Elsevier, banderille n°5 : conclusion

Le modèle économique d’Elsevier n’a pas d’abord été remis en cause parce qu’il était injuste – bien qu’il le soit assurément – mais très bêtement parce qu’il est

beaucoup

TROP

CHER.

Douglas Arnold et Henry Cohn soulignent que d’autres éditeurs ont des modèles semblables, mais que si le boycott a commencé par Elsevier, c’est parce que son comportement dans ce domaine est particuliarly egregious et parce que l’éditeur seems to be driven only by their fiduciary responsability to maximize profit for their shareholders.  Dans les premiers temps, les universités ont bien vu l’intérêt, pour un prix qui n’excédait que peu leur contribution annuelle antérieure, d’avoir accès à une ressource en ligne et beaucoup plus abondante. Si l’inflation appliquée aux chiffres d’affaires historiques avait été, depuis 10 ans, de 2 % par an, ce sentiment prévaudrait peut-être encore et il n’y aurait pas d’émeute parmi les chercheurs et les bibliothécaires aujourd’hui. Le problème est qu’Elsevier n’a pas seulement mis en place un système injuste (ce que bien d’autres ont fait au même moment), il l’a aussi appliqué d’une façon absolument déraisonnable (là où d’autres, plus avisés – ou moins lourdement armés pour imposer leur loi – l’ont fait avec plus de modération).
C’est la façon insupportable dont ce modèle inepte a été appliqué qui provoque aujourd’hui sa remise en cause. Elsevier, fort soucieux de se voir ainsi cloué au pilori, étudie du reste la mise en place d’un nouveau modèle économique, qui laisserait de côté la référence honnie au chiffre d’affaires historique.
Il est possible (je ne dis pas encore probable, j’attends de voir) que le système mis en place pour élaborer la facturation soit moins injuste que le précédent. Mais quand bien même ce système serait incontestable dans sa théorie, s’il est appliqué par l’éditeur avec la même rapacité que précédemment il ne sera pas plus acceptable. Or Elsevier a signalé, lors des premières tractations consacrées à ce modèle, que la recherche d’une réduction globale de facture est « out of scope ». Ce qui peut évidemment signifier deux choses :
1. « Il n’est pas exclu que le nouveau modèle soit globalement moins cher que le précédent mais ce n’est pas l’objet. »
2. « Il est exclu que le nouveau modèle soit globalement moins cher que le précédent. »

Speaker's Corner à Hyde Park (Ruedis Fotos, lic. Creative Commons Paternité, pas d'utilisation commerciale, pas de modification ; source FlickR)
Speaker’s Corner à Hyde Park (Ruedis Fotos, lic. Creative Commons Paternité, pas d’utilisation commerciale, pas de modification ; source FlickR)

Je pourrais à la rigueur souscrire à la première interprétation : lorsque l’on conçoit un système, il y a un temps pour se pencher sur les critères que l’on prend en compte et leur poids respectif, puis un autre temps pour ajuster les paramètres de base en fonction des conséquences arithmétiques constatées. Mais je ne doute pas que dans l’esprit de l’éditeur c’est la seconde interprétation qui doit prévaloir : quelle que soit la lettre de mission des experts qui travaillent sur le « nouveau modèle », je suis bien certain qu’y figure en toutes lettres l’obligation de concevoir le système pour qu’il puisse rendre acceptable une dépense égale ou supérieure à celle d’aujourd’hui. Il n’est pas impossible que ce système existe, mais j’en doute.

D’un gouvernant qui pressure ses sujets, le bon peuple n’attend pas qu’il change l’assiette de l’impôt ou qu’il propose la mensualisation. Le bon peuple attend qu’il baisse l’impôt. Ou bien qu’il soit renversé.
Le monde scientifique n’attend donc pas d’Elsevier qu’il modifie le mode de calcul qui lui permet de prélever des montants déraisonnables.  Le monde scientifique attendrait d’Elsevier qu’il prélève des montants raisonnables. Ou bien qu’il paie les conséquences économiques du mépris trop manifeste dans lequel il tient, depuis une décennie, les considérations scientifiques.

Mais est-ce que le monde scientifique peut vraiment encore attendre quelque chose d’Elsevier ? Un nombre croissant de chercheurs, voire d’universités (et non des moindres), pense que non. Quant à moi, qui suis moitié scientifique moitié Auvergnat, je réserve mon jugement en attendant le prochain devis.

Elsevier, banderille n°4 : justifier l’inflation ?

Inflation (licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, pas de modification ; source FlickR)
Inflation (Land Registry, Bank of England ; publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, pas de modification)

La réponse d’Elsevier au mouvement de protestation des scientifiques a fait l’objet de plusieurs articles passionnants, dont un à paraître de Douglas N. Arnold et Henry Cohn (Notices of the American Mathematical Society 59(6), 2012). Un passage m’a frappé parce qu’il touche au cœur du problème en prenant en considération les questions économiques pures. On sait en effet que les éditeurs tentent parfois de justifier l’augmentation du prix par celle des coûts supportés. L’article suscité en prend dûment acte :

We don’t mean to suggest that publishing is cheap in the electronic age. True, electronic distribution is very cheap : the arXiv requires just $7 per submission, or 1,4 cents per download, in funding. But journal publishing involves significant additional costs, such as IT infrastructure, administrative support, oversight, sales, copy editing, typesetting, archiving, etc.

Voilà qui doit faire plaisir à l’éditeur. Cela dit, il faut avoir l’honnêteté de poursuivre : si les coûts de la publication en ligne ne sont pas négligeables, atteindre une certaine masse critique permet, dans ce domaine comme dans bien d’autres, de réaliser des économies d’échelle, de sorte que :

… large publishers like Elsevier should, if anything, achieve lower costs.

Or c’est apparemment le contraire qui se produit : les journaux d’Elsevier sont deux, trois, dix fois plus chers que ceux des autres éditeurs sur des segments disciplinaires et avec des facteurs d’impact comparables. Ayant du mal à croire qu’Elsevier gère mal ses affaires et ne sait pas faire d’économies d’échelle, je m’autorise à conclure que l’inflation des prix ne résulte pas de celle des coûts de production, qu’elle résulte donc d’un choix commercial, d’une déclinaison particulière de la loi du marché. Quelles justifications peut-on lui trouver ?

La qualité du service rendu, bien sûr… En effet, on peut légitimement soutenir que le prix de vente augmente, si le service rendu aux utilisateurs a été accru de façon significative et incontestable. Qu’en est-il ? Les bénéfices de la diffusion en ligne sautent aux yeux et il n’est pas question de les nier, mais seulement de voir s’ils sont assez dénués de contrepartie pour rendre acceptable une forte augmentation tarifaire.

  • Instantanéité de l’accès : gain très net. Il faut infiniment moins de temps qu’à l’époque de l’imprimé pour accéder à un article. Mais ce gain indéniable et considérable a désormais d’amères contreparties : tout le temps que l’on passait il y a 20 ans à pister un article dans les collections des bibliothèques est désormais consacré au tri de milliers de réponses dans les moteurs de recherche en ligne et aux heures de lecture plus ou moins attentive rendues indispensables par l’inflation éditoriale. La facilité d’accès a donc produit son propre antidote, comme la résistance de l’air augmente avec la vitesse.
  • Augmentation de la masse de production scientifique disponible :  à moins de confondre quantité et qualité, on ne peut assimiler cela à un bénéfice en soi. Outre que la massification vient contrarier, en aval, le bénéfice précédent de l’instantanéité, nul n’ignore qu’elle est largement induite, en amont, par la pression à la publication exercée sur les chercheurs. Or je ne vois pas que cette pression ait, en elle-même, une influence bénéfique sur la qualité du travail scientifique. La « richesse » de la matière scientifique mise à la disposition des chercheurs me semble donc un bénéfice assez douteux.
  • Pérennité de l’accès : c’est la perte la plus spectaculaire. Là où l’on payait une fois pour toute, naguère, la possession d’un fascicule qui valait  possibilité de consultation pérenne, on paie aujourd’hui un accès pour la durée du contrat. Certes, l’éditeur supporte le coût de la conservation. Mais l’usager y a perdu bien plus : en cas d’interruption d’abonnement l’effort financier consenti par son établissement pour lui donner accès à la documentation s’envole en fumée (c’est donc ça, la dématérialisation…). Il est vrai qu’une partie des ressources (les fameux « titres souscrits » avant 2011, et l’ensemble de la Freedom collection dans le contrat actuel) reste acquise en fin de contrat à l’abonné qui se désengagerait. Mais cette possession ne vaut pas droit d’accès à la plateforme Science Direct : elle permettra seulement aux malheureux « désabonnés » de disposer d’une copie des fichiers de la Freedom collection, à charge pour eux de les rendre consultables en ligne pour ses membres (au prix d’un investissement que l’on imagine). Donc, de ce point de vue là, pas de progrès non plus qui soit de nature à consoler l’abonné lorsqu’il reçoit sa facture.

Si la qualité du service n’apporte pas de justification indiscutable à l’inflation, un trafic en hausse constante pourrait le faire en manifestant l’utilité des ressources mises en ligne et leur succès croissant.  Examinons donc les statistiques d’usage clermontoises : la consultation de la base de données Science Direct n’a cessé d’augmenter jusqu’en 2008 (date d’instauration de l’accès distant), où l’on a atteint 430 000 consultations annuelles [tableau des consultation et des prix].

Evolution du prix et des consultations de Science Direct
Evolution du prix et des consultations de Science Direct 

 

Depuis, elle a fortement décru. De 330 000 consultations en 2009, on est passé à 265 000 en 2010, et à 250 000 en 2011. Cette décrue vient à l’encontre de la corrélation que l’on établirait intuitivement entre le succès d’un produit et son prix, alors même que cette corrélation n’a aucun sens dans le monde numérique : la « rareté » y est produite artificiellement par les conditions financières. En l’occurrence, depuis 2008, à Clermont-Ferrand, les consultations ont diminué de 40 %, le prix a augmenté de plus de 15 %.

Je ne développerai pas la question de la qualité scientifique des revues détenues par Elsevier. D’autres l’ont discutée comme il faut et ont suffisamment établi qu’Elsevier possède certaines revues importantes, mais qu’il n’y a pas de corrélation évidente entre la qualité des revues détenues et leur prix. Ou pour le dire plus précisément, qu’à qualité égale (ou du moins à facteur d’impact égal), les revues d’Elsevier sont toujours les plus chères. De beaucoup.

Si l’on balaye, donc, tous les arguments qui relèvent du boniment et tous ceux qui viennent à l’esprit a priori, il en reste un, le seul qui corresponde à la réalité et qui fait que les contrats sont signés malgré tout, année après année, par les universités : Elsevier a accumulé une grande masse de revues ; dans cette masse, certaines sont indispensables, en nombre suffisant pour que les universités s’estiment contraintes de maintenir, coûte que coûte, leur abonnement à ces titres. Et depuis 10 ans, l’éditeur fait jouer le rapport de forces au maximum de ses possibilités, en écartant toute considération qui ne soit pas proprement financière et en imposant le « tout ou rien » à ses clients. Elsevier n’a pas forcément les meilleurs journaux, mais il en a suffisamment d’indispensables pour contraindre les universités à maintenir, coûte que coûte, l’abonnement à ses titres. Car la loi, propre aux denrées de première nécessité, de l’ inélasticité de la demande s’applique à ces revues. Elle fait que tel un toxicomane en manque, le détenteur d’un bouquet électronique tentera de maintenir l’abonnement QUEL QU’EN SOIT LE PRIX, aussi longtemps qu’il en aura les moyens, quitte à se défaire pour cela de tous ses biens. Client furieux mais résigné, d’un vendeur détesté mais riche.

Demain, pour ceux qui ne dorment pas encore, je conclurai ma semaine Elsevier par une envolée rhétorique totalement gratuite (et libre d’accès).

Elsevier, banderille n°2 : réponse à « the cost of knowledge »

En réponse à la pétition lancée par Tim Gowers, Elsevier a adressé une lettre ouverte à la communauté des mathématiciens, sans paraître s’apercevoir que parmi les signataires, la majorité appartiennent à d’autres disciplines. En fait, prudemment, Elsevier a publié un autre communiqué plus général contenant beaucoup moins de promesses. Mais la réponse aux mathématiciens est pleine d’éléments passionnants. Ne pouvant la commenter in-extenso, je me limite à relever le point qui me plaît le plus.

Elsevier répond très gentiment aux scientifiques (photo : The Reeves Law Group, lic. Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique ; source FlickR) - See more at: http://alambic.hypotheses.org/1895#sthash.EYH1nCqF.dpuf
Elsevier répond très gentiment aux scientifiques (photo : The Reeves Law Group, lic. Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique ; source FlickR)

 

Une des promesses formulées dans ce communiqué est que les prix vont baisser COMME ONT DÉJÀ baissé les prix de certains titres : sont donnés en exemple Topology et Journal of Algebra. Il est exact que les abonnements à ces journaux ont connu une baisse. Dans le catalogue. Voyons maintenant ce qui s’est passé chez les abonnés.

La bibliothèque du département de mathématiques à Clermont a payé pour le Journal of Algebra les sommes suivantes : 7934 € en 2008 ; 7913 € en 2009 ; 7997 € en 2010 ET  2011. Il y a donc eu

  • une baisse considérable (0,3 %) entre 2008 et 2009
  • suivie par une hausse très modeste (1 %)
  • et par une très généreuse absence de hausse entre 2010 et 2011.

Total sur la période : 0,8 % de hausse. Je suppose que l’éditeur considère qu’une hausse aussi ridicule est une baisse. Ou bien que Clermont-Ferrand est la seule bibliothèque à avoir dû encaisser une petite hausse et que tous les autres établissements ont connu une baisse considérable, peut-être même au-delà de 1 %, qui sait ? Le sacrifice consenti a dû être douloureux pour les actionnaires d’Elsevier, mais que ne ferait-on pour l’amour de la science ?  L’éditeur a pu cependant se réconforter, et ses actionnaires aussi, à la pensée que ces titres bradés étaient intégrés dans des bouquets de titres dont les tarifs globaux, eux, n’ont cessé d’augmenter, d’une façon modeste, certes (6 à 7 %, pas plus), mais assez rentable vues les fourchettes de prix considérés. Ainsi, à Clermont, pendant que nous économisions avec reconnaissance 21 € entre 2008 et 2009 sur notre abonnement au Journal of Algebra, le coût global du contrat conclu avec Elsevier pour accéder à la Freedom Collection (qui comporte évidemment le Journal of Algebra) passait de 377 500 € à 402 000 €, soit une gentille petite inflation de 24 500 € (6,5 %). Mais que ne ferait-on pour l’amour de la science ? Bref, si Elsevier tient cette promesse avec la même élégance que par le passé, ses affaires ne devraient pas trop en souffrir.

Elsevier pourrait même promettre une baisse de 3 % sur ses 50 titres les plus chers, cela ne nous ferait pas économiser un centime si par ailleurs il se rattrape sur 1800 autres qu’il nous vend en même temps. L’éditeur pourrait donc

  • ménager chaque année, dans chaque contrat, comme par le passé, une augmentation générale de chiffre d’affaires pour l’ensemble du bouquet
  • diminuer le prix de vente « au détail » des titres les plus chers
  • répartir la hausse sur l’ensemble des titres du bouquet de façon à préserver à la fois l’effet d’annonce concernant la diminution des titres, et l’augmentation générale. Cela pourra peut-être aider, si Mayo Clinic ou des titres du même genre augmentent de 350 % ?

Elsevier a bien raison d’adresser ses promesses aux seuls mathématiciens : s’il est contraint par la pression exercée de faire baisser les prix de tous les titres de mathématiques, il pourra ainsi reporter la hausse des prix sur les autres disciplines. Et si la situation se dégrade encore et que, plus grave, il faut baisser l’ensemble des prix des journaux, ce sont les frais d’accès à la plateforme qui pourront être augmentés. C’est ainsi qu’à Clermont, durant les années 2007-2010, alors que le chiffre d’affaires des titres imprimés progressait « lentement », le ticket d’accès à la plate-forme Science Direct passait entre 2005 et 2011 de 21 000 à 66 500 €.

Je fais confiance à Elsevier pour tenir ses promesses, car il sait les formuler d’une façon qui les rend tout à fait réalisables.

Demain, si vous êtes sages, je vous parlerai de la liste des titres souscrits.

Elsevier, banderille n° 1 : Mayo Clinic

Paul Schulz, Die Welle (licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Pas de modification ; source FlickR)
Paul Schulz, Die Welle (licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Pas de modification ; source FlickR)

Quand l’enjeu est de taille, chacun doit faire sa part, si modeste soit-elle. Ainsi raisonnent, je suppose, les milliers de chercheurs qui, un à un, signent sur le site the cost of knowledge. Et ainsi raisonne le conservateur chargé de la documentation électronique qui blogue tout seul dans sa bibnum, bien conscient que sa participation équivaut à laisser choir de l’alambic une goutte de vieille prune (cuvée 2011) au milieu de l’océan Pacifique dans l’espoir de le rendre buvable. Mais bien résolu à participer quand même.

On peut dresser des pratiques d’Elsevier un diagnostic général. Mais le poids cumulé de témoignages mineurs et dispersés est aussi utile dans les grands procès, justement parce qu’il sont factuels et non  généraux. Ils prêtent donc peu à discussion et viennent juste prendre place, discrets mais utiles, dans un tableau d’ensemble.
Voici donc quelques cas où le comportement d’Elsevier m’est soudain apparu en net décalage avec le comportement attendu d’un éditeur qui déclare se mettre au service de la publication scientifique ; ou même avec le comportement attendu d’un éditeur normalement intéressé par le profit mais raisonnable dans sa façon de le rechercher.
À des fins de lisibilité et pour tenir en haleine l’innombrable lectorat de l’Alambic, je me propose de publier cette semaine un billet quotidien. Et d’offrir ainsi un petit bouquet de banderilles au héros du moment.

 

Banderille n°1 : Mayo Clinics Proceedings

La bibliothèque de santé est abonné à la revue Mayo Clinic Proceedings. Cette revue de médecine interne à comité de lecture doit son nom au Dr Mayo, pionnier de la « pratique de groupe » et à la Mayo Clinic fondée par ses soins à Rochester (Minnesota), à la fin du XIXe siècle. En 2011 l’abonnement imprimé à la revue coûtait 160 € à la bibliothèque universitaire de santé. Un prix stable depuis 2008 au moins (je n’ai pas l’information pour les années précédentes). En 2012 l’abonnement à la même revue coûte 549,79 € à la bibliothèque de santé, soit une augmentation de 343 %. Au cas où nous souscririons à l’abonnement électronique, le coût serait de 1086 € HT. Que s’est-il passé entre 2011 et 2012 ? La revue Mayo Clinic Proceedings est passée chez l’éditeur Elsevier. Un courriel de l’éditeur nous a informé que la revue était refondue (« redesigned »). Voilà une refonte dont on se souviendra.

Corrida, par Philippe Leroyer (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique).
Corrida, par Philippe Leroyer (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique).

Le directeur de la revue a détaillé en 2011 dans un édito les aspects scientifiques et organisationnels de la refonte. Nul doute que le travail mené est important, mais il ne pèse pas particulièrement sur les épaules d’Elsevier, lequel n’est pas nommé dans l’article. Difficile donc de ne pas lire l’inflation subie comme le résultat d’une politique tarifaire automatique de l’éditeur, destinée à accroître le rendement du titre. Il est vrai que le facteur d’impact de Mayo Clinic Proceedings n’a cessé d’augmenter depuis de nombreuses années. Mais jusqu’ici, cela n’avait eu aucune répercussion sur son prix. N’est-il pas remarquable que l’inflation constatée cette année coïncide justement avec la prise en main du titre par Elsevier ? Je regarderai attentivement, dans les années à venir, l’évolution de cet abonnement.

Demain, si cela vous intéresse, je vous parlerai de la réponse d’Elsevier au mouvement lancé par Tim Gowers.