une pression indirecte. La stratégie classique des grands éditeurs en négociation, c’est le tout ou rien : « Voilà le prix du bouquet, à prendre ou à laisser. Le titre à titre, c’est possible… mais c’est plus cher. » Or, il est bien plus facile à un établissement de refuser un contrat s’il sait que ses chercheurs n’en pâtiront pas trop et pourront se débrouiller pour accéder aux articles. Sci-Hub ne sera, bien sûr, jamais évoqué, mais comment douter que son ombre pèsera dans la discussion, puisqu’il est démontré que les chercheurs savent s’en servir en cas de besoin ? Songeons, par exemple, à cette université canadienne qui, après une difficile négociation avec Springer, a écarté le bouquet et choisi le titre à titre… Un tel choix aurait-il été concevable il y a un ou deux ans, alors même que la situation financière des universités était déjà dramatique ? On peut lire la décision annoncée de plusieurs façons : soit les budgets ont été si profondément drainés qu’il ne reste même plus de quoi payer tous les bigs deals (c’est donc la concurrence entre les big deals qui s’engage, avec un résultat déjà prévisible), soit c’est le consentement à payer des universités qui est atteint : désormais, ce qu’elles ne veulent pas, les universités ne peuvent plus être forcées à l’acheter. Parce qu’elles n’en ont plus les moyens (ceci n’est pas nouveau), mais aussi parce que les chercheurs peuvent désormais se procurer gratuitement ce dont ils ont besoin, si leur établissement ne peut le leur fournir.

Image d'un roi nu, de dos, ne portant que sa couronne.
Les habits neufs de l’empereur, par Milan Rubio.

Sci-Hub joue, de ce point de vue, un rôle décisif : il jette en pleine lumière l’absurdité d’un système où nous payons des millions pour accéder, au prix de coûteuses et laborieuses contorsions techniques, à une documentation gratuite, c’est à dire produite gratuitement et désormais accessible tout aussi gratuitement. Sci-Hub n’est pas seulement Robin des bois, c’est aussi l’enfant qui s’esclaffe en voyant passer l’empereur Elsevier dans ses habits neufs, et qui s’écrit qu’il est tout nu.

 

Quel effet sur l’Open access ?

Si j’avais une inquiétude, ce serait celle-ci : secoués par le succès de Sci-Hub, les éditeurs vont certainement redoubler d’efforts pour basculer du modèle de l’abonnement vers celui de l’auteur-payeur. C’est la seule parade réaliste pour eux à long terme, et on sait déjà qu’elle est rentable. Les chiffres que vient de publier l’Autriche, par exemple, montrent que la transition est engagée, à un rythme affolant, parce que très coûteux ! L’hybride s’envole, loin devant les autres modèles économiques. Grâce à lui, les éditeurs réassurent leur prise sur le circuit de publication, tout en s’assurant de nouveau, au passage, de considérables bénéfices3.

Dépenses de publication en libre accès en Autriche4

Type de coût 2012 2013 2014 2015
Gold Open Access
€ 1 101 € 4 744 € 69 668 € 441 034
Open Access hybride
€ 3 191 € 19 353 € 419 160 € 1 921 431
Autres coûts
€ 5 378 € 4 446 € 89 103 € 174 091
Total € 9 670 € 28 543 € 577 931 € 2 536 555

Alors comment conclure ? Eh bien comme d’habitude :

  • menons campagne contre l’hybride5
  • encourageons et aidons de notre mieux la création de nombreuses revues en libre accès dans le circuit universitaire.
  1. John Bohannon, Who’s downloading pirated papers? Everyone, Science 29 Apr 2016 : 508-512. []
  2. Malheureusement, ça ne se revend pas très bien. []
  3. Rappelons que l’hybride permet à l’éditeur de faire payer deux fois l’institution de recherche, puisqu’elle paie l’abonnement à la revue ET le prix nécessaire pour la publication en OA, laquelle ne coûte pas un centime à l’éditeur. []
  4. Ces chiffres ont été compilés à partir des données publiées par l’Austrian Science Fund ; Elles sont sous forme de tableurs, donc extrêmement faciles à exploiter. Belle leçon d’Open data ! []
  5. Voir la 24e minute de la vidéo []

La bibliométrie pour évaluer les publications scientifiques en biologie et santé

SIGAPS ? SAMPRA ? Deux logiciels de bibliométrie conçus par Patrick Devos du CHRU de Lille et de l’équipe de recherche EA2694 de l’Université de Lille 2. Deux outils pour recenser, analyser, évaluer le plus finement possible les publications scientifiques : SIGAPS dans le domaine de la santé, SAMPRA dans tous les domaines couverts par la base Web of Science de Thomson Reuters. Alors que SIGAPS est utilisé dans les Centres Hospitaliers Universitaires sous tutelle du ministère de la santé, SAMPRA peut l’être par tout établissement de recherche. Et quand SIGAPS se fonde sur les données de Pubmed pour produire des indicateurs, SAMPRA interroge Pubmed et le Web of Science Core Collection, une base de données bibliométrique pluridisciplinaire, qui fournit également des informations complémentaires, comme l’adresse de tous les auteurs et le nombre de citations.[1]

Nous nous pencherons donc d’abord sur les fonctionnalités de SIGAPS et son utilisation pour le pilotage de la recherche médicale et la répartition des crédits attribués aux équipes de chercheurs hospitaliers, pour ensuite faire le point sur SAMPRA et l’usage qui en est fait pour l’évaluation de la recherche à l’Université Lille 2. SAMPRA, mis en production très récemment, est un dispositif très innovant en termes de services aux chercheurs.

SIGAPS (Système d’Interrogation, de Gestion et d’Analyse des Publications Scientifiques )

A partir d’une initiative locale – la création du logiciel SIGAPS en 2002 au CHRU de Lille – le projet SIGAPS est devenu un outil national d’évaluation de la recherche commun à l’ensemble des CHU.

Le logiciel, expérimenté et évalué par plusieurs CHU entre 2003 et 2006, a fait l’objet d’un tel succès qu’en mai 2006, Xavier Bertrand – alors ministre de la Santé – a confié au CHRU du Lille la mission d’assurer la diffusion et l’utilisation du logiciel SIGAPS au sein de l’ensemble des établissements hospitalo-universitaires, puis progressivement dans de nombreux établissements de Santé.

Les CHU de France étant dotés d’un même outil et de grilles d’évaluation communes, il apparaissait ainsi plus aisé de mettre en œuvre la réforme des modalités de financement des missions d’enseignement, de recherche, de référence et d’innovation (MERRI) à partir d’un indicateur acceptable de la production scientifique.

Le bénéfice du logiciel SIGAPS réside dans sa fonctionnalité majeure : recenser, analyser, évaluer la production scientifique d’un chercheur, d’un service ou d’un établissement sur une période donnée.

Cet outil tire le meilleur parti de l’interrogation via PubMed de la base de données Medline, qui contient l’ensemble des références bibliographiques des articles édités dans le domaine de la santé.

Pour extraire l’ensemble des références bibliographiques d’un groupe de chercheurs, SIGAPS interroge PubMed à partir de leur nom, puis utilise les données de l’annuaire de l’établissement, pour agréger les données selon différents niveaux de structure (service, clinique, pôle, …).

Les chercheurs sont ensuite invités à se connecter à l’application, pour vérifier que l’outil a bien pris en compte leurs publications, et pour valider la liste de leurs publications et ainsi éviter tout risque de confusion lié aux homonymies.

Quant à l’analyse qualitative des publications, elle s’établit à partir d’une classification des revues (A, B, C, D, E, NC)[2] selon leur facteur d’impact pondéré par discipline.

Ainsi, pour chaque discipline, s’échelonnent 10% de revues en catégories A, 15% en B, 25% en C, 25% en D et 25% en E, ce qui rend les disciplines comparables.

L’analyse de la production scientifique d’un chercheur, ou d’un groupe de chercheurs peut s’effectuer au travers d’un panel de tableaux et graphiques indiquant notamment le nombre de publications par revue ou par année, la catégorie des revues, la position des auteurs, l’évolution ou la répartition par année ou par catégorie, le détail des collaborations par auteur, la liste des termes MESH recensés ou la répartition par langues, ces données pouvant se croiser entre elles. Les références bibliographiques peuvent être exportées aux formats Excel, RIS ou aux normes de Vancouver.

Ainsi, chaque établissement hospitalier peut constituer des rapports bibliométriques sur les publications menées en interne.

L’outil SIGAPS est aujourd’hui généralisé, si bien qu’il apparaît comme un véritable levier pour augmenter et améliorer la production scientifique des chercheurs hospitaliers. De fait, le score SIGAPS conditionne directement la part modulable des Missions d’Enseignement, Recherche, Référence, Innovation MERRI.

Plus récemment, à l’échelle individuelle, les scores SIGAPS obtenus en cumulant sur plusieurs années les publications en langue anglaise dans les revues à haut facteur d’impact, et les collaborations avec différents laboratoires extérieurs peuvent déterminer l’évolution d’une carrière. Ainsi, précise Patrick Lacarin, responsable de la Délégation à la Recherche Clinique et à l’Innovation (DRCI) du Centre d’Investigation Clinique des CHU de Clermont-Ferrand, pour devenir PUPH, il faut au moins 500 points SIGAPS lors des dix dernières années, comme le confirment les recommandations de la sous-section CNU Santé 53.02 (chirurgie générale).

L’outil permet également de  « cartographier les thèmes de recherche et de cerner les thèmes qui montent et les sites pilotes » explique Patrick Devos. Ce qui permet de définir des objectifs stratégiques à court et moyen terme. Ainsi, la mise en œuvre du plan Alzheimer a favorisé l’augmentation du nombre d’articles sur la maladie d’Alzheimer dans des revues à haut facteur d’impact, comme en témoigne l’augmentation de 62% du score SIGAPS dans cette spécialité (Devos, Cortot, & Ménard, 2016)[3].

SAMPRA (Software for Analysis and Management of Publications & Research Assessment)

Sampra est en production à l’Université de Lille depuis février 2016.

Genèse d’un logiciel d’analyse des publications à haute valeur ajoutée pour les chercheurs.

SAMPRA est d’abord né de la demande des Instituts hospitalo-universitaires, qui, évalués par l’ANR, cherchaient à produire des indicateurs fiables pour rendre compte de leur production scientifique. Certains chercheurs des IHU étaient déjà familiers de SIGAPS et souhaitaient utiliser un outil reprenant les concepts de SIGAPS mais intégrant les données pluridisciplinaires du Web of Science et les indices de citation des articles. SAMPRA interroge donc ces deux bases de données bibliométriques pour produire des indicateurs plus performants.

À partir d’une requête sur les noms des chercheurs de l’institution sur les deux bases de données bibliographiques que sont PubMed et le WOS, est extrait  l’ensemble des publications des chercheurs de l’institution. Ces derniers sont invités ensuite à se connecter sur l’application pour vérifier et valider leurs publications, et peuvent générer un rapport d’analyse contenant les principaux indicateurs bibliométriques permettant d’évaluer leurs publications.

L’enjeu de SAMPRA est également d’accroître la visibilité de l’établissement dans les bases de données internationales. L’outil récupère toutes les variantes d’adresses associées aux publications et ces données sont transmises à Thomson Reuters pour une identification unique dans le Web of Science (Organization Enhanced).

En utilisant l’outil d’analyse InCites et les données du WOS, Sampra offre aux chercheurs, aux responsables d’équipe de laboratoires, et à la Direction de la recherche la possibilité d’extraire des listes de corpus par thématique disciplinaire ou par unité de recherche et de les positionner en terme d’excellence au niveau national ou international.  Une analyse complète des publications réalisées en cancérologie au CHRU de Lille a ainsi pu être réalisée, précise Patrick Devos,  l’outil fournit des corpus sur mesure.

À l’Université Lille 2, le besoin d’un outil permettant de rendre visible les publications de toutes les UMR aux multiples tutelles d’une université composée à 80% de chercheurs en biologie et santé se faisait grièvement ressentir. SIGAPS ne recensant que la production du CHU, les autres chercheurs de l’Université qui n’y étaient pas affiliés n’avaient aucune visibilité bibliométrique au sein de l’institution. SAMPRA devait donc essentiellement répondre à ce besoin de visibilité des chercheurs. Pari tenu ?

Oui, apparemment, comme nous l’a montré Solenn Bihan, responsable des services aux chercheurs et administratrice de SAMPRA à l’Université Lille 2.

À l’Université Lille 2, SAMPRA a d’abord fait l’objet de tests par cinq unités de recherche pilotes au printemps 2015, et le logiciel a très vite été adopté. Le temps d’ajouter des développements supplémentaires, et SAMPRA a été mis en production au mois de février dernier.

Il faut croire qu’il répondait à un vrai besoin des chercheurs, précise Solenn Bihan, car dès la première semaine, après réception d’un message les invitant à se connecter à cet outil, 25% des chercheurs y validaient leurs publications. Les données de SAMPRA sont en effet automatiquement liées à celles de l’annuaire de l’établissement. Le profil des chercheurs sur l’application est donc pré-rempli. Le succès de l’outil est sans doute lié aussi à la simplicité de son interface, proche de celles des réseaux sociaux de chercheurs, où les intéressés n’ont qu’à cliquer sur oui ou non pour valider leurs publications.

Suite à la campagne générale de validation prévue en mai-juin, l’université sera en mesure d’avoir une vision globale de sa production scientifique dans les domaines concernés. À l’Université Lille 2, les données de SAMPRA sont directement exploitées par tous (les chercheurs, les responsables d’équipes et d’unités de recherche la direction de la recherche) pour le montage de projets, la stratégie de publication, les évaluations INSERM, HCERES….

Sampra est-il utilisé pour évaluer l’ensemble des disciplines de l’Université ? Apriori oui, explique Patrick Devos, car le Web of science est une base multidisciplinaire. Cependant, tempère Solenn Bihan, toutes les disciplines ne sont pas représentées dans le Web of Science. A l’Université Lille 2, par exemple, si l’outil est pertinent pour évaluer les disciplines proches de la santé, comme la physiologie du sport, il l’est beaucoup moins pour évaluer la production scientifique des juristes ou des économistes.

Un bilan après deux mois ? SAMPRA a donné une excellente visibilité aux publications scientifiques de l’Université Lille 2, et a permis de mieux identifier Lille 2 dans les bases de données internationales. Les chercheurs se sont vraiment approprié l’outil. Cette validation par les chercheurs de leur propre production scientifique apparaît comme la principale valeur ajoutée de SAMPRA. Les chercheurs ont la main sur leur recherche, et les laboratoires peuvent dresser des bilans concluants. Accessoirement, précise Solenn Bihan, l’outil fournit un socle solide pour le pilotage de la recherche de l’établissement. Dans le cadre de la fusion annoncée des 3 universités lilloises, cet outil serait sans nul doute un atout pour la visibilité de la recherche à plus grande échelle.

Pour en savoir plus sur SAMPRA, je vous invite à visionner ce tutoriel vidéo réalisé par l’Université Lille 2.

Pour lire cette vidéo veuillez activer le Javascript et utilisez un navigateur moderne compatible HTML5 supports HTML5 video

 

 

Nota Bene : J’adresse mes remerciements les plus vifs à Patrick Devos, Solenn Bohan et Patrick Lacarin, qui ont eu l’amabilité de répondre à mes questions et de relire ce billet avec attention.

[1] Sur les différences entre SIGAPS et SAMPRA, voir le billet de blog de la BIU Santé intitulé 8 questions sur SIGAPS et SAMPRA http://www2.biusante.parisdescartes.fr/wordpress/index.php/sigaps-sampra/

[2] A : niveau excellent ; B : très bon niveau ; C : niveau moyen ; D : niveau faible ; E : niveau très faible ; NC : revue nationale ou acte de congrès.

[3] Devos, P., Cortot, A., & Ménard, J. (2016). Utilisation des données SIGAPS pour mesurer l’impact du plan Alzheimer sur la production d’articles des CHU. La Presse Médicale, 45(2), e1‑e10. http://doi.org/10.1016/j.lpm.2015.07.023

L’Open access est-il négociable ? Leçons du contrat Elsevier / Pays-Bas

La négociation entre Elsevier et les universités néerlandaises s’est conclue il y a peu. Son déroulement et ses résultats sont présentés par le professeur Gerard Meijer, un des universitaires acteurs de la négociation (pour les gens pressés : voyez les cinq dernières minutes de la vidéo ; mais l’ensemble est passionnant !). En résumé :

  • un contrat de 3 ans, 2016-2018
  • des taux d’inflation de 2.9, 2.5 et 2.2 %
  • une clause de passage au libre accès : chaque année, le nombre d’articles néerlandais en libre accès augmentera de 10 %. En 2018, 30 % des articles publiés par des chercheurs néerlandais1 dans les revues d’Elsevier seront donc en accès libre. Ce passage est couvert par le contrat et n’occasionnera pas de paiement supplémentaire de frais de publications (APC, article processing charges).

Qu’en penser ?

D’abord, deux coups de chapeau aux universitaires néerlandais : un premier pour avoir mené (en équipe) une négociation très dure ; un second, beaucoup plus appuyé encore, pour avoir présenté publiquement les résultats de la négociation. C’est une première, à ma connaissance, et très courageuse, parce qu’elle expose le résultat à la critique internationale.

Sur le fond, à présent ? Le contrat que décrit G. Meijer fournit des arguments aux partisans comme aux adversaires de la transition négociée vers le libre accès.

Pour les partisans de la négociation, l’expérience néerlandaise prouve qu’il est possible de coupler la négociation sur l’Open Access avec celle des abonnements. Financièrement, cela peut être rentable, car les APC vont diminuer dans des disciplines où ils étaient sans doute importants ou risquaient d’augmenter (les disciplines visées par la transition sont celles qui sont déjà actives en OA) : la dépense est désormais incluse dans l’accord. Politiquement, cela fait faire un pas vers l’OA, puisque tout une partie de la production bascule, d’un seul coup, de l’abonnement au libre accès.

Les sceptiques ne manqueront pas d’objections non plus : ce qui se prépare avec de tels contrats, c’est la reconduite du monopole des éditeurs commerciaux dans l’édition scientifique, en y absorbant l’open access. La transition vers l’OA est effectivement possible dans ces conditions, mais à aucun moment cette transition ne permettra la baisse des tarifs : elle est négociée avec des acteurs dont le principal objectif est de les augmenter. Elle ne permet pas non plus à de nouveaux éditeurs d’entrer dans le jeu, puisque les éditeurs majeurs restent les partenaires privilégiés des scientifiques dans le libre accès : « Publiez chez eux, c’est gratuit compris dans le contrat ! » Avec ce type d’accord, on fait bel et bien progresser le libre accès, mais on laisse irrésolus les problèmes fondamentaux : la main-mise des gros éditeurs commerciaux sur la production scientifique et ses conséquences désastreuses, financières et scientifiques, pour les établissements de recherche du monde entier.

Avec tout le respect dû au courage des négociateurs, je me range dans le camp des sceptiques, on l’aura compris. Cette négociation illustre, je crois, ce que l’on peut obtenir de mieux des éditeurs : une transition vers le libre accès à inflation constante… En termes marchands : « mieux, mais pour plus cher. » Est-ce cela que nous voulons : le libre accès à tout prix ?  Alors que nous sommes étranglés par nos dépenses actuelles auprès des éditeurs ? Ce que plaide le livre blanc de la bibliothèque Max Planck2 , c’est la négociation avec les éditeurs pour une transition rapide vers l’OA, avec l’idée de faire diminuer la dépense.  L’exemple néerlandais montre que l’on peut remplir la première condition (une transition rapide vers l’OA), et ce, au prix d’une négociation très dure. Mais quelle négociation pourrait déboucher sur une diminution de la dépense, quand elle se fait avec des éditeurs en situation de monopole ? Quel moyen de pression avons-nous pour obtenir cela ? Et si la transition se fait à dépense constante, sur quel miracle peut-on compter pour la faire diminuer ensuite ? De ce point de vue, l’expérience néerlandaise sonne comme un démenti empirique des propositions du Max Planck : nous sommes dans la nasse.

Or, ce que souhaitent les chercheurs qui défendent le libre accès, et ce que nous souhaitons nous, dans les bibliothèques, c’est la possibilité pour les scientifiques de publier et de lire à des coûts réellement modestes, dérisoires même. Démanteler le système de l’abonnement n’y changera rien. Ce qui est en cause, c’est le détour inutile que font les articles par une machine éditoriale qui les facture ensuite à ses propres auteurs. De ce point de vue, Episciences, Mathdoc, le Quality open access market, Revues.org et tous les systèmes qui leur ressemblent sont les seules réponses vraiment adaptées.

Je ne sais pas s’il est encore possible d’éviter une vague de négociations emboîtant le pas à celle-ci, avec pour effet prévisible de laisser la maîtrise du jeu aux éditeurs qui l’ont déjà. J’en doute.

Je pense en revanche que nous pouvons, et devons, faire naître autant de revues en libre accès que nous le pouvons, fondées sur des bases économiquement et scientifiquement saines. Pour cela, nous pouvons travailler localement et nationalement en mettant des pépinières de revues en place. Nous pouvons encourager de jeunes chercheurs à créer de telles revues, et les y aider. Nous pouvons demander à des chercheurs de renom, qui n’ont plus rien à prouver, d’en créer d’autres, toujours avec notre aide. Autant de jalons posés pour la refondation du système, un jour.

Car j’ai l’impression qu’il va aussi falloir être patients.

Statue de femme assise, les mains entourant ses genoux, regardant la mer.
Attente ; Hambourg, mémorial des femmes de marins (Cliché Jaime Silva).

 

 

 

 

 

 

 

  1. Très précisément, il s’agit d’articles dont l’auteur principal, le corresponding author, est néerlandais. []
  2. Cf le § 3 de ma traduction du livre blanc : « Il y a actuellement déjà assez d’argent dans le système. Une transition à grande échelle de l’abonnement vers l’édition en libre accès est possible sans dépense supplémentaire. » []