Gérer les données de la recherche, de la création à l’interopérabilité. Compte-rendu de la formation ANF d’Huma-Num, 21-25 septembre, Fréjus

Organisée par la TGIR Huma-Num, cette formation avait pour objectif de permettre aux porteurs de projets de recherche en SHS, d’anticiper et de prendre en compte la gestion des données numérisées, qu’il s’agisse du stockage, de l’archivage, de la description, de la diffusion, de l’éditorialisation des corpus de données, dans un souci constant d’interopérabilité, afin de rendre possible leur partage et leur réutilisation.

La formation a naturellement commencé par une présentation de la Très Grande Infrastructrure Huma-Num, qui a pour objectif de proposer à la communauté scientifique de l’ESR en SHS des outils, comme le moteur de recherche en SHS Isidore ou la plate-forme Nakala pour déposer, documenter et diffuser les données de la recherche, mais aussi des formations, et des conseils pour gérer et valoriser les corpus de données, à travers ses 11 consortiums thématiques.

Frédéric Glorieux #interop2015 de retour à mon scanner, Fréjus, Villa Clythia, chambre 803, le matin  https://twitter.com/GlorieuxF/status/647543112018083841
Frédéric Glorieux
#interop2015 de retour à mon scanner, Fréjus, Villa Clythia, chambre 803, le matin
https://twitter.com/GlorieuxF/status/647543112018083841

La conférence inaugurale de Valérie Tesnière, directrice de la BDIC, a fait ressurgir l’impératif de l’interopérabilité en brossant l’évolution des acteurs impliqués dans la gestion des données, qu’il s’agisse de chercheurs, de bibliothécaires, d’informaticiens, ou d’archivistes. S’ils sont issus de cultures professionnelles différentes, ayant un rapport distinct au document, à la norme, et aux publics, force est de constater qu’aujourd’hui un langage commun est en train de se construire au croisement de plusieurs révolutions, le temps du numérique et le temps du web de données. Au cœur de ce dispositif, le W3C, qui favorise la publication de données structurées, impose aux professionnels de recueillir les données, les lier, et les structurer, pour permettre le dialogue et l’interopérabilité entre des objets hétérogènes.

Au deuxième jour de cette formation, nous avons bénéficié en matinée d’un rappel générique sur les métadonnées par Catherine Morel-Pair. Après une typologie fonctionnelle, nous avons passé en revue les standards (DC, MODS, LOM, IPTC, RDF…) et les usages variés des métadonnées pour garantir l’interopérabilité via les moissonnage OAI-PMH ou la transformation des données d’un format à l’autre via XSLT. L’après-midi a été consacré aux retours d’expériences. La démonstration de la version mobile d’Isidore par Adrien Desseigne nous a permis de comprendre les fonctionnalités heuristiques du web sémantique permettant une recherche et une lecture augmentée des données avec plusieurs points de vue sur un concept, un auteur, une discipline ou une collection_ pluralité des points de vue rendue possible par des croisements de graphes de données passant d’Isidore à ceux de DBPedia ou de la BNF pour obtenir autant d’enrichissements sémantiques.

Le retour d’expériences de Vincent Jolivet du labex OBVIL nous a donné un aperçu des problématiques posées par l’encodage TEI des textes en termes d’interopérabilité et de qualité des métadonnées. Si la diversité des usages et des logiciels utilisés pour l’encodage peut rendre caduque l’homogénéité des métadonnées, le cadre du consortium CAHIER a permis d’établir de bonnes pratiques pour envoyer des notices normalisées au moteur de recherche Isidore à partir de métadonnées TEI. La mise en correspondance des balises TEI et des 15 champs du Dublin Core a ainsi permis, au sein du consortium, une meilleure définition des pratiques éditoriales et une meilleure structuration des données.

Auteur de l’application Web-OAI, Frédéric Glorieux du labex OBVIL a mis en perspective les données de data.bnf pour établir une « coupe du relief de la chronologie » des auteurs à partir des données démographiques fournies par les notices de la BNF : une mine d’informations sur la vie littéraire à explorer sur son carnet de recherche.

Enfin, Véronique Ginouvès de la phonothèque de la MMSH est retournée sur les choix qu’elle a mis en œuvre pour rendre de plus en plus accessibles et interopérables avec d’autres fonds d’archives sonores les enregistrements de son institution, d’abord sur le portail du patrimoine oral, puis sur Isidore, sur Calames, et enfin sur Europeana Sounds.

Le mercredi au matin, Alexandre Granier du CINES nous a présenté les formats requis pour l’interopérabilité. Si le Référentiel Général d’Interopérabilité donne des préconisations en matière de protocoles, formats et sémantique, il nous est rappelé qu’un format de données est interopérable, si sa spécification est ouverte et accessible, s’il est indépendant, largement diffusé, si plusieurs logiciels permettent de le lire, et enfin, si sa migration vers d’autres formats est envisageable. L’exigence première, pour ne pas perdre de données, est donc d’identifier et de bien valider ses formats de données au niveau de la syntaxe et de la sémantique. Plusieurs outils, comme DROID, JHOVE, Mkvalidator ou FACILE sont utilisés à cette fin.

La projection du film intitulé L’usine en perspective en fin d’après-midi nous a permis de réaliser à quel point l’interopérabilité des formats et des données était requise lors de l’élaboration d’un projet de recherche comme celui d’Usines 3D.

Le jeudi, l’intervention de Thomas Francart de la société SPARNA sur les technologies de l’interopérabilité pour le partage et l’échange de données nous a permis d’entrer dans le fonctionnement concret du protocole OAI-PMH et du web de données, qui sont les sésames de l’interopérabilité. Nous avons pu expérimenter la grammaire du protocole OAI-PMH avec les six verbes permettant de moissonner les données d’un flux OAI.

Nous avons pu ainsi comprendre concrètement quel est le fonctionnement des outils d’Huma-Num. Nakala expose les données, Isidore les moissonne, reste à les éditorialiser. C’est ce que permet notamment un CMS comme Omeka. L’intuition d’Huma-Num consiste à articuler ces outils. A cette fin, nous avons bénéficié en avant-première de la démonstration du pack Nakalomeka, qui utilise la puissance d’Omeka pour éditorialiser les données contenues dans Nakala. Il fallait y penser. Huma-Num l’a fait. Et Omeka communique en OAI-PMH avec Isidore. Les données sont stockées, documentées, éditorialisées, et moissonnées. La boucle est bouclée.

Revenons au web sémantique, qui repose sur la grammaire intangible « sujet-verbe-complément », dont l’enjeu est de faire s’exprimer les données de façon non-ambiguëe. Inscrit dans le corps des pages web, ce langage pour humains et machines structure l’information et permet autant d’enrichissements sémantiques. Il est ainsi possible de relier des sources différentes dans une même application, ce qui fait toute la valeur ajoutée du web de données. Faire communiquer des URIs avec le langage RDF permet ainsi d’exploiter pleinement les données et d’en faire surgir des gisements d’informations structurées, mais aussi de mieux hiérarchiser l’information en bâtissant des ponts entre différents domaines de connaissance, comme le permet notamment le modèle de données SKOS (Simple Knowledge Organisation System) utilisé pour publier des systèmes d’organisation de connaissances sur le web de données. Tout un système de règles pour ne pas mélanger les concepts, et atteindre la plus grande précision dans le vocabulaire de description des données. Les concepts de thesaurus, réutilisés pour l’indexation, la recherche, la réalisation de graphes de connaissances, sont ainsi devenus des biens communs rendus, par l’interopérabilité, réutilisables par tous.

Au terme de la formation, nous sommes à même de préserver, indexer, diffuser et rééditorialiser les données. Nous avons toutes les clés pour construire ensemble l’interopérabilité des données en SHS.

Docteur H, l’homme qui filmait dans les B.U.

 

La canne du docteur H (Creative Commons, Attribution, Pas d'utilisation commerciale)
La canne du docteur H (Creative Commons, Attribution, Pas d’utilisation commerciale, Pas de modification).

C’est à un bienveillant hasard des parcours universitaires que nous devons d’avoir vu débarquer à Clermont, au printemps 2012, le docteur H, l’homme qui murmurait à l’oreille des bibliothèques. Nous envisagions alors d’expérimenter la vidéo, mais avec moultes hésitations : Que filmer ? Des présentations de bibliothèques, des conférences ? Quel matériel ? Du pro, du semi-pro ? Cela valait-il vraiment la peine d’acquérir caméra, micro, lumières et compétence ?

Nous aurions pu réfléchir longtemps, mais deux intellectuels assis vont moins loin qu’une brute qui marche. Le docteur H1 est arrivé à temps pour nous dispenser de réfléchir davantage. Il se proposait de mettre en scène lui-même des épisodes inspirés de faits réels illustrant les vertus salvatrices de la maîtrise documentaire. Il aurait été malvenu de bouder notre chance alors que nous cherchions  un terrain d’expérimentation. En nous apportant sur un plateau (de tournage) ses questions bibliographiques trapues, ses attentes flatteuses sur la qualité du service, et des projets juste assez déraisonnables pour susciter le doux frisson de l’aventure, le docteur H nous a convaincus d’expérimenter à ses côtés les chronophages vertiges de la création vidéo. En deux ans, une petite dizaine de courts-métrages promotionnels tournés essentiellement en bibliothèque et une vingtaine de tutoriels réalisés par le docteur H ont vu le jour. Aucun bibliothécaire n’a été maltraité pendant le tournage2. Et depuis mi-mars, tout le monde peut voir le résultat en ligne3. [Mise à jour du 12 mai 2014 : une chaîne YouTube vient d’être créée pour héberger les même contenus en facilitant la navigation]

Le protocole de traitement du docteur H4 a eu, dans le long terme, un effet notoire et bénéfique pour la BCU. En soignant la réalisation de son mieux, en cherchant un juste dosage entre le sérieux du fond et l’agrément de la forme, la BCU a testé en réel la production vidéo. C’est l’avisé lecteur-spectateur qui jugera le résultat, mais nous avons du moins la satisfaction d’avoir travaillé avec soin, et non sans plaisir. Car si nous faisons de la vidéo, c’est d’abord avec l’idée que c’est moins assommant à fabriquer que des PDF avec copie d’écran, ensuite avec l’espoir que c’est plus plaisant à visionner, donc plus efficace comme outil d’apprentissage. Cela demande beaucoup plus de travail (tout compris, environ une heure de travail pour une minute de film) et des moyens plus coûteux… mais la sagesse intemporelle du 7e art a tranché: le prix s’oublie, la qualité reste.

Accessoirement, le savoir-faire et le matériel acquis, avec le conseil et les formations de collègues plus avancés5, nous sert désormais à réaliser les captations et le montage de la plupart des conférences organisées dans les bibliothèques. Bref, il ne sera pas dit que nous avons sorti le matériel pour rien !6

Jusqu’ici j’ai omis l’essentiel : le contenu. Le but du docteur H est de contribuer à répandre chez ses pairs le goût et la maîtrise des outils de recherche documentaire. Vu le potentiel de séduction du mot et de la chose, un passage par la vidéo n’était pas inutile, mais est-il suffisant ? Mettre en scène de façon vivante une recherche documentaire reste un défi. Le docteur H l’a relevé non seulement dans les vidéos tournées en bibliothèque, mais aussi dans ses tutoriels. Son parti pris était simple : montrer les exemples les plus vivants et les plus réalistes possibles, c’est-à-dire des cas problématique réellement rencontrés, et montrer comment une recherche bien menée a pu aider à les résoudre. Là encore, l’avisé-lecteur-spectateur-interne-en-médecine-ou-praticien jugera si le résultat lui rend service.

Pendant deux ans, nous avons travaillé sans publier : l’étude clinique du docteur H exigeait la confidentialité. A posteriori, on mesure l’intérêt d’avoir attendu : une fois l’ensemble disponible sur le web, l’effet est évidemment plus intéressant que ne l’aurait été la publication d’une vidéo par mois pendant deux ans. Un projet plus large s’ébauche maintenant, en commun avec la BIU Santé et, on l’espère, bien d’autres bibliothèques de santé. Nous allons voir si ce nouveau projet mûrit, mais il est déjà clair que si quelque chose d’utile peut en sortir ce sera sur ces fondements :

– Pour la méthode, un travail en cheville entre bibliothécaires et médecins, fondé sur des cas pratiques ; à Clermont, la collaboration nécessaire au projet a été jugée assez féconde pour que désormais une bibliothécaire de santé et une interne travaillent ensemble à la préparation des formations documentaires.

– Sur la forme, du soin dans la réalisation, en évitant si possible ce ton docte et emprunté qui vient spontanément au bibliothécaire7 quand il s’enregistre, et qui surpasse en vertus narcotiques l’association protoxyde d’azote + morphine, et même la lecture attentive du Journal officiel couplée au visionnage d’un chef d’œuvre de Dreyer.

De justesse, Dujardin a ravi au docteur H l’Oscar 2013 du meilleur acteur. Mais à la réflexion je pense que celui d’usager du siècle fera l’affaire.

 

 

  1. L’hommage cinématographique aidant, il me pardonnera de lui assigner le rôle de « la brute qui marche » []
  2. Quand c’est hors champ ça ne compte pas. []
  3. La plateforme de diffusion actuelle est provisoire, le travail se poursuit en ce moment-même pour assurer un accès plus ergonomique et une navigation plus facile entre les vidéos. []
  4. C’est plus qu’une métaphore balourde (mais elle l’est, j’en conviens !) : le travail du docteur H s’inscrivait  dans le cadre de sa thèse d’exercice et adoptait, pour jauger les effets de la formation vidéo, une méthode de type « essai clinique ». []
  5. C’est le pôle audiovisuel de l’université qui nous a mis le pied à l’étrier avec conseil à l’achat, assistance à la prise en main et formation. Chapeau et merci ! []
  6. Horst Frank dans Les tontons flingueurs []
  7. Je précise que je n’ai pas de leçon à donner : le seul tutoriel que j’aie personnellement réalisé exerce sur moi un effet très puissant mêlant somnolence et confusion. []

Bibliothèque, web et emploi : un savant trio !

Social media, social networking, social computing tag cloud – Certains droits réservés Daniel Iversen

 

  • 22,7 % = Taux de chômage des jeunes de 15 à 24 ans au 2ème trimestre 2012 (source : Insee)
  • 30 ans = Age moyen du 1er CDI (source : Ipsos)

Parmi ceux qui trouvent un travail, une minorité décroche un emploi en adéquation avec leur projet professionnel.

« Crise », « Chômage », « Dette », ces mots résonnent dans notre esprit. Dans un marché concurrentiel où le profil recherché est souvent expérimenté, les jeunes sont les plus mal lotis. Pour faire la différence, ils doivent se démarquer.

Le constat est accablant. Mais la réponse se trouve partiellement dans le monde merveilleux du Web. C’est en partant de cette réalité que j’ai décidé d’intervenir pour les étudiants de licence professionnelle de l’IUT du Puy-en-Velay. Je vous propose dans cet article un aperçu du travail réalisé pour vous montrer comment les bibliothécaires peuvent contribuer à l’insertion professionnelle des jeunes.

La réponse est très simple : la formation et l’information.

 

Bibliothèque, Web et Emploi : quels points communs?

Avant tout, il est important de distinguer 2 développements possibles.

 

1. La formation et l’information AUX outils numériques

A l’heure du numérique, l’emploi s’exporte sur la toile. Les réseaux sociaux comme LinkedIn ou Viadeo se spécialisent pour permettre aux recruteurs de repérer des profils et aux demandeurs d’emploi d’étendre leur réseau de relations professionnelles.

Aux réseaux sociaux s’ajoutent les CVthèques en ligne et les sites gratuits ou payants de création de CV vidéo ou de CV web comme DoYouBuzz.

Tout l’enjeu de la candidature se situe dans son référencement sur le web. Quels sites pour quels parcours ? Comment mettre en valeur son profil ? Quels éléments intégrer ? Quels dangers et dérives ?

J’ai trouvé ici un premier champ d’exploitation : l’information. Formée aux outils numériques et à la recherche documentaire, j’ai décidé de dépouiller l’information et de la synthétiser. Compte-tenu de la somme d’informations récupérées et des différents champs d’exploitation possibles, j’ai développé un dossier thématique mensuel sur l’emploi destiné aux futurs diplômés. Chaque mois je décortique des outils numériques sur l’emploi. Par exemple, le dossier de novembre traite des réseaux sociaux professionnels. Celui de janvier développe les CV en ligne et les CV vidéo.

Tester, trier, extraire, sont les maîtres-mots de cette recherche pour dégager l’information utile à l’étudiant. Même formés à la recherche documentaire, les lecteurs ne sont pas toujours préparés à ce travail.

J’ai donc développé un deuxième champ d’exploitation : la formation. J’ai exercé ici l’une de mes missions essentielles pour guider le lecteur vers une autonomie et me rapprocher de mon public. Pour mon projet, je mets en place des formations co-animées avec un coach professionnel pour préparer les étudiants à l’entretien d’embauche mais également à la recherche d’emploi sur le web. Ces formations, sur inscription, auront lieu en mars. 19 étudiants des licences professionnelles Multimédia et Imagerie numérique ont répondu positivement.

 

2. La formation et l’information PAR les outils numériques

Cette présence de l’emploi sur la toile va avec l’évolution des habitudes. Les nouvelles générations passent plus de temps sur Internet. Les recruteurs vont donc là où les candidats se trouvent.

Les bibliothèques sont tout autant concernées. Elles doivent également chercher leurs lecteurs sur la toile et se développent dans le monde numérique (Ex : réseaux sociaux, site Internet, blog …).

Ce constat est d’autant plus évident dans le cas du Puy-en-Velay puisque le public cible regroupe des étudiants de licence professionnelle en alternance donc peu présents sur le site.

Le projet consiste donc à développer des outils numériques pour former et informer l’étudiant à distance.

Le dossier mensuel thématique emploi a ainsi été développé pour être diffusé en ligne sur le mini-site de la bibliothèque. Les lecteurs peuvent consulter ou télécharger le document en format PDF. Pour compléter le dossier, des acquisitions de livres numériques sur la base Numilog sont effectuées chaque mois en relation avec le sujet traité dans le dossier.

Les actions sont nombreuses. Il est possible de les décliner selon le public et les besoins pour répondre objectivement au contexte de la bibliothèque et de son environnement.

Au commencement du projet, j’avais ainsi noté quelques pistes de travail :

  1. Rencontres professionnelles : interviews de professionnels en ligne …
  2. Formations : formation à la recherche d’emploi sur le Web, rédaction d’un CV Web, réalisation d’un CV Vidéo, formation aux réseaux sociaux, …
  3. Documentation et information : bibliographies web thématiques, création d’un biblioblog spécialisé emploi, rédaction de fiches outils en ligne, acquisitions de documents numériques sur le sujet de l’emploi …

Même si je n’ai pas exploité toutes ces idées, certaines se retrouvent aujourd’hui dans le projet du Puy-en-Velay.

Pour consulter les dossiers thématiques mensuels emploi, rendez-vous sur la page dédiée sur le mini-site de l’IUT : Les dossiers mensuels sur l’emploi .

 

 

Pourquoi allier Bibliothèque, Web et Emploi ?

La question peut paraître anodine, pourtant, avant de me lancer dans ce projet, il était nécessaire de la poser. Quels apports le projet pouvait-il constituer pour la bibliothèque du Puy-en-Velay ?

L’exemple du projet du Puy-en-Velay a permis de définir deux besoins :

  1. Le développement de la bibliothèque : la structure du Puy étant fragile, je devais trouver une action assez forte pour donner envie aux étudiants de licence professionnelle en alternance de fréquenter la bibliothèque ou d’utiliser la documentation. Ce public, peu présent sur le site, est plus sensible aux outils numériques et de recherche à distance.
  2. L’insertion professionnelle des jeunes : les étudiants de licence professionnelle sont des futurs diplômés. La majorité termine leurs études à l’obtention de l’examen. Ils ont donc besoin de se préparer au marché de l’emploi.

A partir de ces besoins, j’ai déterminé 3 objectifs reliant « Bibliothèque, Web et Emploi » :

  1. Rapprocher l’Université et le monde de l’entreprise : même si beaucoup d’actions ont été mises en place dans ce sens, il est toujours important de créer une passerelle entre l’Université et les entreprises.
  2. Préparer les étudiants à l’insertion professionnelle : en proposant des formations, des rencontres, des outils numériques, les bibliothécaires contribuent à l’insertion professionnelle des jeunes
  3. Créer un lien entre les étudiants et la bibliothèque : cet objectif découle automatiquement des deux précédents. La bibliothèque devient le référent et le conseiller sur place des étudiants dans leur recherche d’emploi.

Cette définition des objectifs m’a permis de démarrer le projet en cohérence avec les missions de la bibliothèque et de l’Université.

 

CONCLUSION

Ce projet m’a donné l’occasion de rencontrer des professionnels du métier et de prendre contact avec les Bureaux d’Aide à l’Insertion Professionnelle (BAIP) des deux Universités. Les BAIP proposent des ateliers pour les étudiants sur la rédaction de CV et de lettres de motivation et pour préparer l’entretien d’embauche. Le BAIP de l’Université d’Auvergne, sensible au projet, souhaite déjà poursuivre le projet l’an prochain et félicite la BCU pour ce travail de liaison réalisé. La distance ne permet pas au personnel du BAIP de se déplacer souvent dans les antennes. Et le personnel universitaire en place n’a pas toujours le réflexe de les solliciter. En tant que personnel BCU présente sur le site, il m’a semblé opportun et utile d’assurer cette relation. La démarche étant amorcée, il reste à définir pour 2013/2014, le rôle de la BCU, du BAIP et de l’IUT dans les prochains projets professionnels.

 

Pour consulter les dossiers thématiques mensuels emploi, rendez-vous sur la page dédiée sur le mini-site de l’IUT : Les dossiers mensuels sur l’emploi .

Ma première install-party

Avant... Cliché O. Legendre (licence Creative Commons Zéro)
Avant… (photo sous licence Creative Commons Zéro)

J’ai toujours rêvé de participer à une install-party.  Non que le mot revête à mes yeux tellement de charme : je serais preneur d’une traduction française compréhensible, mais je ne suis pas sûr qu’atelier festif d’installation de système libre, ni un scintillant néologisme tel que fêtelier informatique fasse vraiment l’affaire.

Usons donc du mot pour être compris, sachant que c’est la chose qui mérite l’intérêt : il s’agit de permettre, au cours d’un atelier à caractère mi-sérieux mi-ludique (qui est un peu la marque de fabrique du monde Linux), l’installation simultanée d’un système libre sur les ordinateurs de tous les participants, sous la houlette de quelques praticiens chevronnés.
On a déjà développé dans ce blog le grand intérêt des systèmes libres, et de nombreuses bibliothèques publiques proposent, parfois avec l’aide d’associations locales de soutien au logiciel libre, des install-parties pour leurs usagers ; mais les universités n’ont pas tellement emboîté le pas dans ce domaine, ce qui est un peu paradoxal quand on sait qu’elles forment un public abondant, jeune et a priori bien disposé à l’égard d’un système informatique à coût nul. Du reste, bien des étudiants n’ont pas attendu que leurs bibliothécaires s’intéressent au libre, et notamment dans les disciplines scientifiques, ils l’utilisent depuis longtemps déjà.

Soucieux, à titre professionnel de participer à la dissémination des systèmes libres à l’université et chez les étudiants qui n’y connaitraient rien ; tenté, à titre personnel, par l’installation d’un Linux sur ma vieille machine (vous savez, celle qui a 5 ans, qui met 6 minutes à démarrer sous Windows et 7 à ouvrir un document texte) ; bref, bien décidé à tenter l’expérience à la BU, j’ai demandé de l’aide aux collègues et nous avons organisé la chose à titre interne et expérimental, puisque nous avons sur place trois informaticiens tout à fait bien disposés envers le petit manchot.

Ma première Linux party a donc eu lieu le 9 février dernier, organisée par et pour des collègues, à titre d’expérience et de formation. Brève fiche pratique pour ceux qui voudraient faire de même, et pour nous-mêmes l’an prochain.

L’organisation générale
– faire un mail à l’ensemble du personnel et recueillir les inscriptions : une dizaine sur l’ensemble du réseau (quelques 120 collègues), ce n’est pas si mal. Nous avions fixé un plafond de 12.
– demander aux participants d’apporter leur machine deux jours avant pour pouvoir se livrer à un diagnostic de leur état : une machine trop ancienne (au-delà de 5 ans) pourrait ne pas bien supporter le passage.
– leur suggérer qu’un apport de type gastronomique était bienvenu (c’est tout de même une party).

La régie

La scène... Cliché O. Legendre (licence Creative Commons Zéro)
La scène…(photo sous licence Creative Commons Zéro)

– réserver une salle à la BU et y acheminer le réseau nécessaire pour une douzaine de postes, mettre un vidéoprojecteur en place pour les démonstrations. La salle de formation classique ne se prête pas bien à cet usage (les tables sont déjà pourvues, donc encombrées, d’ordinateurs…), on a donc dévoyé une salle de réunion.

Embrouillamini de fils...
… et les coulisses. (photo sous licence CC-Zero)

– préparer les machines d’appoint (pour ceux qui n’apportent pas leur machine mais qui veulent juste voir comment ça se passe et manipuler le système) et les PC personnels déposés pour examen.

– choisir le système à installer (Ubuntu 10.04 en l’occurrence, pour ne pas surcharger les machines un peu anciennes que nous allions utiliser) et graver tous les CD nécessaires.
– animer la séance et assister au fur et à mesure ceux dont les machines donnaient des signes de faiblesse ou posaient des problèmes particuliers. Les trois collègues informaticiens disponibles ont largement suffi à la tâche, la procédure étant très bien balisée parce qu’ils sont surcompétents et surmotivés, bref des surhommes quoi.

Bilan au bout de 4 heures
Ubuntu version 10.04 est installé sur les dix machines : 4 PC personnels et 6 fournis par le service. Ces dix postes fonctionnent. Une intervention postérieure (trois minutes) sur les postes a cependant été nécessaire pour modifier les paramètres d’accès internet : ceux qui servaient lors de l’installation à l’intérieur de la BU, ne permettaient pas l’usage d’une connexion filaire extérieure, et le passage en DHCP n’est pas parfaitement géré par l’interface graphique du système.

Ma vieille machine est redevenue utilisable. Elle démarre en moins d’une minute et répond gentiment, et vite, quand je lui demande d’ouvrir un fichier.

Après ! (licence Creative Commons Zéro)
Après ! (photo sous licence Creative Commons Zéro)

Perspectives
– Organiser la même l’an prochain, mais cette fois pour les étudiants.
– Passer en dual-boot (système mixte Linux-Windows) au prochain renouvellement de postes de la bibliothèque numérique, puisque hélas notre SIGB ne tourne pas correctement sous Linux.
– … Et donc, bien sûr, changer de SIGB. Mais c’est un chantier d’une autre ampleur, donc une autre histoire et d’autres billets.

La formation des doctorants côté bibliothèque numérique, aperçu et évolution

Classe d’écoliers en Pologne – ECHR blog – Antoine Buyse

La BCU développe la formation des utilisateurs de trois manières :

  • en intégrant les enseignements aux cursus disciplinaires, notamment en partenariat avec les UFR de Staps et de Sciences et Techniques – ce qui donne lieu à évaluation et prise en compte d’une note sur les bulletins des étudiants ;

  • en intégrant le parcours de pré-rentrée des première année de Licence ;

  • et, pour le cas qui nous intéresse, en proposant un module parmi ceux à choisir pour valider le cursus de doctorat – les étudiants doivent sélectionner trois modules au choix par an à suivre.

Dans le cadre de la formation des doctorants, la BCU s’est insérée dans les modules proposés par le collège doctoral, qui réunit l’ensemble des écoles doctorales et étudiants des deux universités au sein du PRES Clermont Université. A ce titre, la bibliothèque cherche à toucher une frange élargie des jeunes chercheurs.

Le principe est le suivant : deux jours par module, soit environ 15h d’intervention, où se succèdent plusieurs collègues selon le contenu des présentations : contexte général de la thèse et de la recherche (ANR, AERES, classements internationaux, rentabilité, publications, etc.), archives ouvertes avec HAL et TEL comme exemples, les droits d’auteur, le stylage de la thèse et dépôt électronique, les références bibliographiques, Zotero et les outils de recherche en ligne et grandes ressources électroniques par discipline.

Au sein de la formation prodiguée par les bibliothécaires, la bibliothèque numérique prend en charge une heure d’atelier sur la feuille de style et le dépôt électronique. Il s’agit d’expliquer dans les grandes lignes les modalités de dépôt et montrer aux doctorants la feuille de style qui leur est proposée sous Word et OpenOffice, avec les manipulations principales à connaître.

Premiers retours des étudiants : les besoins sont très diversifiés, pour ne pas dire disparates. C’est qu’en effet le collège doctoral propose les modules à tous les doctorants et les inscriptions sont indifférenciées, qu’ils soient en première, deuxième ou troisième année, en sciences humaines ou en santé, en droit ou en sciences dures.

L’inadéquation est creusée également selon le contenu présenté par les professionnels : alors que la bibliographie semble peu utile pour une partie d’entre eux – excepté en début de première année –, Zotero et le droit d’auteur sont plébiscités, mais là encore, pas par tous.

Pour ce qui est de la feuille de style, le fossé se situe dans les pratiques entre les doctorants en sciences dures et les autres. Les premiers utilisent LaTeX, qui permet une mise en page et un stylage plus élaborés que la feuille de style attachée à Word ou OpenOffice, et la BCU ne présente pas ce logiciel (les étudiants ont d’ailleurs déjà de solides connaissances avant de commencer leur thèse, ce qui rend inutile la présentation de LaTeX). Les seconds ont souvent peu de connaissances concernant le stylage, même s’ils ont tous effectué un mémoire de master 2 auparavant.

A partir de cette expérience, la bibnum s’est demandée ce qu’elle pouvait apporter en plus à la formation des utilisateurs, ou FUT pour les intimes. Toujours prête à nouer des liens avec les autres services universitaires, elle s’est rapprochée de CréaTICE, centre de ressources, d’expérimentation et d’accompagnement pour la création de contenus pédagogiques numériques. Il s’agit de penser la formation documentaire et ses corollaires au niveau virtuel, en créant des contenus pédagogiques sous format vidéo, pour dépasser le tutoriel PDF et compléter les interventions orales face aux étudiants.

Un tutoriel vidéo ne remplace pas une explication sur support papier ou PDF, ni une intervention orale. L’enjeu d’une démonstration audiovisuelle est d’ordre pratique et très précis : on montre une manipulation spécifique, on fait un choix de préférence dans les différentes solutions permettant d’arriver au même résultat car on est limité dans le temps (pour un impact maximal, les vidéos ne doivent pas durer plus de 2 à 4 minutes). Un support textuel permet, quant à lui, d’exposer plusieurs cheminements possibles, de décomposer le processus de recherche.

Comment obtenir ces tutoriels vidéo ? CréaTICE dispose de matériel et d’équipements intéressants pour la réalisation de ceux-ci : outre le logiciel de base proposé par Mac, l’équipe dispose de Camtasia, également utilisé par le webdesign librarian Lee Wang à la Yale school of medicine (un exemple ici), et de Captivate. Ce dernier nécessite une prise en main plus approfondie car il est plus complexe d’utilisation et plus lourd à mettre en œuvre, notamment pour ce qui concerne la post-production.

A ces logiciels s’ajoute également la possibilité de dynamiser ses prises vidéo grâce à un TBI, aka Tableau Blanc Interactif. Au lieu d’effectuer les manipulations et de parler assis devant un ordinateur, l’intervenant évolue debout devant un tableau sur lequel est vidéoprojeté l’écran. Le stylet permet un fonctionnement semblable à une table graphique qui serait placée à la verticale : le fait de pointer sur le tableau agit comme si l’on cliquait à l’aide d’une souris.

Les tutoriels vidéo vont venir enrichir les plateformes d’enseignements liées aux ENT des universités, ce qui permet potentiellement, par ce nouveau moyen de diffusion, d’atteindre le public étudiant.

Panoramix – Astérix et Obélix – Goscinny et Uderzo copyright

Mais pour l’heure, on fait un casting de voix dans le service pour savoir qui enchantera de son timbre mélodieux les oreilles des étudiants…