Un outil de découverte libre : poster pour les JABES

Nous avons eu la joie de présenter cette semaine notre poster lors des Journées ABES. Léonard Bourlet et moi-mêmes étions présents pour parler de notre travail mais je dois rendre hommage aux principaux artisans de ce poster, Mathieu et Karine.

Présentation du poster aux JABES 2013
Présentation du poster aux JABES 2013

 

Il nous est apparu très vite que le sujet à développer serait Blacklight et sa mise en œuvre. Nous avons voulu restituer notre expérience. Mathieu Bacault a donc conçu le scénario du poster en privilégiant l’aspect chronologique et les étapes du projet, de la réflexion initiale à la mise en production. C’est cette idée de fil conducteur qui nous a menés à la Linea.

Partant de là, Karine Vazeille a réalisé le poster, du dessin à la mise en page (avec Illustrator). Elle a repris le style de la Linea, en modifiant le dessin de la tête notamment, et a conçu toutes les illustrations et les boutons. Le tout en une quinzaine de jours. L’imprimeur a d’ailleurs fourni le poster la veille du pont de l’Ascension, donc juste avant le départ pour Montpellier.

Sur place, nous avons subi une petite douche froide en constatant que les panneaux n’étaient pas adaptés à un poster horizontal ! Et nous étions les seuls à arriver avec un tel format… Bref, voici le poster :

Poster Blacklight image

Poster à télécharger en version PDF (2,60 Mo)

Quelques commentaires sur : ERMS et Sudoc (Journées ABES 2011)

Pour mes premières Journées ABES, j’ai assisté, entre autres, à l’atelier concernant le projet Couperin d’ERMS partagé et son intérêt pour l’ABES.

Je ne m’attarderai pas sur les conclusions du groupe pilote sur la solution d’ERMS proposée par Proquest : le fonctionnement de l’outil n’est pas adapté à la mutualisation puisqu’il n’est pas possible de faire des ajustements sur les bouquets dans les instances locales. Il semble donc que les objectifs de Couperin, qui procèdent d’une vision macroéconomique, et ceux des établissements, qui requièrent une gestion fine des ressources, soient inconciliables au sein d’un même outil.

Chausse pied
Chausse pied, axelletourmetz, Flickr

L’analyse comparative de l’ERMS et du Sudoc est intéressante, pour l’ABES comme pour nous. L’ABES a pour mission de signaler toutes les ressources disponibles dans le réseau et nous avons, nous bibliothèques, pour vocation de signaler toutes nos ressources à nos usagers. Or, nous avons pressenti depuis fort longtemps que nos catalogues, entendez nos SIGB, ne sont pas les mieux à même de rendre compte des fluctuations subies par les ressources électroniques. En d’autres termes, ce n’est pas par flemme ni attentisme que nous ne cataloguons pas les ressources électroniques en Unimarc. C’est parce que les catalogues, et le Sudoc en est un autre, gèrent bien des stocks, mais pas des flux.

En la matière, les bases de connaissance des outils de type A-Z sont imbattables. Les données sont bonnes, régulièrement mises à jour par des équipes de 40-50 personnes, l’ergonomie et le format de description sont bien appropriés, etc.

Il paraît donc évident que l’ABES aurait tout intérêt à participer au signalement des ressources électroniques via un ERMS. Encore faudra-t-il imaginer l’articulation de la base de connaissances avec le Sudoc (circuit d’import) et prévenir les restrictions possibles (droits de réutilisation des notices en particulier).

Il me semble qu’après 10 ans de tergiversations, l’on soit en passe de trouver des solutions techniques adaptées à nos problématiques de signalement. On va enfin pouvoir sortir du tout catalogue pour aborder des outils non pas omnipotents, qualité que l’on prêtait aux SIGB, mais spécialisés et interopérables.