Quelques commentaires sur : ERMS et Sudoc (Journées ABES 2011)

Pour mes premières Journées ABES, j’ai assisté, entre autres, à l’atelier concernant le projet Couperin d’ERMS partagé et son intérêt pour l’ABES.

Je ne m’attarderai pas sur les conclusions du groupe pilote sur la solution d’ERMS proposée par Proquest : le fonctionnement de l’outil n’est pas adapté à la mutualisation puisqu’il n’est pas possible de faire des ajustements sur les bouquets dans les instances locales. Il semble donc que les objectifs de Couperin, qui procèdent d’une vision macroéconomique, et ceux des établissements, qui requièrent une gestion fine des ressources, soient inconciliables au sein d’un même outil.

Chausse pied
Chausse pied, axelletourmetz, Flickr

L’analyse comparative de l’ERMS et du Sudoc est intéressante, pour l’ABES comme pour nous. L’ABES a pour mission de signaler toutes les ressources disponibles dans le réseau et nous avons, nous bibliothèques, pour vocation de signaler toutes nos ressources à nos usagers. Or, nous avons pressenti depuis fort longtemps que nos catalogues, entendez nos SIGB, ne sont pas les mieux à même de rendre compte des fluctuations subies par les ressources électroniques. En d’autres termes, ce n’est pas par flemme ni attentisme que nous ne cataloguons pas les ressources électroniques en Unimarc. C’est parce que les catalogues, et le Sudoc en est un autre, gèrent bien des stocks, mais pas des flux.

En la matière, les bases de connaissance des outils de type A-Z sont imbattables. Les données sont bonnes, régulièrement mises à jour par des équipes de 40-50 personnes, l’ergonomie et le format de description sont bien appropriés, etc.

Il paraît donc évident que l’ABES aurait tout intérêt à participer au signalement des ressources électroniques via un ERMS. Encore faudra-t-il imaginer l’articulation de la base de connaissances avec le Sudoc (circuit d’import) et prévenir les restrictions possibles (droits de réutilisation des notices en particulier).

Il me semble qu’après 10 ans de tergiversations, l’on soit en passe de trouver des solutions techniques adaptées à nos problématiques de signalement. On va enfin pouvoir sortir du tout catalogue pour aborder des outils non pas omnipotents, qualité que l’on prêtait aux SIGB, mais spécialisés et interopérables.

Notre gestion des accès avec EZproxy et Shibboleth

Chine 中国 - Kaili
par Thierry B, sur Flickr

La solution technique permettant de proposer les accès off campus à nos usagers a été complètement modifiée, afin d’améliorer à la fois notre gestion et l’expérience des utilisateurs.

Profitant de la refonte de notre site web, de la nouvelle version d’EZproxy et de l’intégration de nos services et du CRRI dans le PRES Clermont Université, nous avons décidé de déployer une solution unique pour 3 établissements : Clermont I, Clermont II et l’IFMA. Un seul proxy gère la redirection des connexions vers les contenus web. Mais, pour authentifier les utilisateurs via des LDAP distincts, nous avons installé shibboleth en entrée de proxy et déclaré le proxy comme ressource à la fédération RENATER.

Chaque établissement conserve ainsi la maîtrise de ses utilisateurs tandis que la bibliothèque peut utiliser l’url proxifiée unique d’une ressource au lieu de 3. Nous pouvons ainsi signaler sur notre site toutes nos ressources avec leur url d’accès distant. Et pour ne pas pénaliser les usagers non-universitaires ne possédant pas d’identifiant LDAP, le proxy laisse passer les connexions provenant des différentes bibliothèques du réseau grâce à la reconnaissance de leur IP.

Maintenant, on peut s’atteler à l’implémentation du résolveur de liens…