Adieu, big deal

Le 1er janvier 2017, pour son entrée en scène, l’Université Clermont Auvergne1 s’offre un début fracassant : la fin de son abonnement à la Full collection de Wiley. La décision vient de faire l’objet d’un communiqué envoyé à tous les chercheurs, et publié sur le site web de la BCU.

Photographie montrant le mot "Adieu" tapé à la machine à écrire.
« Adieu », par Aldo Van Zeeland (licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation commerciale, pas de modification).

 

Un problème de coût

Cette fois nous sommes au pied du mur : le bilan financier 2017 de la BCU n’appartiendra à l’ensemble R+ des réels positifs que si nous rabotons sérieusement nos abonnements. D’autres sont passés par là avant nous : Montréal  et la BIU santé se sont désabonnés dès 2014 de la Full Collection et de bien d’autres depuis. C’est notre tour.

Le tableau et le graphe ci-dessous dessinent l’évolution de nos dépenses2 (en € TTC) auprès des quatre éditeurs qui nous fournissent nos plus belles factures. Pour les gens pressés, résumons d’une phrase : en six ans3, à service égal4 notre dépense cumulée chez ces quatre éditeurs a augmenté de 236 000 €, soit 38 %. Il est avéré que ces augmentations tarifaires financent autre chose et n’ont aucun lien avec le service rendu à la communauté scientifique.

Tableau des coûts à Clermont pour les principaux éditeurs
Dépense auprès des grands éditeurs.
Évolution des coûts à Clermont entre 2011 et 2015
Dépense auprès des grands éditeurs (2011-2016)

Pourquoi Wiley ?

Au premier coup d’œil, l’avisé lecteur observera avec étonnement que nous n’avons pas fait porter l’effort sur la plus grosse dépense ni sur celle (c’est la même, bien entendu, celle d’Elsevier) qui augmente le plus vite.

C’est malheureusement impossible : l’essentiel de ces dépenses passe par des contrats pluriannuels, dont on ne peut pas se dégager à volonté. C’est particulièrement vrai pour l’abonnement à la collection d’Elsevier, qui nous coûtera plus de 500 000 € en 2018, et dans lequel nous sommes engagés, volens nolens, par le contrat national conclu voici trois ans. Espérons que la prochaine négociation nous épargne la reconduction de cette invraisemblable dépense !

L’abonnement Wiley, lui, arrive à échéance cette année après trois ans de contrat. Il ne fallait pas laisser passer cette occasion d’examiner l’utilité de la ressource, rapportée à son coût. Or de ce point de vue, le bouquet Wiley est, à Clermont, dans une situation limite. Malgré un travail soutenu sur les titres accessibles, au regard de la dépense consentie l’usage de la collection n’est pas satisfaisant. Le coût moyen au téléchargement, qui se situe entre 1 et 2 euros pour les grands bouquets, oscille entre 3 et 4 pour la Full Collection. Pour des bouquets dont le coût est faible en valeur absolue, nous pouvons supporter des coûts moyens plus élevés, mais Wiley coûte plus de 125 000 € par an.

Coût et usage de la collection Wiley (2009-2015)En plongeant dans les statistiques 2015-2016 on observe, comme souvent dans les gros bouquets, un usage très concentré : les 300 titres les plus consultés couvrent 75 % des téléchargements, et parmi eux les 100 premiers en rassemblent déjà 50 %… Au bas de l’échelle, 1815 titres consultés moins d’une fois par mois en 2015-2016, dont 880 sans aucun téléchargement. Une petite optimisation s’impose.

Le petit problème que nous rencontrons, c’est que si nous restreignons nos abonnements à 300 titres, le devis passe de 130 000… à 400 000 €. En effet, pour que l’achat du bouquet apparaisse comme la seule solution viable, Wiley, comme les autres éditeurs, facture des prix astronomiques pour les abonnements au titre à titre. Parmi les cas extrêmes, le Journal of Applied Polymer science affiche fièrement un tarif de 20 000 € annuels, tandis que deux revues majeures de chimie5 flirtent avec les 10 000 € d’abonnement chacune. Nous sommes donc confrontés à un choix très simple : soit nous validons la stratégie de l’éditeur (un bouquet très cher, mais « plus avantageux ») et restons dans le contrat, soit nous privilégions notre besoin primordial, qui est de réduire la dépense, et nous acceptons de réduire radicalement la liste de nos abonnements. C’est ce choix que l’Université vient de faire.

En 2017, l’UCA s’abonnera à deux ou trois dizaines de titres Wiley, au plus, pour un montant global qui ne dépassera pas 50 000 €. La liste des titres est encore en discussion. Ils sont sélectionnés après discussion avec les enseignants chercheurs, en privilégiant ceux auxquels ils ne peuvent accéder via leur laboratoire, et dont le coût modeste permet de rester dans l’enveloppe globale impartie.

Et ensuite ?

Bien sûr, la perte d’accès sera réelle. Elle n’est pourtant pas totale : les revues Wiley acquises en licence nationales, et versées dans le dispositif ISTEX, resteront accessibles ; les chercheurs pourront toujours recourir au prêt entre bibliothèques (gratuit à Clermont), échanger leurs papiers via les réseaux sociaux de la recherche et les archives ouvertes comme ils le font déjà6. De toute façon, l’Université ne peut plus suivre une fuite en avant tarifaire dont les 15 années écoulées suggèrent qu’elle sera sans fin. Une fois évaluées, dans la durée, les conséquences pratiques de ce choix, il faudra peut-être l’appliquer à d’autres contrats.

Cette décision un peu spectaculaire ne doit pas cacher les chantiers de fond qui visent le long terme et qui restent les mêmes : encourager le dépôt systématique dans HAL7 ; participer à la création de revues en libre accès grâce au Pôle éditorial numérique ; informer les chercheurs sur les enjeux de la publication en libre accès et surveiller les frais de publication qui leur sont facturés, les encourager à bannir le modèle hybride, à privilégier les éditeurs responsables et les modèles de type Episciences, dont les coûts sont modestes ou nuls.

Année après année, une à une, des revues respectueuses des besoins de la communauté scientifique se créent ou se recréent. C’est ainsi que la revue Lingua est devenu Glossa , que Topology est devenu Journal of Topology, que la revue Sociologie du Travail vient de migrer vers Revues.org, que 8 revues de sciences sont désormais hébergées sur Episciences. La surenchère tarifaire a beau suivre sa course effrénée, les fondations d’une libre publication de la recherche sont discrètement posées. Çà et là, goutte à goutte, la conversation scientifique se réinstalle, plus librement, sur la toile…

Gouttes d'eau sur une toile d'araignée.
Drops on a spider web, par Vincent (publié sur FlickR sous licence Creative Commons, Attribution).
  1. L’UCA réunira, au 1er janvier, l’Université d’Auvergne et l’Université Blaise Pascal, séparées depuis 40 ans. []
  2. Les chiffres agrègent les différents abonnements souscrits auprès de chaque éditeur : revues et base SciFinder chez ACS ; Freedom Collection, EM-Premium, BMF et Jurisclasseurs chez Elsevier ; revues de Springer ; Full Collection et Cochrane Library chez Wiley. []
  3. Avec, sur la même durée, un budget en légère diminution. []
  4. C’est à dire sans autre accroissement que la publication, année après année, de nouveaux articles. []
  5. Angewandte Chemie, et Chemistry – A European Journal. []
  6. La protection du dépôt en archives ouvertes par la loi « République numérique » rend même la chose plus facile. []
  7. La BCU a organisé 4 ateliers cet automne et continue le travail auprès des chercheurs. []