Données ouvertes : premier essai

Coûts de documentation électronique
à Clermont-Ferrand (2009-2015)

 

Les données ouvertes étant de saison, la BCU y apporte sa contribution en publiant les coûts de la documentation électronique à Clermont depuis 2009.

[Mise à jour du 20/07/2016 : après discussion via la liste de diffusion des carnetiers, pour plus de commodité le tableur de données a finalement été déposé sur Zenodo : http://dx.doi.org/10.5281/zenodo.58282]

Mon avis (je l’ai développé amplement sur l’Alambic) est que dans l’idéal, semblable tableau devrait exister pour l’ensemble des dépenses documentaires des universités et organismes de recherche français. Notre culture de la centralisation rend ce travail réalisable : des données précises sont collectées depuis longtemps, partout. Soyons justes, d’ailleurs, les données ouvertes françaises sont loin d’être inexistantes et les jeux de données déjà mis à disposition sur le site qui leur est dédié sont précieux et abondants.

En attendant une publication globale, faisons notre part du travail :

  • à titre d’échantillon, pour qui s’intéresse aux coûts de la documentation : Clermont est un exemple de site universitaire de taille moyenne (35 000 étudiants environ : les effectifs sont publiquement disponibles sur le site susdit) ;
  • par souci de cohérence : depuis longtemps, je défends la nécessité de ce genre de divulgation ; j’ai assez tardé à la pratiquer.
  • à titre expérimental, pour vérifier l’innocuité et éventuellement l’utilité de l’entreprise.
  • dans l’espoir que d’autres fassent de même, sait-on jamais ?

Peut-être, d’ailleurs, vais-je découvrir que bien des collègues ont déjà publié leurs chiffres. Si d’autres collectent ou diffusent des données similaires, cela permettra d’engager une discussion, par exemple sur la façon dont elles peuvent être rendues comparables les unes aux autres (HT ou TTC, monnaie d’origine ou euros, etc.). Si certains trouvent difficiles d’utiliser celles-ci, cela permettra d’identifier les informations dont il faut les accompagner. Au pire, ces données resteront là, inutiles mais disponibles, et raisonnablement encombrantes.

Il faut bien les commencer un jour et par quelque part, ces données ouvertes.

Illustration en tête du billet : Open Data, par Descrier (descrier.co.uk) ; sous licence Creative Commons, Attribution