Ma première install-party

Avant... Cliché O. Legendre (licence Creative Commons Zéro)
Avant… (photo sous licence Creative Commons Zéro)

J’ai toujours rêvé de participer à une install-party.  Non que le mot revête à mes yeux tellement de charme : je serais preneur d’une traduction française compréhensible, mais je ne suis pas sûr qu’atelier festif d’installation de système libre, ni un scintillant néologisme tel que fêtelier informatique fasse vraiment l’affaire.

Usons donc du mot pour être compris, sachant que c’est la chose qui mérite l’intérêt : il s’agit de permettre, au cours d’un atelier à caractère mi-sérieux mi-ludique (qui est un peu la marque de fabrique du monde Linux), l’installation simultanée d’un système libre sur les ordinateurs de tous les participants, sous la houlette de quelques praticiens chevronnés.
On a déjà développé dans ce blog le grand intérêt des systèmes libres, et de nombreuses bibliothèques publiques proposent, parfois avec l’aide d’associations locales de soutien au logiciel libre, des install-parties pour leurs usagers ; mais les universités n’ont pas tellement emboîté le pas dans ce domaine, ce qui est un peu paradoxal quand on sait qu’elles forment un public abondant, jeune et a priori bien disposé à l’égard d’un système informatique à coût nul. Du reste, bien des étudiants n’ont pas attendu que leurs bibliothécaires s’intéressent au libre, et notamment dans les disciplines scientifiques, ils l’utilisent depuis longtemps déjà.

Soucieux, à titre professionnel de participer à la dissémination des systèmes libres à l’université et chez les étudiants qui n’y connaitraient rien ; tenté, à titre personnel, par l’installation d’un Linux sur ma vieille machine (vous savez, celle qui a 5 ans, qui met 6 minutes à démarrer sous Windows et 7 à ouvrir un document texte) ; bref, bien décidé à tenter l’expérience à la BU, j’ai demandé de l’aide aux collègues et nous avons organisé la chose à titre interne et expérimental, puisque nous avons sur place trois informaticiens tout à fait bien disposés envers le petit manchot.

Ma première Linux party a donc eu lieu le 9 février dernier, organisée par et pour des collègues, à titre d’expérience et de formation. Brève fiche pratique pour ceux qui voudraient faire de même, et pour nous-mêmes l’an prochain.

L’organisation générale
– faire un mail à l’ensemble du personnel et recueillir les inscriptions : une dizaine sur l’ensemble du réseau (quelques 120 collègues), ce n’est pas si mal. Nous avions fixé un plafond de 12.
– demander aux participants d’apporter leur machine deux jours avant pour pouvoir se livrer à un diagnostic de leur état : une machine trop ancienne (au-delà de 5 ans) pourrait ne pas bien supporter le passage.
– leur suggérer qu’un apport de type gastronomique était bienvenu (c’est tout de même une party).

La régie

La scène... Cliché O. Legendre (licence Creative Commons Zéro)
La scène…(photo sous licence Creative Commons Zéro)

– réserver une salle à la BU et y acheminer le réseau nécessaire pour une douzaine de postes, mettre un vidéoprojecteur en place pour les démonstrations. La salle de formation classique ne se prête pas bien à cet usage (les tables sont déjà pourvues, donc encombrées, d’ordinateurs…), on a donc dévoyé une salle de réunion.

Embrouillamini de fils...
… et les coulisses. (photo sous licence CC-Zero)

– préparer les machines d’appoint (pour ceux qui n’apportent pas leur machine mais qui veulent juste voir comment ça se passe et manipuler le système) et les PC personnels déposés pour examen.

– choisir le système à installer (Ubuntu 10.04 en l’occurrence, pour ne pas surcharger les machines un peu anciennes que nous allions utiliser) et graver tous les CD nécessaires.
– animer la séance et assister au fur et à mesure ceux dont les machines donnaient des signes de faiblesse ou posaient des problèmes particuliers. Les trois collègues informaticiens disponibles ont largement suffi à la tâche, la procédure étant très bien balisée parce qu’ils sont surcompétents et surmotivés, bref des surhommes quoi.

Bilan au bout de 4 heures
Ubuntu version 10.04 est installé sur les dix machines : 4 PC personnels et 6 fournis par le service. Ces dix postes fonctionnent. Une intervention postérieure (trois minutes) sur les postes a cependant été nécessaire pour modifier les paramètres d’accès internet : ceux qui servaient lors de l’installation à l’intérieur de la BU, ne permettaient pas l’usage d’une connexion filaire extérieure, et le passage en DHCP n’est pas parfaitement géré par l’interface graphique du système.

Ma vieille machine est redevenue utilisable. Elle démarre en moins d’une minute et répond gentiment, et vite, quand je lui demande d’ouvrir un fichier.

Après ! (licence Creative Commons Zéro)
Après ! (photo sous licence Creative Commons Zéro)

Perspectives
– Organiser la même l’an prochain, mais cette fois pour les étudiants.
– Passer en dual-boot (système mixte Linux-Windows) au prochain renouvellement de postes de la bibliothèque numérique, puisque hélas notre SIGB ne tourne pas correctement sous Linux.
– … Et donc, bien sûr, changer de SIGB. Mais c’est un chantier d’une autre ampleur, donc une autre histoire et d’autres billets.

Adobe Digital Editions sous GNU/Linux, c’est possible !

A l’heure où le nombre de publications au format électronique va croissant, quoi de plus légitime que de vouloir consulter des e-books au moyen de son système d’exploitation favori ?
C’est en effet la question que l’on peut se poser lorsque, comme moi, on utilise au quotidien à titre personnel autant que professionnel un système GNU/Linux, en l’occurrence Ubuntu 10.10 « Maverick Meerkat » sur son ordinateur et que l’on se retrouve face à cela…

Installeur d'Adobe Digital Editions
Le message insupportable…

Si vous voulez en faire l’expérience et que vous n’utilisez ni Windows™ ni MacOS™, cela va de soi, rendez vous sur le site d’Adobe Digital Editions®, vous verrez, c’est édifiant !
Dès lors, on peut davantage douter de la bonne volonté que du savoir-faire d’Adobe qui promet une version Linux de son lecteur depuis la version 1.0 sortie en… 2007 ! Et ce d’autant plus que le très officiel Adobe Reader 9.0 est disponible dans les dépôts d’Ubuntu, au même titre que les plugins Flash, Shockwave ou Air…
Cela étant on peut comprendre la réticence d’Adobe à libérer le code source d’une application gérant des DRM vers une communauté globalement hostile à ce principe… et qui trouverai là l’occasion rêvée de contourner la gestion des droits électroniques !

Mais revenons à des considérations plus pratiques, on ne va quand même pas se laisser démonter par un message défaitiste !

A ce stade les solutions envisageables restent d’avoir une machine en dual-boot permettant de choisir un système supporté par Adobe au démarrage ou d’exécuter Windows dans une machine virtuelle. Mais tout cela est long, lourd et peu fonctionnel : peut-on décemment imaginer d’avoir à quitter toutes ses applications et redémarrer sa machine pour lire un e-book ? Quant à utiliser une machine virtuelle sur un netbook ou un ordinateur à la configuration matérielle limitée, je n’ose même pas l’imaginer.

Fort heureusement Wine est là pour nous aider et si ce n’est déjà fait, commençons par l’installer, ce qui avec Debian ou Ubuntu peut se faire en tapant ce qui suit dans un terminal :

$ sudo aptitude install -r wine

N.B. : Wine n’est pas un émulateur, c’est une couche de compatibilité applicative entre  logiciels Windows et système Linux ; Wine est présent dans toutes les distributions Linux récentes et si ce n’est en ligne de commande, il est facile moyennant quelques clics de l’installer avec son gestionnaire de paquets favori…

Le deuxième défi reste de trouver sur le site d’Adobe le fichier exécutable de l’installeur… et ce n’est pas une mince affaire. Car la page qui nous a si mal reçu contient un exécutable en flash permettant de lancer l’installation… pourquoi faire simple ? Mais rien n’est perdu et il suffit de suivre la note technique d’installation. Sur cette page au paragraphe « Manually install Adobe Digital Editions for Windows » figure le lien direct vers l’installeur

Où trouver l'installeur ?
Où trouver l’installeur ?

Une fois téléchargé l’installeur qui se nomme benoitement « setup.exe« , il convient de rendre ce dernier exécutable, soit via ses propriétés dans l’interface graphique ou bien :

$ sudo chmod +x setup.exe

et dans la foulée de lancer l’installation en double-cliquant sur l’icône de « setup.exe » ou encore :

$ wine setup.exe

par suite l’installation se passe comme sous… Windows !

Déroulement de l'installation
Une installation comme sous Windows…

Je passe rapidement sur les différentes étapes de l’installation, identique en tout point à ce qui se fait dans le monde MicroSoft. Il vous sera successivement demandé de choisir un chemin d’installation, d’accepter les termes du contrat de licence… mais après copie des fichiers un dossier « My Digital Editions » ainsi qu’une icône de bureau auront fait leur apparition. Magique, non ?

Voilà, désormais Adobe Digital Editions est installé sur votre ordinateur GNULinux et vous pouvez à loisir consulter l’offre de livres numériques de la BCU… Bonne lecture !