L’Open access est-il négociable ? Leçons du contrat Elsevier / Pays-Bas

La négociation entre Elsevier et les universités néerlandaises s’est conclue il y a peu. Son déroulement et ses résultats sont présentés par le professeur Gerard Meijer, un des universitaires acteurs de la négociation (pour les gens pressés : voyez les cinq dernières minutes de la vidéo ; mais l’ensemble est passionnant !). En résumé :

  • un contrat de 3 ans, 2016-2018
  • des taux d’inflation de 2.9, 2.5 et 2.2 %
  • une clause de passage au libre accès : chaque année, le nombre d’articles néerlandais en libre accès augmentera de 10 %. En 2018, 30 % des articles publiés par des chercheurs néerlandais1 dans les revues d’Elsevier seront donc en accès libre. Ce passage est couvert par le contrat et n’occasionnera pas de paiement supplémentaire de frais de publications (APC, article processing charges).

Qu’en penser ?

D’abord, deux coups de chapeau aux universitaires néerlandais : un premier pour avoir mené (en équipe) une négociation très dure ; un second, beaucoup plus appuyé encore, pour avoir présenté publiquement les résultats de la négociation. C’est une première, à ma connaissance, et très courageuse, parce qu’elle expose le résultat à la critique internationale.

Sur le fond, à présent ? Le contrat que décrit G. Meijer fournit des arguments aux partisans comme aux adversaires de la transition négociée vers le libre accès.

Pour les partisans de la négociation, l’expérience néerlandaise prouve qu’il est possible de coupler la négociation sur l’Open Access avec celle des abonnements. Financièrement, cela peut être rentable, car les APC vont diminuer dans des disciplines où ils étaient sans doute importants ou risquaient d’augmenter (les disciplines visées par la transition sont celles qui sont déjà actives en OA) : la dépense est désormais incluse dans l’accord. Politiquement, cela fait faire un pas vers l’OA, puisque tout une partie de la production bascule, d’un seul coup, de l’abonnement au libre accès.

Les sceptiques ne manqueront pas d’objections non plus : ce qui se prépare avec de tels contrats, c’est la reconduite du monopole des éditeurs commerciaux dans l’édition scientifique, en y absorbant l’open access. La transition vers l’OA est effectivement possible dans ces conditions, mais à aucun moment cette transition ne permettra la baisse des tarifs : elle est négociée avec des acteurs dont le principal objectif est de les augmenter. Elle ne permet pas non plus à de nouveaux éditeurs d’entrer dans le jeu, puisque les éditeurs majeurs restent les partenaires privilégiés des scientifiques dans le libre accès : « Publiez chez eux, c’est gratuit compris dans le contrat ! » Avec ce type d’accord, on fait bel et bien progresser le libre accès, mais on laisse irrésolus les problèmes fondamentaux : la main-mise des gros éditeurs commerciaux sur la production scientifique et ses conséquences désastreuses, financières et scientifiques, pour les établissements de recherche du monde entier.

Avec tout le respect dû au courage des négociateurs, je me range dans le camp des sceptiques, on l’aura compris. Cette négociation illustre, je crois, ce que l’on peut obtenir de mieux des éditeurs : une transition vers le libre accès à inflation constante… En termes marchands : « mieux, mais pour plus cher. » Est-ce cela que nous voulons : le libre accès à tout prix ?  Alors que nous sommes étranglés par nos dépenses actuelles auprès des éditeurs ? Ce que plaide le livre blanc de la bibliothèque Max Planck2 , c’est la négociation avec les éditeurs pour une transition rapide vers l’OA, avec l’idée de faire diminuer la dépense.  L’exemple néerlandais montre que l’on peut remplir la première condition (une transition rapide vers l’OA), et ce, au prix d’une négociation très dure. Mais quelle négociation pourrait déboucher sur une diminution de la dépense, quand elle se fait avec des éditeurs en situation de monopole ? Quel moyen de pression avons-nous pour obtenir cela ? Et si la transition se fait à dépense constante, sur quel miracle peut-on compter pour la faire diminuer ensuite ? De ce point de vue, l’expérience néerlandaise sonne comme un démenti empirique des propositions du Max Planck : nous sommes dans la nasse.

Or, ce que souhaitent les chercheurs qui défendent le libre accès, et ce que nous souhaitons nous, dans les bibliothèques, c’est la possibilité pour les scientifiques de publier et de lire à des coûts réellement modestes, dérisoires même. Démanteler le système de l’abonnement n’y changera rien. Ce qui est en cause, c’est le détour inutile que font les articles par une machine éditoriale qui les facture ensuite à ses propres auteurs. De ce point de vue, Episciences, Mathdoc, le Quality open access market, Revues.org et tous les systèmes qui leur ressemblent sont les seules réponses vraiment adaptées.

Je ne sais pas s’il est encore possible d’éviter une vague de négociations emboîtant le pas à celle-ci, avec pour effet prévisible de laisser la maîtrise du jeu aux éditeurs qui l’ont déjà. J’en doute.

Je pense en revanche que nous pouvons, et devons, faire naître autant de revues en libre accès que nous le pouvons, fondées sur des bases économiquement et scientifiquement saines. Pour cela, nous pouvons travailler localement et nationalement en mettant des pépinières de revues en place. Nous pouvons encourager de jeunes chercheurs à créer de telles revues, et les y aider. Nous pouvons demander à des chercheurs de renom, qui n’ont plus rien à prouver, d’en créer d’autres, toujours avec notre aide. Autant de jalons posés pour la refondation du système, un jour.

Car j’ai l’impression qu’il va aussi falloir être patients.

Statue de femme assise, les mains entourant ses genoux, regardant la mer.
Attente ; Hambourg, mémorial des femmes de marins (Cliché Jaime Silva).

 

 

 

 

 

 

 

  1. Très précisément, il s’agit d’articles dont l’auteur principal, le corresponding author, est néerlandais. []
  2. Cf le § 3 de ma traduction du livre blanc : « Il y a actuellement déjà assez d’argent dans le système. Une transition à grande échelle de l’abonnement vers l’édition en libre accès est possible sans dépense supplémentaire. » []

Démanteler le modèle économique de l’abonnement, pour opérer à grande échelle la nécessaire transition vers le Libre accès

Livre blanc de la Bibliothèque numérique Max Planck pour une politique du Libre accès

Boussole
Boussole, par Ann Schiebert  (Publié sous licence Creative Commons, Attribution, Partage dans les mêmes condition)

Note : ce billet est la traduction de http://pubman.mpdl.mpg.de/pubman/item/escidoc:2148961:7/component/escidoc:2149096/MPDL_OA-Transition_White_Paper.pdf (Max Planck Digital Library, München, Allemagne): « Disrupting the subscription journals’ business model for the necessary large-scale transformation to open access: A Max Planck Digital Library Open Access Policy White Paper ».

Cet article a été publié sous licence Creative Commons, attribution1. La traduction en est publiée sous la même licence.

Résumé : cet article défend l’idée, étayée par des faits, d’une transition générale du modèle courant de revues sous abonnement vers un modèle économique du Libre accès. Les journaux existants, dont le fonctionnement a fait ses preuves, devraient être préservés et remodelés pour répondre aux besoins de la recherche du 21e siècle, tandis que le flux financier qui les soutient devrait subir une restructuration majeure. La pression est suffisante pour permettre un effort décisif vers l’édition en libre accès. Les diverses initiatives existantes doivent être coordonnées pour converger vers cet objectif clair. Le caractère international de la recherche implique que cette transformation ne sera accomplie à un niveau vraiment mondial que grâce au consensus des principaux organismes de recherche. Tout indique que l’argent déjà investi dans la publication de la recherche est suffisant pour rendre possible une transformation viable pour l’avenir. Il faut donc faire largement comprendre que l’argent actuellement bloqué dans le modèle de l’abonnement doit être retiré et redirigé vers des services d’édition en libre accès. Les budgets actuels d’acquisition des bibliothèques sont la dernière réserve possible pour permettre la transformation sans risque financier ou autre. L’objectif est de préserver le niveau de service des éditeurs, toujours demandé par les chercheurs, tout en redéfinissant et en réorganisant les circuits financiers nécessaires. Par le démantèlement du modèle économique sous-jacent de l’abonnement, la publication des revues peut conserver sa vitalité et poser les fondations solides pour les progrès scientifiques futurs.

1. Introduction

La progression du Libre accès ces dernières années a été remarquable. Les articles en libre accès ont connu l’augmentation la plus dynamique du secteur des publications scientifiques, et ont atteint une part de marché de 13 % (même sans compter la partie hybride, qui a également crû de façon rapide, encouragée par la politique britannique dans la foulée du rapport Finch). En quelques courtes années, PLOS One est devenue la plus grande revue du monde, autant en termes d’articles publiés que de citations.

C’est un truisme parmi les éditeurs de dire que désormais une nouvelle revue ne peut être lancée sur le marché qu’en libre accès ; une nouvelle revue n’a pas d’avenir si elle emprunte la voie de l’abonnement. Cependant, bien que le libre accès prélève sa part des publications en les arrachant au système de l’abonnement, cette tendance ne se traduit pas par un déplacement des coûts d’abonnements vers des frais de libre accès. Actuellement, les coûts de la publication en libre accès viennent s’ajouter à un système d’abonnement qui perdure et qui continue d’imposer des augmentations annuelles de prix supérieures à l’inflation aux bibliothèques du monde entier. Il est facile de prévoir que le développement du libre accès ne sera viable que si les budgets d’abonnements sont utilisés aussi pour financer les services d’édition. Bien plus, la percée finale vers un système global de libre accès ne sera réalisable que si les budgets d’acquisition des bibliothèques sont redirigés pour faire converger les deux circuits actuels, au service d’un seul but : fournir le meilleur service éditorial possible aux chercheurs qui en sont les clients. Cela implique de lever la rareté et les restrictions qui ont été artificiellement crées par le système d’accès payant. En conséquence, le prochain et peut-être le dernier stade de l’évolution vers un système éditorial du 21e siècle doit être la transition des actuelles revues sous abonnement vers un modèle de pur libre accès. Cela pourra se réaliser par la conversion des budgets d’acquisition des bibliothèques en budgets de services d’édition, et l’on peut s’attendre à ce que ces budgets soient, en fin de compte, plus échelonnés que ne le sont aujourd’hui les APC2.

Le but de cet article est de défendre la nécessité d’une transformation à grande échelle des revues sous abonnement vers un modèle économique de libre accès, et de démontrer que cette transformation ne sera réalisable que par une transformation à tout aussi grande échelle — ou une libération — des budgets d’acquisition des bibliothèques. Nous montrons que l’argent dépensé annuellement dans le système de l’abonnement est déjà suffisant pour cela. Les nouveaux principes de fonctionnement permettraient au système éditorial de parvenir à l’âge numérique, et permettraient à la fois aux éditeurs et aux bibliothécaires de redéfinir leurs rôles et d’agrandir leur champ professionnel. Après des années d’anxiété et de tension généralisées, le cadre d’un système moderne, réaliste et durable pourrait enfin être posé grâce à une transition globale vers un modèle économique adéquat.

2. Des initiatives importantes mais limitées

Depuis le début du débat sur le libre accès, diverses initiatives ont apporté du changement dans la publication académique, mais elles ont toutes été limitées dans leur périmètre et dans leurs effets. Le libre accès progresse, ainsi qu’on le voit au décollage du modèle « Gold » et dans l’émergence de SCOAP3 comme modèle et source d’inspiration. On note aussi un intérêt croissant dans le monde politique, qui relaie la pression pour améliorer l’accès aux recherches financées sur fonds publics ; les acteurs de l’édition ont aussi travaillé à concevoir de nouvelles approches en direction du libre accès. Néanmoins, le système actuel de l’abonnement prévaut toujours et se porte très bien, ce qui situe le défi : il faut  surmonter l’inertie d’un système établi.

La montée du Libre accès

Dans la dernière décennie, le libre accès « voie dorée » a connue une expansion significative ; par ce système, les chercheurs (ou leur institution, ou financeur) paient d’avance les APC pour publier des articles qui, ensuite, sont librement accessibles dans les revues scientifiques en ligne. Cette expansion se reflète dans la production des revues en pur libre accès, qui a progressé de 1% par an, régulièrement, dans le total des publications. Leur niveau actuel est de 13 % du total des articles de recherche, une poussée qui, il est intéressant de le noter, se poursuit qu’il y a ait ou non une politique et une organisation favorable dans une institution donnée.
Le Sponsoring Consortium of libre accès Publishing in Particle Physics (SCOAP3), hébergé et coordonné par le CERN, a ouvert la voie du libre accès en convertissant quelques-unes des plus prestigieuses revues dans son champ (physique des hautes énergies) au libre accès. En modélisant une bascule des services et des circuits financiers vers le libre accès, SCOAP3 a proposé un exemple propre à inspirer d’autres champs de recherche, pour le développement de plans d’action en faveur du libre accès appliqués à leur propre discipline.

La pression politique s’accroît

Le mouvement du Libre accès gagne de plus en plus en visibilité politique. Divers gouvernements et centres nationaux de recherche, en particulier en Europe, ont récemment défini des objectifs très ambitieux : publier entre 50 et 80 % (voire la totalité) de leur recherche nationale en libre accès dans un délai de 5 à 10 ans. Les politiques, les prévisions budgétaires et les structures administratives se développent en fonction de ces objectifs. Au niveau supranational, des institutions comme le Global Research Council ou Science Europe poussent aussi à plus de Libre accès.

L’approche « hybride » est transitoire

Certaines revues sous abonnement ont fait un pas dans la transition vers le libre accès, en offrant certains de leurs article en libre accès. Cette approche est rassurante pour les éditeurs, car ils continuent de percevoir le revenu de l’abonnement, mais les frais de traitement des articles sont généralement élevés3. De plus, une crainte se fait jour autour de l’idée de « double paiement », au sens où un article est effectivement payé deux fois, à la fois par l’abonnement et par les APC, dans un contexte où les éditeurs peuvent n’être pas toujours transparents quant aux réductions proposées sur le prix d’abonnement4. De nombreux commentateurs ont remarqué qu’une institution soutenant le modèle hybride – même en tenant compte des réductions des éditeurs – ne tirerait qu’un bénéfice financier très marginal de son investissement.

Les « modèles de compensation » : l’hybride dans une direction prometteuse

S’ajoutant aux progrès du modèle « hybride », qui a mis une quantité substantielle d’articles en libre accès dans des revues en accès payant, nous voyons émerger un modèle « hybride 2.0 », appelé « modèle de compensation », qui redéfinit et étend l’approche hybride. Peut-être en conséquence d’une pression croissante d’acteurs européens, plusieurs éditeurs ont mis en place (ou sont en négociation pour les élaborer) des moyens de restructurer les services de la communication savante d’aujourd’hui, tout en réorganisant les flux de trésorerie qui en découlent.

Le principe des modèles de compensation est que les services de libre accès définis, et leurs coûts, sont (quelque peu) déduits des dépenses d’abonnement. Puisque cette approche exige également la mise en place d’une gestion des APC, les modèles de compensation pourraient ouvrir la voie, en termes structurels, financiers et organisationnels, à d’autres transitions. Ce modèle pourrait ainsi devenir un catalyseur important pour mettre en valeur les services numériques modernes conçus pour la communication savante d’aujourd’hui, tout en fournissant un moyen de réorganiser les flux de trésorerie.

L’approche par compensation a été inaugurée par le programme « Gold for Gold » de la Royal Society of Chemistry, et dans un accord entre l’Autriche et IOP Publishing, début 2014. Depuis lors, il y a eu un flux réguliers de communiqués similaires, le plus grand effort venant actuellement du Royaume-Uni et des Pays-Bas.

Bien sûr, le modèle en tant que tel est au tout début de son évolution, et il doit encore être appliqué au-delà du niveau local ou institutionnel, à une échelle réellement mondiale. Néanmoins, la compensation est une version améliorée du modèle hybride, et promet, pour la première fois, un véritable modèle de transition5. Elle produit donc une certaine inquiétude sur la ligne de front entre les bibliothèques de recherche les plus avancés et les éditeurs les plus classiques, car elle offre la possibilité d’une plate-forme pour refonder entièrement le financement de la publication académique.

Aller au-delà du modèle de compensation

Si importants que soient chacun de ces projets, leur impact cumulé a été insuffisant. La compensation ne peut avoir qu’un effet limité, et les audacieuses initiatives nationales comme celles du Royaume-Uni sont insuffisantes pour modifier en profondeur les structures légales et financières des revues. Si nous voulons accélérer le déploiement du libre accès, nous avons besoin d’un plan de transition ambitieux, en même temps que d’un pilotage et d’une action concertée, qui implique une coopération supplémentaire entre des acteurs traditionnellement non alliés.
Lors du 10e anniversaire de la Déclaration de Berlin, Peter Gruss, alors président de la Société Max Planck, a ainsi résumé l’enjeu :

Au lieu d’une boîte noire pour calculer des prix d’abonnement, il nous faut des modèles fondés sur les coût réels de publication et caractérisés par la transparence et la soutenabilité. L’argent des budgets d’abonnement existants doit être transféré vers les budgets de publication, à partir desquels les publications des auteurs pourraient être financés via le Libre accès6

L’innovation que constitue le paiement de frais de publication ne peut être étendue que si les coûts des abonnements sont, dans le même temps, éliminés ou systématiquement convertis. Les budgets d’acquisition des bibliothèques doivent donc constituer la réserve de trésorerie cruciale pour cette transformation. Il ne reste plus, pour mettre en pratique cette philosophie, que d’être assuré qu’il y a assez d’argent dans le système pour rendre la bascule envisageable.

3. Ré-orienter l’argent actuellement investi

Les discussions sur la transition entre le modèle actuel d’abonnement et le modèle de Libre accès par APC, dit « voie dorée », a souvent suscité des inquiétudes sur l’accroissement présumés des coûts. Les bibliothèques, en particulier, craignent très souvent d’avoir, en fin de compte, à payer davantage.
Dans la plupart des cas, ces perspectives naissent d’une information et d’une analyse insuffisante de la structure et de la distribution des publications scientifiques. Le maniement des données sur les publications, au niveau institutionnel ou géographique, et leur interprétation, n’est pas une pratique courante dans les bibliothèques ni chez les autres services de traitement de la documentation, car les compétences en traitement de données et en statistiques ne sont pas directement disponibles dans ces institutions. Cependant, les compétences disponibles à la bibliothèque numérique Max Planck nous permettent d’apporter quelques données fondamentales au débat.
Nous croyons fermement qu’une transformation à grande échelle du modèle économique sous-jacent est possible sans risque financier. Notre propre analyse de données nous montre qu’il y a assez d’argent déjà en circulation dans le marché mondial – assez d’argent actuellement dépensé en revues scientifiques dans le système de l’abonnement, et qui pourrait être redirigé et réinvesti dans les modèles économiques du libre accès, pour payer les APC. Cet article étaye notre affirmation en présentant des calculs génériques, que nous avons faits en nous appuyant sur les données disponibles sur le nombre de publications et les niveaux de revenus au plan mondial, national et institutionnel.

Édition et APC : les données mondiales

Nous le savons par diverses études de marché d’analystes réputés, comme Simba ou BNP Paribas, les ventes annuelles de revues académiques, dans le monde entier, produisent des revenus commerciaux de 7,6 milliards d’euros environ. Dans les rapports, ce chiffre se situe dans la partie basse de la fourchette : ils se réfèrent aussi assez communément à une dépense annuelle de 10 milliards de dollars. Ces rapports ramènent inévitablement plusieurs devises à un dénominateur commun, ce qui crée une marge d’erreur, aggravée par la fluctuation naturelle des taux de change. Pour avoir suivi ce marché pendant de longues années, nous nous fions au chiffre de 7,6 milliards (et nous utilisons l’euro comme monnaie de référence dans ce document).
Ce niveau de dépense correspond à une production scientifique annuelle d’environ 2 millions d’articles de revues, chiffre souvent cité qui peut être considéré comme une hypothèse fondée7. Notre propre analyse de données a compté 1,45 million d’articles scientifiques dans le Web of Science en 2013, jusqu’à environ 1,5 million en 2014. Puisque le Web of Science indexe, par essence, les revues les plus prestigieuses et les plus coûteuses, les nombreuses revues d’envergure régionale, dont le coût, le tirage et la notoriété sont faibles, qui ne parviennent pas dans le Web of Science, peuvent être considérées comme faisant partie de la longue traîne. La production annuelle actuelle de 2 millions d’articles peut donc être considérée comme constituée, grossièrement, de 1,5 million d’articles du Web of Science et d’un demi-million d’articles supplémentaires.
Si nous devions ne considérer que les articles indexés par le Web of Science, le montant dépensé par article dans le système actuel de l’abonnement se situerait autour de 5000 euros. Si tous les articles présumés étaient inclus, le prix par article se situerait autour de 3800 euros. La réalité doit se situer entre les deux. Ces calculs sont illustrés dans les tableaux suivants.

(a) calcul pour les articles repérés par le Web of Science

Dépense mondiale d’abonnement 7,6 Mds €
Articles répertoriés seulement dans le Web of Science 1,5 M
Dépense par article (arrondie) 5000 €

(b) calcul pour le total annuel des articles

Dépense mondiale d’abonnement 7,6 Mds €
Total des articles publiés annuellement 2 M
Dépense par article (arrondie) 3800 €

Premier élément : dans l’actuel système de l’abonnement, le coût par article scientifique publié se situe déjà entre 3800 et 5000 €.

D’après ce que nous savons, on peut raisonnablement supposer que dans un système de publication en libre accès, le coût moyen des articles serait loin d’être aussi élevé. Bien sûr, il est concevable que certaines revues de haute notoriété aient des coûts de production élevés et doivent facturer des frais de cet ordre, ou même davantage, mais, vu la répartition très échelonnée des revues, cette « élite » représente une très faible proportion du total. Dans le paysage qui émerge actuellement, on verra un éventail très largement réparti d’APC, des coûts les plus bas aux plus élevés. Qu’il soit calculé par la moyenne ou par la médiane, cependant, l’indice moyen des APC ne sera jamais fixé par les valeurs situées au plus haut de l’échelle.
Les organismes de recherche et les financeurs qui ont mis en place une politique sur les APC suivent et contrôlent de plus en plus les données concernant leurs dépenses. Par exemple, à la bibliothèque numérique de l’Institut Max Planck, nous avons commencé à charger nos APC dans un espace de travail sous GitHub, fourni par l’OpenAPC Initiative, pilotée par l’Université de Bielefeld. Jusqu’ici, nous y avons chargé plus de 1046 de nos factures d’APC ; la dépense totale, 1,3 M€, aboutit à une valeur moyenne pour les APC de 1258 € pour la Société Max Planck. Des valeurs comparables sont rapportées par plusieurs des universités allemandes qui sont soutenues par la Fondation allemande pour la recherche (DFG), pour renforcer le financement de leur propres publications. Ils chargent leurs données sur les APC sur le même système, aboutissant à un total de 2387 articles, pour une dépense de 3 M€, et une valeur moyenne de 1239 € d’APC8.

Les chiffres rapportés par le Fonds autrichien pour la science (FWF) sont très proches des données collectées en Allemagne. Une moyenne de 1282 € d’APC était constatée en 2014, en légère baisse par rapport au chiffre de 2013, 1393 €9.
D’après les résultats initiaux du Consortium SCOAP3, les coûts de publication par article dans ce secteur sont aujourd’hui légèrement inférieurs à 1100 €, bien que des revues de physique auparavant très coûteuses aient migré de l’abonnement à un modèle basé sur les coûts de publication en 201410.
Le Wellcome Trust a été le premier organisme à rendre publics ses rapports sur les APC. Son récent rapport annuel 2013-2014 est déjà le second. L’an passé, quelque 2556 articles ont été publiés via le modèle APC avec le soutien du Wellcome Trust, et la dépense totale pour l’année 2013-2014 était légèrement inférieure à 4,7 M£ (6,4 M€). Les APC moyens se situaient autour de 1837 £ (2495 €)11. La principale raison pour laquelle les frais moyens du Wellcome Trust sont sensiblement plus élevés que ceux de l’Allemagne, de l’Autriche ou de SCOAP3, réside dans le fait que le Wellcome Trust, comme le Research Council britannique12, inclut les APC hybrides, qui non seulement sont plus élevés que la plupart des coûts du libre accès, mais de plus sont assez largement considérés comme ne reflétant pas la véritable valeur du marché. En Allemagne et dans de nombreux autres pays, les APC hybrides sont exclus des plans de financement centraux. Le rapport du Wellcome Trust montre que les articles hybrides comptent pour 75 % du total ; si l’on considère seulement les articles des revues en pur libre accès, les APC moyens descendent alors jusqu’à 1241 £, soit 1686 €. Ce chiffre est plus près des résultats allemands, mais plus élevé encore. Une explication pourrait être que le Wellcome Trust ne limite pas les APC, tandis que dans d’autres pays (comme en Allemagne) leurs coûts sont très souvent plafonnés ou co-financés avec d’autres budgets de recherche.
Tous les résultats disponibles publiés ou discutés dans les divers rapports convergent pour aboutir à un niveau prévisible des APC bien en dessous de 2000 € dans un scénario de pur libre accès. Cela laisse une confortable marge d’erreur confortable avant que la dépense n’atteigne le niveau actuel, situé entre 3800 et 5000 €. On doit donc pouvoir supposer raisonnablement que l’argent présent dans le système est suffisant, et que la transition vers le libre accès peut être accomplie sans aucun risque financier.

Second élément : il y a actuellement déjà assez d’argent dans le système. Une transition à grande échelle de l’abonnement vers l’édition en libre accès est possible sans dépense supplémentaire.

Répartition des APC par pays

Afin d’aboutir à des prévisions de coût fiables, l’étape suivante est nécessairement de répartir les chiffres mondiaux de l’édition au niveau de chaque pays, et finalement des institutions13. Pour que l’exercice ait une signification, il est essentiel d’appliquer un principe-clé du modèle économique du Libre accès, selon lequel les publications répertoriées dans les bibliographies nationales ou internationales ne doivent pas toutes être prises en compte pour le calcul du coût, mais seulement celles dont l’auteur principal est affilié à l’institution ou au pays considéré. Pour d’excellentes raisons, les articles à plusieurs auteurs sont mentionnés dans les bibliographies et les archives institutionnelles de leurs institutions respectives, mais pour ce qui est du coût, chacun de ces articles plusieurs fois décomptés ne doit être financé qu’une seule fois. À l’heure actuelle, dans le modèle dominant, l’auteur principal est responsable de la facturation et du paiement. Par conséquent, les différentes listes de publications nationales et internationales doivent être dédoublonnées pour ne conserver que les articles des auteurs principaux, afin d’aboutir à des prévisions budgétaires fiables.
Pour notre analyse par pays, nous avons pris comme exemple l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France, l’Allemagne étant notre propre pays, le Royaume-Uni étant au centre de l’attention à la suite du rapport Finch, et la France ayant récemment fait l’objet d’une couverture médiatique à cause des informations divulguées concernant ses accords nationaux avec les éditeurs. Le graphique suivant, basé sur les données du Web of Science, montre la production publiée (articles et notes critiques) de ces pays pendant les dix dernières années. Le modèle qui s’en dégage est que la proportion d’auteurs principaux se situe entre 65 et 70 %, ce qui signifie que seul le sous-ensemble d’articles correspondant est à utiliser pour le calcul des coûts. Si la production de l’ensemble du pays devait être financée dans un modèle économique de pur libre accès, seule cette part de 65-70 % serait facturée dans chaque pays, tandis que pour le tiers restant, les coûts seraient supportés à l’étranger. Bien que la proportion puisse varier quelque peu d’année en année ou d’un pays à l’autre, elle n’atteindra jamais 100 %.
Figure 1 : volume des publications montrant la part à prendre en compte pour les pays européens étudiés

Graphique montrant le volume total des publications et la part à prendre en compte pour les pays européens étudiés.
Volume total des publications et part à prendre en compte pour les pays européens étudiés.

Pour l’année 2013, cette répartition montre, pour chacun des trois pays, la distribution suivante des coûts :

Pour l’Allemagne, nous pouvons identifier 70 000 articles à prendre en compte pour les APC, sur un total de 103 000 articles et critiques répertoriés dans le Web of Science. Multiplié par notre prix moyen hypothétique (2 000 € d’APC), la dépense prévisible en libre accès pour l’Allemagne en 2013 aurait avoisiné 140 M€. Il n’y a pas de chiffres consolidés pour la dépense nationale d’abonnements aux revues scientifiques, mais les experts estiment que ces coûts sont largement au-delà de 200 millions d’euros par an. L’Allemagne devrait donc être en position d’organiser une transition générale vers le Libre accès sans trop de peine.
Pour le Royaume-Uni, nous identifions 72 000 articles à prendre en compte pour les APC, sur un total de 109 000 articles et notes critiques répertoriés dans le Web of Science. Multiplié par notre prix moyen hypothétique (2 000 € d’APC), la dépense prévisible en libre accès pour le Royaume-Uni en 2013 aurait avoisiné 144 M€. Les estimations des sommes payées par les institutions de recherche du Royaume-Uni pour leurs abonnements varient entre 160 M£ par an (selon JISC Collections) et 192 M£ (selon les bibliothèque de recherches britanniques) ; c’est-à-dire entre 218 et 260 M€. Par conséquent, au Royaume-Uni également, on voit clairement qu’une transition complète vers le Libre accès pourrait se faire sans tension financière.
Pour la France, nous identifions 46 000 articles à prendre en compte pour les APC, sur un total de 71 000 articles et critiques répertoriés dans le Web of Science. Multiplié par notre prix moyen hypothétique (2 000 € d’APC), la dépense prévisible en libre accès pour la France en 2013 aurait avoisiné 92 M€. Selon des estimations classiques, le secteur académique français paie au moins 120 M€ par an pour ses abonnements aux revues scientifiques. Par conséquent, comme l’Allemagne et le Royaume-Uni, la France n’a pas à anticiper de grande difficulté en préparant la transition vers le Libre accès.
Il sera intéressant de voir des données comparables analysées pour les États-Unis, en tant que principal marché et producteur d’articles scientifiques. Financé par la Fondation Mellon, un nouveau projet a récemment été lancé pour élaborer un modèle viable d’APC pour le Libre accès dans les grandes institutions de recherche américaines14. Le nom du projet, Pay it forward, reflète une démarche similaire à celle exposée ici. Selon notre propre analyse du marché des États-Unis, nous nous attendrions à une proportion de 80 % d’articles d’auteurs principaux (309 000 sur les 388 000 articles et notes critiques répertoriés dans le Web of Science en 2013), aboutissant à environ 618 M€ de coût en libre accès pour l’ensemble des États-Unis15. D’après ce que nous savons, nous faisons l’hypothèse qu’il y a assez de financement disponible dans les abonnements, aux États-Unis, pour rendre la transition abordable, là aussi.

En général, notre analyse de données indique une certaine corrélation entre la production scientifique d’un pays et la proportion d’auteurs principaux. Cela signifie que les pays ayant une moindre production scientifique peuvent s’attendre à une moindre proportion d’articles d’auteurs principaux, pris en compte pour les APC, tandis qu’une production plus élevée est corrélée avec une proportion plus haute. Le contexte régional, linguistique et politique d’un pays semble également jouer un rôle. En Chine, au Japon, en Corée du Sud, en Inde et au Brésil, nous voyons une proportion plus élevée d’auteurs principaux que dans les pays européens, alors que la position du Canada ressemble à celle de l’Europe. Nous invitons nos lecteurs à examiner les résultats de leur pays, tels qu’indiqués dans les données supplémentaires que nous avons publiées16, et à comparer ces résultats avec leur dépense nationale actuelle en abonnements.

Troisième élément : pour une analyse pertinente des coûts, il est important de distinguer les articles à prendre en compte pour les APC (ceux des auteurs principaux) du reste des publications. Les premiers échantillons établis au niveau national étayent encore l’affirmation selon laquelle la transition vers le Libre accès peut être accomplie sans risque financier.

Répartition des APC par institution

La viabilité que nous avons démontrée au niveau national s’applique de façon plus spectaculaire encore dans le cadre institutionnel. La recherche s’effectue par des collaborations qui transcendent les frontières institutionnelles et nationales. Une large proportion d’articles scientifiques ont de multiples auteurs, et très souvent émanent de plus d’une institution. Nous avons déjà vu au niveau national que la proportion d’auteurs principaux varie d’un pays à l’autre, et qu’elle est toujours très inférieure à 100 %. Cette proportion est encore plus réduite au niveau de chaque institution. Une grande partie des collaborations scientifiques étant organisée nationalement entre différentes institutions au sein du même pays, la production publiée sera, une fois encore, saisie dans plusieurs bibliographies et peut-être dans plusieurs archives institutionnelles, mais chaque article ne sera financé qu’une fois. Nos résultats suggèrent que le pourcentage de publications à prendre en compte pour les APC, pour une institution donnée, se situe entre 40 et 60 % de sa production totale, selon l’intensité de recherche et la réputation de l’institution. Les chiffres qui portent sur ce niveau sont communiqués par quelque 30 universités allemandes qui participent au programme de financement des APC de la Fondation allemande pour la Recherche (DFG).

Dans notre propre cas, à la bibliothèque numérique Max Planck, nous disposons d’un recul de plus de 10 ans, notre programme dédié au financement des APC pour nos chercheurs ayant déjà couru sur cette durée. Nous faisons partie des bibliothèques les plus expérimentées dans la prise en charge des APC, et nous avons continuellement suivi leur développement et analysé nos résultats. D’après notre expérience, nous observons la persistance d’un modèle, constant chez les différents éditeurs en libre accès, et stable dans le temps. D’après cette formule robuste, nous nous attendons à ce que nos auteurs produisent des factures pour 50 à 60 % du nombre total des articles (en fait, pour certains éditeurs nous constatons même des proportions d’auteurs principaux qui descendent jusqu’à 40 %). Nous sommes déjà assez convaincus pour fonder des projections de coût sur cette valeur. Par exemple, alors que la production annuelle d’articles de revues se situe aux alentours de 10 000 pour l’ensemble de l’Institut Max Planck, nous anticipons une proportion d’articles à prendre en compte pour les APC de l’ordre de 6 000. Par conséquent, nos coûts estimés pour un scénario de transition complète ne seraient pas supérieurs à 12 M€. La Société Max Planck est une organisation fortement orientée vers la production éditoriale, et en même temps un acheteur massif d’information scientifique. Notre dépense actuelle d’abonnements aux revues est déjà suffisamment importante pour rendre la grande transition vers le Libre accès possible sans avoir à réclamer davantage de financements. Si nous, en tant qu’organisation intensément tournée vers la recherche, pouvons le faire, alors nous croyons que la plupart des autres devraient aussi être en mesure d’organiser la transition dans les limites de leurs budgets actuels.

Quatrième élément : alors que la proportion d’articles soumis aux APC, au niveau national, avoisine souvent 70 %, elle peut facilement descendre jusqu’à 50 % environ au niveau institutionnel. Ce principe fondamental de distribution doit être pris en compte pour calculer les coûts de la transition vers le Libre accès.

4. Ouvrir la porte

L’avènement d’un système de publication véritablement en libre accès était déjà un élément constitutif (quoique implicite) dans les premières déclarations sur le Libre accès, et a toujours été perpétué dans les résolutions et les déclarations sur les politiques de libre accès qui ont suivi. Les récentes et énergiques initiatives, particulièrement en Europe, de même que la pression exercée dans tant de secteurs de la publication académique, ont amené le Libre accès jusqu’à notre seuil. Il semble que nous ayons simplement à ouvrir la porte pour le faire entrer.

Il nous faut ouvrir la porte à la mutation du modèle économique qui sous-tend l’édition académique, en opérant un transfert des paiements depuis les abonnements vers les services en libre accès. Le modèle actuel de l’abonnement doit être développé plus avant pour se transformer en un véritable modèle de transition. Les récents modèles de compensation qui semblent pousser partout comme des champignons, avec leur corrélation entre les dépenses de d’édition en libre accès et les dépenses d’abonnement, sont les éléments les plus prometteurs que nous ayons pour le moment. De tels modèles à double usage doivent être réclamés beaucoup plus énergiquement par les bibliothèques de recherche, au nom de leurs lecteurs. Le principe de compensation est en train d’entrouvrir, enfin, le système de l’abonnement et commence à l’aligner quelque peu sur les exigences du Libre accès. En conséquence, le budget d’acquisition des bibliothèques est en train de perdre le sceau hermétique qui remonte à l’ère de l’imprimé, et qui est resté si omniprésent dans la routine quotidienne de la plupart des bibliothèques. Enfin, les bibliothèques et les consortia du monde commencent à répondre aux attentes qu’ont fait naître les nombreuses résolutions sur le Libre accès de la décennie passée.

Élargir le périmètre des contrats d’abonnement et des budgets d’acquisition des bibliothèques est une démarche nécessaire, mais non suffisante. Nous autres bibliothécaires devons aussi être plus conscients que nous l’avons jamais été de la démographie éditoriale des productions scientifiques. Dans un monde fondé sur les modèles économiques du Libre accès, une nouvelle ventilation des services et des coûts va émerger, qui requerra de nouveaux critères de sélection et d’agrégation dans les bibliothèques, pour leur processus internes comme pour les outils et compétences qu’il leur faudra employer. Les transactions que les bibliothèques devront traiter pour leurs usagers seront très différentes dans un monde en libre accès, comparé au système de l’abonnement. Il faudra une nouvelle infrastructure de support et de facturation, commençant à la soumission de l’article, pour rendre le système robuste et extensible à des productions abondantes. Le travail a déjà commencé, comme l’illustre, par exemple, l’initiative ESAC17.

Mises à part quelques spécificités locales, l’édition scientifique est véritablement une entreprise internationale. Par conséquent, un changement fondamental du modèle économique sous-jacent ne peut être accompli qu’à l’échelle mondiale. Les organismes de recherche du monde, avec leurs bibliothèques, ont donc besoin d’agir de concert et de façon coordonnée, avec un objectif clé : transférer l’argent hors du système de l’abonnement, de façon à ce qu’il puisse être réinvesti dans la publication en libre accès. Ce mouvement coordonné donnera aussi un message sans ambiguïté aux éditeurs, de façon à ce qu’ils puissent eux-mêmes s’adapter au nouveau modèle économique en étant assurés de sa viabilité financière future. Pour finir, ni les bibliothèques ni les maisons d’édition n’ont à y perdre leur place : tous les acteurs seront transformés, émergeant avec une vigueur renouvelée dans un système éditorial modernisé.

Le temps est venu pour la communauté scientifique mondiale d’accélérer la transition vers le Libre accès. Nous avons une occasion unique de transformer le modèle économique sous-jacent des revues tout en préservant la viabilité financière et les fonctions centrales du système éditorial au sens large. En fin de compte, toute dépense d’abonnement doit être arrêtée : c’est le simple aboutissement des mesures progressives de la décennie passée. Les substantielles économies pourront alors être réinvesties pour la création concertée d’une gamme de services éditoriaux qui serviront véritablement les efforts scientifiques du 21e siècle.

 

 

  1. C’est ce qui m’autorise à le traduire sans autre forme de procédure, mais avec une sincère et chaleureuse reconnaissance pour ses auteurs. []
  2. NDT : les « frais de traitements d’article » seront abrégés ci-après APC= article processing charges, le signe étant d’emploi banal, même en français, pour les désigner. []
  3. Bo-Christer Björk, David Salomon (2014) : Developing an effective market for libre accès article processing charges. http://www.wellcome.ac.uk/About-us/Policy/Spotlight-issues/Open-access/Guides/WTP054773.htm. []
  4. David Prosser (2015): The costs of double-dipping. http://www.rluk.ac.uk/about-us/blog/the-costs-of-double-dipping/. []
  5. Stuart Shieber (2014): “A true transitional open-access business model”. The Occasional Pamphlet on scholarly communication. https://blogs.law.harvard.edu/pamphlet/2014/03/28/a-true-transitional-open-access-business-model/. []
  6. Peter Gruss (2013): “The unstoppable rise of libre accès”. Max Planck Research 4/2013, p.7. http://www.mpg.de/7644861/S002_Spotlight_006-007.pdf. []
  7. Voir par exemple le rapport STM 2014 (2015) : http://www.markwareconsulting.com/the-stm-report/. []
  8. Jochen Apel et al. (2014-): Datasets on fee-based open access publishing across German institutions. Bielefeld University. https://github.com/OpenAPC/openapc-de (figures as of 4 April 2015; data will constantly be expanded). []
  9. Falk Reckling, Katharina Rieck (2015): Austrian Science Fund (FWF) publication cost data 2014. http://dx.doi.org/10.6084/m9.figshare.1378610. Falk Reckling, Margit Kenzian (2014): Austrian Science Fund (FWF) publication cost data 2013. http://dx.doi.org/10.6084/m9.figshare.988754. []
  10. Voir http://scoap3.org/scoap3journals/journals-apc. Voir aussi Clément Romeu et al. (2014): The SCOAP3 initiative and the libre accès article-processing-charge market: global partnership and competition improve value in the dissemination of science. DOI:10.2314/CERN/C26P.W9DT. []
  11. Voir http://blog.wellcome.ac.uk/2015/03/03/the-reckoning-an-analysis-of-wellcome-trust-open-access-spend-2013-14/ []
  12. Le Research Concil of United Kingdom déclare : « Le sous-ensemble de 55 institutions considérées rapportent une dépense de 10.4 M£ d’APC pendant la première année, pour une production de 6504 articles en ‘voie dorée' ». Ceci implique un montant moyen de 1600 £ pour les APC. Cf. Review of the Implementation of the RCUK Policy on Open Access (2015), p. 11. http://www.rcuk.ac.uk/research/openaccess/2014review/. []
  13. Les données du MPDL figurent dans une autre publication, qui inclut des fichiers de données. Voir Margit Palzenberger (2015): “Number of scholarly articles per country. Data on Web of Science listed articles and reviews. 2004-2013”. http://dx.doi.org/10.17617/1.2. []
  14. http://payitforward-project.ucdavis.edu/ []
  15. Cf. note 12 []
  16. Cf. note 12 []
  17. http://esac-initiative.org/. []

Appel à communications : L’Open Access, questions économiques, éthiques et juridiques

Dans le cadre de l‘Open Access Week 2015, la bibliothèque numérique de la BCU organise une journée d’étude sur l’Open Access et les archives ouvertes qui se tiendra le 20 Octobre 2015 à laOpen-Access-logo Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand.

Son objectif est de mettre en évidence les aspects économiques, juridiques, mais aussi éthiques de la diffusion en libre-accès de la recherche à l’heure du numérique, en faisant converger les regards de juristes, d’économistes et de chercheurs en sciences de l’information et de la communication.

L’Open access (libre accès) est désormais en plein développement, qu’il s’agisse de la « voie verte » (dépôt des thèses et articles en archives ouvertes) ou de la « voie dorée » (publication dans des revues en Open Access). Ce développement voit converger des motivations éthiques et économiques. Il s’agit à la fois de rendre la connaissance plus accessible, plus aisément diffusable et réutilisable ; et, sur le plan économique, de répondre à la tension créée par la position dominante d’un petit nombre d’éditeurs scientifiques, en diminuant les coûts supportés par le monde scientifique pour la diffusion de la connaissance. Sur le plan juridique, dans le contexte mouvant de la propriété intellectuelle à l’ère du numérique, le courant du libre-accès contribue à faire bouger les lignes en imposant une distinction entre archivage et publication, tout en levant la barrière de l’accès. Il pose, à cause de cela, de très nombreuses questions de droit, qu’il s’agisse de l’articulation entre le droit d’auteur et l’archivage en ligne, de la question des embargos, des licences Creative Commons, etc.

Les propositions de communication, qu’elles émanent de juristes, d’économistes, ou de chercheurs en sciences de l’information et de la communication, tenteront de répondre aux nombreuses interrogations suscitées par le libre-accès à l’intersection entre droit, éthique et économie : comment le libre accès prend-il place dans le paysage juridique et économique actuel de l’édition scientifique ? Quels changements y produit-il ? Son succès remet-il nécessairement en cause les processus d’évaluation, les effets de notoriété ou le fonctionnement économique du circuit actuel ? Permet-il le maintien d’une démarche d’évaluation scientifique pleinement efficace ? Sur le plan juridique, de quelle armature le libre-accès s’est-il doté ? Est-elle suffisante aujourd’hui pour répondre au besoin des chercheurs et à la demande de la société ? Le développement du libre-accès est-il susceptible d’influer sur le droit d’auteur lui-même ?

Conjointement à ces communications, une table-ronde aura lieu, en présence de Serge Bauin, chargé de mission pour le libre-accès à la direction de l’IST du CNRS et auteur du récent rapport : « L’Open Access à moyen terme, une feuille de route pour HAL », d’ un représentant du CCSD (centre pour la communication scientifique directe), et de chercheurs clermontois utilisateurs de HAL. Cette table ronde permettra notamment :
d’évoquer l’usage actuel et l’avenir de HAL, plate-forme nationale du libre-accès ;
d’interroger les différents usages des archives ouvertes par les chercheurs clermontois ;
d’évoquer les autres archives ouvertes institutionnelles des EPST du site (ProdINRA, CEMOA d’IRSTEA), ainsi que de leurs échanges avec HAL.

Proposition à envoyer au plus tard le 20 AVRIL 2015 à : camille.meyer@clermont-universite.fr ; olivier.legendre@clermont-universite.fr

L’open access nuit-il à la qualité scientifique ?

 

Dans Documentaliste – sciences de l’information, n°50 – 4, est paru récemment un article répondant au titre ci-dessus. Le texte est déposé dans HAL en version auteur (l’éditeur n’accepte pas le dépôt du PDF-imprimeur, il sera disponible d’ici deux ans. Amusant, pour un article sur l’Open Access, non ?)

Comme, pour respecter le calibrage de la revue, j’avais un peu contracté mon texte, je m’offre ici le luxe d’une parution en version longue. Je ne promets pas que le lecteur y gagne.

  • Si vous êtes pressé, allez donc lire le texte déposé sur HAL.
  • Si vous êtes vraiment très pressé, pourquoi perdez-vous votre temps sur un blog ?

 —

Open Acces Cookie, publié sur FlickR par Biblioteekje sous licence Creative Commons Attribution, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique
Open Acces Cookie, publié sur FlickR par Biblioteekje, sous licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique.

L’Open access (ou accès ouvert, abrégé indifféremment AO ou OA) se définit de façon concise et simple : un article, une revue, est en accès ouvert si chacun peut y accéder gratuitement en ligne. Cette définition amène presque toujours une question qui dépasse largement le monde scientifique :

Mais si c’est gratuit, qu’est ce que ça vaut ?

C’est toute la teneur du débat actuel, bien légitime. L’association entre la valeur scientifique d’une revue et son prix est si spontanée, si répandue et si injustifiée, qu’elle satisfait parfaitement la maxime de Tocqueville

« une idée fausse, mais claire et précise, aura toujours plus de puissance dans le monde qu’une idée vraie, mais complexe… » (De la démocratie en Amérique, chap. VIII)

Le très gros bon sens mal appliqué (il l’est souvent, d’où cette maxime désabusée) postule que ce qui ne coûte rien ne doit pas valoir grand chose et réciproquement, que ce qui est vendu cher a sûrement beaucoup de valeur. Appliqué aux revues : les grandes revues scientifiques peuvent (voire doivent !) être chères, et celles qui ne sont pas chères ne sont sans doute pas très scientifiques. Inutile dans ce cas d’évoquer celles qui sont gratuites…

L’abonnement, garant de valeur scientifique ?

L’examen des tarifs pratiqués dans la grande édition scientifique, tout en procurant le frisson cosmique de l’infiniment grand, semble confirmer l’intuition. Voulez-vous vous abonner à Tetrahedron, chez Elsevier ? En 2013 c’est plus de 18 000 €. Chez Springer, 13257 € pour le Journal of Materials Science au tarif 2014. Chez Wiley, le Journal of Polymer Science coûtait plus de 11000 € en 2013. Certaines sociétés savantes, à but non lucratif, ont emboîté le pas. Les titres de l’American Chemical Society inspirent le plus grand respect par leurs tarifs : près de 9000 $ en 2012 pour les trois titres Journal of Chemistry A, B, C, plus de 5000 pour Biochemistry.

Ce sont là de grandes revues scientifiques. Elles sont très chères. De là à établir un lien de causalité entre les deux propositions puis à en déduire réciproquement qu’une revue peu coûteuse n’est pas scientifique, il n’y a que deux petits pas.

Ce sont deux faux pas, et dangereux. Mais que pourrait inciter à franchir l’argumentaire de certains éditeurs : à parcourir le site de l’AAP (Association of American Publishers) et la polémique fruste et agressive de l’opération de lobbying qui en émanait, PRISM (Partnership for Research Integrity in Science and Medicine), on comprend que l’édition est un métier, et que rendre l’accès gratuit, c’est détruire la garantie de qualité apportée par le métier (en France on ajoute volontiers : « et les emplois qui s’y attachent »).

L’assimilation entre processus éditorial (la chaîne de publication) et processus de relecture (celui qui amène un scientifique à dire : « cet article est bon parce qu’il apporte quelque chose »), entre validation scientifique et valeur marchande est pourtant abusive, puisque la relecture et la validation scientifique, qui relèvent du travail des chercheurs, ne sont pas rémunérées par l’éditeur. D’ailleurs, toutes les grandes revues scientifiques ne coûtent pas cher. Le Journal of Topology, publié par Oxford University Press est à peu près 14 fois moins cher que le Journal of Algebra d’Elsevier (500 € contre 6885 d’après les tarifs 2013 disponibles en ligne) Est-ce à dire qu’il est 14 fois moins scientifique ? Pour répondre, empruntons un instant, avec des pincettes, la jauge grossière qui sert à l’évaluation des revues, l’impact factor, en l’admettant comme mesure approximative du prestige scientifique. Le Journal of Algebra affiche 0,583, le Journal of Topology 0,672. À supposer que l’impact factor exprime valablement le prestige scientifique d’une revue, le Journal of Algebra, 14 fois plus cher, est si l’on ose dire 15 % moins prestigieux.

Le prix de l’abonnement n’est donc pas corrélé de façon fiable à la valeur scientifique d’une revue (CQFD). Voyons maintenant si l’accès ouvert offre de meilleures garanties.

L’open access peut-il garantir la valeur scientifique ?

Les revues en accès libre (open access) […] proposent leur contenu gratuitement accessible sur internet. Une avancée pour la diffusion du savoir ? Certainement. Mais aussi un insidieux facteur de détérioration de la qualité de la science publiée1.

Le fragile bon sens voit bien en quoi l’AO peut servir l’avancée du savoir. La science mise à la portée de tous, c’est la possibilité pour chacun, y compris les pauvres en euros riches en neurones2, d’aller à la source de l’information, de la vérifier, corriger ou utiliser, contribuant ainsi à la progression de la connaissance. Cette intuition (ou ce rêve) préside au succès mérité de Wikipedia.

Où est donc le danger ? Il a été illustré brillamment par un article de John Bohannon dans Science : une des façons de financer l’OA est de déplacer le paiement du lecteur à l’auteur, en lui faisant payer des frais de publication (APC, article processing charges, ou « frais de traitement d’article ») pour couvrir les coûts (temps de travail, infrastructure éditoriale, plateforme électronique de publication). Or, ces frais de publication sont sujets au dérapage autant et plus que les abonnements. Mais surtout, leur montant ne garantit nullement le caractère scientifique de la revue.

Pourquoi ? Parce que l’auteur a intérêt à publier. Il sera donc tenté, le cas échéant, de débourser de fortes sommes pour que son article paraisse, même s’il est médiocre (ou pire, plagié ou falsifié). Quant à l’éditeur, s’il trouve des auteurs prêts à payer, il n’aura pas intérêt à être regardant sur la qualité des articles proposés, ni sur la rigueur de la relecture scientifique. Danger illustré de façon remarquable par l’expérience de John Bohannon : 304 soumissions d’un même article sciemment falsifié3 : 157 acceptations, 96 refus. Notons que cette sorte de réédition à grande échelle, vingt ans après, de l’expérience cruelle du professeur Sokal, ne prouve rien concernant l’Open Access en général, ni même concernant les éditeurs concernés. Bohannon signale que « Les journaux [en Open access, NDLA] publiés par Elsevier, Wolters Kluwer, et Sage ont tous accepté mon papier bidon. ». Inversement, et j’avoue avoir été très heureux de l’apprendre, le fleuron de l’AO, PLOS ONE, a rejeté l’article après une révision attentive et sévère4. On note en revanche que parmi les titres répertoriés dans le DOAJ (Directory of Open Access Journals qui se pique de sélectionner les titres auxquels il renvoie) auxquels l’article a été soumis, près de la moitié l’ont accepté.

Il ne fait aucun doute que celui qui est prêt à payer assez cher trouvera toujours un journal prêt à le publier. Avec l’Open Access sont nés de nouveaux éditeurs « prédateurs », qui font payer très chers des auteurs pour publier des articles sans les faire expertiser par des scientifiques. Ces éditeurs font même l’objet d’une liste noire disponible en ligne5.

Si la hauteur des abonnements ne garantit pas, en elle-même, la qualité de la production scientifique, la hauteur des frais de traitement des articles ne fait pas mieux. Abonnement ou Open Access, on s’égare si l’on cherche à établir un lien entre la fiabilité de l’article et l’argent dépensé pour le publier.

 

Concilier valeur scientifique et acceptabilité économique ?

 

Cet engagement public pour le libre accès aux articles scientifiques suffira-t-il à tarir la manne dont les éditeurs, qu’ils soient ou non prédateurs, se repaissent ? Possible, mais elle ne viendra en aucun cas à bout de la course effrénée à la publication qui est à la source de la dégradation de la qualité des articles scientifiques6.

Accuser les éditeurs de rapacité ne dédouane pas le monde scientifique de sa responsabilité : les articles passent plus facilement qu’avant la barrière de la relecture. Le taux de rétractations après publication a été multiplié par 20 depuis 10 ans, au point de devenir en soi un objet d’étude. Tout se passe comme si l’inflation de la production scientifique et l’envol de ses tarifs allait de pair avec une inexorable dilution du contenu et une perte rapide de rigueur et de qualité.

 Les failles du système de publication et d’évaluation scientifique sont signalées avec constance depuis bien longtemps. L’utilisation de l’Impact factor, le classement des revues, le comptage des publications et l’utilisation de données quantitatives brutes dans l’évaluation des chercheurs a conféré à ces critères un poids considérable, alors qu’ils relèvent de la notoriété, sont anti-scientifiques au possible et très faciles à falsifier. On sait que tout indicateur mesuré tend à s’améliorer, car ceux qui sont évalués à son aune s’efforcent de s’y conformer au mieux de leurs intérêts. L’instauration d’un lien trop direct et trop fruste entre notoriété perçue, publications et carrière, incite à la surenchère : publication à la découpe pour faire du chiffre, plagiat pour aller plus vite, fraude scientifique pour atteindre les revues qui comptent. Forçons le trait7, à l’extrême, un chercheur devrait aujourd’hui démarcher des revues pour caser ses articles et gagner des citations, comme un vendeur démarche ses prospects pour arracher des deals et atteindre ses targets8.

Corriger le tir demande des changements systémiques considérables. La refonte ou la mise à bas du système de notation des revues va devenir inévitable tant la dégradation qualitative est patente. Mais il s’agirait de rien de moins que d’éliminer, dans l’activité des chercheurs, toute pression aux résultats ! Vouloir qu’une expérience réussisse est humain, mais ce n’est pas scientifique. Le processus de publication doit donc évacuer toute hâte, car un bon travail prend forcément beaucoup de temps, passé à expérimenter, produire, relire, vérifier, et souvent à explorer des impasses. En bonne science, les expérimentations ratées sont des réussites. Les réplications aussi. C’est l’intuition du mouvement slow science et de la reproducibility initiative : on voit que les éléments de refondation ne manquent pas. Et l’éthique personnelle se mêle intimement à l’enjeu systémique. C’est le refus des chercheurs de publier vite, beaucoup et mal, qui permettra à la science de retrouver rigueur et fiabilité, au prix d’un peu de lenteur.

Bien sûr, les points relevant de la régulation économique font aussi l’objet d’une attention soutenue. Libérer un marché captif et monopolistique9 pour le rendre de nouveau concurrentiel est un but politique, et non scientifique (ou disons, un but de politique scientifique…), mais légitime quand même. D’où l’importance

  • de développer l’OA « voie verte »10, en complément de l’abonnement, ce qui manifeste la distinction entre le service fourni par l’éditeur (processus éditorial, plateforme d’accès et services liés) et la production scientifique proprement dite (résultat du travail scientifique de l’auteur et du relecteur, rémunéré par les fonds publics, et donc librement mis à disposition) ;
  • de restaurer un circuit public d’édition (Open Edition Freemium, Episciences, avec ses deux titres qui démarrent, sont autant d’exemples naissants) qui ôte aux éditeurs commerciaux un monopole dangereux. Il s’agit bien de faire disparaître, ni plus ni moins, les revues chères, qui sont des parasites du monde scientifique, en publiant largement les coûts comparés des éditeurs. Car si l’on postule que la science contient une exigence intrinsèque de gratuité, garante de son désintéressement, il y a, ou il devrait y avoir dans l’édition scientifique un rapport rigide entre coût de production et valeur marchande. Or les coûts de production de l’édition scientifique sont, et vont être, de mieux en mieux connus au fur et à mesure que l’OA se développe. La communauté scientifique porte déjà son attention sur ce point et l’on peut compter sur elle pour faire pression sur les éditeurs, puisqu’ils proclament avec constance et passion qu’ils sont au service de la recherche.

La question de savoir si « la science doit être gratuite » est mal posée. Le travail scientifique et le travail éditorial ont un coût, il faut qu’il soit supporté. Il est donc inévitable, mais souhaitable aussi que coexistent le système de l’abonnement, le système de l’auteur-payeur, celui de la revue publiée sur fonds publics, etc. Ces systèmes, en coexistant, peuvent s’obliger réciproquement à plus de rigueur. Reste qu’il doit y avoir une exigence scientifique, intellectuelle, du circuit de production scientifique ; et une exigence politique, déontologique, du circuit de production éditoriale. La question est donc de savoir si nous préférons une science rapide, ou fiable, rémunératrice ou rigoureuse, austère ou obèse. Ces exigences sont ne sont pas indéfiniment conciliables. Vérifier prend du temps, la rigueur suppose le désintéressement, et une haute exigence ne peut s’appliquer qu’à des objets en nombre réduit, pour qu’une attention nécessaire puisse être accordée à chacun. Produire beaucoup et produire bien est difficile. Si produire beaucoup est la priorité, alors produire bien est impossible.

 

  1. Nicolas Chevassus-au-Louis, « Chercheurs pris en fraude [4/5]. Le piège de la gratuité » dans Mediapart, le jeudi 15 août 2013 []
  2. Voir à ce sujet l’histoire assez jolie relatée sur le blog Homo numericus : « Impressions d’automne 1: le cas Meredith ». Mais je n’ai pas pu vérifier si l’article en question a effectivement été publié, ce qui oblige à rester prudent. []
  3. l’article était rédigé de façon à contenir des erreurs scientifiques criantes et des manquements éthiques assez voyants pour tout relecteur scientifique. []
  4. « PLOS ONE a été le seul journal à attirer l’attention sur les problèmes éthiques posés par le papier […] PLOS ONE a rejeté le papier deux semaines après, en se fondant sur son contenu scientifique. » (je traduis). []
  5. Parmi les éditeurs répertoriés sur ce site qui ont reçu le papier de Bohannon, 82 % l’ont accepté. []
  6. Nicolas Chevassus-au-Louis, « Chercheurs pris en fraude [4/5]. Le piège de la gratuité » dans Mediapart, le jeudi 15 août 2013. []
  7. avec mes excuses respectueuses aux chercheurs, mon propos est général []
  8. mes excuses aux vendeurs aussi, après tout. C’est un métier plein de mérites, du moment qu’il est exercé avec plus d’attention au client qu’au chiffre d’affaires. []
  9. Les connaisseurs disent :  « oligopolistique à franges » []
  10. Dans l’OA « voie verte », l’auteur publie dans une revue classique (sous abonnement) mais auto-archive ensuite son texte dans un dépôt électronique institutionnel pour qu’il soit librement accessible en ligne []

Faut-il abolir les revues en ligne ?

Il m’arrive couramment (à la pause café, il est vrai) de militer pour la suppression des revues scientifiques. Leur contribution à l’excès d’information blesse mon goût de la synthèse ; leur coût agresse mon sens de l’économie ; du point de vue de la gestion bibliographique, elles constituent un casse-tête qui justifierait en lui-même leur abolition1.

Bien entendu, les revues restent utiles, et même indispensables, pour un très grand nombre d’autres raisons. Mais tout de même, c’est avec un intérêt amusé que je lis, émanant du monde scientifique, des remises en cause qui dépassent de très loin la boutade. Je doute qu’elles aboutissent à la suppression effective des revues scientifiques, mais elles produiront tôt ou tard leur effet, et s’accompagnent de propositions qui concernent directement les bibliothèques. Elles méritent donc que l’on s’y arrête ici.

Sailors with demolition charges on HMAS AUSTRALIA (Image du domaine public, source : FlickR)
Sailors with demolition charges on HMAS AUSTRALIA (Image du domaine public, source : FlickR ; original conservé à l’Australia National Maritime Museum).

Il est impressionnant de voir à quel point ces critiques se font radicales. Bien au-delà des récriminations rituelles contre les dérapages tarifaires des grands éditeurs, elles s’attaquent à la structure du système : classement des revues, Impact factor, comptage des publications à des fins d’évaluation, effets pervers de la notoriété… pour finir c’est l’existence même des revues qui est accusée de faire obstacle au sain exercice de l’activité scientifique. Un article signé de Björn Brembs et Marcus Munafò, paru en 20122, s’attache à caractériser précisément les symptômes du mal :

1- Croissance rapide du taux de rétractation des articles qui « stable depuis les années 1970, s’est mis à augmenter graduellement à partir des années 2000 de 0,001 % à 0,02 % ». Soit un article sur 5000, et un taux multiplié par 20 en une dizaine d’années3.

2- Plus grave, la proportion de rétractations dues à une fraude scientifique a elle-même augmenté et concernerait, ces toutes dernières années, la majorité des articles rétractés. L’article signale en passant le  site http://retractionwatch.com, créé en 2010, qui n’est pas sans rappeler, par son propos et son ton, le blog français « archéologie du copie coller ». La naissance de ce type de site est un symptôme en soi.

3- Autre élément mesuré par les deux auteurs pour évaluer le problème, le decline effect4, soit la tendance pour une découverte à être infirmée plutôt que confirmée au fil du temps par des expérimentations successives, avec des tentatives de réplication de moins en moins concluantes.

Les deux auteurs établissent que ces problèmes sont corrélés avec le rang des revues : mais à l’inverse de ce que l’on attendrait, les revues les mieux classées présentent une probabilité plus élevée de contenir des articles rétractés, frauduleux et des découvertes sujettes au decline effect  (p. 16, je traduis) :

Le classement des revues est corrélé de façon modérée à forte avec le manque de fiabilité scientifique, à la fois intentionnelle et non-intentionnelle.

D’où ils infèrent (p. 18, je traduis) que Faute d’une réforme de notre système de publication, les incitations et la pression qui poussent à publier dans les journaux de haut rang continueront d’inciter les scientifiques à moins de précautions dans leurs conclusions (ou pire), dans le but de  promouvoir leurs recherches auprès des plus grandes revues5.

En résumant, mais sans forcer le trait, les revues dans leur forme actuelle sont devenues un frein au progrès scientifique.

 

Mais en quoi une refonte du circuit de publication concerne-t-elle les bibliothèques ?

Tout ce qui a rapport aux revues scientifiques concerne désormais les bibliothèques, tant elles se sont impliquées dans ce dossier ces dernières années. Ainsi, la question de la transition vers l’accès ouvert est très souvent posée en termes économiques. Elle l’est, on les comprend, par les éditeurs, inquiets à la perspective d’une fusion de leur fonds de commerce. Mais elle pourrait aussi inquiéter les bibliothèques :

1- Économiquement, si la production de revues se déporte vers un modèle Gold (« auteur-payeur »), les coûts se retrouveront émiettés entre des entités en nombre infini (laboratoires ou individus), alors qu’ils sont en voie de centralisation aujourd’hui via les big deals, négociés en grande partie, à grand peine et à grand frais par les bibliothèques.

2- Dans le modèle Green (archives ouvertes), c’est plus simple encore : il n’y a plus ni coût, ni négociation, ni abonnement : à quoi allons-nous bien pouvoir servir ?

3- Enfin ce sont les barrières à l’accès qui rendent indispensables les outils que nous déployons pour donner accès à des ressources chèrement acquises (outils de découverte, résolveurs de liens). À quoi bon ces outils le jour où tout sera disponible gratuitement sur le web ?

Oui, tout cela est très préoccupant, et il y a quelque chose de piquant dans l’enthousiasme avec lequel les bibliothèques militent pour l’accès ouvert, alors que négocier, cataloguer, signaler des revues achetées à prix d’or est notre gagne-pain. La transition des revues entre papier et numérique a été une première révolution professionnelle ; ses répercussions n’étaient rien auprès de celles qu’aura le basculement vers l’Open Access. Dans cette perspective, je m’en vais sacrifier une fois de plus à ma passion pour les scénarios en proposant trois possibilités pour les bibliothèques dans un monde où l’accès ouvert deviendrait la règle (et en indiquant ma préférence entre elles, jouons fair play).

Scénario 1 : Quid nobis interest6 ?

Les bibliothèques pourraient se désintéresser des revues ou de ce qui en tiendra lieu, se recentrer sur les fonctions d’accueil, de gestion des stocks imprimés, une prestation minimale en traitement des données pour toute la partie qui ne serait pas déjà effectuée par les fournisseurs commerciaux, et une relation résiduelle avec les éditeurs survivants de l’ancien système. On aura compris à mi-mot en lisant ce qui précède que personnellement, je ne suis pas pour.

Scénario 2 : Statu quo, mutatis mutandis7

Les bibliothèques pourraient devenir un opérateur financier de l’accès ouvert, voie dorée (Gold open access) pour les établissements qu’elles desservent, en centralisant la gestion des frais de publication. Cela reviendrait peu ou prou à perpétuer le fonctionnement actuel en l’adaptant à l’évolution économique en cours. Personnellement, je trouverais cela intéressant, mais pas très ambitieux. Et du point de vue scientifique la « voie dorée » est loin d’offrir toutes les conditions nécessaires à la suppression des effets indésirables dénoncés plus haut.

Scénario 3 :  Nova de veteribus8

Les bibliothèques pourraient devenir un des acteurs du circuit de publication des résultats scientifiques. Martin Paul Eve9, dans un article paru l’an dernier  imaginait ainsi de faire des bibliothèques le pivot d’un système rénové. Il propose que la publication scientifique, sous quelque forme que ce soit, soit traitée localement par les bibliothèques universitaires dans des entités baptisées research output team, « équipe de publication scientifique ». Ces équipes auraient pour activité de faire fonctionner des plates-formes informatiques permettant le traitement des soumissions d’articles ou d’ouvrage (échanges avec les relecteurs, corrections), le traitement éditorial (balisage, mise en forme) et finalement leur publication dans une instance locale qui servirait à la fois de vitrine de publication et de dépôt d’archives. Il voit dans ce scénario une sorte de « fusion de la bibliothèque et de l’éditeur » (Elvire, veux-tu m’épouser ?) ; et conclut modestement : « In many ways this is a return to the idea of a University Press. »
Cette troisième possibilité m’intéresse davantage que les autres, d’abord parce qu’elle répond aux objections scientifiques formulées contre les revues en première partie de ce billet. Secondairement, cela n’étonnera pas l’avisé lecteur, parce qu’une solution qui s’appuie sur les bibliothèques et les maintient en lien étroit avec la recherche me paraît a priori préférable à tout autre. Troisièmement parce que de façon embryonnaire nous sommes en train de l’expérimenter à Clermont. C’est la demande des chercheurs qui nous a poussés dans cette voie, et nous ne l’avons pas théorisée, mais je m’aperçois avec joie que d’autres l’ont fait.

C’est compliqué à concevoir et à mettre en place, cela implique de réfléchir à l’articulation avec les presses universitaires, avec les dépôts d’archives ouvertes, avec les nouveaux systèmes de signalement, avec les éditeurs gold et avec ceux qui resteront dans le modèle de l’abonnement. Bref, cela demandera du temps, du travail et de l’intelligence. Je suis pour.

  1. Distinction du volume et du fascicule, changements de titre, fusion et scissions de revues, numéros spéciaux, titres à périodicité irrégulière, collections à numéros thématiques, sont quelques-uns de ces défis au bon sens qu’il faut faire entrer vaille que vaille, au chausse-pied, dans les cases étroites des catalogues informatisés ; à mon avis, le seul objet bibliographique susceptible d’égaler la revue en perversité est le volume de mélanges. []
  2. « Deep impact : Unintended consequences of journal rank », [http://arxiv.org/abs/1301.3748] []
  3. P. 3 : The retraction rate of articles published in scientific journals, which had remained stable since the 1970’s, began to increase rapidly in the early 2000’s from 0.001 % of the total to about 0.02 % []
  4. Je suis preneur d’une proposition d’équivalent français pour cet intéressant concept ; notons qu’il porte à controverse et contestation depuis sa popularisation par J. Lehrer dans le New Yorker []
  5. P. 16 : Journal rank is a moderate to strong predictor of both intentional and unitentional scientific unreliability. P 18 : Without reform of our publication system, the incentives associated with increased pressure to publish in high-ranking journals will continue to encourage scientists to be less cautious in their conclusions (or worse) in an attempt to market their research to the top-journals []
  6. Littéralement « Qu’est-ce que ça peut nous faire? » ou autre formule plus familière à votre convenance. []
  7. Litt. « Changeons un peu mais pas trop », mais vous l’aviez compris. []
  8. Litt. « Du neuf avec du vieux ». Je m’insurge contre la connotation négative de cette expression : à mes yeux prétendre faire du neuf autrement qu’avec du vieux, c’est négliger ses dettes []
  9. Martin Paul Eve, « Tear it down, build it up: the Research Output Team, or the library-as-publisher », dans Insights, the UKSG Journal, vol. 25, n° 2, July 2012, 154-162 [en ligne, http://uksg.metapress.com/content/9tvk4t7324388071/?p=43da471d5e0a4df6bd268ee270278a80&pi=6, consulté le 29 août 2013]. []

Les revues électroniques, combien ça devrait coûter ?

L‘Open Access est-il soluble dans le commerce équitable ?

Hot Coffee, par Andreas Solberg (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique).

Aujourd’hui, l’alambic distillera du café. J’aime beaucoup le café, tout particulièrement le café « équitable » et je n’étonnerai nullement l’avisé lecteur-qui-connaît-l’âme-humaine en confessant ici que l’éthique étiquette « équitable » rend son arôme plus doux à mes papilles. Pour forcer le trait et me propulser, l’espace d’un paragraphe, dans un monde rêvé où règne la justice, si chaque boîte achetée m’offre l’insigne satisfaction d’accomplir une bonne action, si chaque gorgée de café m’entretient dans la pensée que je contribue à l’équilibre du monde, en bref si mon plaisir bénéficie à l’harmonie universelle, comment ne pas savourer à plein l’équitable bonheur ? Et en plus il existe en décaféiné, je suis donc à l’abri des palpitations les jours où ma consommation dépasse le raisonnable.

J’aimerais que le lecteur d’une revue scientifique publiée chez Elsevier puisse un jour avoir l’impression, en lisant un article, de contribuer ainsi à l’harmonie du monde. Mais redescendons sur terre, où l’immuable harmonie se compose de pleurs aussi bien que de chantset où rien n’est parfait, même le déca’ équitable.

Cafe équitable on every corner, par One Percolated (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale).

Lors des discussions de ces dernières années avec les éditeurs, les bibliothèques ont cherché à améliorer les systèmes de tarification, comme si de meilleurs systèmes pouvaient contraindre les éditeurs à faire payer moins cher leur service. Or pendant ces mêmes années, l’édition électronique scientifique a acquis une réputation justifiée de très haute rentabilité. Préserver cette rentabilité est désormais pour les grands éditeurs un besoin crucial et tout système proposé par eux risque d’être paramétré en fonction de cet objectif. C’est ce que j’ai tenté d’illustrer hier avec mon histoire de mur qui se démonte et se remonte.

Les systèmes de financement pratiqués récemment ont en commun d’être tout à fait justifiables en théorie. Mais tous ces systèmes partagent aussi un défaut congénital majeur: quelle que soit leur justesse et leur finesse théorique, ils n’intègrent guère, in fine d’autre contrainte dans la fixation du prix que le rapport de forces entre un vendeur et un acheteur. Si le premier est détenteur d’un monopole, tous ces modèles produisent donc tout naturellement des hausses de prix considérables : au nom de quoi, dans la vraie vie, le vendeur renoncerait-il à la possibilité d’un profit aisément accessible, si l’obtention du plus haut profit est la principale condition de son succès ?  Nous avons vu déraper le système de l’abonnement depuis une douzaine d’années. Mais au sein du modèle Open Access (gold), le dérapage a déjà commencé, disait la semaine passée Paul Thirion, de l’Université de Liège, au cours de sa présentation sur l’archive institutionnelle modèle de son institution. Et de proposer une labellisation Fair Gold Open Access pour les articles qui seraient produits à un tarif raisonnable pour leur auteur (sur la vidéo, les limites du modèle Gold OA sont évoqués à 3’15, l’idée de fair gold est proposée à 4’10).

Fair gold OA, does it ring a bell ?

Inutile de tourner autour du pot de café, ce qui gît en ses tréfonds n’est pas une sordide affaire de gros sous étrangère à la vie scientifique, mais une question fondamentale d’équité dans la détermination des prix, qui est tout à fait cruciale pour la science. À la faveur de la concentration et de l’inélasticité du marché, les prix se sont trouvés décorrélés des coûts (point illustré de façon très probante par Laurette Tuckermann à partir de documents émanant d’Elsevier, à 4’00 sur la vidéo). Et plus les éditeurs décorrèlent, moins décolèrent les bibliothécaires et les chercheurs. Le modèle économique de l’édition scientifique, quels que soient ses fondements théoriques, ne sera acceptable par les scientifiques que s’il intègre des modèles de comportement pratique qui peuvent se ramener aux principes du commerce équitable. L’idée de faire estampiller une revue comme une boîte de café ferait sûrement beaucoup rire les concepteurs de business models chez Sprinsevier. Pourtant, il est tout à fait concevable de faire émerger, à la faveur des négociations menées avec les éditeurs, la notion proposée par Paul Thirion de fair Open Access, et même de l’étendre au modèle par abonnement, en faisant définir ce qu’est un prix équitable (fair price) par les autorités scientifiques, les instances d’évaluation, les consortia de négociation. Comment définir ce prix ? Par sa corrélation avec les coûts, répond avec justesse Paul Thirion. Les fondements de cette méthode sont déjà en place, si l’on y prête attention : le projet de labellisation des offres par le Consortium Couperin, qui sera mis en œuvre en 2013, est un premier pas dans cette voie, d’autant plus intéressant que les éditeurs se montrent très sensibles à son caractère incitatif : l’idée générale est que ceux d’entre eux qui auront satisfait aux exigences de la lettre de cadrage du consortium verront leur offre labellisée. On sait combien l’étiquette d’honorabilité est importante dans le secteur commercial. Il y a là un levier d’action qui est loin d’être négligeable.

Si j’osais, j’irais un peu plus loin et m’aventurerais jusque dans le domaine de l’évaluation scientifique des revues. Ne pourrait-on concevoir de faire entrer le prix, ou plutôt sa corrélation avec le coût, dans les critères d’évaluation ? Le lecteur-à-l’esprit-aiguisé m’objectera que l’intégration du prix aux critères d’évaluation d’une revue n’est pas conforme à leur caractère propre, puisqu’il s’agit d’un critère qui ne porte pas sur la valeur scientifique du contenu. On pourrait néanmoins le défendre avec deux types d’arguments :

  • le principal critère d’évaluation aujourd’hui utilisé, l’Impact factor, n’est pas particulièrement irréprochable en tant que critère d’appréciation de la valeur scientifique. Il est essentiellement quantitatif, alors que l’évaluation scientifique est par essence qualitative. Les limites du modèle quantitatif sont magnifiquement résumées et illustrées dans le rapport sur l’évaluation des chercheurs remis en janvier 2011 par l’Académie des Sciences (voyez p. 12 et suivantes). Dès lors, l’enrichir par un critère de prix serait un des moyens de tempérer les effets pervers liés aux critères de notoriété, en prémunissant le système contre l’association qui risque de s’établir entre une grande revue et une revue chère dans le modèle de l’Open Access auteur-payeur comme dans celui de l’abonnement. Il s’agirait, en somme, de tempérer un biais par un autre.
  • Autre type d’argument : peut-on soutenir, à qualité égale, qu’une revue peu chère est, passez-moi l’expression, « plus scientifique » qu’une revue chère ? Il me semble que oui, car les modes de fonctionnements économiques devraient tendre, selon l’éthique scientifique, à faciliter plutôt qu’à ralentir la diffusion du savoir. La plateforme PLoS affiche le principe suivant :

Our fee waiver policy, whereby PLOS offers to waive or further reduce the payment required of authors who cannot pay the full amount charged for publication, remains in effect. Editors and reviewers have no access to whether authors are able to pay; decisions to publish are only based on editorial criteria.

  • Poussons dans sa logique la remarque conclusive de l’éditeur : si l’incapacité à payer le prix nécessaire peut faire obstacle à la publication, c’est que la revue n’a pas une démarche purement scientifique. En ce sens, on voit bien que la démarche scientifique n’est pas étrangère aux conditions économiques de sa diffusion. On pourrait donc concevoir que le classement des revues intègre un indice d’adéquation au principe du fair price, ou que soit adjoint à l’Impact factor un label de ce type. À ce petit jeu, certaines revues d’Elsevier, Springer, Wiley ou même ACS, seraient sans doute beaucoup moins bien notées qu’aujourd’hui.

Abstraction faite du travail de rédaction, de relecture des articles, qui sont à la fois la contribution en nature des chercheurs et la condition sine qua non d’une publication de valeur, les coûts supportés par les éditeurs pour l’apport qui est le leur (organisation de la chaîne de traitement, diffusion en ligne, conservation, services associés) sont mesurables et mesurés, et quel que soit le modèle économique adopté, c’est la collectivité bénéficiaire qui, in fine, les supporte. L’intérêt général commande que le travail fourni soit rémunéré d’une façon qui pèse raisonnablement sur le contribuable et permette à la fois le bon fonctionnement de l’entreprise éditoriale et le développement de l’activité scientifique.

Et la voie verte ?

Je ne peux conclure sans évoquer l’autre grand moyen de diffuser la science pour un coût modéré : utiliser plus intensément les circuits de publication financés, comme la recherche elle-même, sur les deniers publics. Entre deux revues en Open Access, à qualité scientifique égale, pourquoi un chercheur irait-il publier dans la plus chère ? C’est pourquoi un regain de vitalité des circuits académiques de publication adossés aux institutions est éminemment souhaitable ; de même le développement, déjà bien engagé, des archives institutionnelles, au sein desquelles peut aussi émerger un circuit de validation scientifique pour constituer ce que l’on appelle des « épi-revues » (overlay journals).

Ce qui me permet de conclure en tirant la (quatrième de) couverture du côté des bibliothèques : aujourd’hui, les bibliothèques des établissements de recherche et d’enseignement supérieur traitent des fichiers numériques en quantité croissante. Elles les produisent et les recueillent ; elles les agencent, les organisent, les indexent, les signalent, les envoient vers des dépôts d’archives ouvertes et administrent ces dépôts. Puisqu’il semble que la part de leur de leur travail et de leur budget dévolue au traitement des abonnements va aller en décroissant, ne pourrait-on s’appuyer aussi sur les bibliothèques pour soutenir les circuits de publication académique de demain ?

Les revues électroniques, combien ça va coûter ?

Les voyages professionnels ont entre autres mérites celui d’aérer le cerveau au vent du large, ainsi que de fournir les heures de voyage en train propices à la méditation, à la détente et à la rédaction des billets de blogs. Un aller et retour à Nancy pour le « carrefour de l’IST » 2012 m’ayant offert matière à penser, je propose une suite plus prospective à mon récent billet sur la documentation électronique. Je vais exposer dans un premier billet les perspectives proches telles que je les ai perçues depuis l’amphi 8 de la fac des sciences à Nancy, et dans un second les perspectives lointaines telles que je les bâtirais, si j’en avais la capacité hors des immatérielles mais très étroites frontières de ce blog, et au-delà même de l’écran qui le contient.

L’histoire du mur qui se démolissait pour aller se reconstruire un peu plus loin.

Un mur qui tombe : les abonnements.

Crane removed part of Wall by Brandenburg Gate, by Daniel Andal (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique)

Le modèle qui finance la publication scientifique par l’abonnement survit pour quelque temps encore. Le web est en train de le jeter à bas pierre par pierre, tant l’idée d’un contenu disponible sur internet mais non accessible heurte aujourd’hui le sens commun. Peu importent les raisons légitimes qui justifient de faire payer les contenus disponibles sur le web : l’accès gratuit est une sorte de loi non écrite à laquelle il est difficile de se soustraire, les producteurs audio-visuels en font l’expérience : No law is stronger than is the public sentiment where it is to be enforced, disait Lincoln.

Une autre facteur concourt sans doute à la mort des abonnements : les budgets publics dévolus à la documentation décroissent. Aussi les principaux éditeurs, ne pouvant plus espérer les marges généreuses des années passées, entament-ils une retraite en bon ordre, non sans mener un vif combat d’arrière-garde qui a deux avantages : 1) il leur permet, avec une dépense d’énergie raisonnable, de préserver leur rente encore quelques années. 2) ils forgent pendant ce temps les armes de publication massive propres à assurer leur succès sur le terrain de l’Open Access. On peut notamment compter sur Elsevier pour essayer d’arracher, lors de la prochaine négociation avec Couperin en 2013, le contrat le plus long possible avec un CA maintenu. Tous nos efforts à nous tendront à obtenir un contrat conforme à ce que nos budgets peuvent décemment supporter, c’est à dire une diminution de la facture. Le lecteur avisé m’aura compris à mi-mot : ce n’est pas parce que le combat se livre à l’arrière-garde que la victoire est à nous.

Bien sûr, tous les éditeurs n’ont pas adopté la même stratégie. Springer, Elsevier et Wiley ont galopé, avec des nuances dans la stratégie et le résultat, sur le terrain inflationniste. Certains éditeurs non-commerciaux, comme ACS, les ont suivis sur cette voie pour des raisons qui restent à comprendre (voir à ce sujet le très vivant exposé de Laurette Tuckermann). Mais d’autres éditeurs ont adopté une stratégie plus conforme aux besoins de l’activité scientifique. On aurait pu appeler cela le fair subscription access, pour anticiper sur le thème de mon prochain billet. Pour prendre un exemple vécu, l’American Institute of Physics a adopté un modèle économique identique en surface à celui des grands éditeurs, que j’ai ailleurs décrit (maintien des abonnements imprimés obligatoire pour accéder à une collection électronique large). MAIS la rigidité du système n’était pas totale : en renonçant totalement au papier ET à l’électronique de façon passagère il y a deux ans, nous avons abouti aujourd’hui à un tarif très correct. Je dois souligner pour être juste que sur le moment l’éditeur n’a pas apprécié notre désabonnement massif, non plus que les physiciens clermontois. Mais enfin le fait est qu’aujourd’hui, nous accédons à ces excellentes revues de physique pour un prix très acceptable, y compris pour l’éditeur.

Néanmoins, les éditeurs qui ont adopté la stratégie la plus agressive concentrent aujourd’hui l’essentiel de la dépense, je l’ai dit dans mon dernier billet. Que va-t-il se passer maintenant que l’Open Access prend l’ascendant ?

Le mur qui monte : Open Access, Gold road

Le principe de l’Open access est aussi inattaquable que simple : les résultats de la recherche scientifique sont gratuitement accessibles à tous. La question que pose le lecteur-qui-ne-s’en-laisse-pas-conter vous brûle les lèvres : « mais alors, qui paie ? ». Il y a à cette question autant de réponses que de payeurs potentiels, les deux grandes subdivisions connues étant le Gold Open Access et le Green Open access. Je laisse de côté le Green pour le moment, car le modèle qui intéresse les éditeurs est évidemment le premier, parfois aussi appelé « modèle auteur-payeur ». Ce modèle a déjà fait ses preuves. Il est éminemment défendable dans son principe (comme du reste le modèle de l’abonnement). Mais le soutien enthousiaste que lui apportent les éditeurs commerciaux comporte un risque évident de dévoiement.

Un système peut être parfait et son application inique. Ce n’est pas moins vrai de l’Open access que de l’abonnement. Ainsi, si demain, pour publier dans une revue très cotée, l’auteur doit payer non pas trois mais cinq ou dix mille euros, quel moyen de négocier aura-t-il ? Acceptera-t-il de se rabattre sur une revue moins fameuse pour économiser les deniers publics, au risque de n’afficher, lors d’une prochaine évaluation, que des publications dans des revues de second rang ? Si la réputation de la revue est faite, et l’inflation graduelle, il n’y a aucun doute : des tarifs vertigineux pourront s’imposer. Un simple regard jeté aujourd’hui sur la liste des tarifs de publication de BioMedCentral permet de constater que les tarifs à la publication s’échelonnent aujourd’hui entre 490 et 2040 € HT. Chez Elsevier, on paie 458 € pour publier dans Cancer Treatment Communication, 3000 $ dans Applied and Translational Genomics. Les échelles de prix ne reposant pas sur des critères publiquement affichés, quelle garantie avons-nous, si le système entier de publication migre vers l’Open Access, que ces prix ne vont pas subir une inflation absolument similaire à celle qu’ont connu les abonnements entre 2000 et 2012 ? À titre de comparaison, jetez un oeil sur l’affichage de PLoS : les prix sont fixés au niveau le plus général, et non titre par titre (il est aussi précisé qu’ils n’ont pas été augmentés depuis 2009).

Le mur de l’abonnement s’écroule, mais rien n’empêche de le déplacer vers la publication. D’après un collègue croisé à Nancy et travaillant dans un organisme de recherche, déjà 10 % des articles publiés par les chercheurs de son institut le sont dans le cadre du gold OA. Or ces budgets sont très difficiles à repérer dans la comptabilité des établissements, puisqu’ils sont répartis dans les laboratoires de rattachement des auteurs. Les budgets documentaires se restreignent, les négociateurs d’abonnement commencent à devenir trop coriaces ? Le modèle auteur-payeur va permettre d’aller capter des budgets sous-exploités jusque là… Le Research Work Act était une tentative manquée de barrage au Green Open Access. Le développement du Gold Open Accessest une solution bien plus habile : paré des attraits de l’Open access, ce système offre aux éditeurs des potentialités économiques qui n’ont rien à envier au système par abonnement. Le mur de l’accès est en train de tomber, pierre à pierre. Qu’à cela ne tienne, il sera déplacé de quelques mètres pour barrer la route à la publication, et non à la consultation. À moins que nous trouvions une meilleure solution, dont je vous parlerai demain.

Wall_Abu Dis (19) by John Jobby, publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Partage à l’identique.

HAL : Et si on passait au portail ?

Cela fait maintenant presque un an que la collection HAL de l’Université Blaise Pascal est bien connue à l’Université. Grâce aux formations dispensées, et aux relais des laboratoires, le nombre de dépôts a considérablement augmenté : 2408 articles et bientôt 9011 notices aujourd’hui, soit un quart de publications de plus qu’en Février dernier.

Mais on aurait vraiment tort d’en rester là. Le pas en avant, le changement à accomplir, dès maintenant, ce serait apparemment, de la collection, passer au portail.

Portail de l’ancienne église Saint-Lô, par zigzagou 76 (CC BY 2.0) Flickr

D’abord, tout le monde le dit. Enfin, nos lecteurs les plus avisés, qui nous contactent, curieux, intrigués : « Mais enfin, pourquoi donc n’avez-vous pas de portail ? »
Comment se fait-il qu’une bibliothèque qui dessert l’ensemble des établissements du PRES Clermont Université ne dispose pas encore de portail HAL ? Retour sur la genèse d’un choix et les raisons d’une hésitation.

La collection, pour commencer, était opportune. Outil idéal pour valoriser les publications, la collection est souple et modulable, facile à créer et à administrer.

La première collection que nous avons mis en place fut la collection des thèses des Universités de Clermont, qui est aujourd’hui complétée de l’ensemble des thèses électroniques antérieures à STAR, soit 689 thèses. Cette collection mutualisant les thèses des deux universités auraient pu s’étendre aux autres établissements du PRES pour former l’embryon d’un portail réunissant l’ensemble de la production scientifique en accès-libre de Clermont Université. Mais l’idée n’était pas encore mûre, et des réticences s’annonçaient au sein de plusieurs établissements. C’est donc d’abord avec l’Université Blaise Pascal que la BCU a entrepris de collaborer pour développer une archive ouverte institutionnelle propre.
Nous avons donc commencé par une collaboration avec un laboratoire, le CHEC (Centre d’Histoire Espace et Culture) avec lequel la BCU a noué depuis lors de multiples et fructueux partenariats. Puis, par un effet boule de neige, d’autres laboratoires ont suivi, désireux d’avoir aussi sur HAL leur propre collection, leur propre vitrine scientifique en accès libre, en résonance avec leur site web. Nous avons alors amélioré la collection de l’Université Blaise Pascal, avec des liens vers les collections créées de chaque laboratoire.
Cette collection HAL de l’UBP nous donne satisfaction, dans la mesure, où, avec les formations dispensées, le nombre de dépôts a beaucoup augmenté. Il est assez aisé, pour les administrateurs, de corriger les erreurs qui se glissent subrepticement parfois au moment de la saisie des métadonnées par les chercheurs. Mais nous n’avons pas la main sur le référentiel des laboratoires. A chaque fois que nous devons créer une collection, en fusionnant par exemple plusieurs laboratoires, nous devons passer par le CCSD, avec qui nous avons par ailleurs des rapports très cordiaux. Avoir un portail nous rendrait à cet égard plus autonome.
La gestion du référentiel demeure donc une une différence fondamentale entre portail et collection. L’interface d’administration des portails HAL permet de plus facilement dédoublonner les autorités, corriger les erreurs, et donc d’assurer une meilleure qualité des données. De la même manière, comme toutes les données sont centralisées, la gestion des statistiques des portails est plus fine que celle des collections.

Une autre différence majeure réside dans l’interface des déposants. Le principe d’un portail, ce qui fait sa spécificité, c’est que les chercheurs y déposent directement leurs publications. Bien sûr, rien ne les empêche de passer par l’interface de dépôt générique de HAL. Mais la raison d’être d’un portail, c’est cette interface de dépôt, qui peut être paramétrable. Il est effectivement possible d’y ajouter des métadonnées spécifiques, internes à l’établissement. Et également de proposer aux chercheurs de déposer d’autres types de publications, qui ne sont pas pris en charge par la base de données HAL, par exemple des posters, des mémoires d’étudiants, ou des rapports de recherche, et d’étendre ainsi le spectre des types de publications déposées.

Autres différences, subsidiaires : le portail a une url qui constitue un véritable nom de domaine, plus facile à retenir. Et les possibilités graphiques, notamment sur la page d’accueil, sont considérablement élargies.

Autre avantage, et non des moindres, le portail renforce la dimension institutionnelle de la recherche.  Déposer dans le portail de l’institution, c’est pour le chercheur, indirectement, apporter sa pierre à l’édifice des connaissances disponibles en libre-accès au sein de son institution. De fait, les portails sont conçus pour les universités, les grandes écoles, les EPST. Quand on regarde la liste des portails  sur le site de HAL, à notre grande surprise, ne figure aucun portail de PRES, à l’exception de celui de ParisTech. L’idée nous a effleuré à Clermont de mettre en place un portail HAL pour le PRES Clermont Université, dans la mesure où la BCU est un service du PRES. Mais on voit bien le genre de réticences auxquelles on peut être confronté.
Pour qu’un tel portail puisse être conçu, il est nécessaire que le Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur ait une forte identité scientifique, que les membres de toutes les institutions qui le composent lui reconnaissent une certaine légitimité, et adhèrent unanimement au sentiment d’appartenir à la même structure. La BCU étant un département du PRES, il serait tout à fait cohérent qu’elle mette en place un portail libellé Clermont Université. Cela s’inscrirait tout à fait dans les missions du PRES, dans la droite ligne d’une visibilité accrue du site universitaire clermontois. Et comme la production scientifique réalisée au sein de chaque établissement membre se doit d’être signée « Clermont Université », il serait logique que cette production soit rassemblée au sein d’un portail du même nom, dans une optique de mutualisation au service de la valorisation de la recherche.

Mais pour véritablement nourrir notre réflexion, nous devons également envisager les évolutions de HAL. Nous savons que le CCSD nous promet une nouvelle version pour le printemps 2013. La réunion des administrateurs de Juin dernier nous a permis d’entrevoir quelques unes de ces évolutions, dont cet article de Laurent Capelli nous donne aussi un  concis aperçu. Or, si la différence entre portail et collection demeurera effective au printemps prochain, il sera plus aisé d’accéder au référentiel des laboratoires. Tous les référentiels, qu’il s’agisse de référentiel de données d’autorité ou de laboratoire, seront en effet accessibles via une API autonome, « un accès unifié au référentiel de HAL » . Cette application permettra de mieux gérer les données. Les possibilités d’améliorer la qualité des données seront élargies, grâce à la possibilité d’éditer des listes de données « incohérentes » à corriger. Enfin, d’autre types de données, comme les vidéos, pourront être déposées.
La question de la nécessité d’un portail se doit d’être reposée à l’aune de ces évolutions majeures.
Une interface de dépôt unique pour l’ensemble des établissements du PRES serait-elle envisageable à l’avenir ? Il est sûr qu’un tel portail de Clermont Université renforcerait la visibilité du site, et renforcerait sans doute pour les chercheurs le sentiment d’appartenir au PRES. Un tel portail renforcerait sans doute aussi l’implication de la BCU dans la valorisation de la recherche clermontoise. De façon très concrète, nous pourrions établir un lien du site de la BCU à ces archives ouvertes institutionnelles.
Mais à l’heure actuelle, il est sans doute trop tôt pour envisager la construction d’un tel portail mutualisé. Les établissements du PRES doivent être bien sûr consultés à ce sujet.

Il est sans doute plus sage d’attendre l’émergence de la nouvelle version de HAL pour envisager à nouveau frais la question. Et d’ici là, continuer le travail de formation au dépôt au sein des laboratoires. Et convaincre aussi les chercheurs les plus réticents, pour que la voie verte s’impose dans le paysage universitaire auvergnat.

 

HAL à la BCU : Plus de dépôts pas à pas.

Le détournement de HAL

Bien avant que la bibnum ne prenne en charge la gestion des publications sur l’archive ouverte HAL, la formation des déposants, la création de collections spécifiques pour les laboratoires et pour les universités, les chercheurs des institutions du PRES clermontois s’étaient déjà emparés de HAL. Mais d’une manière détournée, comme me l’a indiqué au passage Monsieur Thierry Chanier, directeur du Laboratoire de Recherche sur le Langage et fervent défenseur du mouvement du libre accès. Mais que signifie ce détournement de HAL en Auvergne ? C’est simple, il suffit de jeter un coup d’œil rapide à la collection de l’Université Blaise Pascal en cours de construction, qui existait depuis longtemps déjà en sa plus simple et automatique extraction. Les chiffres parlent d’eux-même : à ce jour, on dénombre 1821 articles, et pas moins de 8355 notices. Cette proportion de notices apparaît faramineuse. Pourquoi tant de références bibliographiques sans articles associés ? HAL a bien été détourné de sa fonction première : donner intégralement accès aux publications des chercheurs en ligne, pour accélérer la communication scientifique directe, et proposer une alternative aux prix exorbitants des éditeurs commerciaux.

HAL à la BCU

A la BCU, l’enjeu est donc actuellement de faire de HAL l’archive ouverte institutionnelle de référence, et non pas seulement bibliographique. Que les doctorants, les enseignants, et les chercheurs des institutions du PRES y déposent leurs publications, et considèrent cet outil essentiellement comme un outil de partage, de diffusion et de valorisation de la recherche en train de se faire au sein des universités. Tout un programme, que nous avons décliné en plusieurs étapes.

D’abord les thèses. La bibnum a orchestré la mise en production de STAR pour le traitement des thèses électroniques, accessibles depuis HAL-TEL. Pour valoriser les thèses des deux universités clermontoises, nous avons réalisé la collection des Thèses des Universités Clermont I et II, en harmonie avec le site de la BCU, et sa rubrique thèse.

Deuxième étape : Inciter à la mise en ligne des publications dans HAL, et donner toutes les clés aux chercheurs pour un dépôt facilité.

Afin de mettre en mettre en place une stratégie d’incitation au dépôt dans HAL à l’échelle de l’Université Blaise Pascal, nous avons commencé à travailler à l’échelle d’un laboratoire. Le CHEC, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », fut ce laboratoire pilote.

On créa la collection HAL des publications du CHEC, afin d’encourager les chercheurs au dépôt. L’enjeu était aussi de faire prendre conscience aux chercheurs qu’en y déposant leur publications, ils participaient à la valorisation de la recherche au CHEC. Pour que les chercheurs s’approprient HAL comme leur outil commun, l’interface de la collection fut conçue en écho avec le site du labo.
Deux sessions  de formation au dépôt dans l’archive ouverte furent planifiés conjointement par la BCU et le CHEC, à destination de tous les doctorants et enseignants chercheurs du laboratoire. Cette campagne d’incitation au dépôt prit la forme d’une campagne de communication. Mailing à tous les membres du CHEC, annonce de la formation proposée sur le site web du labo. Cette pré-campagne dépassa les attentes escomptées. Le nombre d’inscrits fut tel qu’une troisième session de formation fut organisée.
Ces formations firent l’objet d’une préparation rigoureuse. L’enjeu était  de préparer les chercheurs au dépôts, mais aussi d’encadrer, dans une certaine mesure, la mise en ligne, afin d’établir une homogénéité formelle des publications en ligne du CHEC. A cette fin, et aussi pour contextualiser les dépôts, une fiche type fut créée, qui allait permettre aux chercheurs de renseigner les métadonnées essentielles, pour que ces informations figurent en première page des articles publiés dans la collection HAL du CHEC. Un manuel HAL  dédié au CHEC fut aussi co-rédigé. Pour la formation, on demanda aux chercheurs d’amener une  de leurs publications sur une clé USB. Cette formation se révéla essentiellement pratique. Après une présentation générale de HAL et des questions juridiques liées à la mise en ligne des articles, les chercheurs déposèrent donc directement leur publication. A l’issue de la formation, certains chercheurs décidèrent de déposer l’ensemble de leur publications en ligne. Cet enthousiasme et cette pratique nouvelle du dépôt fait émerger de nouvelles questions. Quid des anciennes publications éditées avant le traitement de texte informatique ? Il n’est pas toujours évident de disposer du fichier informatique de tels articles… La question reste ouverte, mais on envisage déjà des solutions d’océrisation.
Bilan : après la dernière séance qui eu lieu mardi dernier le nombre des publications de la collection du CHEC a doublé. Un succès manifeste, lié sans aucun doute à cette collaboration institutionnelle entre le labo et la bibliothèque. Voilà une expérience à renouveler avec les autres laboratoires de l’université.

Référente HAL de la BCU, j’envisage mon rôle de gestionnaire et de coordinatrice de l’archive ouverte institutionnelle HAL en étroite synergie avec les laboratoires et le Centre pour la Communication Scientifique Directe. Créer des collections, organiser des formations, mener des campagnes d’incitation, accompagner les chercheurs en proposant des outils et des méthodologies pour faciliter les dépôts, assurer une gestion rigoureuse des métadonnées. Telles sont ces missions croisées.
A la BCU, le travail ne fait que commencer. Un immense chantier en perspective. Il faut déblayer le terrain, dédoublonner et mettre à jour les « laboratoires connus de HAL »,  pour que l’archive ouverte épouse les mutations de la recherche à l’Université.
Arriverons-nous à donner à HAL son sens premier, pour qu’il donne accès à l’ensemble des publications de l’institution ? Arriverons-nous à enrayer l’usage détourné de HAL, à inverser la proportion des dépôts par rapport aux simples références bibliographiques ?
Le défi reste entier !

Expédition scientifique au Lac Pavin par une équipe du LMGE
Copyright Jerôme Pallé Université Blaise Pascal



Elsevier : la première bataille

Enfin, la poudre parle... (photo Zhengxu, lic. Creative Commons paternité ; source FlickR)

Enfin.

Assez fourbi, assez gémi : on défouraille. Enfin. Après des années d’outrages patiemment endurés et de rodomontades piteusement ravalées en grommellements à l’heure de signer des contrats qui se ramenaient à des capitulations, cette fois la bataille est engagée, enfin. Et non pas par les bibliothécaires, mais bien, et c’est ce qui rend la nouvelle tellement intéressante, par les chercheurs. C’est beaucoup plus dangereux pour l’éditeur, et infiniment plus réjouissant pour nous. Difficile de dire encore si ce sera la bataille de Londres ou celle de Stalingrad, le premier baroud d’honneur des résistants ou le premier désastre de l’ennemi… Mais comme jusqu’à présent c’est plutôt Münich ou les Bourgeois de Calais qui venaient à l’esprit, il y a déjà de quoi se réjouir sans arrière-pensée. En découdre, enfin !

Des années durant, les scientifiques ont livré leurs articles bénévolement pour les faire racheter à prix d’or par leurs bibliothèques. Des années durant, les bibliothécaires ont geint et désespéré du soutien des chercheurs. Leurs cris ont-ils un peu contribué à remplir le baril de poudre ? Peu importe. C’est l’éditeur lui-même qui a fourni la mèche, ce sont les chercheurs qui y ont bouté le feu. Le spectacle en vaut la peine. Pour le plaisir, donc, et pour rendre les honneurs dus à ceux qui viennent de bien mériter de la science, retour sur les trois dernières semaines.

À tout seigneur tout honneur, commençons par la brillante initiative surnommée, outre-Atlantique, « l’amendement Elsevier ». De son vrai nom, le Research Works Act (lisez le texte, il est d’une très efficace brièveté). De quoi il s’agit, d’autres l’ont bien expliqué. Michael Eisen (co-fondateur de PLOS) en anglais ; Laurence Bianchini en français. Pour faire court, c’est une attaque en règle contre les dépôts d’archives ouvertes et contre les directives publiques visant à rendre obligatoire leur usage. L’argument, ramené à sa plus simple expression, est le suivant : « Une fois que l’éditeur privé a contribué à la publication scientifique, si l’acteur public la diffuse gratuitement, il nuit aux intérêts de l’éditeur privé par une forme de concurrence déloyale. Il doit donc demander la permission à l’éditeur. » Si l’on descend de la plus simple expression au plus simple appareil, on arrive à quelque chose comme : « Les résultats de la recherche publique appartiennent aux éditeurs privés qui les ont publiés ». C’est bouleversant de simplicité et de brutalité. Une vraie voie de fait, sauf que c’est une voie de droit. Parler de voie de fait juridique serait plus adéquat.

La riposte n’a pas tardé. Rhétorique d’abord, de la part des bibliothécaires outre Atlantique. Lisez la belle déclaration de guerre du Canard bibliothécaire. C’est enlevé, agressif, et très prometteur. Citons juste trois lignes prophétiques :

You’re fighting the last war, the war against the Internet. The Internet is winning, though slowly; the black hole the PRISM Coalition fell into, PLoS and its imitators, PubMedCentral and its analogues, all demonstrate that.

Mais la véritable riposte qui est en train de se déployer, avec tout le joyeux et incontrôlable dynamisme d’une réaction en chaîne, c’est celle des scientifiques. C’est le mathématicien Tim Gowers (médaille Fields 1998, excusez du peu) qui a jeté le 21 janvier l’étincelle providentielle, dans un billet qui méritera de rester dans les annales de l’épopée scientifique moderne : Elsevier, mon rôle dans sa chute. Simple comme une confession, implacable comme une démonstration, ce billet a enclenché le mouvement même qu’il appelait de ses vœux. Je vous la fais courte et en français, tout en vous engageant vivement à aller à la source :

  1. Elsevier fait payer très cher les abonnements ; il les met en bouquets, qu’il vend suivant une stratégie de tout ou rien. Toute tentative de négociation aboutit à une coupure d’accès (etc. etc.). Elsevier lutte contre l’Open Access, soutient le Research Works Act (etc. etc.).
  2. Pourquoi ne pas refuser de publier chez Elsevier ?
  3. Objection : pour être efficace, il faut que ce refus soit collectif et public.
  4. Réponse à l’objection : si un site web permettait aux mathématiciens d’afficher publiquement leur refus de publier chez Elsevier, cela pourrait aider.

 « It should be pretty easy to set up, but way beyond my competence I’m afraid. Is there anyone out there who feels like doing it? »

Et ce fut le miracle : en commentaire, la réponse de Tyler Neylon prend la forme d’un site : http://thecostofknowledge.com/index.php. Moins de quinze jours plus tard (le 3 février), il comptait 3700 signatures [Mise à jour du 24 février 2012 : 7235 signatures !]. Et si près de 700 [1352 !] émanaient de mathématiciens, on y comptait aussi 172 [459 !] médecins, 417 [1076 !] biologistes, 508 [827 !] informaticiens… Au total, ce sont 15 disciplines représentées, et sans doute plus encore de nationalités.

 

Il en faudra davantage, sans doute, pour jeter véritablement à bas un géant de l’édition ou l’obliger à cesser de lever l’impôt sur toutes les universités du monde. Mais l’ampleur et la rapidité de la mobilisation montrent que quelque chose est en train de changer.

Rendons la parole à l’accusé pour conclure, afin qu’il saisisse l’occasion d’aggraver un peu son cas. Au mois de décembre, des représentants d’Elsevier rencontraient un groupe de représentants Couperin pour discuter de modèles économiques futurs (tiens tiens…). Introduisant le propos par un rapide historique du développement de l’édition numérique, un brillant Elsevierien évoquait un âge lointain, presque préhistorique, antérieur à la fin du XXe siècle, un âge où les revues n’étaient qu’imprimées, lorsqu’il commit une petite faute de goût… il laissa échapper au détour d’une phrase ce cri du cœur qui ne figurait certainement pas dans son script  : It was not a very exciting time, from a business point of view. On m’accordera sans peine la liberté d’en conclure que la période 2000-2012 a été pour Elsevier a much more exciting time. Étrangement, tous comptes faits (et je pèse mes mots), les scientifiques et les bibliothèques n’ont pas trouvé cela aussi exciting que cela. Mais j’ai l’impression qu’une subtile inversion de tendance vient de se produire. Et qu’on me pardonne d’avouer ici une satisfaction un rien mesquine, je trouve que la situation est en train de devenir rather more exciting than it has been for the past ten years.

P.S. À l’attention de ceux qui n’auraient lu ce billet qu’en diagonale (nous sommes tous très pris) et qui souhaiteraient en conserver deux idées essentielles :

  1. Allez lire http://gowers.wordpress.com/2012/01/21/elsevier-my-part-in-its-downfall/
  2. Allez signer http://thecostofknowledge.com/


Cherche modèle économique espérément

 

Le mur de l'accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d'utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR)
Le mur de l’accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR) 

 

La science était une grande romantique. Elle rêvait de gratuité, aspirait au paradis perdu du désintéressement originel. Las, elle ne rencontrait que des Elvire qui se fendaient à peine d’un carnassier sourire avant de lui allonger un bon direct, pour la dépouiller de son précieux trésor de connaissance et le monnayer à prix d’or sur Internet. La science avait le coeur brisé. Elle qui voulait tout donner, voilà qu’on lui avait tout pris.

Alors comme tant d’idéalistes déçus, lasse de ces soi-disant soupirants qui parlaient d’amour de la science et ne songeaient qu’à lui dérober ses articles, ayant touché le fond de la désillusion romantique, elle se rabattit sur les petites annonces.

Monde univ. et scfique, dans la force de l’âge, intellig. et désintéressé, rechche modèle écon. pour édit. scientif. libre et projets à long terme. Open access exigé. Pas sér., non viable économqt ou trop cher s’abstenir.

Le mur de l'accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d'utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR)
Le mur de l’accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR)

 

Et ce fut la cohue, les modèles se bousculaient au portillon pour répondre à l’annonce, un bouquet dans une main et un contrat dans l’autre,  clamant haut et fort leur amour pour l’open access.

 

Examinons d’un peu plus près ces frétillants top-modèles.

Évacuons d’emblée celui qui, présenté en fanfare par les éditeurs, entre autres notre vieille amie Elvire, propose l’open access à l’article: l’auteur veut « libérer » son article ? Il lui suffit de verser 2 à 3000 $ à l’éditeur. La pratique n’est pas sans rappeler le rachat de captifs aux pirates méditerranéens de jadis : l’éditeur, en fieffé forban qu’il est, accroît ainsi d’un petit revenu supplémentaire (la rançon individuelle) le tribut annuel qu’il perçoit (l’abonnement collectif de l’institution). Pour la galerie, il se rachète une conduite et peut écrire sur son site : regardez, je fais de l’open access ! Bénéfice infinitésimal pour les lecteurs non abonnés, la muraille de l’accès à la science est percée de quelques petits trous qui laissent passer la lumière (moins de 5% des auteurs acceptent de payer rançon). Intérêt pour la science : zéro. De façon assez amusante, l’éditeur assure que le jour où tous les auteurs paieront pour l’accès libre à leur article, le coût de l’abonnement diminuera. Demain, on publie gratis.

Vous pouvez disposer, nous avions dit « pas sérieux s’abstenir ». Au suivant de ces messieurs.

Le second candidat ressemble bien un peu au premier par le costume, mais s’avère bien plus sérieux vu de près. Il systématise le principe de l’auteur-payeur et l’applique à une revue entière. C’est le modèle PLOS : l’auteur (en pratique, l’institution dont il dépend) verse 1350 à 2900 $ à l’éditeur lorsque son article est accepté pour publication. Et l’accès est totalement libre. On voit bien le gain par rapport au modèle précédent, qui cumulait les coûts d’abonnements et d’auteur-payeur. Et là, le lecteur non abonné voit enfin s’écrouler le mur de l’accès. Seul problème, l’institution de recherche, elle, se cogne au mur de l’argent… Elle était habituée à financer des abonnements à des revues, en aval donc, et voilà qu’on lui demande maintenant de l’argent en amont. Ce modèle, crédible financièrement (PLOS semble se porter très bien) et scientifiquement (l’accès libre stimule vigoureusement l’activité scientifique), pose le problème de la transition de l’accès payant à l’accès libre. On ne peut financer en amont que si, en même temps, on parvient à financer moins en aval.

Un peu plus jeune et encore discret, un autre candidat vient de faire son entrée dans la foire aux modèles économiques d’accès ouvert : Freemium. Le vocable greffe sur le free de l’accès gratuit un morceau du premium, le qualificatif en business slang des offres payantes haut de gamme. Appliqué aux revues : ce qui est gratuit, c’est l’accès aux articles en HTML, mais le service plein (accès au PDF, statistiques d’usage, etc.), est réservé aux abonnés. Exemple : Open edition, la plateforme qui édite Revues.org. On voit bien les atouts du système : le mur de l’accès s’effondre, puisque tout le monde peut voir les articles, même les non-abonnés ; le mur de l’argent aussi, puisque si une institution ne peut pas payer, elle se trouve simplement versée dans la catégorie dès non-abonnés, mais ne perd pas l’accès. Constatant que l’argent nécessaire au financement de l’activité de publication est actuellement disponible via les bibliothèques, les inventeurs du modèle Freemium tentent de rendre compatible le libre accès et l’abonnement par un modèle qui tient à la fois de la contribution volontaire et du modèle commercial. La faiblesse du modèle tient à la question que se pose toute bibliothèque quand elle en entend parler pour la première fois : « Pourquoi payer pour ce qui est gratuit ? ». Pour que le modèle vive, il faut qu’à cette question puisse être répondu :

  1. parce que vous ne paierez pas cher
  2. parce que ce n’est pas gratuit de publier de la science et que si les bibliothèques ne financent pas l’accès libre, c’est Elvire qui en profite.

Le modèle s’appuie donc sur une forme de contribution volontaire (qui ne paie pas perd — et qui contribue gagne — assez peu) et repose sur un engagement politique des institutions de recherche en faveur de l’open access, engagement facilité par la modicité des sommes demandées. D’ailleurs le modèle se met en place dans des revues qui sont déjà en accès libre et qui veulent aller vers l’autofinancement, mais on imagine assez mal qu’il puisse venir à l’idée d’un éditeur commercial de le tester : la perte financière, compte tenu des marges actuellement empochées par les grands éditeurs en ligne, serait certainement abyssale.

Il paraît clair que les trois prétendants (et d’autres encore) vont coexister dans l’avenir proche. Les gros éditeurs s’emploient à faire passer pour crédible le modèle à l’article, et on ne peut que souhaiter, pour la bonne santé de la science, qu’ils y échouent ; les arguments abondent en faveur du modèle auteur payeur à la revue. Il s’agit d’un modèle d’open access sans restriction (à la différence du freemium) qui a le mérite d’être viable économiquement et fonctionne déjà très bien dans certains secteurs disciplinaires (en sciences dures). On peut certes lui reprocher une forme de sélection par l’argent (seuls les riches vont pouvoir publier, disait récemment un enseignant chercheur en commentaire) mais cette sélection s’exerce bien plus encore avec le système d’abonnement payant qui domine pour l’instant. Quand bien même seuls les riches pourraient publier, si déjà les pauvres pouvaient lire…

Les bibliothèques auront évidemment une affection instinctive pour le troisième modèle, freemium, qui les place au centre du jeu, mais il a surtout sa chance là où les enjeux financiers restent modestes. Il est donc assez logique de le voir s’étendre dans des disciplines aux revues traditionnellement peu coûteuses — en gros en sciences humaines. — tandis que le modèle auteur-payeur prospère dans les sciences dures, aux tarifs aussi plus durs.

Il y a en tout cas quelques moyens d’aider à l’amorçage d’un cercle vertueux en direction de l’open access — si tant est qu’un cercle puisse avoir une direction (disons une spirale vertueuse ?). La première est évidemment de contribuer financièrement au succès des modèles de type freemium. La dépense est faible, le profit pour le monde scientifique évident. La seconde est de militer pour que les établissements provisionnent des fonds pour les revues de type auteur-payeur. Laboratoires et composantes universitaires défendent volontiers la préservation d’un budget documentaire même quand une grosse BU existe. Ne pourrait-on concevoir qu’il soit plutôt fléché pour le financement des publications auteur-payeur, tandis que les bibliothèques financeraient plutôt les abonnements freemium ? On créerait du même coup une incitation, pour les chercheurs, à travailler en mode auteur-payeur, donc à moins publier dans les revues à accès payant. Car l’éditeur qui vend a beaucoup d’atouts et les utilise avec une remarquable intelligence. Mais si la science ne lui livre pas ses articles, il aura bien du mal à les vendre.

La science aspire à un amour désintéressé ? Il ne tient qu’à elle de résister à ces beaux parleurs qui ne pensent qu’à monnayer ses charmes.