Voix contemporaines : les prémices d’un projet d’archivage des mémoires d’aujourd’hui

Présentation

Le projet « voix contemporaines », c’est une collection d’archives sonores et audiovisuelles rassemblant paroles d’écrivains, mémoires de la création, témoignages du siècle et patrimoine oral immatériel. Ces archives, recueillies indexées et diffusées au sein de l’Université Blaise Pascal, présentent un intérêt tant au niveau régional, que national et international, en constituant un aperçu vivant de la création contemporaine, de la mémoire du siècle, et des traditions orales.

D’abord programme de recherche initié par le CELIS, « Voix contemporaines » vise à donner la parole aux écrivains du présent, et à recueillir leurs témoignages, dans la droite ligne des pratiques de ce laboratoire de littérature, qui, depuis de nombreuses années, invite et enregistre des écrivains.

L’enjeu de la collection « voix contemporaines » serait de collecter, d’enregistrer et d’archiver systématiquement ces paroles d’écrivains afin de constituer une bibliothèque sonore et audiovisuelle sur la littérature au présent.
D’autres témoignages historiques ont été recueillis et mis en ligne, et notamment dans le cadre du projet EVE : des témoignages de personnes ayant été enfants pendant la première guerre mondiale, ainsi que des enregistrements d’auteurs espagnols ayant été enfants pendant la guerre d’Espagne. La mémoire vivante de la guerre est étudiée  au prisme d’enregistrements sonores.

Tous ces enregistrements méritent d’être archivés à long terme pour constituer cette collection « voix contemporaines ». Ces témoignages sont autant de facettes de cette mémoire au présent et constituent autant de traces vivantes des conflits qui ont émaillé le vingtième siècle.

Dans le cadre de sa mission d’expérimentation et d’accompagnement des enseignants, l’équipe de Creatice, qui a réalisé de nombreux enregistrements sonores et audiovisuels, joue un rôle majeur dans ce travail de captation vidéo, de valorisation et de diffusion de ce patrimoine, via la plate-forme vidéocampus.

Témoignages de résistants, témoignages d’écrivains, de personnalités importantes dans le domaines de la cultures sont stockés sur des serveurs sous différents formats.
Le travail à réaliser consisterait à homogénéiser le format de ces enregistrements vidéo, à les numériser, à les indexer, et à les diffuser en ligne de façon pédagogique afin que tous les usagers puissent aisément y accéder.

Sans compter qu’au Service Université Culture (SUC), un grand travail de collecte, de traitement documentaire et de diffusion a été réalisé autour de l’univers des musiques de tradition orale. Des enregistrements de chanteurs auvergnats ont été collectés sur le terrain afin de constituer une collection reflétant le  patrimoine oral et immatériel régional.

Ce patrimoine immatériel pourrait s’inscrire dans le droit fil de cette collection « voix contemporaines ». Ces voix contemporaines s’articuleraient alors autour des voix d’écrivains, des voix des témoins du siècle, mais aussi des voix musicales, porteuses de tradition et de culture régionales.

C’est maintenant à la bibliothèque numérique de jouer un rôle majeur dans ce travail de collecte, de recensement, de numérisation d’indexation et d’archivage pérenne de ces collections sonores et audiovisuelles.

Méthodologies

La collaboration de la bibliothèque numérique au projet s’articule autour de deux axes.
D’abord, le serveur. Car il en faut de l’espace disponible pour le stockage d’une banque de données d’enregistrements vidéo…L’espace dont nous disposons n’est pas encore adapté pour une telle quantité de données. Mais dans les mois à venir, après la sécurisation et l’augmentation des serveurs, ils pourront certainement contenir toutes ces mémoires virtuelles.

Ensuite, bien sur, la question de l’indexation. C’est surtout à ce niveau que les compétences de la bibnum sont sollicitées. En amont, nous avons déjà préparé une grille de pré-indexation, à destination des chercheurs qui sollicitent un enregistrement au Pôle audio-visuel. Sous la forme d’un formulaire google doc, cette grille permet d’indiquer les principales métadonnées descriptives, et surtout de définir et faire adopter un protocole d’enregistrement. Car on voit mal comment on pourrait rendre accessible un corpus d’entretiens filmés sans avoir défini au préalable les principales étapes de la trame des entretiens. Eu égard à la diversité des projets de recherche et des types d’entretiens, toute la difficulté sera d’établir cette trame commune.

Car c’est à partir de la trame des entretiens que se cristallise la problématique de la post-indexation, celle qui concerne les vidéos déjà montées et réalisées. Ce sont les chercheurs qui s’ en chargeront, car ils sont les plus à mêmes de qualifier les entretiens réalisés dans le cadre de leur projet de recherche. Mais, en tant que professionnels de l’information et de l’indexation, nous allons leur donner des conseils. Les projets antérieurs de la bibliothèque numérique de production nous ont montré l’importance de la normalisation. Sans normalisation, pas d’indexation qui vaille. Nous allons donc apporté des outils méthodologiques aux chercheurs qui leur permettront de définir et d’établir une indexation normalisée propre à ce support audiovisuel, et donc exploitable pour les besoins de la recherche.

Pour ce faire, nous devons commencer par recueillir les bonnes pratiques d’indexation de vidéos chez les experts en la matières, les vidéothèques, et phonothèques spécialisées dans l’indexation de l’image et du son. Indépendamment du séquençage, l’idée est de donner aux chercheurs les meilleurs outils pour qualifier au mieux, à l’aide de mots-clés normalisés, la trame des entretiens filmés. A partir de cette indexation recueillie et balisée, nous verrons alors comment l’intégrer dans un schéma d’encodage propre à assurer la conservation pérenne de ces données digitales.

Mais c’est là une autre paire de manches ! Tout un programme conforme aux priorités de la bibliothèque numérique de production: penser l’indexation de pair avec l’archivage pérenne.

Je stocke, tu archives, nous indexons : numérisation, nouveau(x) chantier(s)

Résumons-nous : la numérisation, c’est lancé. La mise en ligne, ça fonctionne – d’ailleurs la BCU est dans Europeana depuis deux semaines ! – avec deux sites web de corpus numériques, qu’on peut voir ici. La gestion de projet, notamment en amont, ça se met en place – merci au projet d’histoire du droit sur les factums (id est mémoires judiciaires) de nous permettre de formaliser tout ça.

Bon, qu’est-ce qu’il reste encore ? L’élaboration et la mise en place d’un système intégrant d’une part un stockage sécurisé, d’autre part une perspective d’archivage pérenne. Le tout enrobé d’une mise en forme et en application d’un modèle de métadonnées plus rigoureux.

Containers in North Harbour, Copenhagen, Denmark
By Mvejerslev, BY-NC-SA, Flickr

Quel est l’état des lieux ? Pour le moment, les copies de fichiers issus de la numérisation sont stockées sur un disque dur externe, qui devait être un support temporaire. Mea culpa. Pas très brillant, je l’avoue, et pas très sécurisé surtout.

En même temps, le téraoctet n’est pas encore dépassé – c’est prévu pour mi-2013 si la numérisation continue au même rythme. Donc, il n’est pas très légitime de réclamer un budget à investir dans une structure – interne ou extérieure – prenant en charge le stockage et/ou l’archivage.

Lors du dernier conseil de la documentation du PRES, la question de l’archivage et de l’importance que les universités doivent y accorder ont suscité un débat et une prise de conscience qui semblent un bon début. Mais qui n’est pas suffisant.

 Qu’est-il possible d’envisager dans un tel contexte ? Le CRRI, alias Centre régional de ressources informatiques, service informatique desservant tout le PRES, a sollicité la BCU pour un hébergement sur un second site de ses propres données. La bibnum saute sur l’occasion pour proposer une réciprocité des copies de fichiers, afin que le CRRI à son tour prenne en charge ceux de la BCU – et en particulier la production numérique. C’est un premier pas, celui du stockage sécurisé, assez urgent à accomplir.

 Dans le même temps, il faut commencer à réfléchir sur la pérennité que l’on souhaite donner aux différents projets de corpus numériques. Car cela coûte cher, demande du temps, du matériel et des compétences – ou plus d’argent si l’archivage est opéré à l’extérieur (voir le CINES). Mais surtout, il semble évident pour tous que le numérique permet de produire plus et conserver tout. Faux. Il faut, comme pour le papier, savoir opérer une sélection, désherber AUSSI la production numérique. D’où la nécessité d’ouvrir le débat non plus au sein des bibliothèques mais des institutions dont elles dépendent, car l’enjeu se focalise sur les critères de cette sélection : que va-ton garder ? Pourquoi ? Quelle est la légitimité de tel ou tel projet dans le long terme ? Sa pertinence, l’ouverture de son corpus, le niveau de développement des outils qui permettent de travailler dessus ?

By Tsahi Levent-Levi CC BY 2.0, Flickr

Ces cogitations laissent le temps pour se pencher sur une indexation rigoureuse, entre autres en vue du stockage et de l’archivage – mais qui puisse également répondre aux besoins de mise en ligne et d’utilisation des corpus. Là, c’est encore le projet sur l’histoire du droit et le corpus des factums qui permet d’aider à formaliser les choses. Côté format, on a besoin de définir un schéma METS clair et simple, à partir des expériences des autres bibliothèques. Pas simple car aucun modèle ne domine. On va se fonder sur celui de la BnF et de Cujas notamment. Les deux institutions l’utilisent uniquement en tant qu’archivage, mais la première nous a précisé qu’il était très utile pour la présentation des métadonnées en ligne.

En même temps, il s’agit de débroussailler le contenu desdites métadonnées. Quand bien même la question demeure ouverte, entre indexation libre et normalisation thésauruesque, il est important de se créer une ligne de conduite et de la tenir. Si pour le moment l’indexation par les scientifiques, avec contrôle de la bibliothèque (du Laboratoire Magmas et Volcans et de la bibnum pour Glangeaud, de la bibnum et de la BU Lettres pour EVE), a été choisie, les différents retours de bibliothèques et de la communauté de chercheurs tendent vers une indexation à partir d’un vocabulaire prédéterminé, élaboré par les acteurs scientifiques constitutifs du projet, avec contrôle des métadonnées rentrées, doublée d’une auto-complétion permettant d’aiguiller la recherche.

C’est le cas de Viatimages, la base de données du projet Viaticalpes, ou encore de la bibliothèque numérique de la BIU Cujas.

 Rendez-vous dans quelques mois, après rencontre avec le CRRI, expérimentation de METS et avancement des nouveaux projets de numérisation comme les factums.