Votre libre accès, avec ou sans bon sens ?

Ceci est un billet d’humeur. Massacrante, pour être honnête.

Livres anciens dans un placard grillagé
Jail House Books, par Jürgen Priebe LOGOccby-nc-petit

 

Vous est-il déjà arrivé de perdre votre calme face une situation absurde ? Ce sentiment m’envahit chaque fois qu’un service de prêt entre bibliothèques est obligé de mendier, comme une faveur insigne ou un passe-droit, l’envoi d’une thèse électronique, sous prétexte qu’elle n’est pas diffusable sur internet1.

Imaginez la situation  :

  • Une thèse, soutenue à l’Université Louis de Broglie (Paris nord-nord-ouest), en 2012, a été déposée sous forme électronique.
  • L’auteur (appelons-le Albert) a demandé, comme c’est son droit, que cette thèse ne soit pas diffusée sur internet2.
  • Le fichier électronique n’est donc consultable que dans les locaux de l’université. Il est déposé sur un serveur local, qui fait barrage à toute tentative d’accès venant d’une adresse IP située hors du réseau universitaire de Paris ouest-nord-ouest.
  • Un doctorant (appelons-le Pierre-Gilles) qui travaille à l’Université Isaac Newton à Marseille, a besoin de consulter cette thèse pour nourrir son travail.

À l’âge quasi-révolu des thèses imprimées, Pierre-Gilles s’adressait au service de prêt entre bibliothèques (PEB) de l’Université Newton, qui contactait celui de Paris ouest-nord-ouest. Quelle que soit l’opinion d’Albert sur la question, sa thèse était un document public. Comme tout document public elle était donc envoyée par la poste au service demandeur. Pierre-Gilles consultait la thèse, en faisait son miel, la citait, et soutenait brillamment son propre travail, légitimement nourri de l’œuvre exceptionnelle de son devancier, qu’il avait grand soin de citer avec une élégante déférence.

En 2015, Pierre-Gilles s’adresse au service de prêt entre bibliothèques de Marseille. Ce service contacte celui de Paris, qui lui répond que la thèse n’est consultable que sur intranet. Et qui de ce fait, ne s’estime pas autorisé à l’envoyer par le PEB.

En 2015, Pierre-Gilles va devoir

prendre le TRAIN

pour aller CONSULTER

une thèse ÉLECTRONIQUE.

À ce stade de la lecture, vous vous dites qu’il n’est pas possible de faire à Pierre-Gilles une réponse aussi… (je ne trouve pas de mot qui puisse s’écrire dans un blog professionnel). En effet. Son service de PEB lui répond juste, un brin gêné, qu’on « ne peut pas lui faire parvenir la thèse parce qu’elle n’est pas diffusable sur internet ». Il ne prendra pas le train, ne viendra jamais consulter ce maudit fichier électronique enfermé dans sa cage, et sa thèse sera ratée.

Je dramatise un peu, je l’admets : souvent, les bibliothécaires, bon bougres, vont se décarcasser pour retrouver Albert et lui arracher son consentement. Or en général, Albert n’a aucune objection à ce que quelqu’un consulte sa thèse : il est généralement prêt à l’envoyer lui-même, tant il est heureux et surpris qu’elle ait un lecteur.
Mais cette réponse passe totalement à côté du problème ! La seule réponse de bon sens à cette situation est celle qui se fonde sur la pratique invariable du PEB pour les thèses : le service de PEB de Paris va envoyer le fichier électronique à son homologue marseillais, comme il l’aurait fait d’une thèse imprimée ; à charge pour ce dernier d’offrir le fichier au lecteur dans ses locaux comme il l’aurait fait d’une thèse imprimée ; à charge pour Pierre-Gilles d’en faire bon usage, ce bon usage ne pouvant, du reste, exclure ni téléchargement, ni impression (ces mêmes droits qui s’appliquent dans l’université d’origine, tout simplement). S’il s’agit d’un doctorant normalement constitué, il en fera son miel, et soutiendra brillamment dans quelque temps son propre travail, légitimement nourri de l’œuvre exceptionnelle de son devancier, qu’il aura grand soin de citer avec une élégante déférence.

J’entends d’ici l’objection :

et si Pierre-Gilles est un sans-gêne,

et s’il PLAGIE ?

Eh bien si s’agit d’un odieux plagiaire, il fera un ignoble et grossier copier-coller (parfaitement traçable grâce à la demande de PEB) que Jean-Noël Darde se fera un plaisir d’épingler sur son blog, et sa pseudo-carrière d’universitaire sera brisée à tout jamais. Y compris s’il est président de la république ou ministre de l’économie. Ainsi la morale sera sauve, la science aussi. Mais ceci est une autre histoire, qui ne regarde pas la bibliothèque.
Ce qui nous regarde, c’est de faire notre travail, en envoyant la thèse au service du PEB concerné.

Entendons-nous bien : je ne suis pas ici en train de prêcher la moindre transgression. Je ne dis pas que les docteurs devraient avoir l’obligation de diffuser leur thèse sur internet, ni que les bibliothèques devraient outrepasser les directives des docteurs. Je ne fais que rappeler quelle est la règle. Le docteur a toute liberté pour refuser que sa thèse soit diffusée en ligne. Simplement, l’envoi d’un fichier d’une bibliothèque à une autre bibliothèque ne constitue en aucun cas une diffusion sur internet. Il n’y a là nulle discussion juridique possible. À l’âge du papier, nous envoyions les thèses par courrier et elles étaient consultables en bibliothèque. Elles pouvaient être photocopiées, citées, utilisées librement par leur lecteur. À l’âge de l’électronique, les thèses peuvent être envoyées par courrier électronique et consultables en bibliothèque. Elles peuvent faire l’objet d’une impression, et être citées et utilisées librement par leur lecteur.

Renoncer à envoyer ces thèses par le PEB, ce n’est pas respecter la décision du docteur, c’est aller au-delà de cette décision et nous arroger le droit de limiter l’accès à un travail universitaire. J’estime que c’est un manquement à nos devoirs professionnels, nourri par une crainte juridique infondée et injustifiable en fait comme en droit. Bref, je ne suis pas pour, on l’aura compris.

Je ne suis pas trop inquiet sur notre capacité à (r)établir une saine pratique. Mais si je publie ces lignes, c’est parce que je sais pertinemment que de nombreux services de PEB confrontés à ces vains états d’âmes. Or plus ils sont nombreux à réagir en s’auto-censurant, plus grave est le danger de faire admettre une régression majeure aussi bien dans le service rendu que dans la diffusion du savoir scientifique. Chers collègues, je vous en supplie : respectez vos propres règles. Le PEB, comme son nom l’indique, est une procédure de transmission de fichier de bibliothèque à bibliothèque. Ce n’est pas une diffusion en ligne. Ayez donc l’amabilité de cocher la petite case « disponible pour le PEB » même et SURTOUT quand une thèse n’est pas diffusable sur Internet. Ou alors, si vous ne pouvez transmettre que les thèses librement accessible sur le Web, expliquez-moi à quoi vous servez.

 

  1. Toute ressemblance avec des faits existant ou ayant existé serait complètement incroyable. L’avisé lecteur aura parfaitement compris que ce qui provoque mon agacement, c’est seulement l’idée qu’une telle situation pourrait se produire. Dans la vraie vie des vraies bibliothèques, jamais rien d’aussi absurde ne se produit, bien sûr. []
  2. Notez que cette thèse n’est pas confidentielle, cela n’a rien à voir. Comme le savent les habitués de ces questions, la confidentialité est une mesure tout à fait exceptionnelle, qui interdit strictement toute diffusion et tout accès au texte déposé, mais pour un délai limité et précisément défini. []

Gérer les données de la recherche, de la création à l’interopérabilité. Compte-rendu de la formation ANF d’Huma-Num, 21-25 septembre, Fréjus

Organisée par la TGIR Huma-Num, cette formation avait pour objectif de permettre aux porteurs de projets de recherche en SHS, d’anticiper et de prendre en compte la gestion des données numérisées, qu’il s’agisse du stockage, de l’archivage, de la description, de la diffusion, de l’éditorialisation des corpus de données, dans un souci constant d’interopérabilité, afin de rendre possible leur partage et leur réutilisation.

La formation a naturellement commencé par une présentation de la Très Grande Infrastructrure Huma-Num, qui a pour objectif de proposer à la communauté scientifique de l’ESR en SHS des outils, comme le moteur de recherche en SHS Isidore ou la plate-forme Nakala pour déposer, documenter et diffuser les données de la recherche, mais aussi des formations, et des conseils pour gérer et valoriser les corpus de données, à travers ses 11 consortiums thématiques.

Frédéric Glorieux #interop2015 de retour à mon scanner, Fréjus, Villa Clythia, chambre 803, le matin  https://twitter.com/GlorieuxF/status/647543112018083841
Frédéric Glorieux
#interop2015 de retour à mon scanner, Fréjus, Villa Clythia, chambre 803, le matin
https://twitter.com/GlorieuxF/status/647543112018083841

La conférence inaugurale de Valérie Tesnière, directrice de la BDIC, a fait ressurgir l’impératif de l’interopérabilité en brossant l’évolution des acteurs impliqués dans la gestion des données, qu’il s’agisse de chercheurs, de bibliothécaires, d’informaticiens, ou d’archivistes. S’ils sont issus de cultures professionnelles différentes, ayant un rapport distinct au document, à la norme, et aux publics, force est de constater qu’aujourd’hui un langage commun est en train de se construire au croisement de plusieurs révolutions, le temps du numérique et le temps du web de données. Au cœur de ce dispositif, le W3C, qui favorise la publication de données structurées, impose aux professionnels de recueillir les données, les lier, et les structurer, pour permettre le dialogue et l’interopérabilité entre des objets hétérogènes.

Au deuxième jour de cette formation, nous avons bénéficié en matinée d’un rappel générique sur les métadonnées par Catherine Morel-Pair. Après une typologie fonctionnelle, nous avons passé en revue les standards (DC, MODS, LOM, IPTC, RDF…) et les usages variés des métadonnées pour garantir l’interopérabilité via les moissonnage OAI-PMH ou la transformation des données d’un format à l’autre via XSLT. L’après-midi a été consacré aux retours d’expériences. La démonstration de la version mobile d’Isidore par Adrien Desseigne nous a permis de comprendre les fonctionnalités heuristiques du web sémantique permettant une recherche et une lecture augmentée des données avec plusieurs points de vue sur un concept, un auteur, une discipline ou une collection_ pluralité des points de vue rendue possible par des croisements de graphes de données passant d’Isidore à ceux de DBPedia ou de la BNF pour obtenir autant d’enrichissements sémantiques.

Le retour d’expériences de Vincent Jolivet du labex OBVIL nous a donné un aperçu des problématiques posées par l’encodage TEI des textes en termes d’interopérabilité et de qualité des métadonnées. Si la diversité des usages et des logiciels utilisés pour l’encodage peut rendre caduque l’homogénéité des métadonnées, le cadre du consortium CAHIER a permis d’établir de bonnes pratiques pour envoyer des notices normalisées au moteur de recherche Isidore à partir de métadonnées TEI. La mise en correspondance des balises TEI et des 15 champs du Dublin Core a ainsi permis, au sein du consortium, une meilleure définition des pratiques éditoriales et une meilleure structuration des données.

Auteur de l’application Web-OAI, Frédéric Glorieux du labex OBVIL a mis en perspective les données de data.bnf pour établir une « coupe du relief de la chronologie » des auteurs à partir des données démographiques fournies par les notices de la BNF : une mine d’informations sur la vie littéraire à explorer sur son carnet de recherche.

Enfin, Véronique Ginouvès de la phonothèque de la MMSH est retournée sur les choix qu’elle a mis en œuvre pour rendre de plus en plus accessibles et interopérables avec d’autres fonds d’archives sonores les enregistrements de son institution, d’abord sur le portail du patrimoine oral, puis sur Isidore, sur Calames, et enfin sur Europeana Sounds.

Le mercredi au matin, Alexandre Granier du CINES nous a présenté les formats requis pour l’interopérabilité. Si le Référentiel Général d’Interopérabilité donne des préconisations en matière de protocoles, formats et sémantique, il nous est rappelé qu’un format de données est interopérable, si sa spécification est ouverte et accessible, s’il est indépendant, largement diffusé, si plusieurs logiciels permettent de le lire, et enfin, si sa migration vers d’autres formats est envisageable. L’exigence première, pour ne pas perdre de données, est donc d’identifier et de bien valider ses formats de données au niveau de la syntaxe et de la sémantique. Plusieurs outils, comme DROID, JHOVE, Mkvalidator ou FACILE sont utilisés à cette fin.

La projection du film intitulé L’usine en perspective en fin d’après-midi nous a permis de réaliser à quel point l’interopérabilité des formats et des données était requise lors de l’élaboration d’un projet de recherche comme celui d’Usines 3D.

Le jeudi, l’intervention de Thomas Francart de la société SPARNA sur les technologies de l’interopérabilité pour le partage et l’échange de données nous a permis d’entrer dans le fonctionnement concret du protocole OAI-PMH et du web de données, qui sont les sésames de l’interopérabilité. Nous avons pu expérimenter la grammaire du protocole OAI-PMH avec les six verbes permettant de moissonner les données d’un flux OAI.

Nous avons pu ainsi comprendre concrètement quel est le fonctionnement des outils d’Huma-Num. Nakala expose les données, Isidore les moissonne, reste à les éditorialiser. C’est ce que permet notamment un CMS comme Omeka. L’intuition d’Huma-Num consiste à articuler ces outils. A cette fin, nous avons bénéficié en avant-première de la démonstration du pack Nakalomeka, qui utilise la puissance d’Omeka pour éditorialiser les données contenues dans Nakala. Il fallait y penser. Huma-Num l’a fait. Et Omeka communique en OAI-PMH avec Isidore. Les données sont stockées, documentées, éditorialisées, et moissonnées. La boucle est bouclée.

Revenons au web sémantique, qui repose sur la grammaire intangible « sujet-verbe-complément », dont l’enjeu est de faire s’exprimer les données de façon non-ambiguëe. Inscrit dans le corps des pages web, ce langage pour humains et machines structure l’information et permet autant d’enrichissements sémantiques. Il est ainsi possible de relier des sources différentes dans une même application, ce qui fait toute la valeur ajoutée du web de données. Faire communiquer des URIs avec le langage RDF permet ainsi d’exploiter pleinement les données et d’en faire surgir des gisements d’informations structurées, mais aussi de mieux hiérarchiser l’information en bâtissant des ponts entre différents domaines de connaissance, comme le permet notamment le modèle de données SKOS (Simple Knowledge Organisation System) utilisé pour publier des systèmes d’organisation de connaissances sur le web de données. Tout un système de règles pour ne pas mélanger les concepts, et atteindre la plus grande précision dans le vocabulaire de description des données. Les concepts de thesaurus, réutilisés pour l’indexation, la recherche, la réalisation de graphes de connaissances, sont ainsi devenus des biens communs rendus, par l’interopérabilité, réutilisables par tous.

Au terme de la formation, nous sommes à même de préserver, indexer, diffuser et rééditorialiser les données. Nous avons toutes les clés pour construire ensemble l’interopérabilité des données en SHS.