L’Open access est-il négociable ? Leçons du contrat Elsevier / Pays-Bas

La négociation entre Elsevier et les universités néerlandaises s’est conclue il y a peu. Son déroulement et ses résultats sont présentés par le professeur Gerard Meijer, un des universitaires acteurs de la négociation (pour les gens pressés : voyez les cinq dernières minutes de la vidéo ; mais l’ensemble est passionnant !). En résumé :

  • un contrat de 3 ans, 2016-2018
  • des taux d’inflation de 2.9, 2.5 et 2.2 %
  • une clause de passage au libre accès : chaque année, le nombre d’articles néerlandais en libre accès augmentera de 10 %. En 2018, 30 % des articles publiés par des chercheurs néerlandais1 dans les revues d’Elsevier seront donc en accès libre. Ce passage est couvert par le contrat et n’occasionnera pas de paiement supplémentaire de frais de publications (APC, article processing charges).

Qu’en penser ?

D’abord, deux coups de chapeau aux universitaires néerlandais : un premier pour avoir mené (en équipe) une négociation très dure ; un second, beaucoup plus appuyé encore, pour avoir présenté publiquement les résultats de la négociation. C’est une première, à ma connaissance, et très courageuse, parce qu’elle expose le résultat à la critique internationale.

Sur le fond, à présent ? Le contrat que décrit G. Meijer fournit des arguments aux partisans comme aux adversaires de la transition négociée vers le libre accès.

Pour les partisans de la négociation, l’expérience néerlandaise prouve qu’il est possible de coupler la négociation sur l’Open Access avec celle des abonnements. Financièrement, cela peut être rentable, car les APC vont diminuer dans des disciplines où ils étaient sans doute importants ou risquaient d’augmenter (les disciplines visées par la transition sont celles qui sont déjà actives en OA) : la dépense est désormais incluse dans l’accord. Politiquement, cela fait faire un pas vers l’OA, puisque tout une partie de la production bascule, d’un seul coup, de l’abonnement au libre accès.

Les sceptiques ne manqueront pas d’objections non plus : ce qui se prépare avec de tels contrats, c’est la reconduite du monopole des éditeurs commerciaux dans l’édition scientifique, en y absorbant l’open access. La transition vers l’OA est effectivement possible dans ces conditions, mais à aucun moment cette transition ne permettra la baisse des tarifs : elle est négociée avec des acteurs dont le principal objectif est de les augmenter. Elle ne permet pas non plus à de nouveaux éditeurs d’entrer dans le jeu, puisque les éditeurs majeurs restent les partenaires privilégiés des scientifiques dans le libre accès : « Publiez chez eux, c’est gratuit compris dans le contrat ! » Avec ce type d’accord, on fait bel et bien progresser le libre accès, mais on laisse irrésolus les problèmes fondamentaux : la main-mise des gros éditeurs commerciaux sur la production scientifique et ses conséquences désastreuses, financières et scientifiques, pour les établissements de recherche du monde entier.

Avec tout le respect dû au courage des négociateurs, je me range dans le camp des sceptiques, on l’aura compris. Cette négociation illustre, je crois, ce que l’on peut obtenir de mieux des éditeurs : une transition vers le libre accès à inflation constante… En termes marchands : « mieux, mais pour plus cher. » Est-ce cela que nous voulons : le libre accès à tout prix ?  Alors que nous sommes étranglés par nos dépenses actuelles auprès des éditeurs ? Ce que plaide le livre blanc de la bibliothèque Max Planck2 , c’est la négociation avec les éditeurs pour une transition rapide vers l’OA, avec l’idée de faire diminuer la dépense.  L’exemple néerlandais montre que l’on peut remplir la première condition (une transition rapide vers l’OA), et ce, au prix d’une négociation très dure. Mais quelle négociation pourrait déboucher sur une diminution de la dépense, quand elle se fait avec des éditeurs en situation de monopole ? Quel moyen de pression avons-nous pour obtenir cela ? Et si la transition se fait à dépense constante, sur quel miracle peut-on compter pour la faire diminuer ensuite ? De ce point de vue, l’expérience néerlandaise sonne comme un démenti empirique des propositions du Max Planck : nous sommes dans la nasse.

Or, ce que souhaitent les chercheurs qui défendent le libre accès, et ce que nous souhaitons nous, dans les bibliothèques, c’est la possibilité pour les scientifiques de publier et de lire à des coûts réellement modestes, dérisoires même. Démanteler le système de l’abonnement n’y changera rien. Ce qui est en cause, c’est le détour inutile que font les articles par une machine éditoriale qui les facture ensuite à ses propres auteurs. De ce point de vue, Episciences, Mathdoc, le Quality open access market, Revues.org et tous les systèmes qui leur ressemblent sont les seules réponses vraiment adaptées.

Je ne sais pas s’il est encore possible d’éviter une vague de négociations emboîtant le pas à celle-ci, avec pour effet prévisible de laisser la maîtrise du jeu aux éditeurs qui l’ont déjà. J’en doute.

Je pense en revanche que nous pouvons, et devons, faire naître autant de revues en libre accès que nous le pouvons, fondées sur des bases économiquement et scientifiquement saines. Pour cela, nous pouvons travailler localement et nationalement en mettant des pépinières de revues en place. Nous pouvons encourager de jeunes chercheurs à créer de telles revues, et les y aider. Nous pouvons demander à des chercheurs de renom, qui n’ont plus rien à prouver, d’en créer d’autres, toujours avec notre aide. Autant de jalons posés pour la refondation du système, un jour.

Car j’ai l’impression qu’il va aussi falloir être patients.

Statue de femme assise, les mains entourant ses genoux, regardant la mer.
Attente ; Hambourg, mémorial des femmes de marins (Cliché Jaime Silva).

 

 

 

 

 

 

 

  1. Très précisément, il s’agit d’articles dont l’auteur principal, le corresponding author, est néerlandais. []
  2. Cf le § 3 de ma traduction du livre blanc : « Il y a actuellement déjà assez d’argent dans le système. Une transition à grande échelle de l’abonnement vers l’édition en libre accès est possible sans dépense supplémentaire. » []

Episciences et Mathdoc : l’Open Access sans payer

La voie dorée, ce n’est pas l’auteur-payeur.

Pont de bois se divisant en deux.
Choices LOGOCCby-nc-sa.eu(publié sous le pseudo « Shadowfax the Second »)

 

L’avisé lecteur l’aura compris : le sous-titre ci-dessus signifie que la voie dorée ce n’est pas forcément et pas seulement le modèle de l’auteur-payeur. Il me fallait une formulation un peu simpliste pour accrocher le lecteur poser clairement l’idée principale de ce billet ; surtout après ma  récente traduction du livre blanc de l’Institut Max Planck, dont le propos pourrait en simplifiant être ainsi résumé : « le modèle auteur-payeur permet de sortir de l’abonnement et d’aller vers le libre accès, il faut maintenant négocier la transition avec les éditeurs. » Une autre fois, je parlerai de la discussion suscitée par cette proposition. Aujourd’hui je voudrais montrer une approche très différente.

Les nouveautés qui m’ont frappé cet automne, lors des diverses journées consacrées à l’Open Access1 concernent cette voie dorée gratuite ; et la floraison de nouveaux outils de publication en libre accès est vraiment réjouissante. Plusieurs plates-formes en plein développement sont en train de refonder l’édition scientifique (excusez du peu) et démontrent que la voie dorée, ce n’est pas seulement, ni même d’abord, l’auteur-payeur2.

Voici donc deux outils disponibles qui joignent l’exigence scientifique au bon sens économique, en contournant le problème que pose le modèle auteur-payeur.

Épisciences

J’ai longtemps guetté la naissance des premières revues hébergées par Épisciences, pour essayer de comprendre comment le modèle fonctionnerait. Désormais, la plate-forme héberge quatre revues actives, dont au moins deux ont plusieurs années (et une plusieurs décennies !) d’existence. Elle se prépare à en accueillir d’autres, en cours de lancement.
La force du système est sa simplicité : il concilie l’économie de moyens et la rigueur du processus de validation scientifique, en s’appuyant sur une infrastructure existante, HAL. De ce fait, il a en plus l’avantage unique de concilier voie verte et voie dorée : au moment de la publication, le dépôt de l’article est déjà fait ! La publication consiste dans la labellisation, par la revue, d’un contenu préalablement déposé sur HAL. En cela, elle distille l’activité d’édition scientifique pour en extraire son essence la plus pure : la validation par les pairs. C’est une sorte de décalque, adapté au monde académique, du « circuit court » qui est si à la mode en économie sociale et solidaire.

Le processus de traitement d’Épisciences, résumé dans le schéma ci-dessous, (disponible sur le site) a été présenté de façon détaillée et passionnante par Claude Kirchner (INRIA) lors des JOA Couperin (sur la vidéo, la présentation du modèle Épisciences commence à la 9e minute).

Schéma du fonctionnement de la plate-forme Episciences (www.episciences.org)
Schéma du fonctionnement de la plate-forme Episciences (www.episciences.org)

Ce processus est le suivant :

  • L’auteur dépose dans HAL l’article à soumettre.
  • Il procède à la soumission auprès du comité éditorial de la revue (par exemple Discrete Mathematics & Theoretical Computer Science). Cette soumission se fait via un lien vers le fichier déposé dans HAL.
  • Le processus de relecture suit alors son cours par les échanges usuels entre relecteurs et auteurs.
  • Une fois la relecture achevée, l’article, s’il est jugé valable, est labellisé comme accepté par la revue et vient s’intégrer à l’une de ses livraisons. La version publiée, c’est la version ultime résultant du processus de relecture, qui est également disponible dans HAL3.

Sur le plan technique, c’est le Centre pour la communication scientifique directe4 (CCSD) qui administre Épisciences. Sur le plan scientifique, les acteurs essentiels du système sont les épicomités, que la page de présentation définit comme des « comités scientifiques composés d’experts reconnus dans leur discipline, dont le rôle est de stimuler la création de comités de rédaction susceptibles d’organiser de nouvelles épi-revues, et de veiller à leurs contenus et leur qualité. » L’épicomité accueille également les candidatures des revues qui souhaiteraient migrer vers Épisciences. On leur souhaite qu’elles soient très, très nombreuses.

Mathdoc

Mon second exemple, Mathdoc5, a été présenté par Christophe Sorger6, lors des journées Open Access de Couperin. Ce service a regroupé sur le portail CEDRAM  des revues de mathématiques qui sont encouragées à adopter le libre accès. Plusieurs des titres ont pris ce parti, par exemple les Annales de l’Institut Fourier, le Journal de l’École polytechnique qui vient de renaître après un demi-siècle d’interruption, ou encore les Annales mathématiques Blaise Pascalque je mentionne avec joie car elles sont issues de l’université clermontoise du même nom.

Plusieurs points me paraissent frappants et intéressants dans ce projet.

  • Son positionnement disciplinaire est très attrayant : il s’agit, d’un côté, d’offrir un outil à la communauté des mathématiciens, qui répond particulièrement à leur besoin ; et d’un autre côté, de s’appuyer justement sur l’engagement de cette communauté pour développer une plate-forme de revues en libre accès.
  • Point souligné par Christoph Sorger, et connu de tous ceux qui fréquentent les mathématiciens : les revues de mathématiques portent une minutieuse attention à la qualité typographique et éditoriale. Le premier coup d’œil jeté à un article au hasard le confirme : le logiciel en usage chez les mathématiciens, LaTeX, est réputé pour sa qualité de rendu typographique. Ce point vient désarmer une critique parfois adressée aux systèmes académiques par les grands éditeurs : non, ces revues ne sont pas condamnées à l’amateurisme ni à la médiocrité.
  • Mathdoc propose aux revues qui le souhaitent le logiciel OJS (Open Journals System), qui permet une gestion rigoureuse du processus de relecture, de validation et de publication. Une des revues en libre accès actuellement publiée à Clermont repose également sur cet outil. Un de ses atouts est que le suivi et la mise à jour du logiciel sont centralisés, quel que soit le nombre de journaux hébergés. OJS a ses défauts, notamment une prise en main un peu ardue, mais il apporte une garantie — encore une ! — de professionnalisme éditorial.
  • Depuis 2015, Mathdoc prend en charge la mise aux normes des articles. Ainsi le travail nécessaire (il l’est et le sera toujours) pour amener les articles à la qualité rédactionnelle exigée est pris en charge par le circuit académique.
  • Sur le plan économique, à l’heure actuelle, un seul équivalent temps plein, recruté par Mathdoc, suffit à gérer l’ensemble de la mise aux normes des revues diffusées ; par ailleurs, en sortant du modèle de l’abonnement, les revues concernées ont chacune économisé l’équivalent d’un mi-temps consacré à la gestion des abonnements. De ce fait, le passage au libre accès est à peu près neutre financièrement pour une revue donnée, malgré la perte des ressources financières liées aux abonnements eux-mêmes7.

Des expériences universitaires suivant les mêmes modèles existent. On connaît déjà, depuis longtemps, le projet niçois REVEL, la plate-forme POPUPS de Liège, et Clermont, j’espère, aura très bientôt sa plate-forme, lancée par le pôle éditorial numérique, lequel a aussi fait l’objet d’une présentation cet automne au cours de l’Open Access Week : la présentation commence à 1h32).

Un enjeu de souveraineté scientifique

Partout, le principe est le même : économie de moyens, rigueur scientifique, professionnalisme éditorial. Partout, le résultat est le même : ça fonctionne !

Le grand intérêt de Mathdoc, Épicsciences et de leurs semblables est qu’ils supposent et encouragent un engagement commun des scientifiques et des institutions pour remettre à l’endroit les circuits de publication scientifique. Sur ce point, la conclusion de Claude Kirchner dans son intervention est on ne peut plus claire :

Les entités académiques doivent devenir plus responsables de leur stratégie et de leur politique en matière de maîtrise de la production numérique… Il s’agit d’un enjeu de souveraineté scientifique.

  1. Journées Open Access de Couperin du 12 au 14 octobre, journée d’étude clermontoise le 20, etc. []
  2. Petit rappel pour ceux qui, fraîchement arrivés d’une exoplanète, découvriraient la question: la voie dorée vers le libre accès (gold road to open access), signifie simplement que l’article est publié dans une revue en libre accès. Cela ne dit rien sur le modèle économique, ni sur le coût. Cela s’oppose simplement à la voie verte (green road to open access), par laquelle l’article, quel que soit son mode de publication, est archivé ensuite dans un dépôt électronique en libre accès. []
  3. HAL, en tant que dépôt d’archives, accueille déjà, habituellement, les versions successives d’un même article. []
  4. Le CCSD est une unité mixte de services dont les tutelles sont le CNRS, l’INRIA et l’Université de Lyon. []
  5. Mathdoc, comme le CCSD, est une unité mixte de services, dont les tutelles sont le CNRS et l’Université Joseph Fourier de Grenoble ; comme son nom l’indique, Mathdoc dessert en particulier la communauté des mathématiciens. []
  6. C. Sorger est directeur de l’INSMI, l’Institut national des sciences mathématiques et de leurs interactions, un des grands instituts qui composent le CNRS. []
  7. Ce point est développé par C. Sorger à la 13e minute de la vidéo. []

Démanteler le modèle économique de l’abonnement, pour opérer à grande échelle la nécessaire transition vers le Libre accès

Livre blanc de la Bibliothèque numérique Max Planck pour une politique du Libre accès

Boussole
Boussole, par Ann Schiebert  (Publié sous licence Creative Commons, Attribution, Partage dans les mêmes condition)

Note : ce billet est la traduction de http://pubman.mpdl.mpg.de/pubman/item/escidoc:2148961:7/component/escidoc:2149096/MPDL_OA-Transition_White_Paper.pdf (Max Planck Digital Library, München, Allemagne): « Disrupting the subscription journals’ business model for the necessary large-scale transformation to open access: A Max Planck Digital Library Open Access Policy White Paper ».

Cet article a été publié sous licence Creative Commons, attribution1. La traduction en est publiée sous la même licence.

Résumé : cet article défend l’idée, étayée par des faits, d’une transition générale du modèle courant de revues sous abonnement vers un modèle économique du Libre accès. Les journaux existants, dont le fonctionnement a fait ses preuves, devraient être préservés et remodelés pour répondre aux besoins de la recherche du 21e siècle, tandis que le flux financier qui les soutient devrait subir une restructuration majeure. La pression est suffisante pour permettre un effort décisif vers l’édition en libre accès. Les diverses initiatives existantes doivent être coordonnées pour converger vers cet objectif clair. Le caractère international de la recherche implique que cette transformation ne sera accomplie à un niveau vraiment mondial que grâce au consensus des principaux organismes de recherche. Tout indique que l’argent déjà investi dans la publication de la recherche est suffisant pour rendre possible une transformation viable pour l’avenir. Il faut donc faire largement comprendre que l’argent actuellement bloqué dans le modèle de l’abonnement doit être retiré et redirigé vers des services d’édition en libre accès. Les budgets actuels d’acquisition des bibliothèques sont la dernière réserve possible pour permettre la transformation sans risque financier ou autre. L’objectif est de préserver le niveau de service des éditeurs, toujours demandé par les chercheurs, tout en redéfinissant et en réorganisant les circuits financiers nécessaires. Par le démantèlement du modèle économique sous-jacent de l’abonnement, la publication des revues peut conserver sa vitalité et poser les fondations solides pour les progrès scientifiques futurs.

1. Introduction

La progression du Libre accès ces dernières années a été remarquable. Les articles en libre accès ont connu l’augmentation la plus dynamique du secteur des publications scientifiques, et ont atteint une part de marché de 13 % (même sans compter la partie hybride, qui a également crû de façon rapide, encouragée par la politique britannique dans la foulée du rapport Finch). En quelques courtes années, PLOS One est devenue la plus grande revue du monde, autant en termes d’articles publiés que de citations.

C’est un truisme parmi les éditeurs de dire que désormais une nouvelle revue ne peut être lancée sur le marché qu’en libre accès ; une nouvelle revue n’a pas d’avenir si elle emprunte la voie de l’abonnement. Cependant, bien que le libre accès prélève sa part des publications en les arrachant au système de l’abonnement, cette tendance ne se traduit pas par un déplacement des coûts d’abonnements vers des frais de libre accès. Actuellement, les coûts de la publication en libre accès viennent s’ajouter à un système d’abonnement qui perdure et qui continue d’imposer des augmentations annuelles de prix supérieures à l’inflation aux bibliothèques du monde entier. Il est facile de prévoir que le développement du libre accès ne sera viable que si les budgets d’abonnements sont utilisés aussi pour financer les services d’édition. Bien plus, la percée finale vers un système global de libre accès ne sera réalisable que si les budgets d’acquisition des bibliothèques sont redirigés pour faire converger les deux circuits actuels, au service d’un seul but : fournir le meilleur service éditorial possible aux chercheurs qui en sont les clients. Cela implique de lever la rareté et les restrictions qui ont été artificiellement crées par le système d’accès payant. En conséquence, le prochain et peut-être le dernier stade de l’évolution vers un système éditorial du 21e siècle doit être la transition des actuelles revues sous abonnement vers un modèle de pur libre accès. Cela pourra se réaliser par la conversion des budgets d’acquisition des bibliothèques en budgets de services d’édition, et l’on peut s’attendre à ce que ces budgets soient, en fin de compte, plus échelonnés que ne le sont aujourd’hui les APC2.

Le but de cet article est de défendre la nécessité d’une transformation à grande échelle des revues sous abonnement vers un modèle économique de libre accès, et de démontrer que cette transformation ne sera réalisable que par une transformation à tout aussi grande échelle — ou une libération — des budgets d’acquisition des bibliothèques. Nous montrons que l’argent dépensé annuellement dans le système de l’abonnement est déjà suffisant pour cela. Les nouveaux principes de fonctionnement permettraient au système éditorial de parvenir à l’âge numérique, et permettraient à la fois aux éditeurs et aux bibliothécaires de redéfinir leurs rôles et d’agrandir leur champ professionnel. Après des années d’anxiété et de tension généralisées, le cadre d’un système moderne, réaliste et durable pourrait enfin être posé grâce à une transition globale vers un modèle économique adéquat.

2. Des initiatives importantes mais limitées

Depuis le début du débat sur le libre accès, diverses initiatives ont apporté du changement dans la publication académique, mais elles ont toutes été limitées dans leur périmètre et dans leurs effets. Le libre accès progresse, ainsi qu’on le voit au décollage du modèle « Gold » et dans l’émergence de SCOAP3 comme modèle et source d’inspiration. On note aussi un intérêt croissant dans le monde politique, qui relaie la pression pour améliorer l’accès aux recherches financées sur fonds publics ; les acteurs de l’édition ont aussi travaillé à concevoir de nouvelles approches en direction du libre accès. Néanmoins, le système actuel de l’abonnement prévaut toujours et se porte très bien, ce qui situe le défi : il faut  surmonter l’inertie d’un système établi.

La montée du Libre accès

Dans la dernière décennie, le libre accès « voie dorée » a connue une expansion significative ; par ce système, les chercheurs (ou leur institution, ou financeur) paient d’avance les APC pour publier des articles qui, ensuite, sont librement accessibles dans les revues scientifiques en ligne. Cette expansion se reflète dans la production des revues en pur libre accès, qui a progressé de 1% par an, régulièrement, dans le total des publications. Leur niveau actuel est de 13 % du total des articles de recherche, une poussée qui, il est intéressant de le noter, se poursuit qu’il y a ait ou non une politique et une organisation favorable dans une institution donnée.
Le Sponsoring Consortium of libre accès Publishing in Particle Physics (SCOAP3), hébergé et coordonné par le CERN, a ouvert la voie du libre accès en convertissant quelques-unes des plus prestigieuses revues dans son champ (physique des hautes énergies) au libre accès. En modélisant une bascule des services et des circuits financiers vers le libre accès, SCOAP3 a proposé un exemple propre à inspirer d’autres champs de recherche, pour le développement de plans d’action en faveur du libre accès appliqués à leur propre discipline.

La pression politique s’accroît

Le mouvement du Libre accès gagne de plus en plus en visibilité politique. Divers gouvernements et centres nationaux de recherche, en particulier en Europe, ont récemment défini des objectifs très ambitieux : publier entre 50 et 80 % (voire la totalité) de leur recherche nationale en libre accès dans un délai de 5 à 10 ans. Les politiques, les prévisions budgétaires et les structures administratives se développent en fonction de ces objectifs. Au niveau supranational, des institutions comme le Global Research Council ou Science Europe poussent aussi à plus de Libre accès.

L’approche « hybride » est transitoire

Certaines revues sous abonnement ont fait un pas dans la transition vers le libre accès, en offrant certains de leurs article en libre accès. Cette approche est rassurante pour les éditeurs, car ils continuent de percevoir le revenu de l’abonnement, mais les frais de traitement des articles sont généralement élevés3. De plus, une crainte se fait jour autour de l’idée de « double paiement », au sens où un article est effectivement payé deux fois, à la fois par l’abonnement et par les APC, dans un contexte où les éditeurs peuvent n’être pas toujours transparents quant aux réductions proposées sur le prix d’abonnement4. De nombreux commentateurs ont remarqué qu’une institution soutenant le modèle hybride – même en tenant compte des réductions des éditeurs – ne tirerait qu’un bénéfice financier très marginal de son investissement.

Les « modèles de compensation » : l’hybride dans une direction prometteuse

S’ajoutant aux progrès du modèle « hybride », qui a mis une quantité substantielle d’articles en libre accès dans des revues en accès payant, nous voyons émerger un modèle « hybride 2.0 », appelé « modèle de compensation », qui redéfinit et étend l’approche hybride. Peut-être en conséquence d’une pression croissante d’acteurs européens, plusieurs éditeurs ont mis en place (ou sont en négociation pour les élaborer) des moyens de restructurer les services de la communication savante d’aujourd’hui, tout en réorganisant les flux de trésorerie qui en découlent.

Le principe des modèles de compensation est que les services de libre accès définis, et leurs coûts, sont (quelque peu) déduits des dépenses d’abonnement. Puisque cette approche exige également la mise en place d’une gestion des APC, les modèles de compensation pourraient ouvrir la voie, en termes structurels, financiers et organisationnels, à d’autres transitions. Ce modèle pourrait ainsi devenir un catalyseur important pour mettre en valeur les services numériques modernes conçus pour la communication savante d’aujourd’hui, tout en fournissant un moyen de réorganiser les flux de trésorerie.

L’approche par compensation a été inaugurée par le programme « Gold for Gold » de la Royal Society of Chemistry, et dans un accord entre l’Autriche et IOP Publishing, début 2014. Depuis lors, il y a eu un flux réguliers de communiqués similaires, le plus grand effort venant actuellement du Royaume-Uni et des Pays-Bas.

Bien sûr, le modèle en tant que tel est au tout début de son évolution, et il doit encore être appliqué au-delà du niveau local ou institutionnel, à une échelle réellement mondiale. Néanmoins, la compensation est une version améliorée du modèle hybride, et promet, pour la première fois, un véritable modèle de transition5. Elle produit donc une certaine inquiétude sur la ligne de front entre les bibliothèques de recherche les plus avancés et les éditeurs les plus classiques, car elle offre la possibilité d’une plate-forme pour refonder entièrement le financement de la publication académique.

Aller au-delà du modèle de compensation

Si importants que soient chacun de ces projets, leur impact cumulé a été insuffisant. La compensation ne peut avoir qu’un effet limité, et les audacieuses initiatives nationales comme celles du Royaume-Uni sont insuffisantes pour modifier en profondeur les structures légales et financières des revues. Si nous voulons accélérer le déploiement du libre accès, nous avons besoin d’un plan de transition ambitieux, en même temps que d’un pilotage et d’une action concertée, qui implique une coopération supplémentaire entre des acteurs traditionnellement non alliés.
Lors du 10e anniversaire de la Déclaration de Berlin, Peter Gruss, alors président de la Société Max Planck, a ainsi résumé l’enjeu :

Au lieu d’une boîte noire pour calculer des prix d’abonnement, il nous faut des modèles fondés sur les coût réels de publication et caractérisés par la transparence et la soutenabilité. L’argent des budgets d’abonnement existants doit être transféré vers les budgets de publication, à partir desquels les publications des auteurs pourraient être financés via le Libre accès6

L’innovation que constitue le paiement de frais de publication ne peut être étendue que si les coûts des abonnements sont, dans le même temps, éliminés ou systématiquement convertis. Les budgets d’acquisition des bibliothèques doivent donc constituer la réserve de trésorerie cruciale pour cette transformation. Il ne reste plus, pour mettre en pratique cette philosophie, que d’être assuré qu’il y a assez d’argent dans le système pour rendre la bascule envisageable.

3. Ré-orienter l’argent actuellement investi

Les discussions sur la transition entre le modèle actuel d’abonnement et le modèle de Libre accès par APC, dit « voie dorée », a souvent suscité des inquiétudes sur l’accroissement présumés des coûts. Les bibliothèques, en particulier, craignent très souvent d’avoir, en fin de compte, à payer davantage.
Dans la plupart des cas, ces perspectives naissent d’une information et d’une analyse insuffisante de la structure et de la distribution des publications scientifiques. Le maniement des données sur les publications, au niveau institutionnel ou géographique, et leur interprétation, n’est pas une pratique courante dans les bibliothèques ni chez les autres services de traitement de la documentation, car les compétences en traitement de données et en statistiques ne sont pas directement disponibles dans ces institutions. Cependant, les compétences disponibles à la bibliothèque numérique Max Planck nous permettent d’apporter quelques données fondamentales au débat.
Nous croyons fermement qu’une transformation à grande échelle du modèle économique sous-jacent est possible sans risque financier. Notre propre analyse de données nous montre qu’il y a assez d’argent déjà en circulation dans le marché mondial – assez d’argent actuellement dépensé en revues scientifiques dans le système de l’abonnement, et qui pourrait être redirigé et réinvesti dans les modèles économiques du libre accès, pour payer les APC. Cet article étaye notre affirmation en présentant des calculs génériques, que nous avons faits en nous appuyant sur les données disponibles sur le nombre de publications et les niveaux de revenus au plan mondial, national et institutionnel.

Édition et APC : les données mondiales

Nous le savons par diverses études de marché d’analystes réputés, comme Simba ou BNP Paribas, les ventes annuelles de revues académiques, dans le monde entier, produisent des revenus commerciaux de 7,6 milliards d’euros environ. Dans les rapports, ce chiffre se situe dans la partie basse de la fourchette : ils se réfèrent aussi assez communément à une dépense annuelle de 10 milliards de dollars. Ces rapports ramènent inévitablement plusieurs devises à un dénominateur commun, ce qui crée une marge d’erreur, aggravée par la fluctuation naturelle des taux de change. Pour avoir suivi ce marché pendant de longues années, nous nous fions au chiffre de 7,6 milliards (et nous utilisons l’euro comme monnaie de référence dans ce document).
Ce niveau de dépense correspond à une production scientifique annuelle d’environ 2 millions d’articles de revues, chiffre souvent cité qui peut être considéré comme une hypothèse fondée7. Notre propre analyse de données a compté 1,45 million d’articles scientifiques dans le Web of Science en 2013, jusqu’à environ 1,5 million en 2014. Puisque le Web of Science indexe, par essence, les revues les plus prestigieuses et les plus coûteuses, les nombreuses revues d’envergure régionale, dont le coût, le tirage et la notoriété sont faibles, qui ne parviennent pas dans le Web of Science, peuvent être considérées comme faisant partie de la longue traîne. La production annuelle actuelle de 2 millions d’articles peut donc être considérée comme constituée, grossièrement, de 1,5 million d’articles du Web of Science et d’un demi-million d’articles supplémentaires.
Si nous devions ne considérer que les articles indexés par le Web of Science, le montant dépensé par article dans le système actuel de l’abonnement se situerait autour de 5000 euros. Si tous les articles présumés étaient inclus, le prix par article se situerait autour de 3800 euros. La réalité doit se situer entre les deux. Ces calculs sont illustrés dans les tableaux suivants.

(a) calcul pour les articles repérés par le Web of Science

Dépense mondiale d’abonnement 7,6 Mds €
Articles répertoriés seulement dans le Web of Science 1,5 M
Dépense par article (arrondie) 5000 €

(b) calcul pour le total annuel des articles

Dépense mondiale d’abonnement 7,6 Mds €
Total des articles publiés annuellement 2 M
Dépense par article (arrondie) 3800 €

Premier élément : dans l’actuel système de l’abonnement, le coût par article scientifique publié se situe déjà entre 3800 et 5000 €.

D’après ce que nous savons, on peut raisonnablement supposer que dans un système de publication en libre accès, le coût moyen des articles serait loin d’être aussi élevé. Bien sûr, il est concevable que certaines revues de haute notoriété aient des coûts de production élevés et doivent facturer des frais de cet ordre, ou même davantage, mais, vu la répartition très échelonnée des revues, cette « élite » représente une très faible proportion du total. Dans le paysage qui émerge actuellement, on verra un éventail très largement réparti d’APC, des coûts les plus bas aux plus élevés. Qu’il soit calculé par la moyenne ou par la médiane, cependant, l’indice moyen des APC ne sera jamais fixé par les valeurs situées au plus haut de l’échelle.
Les organismes de recherche et les financeurs qui ont mis en place une politique sur les APC suivent et contrôlent de plus en plus les données concernant leurs dépenses. Par exemple, à la bibliothèque numérique de l’Institut Max Planck, nous avons commencé à charger nos APC dans un espace de travail sous GitHub, fourni par l’OpenAPC Initiative, pilotée par l’Université de Bielefeld. Jusqu’ici, nous y avons chargé plus de 1046 de nos factures d’APC ; la dépense totale, 1,3 M€, aboutit à une valeur moyenne pour les APC de 1258 € pour la Société Max Planck. Des valeurs comparables sont rapportées par plusieurs des universités allemandes qui sont soutenues par la Fondation allemande pour la recherche (DFG), pour renforcer le financement de leur propres publications. Ils chargent leurs données sur les APC sur le même système, aboutissant à un total de 2387 articles, pour une dépense de 3 M€, et une valeur moyenne de 1239 € d’APC8.

Les chiffres rapportés par le Fonds autrichien pour la science (FWF) sont très proches des données collectées en Allemagne. Une moyenne de 1282 € d’APC était constatée en 2014, en légère baisse par rapport au chiffre de 2013, 1393 €9.
D’après les résultats initiaux du Consortium SCOAP3, les coûts de publication par article dans ce secteur sont aujourd’hui légèrement inférieurs à 1100 €, bien que des revues de physique auparavant très coûteuses aient migré de l’abonnement à un modèle basé sur les coûts de publication en 201410.
Le Wellcome Trust a été le premier organisme à rendre publics ses rapports sur les APC. Son récent rapport annuel 2013-2014 est déjà le second. L’an passé, quelque 2556 articles ont été publiés via le modèle APC avec le soutien du Wellcome Trust, et la dépense totale pour l’année 2013-2014 était légèrement inférieure à 4,7 M£ (6,4 M€). Les APC moyens se situaient autour de 1837 £ (2495 €)11. La principale raison pour laquelle les frais moyens du Wellcome Trust sont sensiblement plus élevés que ceux de l’Allemagne, de l’Autriche ou de SCOAP3, réside dans le fait que le Wellcome Trust, comme le Research Council britannique12, inclut les APC hybrides, qui non seulement sont plus élevés que la plupart des coûts du libre accès, mais de plus sont assez largement considérés comme ne reflétant pas la véritable valeur du marché. En Allemagne et dans de nombreux autres pays, les APC hybrides sont exclus des plans de financement centraux. Le rapport du Wellcome Trust montre que les articles hybrides comptent pour 75 % du total ; si l’on considère seulement les articles des revues en pur libre accès, les APC moyens descendent alors jusqu’à 1241 £, soit 1686 €. Ce chiffre est plus près des résultats allemands, mais plus élevé encore. Une explication pourrait être que le Wellcome Trust ne limite pas les APC, tandis que dans d’autres pays (comme en Allemagne) leurs coûts sont très souvent plafonnés ou co-financés avec d’autres budgets de recherche.
Tous les résultats disponibles publiés ou discutés dans les divers rapports convergent pour aboutir à un niveau prévisible des APC bien en dessous de 2000 € dans un scénario de pur libre accès. Cela laisse une confortable marge d’erreur confortable avant que la dépense n’atteigne le niveau actuel, situé entre 3800 et 5000 €. On doit donc pouvoir supposer raisonnablement que l’argent présent dans le système est suffisant, et que la transition vers le libre accès peut être accomplie sans aucun risque financier.

Second élément : il y a actuellement déjà assez d’argent dans le système. Une transition à grande échelle de l’abonnement vers l’édition en libre accès est possible sans dépense supplémentaire.

Répartition des APC par pays

Afin d’aboutir à des prévisions de coût fiables, l’étape suivante est nécessairement de répartir les chiffres mondiaux de l’édition au niveau de chaque pays, et finalement des institutions13. Pour que l’exercice ait une signification, il est essentiel d’appliquer un principe-clé du modèle économique du Libre accès, selon lequel les publications répertoriées dans les bibliographies nationales ou internationales ne doivent pas toutes être prises en compte pour le calcul du coût, mais seulement celles dont l’auteur principal est affilié à l’institution ou au pays considéré. Pour d’excellentes raisons, les articles à plusieurs auteurs sont mentionnés dans les bibliographies et les archives institutionnelles de leurs institutions respectives, mais pour ce qui est du coût, chacun de ces articles plusieurs fois décomptés ne doit être financé qu’une seule fois. À l’heure actuelle, dans le modèle dominant, l’auteur principal est responsable de la facturation et du paiement. Par conséquent, les différentes listes de publications nationales et internationales doivent être dédoublonnées pour ne conserver que les articles des auteurs principaux, afin d’aboutir à des prévisions budgétaires fiables.
Pour notre analyse par pays, nous avons pris comme exemple l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France, l’Allemagne étant notre propre pays, le Royaume-Uni étant au centre de l’attention à la suite du rapport Finch, et la France ayant récemment fait l’objet d’une couverture médiatique à cause des informations divulguées concernant ses accords nationaux avec les éditeurs. Le graphique suivant, basé sur les données du Web of Science, montre la production publiée (articles et notes critiques) de ces pays pendant les dix dernières années. Le modèle qui s’en dégage est que la proportion d’auteurs principaux se situe entre 65 et 70 %, ce qui signifie que seul le sous-ensemble d’articles correspondant est à utiliser pour le calcul des coûts. Si la production de l’ensemble du pays devait être financée dans un modèle économique de pur libre accès, seule cette part de 65-70 % serait facturée dans chaque pays, tandis que pour le tiers restant, les coûts seraient supportés à l’étranger. Bien que la proportion puisse varier quelque peu d’année en année ou d’un pays à l’autre, elle n’atteindra jamais 100 %.
Figure 1 : volume des publications montrant la part à prendre en compte pour les pays européens étudiés

Graphique montrant le volume total des publications et la part à prendre en compte pour les pays européens étudiés.
Volume total des publications et part à prendre en compte pour les pays européens étudiés.

Pour l’année 2013, cette répartition montre, pour chacun des trois pays, la distribution suivante des coûts :

Pour l’Allemagne, nous pouvons identifier 70 000 articles à prendre en compte pour les APC, sur un total de 103 000 articles et critiques répertoriés dans le Web of Science. Multiplié par notre prix moyen hypothétique (2 000 € d’APC), la dépense prévisible en libre accès pour l’Allemagne en 2013 aurait avoisiné 140 M€. Il n’y a pas de chiffres consolidés pour la dépense nationale d’abonnements aux revues scientifiques, mais les experts estiment que ces coûts sont largement au-delà de 200 millions d’euros par an. L’Allemagne devrait donc être en position d’organiser une transition générale vers le Libre accès sans trop de peine.
Pour le Royaume-Uni, nous identifions 72 000 articles à prendre en compte pour les APC, sur un total de 109 000 articles et notes critiques répertoriés dans le Web of Science. Multiplié par notre prix moyen hypothétique (2 000 € d’APC), la dépense prévisible en libre accès pour le Royaume-Uni en 2013 aurait avoisiné 144 M€. Les estimations des sommes payées par les institutions de recherche du Royaume-Uni pour leurs abonnements varient entre 160 M£ par an (selon JISC Collections) et 192 M£ (selon les bibliothèque de recherches britanniques) ; c’est-à-dire entre 218 et 260 M€. Par conséquent, au Royaume-Uni également, on voit clairement qu’une transition complète vers le Libre accès pourrait se faire sans tension financière.
Pour la France, nous identifions 46 000 articles à prendre en compte pour les APC, sur un total de 71 000 articles et critiques répertoriés dans le Web of Science. Multiplié par notre prix moyen hypothétique (2 000 € d’APC), la dépense prévisible en libre accès pour la France en 2013 aurait avoisiné 92 M€. Selon des estimations classiques, le secteur académique français paie au moins 120 M€ par an pour ses abonnements aux revues scientifiques. Par conséquent, comme l’Allemagne et le Royaume-Uni, la France n’a pas à anticiper de grande difficulté en préparant la transition vers le Libre accès.
Il sera intéressant de voir des données comparables analysées pour les États-Unis, en tant que principal marché et producteur d’articles scientifiques. Financé par la Fondation Mellon, un nouveau projet a récemment été lancé pour élaborer un modèle viable d’APC pour le Libre accès dans les grandes institutions de recherche américaines14. Le nom du projet, Pay it forward, reflète une démarche similaire à celle exposée ici. Selon notre propre analyse du marché des États-Unis, nous nous attendrions à une proportion de 80 % d’articles d’auteurs principaux (309 000 sur les 388 000 articles et notes critiques répertoriés dans le Web of Science en 2013), aboutissant à environ 618 M€ de coût en libre accès pour l’ensemble des États-Unis15. D’après ce que nous savons, nous faisons l’hypothèse qu’il y a assez de financement disponible dans les abonnements, aux États-Unis, pour rendre la transition abordable, là aussi.

En général, notre analyse de données indique une certaine corrélation entre la production scientifique d’un pays et la proportion d’auteurs principaux. Cela signifie que les pays ayant une moindre production scientifique peuvent s’attendre à une moindre proportion d’articles d’auteurs principaux, pris en compte pour les APC, tandis qu’une production plus élevée est corrélée avec une proportion plus haute. Le contexte régional, linguistique et politique d’un pays semble également jouer un rôle. En Chine, au Japon, en Corée du Sud, en Inde et au Brésil, nous voyons une proportion plus élevée d’auteurs principaux que dans les pays européens, alors que la position du Canada ressemble à celle de l’Europe. Nous invitons nos lecteurs à examiner les résultats de leur pays, tels qu’indiqués dans les données supplémentaires que nous avons publiées16, et à comparer ces résultats avec leur dépense nationale actuelle en abonnements.

Troisième élément : pour une analyse pertinente des coûts, il est important de distinguer les articles à prendre en compte pour les APC (ceux des auteurs principaux) du reste des publications. Les premiers échantillons établis au niveau national étayent encore l’affirmation selon laquelle la transition vers le Libre accès peut être accomplie sans risque financier.

Répartition des APC par institution

La viabilité que nous avons démontrée au niveau national s’applique de façon plus spectaculaire encore dans le cadre institutionnel. La recherche s’effectue par des collaborations qui transcendent les frontières institutionnelles et nationales. Une large proportion d’articles scientifiques ont de multiples auteurs, et très souvent émanent de plus d’une institution. Nous avons déjà vu au niveau national que la proportion d’auteurs principaux varie d’un pays à l’autre, et qu’elle est toujours très inférieure à 100 %. Cette proportion est encore plus réduite au niveau de chaque institution. Une grande partie des collaborations scientifiques étant organisée nationalement entre différentes institutions au sein du même pays, la production publiée sera, une fois encore, saisie dans plusieurs bibliographies et peut-être dans plusieurs archives institutionnelles, mais chaque article ne sera financé qu’une fois. Nos résultats suggèrent que le pourcentage de publications à prendre en compte pour les APC, pour une institution donnée, se situe entre 40 et 60 % de sa production totale, selon l’intensité de recherche et la réputation de l’institution. Les chiffres qui portent sur ce niveau sont communiqués par quelque 30 universités allemandes qui participent au programme de financement des APC de la Fondation allemande pour la Recherche (DFG).

Dans notre propre cas, à la bibliothèque numérique Max Planck, nous disposons d’un recul de plus de 10 ans, notre programme dédié au financement des APC pour nos chercheurs ayant déjà couru sur cette durée. Nous faisons partie des bibliothèques les plus expérimentées dans la prise en charge des APC, et nous avons continuellement suivi leur développement et analysé nos résultats. D’après notre expérience, nous observons la persistance d’un modèle, constant chez les différents éditeurs en libre accès, et stable dans le temps. D’après cette formule robuste, nous nous attendons à ce que nos auteurs produisent des factures pour 50 à 60 % du nombre total des articles (en fait, pour certains éditeurs nous constatons même des proportions d’auteurs principaux qui descendent jusqu’à 40 %). Nous sommes déjà assez convaincus pour fonder des projections de coût sur cette valeur. Par exemple, alors que la production annuelle d’articles de revues se situe aux alentours de 10 000 pour l’ensemble de l’Institut Max Planck, nous anticipons une proportion d’articles à prendre en compte pour les APC de l’ordre de 6 000. Par conséquent, nos coûts estimés pour un scénario de transition complète ne seraient pas supérieurs à 12 M€. La Société Max Planck est une organisation fortement orientée vers la production éditoriale, et en même temps un acheteur massif d’information scientifique. Notre dépense actuelle d’abonnements aux revues est déjà suffisamment importante pour rendre la grande transition vers le Libre accès possible sans avoir à réclamer davantage de financements. Si nous, en tant qu’organisation intensément tournée vers la recherche, pouvons le faire, alors nous croyons que la plupart des autres devraient aussi être en mesure d’organiser la transition dans les limites de leurs budgets actuels.

Quatrième élément : alors que la proportion d’articles soumis aux APC, au niveau national, avoisine souvent 70 %, elle peut facilement descendre jusqu’à 50 % environ au niveau institutionnel. Ce principe fondamental de distribution doit être pris en compte pour calculer les coûts de la transition vers le Libre accès.

4. Ouvrir la porte

L’avènement d’un système de publication véritablement en libre accès était déjà un élément constitutif (quoique implicite) dans les premières déclarations sur le Libre accès, et a toujours été perpétué dans les résolutions et les déclarations sur les politiques de libre accès qui ont suivi. Les récentes et énergiques initiatives, particulièrement en Europe, de même que la pression exercée dans tant de secteurs de la publication académique, ont amené le Libre accès jusqu’à notre seuil. Il semble que nous ayons simplement à ouvrir la porte pour le faire entrer.

Il nous faut ouvrir la porte à la mutation du modèle économique qui sous-tend l’édition académique, en opérant un transfert des paiements depuis les abonnements vers les services en libre accès. Le modèle actuel de l’abonnement doit être développé plus avant pour se transformer en un véritable modèle de transition. Les récents modèles de compensation qui semblent pousser partout comme des champignons, avec leur corrélation entre les dépenses de d’édition en libre accès et les dépenses d’abonnement, sont les éléments les plus prometteurs que nous ayons pour le moment. De tels modèles à double usage doivent être réclamés beaucoup plus énergiquement par les bibliothèques de recherche, au nom de leurs lecteurs. Le principe de compensation est en train d’entrouvrir, enfin, le système de l’abonnement et commence à l’aligner quelque peu sur les exigences du Libre accès. En conséquence, le budget d’acquisition des bibliothèques est en train de perdre le sceau hermétique qui remonte à l’ère de l’imprimé, et qui est resté si omniprésent dans la routine quotidienne de la plupart des bibliothèques. Enfin, les bibliothèques et les consortia du monde commencent à répondre aux attentes qu’ont fait naître les nombreuses résolutions sur le Libre accès de la décennie passée.

Élargir le périmètre des contrats d’abonnement et des budgets d’acquisition des bibliothèques est une démarche nécessaire, mais non suffisante. Nous autres bibliothécaires devons aussi être plus conscients que nous l’avons jamais été de la démographie éditoriale des productions scientifiques. Dans un monde fondé sur les modèles économiques du Libre accès, une nouvelle ventilation des services et des coûts va émerger, qui requerra de nouveaux critères de sélection et d’agrégation dans les bibliothèques, pour leur processus internes comme pour les outils et compétences qu’il leur faudra employer. Les transactions que les bibliothèques devront traiter pour leurs usagers seront très différentes dans un monde en libre accès, comparé au système de l’abonnement. Il faudra une nouvelle infrastructure de support et de facturation, commençant à la soumission de l’article, pour rendre le système robuste et extensible à des productions abondantes. Le travail a déjà commencé, comme l’illustre, par exemple, l’initiative ESAC17.

Mises à part quelques spécificités locales, l’édition scientifique est véritablement une entreprise internationale. Par conséquent, un changement fondamental du modèle économique sous-jacent ne peut être accompli qu’à l’échelle mondiale. Les organismes de recherche du monde, avec leurs bibliothèques, ont donc besoin d’agir de concert et de façon coordonnée, avec un objectif clé : transférer l’argent hors du système de l’abonnement, de façon à ce qu’il puisse être réinvesti dans la publication en libre accès. Ce mouvement coordonné donnera aussi un message sans ambiguïté aux éditeurs, de façon à ce qu’ils puissent eux-mêmes s’adapter au nouveau modèle économique en étant assurés de sa viabilité financière future. Pour finir, ni les bibliothèques ni les maisons d’édition n’ont à y perdre leur place : tous les acteurs seront transformés, émergeant avec une vigueur renouvelée dans un système éditorial modernisé.

Le temps est venu pour la communauté scientifique mondiale d’accélérer la transition vers le Libre accès. Nous avons une occasion unique de transformer le modèle économique sous-jacent des revues tout en préservant la viabilité financière et les fonctions centrales du système éditorial au sens large. En fin de compte, toute dépense d’abonnement doit être arrêtée : c’est le simple aboutissement des mesures progressives de la décennie passée. Les substantielles économies pourront alors être réinvesties pour la création concertée d’une gamme de services éditoriaux qui serviront véritablement les efforts scientifiques du 21e siècle.

 

 

  1. C’est ce qui m’autorise à le traduire sans autre forme de procédure, mais avec une sincère et chaleureuse reconnaissance pour ses auteurs. []
  2. NDT : les « frais de traitements d’article » seront abrégés ci-après APC= article processing charges, le signe étant d’emploi banal, même en français, pour les désigner. []
  3. Bo-Christer Björk, David Salomon (2014) : Developing an effective market for libre accès article processing charges. http://www.wellcome.ac.uk/About-us/Policy/Spotlight-issues/Open-access/Guides/WTP054773.htm. []
  4. David Prosser (2015): The costs of double-dipping. http://www.rluk.ac.uk/about-us/blog/the-costs-of-double-dipping/. []
  5. Stuart Shieber (2014): “A true transitional open-access business model”. The Occasional Pamphlet on scholarly communication. https://blogs.law.harvard.edu/pamphlet/2014/03/28/a-true-transitional-open-access-business-model/. []
  6. Peter Gruss (2013): “The unstoppable rise of libre accès”. Max Planck Research 4/2013, p.7. http://www.mpg.de/7644861/S002_Spotlight_006-007.pdf. []
  7. Voir par exemple le rapport STM 2014 (2015) : http://www.markwareconsulting.com/the-stm-report/. []
  8. Jochen Apel et al. (2014-): Datasets on fee-based open access publishing across German institutions. Bielefeld University. https://github.com/OpenAPC/openapc-de (figures as of 4 April 2015; data will constantly be expanded). []
  9. Falk Reckling, Katharina Rieck (2015): Austrian Science Fund (FWF) publication cost data 2014. http://dx.doi.org/10.6084/m9.figshare.1378610. Falk Reckling, Margit Kenzian (2014): Austrian Science Fund (FWF) publication cost data 2013. http://dx.doi.org/10.6084/m9.figshare.988754. []
  10. Voir http://scoap3.org/scoap3journals/journals-apc. Voir aussi Clément Romeu et al. (2014): The SCOAP3 initiative and the libre accès article-processing-charge market: global partnership and competition improve value in the dissemination of science. DOI:10.2314/CERN/C26P.W9DT. []
  11. Voir http://blog.wellcome.ac.uk/2015/03/03/the-reckoning-an-analysis-of-wellcome-trust-open-access-spend-2013-14/ []
  12. Le Research Concil of United Kingdom déclare : « Le sous-ensemble de 55 institutions considérées rapportent une dépense de 10.4 M£ d’APC pendant la première année, pour une production de 6504 articles en ‘voie dorée' ». Ceci implique un montant moyen de 1600 £ pour les APC. Cf. Review of the Implementation of the RCUK Policy on Open Access (2015), p. 11. http://www.rcuk.ac.uk/research/openaccess/2014review/. []
  13. Les données du MPDL figurent dans une autre publication, qui inclut des fichiers de données. Voir Margit Palzenberger (2015): “Number of scholarly articles per country. Data on Web of Science listed articles and reviews. 2004-2013”. http://dx.doi.org/10.17617/1.2. []
  14. http://payitforward-project.ucdavis.edu/ []
  15. Cf. note 12 []
  16. Cf. note 12 []
  17. http://esac-initiative.org/. []

Le Libre-accès au savoir en général et en Auvergne

Dans la Préface au traité du vide, Blaise Pascal, le plus illustre des clermontois, reconnaissait la dette scientifique que nous devons aux anciens dans l’élaboration des connaissances nouvelles :

« Les premières connaissances qu’ils nous ont données ont servi de degrés aux nôtres, et que dans ces avantages nous leur sommes redevables de l’ascendant que nous avons sur eux ; parce que, s’étant élevés jusqu’à un certain degré où ils nous ont portés, le moindre effort nous fait monter plus haut, et avec moins de peine et moins de gloire nous nous trouvons au dessus d’eux. C’est de là que nous pouvons découvrir des choses qu’il leur était impossible d’apercevoir. Notre vue a plus d’étendue, et, quoiqu’ils connussent aussi bien que nous tout ce qu’ils pouvaient remarquer de la nature, ils n’en connaissaient pas tant néanmoins, et nous voyons plus qu’eux. » C’est cette même idée, selon laquelle l’accumulation des connaissances au fil des âges nous rapproche au plus près de la vérité qui fait dire à Isaac Newton sa célèbre phrase, en 1676 : « Si j’ai vu plus loin, c’est en montant sur les épaules des géants ». On connaît le destin de la métaphore que l’on retrouve aujourd’hui sur la page d’accueil de google scholar, comme une nouvelle  inscription au fronton d’un temple du savoir numérique. De cette transmission mutualisée des savoirs où s’échafaudent de nouvelles connaissances, le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche a tout à gagner.

 

St Petersbourg. Pyramide humaine
St Petersbourg. Pyramide humaine  Flickr (CC BY 2.0)

 

C’est là aussi le sens de la toute récente convention de partenariat en faveur des archives ouvertes et de la plate-forme mutualisée HAL, signée le 2 avril dernier, car l’enjeu est bien, rappelons-le, de permettre aux chercheurs de « partager les résultats de leurs travaux sous forme numérique, et permettre leur réutilisation ; les diffuser immédiatement et gratuitement à la communauté scientifique internationale, ainsi qu’au grand public ». Démocratisation du savoir. Partage et réutilisation. Tout cela revient à « Partager, Remixer, Réutiliser — Légalement ! »selon la formule de Creative Commons France. C’est la construction d’une connaissance sans entrave qui s’échafaude, comme le proclame cette déclaration de l’IABD Pour une politique publique d’accès à la culture, à la connaissance et à l’information. L’ère du libre-accès ne fait pas que commencer. Nous sommes à un tournant. Car aujourd’hui, le discours sur l’O.A. n’est plus le seul fait de quelques chercheurs éclairés. Il s’inscrit désormais peu à peu dans les tables de la loi : les résultats de la recherche publique doivent être accessibles gratuitement. Cela devient une évidence autant partagée que le bon sens :  Il n’a pas anodin que ces questions d’accès ouvert aux résultats de la recherche fassent la une du Monde, et  que des tribunes comme I love open access appellent à signature. La disparité des initiatives, longtemps stigmatisée, gagne aujourd’hui en cohérence, grâce à la mutualisation des plates-formes. En France, la voix verte s’écrit désormais en trois lettres : HAL.

Alors, bien sûr, ici, en Auvergne, nous allons construire le portail HAL du PRES Clermont Université avant la fin 2013. Mais de nombreuses questions, voire quelques inquiétudes, se font jour ici et là dans les laboratoires.

D’un côté, nous avons deux universités aux disciplines bien différentes : A l’Université Blaise Pascal, les sciences dures et les sciences humaines. A l’Université d’Auvergne, des sciences plus appliquées : le droit, l’économie et la médecine.
C’est sans doute d’abord pour cette raison que HAL a d’abord décollé à l’UBP. Si les physiciens, les mathématiciens, avaient déjà l’habitude de partager le fruit de leur recherche, les chercheurs en SHS se sont eux plus récemment investis dans le dépôt de leur publications en ligne, grâce à l’impulsion des référents HAL des labos. Ces derniers se révèlent aussi plus prudents sur les questions juridiques liées au dépôt des articles. Le dépôt de la version auteur pose souvent question, et par déontologie, est souvent demandée aux éditeurs l’autorisation de déposer.
Côté UdA, dont nous avons créé récemment la collection HAL, seul un laboratoire dépose intensément : c’est le Centre d’Etudes et de Recherche sur le Développement International. Rien d’étonnant, tant les économistes partagent leur working papers. Rien d’étonnant non plus, les réticences des médecins et des juristes. Comme l’indique certaines études, et notamment cet article intitulé « Biologie/Médecine 2.0 »:état des lieux, « une grande partie des membres de la communauté scientifique ne souhaitent pas partager leurs données de recherche, d’une part, pour éviter de mettre à disposition des résultats parfois non concluants et, d’autre part, pour des problèmes de propriété intellectuelle et de confidentialité de résultats. »
Les questions posées au sujet de HAL rejoignent aussi les questions liées à l’évaluation. Si les listes générées de publications se révèlent très utiles à cet égard, de nombreuses questions sont posées sur l’interfaçage de HAL et GRAAL. Cette application nationale de gestion interne de la recherche développée par l’AMUE est utilisée par les deux universités. Si un interfaçage de cet outil a été initialement prévu avec HAL, comme le montre notamment notamment cette présentation faite par l »actuel DSI de l’UBP Laurent Pilet, nous devrons à l’avenir davantage collaborer avec les directions de la recherche des universités.
Il est toutefois essentiel de rappeler que HAL n’est pas un outil d’évaluation, mais de diffusion et de communication scientifique.
Mais dans un contexte international compétitif, où les classements des universités prennent une place prépondérante, les chercheurs,  éditeurs, et employeurs entrent dans la course au facteur d’impact.
Heureusement les études recensées sur le site opcit montrent qu’un article déposé sur une plate-forme d’archives ouvertes voit son impact considérablement augmenter. Et de nouveaux classements des universités, qui prennent aussi en compte l’impact du libre accès, se mettent en place, comme le Ranking web of Universities.
Au classement des archives ouvertes, HAL est au 6ème rang mondial, et le site web de l’Université Blaise Pascal au 45e rang en France. Concernant ce classement des sites web des universités,  le Cybermetrics labs à l’origine du classement précise que l’objectif n’est pas d’évaluer le design ou la qualité des contenus, mais de « promouvoir la présence des contenus scientifiques sur la toile, et de soutenir le mouvement du libre-accès, pour accroître de façon significative la diffusion des connaissances scientifiques et culturelles, des universités vers la société dans son ensemble. »
Côté voix dorée, nous travaillons aussi à la mise en ligne de revues en libre-accès sur la plate-forme revues.org. Et bientôt, sera notamment accessible, la revue Siècles du CHEC, grâce à la collaboration de ce laboratoire d’histoire avec les PUBP et la bibnum.
La libre accès en Auvergne a encore de beaux jours devant lui.