2015 en 10 résolutions

Parmi les bonnes résolutions de l’année figure, en bonne place, celle de publier de temps en temps sur ce blog1. Prudent, je ne m’engage pas à tenir un rythme, qu’il soit hebdomadaire ou semestriel. Mais pour m’obliger à commencer je livre un échantillon de nos projets 2015,  assez succinct pour laisser la possibilité de futurs billets, au fil des avancées irrésistibles et des captivants rebondissements et qui se produiront fatalement au cours de l’année.

Voici donc, en exclusivité, et aussi en toute intimité pour les rares avisés-lecteurs-de-l’Alambic ayant survécu à 6 mois de silence, notre programme 2015 en 10 résolutions.

Un peu de politique documentaire

Résolution n° 1 : réinformatisation

La BCU est l’un des établissements pilotes du projet SGBM. L’opération va prendre du temps (le calendrier initial du projet a glissé un peu, comme il est de règle pour les grands chantiers) de sorte que le déploiement du nouveau système pourrait avoir lieu en 2016-2017. Mais ce temps nous sera amplement nécessaire pour mener le considérable travail de nettoyage des données qui nous attend2. Dédoublonnage, suppression de notices sans exemplaires et d’exemplaires sans notices, retraitement de sous-ensembles mal catalogués, homogénéisation des méthodes de travail, ce vaste programme mobilise déjà un groupe de catalogueurs d’élite de toute de la BCU, lesquels ont du pain sur la planche pour les deux ans à venir et au-delà. Vous lirez très probablement, un de ces jours, un billet plus approfondi sur ce qui nous a conduits dans le projet et sur la façon dont la BCU prépare sa migration.

Résolution n°2 : acquisitions

A bin of books, by Jane Cockman (Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale).
Cliché  Jane Cockman
LOGOccby-nc

Avec une très grande originalité, du côté des achats (revues, bases de données, livres) la BCU entame l’année 2015 en accélérant la transition de l’imprimé vers l’électronique. Pour être plus clair, et justifier la mention dans ce billet d’un phénomène qui touche à peu près toutes les bibliothèques du monde, il s’agit d’une accélération de l’accélération. Le service assuré par feu notre agence d’abonnements nous a convaincus qu’il fallait dépenser autrement moyens et énergie. Les listes d’abonnement imprimés ont donc été réduites au strict minimum3, de façon à nous permettre de traiter ce qui en reste en liaison directe avec les éditeurs, et autant que possible en format électronique. Adieu les liasses d’abonnements, sans regret, je crois.

Investing, publié sur FlickR sous le pseudonyme de "401(K)2012", sous licence Creative Commons Paternité, Partage à l'identique.
LOGOccby-nd  http://401kcalculator.org/

 

 

Une fois épongés 1°) le passage de l’imprimé à l’électronique (parfois c’est plus cher) 2°) la baisse budgétaire 3°) l’inflation et 4°) l’évolution du change dollar/euro, la marge de manœuvre dégagée nous permet d’élargir deux ou trois abonnements principalement en lettres, chichement dotées en électronique jusqu’ici. Heureusement, les licences nationales viennent enrichir la matière disponible. Autre opération importante longtemps attendue et qui va nous faire progresser à grands pas vers l’inaccessible horizon de la bonne gestion, nous instruisons le dossier de déduction de la « TVA recherche » pour l’appliquer dès cette année sur l’essentiel de nos abonnements. Pas de petites économies.

Résolution n° 3 : production

Une autre grande transition est en cours, qui déplace notre effort de la documentation acquise (par nous) à la documentation produite (par les chercheurs de Clermont). Dans ce domaine, on poursuit les efforts entamés depuis trois ans, qui tournent autour de l’accès ouvert sous ses deux formes :

1. Voie verte : nous travaillons sur de la communication vidéo et préparons une journée d’ateliers autour de HAL, pour accroître le nombre de dépôts et de déposants ;
2. Voie dorée : pour soutenir la création de revues en libre accès (quelques billets ici en ont déjà parlé), a été créé fin 2014 à Clermont-Ferrand un pôle éditorial numérique qui regroupe la bibliothèque, les presses universitaires et la maison des sciences de l’homme. Le rôle précis de chacun est encore à définir, mais un outil de travail collectif est en place, c’est un excellent début.

Résolution n° 4 : numérisation

La politique de numérisation s’infléchit : la perspective initiale était de « bâtir des bibliothèques numériques » adossées à des projets scientifiques. Cette démarche a porté des fruits, dont plusieurs projets présentés sur ce blog : Glangeaud, EVE, ThinkMotion… Cette façon de travailler a eu deux limites :

1. elle nous a amenés à numériser, pour l’essentiel, des ouvrages extérieurs à nos fonds. Nous prospectons maintenant dans les fonds de la bibliothèque, dont l’intérêt scientifique ne fait pas de doute. Nous programmons en ce moment le traitement d’un premier ensemble appartenant au fonds Bastaire. Vous devriez en entendre parler dans l’année.

2. nous avons abouti à des sites web hétérogènes : internes ou externes, hérités ou conçus, produits ou hébergés, reposant sur des outils différents… L’ensemble est difficile à maintenir. Nous visons donc le déploiement d’un logiciel de bibliothèque virtuelle4, qui doit permettre à la fois la gestion interne des ouvrages numérisés, et leur exposition publique. Nous avions opté initialement pour un développement interne mais nous avons reconsidéré ce choix l’an dernier parce qu’il se heurtait à des obstacles techniques importants et manquait de prudence5. Nous allons donc nous tourner vers un outil existant. Actuellement, un groupe projet constitué d’étudiants examinent les divers outils disponibles. Le choix n’est pas infini, il est assez bien balisé, nous espérons aboutir à une décision au printemps, et pouvoir commencer cette année l’installation et le test de l’outil : nous avons des collections qui attendent !

Un peu d’informatique

Résolution n° 5 : évolution (du site web)

Cette année commence la mise en œuvre d’un nouveau mode d’évolution du site, fondé sur deux principes :

1. suivre pas à pas les évolutions techniques du logiciel (une mise à jour est en cours, sans changement de contenu ou presque)
2. organiser chaque année des tests d’utilisateurs pour recueillir leur appréciation et améliorer le site en fonction de ces tests.

Les premiers tests ont eu lieu à l’automne et ont porté sur le catalogue en ligne. Le debriefing aura lieu dans les prochains mois et déclenchera une première opération d’amélioration de notre outil de découverte. Le site web viendra ensuite (il est plus logique d’effectuer les tests d’utilisateurs une fois passée la mise à jour technique).

Résolution n° 6 : relation (avec les utilisateurs)

L’autre projet important sur le web est la mise en place d’un guichet unique de service en ligne appuyé sur un logiciel de support (OTRS), pour unifier tous nos canaux d’échange avec les utilisateurs, et remplacer les adresses institutionnelles, les formulaires d’échange, etc. C’est un projet assez intéressant, un peu en décalage avec les habituels services de renseignements en ligne (c’est un peu pour cela qu’il m’intéresse, j’avoue). Il y aura un petit billet détaillé dessus en fin d’année, promis.

Résolution n° 8 : migration (des fichiers)

Ferme de serveurs
Cliché: Simon Law 
LOGOccby-sa

La semaine dernière, les répertoires de travail quotidien des agents de la BCU ont été déplacés de notre petite « salle des machines » locales (longtemps réputée pour ses problèmes d’électricité et de climatisation) vers un serveur virtuel situé au centre de ressources informatiques dans une « salle serveurs » digne de ce nom6. Pratiquement personne ne s’en est aperçu, et c’est très bon signe : la migration (environ 800 Go) s’est faite sans coupure grâce aux outils déployés depuis un ou deux ans. L’étape suivante est la mise en place d’un plan de reprise d’activité (PRA) reposant sur nos propres machines, plus fragiles, mais utilisables comme roues de secours, pour faire tourner un processus régulier de duplication des données. La sécurisation est en marche.

Résolution n°9 : formation (avec les collègues)

Dans le même temps, la formation de 5 collègues issus des principales BU suit son cours, ce qui permet aux informaticiens de leur mettre en main les connaissances nécessaires à la gestion de proximité et garder le contact avec les nécessités de chaque site. Après avoir maîtrisé fin 2014 gestion des fichiers sur le réseau, traitement des incidents, processus de mise à jour, prise en main de fonctions avancées de l’ENT, ils vont maintenant se pencher sur les systèmes Linux, les logiciels de messagerie, la bureautique ou les questions de sécurité. Et peut-être accepteront-ils de raconter ici ce qu’ils en auront pensé ?

Résolution n°10 : expérimentation (d’imprimantes)

Je termine en mentionnant (il me fallait mes dix items) une petite expérimentation technique en cours : nous nous sommes fait livrer une imprimante « à ticket » (déjà en service dans les médiathèques ici et sûrement dans bien des BU). Si les tests sont concluants, ces appareils robustes remplaceront avantageusement les imprimantes de bureau mal adaptées à cet usage que nous utilisons encore.

Avant de clore ce pêle-mêle, il est juste de souligner (mais l’avisé lecteur l’aura compris) que la plupart des projets évoqués reposent sur d’autres que moi, et que mes collègues auront beaucoup de travail cette année. Quant à moi je compte, selon mon habitude, les regarder faire, les encourager avec enthousiasme (ou les aider dans les cas d’extrême urgence), et raconter leurs exploits ici (à moins qu’ils ne le fassent eux-mêmes, ce qui m’obligerait).

Tony Delgrosso, Lazy
Tony Delgrosso, LazyLOGOCCby-nc-sa.eu

 

 

  1. L’appel à contributions ne compte pas, soyons honnête ! []
  2. Quelle meilleure occasion qu’un déménagement pour ranger ses affaires ? []
  3. c’est-à-dire, tout de même, plus que divisées par deux dans l’ensemble des bibliothèques ! []
  4. Les bibliothécaires appellent cela une GED, mais le mot a un tout autre sens en informatique ; je pense que « logiciel de bibliothèque virtuelle » est plus clair. []
  5. Réinventer l’eau tiède ou la roue n’est déjà pas facile, mais ici, si j’ai bien compris le diagnostic posé par mes collègues, il s’agissait plus ou moins de refabriquer, armé seulement d’un couteau suisse, la roue à eau tiède qui coupe le beurre et distille le café ; ça aurait pu marcher, mais ni très bien, ni très bientôt. J’avais validé ce premier choix, mais je ne crois pas indispensable de s’acharner par fidélité à une erreur initiale. []
  6. C’est-à-dire un de ces endroits magiques, sans fenêtre, où l’on entre avec un casque anti-bruit, où la chaleur produite par les machines permet de chauffer le campus (j’enjolive un petit brin) et où des petits voyants multicolores clignotent dans des travées obscures peuplées de caissons métalliques noirs, au milieu d’une symphonie de bip-bips inquiétants. []

Je stocke, tu archives, nous indexons : numérisation, nouveau(x) chantier(s)

Résumons-nous : la numérisation, c’est lancé. La mise en ligne, ça fonctionne – d’ailleurs la BCU est dans Europeana depuis deux semaines ! – avec deux sites web de corpus numériques, qu’on peut voir ici. La gestion de projet, notamment en amont, ça se met en place – merci au projet d’histoire du droit sur les factums (id est mémoires judiciaires) de nous permettre de formaliser tout ça.

Bon, qu’est-ce qu’il reste encore ? L’élaboration et la mise en place d’un système intégrant d’une part un stockage sécurisé, d’autre part une perspective d’archivage pérenne. Le tout enrobé d’une mise en forme et en application d’un modèle de métadonnées plus rigoureux.

Containers in North Harbour, Copenhagen, Denmark
By Mvejerslev, BY-NC-SA, Flickr

Quel est l’état des lieux ? Pour le moment, les copies de fichiers issus de la numérisation sont stockées sur un disque dur externe, qui devait être un support temporaire. Mea culpa. Pas très brillant, je l’avoue, et pas très sécurisé surtout.

En même temps, le téraoctet n’est pas encore dépassé – c’est prévu pour mi-2013 si la numérisation continue au même rythme. Donc, il n’est pas très légitime de réclamer un budget à investir dans une structure – interne ou extérieure – prenant en charge le stockage et/ou l’archivage.

Lors du dernier conseil de la documentation du PRES, la question de l’archivage et de l’importance que les universités doivent y accorder ont suscité un débat et une prise de conscience qui semblent un bon début. Mais qui n’est pas suffisant.

 Qu’est-il possible d’envisager dans un tel contexte ? Le CRRI, alias Centre régional de ressources informatiques, service informatique desservant tout le PRES, a sollicité la BCU pour un hébergement sur un second site de ses propres données. La bibnum saute sur l’occasion pour proposer une réciprocité des copies de fichiers, afin que le CRRI à son tour prenne en charge ceux de la BCU – et en particulier la production numérique. C’est un premier pas, celui du stockage sécurisé, assez urgent à accomplir.

 Dans le même temps, il faut commencer à réfléchir sur la pérennité que l’on souhaite donner aux différents projets de corpus numériques. Car cela coûte cher, demande du temps, du matériel et des compétences – ou plus d’argent si l’archivage est opéré à l’extérieur (voir le CINES). Mais surtout, il semble évident pour tous que le numérique permet de produire plus et conserver tout. Faux. Il faut, comme pour le papier, savoir opérer une sélection, désherber AUSSI la production numérique. D’où la nécessité d’ouvrir le débat non plus au sein des bibliothèques mais des institutions dont elles dépendent, car l’enjeu se focalise sur les critères de cette sélection : que va-ton garder ? Pourquoi ? Quelle est la légitimité de tel ou tel projet dans le long terme ? Sa pertinence, l’ouverture de son corpus, le niveau de développement des outils qui permettent de travailler dessus ?

By Tsahi Levent-Levi CC BY 2.0, Flickr

Ces cogitations laissent le temps pour se pencher sur une indexation rigoureuse, entre autres en vue du stockage et de l’archivage – mais qui puisse également répondre aux besoins de mise en ligne et d’utilisation des corpus. Là, c’est encore le projet sur l’histoire du droit et le corpus des factums qui permet d’aider à formaliser les choses. Côté format, on a besoin de définir un schéma METS clair et simple, à partir des expériences des autres bibliothèques. Pas simple car aucun modèle ne domine. On va se fonder sur celui de la BnF et de Cujas notamment. Les deux institutions l’utilisent uniquement en tant qu’archivage, mais la première nous a précisé qu’il était très utile pour la présentation des métadonnées en ligne.

En même temps, il s’agit de débroussailler le contenu desdites métadonnées. Quand bien même la question demeure ouverte, entre indexation libre et normalisation thésauruesque, il est important de se créer une ligne de conduite et de la tenir. Si pour le moment l’indexation par les scientifiques, avec contrôle de la bibliothèque (du Laboratoire Magmas et Volcans et de la bibnum pour Glangeaud, de la bibnum et de la BU Lettres pour EVE), a été choisie, les différents retours de bibliothèques et de la communauté de chercheurs tendent vers une indexation à partir d’un vocabulaire prédéterminé, élaboré par les acteurs scientifiques constitutifs du projet, avec contrôle des métadonnées rentrées, doublée d’une auto-complétion permettant d’aiguiller la recherche.

C’est le cas de Viatimages, la base de données du projet Viaticalpes, ou encore de la bibliothèque numérique de la BIU Cujas.

 Rendez-vous dans quelques mois, après rencontre avec le CRRI, expérimentation de METS et avancement des nouveaux projets de numérisation comme les factums.

Série de l’été : un succès, un regret, un projet (3)

Isola di Caprera, Sardegna, par Ifyouloveme, Flickr, BY-NC-SA

Ma première bougie soufflée au sein du service, la série de l’été revient pour une deuxième saison, dont voici le 4e épisode.

Une réussite

Même si le principal de mes activités, id est la numérisation, m’apporte grande satisfaction, c’est sur un autre point que je souhaite appuyer : les tutoriels vidéo. La bibliothèque numérique n’en est qu’à sa première expérience, et il y a eu des couacs (je parle surtout pour moi), mais il est très réjouissant de voir tous les collègues entraînés dans un même projet. De même, les captures vidéo ont été effectuées dans le service CréaTICE, service de développement des ressources numériques pédagogiques, ce qui a permis de renforcer les liens établis entre nos deux équipes.

Cette expérience donne une corde de plus à l’arc de la bibnum.

Un échec

Difficile à admettre, mais assez évident, l’échec le plus important est de s’apercevoir qu’on n’en finit jamais avec la numérisation, et qu’un an n’a pas suffi à engranger la totalité des connaissances nécessaires pour mener à bien un projet de numérisation. Celle-ci est loin de se limiter au passage sous un scanner sophistiqué de documents papier, mais suppose en amont et en aval une chaîne de traitement, depuis la réflexion sur le contenu que l’on décide de numériser jusqu’à sa conservation pérenne dans des structures adaptées. L’indexation, l’organisation des fichiers, la maîtrise technique, le contrôle permanent, forment les enjeux les plus visibles de la numérisation. Il y a donc encore et toujours du pain sur la planche.

Un projet

La prochaine étape à réaliser demeure l’archivage pérenne de ce qui est produit par la numérisation. Gros défi, d’autant qu’il va falloir articuler le stockage au CRRI (le service informatique du PRES Clermont Université) d’une part, et l’archivage pérenne lui-même (vraisemblablement au CINES, malgré ses prix). Cela demande également de vérifier (revoir ?) l’indexation, la structuration et la gestion des métadonnées et des fichiers numériques.

Polnum : premier bilan automne-hiver 2011-2012

Projet EVE : illustration de la revue Fillette, Domaine public

Après une première saison (volcanique ? rugbystique ? mode ? climatique ? bibliclic ?) à la bibnum, il est temps d’embrasser dans son ensemble les avancées de la politique de numérisation dont je suis chargé.

Une première phase a été menée pour formaliser la politique de numérisation de la BCU, fondée non pas sur ses collections pour constituer une bibliothèque virtuelle en écho – comme c’est souvent le cas pour les bibliothèques possédant un fonds patrimonial important – mais sur la recherche clermontoise. Chaque projet de numérisation est donc développé au sein de projets de recherche et avec les laboratoires et enseignants-chercheurs comme partenaires.

La numérisation devient ainsi un instrument de la valorisation scientifique et participe des services de la BCU proposés aux structures du PRES Clermont Université, et plus largement diffuse les activités de recherche en ligne. C’est un moyen de faire connaître la BCU sur ces nouvelles missions, de l’impliquer dans les évolutions des services et structures qui l’entourent (CRRI, CréaTICE, UFR, laboratoires de recherche au sein de l’UBP notamment) et de collaborer avec des partenaires extérieurs au PRES.

 Quatre projets étaient en cours ou sur le point de commencer lorsque je suis arrivé en juillet 2011. Que sont-ils devenus depuis ?

Les carnets du géologue Philippe Glangeaud sont désormais en ligne sur un site dédié, et le comité de pilotage se réunit régulièrement pour l’enrichir et faire évoluer les contenus et l’ergonomie : d’autres carnets sont en cours de chargement, et des documents du géologue conservés au Muséum Henri-Lecoq, partenaire du projet, vont bientôt les rejoindre après numérisation et indexation (documents photographiques principalement). Dans le même temps, le service de la bibnum réfléchit à un feuilletage plus pratique ainsi qu’à une nouvelle présentation de la vitrine. Le site est dores et déjà moissonné par Isidore, et bientôt sera visible dans Gallica.

 Le projet EVE entre dans une nouvelle phase : le site internet, produit par un prestataire extérieur, rejoint en mars prochain les serveurs de la BCU, et de nouvelles modifications seront effectuées avant de le rendre visible en ligne. Toutes les collections sauf une sont numérisées, indexées, scénarisées pour les contenus pédagogiques, et chargées sur le site. L’objectif est de réunir toutes les personnes impliquées dès réception du site afin de déterminer les modifications et évolutions à apporter à celui-ci, ainsi que le calendrier y afférant, puis de le rendre rapidement accessible au plus grand nombre en l’exposant visiblement sur internet.

 ThinkMotion est achevé pour la phase de numérisation des collections concernant la BCU, soit une quinzaine de documents. Un bilan est effectué régulièrement avec l’IFMA, une réunion d’étape aura lieu ensemble avec les partenaires européens à Aachen fin mars. La BCU attend les documents de l’ISTEA pour les numériser et les transmettre à l’IFMA. Par ailleurs, elle réfléchit à utiliser ce matériau comme tremplin pour un projet autour de la mécanique agricole, projet qui serait porté par des laboratoires clermontois de la MSH.

 La numérisation des herbiers de l’Institut des herbiers de Clermont-Ferrand a débuté fin janvier et pris son rythme de croisière. Actuellement, deux herbiers ont été numérisés : chacun comportait deux presses – cartons rassemblant plusieurs parts, c’est-à-dire les feuillets sur lesquels sont collées les plantes et leurs descriptions – de taille variable, le premier herbier étant composé de 325 parts, le second de 463 parts. Ce sont donc près de 800 parts qui ont été numérisées en 4 semaines. Un nouvel herbier vient d’arriver, qui compte une vingtaine de presses. Voilà du travail en perspective, qu’il faut transformer en vrai projet scientifique – les herbiers constituent en effet une entorse à la règle du 1 projet de numérisation = 1 projet de recherche, justifié en partie dans la mesure où l’institut qui les conserve est un département du PRES tout comme la BCU ; il s’agit donc d’un soutien apporté à un partenaire de facto.

Quels sont les projets en gestation, et les nouveaux défis ?

Côté projets : de plus en plus de laboratoires, d’enseignants-chercheurs et de structures qui entendent parler de numérisation se tournent vers la BCU, ce qui entraîne une certaine effervescence dans les projets, effervescence liée aussi à l’explosion des programmes/axes de recherche dans un contexte de quantification exponentielle et de productivité réclamée aux chercheurs. Pour n’égrener que les plus représentatifs, en les classant du plus imminent au plus hypothétique, on peut citer : l’atlas minéralogique de Lavoisier possédé par le Muséum Henri-Lecoq qui souhaite le mettre en valeur sur une borne interactive dans ses nouveaux espaces de collections permanentes, la numérisation de la revue Siècles du laboratoire du CHEC (MSH) avec océrisation puis édition en ligne, les factums de la cour d’appel de Riom, projet de recherche sur ces mémoires de juristes du XIXe siècle conservés au tribunal où ils ont été déposés, un projet ANR Corpus sur la création d’un corpus numérisé autour des éditions allemandes et françaises des contes de Grimm dont c’est cette année le bicentenaire de la première édition (résultat sur l’acceptation du dossier par l’ANR au printemps prochain), un projet sur l’histoire de la mécanique agricole avec les historiens du CHEC (MSH) et éventuellement d’autres partenaires comme la MSH de Caen, la réalisation d’un portail sur Blaise Pascal et Port-Royal, l’accompagnement d’un programme de recherche de la MSH transdisciplinaire sur la représentation de l’Auvergne dans la cartographie ancienne et l’iconographie, intitulé Opus/Locus, et un partenariat entre institutions qui promeuvent la danse et la recherche sur la danse.

Côté défis :

  • il faut articuler le calendrier 2012, et prévoir déjà 2013, ce qui relève de la gageure puisque les projets subissent des aléas parfois conséquents dans leur avancement et leur organisation. Une première mouture de calendrier, après l’expérience des deux premiers mois de 2012, est présentée à tous les responsables de services cette semaine, avec l’idée qu’il demeurera une trame flexible donnant une direction et des objectifs optimistes à atteindre ;

  • l’archivage et l’indexation des métadonnées. Là, c’est plus compliqué. Il s’agit de penser à la conservation des fichiers et données numériques issus des projets de numérisation. Cela suppose de prendre en compte deux paramètres : d’une part l’évolution des supports sur lesquels sont archivées les données, d’autre part l’obsolescence des formats de ces données mêmes.

    A ma connaissance, tous les types d’archivage sont envisagés selon les moyens des établissements : à la BU de Rennes 2, l’archivage consiste principalement en la sauvegarde multiple sur support disque dur externe, donc surtout maintien du support. A la BnF, avec laquelle je suis en contact notamment grâce à Sébastien Peyrard, tout un service est consacré à l’archivage et à l’élaboration d’un système « maison » dit SPAR, qui utilise notamment les méta-formats METSet PREMIS. Me penchant un peu plus sur les méta-formats METS et PREMIS, je m’aperçois que la complexité, lorsqu’on est tout seul sur le sujet, n’est pas tant la compréhension de leur fonctionnement que leur mise en œuvre. En effet, la création de fichiers type METS, qui structurent en les englobant toutes les métadonnées et les fichiers d’un même objet numérique, suppose une spécialisation que même les informaticiens des différents services que j’ai pu interroger à Clermont-Ferrand ne maîtrisent pas forcément.

Encore de délicieux moments en perspective…

Think Motion : le point sur un projet de numérisation

Mécanisme, par El Fausto, reprise sur le site du CRDP d’Alsace (CC-BY-NC-SA)

Think Motion, quezaco ?

La BCU s’implique depuis maintenant un an et demi dans un projet de bibliothèque numérique européenne sur la mécanique. Cette initiative, portée par cinq pays (Allemagne, France, Espagne, Italie, Roumanie) et six partenaires (universités de Bilbao, Illmenau, Aachen, Timisoara, Cassino et l’Institut français de mécanique avancée-IFMA pour la France). Il s’agit de créer une banque du savoir sur les mécanismes qui serait multi-supports et s’enrichirait de façon pérenne de documents numérisés et nativement numériques. Chaque mécanisme sera ainsi illustré historiquement et analysé sous toutes les coutures, reproduit avec les techniques contemporaines (3D, animation, vidéo, …) et adapté à de nouvelles utilisations. Enfin ça, c’est le rêve à atteindre.

Qui ?

C’est l’Ifma qui coordonne la contribution française au projet en rassemblant et en pilotant les apports et les collections d’institutions diverses (musées, bibliothèques, archives, instituts de recherche). La BCU apporte une aide en soutien à la numérisation, notamment de ses collections sélectionnées pour le projet, et pour la recherche de partenariats avec d’autres bibliothèques ayant développé des bibliothèques numériques incorporant la thématique mécanique. Par contre, c’est l’Ifma qui centralise l’indexation, le chargement du document numérisé dans la base commune du projet et les post-traitements éventuels (océrisation, retouches d’image…).

Comment ?

Cette bibliothèque numérique, prévue à l’origine comme ne provenant que des partenaires allemands (Illmenau et Aachen), a vu sa destination devenir plus ambitieuse. Le caractère européen s’est peu à peu dessiné lorsque ce projet s’est étoffé et a impliqué de plus en plus de partenaires. L’objectif est désormais d’apparaître dans Europeana au terme des trois ans du programme subventionné par l’Europe.

Mecanism design by Spread shirt

Spécificités du projet

L’aspect pédagogique du corpus ainsi constitué – faire travailler les étudiants sur des développements possibles de mécanismes en leur faisant créer des vidéos et animations 3D par exemple – est indéniable.

Côté technique et coordination, la logistique déployée est importante et assez lourde. L’homogénéisation des pratiques et processus de numérisation, avec post-traitement à la clé, est indispensable mais difficile à coordonner. Et d’autant plus lorsque cette coordination se fait à double échelle :

  • au niveau du projet global, ce sont les partenaires allemands qui s’en chargent, mais les dimensions multipartites n’ont pas toutes été intégrées dans la base de données, entre autres parce que le projet de départ n’était prévu qu’à l’échelle germanique (problème de champ de provenance des documents et de créateur de la source numérique dans les métadonnées par exemple : logique, puisque les documents devaient, à l’origine, venir de la même BU) ;

  • au niveau local ensuite (dans chaque pays), où la diversité des partenaires possédant les collections sélectionnées renforce la difficulté de traitement.

 Le bilan de la première phase n’est toutefois pas négatif et les problèmes se résolvent peu à peu. La mécanique du projet est désormais rodée.

Et la BCU dans tout ça ?

Ce projet permet à la BCU d’élaborer quelques principes solides quant à sa politique de numérisation et de production scientifique, et notamment d’affirmer sa volonté de lier chaque projet à un axe de recherche et un groupe de scientifiques de Clermont-Ferrand. La bibliothèque de production, dont dépendent les projets de numérisation, se veut ainsi un instrument pour la recherche tout autant qu’un outil de valorisation scientifique de la recherche et un vecteur de sa diffusion.

On peut également constater que ThinkMotion a permis un premier partenariat avec un des membres du PRES Clermont Université, l’Ifma, et un contact sympathique avec l’équipe de l’Ifma, contact que l’on espère pérenniser.

Enfin, ce projet peut servir de tremplin à une autre initiative sur le machinisme agricole, qui s’inspirera de son grand frère.

Après la poldoc, la polnum

Détail d’herbier – Institut des herbiers interuniversitaires de Clermont-Ferrand – BCU – Domaine public

En janvier 2011, la BCU a acquis un numériseur Zeutschel et s’est lancée dans des projets de numérisation. Pourquoi ? Parce que la BCU s’inscrit dans un mouvement de production de connaissances scientifiques, et que la numérisation y participe au même titre que les archives ouvertes par exemple. Parce que les collections de la BCU méritent d’être mises en valeur et diffusées largement. Parce que la BCU entend multiplier les liens avec les autres services et membres des deux universités clermontoises, ainsi qu’avec ses partenaires du PRES et des autres institutions culturelles.

Partant de ces postulats, les projets de numérisation se divisent grosso modo en deux catégories :

→ la numérisation de collections patrimoniales appartenant à la BCU ;

→ la numérisation dans le cadre de projets de recherche en partenariat avec les laboratoires du PRES Clermont Université et les structures culturelles locales.

C’est la combinaison des premiers projets avec un bilan de l’existant patrimonial (en cours d’analyse) qui permet de dégager des thématiques et axes potentiels de recherche proposés par la BCU elle-même, en même temps que la numérisation s’intégre dans les projets des chercheurs. Il y a donc à la fois prospection dans les collections et auprès des enseignants chercheurs.

Les premiers projets se sont fondés sur des projets de recherche et des partenariats extérieurs à la BCU : EVE Enfance-Violence-Exil avec un laboratoire de la Maison des Sciences de l’Homme, le projet sur les carnets géologiques de Philippe Glangeaud avec le laboratoire Magmas et Volcans et le muséum Henri-Lecoq, ThinkMotion avec l’Institut français de mécanique avancée dans le cadre d’un projet européen de mécanique destiné à être versé dans Europeana, et les herbiers de l’Institut interuniversitaire des herbiers de Clermont-Ferrand. Grâce à ces partenariats, les projets intègrent dans leurs corpus numérisés des collections extérieures à la BCU, permettant à celle-ci de s’enrichir virtuellement. D’autres billets viendront se pencher sur chacun d’eux plus précisément.

L’implication de la BCU dépend de chaque projet et de sa portée : elle conseille simplement sur ses domaines de compétences, elle numérise, mais elle peut aussi participer pleinement aux décisions portant sur la sélection des documents et l’indexation, ou elle s’implique jusqu’à réaliser le site en ligne du projet.

La difficulté réside dans l’articulation de la numérisation proprement dite et des phases amont et aval : préparation du projet (contenu scientifique, calendrier prévisionnel, budget, sélection et conditionnement des collections) et traitement a posteriori (indexation, modifications de fichiers, questions d’hébergement et d’archivage, diffusion avec mise en place des outils idoines). C’est que numériser consomme peu de temps en regard du travail et de la réflexion menés avant et après le passage sur le banc de numérisation. Il est donc prévu de mener simultanément des projets au long cours, tels que la numérisation des herbiers ou du fonds de littérature jeunesse, et des projets ponctuels en lien avec la recherche universitaire.

La BCU veut que les projets accèdent à une visibilité maximale. Pour cela, ils seront doublement exposés en ligne : via le portail de la BCU dans les ressources numériques, et via les partenaires des projets – en plus de leur description dans NUMES et leur moissonnage par ISIDORE, pour ce qui concerne les sciences humaines et sociales.

Trois bonnes raisons de travailler en bibnum (6)

The Nut, Stanley, Tasmanie, par Arthur Chapman, Flickr, BY-NC-SA

Dernier-né, tout nouveau, fraîchement catapulté dans le grand bain après l’Enssib, à peine le temps de babiller, je suis arrivé à la bibliothèque numérique de la BCU (Bibliothèque Clermont Université) à CF city, alias Clermont-Ferrand, le 1er juillet. Qu’est-ce qui m’a donc poussé à venir travailler dans ce service ? S’il faut ne retenir que trois raisons, je dirais que :

  • premièrement, c’est le lieu de la diversité : l’équipe rassemble autant de profils, de postes et d’idées qu’il y a de personnes, ce qui permet la multiplicité des opinions, un enrichissement du travail par les cultures individuelles différentes ; il y a un véritable partage et des regards croisés sur les missions du service ;
  • deuxièmement, c’est un des centres névralgiques de la BCU : la bibliothèque numérique se situe au contact de tous les sites et de toutes les personnes travaillant à la BCU ; elle est indispensable et en adaptation/évolution permanente ; on se sent utile pour le public comme pour les collègues en coordonnant la gestion de toute la documentation électronique, abonnements, dépôts de thèses, fonds numérisés, etc ;
  • troisièmement, pour ce qui concerne plus particulièrement mes missions, c’est de se sentir tout le temps en mouvement : créer, concevoir, superviser ou plutôt coordonner des projets de numérisation, fédérer les collègues et rassembler leurs compétences ou leurs opinions sur une thématique précise dans un effort uni, faire sortir la bibliothèque de sa communauté, mais aussi la faire coller à son public ; cela suppose d’entretenir le contact avec les chercheurs et enseignants-chercheurs, les étudiants, et toute institution susceptible de se joindre à la BCU pour faire exister ces projets.

La bibliothèque numérique de la BCU fourmille littéralement d’idées, d’envies, de savoirs et de bonne humeur. Toute cette ambiance est très stimulante, tout en restant détendue. Innovant et performant à Clermont-Ferrand – ça rime – avec la bibliothèque numérique – ça rime moins -, voilà une réalité qui promet.