Omeka, une bibliothèque numérique prête à l’emploi

Omeka est un logiciel libre, sous licence GPL, développé par le Center for History and new Media. Selon leur site, Omeka est au croisement des CMS, des gestionnaires de collections numériques et des logiciels d’archives. Nous l’avons utilisé pour exposer les carnets de Philippe Glangeaud. Voici un retour sur ses fonctionnalités.

Facilité d’utilisation

Logo de Omeka
Logo de Omeka

La caractéristique principale d’Omeka est d’être rapide à prendre en main. Son principe est simple : il gère des « items » qui peuvent être attachés à une collection. Chaque item, que l’on peut comparer à une notice de catalogue, est décrit en dublincore et dispose d’un ou plusieurs documents numériques attachés. On peut ajouter également des données techniques sur ces fichiers dans la liste des métadonnées.
Un système de tags permet d’indexer ces éléments et de naviguer ainsi entre les collections.

À côté de ce service de base, on peut enrichir cet outil à l’aide de plusieurs modules proposés sur son site web. L’entrepôt OAI ou l’extension exhibit font partie des incontournables. Lincoln at 200 est un bel exemple des possibilités du module exposition. Chaque item ou collection peuvent être mis en valeur dans une galerie d’images complétées d’un texte d’illustration. Ce fonctionnement par briques rappel celui de Drupal mais dans le cas d’Omeka sa simplicité d’utilisation l’emporte aisément sur le CMS à la goutte d’eau.

Du côté technique

Les développeurs de cette bibliothèque numérique l’on rendu très flexible et souple d’emploi. On peut créer sans difficulté une extension qui étend ses capacités de base et on peut créer un nouveau thème sans être féru de développement web.
Quand nous nous étions intéressés à Omeka il y a quelque temps pour les carnets de géologie, il n’avait pas autant d’envergure. Les versions se sont succédées depuis et de nouvelles extensions ont vu le jour comme PDF search qui permet la recherche plein texte dans ce type de fichier.

Désormais, des projets importants comme la digital public library of america utilisent un moteur de recherche à facettes et hébergent de grandes quantités de notices et documents.

Vous pouvez même l’utiliser sans avoir un serveur et un développeur chez vous grâce à leur plateforme en ligne omeka.net. Il ne vous reste plus qu’à créer en un tour de clic, une exposition virtuelle à l’instar de ces musées ou universités américains.

Drupal à la BCU (une étude de cas)

Rouages - Par Олександр - Licence CC BY 2.0 - Flickr
Rouages – Par Олександр – Licence CC BY 2.0 – Flickr

Dans un billet précédent, nous vous présentions les raisons du choix du CMS Drupal pour notre site. Voici maintenant une présentation plus précise de sa configuration. Elle ne se veut pas exhaustive ni exemplaire mais nous espérons ainsi contribuer à la discussion sur les multiples possibilités offertes par ce CMS.

Bien choisir les types de contenus

Comme le décrivait Camille dans un billet sur l’organisation du portail, la première étape a consisté à classer les contenus en différent « types de contenu », notion phare de Drupal. À ce stade, ce choix a une répercussion importante sur l’organisation du site à venir et notamment sur la configuration des modules à utiliser. Autrement dit, c’est un moment important du processus de construction et il s’agit de bien connaître quels sont les enjeux de cette classification.
Pour faire vite, un type de contenu est un gabarit commun à plusieurs contenus partageant des caractéristiques communes. Par défaut, Drupal propose ainsi les types « pages » et « articles ». Un article peut accueillir les commentaires de ses lecteurs alors qu’une page ne propose pas cette fonctionnalité.

Un tri par métadonnée

Mais Drupal ne s’arrête pas là. Grâce au module CCK, on peut enrichir les types de contenus (ceux par défaut et d’autres nouvellement créés) avec des attributs supplémentaires. En plus des commentaires, on pourrait alors ajouter un champ « sujet » permettant de classer un article. Par exemple, le type « base de données » utilisé sur notre site comporte 10 champs descriptifs dont l’éditeur, l’url d’accès et la discipline.
Ces métadonnées ont une autre vertu. En plus de qualifier un contenu et d’améliorer sa description, elles permettent de regrouper des contenus en fonction d’une caractéristique commune. Ainsi, il est aisé d’afficher toutes les bases de données ayant la médecine pour discipline  ou d’afficher toutes les articles dont le sujet est « puy-de-dôme », Drupal gérant (presque) nativement cette option.

Une page d’accueil par type de contenu

Pour en revenir au site de la BCU, nous avons répartis les contenus dans 7 types différents : « bases de données », « pages », « événements », « mercredis de la science », « jeudis du patrimoine », « actualités », « boite à outils ». Les pages sont utilisées pour le contenu éditorial du site. On les retrouve via le menu de navigation principal.
Pour chaque type de contenu (sauf « pages » et « boite à outils ») nous avons ajouté une page d’accueil en développant un module adéquat. Sur cette page nous offrons au visiteur différents point d’accès aux contenus. Pour les bases de données par exemple, la page d’accueil propose un accès par disciplines, par index alphabétique (autant d’attributs déclarés dans le type de contenu correspondant) et enfin une liste de toutes les bases à accès payant (encore un attribut personnalisé). Vous pouvez voir d’autres exemples de page d’accueil pour les Mercredis de la science, les jeudis du patrimoine et les actualités.

L’agenda culturel est bâti sur le même principe mais assemble des contenus de différents types. On trouve sur cette page les derniers événements ainsi que les Mercredis de la science et Jeudis du patrimoine à venir.

Des modules appropriés

Pour un non-developpeur, le module views permet de créer ces pages fournissant différents points de vue sur les types de contenu. Cependant, nous avons choisi de ne pas l’utiliser. La création de modules « à la main » permet de mieux comprendre le fonctionnement de Drupal et de se passer d’un outil complexe comme views, pas toujours facile à mettre en oeuvre. Il a pourtant le mérite d’être utilisable par quelqu’un qui ne connait pas PHP et SQL.

Pour finir, voici la liste des principaux modules utilisés à la BCU :

  • IMCE : pour la gestion des images.
  • Menu block : pour scinder le menu principal en sous-menus utilisables dans des blocs.
  • Scheduler : pour programmer la publication des actualités.
  • CCK : pour enrichir les types de contenus avec des métadonnées adéquates.
  • Piwik : pour les statistiques.
  • Date : pour la gestion des dates et de leurs formats.
  • Site map : pour le plan du site.
  • Tagadelic : pour le nuage de mots-clés.
  • Captcha : pour la protection des formulaires.
  • Wysiwyg : pour l’activation de l’éditeur tinymce.
  • Fil d’ariane : un module interne pour la gestion du fil d’ariane, basée sur l’url des pages. Le fil d’ariane n’est pas le problème le plus simple à résoudre avec Drupal. On se heurte au choix entre contenus associatifs et contenus hiérarchisés, discuté sur drupalistic.

Drupal à la BCU

Mickael Welsing (Lic. CC BY-ND 2.0), FlickR
Mickael Welsing (Lic. CC BY-ND 2.0), FlickR

Le site de la BCU est officiellement en ligne depuis le 15 avril 2011. Le portail Archimed a laissé place à un site principal et plusieurs mini-sites pour les sections, tous équipés du CMS Drupal. Si ce logiciel fait désormais partie de notre quotidien le choix de l’utiliser ne s’est fait qu’après mûre réflexion. Retour sur l’historique et les raisons de son utilisation…

Du coté de la technique

C’est dans le courant de l’année 2010 que se pose la question de trouver des solutions pour remplacer notre portail vieillissant. Nous commençons alors un travail de veille pour trouver des outils en adéquation avec nos besoins.

Du coté technique, plusieurs pistes émergent. Nous pouvons utiliser un framework de développement et tout coder à la main. C’est très plaisant pour le développeur, ça l’est moins pour les administrateurs du site qui dépendent dès lors de l’informaticien pour ajouter ou modifier le programme dont lui seul a les clés. Autre inconvénient : partir de rien et développer dans son coin n’est pas très productif surtout qu’il existe de nombreux logiciels de qualité, libres de surcroît, partout sur la toile.

Nous pensons alors à utiliser un CMS permettant d’administrer le site facilement sans tout réinventer. L’idée est séduisante mais l’outil devra être évolutif pour que l’on puisse l’adapter comme on le souhaite.
Parmi d’autres, Drupal devient ainsi un candidat bien placé car il intègre nativement un système de modules permettant l’ajout de nouvelles fonctionnalités.

Les bibliothèques et Drupal

Au même moment, ce logiciel a le vent en poupe. Du site de presse comme Mediapart au site institutionnel de la maison blanche, Drupal est largement employé et pour des sites de différents types (e-commerce, presse, etc.).

L’argument de sa notoriété grandissante n’est pas déterminante en soi pour faire notre choix, cependant sa communauté d’utilisateurs et de développeurs très active est un bon indicateur de sa qualité. D’autant plus que parmi eux, des bibliothèques contribuent à son expansion par des modules spécialisés. Citons par exemple les bibliothèques américaines d’Ann Arbor, et de Palos Verdes.
Point intéressant, le catalogue de ces deux bibliothèques est géré par Drupal!

Au gré de nos recherches, nous découvrons qu’il fournit d’intéressants outils pour la profession : OPAC de nouvelle génération, recherche avec rebond par facette, protocole OAI, dublincore, etc. sont autant d’aspects techniques qui rencontrent un écho à la bibliothèque numérique et nous confortent sur cette piste de travail.

Sur le site officiel du CMS, on trouve même un groupe dédié à la profession. Parmi les modules développés par ces « biblio-drupaliens », SOPAC nous plait particulièrement afin d’exposer notre catalogue sur le web et transformer notre OPAC à l’ergonomie limitée en un outil plus moderne.

Autre point positif, la notion de type de contenu utilisée par Drupal se rapproche de la notion de notice en bibliothèque. Une page peut-être affublée de métadonnées paramétrables à volonté. L’idée d’en faire notre bibliothèque numérique se profile alors. Le module OAI fourni par la communauté ouvre de belles perspectives.

Une configuration technique souple et modulable, des fonctionnalités usuelles à ne pas réécrire, des modules adaptés aux bibliothèques, nous incitent donc à choisir Drupal.

A l’heure qu’il est, nous n’avons pas encore exploré toutes ces pistes (notamment le catalogue en ligne) mais la sortie du site et surtout l’abandon de notre ancien système centralisé est une étape importante et promet d’intéressantes évolutions, qui feront l’objet de prochains billets sur l’alambic…