Collections et innovation : à la croisée des charnières

Invité début juin à contribuer dans une table ronde au congrès de l’association des bibliothécaires de France, qui portait sur le thème de l’innovation, je poste ici le texte de mon intervention, juste assez retouché pour permettre le passage à l’écrit, ce qui me permettra d’archiver le texte1.

Voici le lien vers la prézentation dont je me suis servi. La séance ayant fait l’objet d’une captation vidéo, j’indiquerai aussi le lien dès qu’il sera disponible.

[mise à jour, 18 juillet 2016 : lien vers la vidéo]

Introduction

Petit préambule, je m’engage solennellement à bannir de mon propos, à tout jamais, les propositions suivantes :

Nous vivons une époque charnière. Nous sommes à la croisée des chemins. Les bibliothèques sont à un tournant. Il faut changer les mentalités.

Pourquoi tant de vindicte contre ces formules qui n’ont d’autre vice qu’une impérissable platitude ? Parce qu’à mon avis elles procèdent d’une perception faussée de la réalité : englués dans notre époque, nous ne voyons pas que l’histoire est une succession ininterrompue de charnières, de carrefours, de tournants et de transitions qui font changer les mentalités. Je propose donc de poser la question dans l’autre sens :

Quelles sont les transitions que nous vivons aujourd’hui ?

J’en vois trois, dont une en particulier qui nous invite à innover. À innover UN PEU, j’y reviendrai en conclusion. Trois faits importants qui nous ont poussés, en BU, à innover du côté des collections. Trois transitions concomitantes, que l’on peut décider de combattre ou d’aider. Trois changements dont un, en particulier, nous pousse à des activités nouvelles.

Mais commençons par notre situation de départ. En l’an 2000, dans mon carton, sur son rayon, qu’y met-on ? En simplifié : des collections imprimées, achetées, signalées, exposées. Mais ça, c’était au siècle dernier. Depuis…

De l’imprimé à l’électronique

Depuis, la première transition qui est survenue, c’est la transition entre l’imprimé et l’électronique. Celle-ci est presque derrière nous, maintenant : en 10 ans, nos dépenses électroniques sont devenues écrasantes, nos dépenses imprimées résiduelles. Aujourd’hui, nous achetons presque exclusivement de l’électronique.

Répartition des dépenses documentaires de la BCU entre imprimé et électronique.
Répartition des dépenses documentaires de la Bibliothèque Clermont Université entre imprimé et électronique. « Écrasantes », est le mot…

 

 

 

 

 

 

 

Presque. Il faut pondérer de trois nuances :

1°) C’est plus vrai pour les sciences exactes que pour les sciences humaines (et les maths).

Graphique montrant la répartition des dépenses documentaires par disciplines
Répartition des dépenses documentaires 2015 de Clermont par discipline

2°) C’est plus vrai pour les revues que pour les livres.

Graphique montrant la répartition des dépenses documentaire par type de ressources
Répartition des dépenses documentaire 2015 de Clermont par type de ressources

3°) On n’aboutit pas à un paysage « zéro papier ». Cependant, il est vrai que ce qui entre dans nos collections est, chaque année, de plus en plus électronique et de moins en moins imprimé, et que nous n’avons pas atteint le plancher. Je pense qu’il y en a un, mais nous n’avons pas encore les pieds dessus.

Avons-nous innové ? Oui. L’avons-nous décidé ? Pas vraiment : ce sont nos utilisateurs qui ont innové les premiers : les chercheurs se sont littéralement rués sur la documentation électronique. Il n’était pas concevable de ne pas les suivre. Les BU ont suivi, avec deux conséquences :

    1. Du côté de la technique : nous avons appris à maîtriser les outils numériques, du proxy à l’outil de découverte, en passant par les statistiques.
    2. Du côté de la pratique professionnelle : la négociation, les enjeux économiques de l’édition scientifique, n’ont plus de secret pour nous (cela ne nous rend pas capable de peser dessus, mais c’est une autre histoire !). C’est toute l’histoire du consortium Couperin, avec son engagement de plus en plus professionnel et de plus en plus visible dans les négociations et dans le paysage de l’IST2.

Je ne m’étends pas : chacun a entendu parler, jusqu’à l’épuisement (budgétaire et nerveux), du passage de l’imprimé à l’électronique. Inutile de développer. Transitons donc sans transition de la transition 1 à la transition 2.

Du payant au gratuit

La seconde transition, c’est l’avènement du libre accès (open access). Nos collections sont de plus en plus en libre accès. Ce qui veut dire, soit dit en passant, que ce ne sont plus nos collections…

Pourtant cette transition est d’abord une transition voulue.

  • Par les chercheurs, qui ont vu dans le web un outil de choix pour la grande conversation scientifique, et qui l’ont solennellement proclamé par la déclaration de Berlin.
  • Par les bibliothécaires, plus prosaïquement, parce que les revues en ligne sont hors de prix. Le libre accès, c’était l’espoir : demain, on s’abonne gratis !

    Las… C’est aussi une transition subie, parce que le modèle économique « auteur-payeur », qui prédomine, consolide le pouvoir économique des éditeurs, au moins en science, technologie, médecine. Aucun espoir pour les chercheurs d’assainir le circuit : tant que leur carrière dépend de leur score de publication, ils publieront à n’importe quel prix (pour vous donner une idée : un auteur peut débourser 5000 $ aujourd’hui pour publier un article en OA ; et ce n’est pas le prix maximal). Aucun espoir pour les bibliothécaires de diminuer la facture. Pour l’instant, elle augmente même parce que les auteurs payent pour mettre en libre accès des articles dans des revues dont nous payons les abonnements ! C’est la nasse dorée dont j’ai déjà parlé.

    Quelques modèles intéressants ont quand même vu le jour, où les bibliothèques ont leur rôle à jouer. Par exemple le modèle freemium : les BU s’abonnent à des revues en libre accès, et payent pour des services supplémentaires (téléchargement des PDF, statistiques d’usage). Elles financent ainsi, pour un tarif modique (4000 €/an à Clermont pour revues.org), la publication en libre accès. Le modèle « Knowledge Unlatched », qui propose la libération des contenus par souscription3, fonctionne bien, lui aussi.

Cette seconde transition est en cours, elle vise « l’horizon 2020 ». En 2020 ou un peu plus tard, elle sera achevée. Mais elle ne nous laisse finalement pas beaucoup de marge de manœuvre et d’innovation.

En fait, le véritable enjeu, c’est de comprendre et d’assimiler les deux premières transitions pour se lancer dans la troisième…

De l’acquis au produit

Cette fois il s’agit bien d’innover. La production, c’est une nouvelle branche qui s’élance du tronc des bibliothèques. C’est aussi le défi de la décennie à venir pour les BU, je pense : cette branche, à quoi va-t-elle ressembler, et quelle sera sa vigueur ?

Nous aurons de moins en moins de documentation acquise, d’abord parce qu’elle est de plus en plus chère et que nos moyens s’épuisent, ensuite parce que dans le monde du libre accès, ce sont les auteurs qui vont payer pour publier, et non les lecteurs pour lire. À quoi servirons-nous dans ce paysage recomposé ? À tenir la comptabilité des frais de publications ? Je ne suis pas sûr que nous soyons indispensables, ni très motivés, pour cela. Et même si cette activité entre dans nos fonctions (car on y travaille, tout de même, en essayant de repérer les dépenses auteurs payeurs dans nos universités !), elle n’emploiera guère plus d’un bibliothécaire par établissement…

Alors, à quoi allons-nous bien pouvoir servir ? Eh bien de plus en plus, je crois, aux côtés des chercheurs et des étudiants, à produire de la documentation (pardon) de l’IST. C’est-à-dire à mettre en ligne les documents produits par nos chercheurs, ou même à les aider directement dans le processus de publication.

Cette nouvelle branche d’activités se scinde en trois rameaux4.

  1. Le premier rameau est une vieille branche, si j’ose dire, celle de la bibliothèque numérisée : contribuer à faire naître LA bibliothèque virtuelle universelle, en numérisant et en mettant en ligne nos fonds anciens, nos unica, nos livres rares ; nos fonds locaux à valeur scientifique reconnue ; celles de nos collections qui présentent un intérêt intellectuel particulier. Google peut le faire, nous aussi ! On numérise et on veille au référencement des fonds numérisés dans Gallica, Europeana, etc.

  2. Le second rameau est celui des travaux universitaires : il a commencé avec le signalement et la mise en ligne des thèses, autour de 2010. Aujourd’hui, des dizaines de milliers de thèses soutenues sont en ligne, et ce sont les bibliothécaires qui s’en occupent. les mémoires, les thèses d’exercices sont en train de suivre, cela représentera bientôt, aussi, des centaines de milliers de documents disponibles sur le web. Et l’on peut en faire autant pour les articles : dans les archives ouvertes (HAL et autres) les chercheurs peuvent mettre en ligne des copies en libre accès des articles publiés par les éditeurs. Il s’agit d’archivage et non de publication, mais pour le lecteur, quelle différence ? Il a son article, gratis, sans barrière ! Un peu partout, ce sont les bibliothécaires qui portent les projets d’archives ouvertes.

  3. Le troisième rameau, c’est celui du soutien direct à l’édition. Les bibliothèques peuvent entrer en discussion avec leurs universités pour soutenir la marche vers le libre accès. C’est ce que matérialise à Clermont le pôle d’édition numérique, qui fédère les presses universitaires, la MSH et la BU, pour encourager les projets de revues. Cela nous permet de pousser ensemble des revues vers revues.org, la principale plate-forme de revues en libre accès en sciences humaines (deux revues clermontoises ont migré vers revues.org par le travail commun de la bibliothèque, des presses et de la MSH). Cela nous permet de suivre et d’encourager la naissance de nouveaux modèles d’édition électronique, comme le modèle « Episciences », où l’article est en libre accès de sa soumission à sa publication, puisque la revue est assise sur une archive ouverte, en espérant qu’un jour des revues clermontoises pourront rejoindre ce projet. Cela nous permet de tester des outils, comme le logiciel Open Journals System, qui soutient aujourd’hui, à Clermont, une revue récemment lancée.

Là, c’est de la véritable innovation, avec son côté tâtonnant. Mais il faut le tenter, même à tâtons, parce que l’aide directe à la publication de revues, c’est la possibilité de de contrebalancer la montée du modèle auteur-payeur qui laisse l’édition scientifique prisonnière d’une machine folle.

Je pense que cette troisième transition, de l’acquis au produit, est le domaine par excellence de l’innovation. Et pourtant…

Dans le scriptorium

Deux remarques pour conclure.

1. ma lecture du moment, c’est la théorie de l’évolution relue par Teilhard de Chardin5. Essayons de l’appliquer aux bibliothèques : des mutations sont en train de se produire, des rameaux poussent, mais nous ne savons pas encore lesquelles vont croître, et lesquels dépérir  Pour l’instant, il faut tout essayer, faire pousser tous les rameaux. Le temps se chargera bien d’élaguer (nous vivons une époque charnier).

2. toujours pour rester fidèle au teilhardisme bibliothéconomique  : les branches qui s’élanceront et deviendront prospères, on pourra toujours en retracer et retrouver l’origine, a posteriori, en puissance, dans la bibliothèque de toujours, LA bibliothèque scriptorium : lieu d’édition, de conservation, de circulation et de consultation.

Copiste au travail dans un scriptorium (image tirée d'un manuscrit du 15e siècle)
Copiste au travail. Bibl. nat. de France, manuscrit français n°9198, f. 19.

 

Vulgairement parlant, on fait du neuf avec du vieux : pour ce qui est des publications scientifiques, le scientifique Martin-Paul Eve, appelait déjà en 2012 à refonder le modèle des imprimeries universitaires6 ; et sérieusement, quand on numérise un livre pour le mettre en ligne, que fait-on, à part du travail de copiste ?

C’est bien plus qu’une boutade. Je crois beaucoup à l’innovation, au sens où elle représente une démarche expérimentale, risquée, donc courageuse. Mais je suis sûr que quand une innovation réussit, c’est qu’elle nous fait devenir ce que nous sommes.

  1. …et de caser quelques jeux de mots potaches que j’ai sauté en séance pour ne pas dépasser le temps imparti. []
  2. Information scientifique et technique : c’est le petit nom de la documentation dans le monde de la recherche, sans doute parce que documentation sonne un peu trop scolaire. []
  3. Quand un nombre donné de bibliothèques a acheté un livre, il est « libéré ». []
  4. Comment résister à cette métaphore bibliothécologique qui nous tend les bras ? []
  5. P. Teilhard de Chardin, Le phénomène humain, Paris, Seuil, 1955. À noter, sa notice dans Wikipedia est gravement incomplète : Teilhard était jésuite, paléontologue ET auvergnat. Si l’une des épithètes vous gêne, dites-vous que nul n’est parfait. Étant personnellement très ouvert, je n’ai rien contre les paléontologues. []
  6. Martin-Paul Eve, Tear it down, build it up: the Research Output Team, or the library-aspublisher : « The solution that I propose to this growing crisis for all three stakeholders in the world of scholarly publishing lies in the concept of the Research Output Team (ROT), a fusion of the library and the publisher. In many ways this is a return to the idea of the university press; an in-house facility for publishing work. » []