Elsevier, banderille n° 1 : Mayo Clinic

Paul Schulz, Die Welle (licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Pas de modification ; source FlickR)
Paul Schulz, Die Welle (licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Pas de modification ; source FlickR)

Quand l’enjeu est de taille, chacun doit faire sa part, si modeste soit-elle. Ainsi raisonnent, je suppose, les milliers de chercheurs qui, un à un, signent sur le site the cost of knowledge. Et ainsi raisonne le conservateur chargé de la documentation électronique qui blogue tout seul dans sa bibnum, bien conscient que sa participation équivaut à laisser choir de l’alambic une goutte de vieille prune (cuvée 2011) au milieu de l’océan Pacifique dans l’espoir de le rendre buvable. Mais bien résolu à participer quand même.

On peut dresser des pratiques d’Elsevier un diagnostic général. Mais le poids cumulé de témoignages mineurs et dispersés est aussi utile dans les grands procès, justement parce qu’il sont factuels et non  généraux. Ils prêtent donc peu à discussion et viennent juste prendre place, discrets mais utiles, dans un tableau d’ensemble.
Voici donc quelques cas où le comportement d’Elsevier m’est soudain apparu en net décalage avec le comportement attendu d’un éditeur qui déclare se mettre au service de la publication scientifique ; ou même avec le comportement attendu d’un éditeur normalement intéressé par le profit mais raisonnable dans sa façon de le rechercher.
À des fins de lisibilité et pour tenir en haleine l’innombrable lectorat de l’Alambic, je me propose de publier cette semaine un billet quotidien. Et d’offrir ainsi un petit bouquet de banderilles au héros du moment.

 

Banderille n°1 : Mayo Clinics Proceedings

La bibliothèque de santé est abonné à la revue Mayo Clinic Proceedings. Cette revue de médecine interne à comité de lecture doit son nom au Dr Mayo, pionnier de la « pratique de groupe » et à la Mayo Clinic fondée par ses soins à Rochester (Minnesota), à la fin du XIXe siècle. En 2011 l’abonnement imprimé à la revue coûtait 160 € à la bibliothèque universitaire de santé. Un prix stable depuis 2008 au moins (je n’ai pas l’information pour les années précédentes). En 2012 l’abonnement à la même revue coûte 549,79 € à la bibliothèque de santé, soit une augmentation de 343 %. Au cas où nous souscririons à l’abonnement électronique, le coût serait de 1086 € HT. Que s’est-il passé entre 2011 et 2012 ? La revue Mayo Clinic Proceedings est passée chez l’éditeur Elsevier. Un courriel de l’éditeur nous a informé que la revue était refondue (« redesigned »). Voilà une refonte dont on se souviendra.

Corrida, par Philippe Leroyer (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique).
Corrida, par Philippe Leroyer (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique).

Le directeur de la revue a détaillé en 2011 dans un édito les aspects scientifiques et organisationnels de la refonte. Nul doute que le travail mené est important, mais il ne pèse pas particulièrement sur les épaules d’Elsevier, lequel n’est pas nommé dans l’article. Difficile donc de ne pas lire l’inflation subie comme le résultat d’une politique tarifaire automatique de l’éditeur, destinée à accroître le rendement du titre. Il est vrai que le facteur d’impact de Mayo Clinic Proceedings n’a cessé d’augmenter depuis de nombreuses années. Mais jusqu’ici, cela n’avait eu aucune répercussion sur son prix. N’est-il pas remarquable que l’inflation constatée cette année coïncide justement avec la prise en main du titre par Elsevier ? Je regarderai attentivement, dans les années à venir, l’évolution de cet abonnement.

Demain, si cela vous intéresse, je vous parlerai de la réponse d’Elsevier au mouvement lancé par Tim Gowers.

Cherche modèle économique espérément

 

Le mur de l'accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d'utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR)
Le mur de l’accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR) 

 

La science était une grande romantique. Elle rêvait de gratuité, aspirait au paradis perdu du désintéressement originel. Las, elle ne rencontrait que des Elvire qui se fendaient à peine d’un carnassier sourire avant de lui allonger un bon direct, pour la dépouiller de son précieux trésor de connaissance et le monnayer à prix d’or sur Internet. La science avait le coeur brisé. Elle qui voulait tout donner, voilà qu’on lui avait tout pris.

Alors comme tant d’idéalistes déçus, lasse de ces soi-disant soupirants qui parlaient d’amour de la science et ne songeaient qu’à lui dérober ses articles, ayant touché le fond de la désillusion romantique, elle se rabattit sur les petites annonces.

Monde univ. et scfique, dans la force de l’âge, intellig. et désintéressé, rechche modèle écon. pour édit. scientif. libre et projets à long terme. Open access exigé. Pas sér., non viable économqt ou trop cher s’abstenir.

Le mur de l'accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d'utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR)
Le mur de l’accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR)

 

Et ce fut la cohue, les modèles se bousculaient au portillon pour répondre à l’annonce, un bouquet dans une main et un contrat dans l’autre,  clamant haut et fort leur amour pour l’open access.

 

Examinons d’un peu plus près ces frétillants top-modèles.

Évacuons d’emblée celui qui, présenté en fanfare par les éditeurs, entre autres notre vieille amie Elvire, propose l’open access à l’article: l’auteur veut « libérer » son article ? Il lui suffit de verser 2 à 3000 $ à l’éditeur. La pratique n’est pas sans rappeler le rachat de captifs aux pirates méditerranéens de jadis : l’éditeur, en fieffé forban qu’il est, accroît ainsi d’un petit revenu supplémentaire (la rançon individuelle) le tribut annuel qu’il perçoit (l’abonnement collectif de l’institution). Pour la galerie, il se rachète une conduite et peut écrire sur son site : regardez, je fais de l’open access ! Bénéfice infinitésimal pour les lecteurs non abonnés, la muraille de l’accès à la science est percée de quelques petits trous qui laissent passer la lumière (moins de 5% des auteurs acceptent de payer rançon). Intérêt pour la science : zéro. De façon assez amusante, l’éditeur assure que le jour où tous les auteurs paieront pour l’accès libre à leur article, le coût de l’abonnement diminuera. Demain, on publie gratis.

Vous pouvez disposer, nous avions dit « pas sérieux s’abstenir ». Au suivant de ces messieurs.

Le second candidat ressemble bien un peu au premier par le costume, mais s’avère bien plus sérieux vu de près. Il systématise le principe de l’auteur-payeur et l’applique à une revue entière. C’est le modèle PLOS : l’auteur (en pratique, l’institution dont il dépend) verse 1350 à 2900 $ à l’éditeur lorsque son article est accepté pour publication. Et l’accès est totalement libre. On voit bien le gain par rapport au modèle précédent, qui cumulait les coûts d’abonnements et d’auteur-payeur. Et là, le lecteur non abonné voit enfin s’écrouler le mur de l’accès. Seul problème, l’institution de recherche, elle, se cogne au mur de l’argent… Elle était habituée à financer des abonnements à des revues, en aval donc, et voilà qu’on lui demande maintenant de l’argent en amont. Ce modèle, crédible financièrement (PLOS semble se porter très bien) et scientifiquement (l’accès libre stimule vigoureusement l’activité scientifique), pose le problème de la transition de l’accès payant à l’accès libre. On ne peut financer en amont que si, en même temps, on parvient à financer moins en aval.

Un peu plus jeune et encore discret, un autre candidat vient de faire son entrée dans la foire aux modèles économiques d’accès ouvert : Freemium. Le vocable greffe sur le free de l’accès gratuit un morceau du premium, le qualificatif en business slang des offres payantes haut de gamme. Appliqué aux revues : ce qui est gratuit, c’est l’accès aux articles en HTML, mais le service plein (accès au PDF, statistiques d’usage, etc.), est réservé aux abonnés. Exemple : Open edition, la plateforme qui édite Revues.org. On voit bien les atouts du système : le mur de l’accès s’effondre, puisque tout le monde peut voir les articles, même les non-abonnés ; le mur de l’argent aussi, puisque si une institution ne peut pas payer, elle se trouve simplement versée dans la catégorie dès non-abonnés, mais ne perd pas l’accès. Constatant que l’argent nécessaire au financement de l’activité de publication est actuellement disponible via les bibliothèques, les inventeurs du modèle Freemium tentent de rendre compatible le libre accès et l’abonnement par un modèle qui tient à la fois de la contribution volontaire et du modèle commercial. La faiblesse du modèle tient à la question que se pose toute bibliothèque quand elle en entend parler pour la première fois : « Pourquoi payer pour ce qui est gratuit ? ». Pour que le modèle vive, il faut qu’à cette question puisse être répondu :

  1. parce que vous ne paierez pas cher
  2. parce que ce n’est pas gratuit de publier de la science et que si les bibliothèques ne financent pas l’accès libre, c’est Elvire qui en profite.

Le modèle s’appuie donc sur une forme de contribution volontaire (qui ne paie pas perd — et qui contribue gagne — assez peu) et repose sur un engagement politique des institutions de recherche en faveur de l’open access, engagement facilité par la modicité des sommes demandées. D’ailleurs le modèle se met en place dans des revues qui sont déjà en accès libre et qui veulent aller vers l’autofinancement, mais on imagine assez mal qu’il puisse venir à l’idée d’un éditeur commercial de le tester : la perte financière, compte tenu des marges actuellement empochées par les grands éditeurs en ligne, serait certainement abyssale.

Il paraît clair que les trois prétendants (et d’autres encore) vont coexister dans l’avenir proche. Les gros éditeurs s’emploient à faire passer pour crédible le modèle à l’article, et on ne peut que souhaiter, pour la bonne santé de la science, qu’ils y échouent ; les arguments abondent en faveur du modèle auteur payeur à la revue. Il s’agit d’un modèle d’open access sans restriction (à la différence du freemium) qui a le mérite d’être viable économiquement et fonctionne déjà très bien dans certains secteurs disciplinaires (en sciences dures). On peut certes lui reprocher une forme de sélection par l’argent (seuls les riches vont pouvoir publier, disait récemment un enseignant chercheur en commentaire) mais cette sélection s’exerce bien plus encore avec le système d’abonnement payant qui domine pour l’instant. Quand bien même seuls les riches pourraient publier, si déjà les pauvres pouvaient lire…

Les bibliothèques auront évidemment une affection instinctive pour le troisième modèle, freemium, qui les place au centre du jeu, mais il a surtout sa chance là où les enjeux financiers restent modestes. Il est donc assez logique de le voir s’étendre dans des disciplines aux revues traditionnellement peu coûteuses — en gros en sciences humaines. — tandis que le modèle auteur-payeur prospère dans les sciences dures, aux tarifs aussi plus durs.

Il y a en tout cas quelques moyens d’aider à l’amorçage d’un cercle vertueux en direction de l’open access — si tant est qu’un cercle puisse avoir une direction (disons une spirale vertueuse ?). La première est évidemment de contribuer financièrement au succès des modèles de type freemium. La dépense est faible, le profit pour le monde scientifique évident. La seconde est de militer pour que les établissements provisionnent des fonds pour les revues de type auteur-payeur. Laboratoires et composantes universitaires défendent volontiers la préservation d’un budget documentaire même quand une grosse BU existe. Ne pourrait-on concevoir qu’il soit plutôt fléché pour le financement des publications auteur-payeur, tandis que les bibliothèques financeraient plutôt les abonnements freemium ? On créerait du même coup une incitation, pour les chercheurs, à travailler en mode auteur-payeur, donc à moins publier dans les revues à accès payant. Car l’éditeur qui vend a beaucoup d’atouts et les utilise avec une remarquable intelligence. Mais si la science ne lui livre pas ses articles, il aura bien du mal à les vendre.

La science aspire à un amour désintéressé ? Il ne tient qu’à elle de résister à ces beaux parleurs qui ne pensent qu’à monnayer ses charmes.