Création de revues électroniques à la BCU

Porte Habbous par Jeremy Salmon sur Flickr-licence  BY-ND

La Bibliothèque Numérique travaille depuis le début de l’année sur des projets de revues électroniques en libre accès. Durant l’année 2012, plusieurs enseignants chercheurs se sont adressés à la BCU pour obtenir des informations sur la création de revues en ligne. La Bibnum a alors compris qu’il y avait dans ces demandes une opportunité de service à rendre, de quelque chose à créer pour accroître la diffusion de la recherche clermontoise.

Les projets sur lesquels nous accompagnons les chercheurs sont divers en termes de disciplines, d’objectifs, d’état d’avancement… Certaines revues existent depuis longtemps sous forme papier et souhaitent être disponibles en version électronique, d’autres n’ont encore aucun numéro et sont en recherche d’informations, d’autres sont publiées sur des sites locaux mais souhaitent une meilleure visibilité.

 

La bibnum a d’abord cherché à savoir quelle aide elle peut apporter à ces équipes de revues. Plusieurs aides possibles sont apparues :

  • Structure ressource : Un travail de veille et de comparaison sur les outils et les plateformes existantes a été mené. La bibnum est à présent à même de proposer aux chercheurs les outils les plus adaptés à leur projets.

  • Rôle d’accompagnement  dans l’instruction des dossiers de candidature, dans la relation avec les plateformes de diffusion.

  • Aide technique : La Bibnum possède un numériseur, elle peut se charger de la numérisation et de l’océrisation pour les revues qui souhaitent rétroconvertir leurs anciens numéros. Elle peut également aider au stylage (mise en forme des documents aux normes Revues.org), à la mise en ligne des articles et au référencement web.

    A présent, petit tour d’horizon des outils existants et retenus pour les projets actuels :

  • Revues.org http://www.revues.org/: plateforme de revues en SHS en accès libre qui héberge actuellement plus de 300 revues. C’est une plateforme d’OpenEdition http://www.openedition.org/.

    Afin de faire figurer une revue sur ce site, le dossier d’accession est étudié par divers experts.

  • Episciences.org  http://episciences.org/: projet porté par le CCSD. Création de revues thématiques à partir d’articles versés dans HAL validés par un comité éditorial.

  • (OJS) Open Journal Systems http://pkp.sfu.ca/ojs-journals Système de gestion éditorial et de mise en ligne initié par le Public Knowledge Project. Cet outil permet une totale autonomie aux équipes de revues sans validation de la plateforme. Il prend en charge le processus de relectures, de validation par les pairs jusqu’à l’édition en ligne et permet la création d’une maquette personnalisée.

Après le travail de veille et de présentation des outils aux chercheurs, certaines candidatures sont en cours auprès de Revues.org, des sites de revues ont été créés à l’aide du logiciel OJS (installé sur le serveur de la BCU)…

La création de revues électroniques demande du temps mais elles verront le jour dans les mois à venir pour certaines, en 2014 pour d’autres. Et vous en entendrez parler ici…

Série de l’été : un succès, un regret, un projet (5)

Un des succès de l’année écoulée fut la mise en place et l’amélioration de la collection HAL de l’Université Blaise Pascal. Tous les laboratoires de l’Université Blaise Pascal ont désormais leur collection spécifique. Des formations ont été dispensées, en coordination avec les référents HAL des labos. Ces formations ont été très bénéfiques, et dans certains labos, elles ont amorcé un changement de politique, en matière de diffusion des publications en ligne. Par exemple au laboratoire ACTé, où, à partir de janvier 2013, les listes de publications des membres sur le site web du labo seront directement extraites de l’archive ouverte HAL. La collection HAL de l’UBP comprend aujourd’hui 2252 articles en texte intégral, et 8890 notices. Soit une progression des dépôts de 20% depuis le moment où j’écrivais ce billet. Le déséquilibre entre les articles en texte intégral et les notices tend à se résorber. Mais il reste encore du travail à accomplir pour que HAL devienne l’outil incontournable de diffusion de l’Information Scientifique et Technique à l’Université Blaise Pascal. Continuer les formations dans tous les labos, désigner des référents HAL dans les labos qui n’en ont pas encore. Nous avons commencé à participer à l’amélioration de la plate-forme au niveau national, mais il nous faut aussi envisager l’amélioration des outils de gestion des publications en interne. Pour l’instant, c’est la collection que nous avons plébiscitée, plus souple et plus adaptée aux usages des chercheurs. Mais il nous faudra peut-être envisager à plus long terme de recourir au portail, qui permet d’avoir la main sur le référentiel. Et quid de HAL à l’Université d’Auvergne ? Pour l’instant, c’est juste une collection extraite automatiquement parmi tant d’autres. Avant de travailler à la valorisation et au développement de HAL à l’Université d’Auvergne, il faut d’abord qu’un accord soit conclu au sommet. A la BCU, HAL a encore un bel avenir devant lui.

c’est payé Non, je ne regrette rien – Edith Piaf (CC BY-NC-ND 2.0) par Pollobarba sur Flickr

 

S’il nous faut relever ce qui est dommage, ce qui nous laisse un léger sentiment d’insatisfaction, et bien je pense spontanément à la collaboration entre la bibnum et le CTD, le Centre Technique du Document, qui depuis le premier juillet dernier, n’existe plus. Cette collaboration s’articulait autour de la diffusion des thèses antérieures à STAR dans TEL, puisque c’est l’outil que nous avions choisi pour diffuser nos thèses en ligne. Je diffusais les thèses dans Tel et ma collègue du CTD établissait le lien vers la thèse en ligne dans le SUDOC. L’annonce de la disparition du CTD nous a fait avancer très vite. Heureusement, le chantier est presque terminé. Les thèses de 2003, 2004, 2005, 2006, 2007 et 2010 ont été mises en ligne. Ne restent plus que celles de 2008 et 2009 à mettre en ligne. Cela sera fait très vite.

Un projet ? Il est difficile de n’en parler que d’un seul, tant ils foisonnent, les projets intéressants. J’en évoquerai donc plusieurs : D’abord, l’Intranet de la BCU. Après avoir réalisé l’analyse de l’intranet existant, nous avons convenu de mettre en place un nouvel intranet afin de mieux répondre aux besoins des personnels de la BCU. J’ai donc proposé une maquette story-board du nouvel Intranet, avalisée par les représentants de la BCU. Un groupe de travail « Intranet » s’est mis en place, pour recueillir les besoins des personnels. A la maquette initiale, qui proposait une arborescence et une typologie des contenus à mettre en ligne, ont été ajoutées plusieurs fonctionnalités, comme les pages web détaillant les attributions de chacun, reliées à l’annuaire LDAP de l’Université. Le nouvel Intranet demeure une priorité à la BCU. Quatre étudiants de la licence « gestion des ressources documentaires » de l’Université Blaise Pascal vont travailler sur ce projet. Ils vont recueillir au sein des différents services les contenus à mettre en ligne pour les mettre en forme selon une structure définie en amont : une réflexion éditoriale sur l’architecture des contenus préalable à leur mise en ligne.

Les autres projets, je ne vais que les énumérer : un site web sur la poésie contemporaine, la participation au projet LIDO de la MSH, la mise en ligne de la revue Siècles sur la plate-forme Revues.org en collaboration avec le CHEC et les PUBP. De beaux projets en perspective.