Appel à communications : L’Open Access, questions économiques, éthiques et juridiques

Dans le cadre de l‘Open Access Week 2015, la bibliothèque numérique de la BCU organise une journée d’étude sur l’Open Access et les archives ouvertes qui se tiendra le 20 Octobre 2015 à laOpen-Access-logo Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand.

Son objectif est de mettre en évidence les aspects économiques, juridiques, mais aussi éthiques de la diffusion en libre-accès de la recherche à l’heure du numérique, en faisant converger les regards de juristes, d’économistes et de chercheurs en sciences de l’information et de la communication.

L’Open access (libre accès) est désormais en plein développement, qu’il s’agisse de la « voie verte » (dépôt des thèses et articles en archives ouvertes) ou de la « voie dorée » (publication dans des revues en Open Access). Ce développement voit converger des motivations éthiques et économiques. Il s’agit à la fois de rendre la connaissance plus accessible, plus aisément diffusable et réutilisable ; et, sur le plan économique, de répondre à la tension créée par la position dominante d’un petit nombre d’éditeurs scientifiques, en diminuant les coûts supportés par le monde scientifique pour la diffusion de la connaissance. Sur le plan juridique, dans le contexte mouvant de la propriété intellectuelle à l’ère du numérique, le courant du libre-accès contribue à faire bouger les lignes en imposant une distinction entre archivage et publication, tout en levant la barrière de l’accès. Il pose, à cause de cela, de très nombreuses questions de droit, qu’il s’agisse de l’articulation entre le droit d’auteur et l’archivage en ligne, de la question des embargos, des licences Creative Commons, etc.

Les propositions de communication, qu’elles émanent de juristes, d’économistes, ou de chercheurs en sciences de l’information et de la communication, tenteront de répondre aux nombreuses interrogations suscitées par le libre-accès à l’intersection entre droit, éthique et économie : comment le libre accès prend-il place dans le paysage juridique et économique actuel de l’édition scientifique ? Quels changements y produit-il ? Son succès remet-il nécessairement en cause les processus d’évaluation, les effets de notoriété ou le fonctionnement économique du circuit actuel ? Permet-il le maintien d’une démarche d’évaluation scientifique pleinement efficace ? Sur le plan juridique, de quelle armature le libre-accès s’est-il doté ? Est-elle suffisante aujourd’hui pour répondre au besoin des chercheurs et à la demande de la société ? Le développement du libre-accès est-il susceptible d’influer sur le droit d’auteur lui-même ?

Conjointement à ces communications, une table-ronde aura lieu, en présence de Serge Bauin, chargé de mission pour le libre-accès à la direction de l’IST du CNRS et auteur du récent rapport : « L’Open Access à moyen terme, une feuille de route pour HAL », d’ un représentant du CCSD (centre pour la communication scientifique directe), et de chercheurs clermontois utilisateurs de HAL. Cette table ronde permettra notamment :
d’évoquer l’usage actuel et l’avenir de HAL, plate-forme nationale du libre-accès ;
d’interroger les différents usages des archives ouvertes par les chercheurs clermontois ;
d’évoquer les autres archives ouvertes institutionnelles des EPST du site (ProdINRA, CEMOA d’IRSTEA), ainsi que de leurs échanges avec HAL.

Proposition à envoyer au plus tard le 20 AVRIL 2015 à : camille.meyer@clermont-universite.fr ; olivier.legendre@clermont-universite.fr

2015 en 10 résolutions

Parmi les bonnes résolutions de l’année figure, en bonne place, celle de publier de temps en temps sur ce blog1. Prudent, je ne m’engage pas à tenir un rythme, qu’il soit hebdomadaire ou semestriel. Mais pour m’obliger à commencer je livre un échantillon de nos projets 2015,  assez succinct pour laisser la possibilité de futurs billets, au fil des avancées irrésistibles et des captivants rebondissements et qui se produiront fatalement au cours de l’année.

Voici donc, en exclusivité, et aussi en toute intimité pour les rares avisés-lecteurs-de-l’Alambic ayant survécu à 6 mois de silence, notre programme 2015 en 10 résolutions.

Un peu de politique documentaire

Résolution n° 1 : réinformatisation

La BCU est l’un des établissements pilotes du projet SGBM. L’opération va prendre du temps (le calendrier initial du projet a glissé un peu, comme il est de règle pour les grands chantiers) de sorte que le déploiement du nouveau système pourrait avoir lieu en 2016-2017. Mais ce temps nous sera amplement nécessaire pour mener le considérable travail de nettoyage des données qui nous attend2. Dédoublonnage, suppression de notices sans exemplaires et d’exemplaires sans notices, retraitement de sous-ensembles mal catalogués, homogénéisation des méthodes de travail, ce vaste programme mobilise déjà un groupe de catalogueurs d’élite de toute de la BCU, lesquels ont du pain sur la planche pour les deux ans à venir et au-delà. Vous lirez très probablement, un de ces jours, un billet plus approfondi sur ce qui nous a conduits dans le projet et sur la façon dont la BCU prépare sa migration.

Résolution n°2 : acquisitions

A bin of books, by Jane Cockman (Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale).
Cliché  Jane Cockman
LOGOccby-nc

Avec une très grande originalité, du côté des achats (revues, bases de données, livres) la BCU entame l’année 2015 en accélérant la transition de l’imprimé vers l’électronique. Pour être plus clair, et justifier la mention dans ce billet d’un phénomène qui touche à peu près toutes les bibliothèques du monde, il s’agit d’une accélération de l’accélération. Le service assuré par feu notre agence d’abonnements nous a convaincus qu’il fallait dépenser autrement moyens et énergie. Les listes d’abonnement imprimés ont donc été réduites au strict minimum3, de façon à nous permettre de traiter ce qui en reste en liaison directe avec les éditeurs, et autant que possible en format électronique. Adieu les liasses d’abonnements, sans regret, je crois.

Investing, publié sur FlickR sous le pseudonyme de "401(K)2012", sous licence Creative Commons Paternité, Partage à l'identique.
LOGOccby-nd  http://401kcalculator.org/

 

 

Une fois épongés 1°) le passage de l’imprimé à l’électronique (parfois c’est plus cher) 2°) la baisse budgétaire 3°) l’inflation et 4°) l’évolution du change dollar/euro, la marge de manœuvre dégagée nous permet d’élargir deux ou trois abonnements principalement en lettres, chichement dotées en électronique jusqu’ici. Heureusement, les licences nationales viennent enrichir la matière disponible. Autre opération importante longtemps attendue et qui va nous faire progresser à grands pas vers l’inaccessible horizon de la bonne gestion, nous instruisons le dossier de déduction de la « TVA recherche » pour l’appliquer dès cette année sur l’essentiel de nos abonnements. Pas de petites économies.

Résolution n° 3 : production

Une autre grande transition est en cours, qui déplace notre effort de la documentation acquise (par nous) à la documentation produite (par les chercheurs de Clermont). Dans ce domaine, on poursuit les efforts entamés depuis trois ans, qui tournent autour de l’accès ouvert sous ses deux formes :

1. Voie verte : nous travaillons sur de la communication vidéo et préparons une journée d’ateliers autour de HAL, pour accroître le nombre de dépôts et de déposants ;
2. Voie dorée : pour soutenir la création de revues en libre accès (quelques billets ici en ont déjà parlé), a été créé fin 2014 à Clermont-Ferrand un pôle éditorial numérique qui regroupe la bibliothèque, les presses universitaires et la maison des sciences de l’homme. Le rôle précis de chacun est encore à définir, mais un outil de travail collectif est en place, c’est un excellent début.

Résolution n° 4 : numérisation

La politique de numérisation s’infléchit : la perspective initiale était de « bâtir des bibliothèques numériques » adossées à des projets scientifiques. Cette démarche a porté des fruits, dont plusieurs projets présentés sur ce blog : Glangeaud, EVE, ThinkMotion… Cette façon de travailler a eu deux limites :

1. elle nous a amenés à numériser, pour l’essentiel, des ouvrages extérieurs à nos fonds. Nous prospectons maintenant dans les fonds de la bibliothèque, dont l’intérêt scientifique ne fait pas de doute. Nous programmons en ce moment le traitement d’un premier ensemble appartenant au fonds Bastaire. Vous devriez en entendre parler dans l’année.

2. nous avons abouti à des sites web hétérogènes : internes ou externes, hérités ou conçus, produits ou hébergés, reposant sur des outils différents… L’ensemble est difficile à maintenir. Nous visons donc le déploiement d’un logiciel de bibliothèque virtuelle4, qui doit permettre à la fois la gestion interne des ouvrages numérisés, et leur exposition publique. Nous avions opté initialement pour un développement interne mais nous avons reconsidéré ce choix l’an dernier parce qu’il se heurtait à des obstacles techniques importants et manquait de prudence5. Nous allons donc nous tourner vers un outil existant. Actuellement, un groupe projet constitué d’étudiants examinent les divers outils disponibles. Le choix n’est pas infini, il est assez bien balisé, nous espérons aboutir à une décision au printemps, et pouvoir commencer cette année l’installation et le test de l’outil : nous avons des collections qui attendent !

Un peu d’informatique

Résolution n° 5 : évolution (du site web)

Cette année commence la mise en œuvre d’un nouveau mode d’évolution du site, fondé sur deux principes :

1. suivre pas à pas les évolutions techniques du logiciel (une mise à jour est en cours, sans changement de contenu ou presque)
2. organiser chaque année des tests d’utilisateurs pour recueillir leur appréciation et améliorer le site en fonction de ces tests.

Les premiers tests ont eu lieu à l’automne et ont porté sur le catalogue en ligne. Le debriefing aura lieu dans les prochains mois et déclenchera une première opération d’amélioration de notre outil de découverte. Le site web viendra ensuite (il est plus logique d’effectuer les tests d’utilisateurs une fois passée la mise à jour technique).

Résolution n° 6 : relation (avec les utilisateurs)

L’autre projet important sur le web est la mise en place d’un guichet unique de service en ligne appuyé sur un logiciel de support (OTRS), pour unifier tous nos canaux d’échange avec les utilisateurs, et remplacer les adresses institutionnelles, les formulaires d’échange, etc. C’est un projet assez intéressant, un peu en décalage avec les habituels services de renseignements en ligne (c’est un peu pour cela qu’il m’intéresse, j’avoue). Il y aura un petit billet détaillé dessus en fin d’année, promis.

Résolution n° 8 : migration (des fichiers)

Ferme de serveurs
Cliché: Simon Law 
LOGOccby-sa

La semaine dernière, les répertoires de travail quotidien des agents de la BCU ont été déplacés de notre petite « salle des machines » locales (longtemps réputée pour ses problèmes d’électricité et de climatisation) vers un serveur virtuel situé au centre de ressources informatiques dans une « salle serveurs » digne de ce nom6. Pratiquement personne ne s’en est aperçu, et c’est très bon signe : la migration (environ 800 Go) s’est faite sans coupure grâce aux outils déployés depuis un ou deux ans. L’étape suivante est la mise en place d’un plan de reprise d’activité (PRA) reposant sur nos propres machines, plus fragiles, mais utilisables comme roues de secours, pour faire tourner un processus régulier de duplication des données. La sécurisation est en marche.

Résolution n°9 : formation (avec les collègues)

Dans le même temps, la formation de 5 collègues issus des principales BU suit son cours, ce qui permet aux informaticiens de leur mettre en main les connaissances nécessaires à la gestion de proximité et garder le contact avec les nécessités de chaque site. Après avoir maîtrisé fin 2014 gestion des fichiers sur le réseau, traitement des incidents, processus de mise à jour, prise en main de fonctions avancées de l’ENT, ils vont maintenant se pencher sur les systèmes Linux, les logiciels de messagerie, la bureautique ou les questions de sécurité. Et peut-être accepteront-ils de raconter ici ce qu’ils en auront pensé ?

Résolution n°10 : expérimentation (d’imprimantes)

Je termine en mentionnant (il me fallait mes dix items) une petite expérimentation technique en cours : nous nous sommes fait livrer une imprimante « à ticket » (déjà en service dans les médiathèques ici et sûrement dans bien des BU). Si les tests sont concluants, ces appareils robustes remplaceront avantageusement les imprimantes de bureau mal adaptées à cet usage que nous utilisons encore.

Avant de clore ce pêle-mêle, il est juste de souligner (mais l’avisé lecteur l’aura compris) que la plupart des projets évoqués reposent sur d’autres que moi, et que mes collègues auront beaucoup de travail cette année. Quant à moi je compte, selon mon habitude, les regarder faire, les encourager avec enthousiasme (ou les aider dans les cas d’extrême urgence), et raconter leurs exploits ici (à moins qu’ils ne le fassent eux-mêmes, ce qui m’obligerait).

Tony Delgrosso, Lazy
Tony Delgrosso, LazyLOGOCCby-nc-sa.eu

 

 

  1. L’appel à contributions ne compte pas, soyons honnête ! []
  2. Quelle meilleure occasion qu’un déménagement pour ranger ses affaires ? []
  3. c’est-à-dire, tout de même, plus que divisées par deux dans l’ensemble des bibliothèques ! []
  4. Les bibliothécaires appellent cela une GED, mais le mot a un tout autre sens en informatique ; je pense que « logiciel de bibliothèque virtuelle » est plus clair. []
  5. Réinventer l’eau tiède ou la roue n’est déjà pas facile, mais ici, si j’ai bien compris le diagnostic posé par mes collègues, il s’agissait plus ou moins de refabriquer, armé seulement d’un couteau suisse, la roue à eau tiède qui coupe le beurre et distille le café ; ça aurait pu marcher, mais ni très bien, ni très bientôt. J’avais validé ce premier choix, mais je ne crois pas indispensable de s’acharner par fidélité à une erreur initiale. []
  6. C’est-à-dire un de ces endroits magiques, sans fenêtre, où l’on entre avec un casque anti-bruit, où la chaleur produite par les machines permet de chauffer le campus (j’enjolive un petit brin) et où des petits voyants multicolores clignotent dans des travées obscures peuplées de caissons métalliques noirs, au milieu d’une symphonie de bip-bips inquiétants. []

Un portail HAL pour un meilleur service aux chercheurs.

Open Access Land, near Woodhouse Farm (CC BY-SA 2.0) Attribution: Mick Garratt

Depuis quelques jours, Clermont Université a désormais son portail HAL, qui rassemble les publications scientifiques déposées par les chercheurs des deux universités clermontoises, l’Université Blaise Pascal et l’Université d’Auvergne.

Trois ans avant la fusion annoncée des deux universités, nous préparons le terrain pour valoriser la recherche de la future université unique.

La production scientifique des laboratoires gagne en visibilité. Avec http://hal-clermont-univ.archives-ouvertes.fr/ à la racine du site, le portail assure aux publications déposées un meilleur référencement valorisant le site clermontois.

Ce portail s’articule aux collections HAL de l‘UBP, de l’UdA et à celles des laboratoires, selon une architecture hybride, permettant à l’usager d’accéder à la production scientifique à tous les niveaux institutionnels.

Puisque nous avons la main sur l’outil, résumons tout ce que l’on peut faire avec un portail HAL pour mieux valoriser les publications scientifiques des chercheurs.

En tant qu’administratrice du portail, je peux gérer les pages web:  éditer la page d’accueil en html, changer l’apparence graphique du site en personnalisant sa feuille de style CSS, et rédiger des news. Ici, nous avons choisi une interface sobre et claire qui met en exergue le cadre institutionnel de la communauté d’universités.

Le portail HAL permet aussi de créer et modifier les données d’un laboratoire pour garantir la correcte affiliation des chercheurs, en donnant à leurs publications plus de lisibilité, dans le cadre de la structuration de la recherche. En amont, cela suppose de suivre les mouvements de création, de fusion, voire de disparition des laboratoires au sein des universités.  Un exemple : L’Institut de chimie de Clermont-Ferrand a été créé en 2012 par la fusion de cinq unités de recherche. Il a donc fallu rassembler  les publications de ces cinq unités pour créer la collection de l’ICCF. Un travail important est encore à entreprendre avec l’Université d’Auvergne, pour améliorer la visibilité des publications des chercheurs issus des différents laboratoires de médecine. Dans la même optique, le portail HAL permet la gestion des tutelles. Le référentiel des laboratoires est désormais à portée de main.

Autre fonctionnalité, très appréciable pour une meilleure qualité des données : la gestion des auteurs. Le principe est très simple : il s’agit juste de supprimer les doublons au niveau des identifiants auteurs, pour que toutes les publications d’un même chercheur soient bien rassemblées. Là encore, l’outil offre aux chercheurs du site une meilleure visibilité.

Un administrateur de portail HAL peut également s’occuper de la gestion des collections, qui permettent de mettre en valeur les publications d’une université, d’un laboratoire, d’un auteur, d’un projet ANR ou d’un colloque, grâce à une interface graphique adaptée et spécifique.

Pour une meilleure qualité des données, il est également possible de supprimer en un clic les doublons, c’est-à-dire les articles en double dans la base de donnée.

Last but not least, le portail HAL permet d’accéder plus facilement aux statistiques. Voici à titre d’exemple la courbe correspondant au cumul des dépôts en texte intégral pour les deux universités clermontoises.

L’augmentation des dépôts a été très significative ces deux dernières années, grâce aux actions de sensibilisation des chercheurs, et au réseau des référents HAL des labos.

Gageons qu’à l’avenir, les chercheurs déposeront à foison leur production scientifique dans ce nouveau portail, pour favoriser le libre accès aux résultats de leur recherche.

 

 

HAL : Et si on passait au portail ?

Cela fait maintenant presque un an que la collection HAL de l’Université Blaise Pascal est bien connue à l’Université. Grâce aux formations dispensées, et aux relais des laboratoires, le nombre de dépôts a considérablement augmenté : 2408 articles et bientôt 9011 notices aujourd’hui, soit un quart de publications de plus qu’en Février dernier.

Mais on aurait vraiment tort d’en rester là. Le pas en avant, le changement à accomplir, dès maintenant, ce serait apparemment, de la collection, passer au portail.

Portail de l’ancienne église Saint-Lô, par zigzagou 76 (CC BY 2.0) Flickr

D’abord, tout le monde le dit. Enfin, nos lecteurs les plus avisés, qui nous contactent, curieux, intrigués : « Mais enfin, pourquoi donc n’avez-vous pas de portail ? »
Comment se fait-il qu’une bibliothèque qui dessert l’ensemble des établissements du PRES Clermont Université ne dispose pas encore de portail HAL ? Retour sur la genèse d’un choix et les raisons d’une hésitation.

La collection, pour commencer, était opportune. Outil idéal pour valoriser les publications, la collection est souple et modulable, facile à créer et à administrer.

La première collection que nous avons mis en place fut la collection des thèses des Universités de Clermont, qui est aujourd’hui complétée de l’ensemble des thèses électroniques antérieures à STAR, soit 689 thèses. Cette collection mutualisant les thèses des deux universités auraient pu s’étendre aux autres établissements du PRES pour former l’embryon d’un portail réunissant l’ensemble de la production scientifique en accès-libre de Clermont Université. Mais l’idée n’était pas encore mûre, et des réticences s’annonçaient au sein de plusieurs établissements. C’est donc d’abord avec l’Université Blaise Pascal que la BCU a entrepris de collaborer pour développer une archive ouverte institutionnelle propre.
Nous avons donc commencé par une collaboration avec un laboratoire, le CHEC (Centre d’Histoire Espace et Culture) avec lequel la BCU a noué depuis lors de multiples et fructueux partenariats. Puis, par un effet boule de neige, d’autres laboratoires ont suivi, désireux d’avoir aussi sur HAL leur propre collection, leur propre vitrine scientifique en accès libre, en résonance avec leur site web. Nous avons alors amélioré la collection de l’Université Blaise Pascal, avec des liens vers les collections créées de chaque laboratoire.
Cette collection HAL de l’UBP nous donne satisfaction, dans la mesure, où, avec les formations dispensées, le nombre de dépôts a beaucoup augmenté. Il est assez aisé, pour les administrateurs, de corriger les erreurs qui se glissent subrepticement parfois au moment de la saisie des métadonnées par les chercheurs. Mais nous n’avons pas la main sur le référentiel des laboratoires. A chaque fois que nous devons créer une collection, en fusionnant par exemple plusieurs laboratoires, nous devons passer par le CCSD, avec qui nous avons par ailleurs des rapports très cordiaux. Avoir un portail nous rendrait à cet égard plus autonome.
La gestion du référentiel demeure donc une une différence fondamentale entre portail et collection. L’interface d’administration des portails HAL permet de plus facilement dédoublonner les autorités, corriger les erreurs, et donc d’assurer une meilleure qualité des données. De la même manière, comme toutes les données sont centralisées, la gestion des statistiques des portails est plus fine que celle des collections.

Une autre différence majeure réside dans l’interface des déposants. Le principe d’un portail, ce qui fait sa spécificité, c’est que les chercheurs y déposent directement leurs publications. Bien sûr, rien ne les empêche de passer par l’interface de dépôt générique de HAL. Mais la raison d’être d’un portail, c’est cette interface de dépôt, qui peut être paramétrable. Il est effectivement possible d’y ajouter des métadonnées spécifiques, internes à l’établissement. Et également de proposer aux chercheurs de déposer d’autres types de publications, qui ne sont pas pris en charge par la base de données HAL, par exemple des posters, des mémoires d’étudiants, ou des rapports de recherche, et d’étendre ainsi le spectre des types de publications déposées.

Autres différences, subsidiaires : le portail a une url qui constitue un véritable nom de domaine, plus facile à retenir. Et les possibilités graphiques, notamment sur la page d’accueil, sont considérablement élargies.

Autre avantage, et non des moindres, le portail renforce la dimension institutionnelle de la recherche.  Déposer dans le portail de l’institution, c’est pour le chercheur, indirectement, apporter sa pierre à l’édifice des connaissances disponibles en libre-accès au sein de son institution. De fait, les portails sont conçus pour les universités, les grandes écoles, les EPST. Quand on regarde la liste des portails  sur le site de HAL, à notre grande surprise, ne figure aucun portail de PRES, à l’exception de celui de ParisTech. L’idée nous a effleuré à Clermont de mettre en place un portail HAL pour le PRES Clermont Université, dans la mesure où la BCU est un service du PRES. Mais on voit bien le genre de réticences auxquelles on peut être confronté.
Pour qu’un tel portail puisse être conçu, il est nécessaire que le Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur ait une forte identité scientifique, que les membres de toutes les institutions qui le composent lui reconnaissent une certaine légitimité, et adhèrent unanimement au sentiment d’appartenir à la même structure. La BCU étant un département du PRES, il serait tout à fait cohérent qu’elle mette en place un portail libellé Clermont Université. Cela s’inscrirait tout à fait dans les missions du PRES, dans la droite ligne d’une visibilité accrue du site universitaire clermontois. Et comme la production scientifique réalisée au sein de chaque établissement membre se doit d’être signée « Clermont Université », il serait logique que cette production soit rassemblée au sein d’un portail du même nom, dans une optique de mutualisation au service de la valorisation de la recherche.

Mais pour véritablement nourrir notre réflexion, nous devons également envisager les évolutions de HAL. Nous savons que le CCSD nous promet une nouvelle version pour le printemps 2013. La réunion des administrateurs de Juin dernier nous a permis d’entrevoir quelques unes de ces évolutions, dont cet article de Laurent Capelli nous donne aussi un  concis aperçu. Or, si la différence entre portail et collection demeurera effective au printemps prochain, il sera plus aisé d’accéder au référentiel des laboratoires. Tous les référentiels, qu’il s’agisse de référentiel de données d’autorité ou de laboratoire, seront en effet accessibles via une API autonome, « un accès unifié au référentiel de HAL » . Cette application permettra de mieux gérer les données. Les possibilités d’améliorer la qualité des données seront élargies, grâce à la possibilité d’éditer des listes de données « incohérentes » à corriger. Enfin, d’autre types de données, comme les vidéos, pourront être déposées.
La question de la nécessité d’un portail se doit d’être reposée à l’aune de ces évolutions majeures.
Une interface de dépôt unique pour l’ensemble des établissements du PRES serait-elle envisageable à l’avenir ? Il est sûr qu’un tel portail de Clermont Université renforcerait la visibilité du site, et renforcerait sans doute pour les chercheurs le sentiment d’appartenir au PRES. Un tel portail renforcerait sans doute aussi l’implication de la BCU dans la valorisation de la recherche clermontoise. De façon très concrète, nous pourrions établir un lien du site de la BCU à ces archives ouvertes institutionnelles.
Mais à l’heure actuelle, il est sans doute trop tôt pour envisager la construction d’un tel portail mutualisé. Les établissements du PRES doivent être bien sûr consultés à ce sujet.

Il est sans doute plus sage d’attendre l’émergence de la nouvelle version de HAL pour envisager à nouveau frais la question. Et d’ici là, continuer le travail de formation au dépôt au sein des laboratoires. Et convaincre aussi les chercheurs les plus réticents, pour que la voie verte s’impose dans le paysage universitaire auvergnat.

 

Série de l’été : un succès, un regret, un projet (5)

Un des succès de l’année écoulée fut la mise en place et l’amélioration de la collection HAL de l’Université Blaise Pascal. Tous les laboratoires de l’Université Blaise Pascal ont désormais leur collection spécifique. Des formations ont été dispensées, en coordination avec les référents HAL des labos. Ces formations ont été très bénéfiques, et dans certains labos, elles ont amorcé un changement de politique, en matière de diffusion des publications en ligne. Par exemple au laboratoire ACTé, où, à partir de janvier 2013, les listes de publications des membres sur le site web du labo seront directement extraites de l’archive ouverte HAL. La collection HAL de l’UBP comprend aujourd’hui 2252 articles en texte intégral, et 8890 notices. Soit une progression des dépôts de 20% depuis le moment où j’écrivais ce billet. Le déséquilibre entre les articles en texte intégral et les notices tend à se résorber. Mais il reste encore du travail à accomplir pour que HAL devienne l’outil incontournable de diffusion de l’Information Scientifique et Technique à l’Université Blaise Pascal. Continuer les formations dans tous les labos, désigner des référents HAL dans les labos qui n’en ont pas encore. Nous avons commencé à participer à l’amélioration de la plate-forme au niveau national, mais il nous faut aussi envisager l’amélioration des outils de gestion des publications en interne. Pour l’instant, c’est la collection que nous avons plébiscitée, plus souple et plus adaptée aux usages des chercheurs. Mais il nous faudra peut-être envisager à plus long terme de recourir au portail, qui permet d’avoir la main sur le référentiel. Et quid de HAL à l’Université d’Auvergne ? Pour l’instant, c’est juste une collection extraite automatiquement parmi tant d’autres. Avant de travailler à la valorisation et au développement de HAL à l’Université d’Auvergne, il faut d’abord qu’un accord soit conclu au sommet. A la BCU, HAL a encore un bel avenir devant lui.

c’est payé Non, je ne regrette rien – Edith Piaf (CC BY-NC-ND 2.0) par Pollobarba sur Flickr

 

S’il nous faut relever ce qui est dommage, ce qui nous laisse un léger sentiment d’insatisfaction, et bien je pense spontanément à la collaboration entre la bibnum et le CTD, le Centre Technique du Document, qui depuis le premier juillet dernier, n’existe plus. Cette collaboration s’articulait autour de la diffusion des thèses antérieures à STAR dans TEL, puisque c’est l’outil que nous avions choisi pour diffuser nos thèses en ligne. Je diffusais les thèses dans Tel et ma collègue du CTD établissait le lien vers la thèse en ligne dans le SUDOC. L’annonce de la disparition du CTD nous a fait avancer très vite. Heureusement, le chantier est presque terminé. Les thèses de 2003, 2004, 2005, 2006, 2007 et 2010 ont été mises en ligne. Ne restent plus que celles de 2008 et 2009 à mettre en ligne. Cela sera fait très vite.

Un projet ? Il est difficile de n’en parler que d’un seul, tant ils foisonnent, les projets intéressants. J’en évoquerai donc plusieurs : D’abord, l’Intranet de la BCU. Après avoir réalisé l’analyse de l’intranet existant, nous avons convenu de mettre en place un nouvel intranet afin de mieux répondre aux besoins des personnels de la BCU. J’ai donc proposé une maquette story-board du nouvel Intranet, avalisée par les représentants de la BCU. Un groupe de travail « Intranet » s’est mis en place, pour recueillir les besoins des personnels. A la maquette initiale, qui proposait une arborescence et une typologie des contenus à mettre en ligne, ont été ajoutées plusieurs fonctionnalités, comme les pages web détaillant les attributions de chacun, reliées à l’annuaire LDAP de l’Université. Le nouvel Intranet demeure une priorité à la BCU. Quatre étudiants de la licence « gestion des ressources documentaires » de l’Université Blaise Pascal vont travailler sur ce projet. Ils vont recueillir au sein des différents services les contenus à mettre en ligne pour les mettre en forme selon une structure définie en amont : une réflexion éditoriale sur l’architecture des contenus préalable à leur mise en ligne.

Les autres projets, je ne vais que les énumérer : un site web sur la poésie contemporaine, la participation au projet LIDO de la MSH, la mise en ligne de la revue Siècles sur la plate-forme Revues.org en collaboration avec le CHEC et les PUBP. De beaux projets en perspective.

HAL à la BCU : Plus de dépôts pas à pas.

Le détournement de HAL

Bien avant que la bibnum ne prenne en charge la gestion des publications sur l’archive ouverte HAL, la formation des déposants, la création de collections spécifiques pour les laboratoires et pour les universités, les chercheurs des institutions du PRES clermontois s’étaient déjà emparés de HAL. Mais d’une manière détournée, comme me l’a indiqué au passage Monsieur Thierry Chanier, directeur du Laboratoire de Recherche sur le Langage et fervent défenseur du mouvement du libre accès. Mais que signifie ce détournement de HAL en Auvergne ? C’est simple, il suffit de jeter un coup d’œil rapide à la collection de l’Université Blaise Pascal en cours de construction, qui existait depuis longtemps déjà en sa plus simple et automatique extraction. Les chiffres parlent d’eux-même : à ce jour, on dénombre 1821 articles, et pas moins de 8355 notices. Cette proportion de notices apparaît faramineuse. Pourquoi tant de références bibliographiques sans articles associés ? HAL a bien été détourné de sa fonction première : donner intégralement accès aux publications des chercheurs en ligne, pour accélérer la communication scientifique directe, et proposer une alternative aux prix exorbitants des éditeurs commerciaux.

HAL à la BCU

A la BCU, l’enjeu est donc actuellement de faire de HAL l’archive ouverte institutionnelle de référence, et non pas seulement bibliographique. Que les doctorants, les enseignants, et les chercheurs des institutions du PRES y déposent leurs publications, et considèrent cet outil essentiellement comme un outil de partage, de diffusion et de valorisation de la recherche en train de se faire au sein des universités. Tout un programme, que nous avons décliné en plusieurs étapes.

D’abord les thèses. La bibnum a orchestré la mise en production de STAR pour le traitement des thèses électroniques, accessibles depuis HAL-TEL. Pour valoriser les thèses des deux universités clermontoises, nous avons réalisé la collection des Thèses des Universités Clermont I et II, en harmonie avec le site de la BCU, et sa rubrique thèse.

Deuxième étape : Inciter à la mise en ligne des publications dans HAL, et donner toutes les clés aux chercheurs pour un dépôt facilité.

Afin de mettre en mettre en place une stratégie d’incitation au dépôt dans HAL à l’échelle de l’Université Blaise Pascal, nous avons commencé à travailler à l’échelle d’un laboratoire. Le CHEC, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », fut ce laboratoire pilote.

On créa la collection HAL des publications du CHEC, afin d’encourager les chercheurs au dépôt. L’enjeu était aussi de faire prendre conscience aux chercheurs qu’en y déposant leur publications, ils participaient à la valorisation de la recherche au CHEC. Pour que les chercheurs s’approprient HAL comme leur outil commun, l’interface de la collection fut conçue en écho avec le site du labo.
Deux sessions  de formation au dépôt dans l’archive ouverte furent planifiés conjointement par la BCU et le CHEC, à destination de tous les doctorants et enseignants chercheurs du laboratoire. Cette campagne d’incitation au dépôt prit la forme d’une campagne de communication. Mailing à tous les membres du CHEC, annonce de la formation proposée sur le site web du labo. Cette pré-campagne dépassa les attentes escomptées. Le nombre d’inscrits fut tel qu’une troisième session de formation fut organisée.
Ces formations firent l’objet d’une préparation rigoureuse. L’enjeu était  de préparer les chercheurs au dépôts, mais aussi d’encadrer, dans une certaine mesure, la mise en ligne, afin d’établir une homogénéité formelle des publications en ligne du CHEC. A cette fin, et aussi pour contextualiser les dépôts, une fiche type fut créée, qui allait permettre aux chercheurs de renseigner les métadonnées essentielles, pour que ces informations figurent en première page des articles publiés dans la collection HAL du CHEC. Un manuel HAL  dédié au CHEC fut aussi co-rédigé. Pour la formation, on demanda aux chercheurs d’amener une  de leurs publications sur une clé USB. Cette formation se révéla essentiellement pratique. Après une présentation générale de HAL et des questions juridiques liées à la mise en ligne des articles, les chercheurs déposèrent donc directement leur publication. A l’issue de la formation, certains chercheurs décidèrent de déposer l’ensemble de leur publications en ligne. Cet enthousiasme et cette pratique nouvelle du dépôt fait émerger de nouvelles questions. Quid des anciennes publications éditées avant le traitement de texte informatique ? Il n’est pas toujours évident de disposer du fichier informatique de tels articles… La question reste ouverte, mais on envisage déjà des solutions d’océrisation.
Bilan : après la dernière séance qui eu lieu mardi dernier le nombre des publications de la collection du CHEC a doublé. Un succès manifeste, lié sans aucun doute à cette collaboration institutionnelle entre le labo et la bibliothèque. Voilà une expérience à renouveler avec les autres laboratoires de l’université.

Référente HAL de la BCU, j’envisage mon rôle de gestionnaire et de coordinatrice de l’archive ouverte institutionnelle HAL en étroite synergie avec les laboratoires et le Centre pour la Communication Scientifique Directe. Créer des collections, organiser des formations, mener des campagnes d’incitation, accompagner les chercheurs en proposant des outils et des méthodologies pour faciliter les dépôts, assurer une gestion rigoureuse des métadonnées. Telles sont ces missions croisées.
A la BCU, le travail ne fait que commencer. Un immense chantier en perspective. Il faut déblayer le terrain, dédoublonner et mettre à jour les « laboratoires connus de HAL »,  pour que l’archive ouverte épouse les mutations de la recherche à l’Université.
Arriverons-nous à donner à HAL son sens premier, pour qu’il donne accès à l’ensemble des publications de l’institution ? Arriverons-nous à enrayer l’usage détourné de HAL, à inverser la proportion des dépôts par rapport aux simples références bibliographiques ?
Le défi reste entier !

Expédition scientifique au Lac Pavin par une équipe du LMGE
Copyright Jerôme Pallé Université Blaise Pascal