L’accessibilité du site web : c’est fait !

La date limite de mise en conformité avec le référentiel général d’accessibilité pour les administrations (RGAA) approchant (octobre 2016), nous avons démarré notre chantier web en avril sans penser atteindre les objectifs avant la fin de l’année. Et pourtant, nous y sommes ! Tous nos sites satisfont aux règles du RGAA et des Web Content Accessibility Guidelines (WCAG).

Soyons franc, sans l’insistance et la conviction de Françoise Fontaine-Martinelli, responsable de la mission lecture et handicap à la BCU (cf. ses billets sur le sujet), nous ne nous y serions pas encore mis (et nous aurions eu tort) ! Partant des propositions émises dans son rapport de mission, la bibnum (développeur et bibliothécaire) a mis en œuvre, depuis le mois d’avril, des mesures d’amélioration de l’accessibilité du site web. Ce travail s’est appuyé sur les recommandations et guides du site AcceDe Web ainsi que sur les outils du réseau Opquast.

Mise en conformité du site web avec les règles d’accessibilité standard

  • Affichage d’un fil d’Ariane sur toutes les pages
  • Création d’une page plan du site accessible depuis le pied de page
  • Création d’une page aide et accessibilité accessible depuis le pied de page
  • Mise en place de liens d’évitement pour permettre une navigation rapide
  • Mise en place de raccourcis clavier pour suppléer l’usage de la souris
  • Reprise du code HTML des pages pour rendre le HTML accessible et conforme
  • Reprise des galeries d’images pour les rendre accessibles (plugins Drupal)
  • Modifications de style diverses (soulignement des liens, marges des titres, etc.)
  • Intégration du format et du poids des fichiers pour chaque lien de téléchargement (voir par exemple la page consacrée aux outils de méthodologie documentaire)

Ces ajustements ont été effectués d’abord sur notre site web, entre avril et juin. Puis, ils ont été réalisés sur nos deux plates-formes Omeka : les Carnets géologiques de Philippe Glangeaud et notre bibliothèque virtuelle.

Le plus dur est fait, mais il faut maintenant s’assurer que les sites restent accessibles dans le temps.

Consignes pour la rédaction

Le prochain chantier consistera à adapter la notice d’accessibilité éditoriale proposée par AcceDe Web. Il s’agit d’un guide de bonnes pratiques à suivre par les différents rédacteurs du site web. Il permettra à chacun d’adopter de bons principes de rédaction et d’utilisation des liens, images et autres objets du web.

Là réside la difficulté du projet car, même si nous établissons avec eux les consignes de rédaction, les rédacteurs devront certainement se confronter à quelques balises HTML, ce qu’ils ne maîtrisent guère. Le rôle du webmaster devrait s’en trouver renforcé : il devra certainement passer plus de temps sur le contrôle qualité des publications pour veiller à la conformité aux règles.

Conclusion

Malgré les incitations institutionnelles et la mission lecture-handicap au sein de la BCU, nous avions du mal à démarrer le chantier accessibilité de nos sites web. Il nous manquait essentiellement les recommandations techniques pour le faire.

Et puis nous pensions que respecter les standards du web suffisait à satisfaire les besoins de nos publics ; que travailler sur l’accessibilité ne profiterait qu’à une minorité de gens dont on ne connaît pas les attentes. Quel tort !

Il s’avère que l’accessibilité numérique profite à tous. Tout ce qui a été mis en place améliore considérablement la lisibilité et donc l’usage de notre site. Certes, il reste beaucoup de choses à faire pour augmenter l’utilisabilité de nos outils mais les rendre accessibles constitue une étape essentielle autant que nécessaire.

Pour en savoir plus, consultez notamment le site Bibliothèques inclusives.

La version mobile du site web

Cela fait quelques semaines maintenant qu’une nouvelle version du site est en ligne !

Cette nouvelle mouture permet une consultation plus aisée sur plate-forme mobile que ce soit sur tablette ou smartphone.

Il y a plusieurs solutions pour adapter un site pour mobile : créer une application à part entière ou partir du site existant. Étant donné le contenu important du site, nous avons préféré opter pour la deuxième solution. Ceci nous a été permis grâce aux Media Queries.

Cette spécification du langage CSS3 offre la possibilité de cibler le type et la taille d’écran pour lesquels nous souhaitons effectuer l’adaptation. Le CSS est un langage permettant de décrire la présentation d’une page HTML. L’adaptation du site n’a pratiquement nécessité que ce langage et a permis un développement rapide.

smartphoneLa disposition du site a dû être repensée afin de s’afficher verticalement. Le script affichant les sous-menus au survol de la souris a été désactivé pour s’adapter à une utilisation tactile. Une des colonnes a été supprimée car elle faisait redondance avec le menu principal. Le but est d’épurer un maximum la version originale afin de réduire les éléments à afficher.

La version tablette permet de consulter les actualités et les informations pratiques dès la page d’accueil. Les actualités ne sont pas disponibles directement sur la version pour smartphone mais via les sous-menus. L’habillage du site a été revu pour chaque mini-site des bibliothèques de la BCU.

L’autre point important à prendre en compte est le Viewport. Il s’agit de la dimension que le navigateur va donner à la page. Ce cas épineux présente des difficultés d’affichage des sites mobiles. En effet, pour un même mobile il existe trois dimensions d’écran. Une que le mobile a réellement, une autre qu’il pense avoir et une dernière qui dépend du navigateur du mobile en question (le fameux Viewport). Il est impératif d’harmoniser ces trois tailles en les définissant les unes par rapport aux autres grâce à la balise HTML : meta.

Pour ceux n’ayant pas de mobile un simple redimensionnement de la fenêtre du navigateur sur ordinateur permet de visualiser cette nouvelle version.

N’hésitez pas à donner vos avis !

 

Moi? Mathilde Delaporte, actuellement stagiaire à la bibnum et étudiante en informatique. Je suis chargée de l’adaptation du site. Ce stage m’a permis d’effectuer mon premier pas dans l’univers des bibliothèques que je compte continuer à explorer.

 

 

 

Pratiques de lecture des étudiants déficients visuels : mieux les connaître pour mieux servir

Livre en braille contenant du texte et une carte en relief
Livre conservé dans la maison natale de Louis Braille

J’ai assisté hier matin à une conférence d’Olivier Bessard-Banquy, organisée par le CRFCB et intitulée « Les mutations de la lecture ». Je suis un peu restée sur ma faim car les propos, largement émaillés de jugement de valeur sur des auteurs grand public, concernaient essentiellement la lecture d’oeuvres littéraires et l’édition alors que j’espérais entendre parler des lecteurs. Ils apparaissaient bien ça et là, au détour d’une phrase mais trop peu à mon goût et à certains de mes collègues bibliothécaires. Ce que j’avais projeté de la conférence ne correspondait pas au profil du conférencier, spécialiste de l’édition. Bel exemple d’une réponse qui ne correspond pas à un besoin et tombe à plat sans que la qualité de l’intervention soit remise en cause.

Je reste persuadée que, pour apporter des réponses pertinentes, il nous faut partir des besoins et des pratiques d’information et de lecture de nos usagers. Dès lors que les pratiques évoluent (et rapidement puisqu’elles sont liées à une industrie de la connaissance qui n’a de cesse de créer de nouveaux débouchés commerciaux), c’est une perpétuelle remise en cause de nos propres pratiques qui se joue. C’est tout l’inconfort et le sel du métier de bibliothécaire aujourd’hui.

Mon billet portera aujourd’hui sur les pratiques de lecture des étudiants déficients visuels. En effet, les réponses se complexifient encore lorsqu’il s’agit de répondre aux demandes documentaires d’étudiants qui ont besoin de documents adaptés. Entrer à la bibliothèque ou dans une librairie, interroger un catalogue pour localiser un document, parcourir une quatrième de couverture, lire un sommaire, feuilleter, scroller : autant de comportements communs, autonomes et autorisés pour un lecteur valide, compliqués, impossibles ou trop chronophages pour un lecteur aveugle ou malvoyant. Alors comment font-ils et comment apporter notre aide et nos compétences dans ces recherches ?

Compenser le handicap : le recours aux aides techniques

Le pas du numérique est franchi depuis longtemps par les étudiants en situation de handicap qui utilisent comme outils de compensation du matériel et des logiciels : ordinateur (de bureau ou portable) équipé selon les cas d’un logiciel d’agrandissement de caractère, d’un logiciel de revue d’écran (payant ou gratuit), d’une plage braille complété le cas échéant, d’un télé-agrandisseur, de loupes numériques, d’un bloc-notes braille, d’un scanner avec OCR, d’une machine à lire, …. . Ce sont des outils très personnels dont le choix dépend d’une analyse fine des déficiences fonctionnelles à compenser. Le recours à ces aides oblige à acquérir, en continu, des compétences procédurales (connaissance du clavier AZERTY et des fonctionnalités des logiciels, aisance de l’utilisation, …). Dans de nombreuses bibliothèques, ces matériels coûteux et fort peu utilisés prennent la poussière. J’ai le souvenir d’une définition du Diable des bibliothèques qui m’avait marquée : « Handicapé (lecteur) : Sert à dépenser un reliquat de crédits de fonctionnement, en justifiant l’achat d’appareils coûteux et ridicules. » Il n’est pas utile à mon sens que les bibliothèques soient systématiquement équipées de ces matériels. L’offre est à construire au cas par cas.

S’informer, se documenter, apprendre : se procurer des ouvrages en médias substituts

Je vais partir d’une situation très classique à l’université : un enseignant donne à ses étudiants une bibliographie sur le droit du travail. L’étudiant voyant interroge le catalogue de la BCU pour savoir si les documents sont disponibles. Si l’on fait une requête avec l’expression Droit du travail,  on obtient 588 documents dont 110 parus dans les 4 dernières années. On peut imaginer que le document sera présent. Dans le cas contraire, le service du PEB (Prêt Entre Bibliothèques) saura fournir, dans un délai rapide, le document demandé.  J’ai aussi lancé ma recherche sur la BDEA (Banque de Données de l’Edition Adaptée) en utilisant la même expression :  12 résultats mais sur ces 12 résultats, seuls 3 ont moins de 4 ans. Sur la BNFA, la même interrogation donne 7 résultats dont 5 ont moins de 4 ans. Il est donc très difficile pour un étudiant de se procurer dans un délai court des ouvrages adaptés, sur un sujet précis même s’il existe aujourd’hui quelques grandes bibliothèques numériques et si le nombre de documents disponibles à augmenter. Il ne pourra non plus faire appel au PEB.

J’ai pris l’exemple du droit du travail car il existe aujourd’hui une offre numérique d’e-books significative. La BCU est par exemple abonnée à Dalloz bibliothèque. Je me tourne vers la base de données que j’interroge. J’obtiens une trentaine de documents mais ils sont en format Flash. Un rapide test sur la plateforme Wave confirme leur inaccessibilité totale. L’étudiant en situation de handicap doit donc demander l’adaptation du document qui l’intéresse.

Ce rapide exemple montre que, s’il existe aujourd’hui quelques grandes bibliothèques numériques spécialisées BNFA, Eole, Bibliothèque Sesame, GIAA et une médiathèque spécialisée de référence ouverte au public : la médiathèque de l’AVH, l’offre en documents de niveau universitaire est encore plus faible que l’offre grand public. Ce que j’observe aussi c’est que l’offre d’ouvrages récents est complètement mêlée à une offre d’ouvrages obsolètes.

Se procurer un document de référence adapté demande donc : de l’anticipation (adapter prend du temps), de l’argent (certaines associations demandent aux lecteurs de lui fournir le document original), du savoir-faire (le métier de transcripteur est un métier à part entière)  et le passage par des intermédiaires (professionnels ou membres du cercle privé) qui se chargeront de ces opérations. L’exception handicap au droit d’auteur prévoir que les adaptations se font sans but lucratif. C’est donc une économie de la gratuité et de la solidarité qui s’est mise en place pour la production et la diffusion de médias substituts, économie où l’adaptation à la demande occupe une place très importante. Le soutien de l’entourage, la débrouillardise, les échanges de documents par les réseaux peer-to-peer sont aussi des moyens utilisés. Notre place est parmi ces intermédiaires, en appui aux lecteurs en situation de handicap ou aux missions handicap qui les accompagnent, pour les aider à trouver les documents nécessaires mais aussi pour les accompagner dans leurs recherches d’information et l’utilisation de nos sites ou de bases de données (lorsqu’elles sont accessibles !)

Accéder à l’information : varier les modalités et les stratégies de lecture

Un lecteur expert malvoyant ou aveugle comme un lecteur voyant met en place des stratégies de lecture différentes selon le projet de lecture mais ces stratégies excluent de fait la lecture « écrémage » qui permet de prendre rapidement connaissance d’un document en le survolant. Il n’y a pas d’appropriation globale d’un texte précédant la lecture détaillée. C’est la lecture séquentielle qui domine y compris pour la consultation d’un site Internet. Une personne aveugle de naissance m’a un jour confié la manière dont elle se repérait dans un site qu’elle utilisait régulièrement. Elle se le représentait comme un parking souterrain avec des niveaux différents, des carrefours. Cette représentation spatiale lui permettait ensuite de s’orienter facilement. Une autre qui doit utiliser dans le cadre de son travail de l’information tirée de sites internet institutionnels, m’expliquait qu’elle prenait le temps, au calme, chez elle de repérer la structure du site, son organisation pour ensuite gagner en efficacité.

A ces différentes stratégies s’ajoutent une autre variable : le choix de la modalité de lecture, audio, tactile et parfois visuelle. Le retour tactile sur une plage braille peut être ponctuellement utilisé pour vérifier l’orthographe (noms propres, lecture dans une langue étrangère) dans une pratique de lecture audio. A contrario, le choix de la modalité tactile peut être  privilégié (pour faciliter la mémorisation par exemple). Une distinction existe aussi entre voix humaine et voix de synthèse, cette dernière ayant vocation à être utilisée pour des lectures utiles, professionnelle. Peu de surprises avec les voix de synthèse qui sont aujourd’hui très performantes, en revanche une voix humaine peut être « inlisable », néologisme utilisé par un lectrice aveugle pour expliquer à quel point la mauvaise interprétation d’un texte peut en gâcher la découverte.

Nous pouvons apporter une aide aux lecteurs en situation de handicap en les formant de manière individualisée. L’accompagnement individualisé à l’utilisation des sites internet est une des clés de la connaissance de nos services. Objectif principal : présenter la manière dont l’information est organisée sur le site de la bibliothèque (les rubriques, les fonctionnalités), améliorer les stratégies de navigation sur le site internet de la bibliothèque, apporter une connaissance des ressources documentaires à disposition. Même un site accessible, aussi foisonnant qu’un site de bibliothèque, peut donner du fil à retordre. Il faut dans la mesure du possible baliser, avec l’étudiant en situation de handicap, des chemins de recherche familiers qui lui feront économiser temps et énergie. C’est cet accompagnement personnalisé que nous voulons mettre en place à la rentrée, en collaboration avec le Service Université Handicap.

En français, pour différencier un texte imprimé d’un texte en braille on parle de document « en noir  » par  allusion  à la couleur de l’encre, mais, en anglais, les documents « en noir » sont qualifiés par l’expression  » mute letters « . Si nous leur rendions la parole ?

 

 

 

 

 

 

 

Rendre nos sites accessibles : oui, mais comment ?

Logos représentant les handicaps visuel, auditif, moteurs, mentaux

Dans mon précédent billet, j’ai essayé d’aborder la thématique de l’accessibilité numérique en précisant qu’elle ne concernait pas uniquement le web. Aujourd’hui, je souhaiterai me recentrer sur cette question de l’internet, en particulier parce que nos sites ou nos portails documentaires sont un moyen incontournable de diffusion (et donc d’accès) à l’ensemble de nos services et qu’ils sont des sites de communication publics donc soumis à l’obligation légale d’accessibilité.

Alors, oui, bien sûr, tous, bibliothécaires (du moins je l’espère), nous sommes prêts à oeuvrer pour l’accessibilité mais comment ? Par quel(s) bout(s), prendre ces chantiers ? D’autant plus qu’aujourd’hui nous ne partons plus de zéro, en tout cas, en bibliothèque universitaire, les sites ou portails documentaires ont une histoire et les équipes qui les ont conçues aussi. Très concrètement, que faire ?

La cible : à qui l’accessibilité d’un site profite-t-elle ?

C’est essentiel : ne jamais perdre de vue, pourquoi ou plutôt pour qui il faut rendre nos sites accessibles. Pour Abdel, jeune homme aveugle, qui ne peut avoir de vision d’ensemble de la page et a besoin d’informations structurées. Il se retrouve, bloqué, sans plus savoir où il en est de sa navigation, car sa plage braille ne lui renvoie plus aucune information. Pour Céline, étudiante malvoyante en sciences sociales, qui utilise une synthèse vocale (on dit aussi logiciel de revue d’écran) et ne peut deviner que « l’image 456 » est un graphique représentant l’évolution du taux de fécondité en France depuis 1965. Mais aussi, pour Fatoumata, malentendante, qui doit venir faire ses études en France et qui aimerait bien, que la vidéo qui présente la bibliothèque soit sous-titrée. Cela lui éviterait de demander à son père, sa mère ou sa soeur. Ou encore pour David, qui ne peut utiliser une souris et aimerait pouvoir naviguer facilement grâce à son clavier adapté. La liste n’est évidemment pas close mais il ne faut jamais, jamais, oublier les utilisateurs.

Le nerf de la guerre

Ensuite, se dire que le noyau dur de l’accessibilité des sites Web, ce sont les spécifications techniques que contiennent les référentiels et les éléments de programmation. Je ne suis pas informaticienne, et ma culture informatique d’un point de vue technique est limitée mais je pourrais veiller, dans un projet web, à ce que cette dimension soit prise en considération à toutes les étapes du projet (création, modifications marginales ou reconfiguration totale). Et c’est là tout l’enjeu d’un site accessible : faire entrer la notion d’accessibilité à toutes les étapes et dans tous les esprits. Il faut que quelqu’un s’en charge très tôt.

Le web reste toujours une mine de documentation. Une série de fiches synthétisent de manière très opérationnelle (et c’est leur grand intérêt) les exigences d’accessibilité. En effet, le site AcceDe Web propose un ensemble de notices adaptées à la gestion de projet web. L’intérêt de ces quatre notices est qu’elles ciblent, chacune, un professionnel comme dans un jeu des 4 familles : dans la famille projet web, je voudrais le graphiste, je voudrais le développeur, je voudrais le contributeur et je voudrais le chef de projet. A chacun dans son domaine de compétences d’intégrer cette dimension. Ce projet, coordonné par Atalan, a été nommé aux Trophées de l’accessibilité 2013.

Les grands principes : à quoi reconnaît-on un site accessible ?

Revenons maintenant aux principes tels qu’ils sont exprimés dans les référentiels. Le Référentiel Général de l’Accessibilité pour les Administrations (RGAA), qui s’applique aux sites de communication publics, reprend l’organisation du WCAG 2.0, en 4 grands principes. Il est facile d’en prendre connaissance grâce à cette traduction en français assurée par Braillenet :

  • Premier principe : il faut que les contenus soient perceptibles. C’est à dire que « L’information et les composants de l’interface utilisateur doivent être présentés à l’utilisateur de façon à ce qu’il puisse les percevoir. » . Sous ce critère, on retrouve les alternatives textuelles aux images, aux boutons graphiques, description textuelle d’un graphique… ; captcha audio, structuration d’un document de traitement de texte ou .pdf, alternatives à des contenus audios ou vidéos (sous-titrage, audiodescription). Il s’agit également de séparer le contenu de la présentation via l’utilisation de feuilles de style .
  • Deuxième principe : Les « composants de l’interface utilisateur et de navigation ». doivent être utilisables. Très concrètement, toutes les fonctionnalités doivent être accessibles au clavier, des éléments d’orientation (pour naviguer, se situer dans le site, s’orienter) doivent être présents. Un lecteur qui utilise une synthèse vocale lit de manière séquentielle, chronologique. Il ne lui est pas possible d’avoir une appréhension globale des informations. Des éléments d’orientation doivent donc lui permettre de repérer la hiérarchie des informations, pour aller directement à l’information qui l’intéresse et éviter s’il le souhaite certaines informations. Il est également important de laisser suffisamment de temps à l’utilisateur pour lire le contenu et pour mener les actions nécessaires. Il est également conseiller d’éviter les flashs (brusques changements de luminosité à l’écran) susceptibles de déclencher des crises d’épilepsie chez certains utilisateurs.
  • Troisième principe : Les informations et l’utilisation de l’interface utilisateur doivent être compréhensibles. Ainsi, par exemple, il est essentiel qu’un dispositif technique de lecture sache si le texte est dans une langue étrangère (utilisation de l’attribut lang) au risque de produire un texte incompréhensible type yaourt. Faire en sorte que la structuration se répète afin de rendre la navigation prévisible est également un point à prendre en compte.
  • Quatrième principe :Le contenu doit être suffisamment robuste pour être interprété de manière fiable par une large variété d’agents utilisateurs, y compris les technologies d’assistance. Il faut donc veiller à ce que les technologies d’assistance utilisent correctement les contenus balisés en spécifiant la DTD utilisée.

Ce qui se joue, c’est une nécessaire prise en compte des questions d’accessibilité par chacun des membres de l’équipe projet web, que ce soit sur le plan de la conformité à la loi, des exigences techniques et du service aux utilisateurs. Ainsi, parmi les membres de l’équipe du Pôle, du Centre, de la Division, Direction, des Systèmes d’information de l’Université et de la Bibliothèque, que sais-je, la présence de développeurs et de webmestres formés aux questions d’accessibilité est nécessaire. Sans eux, rien n’est possible.

Les labels : Comment certifier qu’un site est accessible ?

Les recommandations WCAG 2.0 se répartissent selon 3 niveaux :

  1. le niveau A : niveau fondamental satisfaisant tous les critères d’accessibilité de priorité 1. Pour une conformité de niveau A (le niveau minimal), la page Web satisfait à tous les critères de succès de niveau A ou une version de remplacement est fournie. Par exemple, un texte explique une vidéo ou  une image.
  2. le niveau AA : niveau satisfaisant tous les critères d’accessibilité de priorité 1 et 2. Le site offre un accès « correct » aux informations contenues dans les documents Web. Par exemple,  la possibilité  de recourir à l’agrandissement des textes sans perte d’information et sans avoir recours à une technologie d’assistance.
  3. le niveau AAA : niveau satisfaisant tous les critères d’accessibilité de priorité 1, 2 et 3. Le site offre un accès excellent aux informations contenues dans les documents Web. Par exemple, une description audio étendue met en pause la vidéo pour expliquer l’ensemble des informations nécessaires à la compréhension de l’élément.
    (les exemples sont tirés du guide « Un site web accessible pour ma collectivité »  réalisé par le Syndicat mixte e-mégalis Bretagne en 2012).

Le niveau recommandé au niveau européeen est le niveau AA et c’est également le niveau de conformité que doivent atteindre les sites publics français. Le niveau AAA ne peut s’appliquer dans tous les contextes. La méthodologie qui accompagne le RGAA prévoit, lors de l’étape finale, la rédaction d’une attestation de conformité, établie par l’éditeur du site lui-même. C’est le principe de l’auto-évaluation.

Il est bien spécifié dans le décret n° 2009-546 du 14 mai 2009 que la vérification de la conformité au RGAA est assurée par le ministère chargé des personnes handicapées. Un dispositif de veille et de contrôle devait être mis en place fin 2010. Mais je n’en ai pas trouvé trace …

S’il n’y a pas d’obligation de faire expertiser son site, en France, à ma connaissance, il existe deux labels :

Le label Accessiweb, décerné par l’association Braillenet, c’est un peu comme participer aux Jeux Olympiques de l’accessibilité avec la possibilité de gagner l’or, l’argent ou le bronze selon la performance de son site. On garde sa médaille (euh, non, son label pour 2 ans) et ensuite, il faut recommencer la démarche. Problème, nombre de sites n’ont pas renouvelé la démarche et, dans la Galerie des sites labellisés, la mention « Ce site n’a plus à ce jour le label Accessiweb » est fréquente. Aucun des sites labellisés avant 2010 n’a réobtenu le label. Cela ne veut pas dire que ces sites ne sont plus accessibles mais simplement qu’aucun audit externe ne le valide. Le label Accessiweb (qui repose sur une liste de 95 critères AccessiWeb et une méthodologie d’évaluation). est payant, ceci explique peut-être cela !

Il existe un autre label e-accessibility, valable 18 mois et qui propose également un label pour les documents .pdf. Très franchement, vous étiez vous déjà posé la question de l’accessibilité de tous ces documents en .pdf que vous déposiez sur votre site ? Non, alors vite, lisez la fiche AcceDE pdf . Problème :  la médiathèque d’e-accessibility, rubrique site web labellisés propose … 3 sites. Maigres résultats.

Au niveau européen, le label Euracert est attribué à un site web, en complément du label déjà obtenu par un organisme agréé dans son pays d’origine. A ma grande surprise, la France, la Belgique et l’Espagne sont les seuls pays qui comptent un organisme agréé. Trois ? Le chiffre clé d’une accessibilité déficiente ?

Alors labellisation, pas labellisation ? Ce qui semble poser problème c’est que la labellisation est plutôt liée, pour les organisations qui en font la démarche, à un effet marketing de court terme et ne prennent pas en compte la volatilité et la reconfiguration permanente des contenus. La règle devrait être : concevoir systématiquement des sites web accessibles. On en est loin malgré l ‘obligation législative.

Les stratégies : à quel moment s’y prendre ?

Il faut intervenir très en amont, au moment de la phase de conception, qu’elle porte sur une création de site ou sur une évolution. Les modalités d’application du RGAA définissent clairement les différentes étapes. Dans le cas où la création du site web fait l’objet d’un prestataire extérieur, je vous recommande la lecture de la « Recommandation sur l’accessibilité des sites web publics » du Groupe d’études des marchés d’informatique et communications électroniques qui dépend du Ministère de l’économie et des finances. Ce document de 6 pages, daté d’avril 2012, est un outil précieux pour qui doit lancer un appel d’offres puisqu’il détaille tous les points à notifier : quelle est la méthodologie suivie par le prestataire pour intégrer l’accessibilité aux choix techniques, quels seront pour chaque livrable les paramètres d’accessibilité, quelles sont les compétences en terme d’accessibilité de l’équipe du prestataire, en cas de reprise de contenus, quelle sera la démarche suivie, quels contenus pourront être rendus accessibles, quels seront les tests pratiqués, quelle sera la forme de la restitution, quelle formation pour garantir dans la durée l’accessibilité ? Il est d’autant plus précieux qu’il indique explicitement que la politique d’accessibilité qui guidera le travail du prestataire est de la responsabilité du maître d’ouvrage.

Il faut  rappeler que l’accessibilité ne se vérifie pas à l’oeil nu. L’expérience Avant/Après (type « Nouveau look pour une nouvelle vie » à la sauce Web) se trouve sous un vilain nom BAD , pour Before and After Demonstration.  Le consortium W3C a mis en ligne deux versions d’un même site, l’une accessible et l’autre pas. En cliquant sur Show annotations vous aurez, au fil du site, des explications sur les erreurs commises. C’est en anglais, mais ça vaut le coup.

Dans un projet Web, il est toujours intéressant de procéder à des test utilisateurs. L’inaccessibilité se cache dans les détails. J’ai le souvenir, d’un changement de catalogue d’une bibliothèque, pourtant  affiché accessible, (car cette exigence était spécifiée dans le cahier des charges) et qui en réalité s’est révélé inutilisable par un lecteur aveugle à cause d’une toute petite chose : dans l’interface graphique, des flèches droite et gauche de navigation restaient sans équivalence pour un logiciel de revue d’écran.

Alors prêts à se lancer dans l’aventure ? Réaliser un site accessible est un itinéraire qu’il faut baliser très en amont. Ne perdez pas patience, restez zen, ne vous trouvez pas « 5 bonnes raisons de coller une droite à un expert accessibilité » mais lisez plutôt le billet éponyme sur Accessiblog.fr. Soyez plutôt sur le mode « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage », persévérez car la mise en accessibilité n’est sans doute pas un long fleuve tranquille mais c’est un flux nécessaire.

 

 

L’accessibilité numérique en 3 tours de toile

L'image représente un personnage assis devant un PC, les yeux bandés. L'image est surmontée du texte : "comment liriez-vous un article si"
Affiche créée par l’APRIL pour sensibiliser à l’accessibilité numérique. Texte : Christelle Thomas. Graphisme : Julie Tolomelli. 

Dans les universités, plusieurs services ont comme objet de faciliter l’accueil et l’accompagnement des étudiants en situation de handicap. A Clermont-Ferrand, le SUH, Service Université Handicap  est le service du PRES de Clermont-Ferrand chargé de cette mission. Grâce au Pôle Déficience visuelle, hébergé dans les locaux de la BU de Sciences sur le Campus des Cézeaux, et à la présence d’une transcriptrice professionnelle, les étudiants en situation de handicap visuel des membres fondateurs du PRES bénéficient d’un service d’adaptation de documents à la carte.

Au sein de la BCU, la mission transversale Lecture-Handicap de la BCU, créée en octobre 2011, vise également à développer, du point de vue des bibliothèques et de la documentation, une politique d’accueil et d’accompagnement en faveur des étudiants handicapés. Cette politique passe ainsi par un projet de signalement des ressources adaptées de niveau universitaire, projet dont je parlerais dans un prochain billet.

Le numérique joue un rôle central dans cette politique, grâce à la place qu’il occupe dans la chaîne de production et de consultation de médias substituts et c’est tout naturellement que pour mon premier billet, j’aborderai la question de l’accessibilité numérique pour d’abord battre en brèche quelques idées reçues.

Première idée reçue

L’accessibilité numérique, ce n’est pas seulement l’accessibilité du web (même si, dans le langage courant, très souvent elles se confondent) mais c’est aussi l’accessibilité de l’ensemble des médias (radio, télévision, …), des moyens de communication (téléphone, téléphone mobile, …) et des moyens d’accès à la connaissance et à l’information (supports numériques de lecture par exemple) qui utilisent les voies numériques. Le site de l’ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes) propose d’ailleurs un dossier sur l’accessibilité des services téléphoniques.

Deuxième idée reçue

L’accessibilité numérique ne concerne pas que les personnes handicapées (même si elles sont concernées et impliquées au premier chef) mais tout un chacun puisqu’elle prend en compte l’accès universel aux ressources numériques (quels que soient la langue, le matériel ou les logiciels utilisés,  la localisation géographique, …). On parle de « conception universelle », traduction  d' »universal design ».

J’aime beaucoup cette phrase de Charles Gardou, professeur à l’université Lyon 2, anthropologues dont les travaux portent sur la vulnérabilité et ses différentes manifestations (dont le handicap) : « Il ne convient plus de penser et d’agir en termes spécifiques pour des groupes tenus pour spécifiques. Il faut s’appliquer à rendre plus confortable, à humaniser pour tous, à partir du principe universel d’accessibilité et du concept de qualité de vie. Voilà ce qu’il importe de conscientiser : « Nous sommes faits pour vivre ensemble : ce qui est facilitant pour les uns est bénéfique pour les autres. » Qu’ils soient architecturaux, sociaux, pédagogiques, etc., les plans inclinés sont universellement profitables. »Nous pourrions ajouter à cette énumération, la notion de « plans inclinés numériques ».

Les situations d’inaccessibilité numérique sont diverses. Deux vidéos (et leur transcription) sur le site de l’Institut de l’Accessibilité numérique permettent d’illustrer deux situations d’inaccessibilité que l’on peut compléter par : l’impossibilité d’accéder à un document en .pdf parce qu’il n’est pas balisé, l’impossibilité de comprendre une vidéo parce qu’il n’existe pas de sous-titrage ou de transcription, l’impossibilité de savoir ce que figure une image parce qu’il n’est pas prévu d’alternative textuelle, etc…, etc…, etc…

Troisième idée reçue

L’accessibilité numérique n’est pas une faveur faite à un petit groupe mais un droit inscrit en France  dans la loi de février 2005 (Loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées), et au niveau européen dans plusieurs directives.

C’est aussi une philosophie, initiée par Tim Berners-Lee, le fondateur du World Wide Web. Mille fois est citée cette phrase : « La puissance du Web réside dans son universalité. L’accès par tous quel que soit le handicap en est un aspect essentiel  » mais mille fois, dix mille fois, cent mille fois, … est ignoré ce principe puisque, aujourd’hui, tous les sites ne sont pas accessibles, loin s’en faut.

L’accessibilité numérique, enfin est une obligation pour les services publics (dont les bibliothèques) puisque l’article 47 de la loi fixe un objectif ambitieux : rendre l’ensemble des « services de communication publique en ligne des services de l’État, des collectivités territoriales et des établissements publics qui en dépendent […] accessibles aux personnes handicapées ». C’est en mai 2009 qu’est paru le décret d’application de cette disposition qui prévoit la mise en accessibilité des services de communication en ligne dans un délai de 2 ans pour les services de l’État et de 3 ans pour les collectivités. En complément, le Référentiel général d’accessibilité pour les administrations (RGAA) précise les exigences techniques à respecter pour l’accessibilité des contenus.

Mais qu’en est-il en réalité ? Honnêtement, si vous évaluez l’accessibilité du site Internet de votre bibliothèque grâce à un outil en ligne comme Wave ou le valideur officiel du W3C  qu’observez-vous ? Une erreur, deux erreurs, vingt erreurs ???. Notre blog même n’est pas à l’abri. Les progrès à faire sont immenses et si dès la phase de conception, la notion d’accessibilité est prise en compte, les coûts générés sont plus faibles. Une des difficultés est qu’en raison de la vie dynamique des contenus numériques, des sites accessibles à un instant T peuvent perdre cette qualité à l’instant T+1 ou T+2.

Le 16 novembre dernier, ADULOA, Association des utilisateurs des logiciels Opsys Archimed, organisait une journée d’études sur le thème de l’accessibilité des portails documentaires. Une première à ma connaissance. Vous pouvez lire, si le sujet vous intéresse, un billet sur cette journée sur accessiblog.fr

Quatrième idée reçue

L’accessibilité numérique n’est pas le domaine réservé de geeks qui parlent codé, même si leurs compétences techniques sont incontournables.  Ce doit être une préoccupation de tous ceux qui créent ou pilotent la création de contenus numériques. Si vous ne savez pas par quel bout, prendre les choses, je vous  conseille de visionner le diaporama d’Olivier Noury « Prioriser les chantiers d’accessibilité numérique quand tout est à faire ».

L’APRIL, association de défense et de promotion du logiciel libre, a mis en place un groupe de travail « accessibilité et logiciel libre ». Rendez-vous sur le wiki du groupe, une mine d’infos.

L’accessibilité numérique vue à travers le web

Sur le moteur favori des terriens,  les mots-clés accessibilité et numérique génèrent plus de deux millions de résultats. Le sujet fait couler des mégas de datas et quelques clics permettent de balayer un ensemble de thématiques fort riches qui reflètent bien à mon sens, l’ampleur du sujet.

Je voudrais commencer par le territoire des blogs et en signaler deux. A leur lecture vous ne serez pas forcément capables de définir, comme sur Wikipedia, l’accessibilité numérique qui est « la mise à la disposition de tous les individus, quels que soient leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique, ou leurs aptitudes physiques ou mentales, des ressources numériques »  mais vous en connaîtrez l’importance pour les personnes handicapées. Tanguy Lohéac a publié un décapant  Manifeste pour l’accès à l’information pour tous et je vous invite aussi à lire le billet d’Olivier Noury sur accessiblog.fr : Le vrai bénéfice de l’accessibilité, histoire de resituer les problématiques d’accessibilité du côté des utilisateurs et de la place que l’on veut leur faire.

Si l’on poursuit la lecture des résultats, on trouve pêle-mêle des sites qui montrent que le climat autour de la question a été, est ?, sera? houleux. Se succèdent une lettre ouverte, une pétition (non pas contre mais pour l’accessibilité numérique) et le manifeste dont je parlais plus haut il y a tous les ans.

Le combat pour l’accessibilité numérique c’est d’abord une affaire de militants. En 2005, l’association Braillenet émettait des propositions pour « Faire de l’accessibilité numérique une réalité française« . Tous les ans, depuis 2007, cette association organise un forum européen annuel de l’accessibilité numérique. Le 18 mars 2013, le thème de la 7e édition sera « Faire de l’e-accessibilité une compétence professionnelle ».

D’autres acteurs associatifs suivent les évolutions technologiques et se battent pour une mise en accessibilité élargie. Le CERTAM qui dépend de l’Association Valentin Haüy mène par exemple des études sur l’internet mobile ou propose un dossier très complet sur l’accessibilité du web.

Vous pourrez  aussi tester vos connaissances en accessibilité à l’aide d’un quiz.  Il existe un glossaire de l’accessibilité dans lequel vous apprendrez que #axs est le hastag communément utilisé sur Twitter pour parler d’accessibilité ou que SGQRI008 désigne, au Québec, l’ensemble des Standards du Gouvernement du Québec sur les Ressources Informationnelles en matière d’accessibilité des contenus Web pour les personnes handicapées. Tabernacle !

Pour conclure, je voudrais préciser que mon point de vue n’est pas celui d’une spécialiste de l’accessibilité numérique (je n’en ai pas les compétences techniques) mais le travail que j’ai mené pendant de nombreuses années auprès de jeunes déficients visuels m’ a amené à m’intéresser de très près au sujet et à étudier leurs usages de lecture et de recherche d’information. A l’université, le manque d’accès à la documentation est une entrave réelle à la réussite des étudiants qui ont besoin de contenus adaptés et je ne peux imaginer, qu’une politique d’accompagnement et d’accueil  réussie puisse se passer des compétences des bibliothécaires que nous sommes. Il faut cultiver un jardin numérique accessible à tous !