Nouveaux temps, nouveaux rôles pour les professionnels de l’information : la gestion et la préservation des collections numériques.

Un rapport de l’association des bibliothèques de recherche paru en mars 2011 fait le point sur le rôle des bibliothèques de recherche. « Digital curation for preservation », le titre du rapport annonce tout un programme. On pourrait le traduire avec les expressions « édition électronique », « sélection et gestion des contenus numériques » ou « archivage pérenne », ou garder présent à l’esprit le sens premier de curation :  soin, traitement de l’information numérique en vue de sa préservation. L’enjeu ? préserver numériquement notre mémoire collective.

A l’heure où prolifère l’information numérique,  où est la valeur ajoutée des bibliothèques de recherche ? Quelque part dans la chaîne des évènements qui produit de l’information et des nouvelles connaissances.

Le travail des bibliothèques s’est historiquement organisé autour du service public, de la bibliographie, et de la constitution de collections pour les usagers, avec, pour corollaire, les services d’acquisition, de catalogage,  et d’accès aux collections.

Aujourd’hui,  la bibliothèque numérique s’articule autour de trois concepts clés : l’infrastructure, le contenu, les services.

Dans l’infrastructure, s’imbriquent « l’équipement, les technologies, et l’expertise humaine appliquée à l’organisation ». En d’autres termes, l’infrastructure, ce pourrait être l’équipe de la bibliothèque numérique, avec toutes ses compétences technologiques et tout le matériel dont elle dispose : postes informatiques, serveurs, banc de numérisation, baies de stockages.

Le contenu, c’est tout le contenu que la bibliothèque numérique rend accessible, des ressources électroniques souscrites aux collections numériques produites.

Les services incluent les services bibliographiques traditionnels, mais aussi les services émergents dans le domaine virtuel : la production d’informations, l’accès, la dissémination, et l’archivage pérenne.

Or, infrastructure, contenus, et services sont directement impactés par le changement de paradigme que vivent les bibliothèques de recherche aux niveaux culturels et institutionnels.

De nouvelles missions s’imposent alors pour les bibliothèques :

  • Cyber-infrastructure et collaborations :
    L’enjeu est de créer, disséminer et préserver l’information numérique au sein de l’infrastructure, pour que les chercheurs puissent communiquer en toute efficacité, sans qu’ils aient besoin d’inventer, à chaque nouveau projet, de nouveaux outils de médiation scientifique.
  • Acquisition et hébergement :
    La plus-value des bibliothèques de recherche est dans la gestion numérique et la préservation de la production intellectuelle des chercheurs. Reste à leur mettre à disposition des plate-formes en ligne pour héberger tous ces types de contenus. Réaliser une archive ouverte institutionnelle, par exemple, ou une bibliothèque numérique pour valoriser les collections numérisées, tous ces projets entrent de plein-pied dans ces missions.
  • Edition électronique, services de gestion et de préservation.
    L’acquisition est donc complémentaire à la production de contenus, et à l’archivage numérique pérenne. L’enjeu est de créer de forts partenariats entre la bibliothèque et la communauté académique.  Car les bibliothèques sont sans doute les mieux placées pour offrir aux usagers des solutions de publication électronique, quitte à envisager des partenariats avec les presses universitaires. Les bibliothèques bénéficient aujourd’hui d’un capital d’expériences réussies dans le domaine de la publication électronique, de la production de journal en libre-accès aux archives ouvertes, en passant par les éditions universitaires numériques.

Avec ces mutations, le profil du bibliothécaire est amené à se diversifier, et de nouvelles tâches émergent.

  • Conseils en acquisition et en droit d’auteur.
    A la mission initiale du bibliothécaire, veiller à la qualité, à la pertinence et au maintien des collections, s’ajoutent de nouvelles exigences : établir de nouveaux critères pour évaluer la stabilité, la viabilité et l’authenticité des fichiers numériques, dès l’acquisition. Avec l’assistance des juristes, les bibliothécaires créent et ajustent les politiques d’acquisition et d’échange pour garantir le maintien  et la préservation du contenu numérique.
  • Formation des usagers.
    Ce rôle a des aspects physiques et virtuels. Les bibliothécaires sont de plus en plus impliqués dans la vie du campus pour offrir en partenariat avec les enseignants des services de références virtuelles, et des environnements propices à l’auto-formation.
  • Observation anthropologique des usages.
    Les bibliothécaires s’immergent volontiers parmi les natifs du campus et observent, étudiant leur production d’information et leurs habitudes de consommation. Si les bibliothèques de recherche espèrent anticiper les futurs besoins de leurs usagers, elles doivent au préalable bien identifier leur public : des personnels administratifs aux professeurs en passant par les étudiants.
  • Construction de systèmes d’information documentaire.
    Concevoir l’architecture d’espaces physiques, mais aussi virtuels, comme un site web, une archive ouverte institutionnelle, et d’autres systèmes d’information. Et d’autres activités plus discrètes : établir des licences, créer des métadonnées, des recherches sur le droit d’auteur. Accoutumer les étudiants à de nouveaux modes de publication numérique.
  • Production de contenus et dissémination.
    La conservation des collections, mission historique des bibliothécaires, demeure au cœur du métier, mais la mission a de nouveaux atours : c’est l’attention portée au cycle de vie des données et des collections numériques. Le rôle a deux aspects distincts, mais inséparables : l’accès et la préservation. Dans le domaine numérique, les bibliothèques gèrent beaucoup plus d’informations que naguère, et facilitent l’accès aux usagers. La gestion numérique répond aussi à l’impératif de préservation des collections, qui se traduit par une attention croissante à la viabilité, à l’authenticité et à la pérennité des données numériques.
  • Management et organisation
    Une atmosphère propice au travail et à l’expérimentation sur le terrain peut être obtenue avec de nouvelles stratégies d’organisation. La coopération inter-institutionnelle décentralisée est essentielle pour amorcer ce virage numérique avec succès. L’enjeu est d’aider le personnel à s’adapter et à acquérir de nouvelles compétences. Une autre organisation du travail s’impose pour équilibrer les paysages physiques et numériques.
  • Conception et animation d’espaces collaboratifs.
    Les bibliothécaires travaillent en réseau, mais à l’heure du numérique, les collaborations doivent s’amplifier pour l’échange durable des bonnes pratiques autour des besoins communs, du développement des technologies à l’archivage pérenne, en passant par la gestion des dépôts d’archives. Les bibliothécaires commencent patiemment à coordonner des alliances intra et inter institutionnelles, et à établir clairement les rôles et les responsabilités de chacun dans cet effort partagé. Ils apprennent aussi à forger de saines relations collaboratives pour gérer collectivement les données numériques.

New roles for new times : digital curation for preservation.
Tyler Walters, Katherine Skinner
March 2011
Report Prepared for the Association of Research Libraries