Prêt de tablettes numériques à la BCU : quels enjeux?

1a_10_0844UrukÉcriturePrécunéiforme

Ecriture Précunéiforme, par Claude Valette – source Flickr

Depuis plusieurs mois, quatre bibliothèques (Sciences et Techniques, STAPS, Santé, Droit et Sciences Economiques) du réseau Bibliothèque Clermont Université travaillent sur un projet de prêt sur place de tablettes numériques.
A la BU Sciences et Techniques le prêt a débuté le 7 octobre, en Santé il commencera le 12 novembre et il faudra attendre mi-novembre pour emprunter des tablettes à la bibliothèque de Droit et Sciences Economiques de la Rotonde.

Les tablettes sont des iPads 2 et des Galaxy Tabs 2 10.1, au nombre respectif de 14 et 6.
La question a été posée de savoir si ces tablettes seraient prêtées avec ou sans contenus mais des applications ont effectivement été installées avant le lancement du prêt. Les applications gratuites sont privilégiées mais certaines bibliothèques proposeront aussi des contenus qu’elles auront achetés.

Le but de ce projet est multiple :
– Valoriser les ressources de la BCU (revues électroniques, livres numériques).
– Permettre à tous d’avoir accès aux nouvelles technologies.
Les bibliothèques ont pour mission d’offrir l’accès à la cuture à tous, culture numérique également. Le prêt de tablettes donne ainsi la possibilité au public de se tenir informer, de ne pas se laisser distancer par les technologies (qui évoluent très vite de nos jours).
Des formations à la carte seront proposées dans ce sens au cours de l’année.
– L’appropriation des nouvelles pratiques de lecture et des technologies mobiles par le personnel.
L’évolution des technologies touche aussi les métiers. Les tablettes offrent de nombreuses possibilités pour les bibliothécaires (récolement, accueil mobile…). Ils se doivent donc de maitriser leur utilisation. De plus, il est important de suivre (voire d’anticiper) les pratiques des usagers pour rester visible dans la société.

Le lancement du prêt des tablettes s’est déroulé en plusieurs phases :
Les bibliothécaires ont dans un premier temps testé les tablettes chez eux et bénéficié de formations en interne.
Puis des procédures de prêt on été établies (que demander en retour ? Caution ? Pièce d’identité ? / Quel matériel prêter ? Casques ? Chargeurs ? / Quand recharger les tablettes ?…).

Enfin, la sélection des contenus a été réalisée. Il s’agit des revues en ligne de la BCU qui existent en version mobile et de divers utilitaires (lecteurs de livres numériques, lecteurs vidéos, logiciels de bureautique…).
Une veille des applications propres à chaque domaine est en cours. Ces applications spécialisées font jouer l’expertise documentaire des bibliothécaires en lien avec les commentaires et avis des enseignants chercheurs consultés.

Les étudiants pourront installer d’autres applications gratuites (seulement sur les samsung car l’installation de contenus sur iPad est soumise à identification).

Il est nécessaire que le prêt des tablettes numériques à la BCU soit évalué. Ce type de prêt est encore novateur en France. Chaque structure a ses particularités et ses lecteurs qui lui sont propres. Pour cela, la bibliothèque doit tenter de comprendre les usages qui seront faits de ces technologies mobiles. Des étudiantes, dans le cadre d’un projet tuteuré de licence professionnelle, vont suivre et analyser le projet. Elles vont réaliser un état des lieux et des comparaisons au sein du réseau et dans d’autres villes. Elles doivent enfin proposer un dispositif d’évaluation pour comprendre comment les utilisent le personnel et les étudiants pour ensuite faire des propositions d’amélioration ; (par exemple extension du parc des tablettes, autorisation du prêt à domicile…).

L’observation du prêt des tablettes se déroulera sur plusieurs mois, nous en reparlerons le moment venu.

Blog-notes, actualités : les contenus du nouveau portail BCU à la loupe.

Encore un billet sur notre nouveau portail BCU, la parole est à la webmestre.

poupées russes

Après avoir envisagé la construction du site web du côté de la technique, envisageons-la du côté du contenu.

Lorsque je suis arrivée à la bibnum, le 1er Octobre dernier, ma première mission était de donner forme au nouveau portail de la BCU, sachant qu’il y aurait, c’était prévu, un site principal, et autant de mini-sites qu’il y a de sections, pour faciliter la mise en ligne des contenus. En amont, il a bien fallu concevoir la structure du site principal et des mini-sites, définir les fonctionnalités principales, et les types de contenus. Cela suppose d’abord faire la typologie des contenus que l’on aimerait trouver dans un site de bibliothèque : Les actualités, les pages bases de données, les pages bibliothèques qui alimenteront le répertoire, mais aussi les « mercredis de la science » les« jeudis du patrimoine », les outils, etc. Puis, il faut définir comment se présentent et s’organisent  ces contenus, comment les indexer pour facilement les retrouver.

Nous voulions une architecture décentralisée dans laquelle chaque section puisse éditer les contenus relatifs à la vie et aux collections des bibliothèques. Alors est venue l’idée des réseaux disciplinaires, les mini-sites se sont appelés réseau lettres, réseau sciences et STAPS, réseau droit et sciences économiques, réseau santé, réseau IUT, réseau IUFM. Rien de très ésotérique. Des communautés de bibliothèques universitaires spécialisées pour des publics spécifiques.

Au début du projet, cette distinction des sites des sections a suscité chez les collègues quelques appréhensions. Six mini-sites gérés par les sections ? Et qui va faire quoi ? Le CMS drupal permet une fine répartition des rôles. Sachant qu’il y a en moyenne deux administrateurs par section, et un nombre variable de contributeurs, les conservateurs des sections qui avaient la fibre éditoriale sont naturellement devenus administrateurs de leur mini-site, les autres collègues intéressés sont devenus contributeurs. Au final, dans certains cas, c’est toute l’équipe de la section qui prend en charge l’alimentation de leur site. Ce que l’on pouvait craindre aussi, c’est que l’inégale répartition des forces entre les équipes des sections ne génère un déséquilibre éditorial entre les mini-sites. Certains sites sont plus alimentés que d’autres, mais les déséquilibres tendent à se résorber. Les collègues se sont bien appropriés l’outil, ayant bénéficié d’une formation idoine.

Si nous avions bien un site principal et des mini-sites, pour faciliter l’appropriation du CMS par les collègues des sections, il ne fallait pas que cette distinction ne soit trop visible. Pour les usagers, il fallait bien maintenir l’impression de naviguer dans un seul et même site, en parcourant plusieurs réseaux, sans changer totalement d’univers graphique. Il fallait maintenir l’unité du portail face à cette multiplicité des mini-sites en réseaux. Cet impératif nous a amené à revoir la structure des mini-sites, à commencer par le menu. Nous avions conçu le menu du site principal comme une architecture permettant de déployer l’offre générale de toute la BCU en termes de ressources, de services, et d’activités culturelles. Les menus des mini-sites présentent aux usagers des bibliothèques spécialisées l’offre documentaire spécifique des sections. Pour garder cette impression de naviguer sur un seul et même site, il nous fallait un menu unique sur le bandeau horizontal, et en toute logique, c’est le menu du site principal que l’on a gardé comme référent. Il était important de ne pas trop cloisonner la navigation et sectoriser l’information. Nous avons placé à gauche les menus spécifiques des mini-sites pour rétablir l’équilibre entre ressources et services spécifiques offerts par une section et l’offre globale de l’ensemble du réseau de la BCU.

Pour les réseaux disciplinaires, nous avons souhaité un positionnement à la fois d’expertise et de proximité. Expertise des bibliothécaires, prêts à donner des conseils bibliographiques ciblés, à mettre en œuvre des formations spécialisées, à donner des pistes aux étudiants, pour qu’ils réussissent. Proximité, car ces mini-sites s’adressent d’abord à un public d’étudiants habitués à venir souvent dans la même BU, désireux de savoir jusqu’à quand vont durer les travaux, si la BU ferme pendant les vacances, ou pour combien de temps ils peuvent garder leurs livres empruntés. Impatients d’utiliser leurs mini-sites, les bibliothécaires du réseau attendaient avant tout un outil de communication. Ces mini-sites allaient pour eux être l’occasion de partager leurs expertise documentaire, et de jouer en ligne leur rôle de personne ressource. C’est la raison pour laquelle au sein de chaque mini-site, on trouve bien un blog orienté sur la discipline de la section où les bibliothécaires font la promotion des nouveaux ouvrages, commentent l’actualité scientifique, donnent des conseils de lecture, bref, valorisent les collections et les services de leur bibliothèque.

Je me souviens au bibcamps, lors de l’atelier « repenser son site web » avoir présenté la maquette de ce nouveau site. Nous étions en plein débat sur le rôle des sites de BU. L’objectif premier d’un site de BU, disait-on, c’est de proposer des services en ligne. Tous les services de la bibliothèque devraient avoir un décalque web. Je suis bien d’accord, et c’est bien dans cette direction que nous allons, pour faciliter l’accès aux ressources, et simplifier les démarches des lecteurs. J’avais aussi noté cette phrase : « l’enjeu d’un site de bibliothèque n’est pas le contenu éditorial, mais les services en ligne qu’il propose. » Là, je ne suis qu’à moitié d’accord. A mes yeux, le contenu éditorial a autant d’importance que les services en ligne, car par le contenu, c’est toute la bibliothèque qui prend position vis-à-vis des lecteurs. Et puis, du contenu de qualité, n’est-ce pas aussi un service ?