Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (6)

The Nut, Stanley, Tasmanie, par Arthur Chapman, Flickr, BY-NC-SA

Dernier-né, tout nouveau, fraîchement catapulté dans le grand bain après l’Enssib, à peine le temps de babiller, je suis arrivé à la bibliothèque numérique de la BCU (Bibliothèque Clermont Université) à CF city, alias Clermont-Ferrand, le 1er juillet. Qu’est-ce qui m’a donc poussé à venir travailler dans ce service ? S’il faut ne retenir que trois raisons, je dirais que :

  • premièrement, c’est le lieu de la diversité : l’équipe rassemble autant de profils, de postes et d’idées qu’il y a de personnes, ce qui permet la multiplicité des opinions, un enrichissement du travail par les cultures individuelles différentes ; il y a un véritable partage et des regards croisés sur les missions du service ;
  • deuxièmement, c’est un des centres névralgiques de la BCU : la bibliothèque numérique se situe au contact de tous les sites et de toutes les personnes travaillant à la BCU ; elle est indispensable et en adaptation/évolution permanente ; on se sent utile pour le public comme pour les collègues en coordonnant la gestion de toute la documentation électronique, abonnements, dépôts de thèses, fonds numérisés, etc ;
  • troisièmement, pour ce qui concerne plus particulièrement mes missions, c’est de se sentir tout le temps en mouvement : créer, concevoir, superviser ou plutôt coordonner des projets de numérisation, fédérer les collègues et rassembler leurs compétences ou leurs opinions sur une thématique précise dans un effort uni, faire sortir la bibliothèque de sa communauté, mais aussi la faire coller à son public ; cela suppose d’entretenir le contact avec les chercheurs et enseignants-chercheurs, les étudiants, et toute institution susceptible de se joindre à la BCU pour faire exister ces projets.

La bibliothèque numérique de la BCU fourmille littéralement d’idées, d’envies, de savoirs et de bonne humeur. Toute cette ambiance est très stimulante, tout en restant détendue. Innovant et performant à Clermont-Ferrand – ça rime – avec la bibliothèque numérique – ça rime moins -, voilà une réalité qui promet.

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (5)

Trois réponses (presque) imparables

Rachel Ford James, Glasses with two oranges (Licence Creat. Commons, paternité, pas d'utilisation commerciale, partage à l'identique).
Rachel Ford James, Glasses with two oranges (Licence Creat. Commons, paternité, pas d’utilisation commerciale, partage à l’identique).

A- Égoïsme

  • Majeure : en bibnum, on côtoie des informaticiens.
  • Mineure : au royaume des bibliothèques, l’informaticien est roi.
  • Conclusion : en bibnum, vous côtoyez les rois des bibliothèques.

Illustration : supposez, disons, que votre imprimante récalcitre : en bibnum, vous n’avez qu’à héler l’informaticien, c’est le bureau d’en face. Au seul bruit de son pas, l’antipathique outil, maté, restaure lui-même sa connexion, expulse le bourrage, se lave la tête d’impression et imprime votre document sans tousser (et en un seul exemplaire si, dans votre agacement, vous avez relancé six fois).

Plus sérieusement : le caractère névralgique de l’informatique étant de notoriété publique, il est de bonne politique (ou de bonne tactique, si vous la jouez cynique) de travailler dans ce lieu stratégique.

 

B- Compétence

  • Majeure : les membres de la bibnum sont compétents en informatique.
  • Mineure : vous travaillez en bibnum.
  • Conclusion : vous êtes compétent en informatique.

Commentaire : Tout informaticien aura repéré dans la prémisse majeure une faille de sécurité fatale, et je doute que les collègues qui me connaissent aient pu garder leur sérieux en la lisant. En réalité, ce syllogisme spécieux masque un enchaînement de causes  authentique et bien plus efficace (voir ci-après).

 

C- Compétence 1.1 (faille de sécurité corrigée)

  • Primo : en bibnum, on s’attend à ce que vous soyez compétent en informatique [voir B].
  • Secundo : en bibnum, vous progressez en informatique au contact des informaticiens [voir A] ; par capillarité, en quelque sorte.
  • Ergo, à force de ne pas vouloir décevoir les bibliothécaires et de chercher à comprendre les informaticiens, vous finissez bel et bien par développer une forme de compétence. La fonction crée l’organe, disait Lamarck. C’est faux à l’échelle des espèces, mais vraie à celle des neurones.

 

Si je me résume : on ne peut plus échapper à l’informatique en bibliothèque. À la bibnum, on minimise les désagréments qui s’y attachent et on s’y initie.

Gratuitement ! Ça ne se refuse pas.

Les lettres de candidature sont à m’adresser directement.

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (4)

Three
Three de Joe_Andrews, sur Flickr

Ayant d’abord travaillé en section, comme on dit dans les S(I)CD, je mesure assez bien les différences de culture et d’organisation qui existent entre les bibliothèques et un service transversal comme la bibnum. La bibnum offre la possibilité de participer à de nombreux projets au sein d’une équipe réduite. Cela permet de travailler à la fois en autonomie, en petit groupe projet et en dialogue permanent avec les autres services ou partenaires.

La maîtrise complète des processus

Tandis que les tâches ne cessaient d’être segmentées dans les bibliothèques traditionnelles, les services informatiques, avec des effectifs plus réduits et plus spécialisés, ont maintenu une organisation du travail basée sur l’autonomie des agents. C’est très appréciable de se retrouver maitre de ses dossiers, de l’examen critique d’une situation à la réalisation pratique d’un projet.

Le travail en équipe

S’occuper du SIGB, du catalogue, des accès à la documentation électronique, c’est s’occuper en permanence des besoins des collègues et des publics. Rien de plus stimulant, constructif que de faire le tour de l’établissement pour rencontrer tous les partenaires et répondre, du mieux possible, à leurs attentes. C’est à nous de former et d’informer pour que tout fonctionne bien. Alors oui, le travail en bibnum est souvent solitaire ou réduit au concours d’un ou deux collègues, mais il est aussi gratifiant, tant on reçoit une belle récompense chaque fois qu’on s’en va le partager.

Le versant technique du métier

Désormais, quand on me demande ce que je fais comme métier, je peux répondre sans honte que je suis une bibliothécaire qui ne lit pas de livres… Travailler en bibnum permet de conforter mon penchant pour les questions techniques tout en assurant ma formation continue dans ce secteur. Manier les formats et les données me permet aussi de renouer avec mes cours de sciences du langage à la fac, qui envisageaient le texte sous un angle technique et pas littéraire.

En bref, la bibnum est un bon endroit pour développer son goût de l’artisanat : concevoir, réaliser, exposer.

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (3)

La première relève de ma fonction. Webmestre, j’ai conçu avec mes collègues le nouveau site web de la bibliothèque. Faciliter l’accès aux ressources et aux services, proposer des espaces interactifs de communication et une navigation attractive, voilà un travail passionnant. J’ai d’ailleurs sur le feu une autre maquette de site web : Philippe Glangeaud, carnets de voyages géologiques en Auvergne. A partir de la mise en ligne des carnets numérisés de Philippe Glangeaud représentant la Chaîne des Puys, le site proposera plusieurs expositions virtuelles, s’articulant autour de plusieurs angles thématiques sur l’œuvre du géologue. Une manière de rendre hommage au professeur de la faculté des sciences de Clermont, en invitant tout à chacun à suivre ses traces.

Buste de Philippe Glangeaud par le sculpteur Vaury, édifiée au Jardin Lecoq.

Un autre aspect de mon travail réside dans la gestion des documents numériques produits par la bibliothèque. Nous nous attelons aujourd’hui au choix des outils pour mettre en ligne les thèses des universités de Clermont, et les images numérisées de la bibliothèque.

La seconde raison de travailler en bibnum, c’est le travail en équipe. Nous sommes complémentaires l’un à l’autre, et travaillons en bonne intelligence. Réactifs, dynamiques, nous trouvons collectivement des solutions aux problèmes que nous rencontrons, dans un climat d’émulation réciproque.

Troisième raison, les usagers : étudiants, enseignants, et chercheurs. Que les étudiants puissent accéder, le plus facilement possible, aux ressources documentaires, c’est là un facteur déterminant de leur réussite. Nous sommes aussi partenaires des enseignants. S’ils nous prescrivent des ressources électroniques, nous leurs offrons des espaces interactifs, pour communiquer via le site de la bibliothèque. Les chercheurs enfin, avec qui nous travaillons, de plus en plus. Nous leur apportons une expertise documentaire et éditoriale en termes d’édition électronique et de gestion des ressources numériques. Nous participons aux projets de recherche : Enfance Violence Exil, pour la constitution des collections numérisées et la description des ressources. Et maintenant, d’autres collaborations se mettent en place. Nous devenons acteurs de la recherche en train de se faire. Cette confrontation enrichit notre pratique et la met à l’épreuve.

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (2)

Voici la réflexion commune d’une personne chargée de la numérisation et d’une autre s’occupant du parc informatique.

Img-Blog
Copyright Bambou 2011 Poupard/Béka

 

Première bonne raison : Le Service BIBNUM

Les deux personnes qui rédigent cet article sont les plus âgées de cette équipe composée de neuf personnes. Nous travaillons au sein des bibliothèques depuis de nombreuses années et nous avons œuvré dans différents services. De ce fait nous apprécions tout particulièrement :

  • Le fait qu’il est composé d’un personnel jeune, dynamique, et réactif aux problèmes.
  • Le fait que nous ne sommes pas confrontés au public ni aux astreintes d’horaires.
  • Les missions transversales et la diversité de profils de cette équipe.
  • L’ambiance, en général, et la bonne humeur du matin autour d’une tasse de café.

Deuxième bonne raison : évolution de carrière

  1. Pour la personne chargée de la numérisation : Après avoir travaillé en bibliothèque universitaire, en section lettres, j’ai eu envie de changer et de voir d’autres facettes du métier. C’est un travail intéressant qui permet d’utiliser les nouvelles technologies : chargée de la numérisation depuis janvier 2011, je perfectionne mon usage du banc de numérisation et je développe la retouche d’images avec le logiciel Photoshop.
  2. Pour la personne s’occupant du parc informatique : Le fait d’avoir été engagé au moment de l’informatisation de la BCU coïncidant avec l’évolution fulgurante du matériel informatique m’a permis d’acquérir un panel de connaissances et de compétences très variées afin de résoudre un grand nombre de pannes d’origines diverses. La nouvelle direction de l’établissement a de nombreux projets d’envergure à court et moyen terme (numérisation des collections, évolution du portail, …) auxquels je participe étroitement par le biais de groupes de travail. Je travaille dans un domaine qui me passionne tant par son contenu que par sa constante évolution.

Troisième bonne raison : Localisation Géographique

Un cadre de travail agréable. Sur le Campus des Cézeaux, étendue de pelouse verte à deux pas du tramway, avec toutes ces écoles et laboratoires de renom national voir international.

Par Jean-Marc Condat et Valérie Le Foll

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (1)

3 bonnes raisons de travailler en bibliothèque numérique ? Prêtons-nous au jeu, voici le point de vue d’un développeur.

Bilboquet - Licence CC BY-NC-SA 2.0 - Par Faberzeus - Flickr
Bilboquet – Licence CC BY-NC-SA 2.0 – Par Faberzeus – Flickr

Première bonne raison : Les logiciels libres. Du point de vue philosophique, ils ont toute leur place en bibliothèque, dès lors que l’on parle de partage et mise en commun. Du point de vue pratique, ils permettent au quotidien de travailler de manière autonome tout en s’appuyant sur le travail d’une communauté de développeurs et d’utilisateurs. En bref, avec les logiciels libres, on ne réinvente pas sans cesse la roue et on travaille de manière intelligente (ce qui ne veut pas dire que le résultat est meilleur par ailleurs, mais c’est un autre problème).

Deuxième bonne raison : Bénéficier de la présence en ligne des biblio-bloggeurs. Une chose m’a frappé lorsque j’ai commencé à découvrir le monde des bibliothèques : les bibliothécaires passent beaucoup de temps à réfléchir à leur métier. Cette pratique me semble moins répandue en informatique par exemple. On trouve bien des bloggeurs/développeurs dispensant de précieux conseils en programmation mais peu de discussions sur l’évolution de l’informatique et de ses pratiques. La communauté de bibliothécaires en ligne et plus généralement, les ressources sur les évolutions du métier sont particulièrement enrichissantes dans notre travail quotidien.

Troisième bonne raison : L’absence de public. Si l’on en croit la « cote 400 » de Sophie Divry, « l’usager » n’est pas aussi sage que les livres disposés dans les rayons. L’âge numérique apporte enfin la délivrance au bibliothécaire : se débarrasser du public. Fini les grincheux, les bruyants, les « Où sont les toilettes? ». En bibliothèque numérique, les remontrances se font désormais via formulaire interposé. Prière de s’adresser à la page d’accueil. C’est ainsi que l’on passe du profil de rat de bibliothèque à celui du geek abrité par son écran. L’évolution ne fait pas toujours bien les choses.

Ne tenez bien sur pas compte de la troisième raison, les vacances approchant, on peut se permettre de finir sur une note plus légère.

Série culte (?) de l’été

Fishing Umbrellas par Giangrafanna (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, pas d’utilisation commerciale).

 

Modestement pourvu en actualité non sportive, l’été est propice aux séries thématiques à caractère philosophique. En concevant le projet de lancer ici une grande réflexion propre à stimuler nos cellules grises et les vôtres, nous avons écarté, à regret, les thèmes qui nous étaient d’abord venus à l’esprit et dont la profondeur n’avait pourtant d’égale que l’originalité : « Douze monographies minceur pour dire adieu aux petits kilos de l’hiver » ; « Cinq bons e-books pour bronzer intello en BU » ; « Le (la) rencontrer : est-ce encore possible en horaires restreints ? ».
Las, ces mille sujets, déjà programmés dans des magazines à fort tirage, y seront certainement traités avec toute la hauteur de vue qu’ils méritent. Il nous a fallu rester modestes et nous rabattre sur un angle d’attaque moins ambitieux, mais où nous ayons quelque chance d’écrire du neuf. Nous avons donc jeté notre dévolu sur un thème qui tient en six mots et pourra, je l’espère, être traité au prix de peu d’efforts (il fait chaud) :

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum.

L’objectif pas même inavoué de l’exercice est de mettre à l’épreuve des faits une question pas trop existentielle mais à demi révérencieuse : pouvons-nous tenir, sur notre métier, des propos qui ne soient négatifs ? Le bibliothécaire est notoirement enclin à réfléchir sur son métier avec un talent qui n’échappe pas toujours au nombrilisme littéraire ni à la jérémiade apologétique. Nous allons donc voir si l’on peut débusquer, sous nos graves problèmes, de quoi apprécier notre quotidien ; ou peut-être si ces problèmes ne sont pas tout bonnement les raisons pour lesquelles nous apprécions notre travail.

Chaque membre de la bibnum est invité à rendre sa rédaction sur ce sujet, en respectant (comme le fait cette introduction) une même contrainte ; à vous de deviner laquelle. Le premier à montrer, par un commentaire qui s’y conforme, qu’il en a saisi la nature, gagnera un aller simple pour Clermont-Ferrand.
Ne vous bousculez pas.

L’alambic en chauffe

Le Monolecte, Alambic (Source FlickR, Licence Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, partage à l’identique)

 

  • Démontrer la pertinence et le caractère innovant de nos réalisations, avec une fluidité webdeuzéroïque et la conscience d’ouvrir la voie vers l’avenir des bibliothèques.
  • Offrir une tribune à des prises de position audacieuses, courageuses et – cela va de soi –  politiquement incorrectes.
  • Assurer et assumer notre autopromotion, et finalement convaincre le monde entier – grâce à la réalité augmentée – que le Puy de Dôme est l’Everest français.

C’est ce que ce blog ne fera pas.

Mais à quoi va-t-il donc bien pouvoir servir s’il n’assure pas ces fonctions vitales ? Eh bien :

  • À contribuer au débat blogosphérique sur les questions qui nous tiennent à cœur : le web comme ressource, la documentation électronique et l’open access, les rapports entre bibliothèque et informatique, entre bibliothécaires et informaticiens, le service des utilisateurs vu côté serveurs ; les outils de travail qui sont les nôtres, leurs limites et les moyens de les dépasser (ou de les subir à moindre frais).
  • À exposer nos projets (site web, numérisation de fonds, etc.) pour les soumettre à l’aiguillon salutaire des critiques, des discussions, voire – qui sait ? – des compliments ;
  • À défendre, de temps à autre, notre point de vue singulier de Bougnats numériques, avec ce qu’il peut avoir de pittoresque (microprocesseur laguiole, Cantal-entre-deux-point-zéro, pingrerie hein-point-d’euros,  etc.) parce que Clermont-Ferrand a, comme tous les autres charmants petits villages de province toute métropole en région, quelques curiosités locales à faire valoir. Dont le fait d’avoir une bibliothèque numérique de dix personnes, qui s’occupe à la fois de documentation et de numérisation, qui développe son propre site web, et qui prétend même tenir un blog. Mais j’en reste là : je suis juste venu allumer le feu sous l’alambic, pas anticiper sur les distillations des collègues.

 

Car ce blog est un travail d’équipe : la bibnum de Clermont, je me répète, c’est dix personnes et toutes ont  vocation, un jour ou l’autre, à apposer leur signature au bas d’un billet et leur avatar en haut. Pour l’heure, la mise en œuvre (titre, visuel, avatars) est déjà le fruit d’un labeur collectif.

Ce blog est bien un outil de travail. Je voudrais qu’il nous permette de parler de ce que nous faisons avec, quant à la forme, la liberté de ton qu’autorise le genre et, quant au fond, le sérieux que nécessite tout travail. Je souhaite qu’il nous permette d’apprivoiser le monde du ouèbedeux et donner envie à des collègues de s’y aventurer. J’espère que notre alambic produira, de temps à autre, quelques gouttes d’un nectar revigorant, propres à réchauffer la discussion. Je gage que son gargouillement entretiendra notre ardeur au travail, ne serait-ce que pour avoir quelque chose de valable à y raconter. Je rêve, bien sûr, qu’il récolte une moisson de commentaires vifs et capiteux, qui nous obligent à revenir régulièrement sur nos préjugés de Bougnats et à nous connecter à la biblioblogosphère un peu plus qu’une fois par mois (on se connectera à plusieurs ensemble pour ne pas gâcher d’électricité).

Enfin, ce blog assume sa dette envers les nombreux collègues (je ne mets pas de lien, il faut économiser la flagornerie, mais ils se reconnaîtront et vous les reconnaîtrez) qui ont déjà accédé à la Vérité Numérique : cet alambic peut être considéré comme un rejeton printanier de notre passage hivernal au bibcamp. Merci, donc.

Olivier Legendre

P.S. Ce billet est dédié à tous ceux qui, un jour, ont eu ou auront une pénible sensation de froid au creux de l’estomac en appuyant sur le bouton Publier.