Le SGBM et la BCU : « Techpoint et Checkpoint »

La situation actuelle du système

Depuis les années 2010, nous nous sommes investis dans une démarche de modernisation de nos outils documentaires, à l’instar de nombreuses bibliothèques universitaires, soucieuses d’offrir de meilleurs services à leurs usagers.

Nous avons commencé en 2011 par réaliser notre propre site web (avec Drupal) puis, en 2012, notre catalogue (avec Blacklight). Les deux projets ont bénéficié d’abord à nos publics. Cependant, notre système d’information tout entier méritait d’être revu et simplifié. Le projet SGBM arrivait donc à point nommé. Voici en effet la liste de nos outils actuels :

OUTILS CONTENU FORMAT DE DONNÉES
Step + Star Thèses électroniques Métadonnées XML TEF
Sudoc (CBS + WinIBW) Tout imprimé ou électronique Notices UNIMARC
 Le contenu est versé dans :
le SIGB (Absysnet)
Tout imprimé
Thèses tout support
Supports numériques
Collections électroniques acquises et licences nationales
Notices UNIMARC
S’y ajoute ensuite le contenu des deux outils suivants :
1. Résolveur de lien (SFX) Revues électroniques abonn. Métadonnées XML DC
2. Fichiers éditeurs Livres électroniques abonn. Notices UNIMARC
Et le tout est rendu consultable via :
Catalogue (Blacklight) Tout imprimé ou électronique UNIMARC

Nous utilisons différents outils, en fonction du type de document à traiter. Et malheureusement, tous ces outils ne sont pas maniés par tous les bibliothécaires. L’une de nos principales motivations à intégrer le projet SGBM était justement de réintégrer la gestion des ressources électroniques dans le travail quotidien de l’ensemble des collègues.

Du point de vue technique, la réinformatisation s’imposait. Pas de modernisation de nos services sans un nouveau système de gestion performant, alliant robustesse et respect des standards (à la fois de la bibliothéconomie et du web). Nous avions besoin d’un système capable de rendre tous les services attendus comme d’interagir avec des applications développées dans l’établissement, tout en conservant un lien très fort avec le réseau Sudoc.

Le SGBM correspond bien à nos besoins. Tout en participant au projet, nous avons lancé dès 2013 des chantiers pour préparer la migration. Certains concernent spécifiquement les périodiques, afin de mettre à jour tous nos états de collection. D’autres impliquent des corrections de données très importantes tandis que les derniers consistent en des exemplarisations automatiques dans le Sudoc (des corpus entiers ne sont pas encore signalés dans le catalogue national). C’est un travail de longue haleine, mais qui en vaut la peine, car, à ce prix, nous pourrons « migrer » correctement nos données dans le futur SGBM.

Une question de rythmes

Villard de Honnecourt, "Perpetuum mobile" (Image du domaine public)
Villard de Honnecourt, « Perpetuum mobile » (Image du domaine public)

Une fois le constat dressé, il importait d’agir et le projet SGBM nous offrait l’occasion et de nous insérer dans une réflexion globale et de projeter le site universitaire auvergnat dans un cadre d’action répondant à nos attentes.

Comme souvent, le dossier présentait deux versants : un versant interne et un versant externe, l’ubac et l’adret en somme (car, bien sûr, les Auvergnats ont la manie de vouloir tutoyer les sommets !).

Du point de vue interne, la réflexion s’est organisée rapidement, grâce à la désignation d’une Chef de projet, à l’intégration du dossier dans la stratégie globale (Lire ici http://alambic.hypotheses.org/4163 et là, http://alambic.hypotheses.org/5534) et à la diffusion en interne des mutations qui allaient en découler (Journée des personnels 2014, avec la tenue d’un atelier spécifique). Des réunions rassemblent depuis plusieurs mois la Chef de projet, la Responsable des données bibliographiques et deux professionnels BIBAS, pour planifier les chantiers. D’ores et déjà, il est acté qu’un professionnel BIBAS viendra épauler la Chef de projet en septembre 2015, tant ce dossier est capital et qu’un réseau de correspondants, dans les différentes BU, sera en soutien.

À la jonction de l’interne et de l’externe, se trouve la communication interne au site auvergnat, à destination des décideurs et cadres universitaires (Présidents, Vice-présidents, DGS, DSI, Service juridique, enseignants-chercheurs). Chaque fois que ce fut possible, un bilan d’étape du projet SGBM fut exposé, dans le cadre du Conseil de la documentation et du CODEX1. Ainsi, le 13 mai dernier, le dossier fut analysé pendant près d’une heure trente dans cette dernière instance, à l’aune des besoins présents et à venir. Un accord de principe prévaut maintenant pour la suite, avec pour seule réserve majeure la question des coûts, non encore définis, mais qui pourront l’être après la remise de l’étude de l’ADBU, annoncée en septembre 2015.

Dans les montagnes auvergnates, l’eau surgit partout, fraîche d’ordinaire ou brûlante parfois (les « chaudes aigues »). Elle va d’un versant à l’autre. Métaphoriquement, au sens premier comme au sens figuré du terme2, nous pouvons avancer que les « couzes »3 de la réflexion interne permettent de « charrier » des éléments d’appréciation en externe. C’est ainsi que nous avons répondu à l’étude d’impact de l’ABES de mars 2013, par un document de six pages, qui tentait de répondre à la volonté, exprimée par le Directeur de l’ABES, d’appropriation du projet par les partenaires. Nous y prenions des positions discutables, sans doute, mais qui ont été rendues publiques par un envoi sur la liste de diffusion de l’ADBU. Nous avons également souhaité faire remonter d’emblée le sujet important à nos yeux de l’accessibilité, au regard des publics en position de handicap. En outre, nous avons diffusé le projet à l’extérieur de la sphère « enseignement supérieur et recherche », ce qui fut l’occasion de constater que le réseau CANOPE avait entrepris un projet similaire (projet R@cines) et de proposer à l’ABES, par conséquent, une possible interopérabilité entre SGBM et R@cines, pour mieux desservir les ESPE. Enfin, il nous semble que le projet SGBM mérite une communication large, à même d’en montrer toute la portée en-dehors du cénacle des spécialistes de l’Infodoc : l’ABES s’y emploie activement cette année, en mettant à la disposition des sites pilotes des documents réemployables pour partie. Nous pourrions aller jusqu’à donner un nom au projet qui soit moins « métier ».

Qu’en espère-t-on ?

Qu’est-ce qu’un site universitaire comme celui de Clermont-Auvergne peut espérer du projet SGBM à l’horizon 2017 ?

  • Évidemment, une modernisation technique, facilitant l’insertion de la BCU dans les projets de site (comme le projet de carte universitaire unique pour l’ensemble des services), ou dans des projets internes (bascule progressive en RFID)
  • Le bénéfice d’une expertise partagée, avec des retombées offertes en termes de services (création d’API…), en termes de qualité des données et de leur gestion (base de connaissances, Hub de métadonnées les Québécois diraient peut-être « pôle », les Auvergnats « puy », qui vient de podium, rappelons-le et évoque chez nous une relation ombilicale).
  • Un point d’accès unique pour l’ensemble des collections du site Clermont-Auvergne (par collections, entendons les collections produites ou acquises par le site, en matière de pédagogie, de recherche et de diffusion de la culture scientifique, quels que soient les supports et les formats)
  • Un levier interne pour la diffusion des nouveaux formats au sein des personnels de bibliothèque
  • Un appui pour promouvoir l’Accès universel (l’Open access)
  • Une préparation à l’avènement à terme d’un espace européen de la documentation.

Ces espérances sont gagées sur le maintien d’une Agence bibliographique forte et jouant à plein son rôle de coordinateur, car le site universitaire Clermont-Auvergne ne pourrait seul relever ces défis, fût-il en relation avec d’autres universités.

F. Boyer, Directeur de la BCU, et R. Bussemey, Chef de projet SGBM à la BCU.

1. Bureau du Conseil de la documentation, regroupant enseignants-chercheurs désignés par les Présidents et les conservateurs Responsables de service.

2. La métaphore, étymologiquement, renvoie à l’idée de transport.

3. Une couze est un ruisseau de montagne en Auvergne.

Intégration des revues électroniques dans le catalogue

Après avoir indexé les notices du SIGB, il nous restait à intégrer les ressources électroniques pour que notre catalogue soit tout à fait opérationnel. C’est chose faite depuis quelques jours car nous avons enfin trouvé une solution satisfaisante pour exploiter nos données issues du résolveur de liens SFX.

Exporter depuis la base SFX

Alors que j’expliquais, dans un précédent billet, comment nous avions indexé les notices UNIMARC de notre SIGB dans Solr, j’envisageais d’importer les métadonnées relatives aux ressources électroniques au format CSV. Mais assez rapidement, nous avons constaté que les données que nous exportions de SFX étaient partielles et surtout que l’indexation dans Solr puis l’affichage dans Blacklight posait des problèmes puisque le catalogue est conçu pour bien fonctionner avec des données MARC.

Nous avons donc regardé ce qui ce faisait chez les autres utilisateurs de Blacklight et nous sommes entrés en contact avec nos homologues de Stanford. Surprise ! Leur solution est on ne peut plus simple : profiter de l’outil MARCIt! inclus dans SFX pour exporter les métadonnées au format MARC et donc les indexer dans Solr aussi facilement que les notices « classiques ». Que n’y avais-je pensé ! Sauf que… MARCIt! exporte les données en MARC21, donc Ex Libris ne commercialise pas cet outil en France. Il fallait donc trouver autre chose, mais l’idée était là : obtenir les données en MARC.

Du coup, j’ai testé tous les exports disponibles dans l’Export Tool de SFX et j’ai trouvé ce qu’il nous fallait : l’export XML. L’intérêt de ce fichier est qu’il nous fournit tous les champs descriptifs utiles ainsi qu’un lien (856) vers le menu SFX, un lien contextuel donc.

Export XML dans export tool SFX
Export XML dans Export Tool SFX

Traiter le fichier MARCXML

Pour que le fichier SFX soit exploitable par Solr/Blacklight, il faut le convertir en UNIMARC. Nous procédons en deux temps, avec le logiciel MarcEdit.

D’abord, nous utilisons les MARC Tools pour transformer l’XML en MARC. Il suffit de soumettre le fichier SFX à MarcEdit qui va exécuter la conversion de MARC21XML à MARC. Evidemment, on récupère encore des données au format MARC21.

Dans un second temps, on utilise l’outil MarcEditor pour transformer les champs MARC21 en champs UNIMARC, mais aussi générer un control number, c’est-à-dire un numéro unique pour le champ 001. On en profite aussi pour faire du nettoyage dans les données (par exemple modifier le label de notice de sorte que les codes d’application mentionnent « revue électronique » plutôt que « revue imprimée »).

Outil MarcEditor dans MarcEdit
Outil MarcEditor dans MarcEdit

Importer dans Solr

Quand tous les traitements sont effectués, on compile le fichier de manière à obtenir un .mrc qui sera importé aussi facilement par Solr que le fichier .iso issu du SIGB.

Tadam ! Les revues électroniques sont disponibles dans le catalogue !

Revues électroniques intégrées au catalogue
Revues électroniques intégrées au catalogue

 

Un outil de découverte libre : poster pour les JABES

Nous avons eu la joie de présenter cette semaine notre poster lors des Journées ABES. Léonard Bourlet et moi-mêmes étions présents pour parler de notre travail mais je dois rendre hommage aux principaux artisans de ce poster, Mathieu et Karine.

Présentation du poster aux JABES 2013
Présentation du poster aux JABES 2013

 

Il nous est apparu très vite que le sujet à développer serait Blacklight et sa mise en œuvre. Nous avons voulu restituer notre expérience. Mathieu Bacault a donc conçu le scénario du poster en privilégiant l’aspect chronologique et les étapes du projet, de la réflexion initiale à la mise en production. C’est cette idée de fil conducteur qui nous a menés à la Linea.

Partant de là, Karine Vazeille a réalisé le poster, du dessin à la mise en page (avec Illustrator). Elle a repris le style de la Linea, en modifiant le dessin de la tête notamment, et a conçu toutes les illustrations et les boutons. Le tout en une quinzaine de jours. L’imprimeur a d’ailleurs fourni le poster la veille du pont de l’Ascension, donc juste avant le départ pour Montpellier.

Sur place, nous avons subi une petite douche froide en constatant que les panneaux n’étaient pas adaptés à un poster horizontal ! Et nous étions les seuls à arriver avec un tel format… Bref, voici le poster :

Poster Blacklight image

Poster à télécharger en version PDF (2,60 Mo)

Mise en place de Blacklight : comment ?

Nous avons choisi Blacklight comme interface publique pour notre catalogue. Voici comment nous avons procédé pour indexer les données de notre SIGB et comment nous allons intégrer d’autres données (revues et livres électroniques).

Pour faire fonctionner Blacklight en mode OPAC de nouvelle génération d’abord, il a fallu répondre à 3 questions :

  1. comment importer toutes les notices du SIGB dans l’index Solr ?
  2. comment obtenir les données d’exemplaires (donner la disponibilité) ?
  3. comment gérer les services et l’accès au dossier lecteur ?

Paramétrage de l’index Solr et procédure d’import

Blacklight n’est à proprement parler que l’interface qui permet de gérer l’affichage des données et les services au lecteur. Celui qui fait tout le boulot de traitement des données, c’est le moteur Solr. Il s’agit donc de lui faire avaler des données au format MARC ISO2709 afin qu’il puisse les indexer et les proposer sous forme de facettes, par exemple.

Indexation

La version standard de Blacklight proposée en téléchargement fournit une configuration de base opérationnelle. Mais comme c’est un produit développé aux États-Unis, le format par défaut est le MARC21. Donc, au minimum, pour une BU française, le travail consiste à remplacer les étiquettes de champs MARC21 par des étiquettes UNIMARC. Plutôt facile de mettre 200 là où on trouve 245 ! Mais quand on aborde les notions d’auteurs secondaires ou de titres complémentaires, on se rend compte que les deux formats ont une manière de voir les choses bien différente.

Pour obtenir des facettes intéressantes, il faut réaliser des mappings comme celui-ci, qui concerne le type de document :

# format mapping
# leader 06-07
map.format.aa = Article ou communication
map.format.ai = Ressource à mises à jour
map.format.ac = Recueil
map.format.am = Livre
map.format.as = Revue
map.format.lm = Ressource électronique
# leader 06
map.format.b = Texte
map.format.b = Manuscrit
map.format.c = Partition musicale
map.format.d = Partition musicale
map.format.e = Carte ou plan
map.format.f = Carte ou plan
map.format.g = Vidéo
map.format.i = Enregistrement sonore non musical
map.format.j = Enregistrement musical
map.format.k = Image
map.format.l = Support informatique
map.format.m = Ressource multimédia
# 007[0] when it doesn't clash with above
#map.format.h = Microforme
#map.format.q = Partition musicale
# none of the above
map.format = Indéterminé

Pour la facette « Sujets », nous avons utilisé les mots-clés RAMEAU en séparant les subdivisions : tout ce qu’on trouve en $a ou $x constitue une vedette « thème » tandis que les $y et $z sont distribués « région » et « période ».

Importation automatique

Comme on veut disposer de données bibliographiques à jour, il faut mettre en place deux procédures automatiques : une pour exporter la base catalographique du SIGB, une autre pour importer les données dans l’index Solr.

Nous avons demandé à notre fournisseur de SIGB (GFI) de créer une procédure d’export de toutes les notices au format ISO2709. Donc, tous les jours, l’ensemble du catalogue est mis à jour.

Ensuite, nous avons développé un script shell qui permet, toutes les nuits, d’effacer l’index et d’importer le fichier ISO généré par AbsysNET. Après avoir longtemps buté sur la question des notices supprimées dans le SIGB, nous avons en effet choisi d’effacer tout l’index avant import. Cela permet de ne pas avoir à gérer d’import différentiel (i.e. seulement les nouvelles notices) ni d’avoir à retraiter les notices modifiées ou supprimées. En effet, il nous a semblé impossible d’extraire des indicateurs fiables pour identifier les notices à traiter : pas de données dans le label de notice UNIMARC (position 5 concernant le statut de la notice).

Connexions pour les données d’exemplaire et du lecteur

AbsysNET comprend un serveur Z3950 qui permet d’interroger la base Oracle. C’est sur ce serveur que l’on s’appuie pour interroger en temps réel la base des exemplaires et connaître leur disponibilité.

La page Blacklight qui affiche la notice détaillée d’un document intègre une requête Z3950. Le serveur Z3950 d’AbsysNET renvoie une réponse XML qu’il suffit de mettre en forme à sa guise. Nous affichons donc les données d’exemplaires en tableau et indiquons par une icône rouge ou verte si le document est disponible, c’est-à-dire non emprunté, dans telle ou telle bibliothèque du réseau.

Notice détaillée avec disponibilité
Notice détaillée avec disponibilité des exemplaires

En ce qui concerne le dossier lecteur et les services associés, nous utilisons un connecteur développé par GFI. Connu sous le nom de zabnetarch (car conçu pour fonctionner avec les portails Archimed), ce connecteur permet d’interroger les données du fichier lecteur et d’interagir avec les services permis par les politiques de prêt.

Notice détaillée avec service
Notice détaillée avec bouton de communication

On peut ainsi intégrer des boutons pour demander un prêt (et générer l’impression d’un bulletin), réserver un exemplaire, prolonger un emprunt et fédérer toutes les informations dans une page « mon compte ».

Personnalisation de l’interface

Nous n’avons pas passé de temps sur la partie graphique du catalogue. Nous nous sommes contentés pour le moment d’utiliser le thème standard de Blacklight. La mise en forme nous a semblé bonne et nous n’avons pas fait de cet aspect du projet une priorité.

Nous avons travaillé essentiellement à la traduction de l’interface et des libellés, avec le souci de sortir du jargon bibliothéconomique. Ce n’est pas toujours facile d’y parvenir… Ce même souci de lisibilité nous a conduits à simplifier autant que possible la lecture des notices. Il a fallu faire des choix quant aux champs à afficher. La tension est forte entre la clarté de la présentation et l’exhaustivité de l’information donnée. Compte tenu des remarques des uns et des autres, ce travail se poursuit, d’ailleurs.

Pour illustrer le catalogue, nous avons utilisé les API Google Books qui permettent d’afficher les vignettes de couverture des ouvrages. Après quelques déboires dus à la requête sur l’ISBN (Google digère mal les tirets), nous avons traité les notices de manière à obtenir systématiquement un EAN. Le taux d’affichage des vignettes s’en est trouvé amélioré. Mais c’est encore insuffisant. Notre catalogue est peu illustré, nous le voyons bien avec notre page d’accueil qui recense les nouveautés.

Faute d’un taux de couverture suffisant, nous avons provisoirement affiché nos titres dans un cadre représentant un livre. Nous obtiendrions certainement de meilleurs résultats si on utilisait les API d’Amazon. Mais ici comme ailleurs, le débat reste vif entre les tenants de l’efficacité (plus de vignettes grâce aux API Amazon) et les défenseurs du petit commerce (non à la publicité pour le géant d’internet). Il faudra bientôt trancher.

Configuration de Solr

Dès les premiers tests, il est apparu que les résultats donnés par Solr ne nous convenaient pas. Il a fallu bien se documenter sur son fonctionnement avant d’en saisir les mécanismes et de pouvoir agir sur le calcul de pertinence.

Le plus difficile pour un bibliothécaire est de rompre avec la rigidité des sacro-saints opérateurs booléens. Certes, ils sont utilisés par le moteur mais pas seulement. C’est tout un système de pondération qui peut être paramétré. Le moteur est tendu vers un objectif : donner des résultats. Il n’aime donc pas répondre qu’il ne trouve rien.

Tout l’équilibre réside dans le fait de trouver les termes demandés tout en suggérant d’autres pistes. Solr donne la priorité aux premiers termes saisis et à leur place dans la notice. Le premier résultat de la liste sera toujours la notice qui contient tous les mots saisis dans son titre. Si ce n’est pas le cas, alors le moteur revoit ses exigences à la baisse : des mots placés dans le corps de la notice, moins de mots retrouvés, etc. Et puis si vraiment il n’y a aucune concordance possible, Solr fait des suggestions.

Là encore, les mécanismes sont complexes et tout est différent d’une langue à l’autre. Solr doit être paramétré pour le français afin qu’il puisse analyser les structures de mots pour corriger une faute d’orthographe ou étendre ses recherches à une famille de mots.

Nous avons beaucoup de connaissances à acquérir dans ce domaine pour optimiser le comportement du moteur.

Et maintenant ?

Notre catalogue est en place, sur un mode OPAC de nouvelle génération puisqu’il n’intègre que les ressources imprimées gérées par le SIGB. Il s’agit maintenant de travailler à l’indexation de nos ressources électroniques. Certaines sont déjà présentes : les livres électroniques pour lesquels nous disposons de fichier de notices au format ISO2709 sont indexés directement par import.

Mais le gros des ressources devra faire l’objet d’autres traitements. La base de connaissance SFX pourrait être importée au format CSV et fonctionnerait avec des liens open url. D’autres ressources dont les éditeurs proposent des échanges via le protocole OAI-PMH nécessiteront le développement d’un moissonneur.

Bref, nous avons du pain sur la planche !

Mise en place de Blacklight : pourquoi ?

Du nouveau site web au futur système de gestion, la mise en place de l’outil de recherche Blacklight s’inscrit dans une démarche d’amélioration des outils publics et professionnels des BU.

Le contexte local

2010 a constitué une année charnière pour notre catalogue :

  • les bibliothèques de l’agglomération se sont regroupées au sein du réseau communautaire et ont migré vers un système Carthame (Decalog)
  • les bibliothèques universitaires ont fait évoluer leur système vers une nouvelle version, Absysnet (GFI)
  • le portail commun Archimed n’avait plus de raison d’être

En 2011, l’ouverture du site web des BU a imposé la substitution du moteur de recherche Bookline d’Archimed par l’OPAC Absysnet et le retour à une recherche par type de document. On se retrouvait donc avec

  • 2 OPAC : collections imprimées BU et IUFM
  • une liste AZ : revues électroniques
  • des pages de liens : bases de données, livres électroniques, etc.
OPAC des BU
OPAC des BU
OPAC des IUFM
OPAC des IUFM

Une fois le site web BCU mis en place, on pouvait réfléchir au changement de catalogue.

Le contexte national

Au premier abord, on a pensé qu’il fallait tout changer, le catalogue comme le SIGB. Fort de la présence de son développeur web, le service bibnum envisageait de développer tous ses outils à partir de logiciels libres. Mais les évolutions du marché et des projets nationaux nous ont amenés à affiner notre stratégie.

D’une part, ce qui paraissait le plus urgent était la refonte du catalogue public. Impossible de faire passer notre OPAC au « contrôle technique » du moindre utilisateur. Après avoir assisté à la journée sur les discovery tools libres, Mathieu et moi n’avions plus de doutes. Il fallait trouver un remplaçant à ce bon vieil OPAC.

D’autre part, la réinformatisation ne s’imposait pas immédiatement. Koha, bien que séduisant parce que libre, n’offrait pas de bénéfice fonctionnel significatif. Et puis le projet de SGB mutualisé émergeant, il était sage d’attendre.

Bref, en ce début d’année 2012, nous avons décidé de privilégier le catalogue public de manière à offrir rapidement un meilleur outil de recherche aux usagers en fédérant nos différentes ressources et en facilitant la navigation. Nous avons pensé d’abord à l’outil Vufind, mais après la présentation de Blacklight à la journée Couperin, notre choix s’est porté sur ce dernier, dont SearchWorks est la réalisation la plus connue.

La prochaine fois, je vous expliquerai comment on a fait !

De nouvelles politiques de prêt pour la rentrée universitaire

L’ensemble des bibliothèques universitaires va adopter de nouvelles politiques de prêt en septembre prochain afin d’améliorer le service rendu aux usagers. Les conditions de prêt seront les mêmes dans toutes les bibliothèques : nombre de documents illimité, prolongation, réservation, et possibilité de faire tout cela en ligne.

Cette réforme répond à deux objectifs principaux : simplifier le dispositif pour le rendre plus compréhensible par les lecteurs et rehausser la qualité de service pour la rendre plus conforme aux attentes des usagers.

Des politiques de prêt simplifiées et homogènes

L’an dernier, nous avions évoqué dans un billet le manque de clarté de nos services. Souffrant de l’éclatement géographique et thématique des bibliothèques, notre réseau ne bénéficiait pas d’une stratégie globale en matière de prêt et de services associés. Chaque bibliothèque pratiquait sa politique. Cela contrevenait au principe de la carte unique et nuisait au confort des lecteurs.

Carte de lecteur BCU

Partant de cette analyse, nous avons voulu proposer des solutions visant à clarifier notre offre de services tout en satisfaisant aux contraintes spécifiques des bibliothèques. Un groupe de dix collègues représentant différentes B.U. a alors travaillé de mars à juin 2012 pour élaborer une offre commune, validée d’abord par les bibliothèques universitaires et intégrées. La discussion est actuellement en cours avec les bibliothèques associées, qui partagent notre système de gestion (SIGB).

La mesure principale concerne le prêt standard. Il est caractérisé par :

  • une durée de 14 jours (étudiants et lecteurs autorisés) ou de 28 jours (doctorants, enseignants-chercheurs et personnels de l’université) ;
  • une prolongation d’autant de jours que le prêt initial ;
  • la réservation possible d’un document déjà emprunté.

Une douzaine de bibliothèques vont donc adopter dès septembre 2013 les nouvelles politiques de prêt. Certaines se sont déjà lancées et nous aident à peaufiner le dispositif. Nous avons par exemple constaté que le cas des étudiants de master pouvait être délicat. En effet, ces étudiants ont, selon les disciplines, un comportement documentaire conforme à celui des chercheurs ou à celui des étudiants de licence. Cela n’est pas sans conséquence sur l’usage des collections et la durée de prêt.

Une offre de service améliorée

La possibilité de prolonger ou de réserver un document existe déjà dans le réseau, mais elle sera étendue à l’ensemble des B.U. C’est une demande récurrente des lecteurs qui devrait être ainsi satisfaite.

Nous avons aussi tenté de répondre aux attentes des doctorants et des enseignants-chercheurs en leur proposant, sur demande, un prêt de trois mois renouvelable. Certes, de nombreux collègues, notamment dans les bibliothèques de proximité, pratiquaient ces prêts de longue durée depuis longtemps. Mais cette manière de faire pouvait apparaître bien souvent comme une faveur accordée à quelques privilégiés. Proposé comme un service normal, le prêt de longue durée devrait s’avérer plus efficace.

Nous avons enfin voulu assouplir le régime de sanctions. Nous avons décidé de limiter la durée des suspensions de prêt en la plafonnant à 28 jours, quel que soit le nombre de documents rendus en retard.

En fin de compte, nous espérons, grâce à ces nouvelles politiques de prêt, améliorer la qualité de notre service et l’expérience de nos usagers, et qui sait, limiter la baisse de l’activité de prêt dans nos bibliothèques. Les chiffres de 2014 nous diront si nous avons eu raison.

A lire :
Luc Jodoin : Des politiques de prêt pour les usagers, Espace B le blog des bibliothèques de la ville de Montréal, le 21 janvier 2011.
Thomas Jacqueau : Toutes sortes de types, KohaBulac, le 10 octobre 2009.

Que fait-on de notre catalogue ?

Je profite de mon stage à l’ENSSIB sur l’évolution des catalogues pour réfléchir à voix haute sur ce qu’on peut faire maintenant pour améliorer notre outil. L’objectif étant toujours de satisfaire les besoins de nos publics, notre catalogue doit s’inscrire dans un nouvel écosystème, celui du web de données et des pratiques qui vont avec. Les grands établissements et agences sont aux avant-postes en la matière et nous montrent le chemin à suivre. Toute la difficulté, me semble-t-il, réside pour les autres établissements en la définition d’une stratégie de positionnement entre l’intégration nécessaire dans un réseau de plus en plus vaste et la valorisation d’atouts locaux ou spécifiques.

Le catalogue du jardinier savoyard (1787), Le bibliomane moderne

Un stage passionnant

Je voudrais tout d’abord féliciter Françoise Leresche, qui conçoit le stage, pour la qualité de ses cours et de ses choix en ce qui concerne les autres intervenants. Nous avons bénéficié de leurs lumières tant sur le plan technique que bibliothéconomique. Je vous invite donc à assister à ce stage l’année prochaine, puisqu’il sera reconduit.

Je reste convaincue que le principal outil de médiation de la bibliothèque est son catalogue. Car enfin, pourquoi constituer un catalogue, sinon pour faire connaître au public l’étendue de nos collections ? Aux questions : possédez-vous tel document ? Où ? Nos catalogues actuels répondent très bien. Hérités du modèle de description sur fiches des années 1960, ils sont constitués de notices de publication, et indiquent les localisations. Mais cela reste bien souvent insatisfaisant du point de vue de la recherche par matière et des rapports qu’entretiennent les publications entre elles. Aussi la tendance est-elle de revenir aux exigences premières des catalogues : décrire une oeuvre et donner la possibilité de sélectionner parmi plusieurs documents. C’est l’ambition des FRBR, appuyés par les formats RDF et RDA.

La normalisation et la standardisation en marche

Les évolutions en cours sont suivies de près, voire élaborées par la BnF et l’ABES, entre autres. En participant aux travaux de normalisation de différents groupes et en proposant des outils toujours plus perfectionnés, ces établissements nous montrent le chemin à suivre. Le projet data.bnf.fr est un très bel exemple de ce que permettent des données bien structurées en matière de recherche documentaire. La plateforme Isidore en est un autre.

Néanmoins, on mesure l’écart qui existe entre ces institutions et nous, établissements universitaires lambda, en matière de recherche et développement. Nous sommes forcément à la traîne, à la fois parce que nous attendons après leurs préconisations et parce que nous n’avons pas la même capacité à faire évoluer nos propres outils. En l’état actuel de nos systèmes, que pouvons-nous faire à part attendre que la standardisation oblige nos fournisseurs à prendre en compte de nouveaux formats ? On essaie déjà de rattraper notre retard en mettant au point des catalogues qui ne soient plus des OPACs…

Alors, qu’est-ce qu’on fait ?

On attend.

Mais on participe à la définition de nos besoins informatiques au sein du comité technique SGBM de l’ABES. C’est l’une des manières possibles de faire évoluer nos outils auprès de nos fournisseurs. On mesure d’ailleurs combien il est difficile pour les établissements de renoncer à leur souveraineté dans ce domaine. Mais puisque nous travaillons tous au sein du réseau Sudoc, à quoi bon conserver un outil de gestion propre, sinon pour conserver la maîtrise (toute relative d’ailleurs) de sa personnalisation ?

On réfléchit à notre stratégie de services, à notre place sur le web à côté des « gros » catalogues et réservoirs de données. Si l’on ne peut pas offrir l’exhaustivité d’un catalogue international, national ou collectif, quelle peut être notre plus-value ? Répondre aux besoins d’un public essentiellement local ? Valoriser des collections spécifiques ? Alors oui, proposer un catalogue local de qualité, c’est encore montrer à notre public qu’on assure le confort de sa recherche. C’est dans cette perspective que nous développons un outil de découverte à la BCU.

On réfléchit aussi aux partenariats possibles et aux services mutuellement rendus. Ainsi, certains projets de numérisation peuvent alimenter des plateformes plus ambitieuses comme Gallica, qui, juste retour des choses, augmentent la visibilité de nos collections et contribuent à les faire vivre.

On prépare les équipes. Les nouveaux modèles de conception des catalogues, les nouveaux formats de catalogage (ou traitement des données) vont directement modifier le travail des collègues, notamment les BAS. Il va falloir miser sur la formation continue pour assurer une bonne transition vers les nouvelle fonctions. Technophiles et catalogueurs à la plume d’oie devraient enfin se rejoindre sur les questions de contrôle qualité des données !

De l’utilisation des ressources documentaires : statistiques 2011 du site web

L’analyse statistique du site web et de l’OPAC montre que l’intérêt principal de notre site réside dans la consultation du catalogue et des ressources électroniques, notamment via les listes de revues et de bases de données.

Des clics et des vues

L’architecture de notre site étant ainsi faite, il convient de tenir compte à la fois des pages visitées (vues) et des liens sortants (clics). En effet, les ressources électroniques sont d’abord présentées dans des pages internes (Drupal) avant de sortir du site via le reverse-proxy (EZproxy), alors que le catalogue est toujours accessible hors du site (OPAC AbsysNET sur serveur dédié).

Nom Vues uniques Vues
ressources-numeriques/bases-de-donnees 31027 64924
ressources-numeriques/livres-numeriques 5049 9282
ressources-numeriques/annales-dexamen 3080 4171
ressources-numeriques/accueil 2580 4049
ressources-numeriques/videos-scientifiques 1023 1355
Nom Clics uniques Clics
catalogue.clermont-universite.fr (OPAC) 35287 61757
sicd.clermont-universite.fr (via proxy) 24309 40980
liste az des revues (mode hébergé) 9826 14527
sicd.clermont-universite.fr/ (accueil proxy) 6066 8687

Si la rubrique Ressources numériques du site est la plus fréquentée (42759 vues uniques au total), on constate que l’accès au catalogue constitue l’activité la plus importante (35287 clics), juste devant la liste permettant d’accéder aux bases de données (31027 vues uniques).

Evidemment, on ne saurait réduire l’usage des ressources électroniques à ces chiffres, puisque la consultation de ressources peut se faire sans passer par notre site web. Mais l’objet ici est de regarder à quoi sert le site web lui-même. Que fait-on sur ce site ? Que vient-on y chercher ?

1. le catalogue

Pour l’année 2011, nous avons enregistré plus de 789 000 requêtes. La majorité de ces recherches (41%) ont été menées depuis les postes informatiques des bibliothèques (OPAC, postes internet, postes professionnels). Ce chiffre n’a cessé de diminuer au fil de l’année ; preuve que le catalogue est de plus en plus consulté depuis l’extérieur de la bibliothèque, notamment depuis les UFR, et que ce mode de consultation est désormais majoritaire. Les utilisateurs préparent leur visite à la BU, en particulier ceux qui peuvent demander la communication de leur document à l’avance.

Sans analyser précisément les requêtes, on peut noter qu’il subsiste un taux élevé de recherches infructueuses. En effet, près de 35% des requêtes donnent zéro résultat. Si notre catalogue comporte forcément des lacunes, un taux pareil ne peut s’expliquer que par un nombre considérable de requêtes mal posées. Il est grand temps d’adopter un outil capable d’aider à la recherche !

2. l’accès (authentifié) aux bases documentaires

Notre site web semble être un point d’accès privilégié aux différentes ressources numériques. La page la plus consultée (bases-de-données) est celle qui présente l’ensemble des ressources classées par ordre alphabétique, et qui permet d’y accéder en mode authentifié grâce à un lien proxifié. Cela explique donc aussi que la deuxième place du classement des liens sortants soit occupée par notre proxy (sicd.clermont-universite.fr).

La grande majorité des accès au proxy représente un passage entre la liste alphabétique sur notre site et les ressources sur le site des éditeurs. Dans ce cas, le proxy agit comme serveur d’authentification, de façon transparente pour l’usager. Mais, dans tout de même un quart des cas (6066 clics sur 24309), les usagers utilisent la page d’accueil du proxy comme portail d’accès aux ressources. Cette page d’accueil est rendue visible grâce au lien accès distant figurant dans le bandeau supérieur droit de notre site.

3. l’accès (authentifié) aux revues et articles

Dernière grande rubrique de notre site, la liste alphabétique des revues électroniques remporte un vif succès. Hébergée chez notre fournisseur, cette liste constitue le seul moyen d’accéder facilement et de manière authentifiée aux revues et aux articles électroniques.

Conclusion

Il est bien difficile de donner un sens à la valeur brute de ces chiffres. Est-ce satisfaisant ou non ? Nous ne pouvons procéder que par comparaison. Nous verrons donc comment les choses évoluent les années suivantes. Mais ce billet peut aussi permettre de comparer avec les chiffres d’autres établissements. Je précise à cette fin que la BCU dessert environ 35000 étudiants, issus des deux universités et de trois écoles.

Du SIGB au catalogue et réciproquement

Une nouvelle période commence. Après 15 ans d’informatisation, de diversification des collections, de développement d’outils de gestion spécialisés, de tentatives d’intégration au sein de portails documentaires, il est temps de revenir à un système polyvalent que chaque bibliothécaire pourra maîtriser comme étant l’outil unique de l’établissement. Ces atermoiements techniques ont été dus aux évolutions des outils de gestion (back-office) et des interfaces publiques (front-office) qui n’ont cessé de se courir après.

Ainsi, à Clermont-Ferrand, avons-nous connu plusieurs époques et autant de conceptions de ce que devait offrir la bibliothèque à ces lecteurs. Après l’informatisation, en 1995, l’OPAC s’est imposé comme seul outil de recherche pour un public qui n’avait accès qu’à des collections imprimées. La conjonction du développement des collections électroniques, au début des années 2000, et du besoin d’adapter les services numériques aux différents publics (bibliothèque municipale et inter-universitaire) a conduit à la mise en ligne d’un portail documentaire en 2006. Celui-ci avait l’avantage de fournir aux publics une interface unique menant aux diverses collections via un moteur de recherche multi-bases.

Pieces de puzzle
Pièces de puzzle

Le problème, c’est qu’à mesure qu’on acquiert des collections électroniques, on multiplie les outils de gestion et on cloisonne les services. La grande majorité des collègues travaille sur le SIGB, donc sur les collections imprimées, tandis que quelques-uns, notamment au sein du service numérique, délaissent le SIGB au profit d’outils d’administration (portail, moteur) et d’outils hébergés chez les fournisseurs (base de connaissance et résolveur de lien, plateformes de diffusion de livres électroniques). Les deux mondes s’ignorent et les outils imposent leur logique.

La distorsion entre le back-office et le front-office est telle que les bibliothécaires en viennent à tenir un double discours : tandis qu’ils promeuvent auprès des usagers les fonctionnalités offertes par le portail, ils ne jurent que par leur outil professionnel, qu’ils maîtrisent bien, et continuent de l’utiliser en service public, au risque de laisser de côté une partie des collections lors de leurs recherches. On cherche à unifier l’outil de recherche d’un côté, tandis qu’on multiplie les modes de gestion et d’accès de l’autre.

La scission entre lectures publique et universitaire a été matérialisée en 2010 par l’adoption de deux systèmes de gestion documentaire distincts et par l’abandon du portail unique. Chaque réseau de bibliothèques possède désormais son SGB et son site web/catalogue. Il n’en reste pas moins que les ressources universitaires étant diversifiées, les outils de gestion sont multiples, tout comme les modes d’accès. Sur le site web des BU, nous avons dû créer autant d’entrées qu’il y a de types de ressources, car leur gestion n’est pas unifiée. Cela induit bien sûr une difficulté pour le public, qui doit repérer les types de ressources et répéter sa recherche dans les différents systèmes.

Nous sommes donc amenés à concevoir une nouvelle interface d’interrogation de nos ressources. Les outils de découverte (discovery tools) offrent une bonne alternative à notre site web. Basés sur un moteur de recherche, ils permettent d’interroger en un seul point les différentes sources que nous proposons. Nous testons actuellement Blacklight et nous essayons de le connecter à notre SIGB. Ce n’est pas si simple, les embûches techniques sont nombreuses, du fait de l’ancienneté technologique de notre produit. Partant de ce constat, nous songeons sérieusement à l’adoption d’un nouveau SIGB, plus moderne, qui offrirait plus de fonctionnalités mais surtout plus de souplesse d’exploitation.

Nous suivons donc avec attention le projet de système de gestion de bibliothèque mutualisé. Fondé sur l’examen de nouvelles solutions développées par certains fournisseurs, ce projet fédère les préoccupations de nombreuses bibliothèques, que nous partageons, à propos de nos données, de leur signalement et de nos organisations.

Retourner au système unique, polyvalent car gérant l’ensemble de nos activités : la boucle est bouclée.

De la difficulté d’administrer le système sans disposer d’une politique de service homogène

Nous cherchons tous à mettre en place des catalogues modernes et interactifs, intégrés à nos sites web, répondant mieux aux usages du public. D’ailleurs, nous constatons tous les jours le besoin de nos usagers de profiter en ligne des services qu’on leur offre sur place.
Or il est très difficile de proposer une offre de services lisible et homogène sur l’ensemble du réseau. Vous avez vu la complexité des politiques de prêt ; si insurmontable que nous n’avons pas pu créer une page « services » sur le site web qui puisse décrire avec clarté notre offre en matière de prêt. Mais cela ne constitue pas la seule difficulté.

Intimement liées – du moins dans notre SIGB – au fonctionnement du prêt, les possibilités de réservation, de demande de communication, de renouvellement sont dépendantes des services offerts par les différentes bibliothèques.

  • Réservation de documents déjà empruntés : 2 bibliothèques le proposent ;
  • Demande de communication des documents rangés en magasin : une seule bibliothèque le propose ;
  • Renouvellement de prêt : 16 bibliothèques peuvent prolonger un prêt mais 3 d’entre elles proposent le renouvellement depuis l’OPAC.

On constate donc que les services en ligne sont peu nombreux, et surtout offerts de manière hétérogène.

Sur le catalogue, cela provoque une grande confusion : les boutons correspondant aux différentes fonctionnalités apparaissent sans qu’il soit possible pour l’usager de savoir si le service va être rendu. Par exemple, on voit apparaître le bouton « Renouveler » à côté des prêts en cours (lorsqu’on est identifié), mais si l’on clique dessus, on peut

  • se voir proposé de cocher les exemplaires à renouveler, dans le meilleur des cas ;
  • se voir proposé de cocher certains exemplaires (ceux pour lesquels la politique de prêt autorise le renouvellement automatique, et qui ne font pas l’objet d’un retard) ;
  • ne rien voir du tout, la fonctionnalité n’étant pas active (si les exemplaires ne peuvent être renouvelés dans cette bibliothèque).

Dans tous les cas, l’usager n’a aucune explication sur ce qui se passe. D’ailleurs, les explications seraient bien trop longues !

Je passe sur le fait qu’on ne puisse pas proposer l’inscription (ou la pré-inscription/demande de carte) en ligne et que les fonctionnalités de services personnalisés ne s’activent pas lorsqu’on a des documents en retard (les boutons n’apparaissent pas), sans que l’on sache pourquoi. Toutes ces subtilités font le plus souvent croire à un dysfonctionnement du système, aux usagers comme aux collègues…

Gamme
Gamme, multitude homogène de Romain, sur Flickr
Finalement, le site web et le catalogue rassemblent une bonne vingtaine de bibliothèques qui, pour le moment, n’adoptent pas les mêmes politiques de service. Donner des informations claires et administrer le système de façon homogène reste une mission délicate dans ces conditions.
A l’heure où nous testons de nouveaux outils de recherche, de nouvelles présentations de nos ressources, où nous cherchons à élargir nos services via le site web, à rendre nos interfaces plus ergonomiques, il paraît urgent de travailler à la politique du réseau en matière de services, pour ne pas risquer de mettre en ligne des outils sous-exploités, vides de sens, et donc décourageants.

Signaler correctement les périodiques : mission impossible ?

Suite au changement de version de notre SIGB et à l’abandon de notre portail documentaire, nous avons mis en ligne une nouvelle version de l’OPAC AbsysNET en février 2011. Cela a nécessité un paramétrage initial puis quelques ajustements. Mais tout au long de ce travail, nous nous sommes heurtés à la difficulté de concevoir une présentation ergonomique de nos collections de périodiques. Comment afficher les données ? Et d’ailleurs, quelles données afficher ?

Casse-tete - Threaded Cube de Marc Brette, sur Flickr

Les périodiques sont des ressources continues. Le SIGB peine à rendre compte de cette dynamique de publication. Il gère assez mal le flux. Et pour le faire, il multiplie les lieux : les données bibliographiques sont intégrées au catalogage, les données locales sont précisées grâce aux exemplaires, et les données d’abonnement sont gérées par le bulletinage. On dispose donc de nombreuses informations qu’il faudrait regrouper à destination du lecteur.

Quelles données ?

Il faut tout d’abord déterminer de quel périodique on parle. C’est la notice qui donne toutes les informations de signalement.
Il faut ensuite préciser les contours de notre collection. C’est le bulletinage qui rend compte de l’état de collection et de la présence des numéros dans la ou les bibliothèques du réseau.
Il faut enfin prévoir les modalités de circulation des fascicules. Ce sont les données d’exemplaires qui permettent le prêt, mais indiquent aussi la localisation dans la bibliothèque.
Il suffit d’afficher tout cela, me direz-vous. Oui, c’est ce que fait l’OPAC actuellement, mais ce n’est pas satisfaisant car les données sont parfois redondantes tout en n’étant pas identiques. Par exemple, le titre La science et la vie est signalé par la notice (champ Numéros disponibles) comme constituant une collection dans quatre bibliothèques du réseau. Ces quatre collections ont évidemment des périodes de couverture différentes (onglet Collections). Or, les données de bulletinage ne rendent pas compte de toute la collection, le bulletinage informatique rétrospectif n’ayant pas été réalisé. De même, les exemplaires associés à la notice et aux quatre bibliothèques forment un ensemble incomplet au regard de l’état de collection mentionné dans la notice (onglet Où le trouver). Et cet ensemble constitue une liste assez peu lisible sur le catalogue.
Bref, l’information donnée au lecteur est confuse. Comment la rendre claire ?

Quelle présentation ?

Si tout le monde s’accorde à dire qu’il faut fournir seulement l’essentiel, à savoir les informations relatives au titre, les différentes localisations, et les états de collection à jour, personne ne s’entend en réalité sur la définition des données primordiales. Des partisans du seul titre (champ 200) à ceux de tout l’historique (champs 4XX), l’éventail est large. Et si l’on indique les variations qu’a subi le titre, faut-il les lier systématiquement avec les collections que l’on détient aussi ?
Nous en sommes là de notre réflexion. L’exhaustivité de l’information donnée contre l’ergonomie du catalogue.
Avec la perspective d’un nouveau catalogue, basé sur un outil de découverte, ces questions vont se poser de manière encore plus cruciale, car les périodiques imprimés côtoieront les ressources électroniques et qu’il faudra proposer au lecteur une ergonomie unifiée. Or, il faudra faire avec l’existant : une base de données hétérogène (bulletinage exhaustif, partiel ou inexistant, exemplarisation systématique, partielle voire inexistante, etc.) résultant de pratiques multiples (23 succursales dans le SIGB) et historiques (stratégies de contournement des contraintes techniques).

Quelle solution ?

Si nous arrivons à prendre une décision concernant le signalement des périodiques, il faudra entreprendre un travail considérable sur les données historiques, travail qui n’a jamais été fait lors des migrations précédentes. Il s’agirait alors de présenter, à l’instar des collections électroniques, l’ensemble des numéros d’une collection, triés par année de publication.
Et chez vous, comment faites-vous ?

AbsysNET dans Chrome

Petit outil clé-en-main pour bien démarrer l’année universitaire…
Nous avons repris l’excellent billet de Lully pour l’adapter à notre catalogue absysNET et proposer une extension du navigateur Chrome permettant d’afficher, pour une requête Google, le nombre de résultats dans le catalogue local. Voici ce que cela donne en image :

Le nombre de résultats du catalogue dans la page Google : ici, BU Nice et BCU

Nous ne reprenons pas ici toutes les étapes de constitution de l’extension, puisque Lully l’a très bien fait. Nous nous contentons de livrer les fichiers adaptés aux catalogues absysNET (merci Mathieu) dans lesquels vous pourrez modifier les url et les libellés.

1. Récupérer l’ensemble des fichiers nécessaires

Nous avons mis à disposition sur notre serveur le fichier .zip qui contient les fichiers à modifier. Assurez-vous que vous pourrez placer sur un serveur PHP le script nb_res_bcu.php pour faire vos tests. Dézippez puis modifiez les codes comme suit.

  • Script nb_res_bcu.php (pour « nombre de résultats BCU ») : vous pourrez bien entendu renommer vos fichiers en changeant sudoc ou bcu le cas échéant.
function getUrl($url){
 $ch = curl_init();
 curl_setopt($ch, CURLOPT_URL,$url);
 curl_setopt($ch, CURLOPT_HEADER, TRUE);
 curl_setopt($ch, CURLOPT_RETURNTRANSFER, TRUE);
 curl_setopt($ch, CURLOPT_FOLLOWLOCATION, TRUE);
 $res=curl_exec($ch);
 curl_close($ch);
 return $res;
}
 // Cette page va passer une requête au catalogue
//BCU pour récupérer le nombre de résultats
 if (!isset($_GET['q']))
 {
 print "Manque la requête en paramètre";
 exit;
 }
$q = $_GET['q'];
 $q = str_replace(" ", "+", $q);
// On récupère la page correspondant
//au résultat de cette requête
 $url = "http://195.221.120.229/cgi-bin/abnetclop?ACC=DOSEARCH&xsqf99=".$q; 
$res = getUrl($url);
 if (preg_match('/URL=(.*)"/', $res, $match))
 $new_url = 'http://195.221.120.229'.$match[1];
$res = getUrl($new_url);
 $tab_sortie = Array();
 if (preg_match(
'/Enregistrementss[0-9]+/[0-9]+sdes([0-9]+)/', $res, $match
))
 $tab_sortie["nb"] = $match[1];
 else
 $tab_sortie["nb"] = 0;
 print json_encode($tab_sortie);

Vous devez ici changer l’url de requête vers l’OPAC absysNET en modifiant la racine du serveur (votre adresse IP ou nom de domaine). La suite de l’url correspond aux paramètres de requête tout champ d’absysNET. Les lignes

 if (preg_match('/URL=(.*)"/', $res, $match))
 $new_url = 'http://195.221.120.229'.$match[1];

constituent une particularité d’absysNET car la page de requête génère une redirection (une page intermédiaire avant la page de résultats). Là aussi, modifiez la racine.

'/Enregistrementss[0-9]+/[0-9]+sdes([0-9]+)/', $res, $match

Cette ligne permet au script de déterminer, dans la page de résultats absysNET, où se trouve affiché le nombre de résultats. Si vous n’avez pas modifié le template standard de l’OPAC, pas de problème. Si oui, il faudra modifier la ligne de code en remplaçant tous les termes qui entourent votre nombre de résultats.

Vous pouvez maintenant déposer nb_res_bcu.php sur votre serveur PHP, de préférence dans un répertoire comme /BcuInGoogle/ puis faire des tests avec des requêtes comme http://biuintra.univ-bpclermont.fr/BcuInGoogle/nb_res_bcu.php?q=orwell. Vous vérifiez que le nombre de résultats est correct.

  • Fichier background.html

Vous modifiez l’url du script que vous venez de déposer (ligne 27)

var url = 'http://biuintra.univ-bpclermont.fr/BcuInGoogle/nb_res_bcu.php?q='+q;
  • Fichier sudoc_in_google.js

Vous modifiez les libellés relatifs à votre bibliothèque (lignes 22 et 32), l’icône logo.png qui se trouve dans le répertoire img de l’extension (remplacez par votre image 48 x 48), ainsi que l’url de requête vers l’OPAC (ligne 26).

  • Fichier manifest.json

Personnalisez votre extension en modifiant les lignes 2 et 4 et remplacez le nom de domaine de votre serveur à la ligne 17.

2. Empaqueter l’extension
Ouvrez Chrome et cliquez sur le bouton Clé anglaise. Dans le menu Outils, sélectionnez Extensions. Sur la page, ouvrez le mode développeur et cliquez sur le bouton Empaqueter l’extension. Choisissez le répertoire qui contient vos fichiers modifiés puis OK. 2 fichiers sont alors générés, dont un .crx qu’il faut placer sur votre serveur de manière à proposer le téléchargement de l’extension comme la nôtre !

Une limite importante à l’usage
L’extension fonctionne très bien sur la première recherche Google (les résultats peuvent s’afficher cependant avec une certaine lenteur en fonction de votre OPAC). En revanche, on n’obtient aucun résultat catalogue lorsqu’on modifie la requête. On s’aperçoit en effet que l’url de la page Google ne se rafraîchit pas correctement, la première requête étant conservée dans l’url. Donc, il faut toujours revenir à la page d’accueil Google pour faire une nouvelle recherche et bénéficier des résultats catalogue.

Quelques commentaires sur : ERMS et Sudoc (Journées ABES 2011)

Pour mes premières Journées ABES, j’ai assisté, entre autres, à l’atelier concernant le projet Couperin d’ERMS partagé et son intérêt pour l’ABES.

Je ne m’attarderai pas sur les conclusions du groupe pilote sur la solution d’ERMS proposée par Proquest : le fonctionnement de l’outil n’est pas adapté à la mutualisation puisqu’il n’est pas possible de faire des ajustements sur les bouquets dans les instances locales. Il semble donc que les objectifs de Couperin, qui procèdent d’une vision macroéconomique, et ceux des établissements, qui requièrent une gestion fine des ressources, soient inconciliables au sein d’un même outil.

Chausse pied
Chausse pied, axelletourmetz, Flickr

L’analyse comparative de l’ERMS et du Sudoc est intéressante, pour l’ABES comme pour nous. L’ABES a pour mission de signaler toutes les ressources disponibles dans le réseau et nous avons, nous bibliothèques, pour vocation de signaler toutes nos ressources à nos usagers. Or, nous avons pressenti depuis fort longtemps que nos catalogues, entendez nos SIGB, ne sont pas les mieux à même de rendre compte des fluctuations subies par les ressources électroniques. En d’autres termes, ce n’est pas par flemme ni attentisme que nous ne cataloguons pas les ressources électroniques en Unimarc. C’est parce que les catalogues, et le Sudoc en est un autre, gèrent bien des stocks, mais pas des flux.

En la matière, les bases de connaissance des outils de type A-Z sont imbattables. Les données sont bonnes, régulièrement mises à jour par des équipes de 40-50 personnes, l’ergonomie et le format de description sont bien appropriés, etc.

Il paraît donc évident que l’ABES aurait tout intérêt à participer au signalement des ressources électroniques via un ERMS. Encore faudra-t-il imaginer l’articulation de la base de connaissances avec le Sudoc (circuit d’import) et prévenir les restrictions possibles (droits de réutilisation des notices en particulier).

Il me semble qu’après 10 ans de tergiversations, l’on soit en passe de trouver des solutions techniques adaptées à nos problématiques de signalement. On va enfin pouvoir sortir du tout catalogue pour aborder des outils non pas omnipotents, qualité que l’on prêtait aux SIGB, mais spécialisés et interopérables.