Gérer les données de la recherche, de la création à l’interopérabilité. Compte-rendu de la formation ANF d’Huma-Num, 21-25 septembre, Fréjus

Organisée par la TGIR Huma-Num, cette formation avait pour objectif de permettre aux porteurs de projets de recherche en SHS, d’anticiper et de prendre en compte la gestion des données numérisées, qu’il s’agisse du stockage, de l’archivage, de la description, de la diffusion, de l’éditorialisation des corpus de données, dans un souci constant d’interopérabilité, afin de rendre possible leur partage et leur réutilisation.

La formation a naturellement commencé par une présentation de la Très Grande Infrastructrure Huma-Num, qui a pour objectif de proposer à la communauté scientifique de l’ESR en SHS des outils, comme le moteur de recherche en SHS Isidore ou la plate-forme Nakala pour déposer, documenter et diffuser les données de la recherche, mais aussi des formations, et des conseils pour gérer et valoriser les corpus de données, à travers ses 11 consortiums thématiques.

Frédéric Glorieux #interop2015 de retour à mon scanner, Fréjus, Villa Clythia, chambre 803, le matin  https://twitter.com/GlorieuxF/status/647543112018083841
Frédéric Glorieux
#interop2015 de retour à mon scanner, Fréjus, Villa Clythia, chambre 803, le matin
https://twitter.com/GlorieuxF/status/647543112018083841

La conférence inaugurale de Valérie Tesnière, directrice de la BDIC, a fait ressurgir l’impératif de l’interopérabilité en brossant l’évolution des acteurs impliqués dans la gestion des données, qu’il s’agisse de chercheurs, de bibliothécaires, d’informaticiens, ou d’archivistes. S’ils sont issus de cultures professionnelles différentes, ayant un rapport distinct au document, à la norme, et aux publics, force est de constater qu’aujourd’hui un langage commun est en train de se construire au croisement de plusieurs révolutions, le temps du numérique et le temps du web de données. Au cœur de ce dispositif, le W3C, qui favorise la publication de données structurées, impose aux professionnels de recueillir les données, les lier, et les structurer, pour permettre le dialogue et l’interopérabilité entre des objets hétérogènes.

Au deuxième jour de cette formation, nous avons bénéficié en matinée d’un rappel générique sur les métadonnées par Catherine Morel-Pair. Après une typologie fonctionnelle, nous avons passé en revue les standards (DC, MODS, LOM, IPTC, RDF…) et les usages variés des métadonnées pour garantir l’interopérabilité via les moissonnage OAI-PMH ou la transformation des données d’un format à l’autre via XSLT. L’après-midi a été consacré aux retours d’expériences. La démonstration de la version mobile d’Isidore par Adrien Desseigne nous a permis de comprendre les fonctionnalités heuristiques du web sémantique permettant une recherche et une lecture augmentée des données avec plusieurs points de vue sur un concept, un auteur, une discipline ou une collection_ pluralité des points de vue rendue possible par des croisements de graphes de données passant d’Isidore à ceux de DBPedia ou de la BNF pour obtenir autant d’enrichissements sémantiques.

Le retour d’expériences de Vincent Jolivet du labex OBVIL nous a donné un aperçu des problématiques posées par l’encodage TEI des textes en termes d’interopérabilité et de qualité des métadonnées. Si la diversité des usages et des logiciels utilisés pour l’encodage peut rendre caduque l’homogénéité des métadonnées, le cadre du consortium CAHIER a permis d’établir de bonnes pratiques pour envoyer des notices normalisées au moteur de recherche Isidore à partir de métadonnées TEI. La mise en correspondance des balises TEI et des 15 champs du Dublin Core a ainsi permis, au sein du consortium, une meilleure définition des pratiques éditoriales et une meilleure structuration des données.

Auteur de l’application Web-OAI, Frédéric Glorieux du labex OBVIL a mis en perspective les données de data.bnf pour établir une « coupe du relief de la chronologie » des auteurs à partir des données démographiques fournies par les notices de la BNF : une mine d’informations sur la vie littéraire à explorer sur son carnet de recherche.

Enfin, Véronique Ginouvès de la phonothèque de la MMSH est retournée sur les choix qu’elle a mis en œuvre pour rendre de plus en plus accessibles et interopérables avec d’autres fonds d’archives sonores les enregistrements de son institution, d’abord sur le portail du patrimoine oral, puis sur Isidore, sur Calames, et enfin sur Europeana Sounds.

Le mercredi au matin, Alexandre Granier du CINES nous a présenté les formats requis pour l’interopérabilité. Si le Référentiel Général d’Interopérabilité donne des préconisations en matière de protocoles, formats et sémantique, il nous est rappelé qu’un format de données est interopérable, si sa spécification est ouverte et accessible, s’il est indépendant, largement diffusé, si plusieurs logiciels permettent de le lire, et enfin, si sa migration vers d’autres formats est envisageable. L’exigence première, pour ne pas perdre de données, est donc d’identifier et de bien valider ses formats de données au niveau de la syntaxe et de la sémantique. Plusieurs outils, comme DROID, JHOVE, Mkvalidator ou FACILE sont utilisés à cette fin.

La projection du film intitulé L’usine en perspective en fin d’après-midi nous a permis de réaliser à quel point l’interopérabilité des formats et des données était requise lors de l’élaboration d’un projet de recherche comme celui d’Usines 3D.

Le jeudi, l’intervention de Thomas Francart de la société SPARNA sur les technologies de l’interopérabilité pour le partage et l’échange de données nous a permis d’entrer dans le fonctionnement concret du protocole OAI-PMH et du web de données, qui sont les sésames de l’interopérabilité. Nous avons pu expérimenter la grammaire du protocole OAI-PMH avec les six verbes permettant de moissonner les données d’un flux OAI.

Nous avons pu ainsi comprendre concrètement quel est le fonctionnement des outils d’Huma-Num. Nakala expose les données, Isidore les moissonne, reste à les éditorialiser. C’est ce que permet notamment un CMS comme Omeka. L’intuition d’Huma-Num consiste à articuler ces outils. A cette fin, nous avons bénéficié en avant-première de la démonstration du pack Nakalomeka, qui utilise la puissance d’Omeka pour éditorialiser les données contenues dans Nakala. Il fallait y penser. Huma-Num l’a fait. Et Omeka communique en OAI-PMH avec Isidore. Les données sont stockées, documentées, éditorialisées, et moissonnées. La boucle est bouclée.

Revenons au web sémantique, qui repose sur la grammaire intangible « sujet-verbe-complément », dont l’enjeu est de faire s’exprimer les données de façon non-ambiguëe. Inscrit dans le corps des pages web, ce langage pour humains et machines structure l’information et permet autant d’enrichissements sémantiques. Il est ainsi possible de relier des sources différentes dans une même application, ce qui fait toute la valeur ajoutée du web de données. Faire communiquer des URIs avec le langage RDF permet ainsi d’exploiter pleinement les données et d’en faire surgir des gisements d’informations structurées, mais aussi de mieux hiérarchiser l’information en bâtissant des ponts entre différents domaines de connaissance, comme le permet notamment le modèle de données SKOS (Simple Knowledge Organisation System) utilisé pour publier des systèmes d’organisation de connaissances sur le web de données. Tout un système de règles pour ne pas mélanger les concepts, et atteindre la plus grande précision dans le vocabulaire de description des données. Les concepts de thesaurus, réutilisés pour l’indexation, la recherche, la réalisation de graphes de connaissances, sont ainsi devenus des biens communs rendus, par l’interopérabilité, réutilisables par tous.

Au terme de la formation, nous sommes à même de préserver, indexer, diffuser et rééditorialiser les données. Nous avons toutes les clés pour construire ensemble l’interopérabilité des données en SHS.

La version mobile du site web

Cela fait quelques semaines maintenant qu’une nouvelle version du site est en ligne !

Cette nouvelle mouture permet une consultation plus aisée sur plate-forme mobile que ce soit sur tablette ou smartphone.

Il y a plusieurs solutions pour adapter un site pour mobile : créer une application à part entière ou partir du site existant. Étant donné le contenu important du site, nous avons préféré opter pour la deuxième solution. Ceci nous a été permis grâce aux Media Queries.

Cette spécification du langage CSS3 offre la possibilité de cibler le type et la taille d’écran pour lesquels nous souhaitons effectuer l’adaptation. Le CSS est un langage permettant de décrire la présentation d’une page HTML. L’adaptation du site n’a pratiquement nécessité que ce langage et a permis un développement rapide.

smartphoneLa disposition du site a dû être repensée afin de s’afficher verticalement. Le script affichant les sous-menus au survol de la souris a été désactivé pour s’adapter à une utilisation tactile. Une des colonnes a été supprimée car elle faisait redondance avec le menu principal. Le but est d’épurer un maximum la version originale afin de réduire les éléments à afficher.

La version tablette permet de consulter les actualités et les informations pratiques dès la page d’accueil. Les actualités ne sont pas disponibles directement sur la version pour smartphone mais via les sous-menus. L’habillage du site a été revu pour chaque mini-site des bibliothèques de la BCU.

L’autre point important à prendre en compte est le Viewport. Il s’agit de la dimension que le navigateur va donner à la page. Ce cas épineux présente des difficultés d’affichage des sites mobiles. En effet, pour un même mobile il existe trois dimensions d’écran. Une que le mobile a réellement, une autre qu’il pense avoir et une dernière qui dépend du navigateur du mobile en question (le fameux Viewport). Il est impératif d’harmoniser ces trois tailles en les définissant les unes par rapport aux autres grâce à la balise HTML : meta.

Pour ceux n’ayant pas de mobile un simple redimensionnement de la fenêtre du navigateur sur ordinateur permet de visualiser cette nouvelle version.

N’hésitez pas à donner vos avis !

 

Moi? Mathilde Delaporte, actuellement stagiaire à la bibnum et étudiante en informatique. Je suis chargée de l’adaptation du site. Ce stage m’a permis d’effectuer mon premier pas dans l’univers des bibliothèques que je compte continuer à explorer.

 

 

 

Rendre nos sites accessibles : oui, mais comment ?

Logos représentant les handicaps visuel, auditif, moteurs, mentaux

Dans mon précédent billet, j’ai essayé d’aborder la thématique de l’accessibilité numérique en précisant qu’elle ne concernait pas uniquement le web. Aujourd’hui, je souhaiterai me recentrer sur cette question de l’internet, en particulier parce que nos sites ou nos portails documentaires sont un moyen incontournable de diffusion (et donc d’accès) à l’ensemble de nos services et qu’ils sont des sites de communication publics donc soumis à l’obligation légale d’accessibilité.

Alors, oui, bien sûr, tous, bibliothécaires (du moins je l’espère), nous sommes prêts à oeuvrer pour l’accessibilité mais comment ? Par quel(s) bout(s), prendre ces chantiers ? D’autant plus qu’aujourd’hui nous ne partons plus de zéro, en tout cas, en bibliothèque universitaire, les sites ou portails documentaires ont une histoire et les équipes qui les ont conçues aussi. Très concrètement, que faire ?

La cible : à qui l’accessibilité d’un site profite-t-elle ?

C’est essentiel : ne jamais perdre de vue, pourquoi ou plutôt pour qui il faut rendre nos sites accessibles. Pour Abdel, jeune homme aveugle, qui ne peut avoir de vision d’ensemble de la page et a besoin d’informations structurées. Il se retrouve, bloqué, sans plus savoir où il en est de sa navigation, car sa plage braille ne lui renvoie plus aucune information. Pour Céline, étudiante malvoyante en sciences sociales, qui utilise une synthèse vocale (on dit aussi logiciel de revue d’écran) et ne peut deviner que « l’image 456 » est un graphique représentant l’évolution du taux de fécondité en France depuis 1965. Mais aussi, pour Fatoumata, malentendante, qui doit venir faire ses études en France et qui aimerait bien, que la vidéo qui présente la bibliothèque soit sous-titrée. Cela lui éviterait de demander à son père, sa mère ou sa soeur. Ou encore pour David, qui ne peut utiliser une souris et aimerait pouvoir naviguer facilement grâce à son clavier adapté. La liste n’est évidemment pas close mais il ne faut jamais, jamais, oublier les utilisateurs.

Le nerf de la guerre

Ensuite, se dire que le noyau dur de l’accessibilité des sites Web, ce sont les spécifications techniques que contiennent les référentiels et les éléments de programmation. Je ne suis pas informaticienne, et ma culture informatique d’un point de vue technique est limitée mais je pourrais veiller, dans un projet web, à ce que cette dimension soit prise en considération à toutes les étapes du projet (création, modifications marginales ou reconfiguration totale). Et c’est là tout l’enjeu d’un site accessible : faire entrer la notion d’accessibilité à toutes les étapes et dans tous les esprits. Il faut que quelqu’un s’en charge très tôt.

Le web reste toujours une mine de documentation. Une série de fiches synthétisent de manière très opérationnelle (et c’est leur grand intérêt) les exigences d’accessibilité. En effet, le site AcceDe Web propose un ensemble de notices adaptées à la gestion de projet web. L’intérêt de ces quatre notices est qu’elles ciblent, chacune, un professionnel comme dans un jeu des 4 familles : dans la famille projet web, je voudrais le graphiste, je voudrais le développeur, je voudrais le contributeur et je voudrais le chef de projet. A chacun dans son domaine de compétences d’intégrer cette dimension. Ce projet, coordonné par Atalan, a été nommé aux Trophées de l’accessibilité 2013.

Les grands principes : à quoi reconnaît-on un site accessible ?

Revenons maintenant aux principes tels qu’ils sont exprimés dans les référentiels. Le Référentiel Général de l’Accessibilité pour les Administrations (RGAA), qui s’applique aux sites de communication publics, reprend l’organisation du WCAG 2.0, en 4 grands principes. Il est facile d’en prendre connaissance grâce à cette traduction en français assurée par Braillenet :

  • Premier principe : il faut que les contenus soient perceptibles. C’est à dire que « L’information et les composants de l’interface utilisateur doivent être présentés à l’utilisateur de façon à ce qu’il puisse les percevoir. » . Sous ce critère, on retrouve les alternatives textuelles aux images, aux boutons graphiques, description textuelle d’un graphique… ; captcha audio, structuration d’un document de traitement de texte ou .pdf, alternatives à des contenus audios ou vidéos (sous-titrage, audiodescription). Il s’agit également de séparer le contenu de la présentation via l’utilisation de feuilles de style .
  • Deuxième principe : Les « composants de l’interface utilisateur et de navigation ». doivent être utilisables. Très concrètement, toutes les fonctionnalités doivent être accessibles au clavier, des éléments d’orientation (pour naviguer, se situer dans le site, s’orienter) doivent être présents. Un lecteur qui utilise une synthèse vocale lit de manière séquentielle, chronologique. Il ne lui est pas possible d’avoir une appréhension globale des informations. Des éléments d’orientation doivent donc lui permettre de repérer la hiérarchie des informations, pour aller directement à l’information qui l’intéresse et éviter s’il le souhaite certaines informations. Il est également important de laisser suffisamment de temps à l’utilisateur pour lire le contenu et pour mener les actions nécessaires. Il est également conseiller d’éviter les flashs (brusques changements de luminosité à l’écran) susceptibles de déclencher des crises d’épilepsie chez certains utilisateurs.
  • Troisième principe : Les informations et l’utilisation de l’interface utilisateur doivent être compréhensibles. Ainsi, par exemple, il est essentiel qu’un dispositif technique de lecture sache si le texte est dans une langue étrangère (utilisation de l’attribut lang) au risque de produire un texte incompréhensible type yaourt. Faire en sorte que la structuration se répète afin de rendre la navigation prévisible est également un point à prendre en compte.
  • Quatrième principe :Le contenu doit être suffisamment robuste pour être interprété de manière fiable par une large variété d’agents utilisateurs, y compris les technologies d’assistance. Il faut donc veiller à ce que les technologies d’assistance utilisent correctement les contenus balisés en spécifiant la DTD utilisée.

Ce qui se joue, c’est une nécessaire prise en compte des questions d’accessibilité par chacun des membres de l’équipe projet web, que ce soit sur le plan de la conformité à la loi, des exigences techniques et du service aux utilisateurs. Ainsi, parmi les membres de l’équipe du Pôle, du Centre, de la Division, Direction, des Systèmes d’information de l’Université et de la Bibliothèque, que sais-je, la présence de développeurs et de webmestres formés aux questions d’accessibilité est nécessaire. Sans eux, rien n’est possible.

Les labels : Comment certifier qu’un site est accessible ?

Les recommandations WCAG 2.0 se répartissent selon 3 niveaux :

  1. le niveau A : niveau fondamental satisfaisant tous les critères d’accessibilité de priorité 1. Pour une conformité de niveau A (le niveau minimal), la page Web satisfait à tous les critères de succès de niveau A ou une version de remplacement est fournie. Par exemple, un texte explique une vidéo ou  une image.
  2. le niveau AA : niveau satisfaisant tous les critères d’accessibilité de priorité 1 et 2. Le site offre un accès « correct » aux informations contenues dans les documents Web. Par exemple,  la possibilité  de recourir à l’agrandissement des textes sans perte d’information et sans avoir recours à une technologie d’assistance.
  3. le niveau AAA : niveau satisfaisant tous les critères d’accessibilité de priorité 1, 2 et 3. Le site offre un accès excellent aux informations contenues dans les documents Web. Par exemple, une description audio étendue met en pause la vidéo pour expliquer l’ensemble des informations nécessaires à la compréhension de l’élément.
    (les exemples sont tirés du guide « Un site web accessible pour ma collectivité »  réalisé par le Syndicat mixte e-mégalis Bretagne en 2012).

Le niveau recommandé au niveau européeen est le niveau AA et c’est également le niveau de conformité que doivent atteindre les sites publics français. Le niveau AAA ne peut s’appliquer dans tous les contextes. La méthodologie qui accompagne le RGAA prévoit, lors de l’étape finale, la rédaction d’une attestation de conformité, établie par l’éditeur du site lui-même. C’est le principe de l’auto-évaluation.

Il est bien spécifié dans le décret n° 2009-546 du 14 mai 2009 que la vérification de la conformité au RGAA est assurée par le ministère chargé des personnes handicapées. Un dispositif de veille et de contrôle devait être mis en place fin 2010. Mais je n’en ai pas trouvé trace …

S’il n’y a pas d’obligation de faire expertiser son site, en France, à ma connaissance, il existe deux labels :

Le label Accessiweb, décerné par l’association Braillenet, c’est un peu comme participer aux Jeux Olympiques de l’accessibilité avec la possibilité de gagner l’or, l’argent ou le bronze selon la performance de son site. On garde sa médaille (euh, non, son label pour 2 ans) et ensuite, il faut recommencer la démarche. Problème, nombre de sites n’ont pas renouvelé la démarche et, dans la Galerie des sites labellisés, la mention « Ce site n’a plus à ce jour le label Accessiweb » est fréquente. Aucun des sites labellisés avant 2010 n’a réobtenu le label. Cela ne veut pas dire que ces sites ne sont plus accessibles mais simplement qu’aucun audit externe ne le valide. Le label Accessiweb (qui repose sur une liste de 95 critères AccessiWeb et une méthodologie d’évaluation). est payant, ceci explique peut-être cela !

Il existe un autre label e-accessibility, valable 18 mois et qui propose également un label pour les documents .pdf. Très franchement, vous étiez vous déjà posé la question de l’accessibilité de tous ces documents en .pdf que vous déposiez sur votre site ? Non, alors vite, lisez la fiche AcceDE pdf . Problème :  la médiathèque d’e-accessibility, rubrique site web labellisés propose … 3 sites. Maigres résultats.

Au niveau européen, le label Euracert est attribué à un site web, en complément du label déjà obtenu par un organisme agréé dans son pays d’origine. A ma grande surprise, la France, la Belgique et l’Espagne sont les seuls pays qui comptent un organisme agréé. Trois ? Le chiffre clé d’une accessibilité déficiente ?

Alors labellisation, pas labellisation ? Ce qui semble poser problème c’est que la labellisation est plutôt liée, pour les organisations qui en font la démarche, à un effet marketing de court terme et ne prennent pas en compte la volatilité et la reconfiguration permanente des contenus. La règle devrait être : concevoir systématiquement des sites web accessibles. On en est loin malgré l ‘obligation législative.

Les stratégies : à quel moment s’y prendre ?

Il faut intervenir très en amont, au moment de la phase de conception, qu’elle porte sur une création de site ou sur une évolution. Les modalités d’application du RGAA définissent clairement les différentes étapes. Dans le cas où la création du site web fait l’objet d’un prestataire extérieur, je vous recommande la lecture de la « Recommandation sur l’accessibilité des sites web publics » du Groupe d’études des marchés d’informatique et communications électroniques qui dépend du Ministère de l’économie et des finances. Ce document de 6 pages, daté d’avril 2012, est un outil précieux pour qui doit lancer un appel d’offres puisqu’il détaille tous les points à notifier : quelle est la méthodologie suivie par le prestataire pour intégrer l’accessibilité aux choix techniques, quels seront pour chaque livrable les paramètres d’accessibilité, quelles sont les compétences en terme d’accessibilité de l’équipe du prestataire, en cas de reprise de contenus, quelle sera la démarche suivie, quels contenus pourront être rendus accessibles, quels seront les tests pratiqués, quelle sera la forme de la restitution, quelle formation pour garantir dans la durée l’accessibilité ? Il est d’autant plus précieux qu’il indique explicitement que la politique d’accessibilité qui guidera le travail du prestataire est de la responsabilité du maître d’ouvrage.

Il faut  rappeler que l’accessibilité ne se vérifie pas à l’oeil nu. L’expérience Avant/Après (type « Nouveau look pour une nouvelle vie » à la sauce Web) se trouve sous un vilain nom BAD , pour Before and After Demonstration.  Le consortium W3C a mis en ligne deux versions d’un même site, l’une accessible et l’autre pas. En cliquant sur Show annotations vous aurez, au fil du site, des explications sur les erreurs commises. C’est en anglais, mais ça vaut le coup.

Dans un projet Web, il est toujours intéressant de procéder à des test utilisateurs. L’inaccessibilité se cache dans les détails. J’ai le souvenir, d’un changement de catalogue d’une bibliothèque, pourtant  affiché accessible, (car cette exigence était spécifiée dans le cahier des charges) et qui en réalité s’est révélé inutilisable par un lecteur aveugle à cause d’une toute petite chose : dans l’interface graphique, des flèches droite et gauche de navigation restaient sans équivalence pour un logiciel de revue d’écran.

Alors prêts à se lancer dans l’aventure ? Réaliser un site accessible est un itinéraire qu’il faut baliser très en amont. Ne perdez pas patience, restez zen, ne vous trouvez pas « 5 bonnes raisons de coller une droite à un expert accessibilité » mais lisez plutôt le billet éponyme sur Accessiblog.fr. Soyez plutôt sur le mode « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage », persévérez car la mise en accessibilité n’est sans doute pas un long fleuve tranquille mais c’est un flux nécessaire.

 

 

Un portail de briques

Le 21 juin dernier, nous avons été invités par l’ADBS Auvergne à une après-midi d’étude sur les portails de bibliothèques à l’Institut National de Recherche en Sciences et Technologies pour l’Environnement et l’Agriculture (IRSTEA) d’Aubières, à deux pelouses de nos bureaux.

Marc Maisonneuve, formateur chez Tosca Consultants, était aussi convié pour faire le point sur la notion de portail documentaire et présenter l’offre de logiciel.  Nous sommes ensuite intervenus pour présenter le portail de la BCU. Colette Cadiou, responsable du service IST de l’IRSTEA a pris la parole à son tour pour présenter les portails Cemadoc et ist.irstea.fr, le tout nouveau portail de l’IRSTEA dédié à l’IST qui venait juste d’être mis en ligne, pour l’occasion.

Que retenir de cette après-midi de travail et d’échanges ?
D’abord des éclaircissements, salutaires, sur la notion de portail, qui nous apparaissait, à bien des égards, confuse, ambiguë, et polémique, tant et si bien que dans l’équipe, on rechignait parfois à employer ce mot, lui préférant celui, plus consensuel, de site web.
Marc Maisonneuve se donnait pour tâche de démêler cet embrouillamini. L’expression portail de bibliothèque n’est-elle pas employée à toutes les sauces? Tantôt on parle de portail pour parler de site web, tantôt de catalogue, tantôt d’outil de recherche fédérée, tantôt d’OPAC nouvelle génération… Il faut dire que même le JISC (Joint Information Systems Comittee) entretient cette confusion, en parlant de « service réseau », de point d’accès, où l’information, en ses différentes sources, se présente et se recherche par différents moyens, par l’entremise de technologies variées, pour se retrouver, sous forme de résultat, uniformisée, fusionnée, et affichée dans un format unifié. Si l’idée de portail y est, elle pourrait s’exprimer de façon plus limpide. Marc Maisonneuve la passe au crible et en extrait l’essence : le portail, c’est un « outil permettant de réaliser tout ou partie d’un site web, point d’accès unique à de multiples ressources documentaires, services et contenus. »
On perçoit mieux la différence entre portail et site web. Si le portail peut effectivement être un site web, il peut aussi n’en être qu’une composante, la composante-outil, en l’occurrence, pour rechercher des ressources documentaires, bénéficier des services en ligne de la bibliothèque, et, accessoirement, accéder aux contenus proposés par le bibliothèque. Cela ne veut pas dire que les contenus sont accessoires, bien au contraire, simplement qu’ils peuvent être dissociés du portail comme outil, en demeurant par exemple sur un site à part, comme celui de l’institution à laquelle appartient la bibliothèque.

Le portail peut se résumer à un seul outil, mais il en intègre souvent plusieurs. Marc Maisonneuve le qualifie à juste titre d’« outil composite ». Idéalement, le portail doit répondre à toutes les attentes des usagers. La typologie présentée des logiciels métiers recense tous les logiciels conçus pour répondre à ces attentes.
Le degré zéro du portail de bibliothèque, c’est le catalogue bien sur, avec pour corolaire en terme de logiciels, le SIGB et l’OPAC. Difficile en effet d’imaginer une bibliothèque sans catalogue. Ensuite, bien sur, c’est l’accès aux ressources numériques qui prime, avec pour corolaire les outils de signalement (liste AZ, résolveur, recherche fédérée etc.) On peut envisager, aussi, d’intégrer au portail une bibliothèque numérique, pour accéder aux documents primaires, sans oublier qu’il s’agit là juste d’un autre site que le portail interrogera, et non d’un élément charnière structurant. Le système de gestion de contenu, permettant d’éditer les contenus relatifs à la bibliothèque peut être une autre brique du portail.

Des briques très chics
Les briques très chic (upper level) par fallentoato flickr (CC BY-NC-SA 2.0)

Un portail de bibliothèque, ce sont des briques agrégées. Comment les agréger ? C’est l’architecture du portail qui sera décisive. Marc Maisonneuve présente plusieurs cas de figure. Le must, c’est d’ajouter à ces briques essentielles un opac de nouvelle génération, pour interroger de façon unifiée les métadonnées de toutes les ressources. C’est là un vrai service. Ce que n’est pas la recherche fédérée, qui interrogeant séparément les ressources de la bibliothèque apparaît beaucoup trop complexe et difficile à prendre en main pour les usagers.
L’architecture idéale ? Elle allie SIGB, catalogue, annuaire LDAP, CMS, base de données, et un OPAC de nouvelle génération pour chercher au sein de toutes ces ressources de façon unifiée via des métadonnées rassemblées, unifiées et enrichies.
Une fois définie l’architecture, il est nécessaire de mettre en œuvre une stratégie conforme à ses moyens pour réaliser le portail, en commençant par la brique la plus essentielle, le SIGB, puis le CMS, enfin les autres briques complémentaires qui ajoutent de la valeur à l’ensemble. Marc Maisonneuve nous met en garde vis à vis des produits tout en un, conçus pour répondre à toutes les fonctions. Cette ambition les dessert, le risque guettant de faire tout à peu près, comme le défunt jubil, comme notre ancien portail Archimed. Ces solutions tout en un sont envisageables pour les bibliothèques démunies, qui manquent de moyens et de compétences pour réaliser et mettre en oeuvre des outils libres, pouvant s’interfacer les uns les autres.

L’intervention de Marc Maisonneuve éclairait sous un nouveau jour notre propre démarche de construction de portail. Rétro-éclairage, pourrait-on dire, car le même Marc Maisonneuve était déjà intervenu à la BCU, en 2009,  à un moment où la BCU était encore BCIU pour donner une formation sur les portails documentaires, et faire le diagnostic de l’existant Archimed : cet ancien portail ne convenait plus en terme de positionnement, étant destiné à la fois aux usagers des bibliothèques communautaires et universitaires. Il était cher, peu ergonomique, et rigide, puisque la moindre modification supposait une intervention facturée du prestataire. La seule issue possible était de se donner les moyens de créer un nouveau portail. Comment ? En renforçant l’équipe de la bibnum. C’est ainsi que Mathieu et moi-même furent recrutés, que Raphaële et Karine intégrèrent à plein temps l’équipe, qu’Olivier prit les rennes du service. La BCU disposait déjà d’un SIGB et d’un opac absysnet. L’urgence était de concevoir et de construire le site. Nous nous y attelâmes. Les bibliothécaires des sections purent gérer comme ils le souhaitaient leurs contenus en ligne. Après l’évaluation du site, nous sommes à même de proposer bientôt une nouvelle mouture. Un résolveur de lien a été mis en place. Nous avons mis en oeuvre notre première bibliothèque virtuelle avec les carnets géologiques de Philippe Glangeaud. L’OPAC de nouvelle génération sera bientôt en ligne. Les archives ouvertes institutionnelles ont été développées. Demain, un nouveau SIGB s’imbriquera sans doute.

De briques en briques, le portail se façonne, avec des outils libres. Les briques s’interfacent, s’interposent, communiquent entre elles, pour un accès unifié aux résultats des recherches documentaires.

Portails de bibliothèques et centres de documentation : Présentation de l’offre de logiciels par Marc Maisonneuve Tosca Consultant, Aubière 21 Juin 2012 14h à 15h 30

Le portail de la BCU : retour d’expérience, par Olivier Legendre, Camille Meyer, Mathieu Bacault, Aubière 21 Juin 2012, 15h30 à 16h30

De l’utilisation des ressources documentaires : statistiques 2011 du site web

L’analyse statistique du site web et de l’OPAC montre que l’intérêt principal de notre site réside dans la consultation du catalogue et des ressources électroniques, notamment via les listes de revues et de bases de données.

Des clics et des vues

L’architecture de notre site étant ainsi faite, il convient de tenir compte à la fois des pages visitées (vues) et des liens sortants (clics). En effet, les ressources électroniques sont d’abord présentées dans des pages internes (Drupal) avant de sortir du site via le reverse-proxy (EZproxy), alors que le catalogue est toujours accessible hors du site (OPAC AbsysNET sur serveur dédié).

Nom Vues uniques Vues
ressources-numeriques/bases-de-donnees 31027 64924
ressources-numeriques/livres-numeriques 5049 9282
ressources-numeriques/annales-dexamen 3080 4171
ressources-numeriques/accueil 2580 4049
ressources-numeriques/videos-scientifiques 1023 1355
Nom Clics uniques Clics
catalogue.clermont-universite.fr (OPAC) 35287 61757
sicd.clermont-universite.fr (via proxy) 24309 40980
liste az des revues (mode hébergé) 9826 14527
sicd.clermont-universite.fr/ (accueil proxy) 6066 8687

Si la rubrique Ressources numériques du site est la plus fréquentée (42759 vues uniques au total), on constate que l’accès au catalogue constitue l’activité la plus importante (35287 clics), juste devant la liste permettant d’accéder aux bases de données (31027 vues uniques).

Evidemment, on ne saurait réduire l’usage des ressources électroniques à ces chiffres, puisque la consultation de ressources peut se faire sans passer par notre site web. Mais l’objet ici est de regarder à quoi sert le site web lui-même. Que fait-on sur ce site ? Que vient-on y chercher ?

1. le catalogue

Pour l’année 2011, nous avons enregistré plus de 789 000 requêtes. La majorité de ces recherches (41%) ont été menées depuis les postes informatiques des bibliothèques (OPAC, postes internet, postes professionnels). Ce chiffre n’a cessé de diminuer au fil de l’année ; preuve que le catalogue est de plus en plus consulté depuis l’extérieur de la bibliothèque, notamment depuis les UFR, et que ce mode de consultation est désormais majoritaire. Les utilisateurs préparent leur visite à la BU, en particulier ceux qui peuvent demander la communication de leur document à l’avance.

Sans analyser précisément les requêtes, on peut noter qu’il subsiste un taux élevé de recherches infructueuses. En effet, près de 35% des requêtes donnent zéro résultat. Si notre catalogue comporte forcément des lacunes, un taux pareil ne peut s’expliquer que par un nombre considérable de requêtes mal posées. Il est grand temps d’adopter un outil capable d’aider à la recherche !

2. l’accès (authentifié) aux bases documentaires

Notre site web semble être un point d’accès privilégié aux différentes ressources numériques. La page la plus consultée (bases-de-données) est celle qui présente l’ensemble des ressources classées par ordre alphabétique, et qui permet d’y accéder en mode authentifié grâce à un lien proxifié. Cela explique donc aussi que la deuxième place du classement des liens sortants soit occupée par notre proxy (sicd.clermont-universite.fr).

La grande majorité des accès au proxy représente un passage entre la liste alphabétique sur notre site et les ressources sur le site des éditeurs. Dans ce cas, le proxy agit comme serveur d’authentification, de façon transparente pour l’usager. Mais, dans tout de même un quart des cas (6066 clics sur 24309), les usagers utilisent la page d’accueil du proxy comme portail d’accès aux ressources. Cette page d’accueil est rendue visible grâce au lien accès distant figurant dans le bandeau supérieur droit de notre site.

3. l’accès (authentifié) aux revues et articles

Dernière grande rubrique de notre site, la liste alphabétique des revues électroniques remporte un vif succès. Hébergée chez notre fournisseur, cette liste constitue le seul moyen d’accéder facilement et de manière authentifiée aux revues et aux articles électroniques.

Conclusion

Il est bien difficile de donner un sens à la valeur brute de ces chiffres. Est-ce satisfaisant ou non ? Nous ne pouvons procéder que par comparaison. Nous verrons donc comment les choses évoluent les années suivantes. Mais ce billet peut aussi permettre de comparer avec les chiffres d’autres établissements. Je précise à cette fin que la BCU dessert environ 35000 étudiants, issus des deux universités et de trois écoles.

Dix scénarios pour un portail : l’évaluation du site web de la BCU par ses internautes.

C’est mon tour de distiller, et je le passe sans alambiquer aux trois étudiantes de la licence professionnelle « Gestion et mise à disposition de ressources documentaires », Jennifer Barbé, Elisabeth Lang et Chloé Wojtczak, dont j’ai eu le plaisir d’encadrer le projet tutoré sur l’évaluation du portail de la BCU.

Et clap !  (CC BY-NC 2.0)  by Jojo on Flickr

Début septembre 2011, eurêka, nous décrochons le projet de la BCU pour notre licence professionnelle. La bibnum, après sept petits mois d’existence du site, veut déjà savoir si VOUS, les usagers, êtes contents, pas contents, satisfaits, pas satisfaits de son portail tout neuf. Nous allions être les premiers à savoir, grâce à notre mission, si VOUS aimez le portail documentaire qui berce vos études et vos recherches.

Cela s’annonçait bien : un questionnaire, un peu de boulot et nous étions sûrs d’avoir plié notre projet en un tour de main.

Mais qui vend la peau de l’ours avant de l’avoir tué, s’expose à des surprises !

Rendez-vous fin octobre à la bibnum et retour à la case départ : nous devions évaluer les usagers dans leur pratique du portail. Nous consultons des professionnels, nous nous plongeons dans des lectures enrichissantes sur les méthodes d’enquête, faisons des recherches tout azimut ; plus de 50 portails consultés. Et après ce petit temps de préparation, nous optons pour le TEST UTILISATEUR, la technique la plus adaptée pour évaluer l’ergonomie d’un site web et pour rendre compte de l’offre multiple des contenus, ressources et services proposés par le portail de la BCU.

Nous innovons en détournant une méthode utilisée pour évaluer les sites commerciaux. Un principe facile à comprendre : mettre des utilisateurs d’un site web en situation réelle dans des scénarios ; réalisation plus complexe. Tout repose sur le savoir faire de l’enquêteur et nous étions des débutants ! Une magnifique expérience, très formatrice : nous avons appris à rédiger des textes qui donnent aux personnes interrogées l’impression d’être dans leur vie puis nous les avons écoutés, observés, relancés tout en restant neutres.

Avec 15 personnes de niveaux d’études différents, nous mettons en scène 10 scénarios sur les caractéristiques du portail. Les personnes interrogées ont confiance en nous ; elles font les recherches que nous leur demandons en s’exprimant à haute voix. Nous notons, retranscrivons toutes leurs remarques réfléchies, spontanées, enthousiastes, critiques… Nous obtenons un réservoir d’informations à exploiter sous forme de tableaux ou de fiches en recoupant, analysant, synthétisant.

Bouquet final ; nous réussissons à dégager des pistes pour savoir si le portail de la BCU est bien utile, utilisable et utilisé. Sur le dernier point un petit bémol : la plupart des personnes interrogées ne pensaient y trouver que des ressources documentaires ! Quid des vidéos, des actualités, des outils proposés… la liste est longue : mieux connue, elle serait plus consultée !

Notre rapport se termine par la proposition de pistes d’amélioration à la BCU. Elles sont suggérées par l’analyse des scénarios. Il y déjà eu quelques modifications sur le portail que notre œil exercé a tout de suite repérées. Cette mission nous a appris plein de choses sur les nouveaux métiers liés à l’évolution des bibliothèques vers le numérique. Nous avons réalisé un travail de consultant pour la BCU. Notre choix de projet, c’était bien le bon plan ! Dans la suite il faudra faire d’autres évaluations. Nous espérons, pour le portail et ses usagers, que c’est le début d’une longue histoire…

Je vous invite donc à lire l’excellent rapport de nos consultantes en herbe, avec spéciale dédicace à de nombreux collègues de l’UBP, de la BCU, de la BPI, d’Ourouk et d’ailleurs.

Jennifer Barbé, Elisabeth Lang, Chloé Wojtczak, Aziz Zeghdoudi
Le site de la BCU : un portail utile, utilisable ?
10 scénarios pour connaître la satisfaction de ses utilisateurs.

Projet professionnel : Septembre 2011 à Mars 2012 soutenu le 23 Mars 2012
Sous la direction d’Isabelle Rouquet (responsable universitaire) et Camille Meyer (tuteur professionnel)

La lecture de ce rapport nous a conduit à envisager une nouvelle mouture de notre site web, mais cela fera l’objet d’un autre billet de blog. À suivre !

Du SIGB au catalogue et réciproquement

Une nouvelle période commence. Après 15 ans d’informatisation, de diversification des collections, de développement d’outils de gestion spécialisés, de tentatives d’intégration au sein de portails documentaires, il est temps de revenir à un système polyvalent que chaque bibliothécaire pourra maîtriser comme étant l’outil unique de l’établissement. Ces atermoiements techniques ont été dus aux évolutions des outils de gestion (back-office) et des interfaces publiques (front-office) qui n’ont cessé de se courir après.

Ainsi, à Clermont-Ferrand, avons-nous connu plusieurs époques et autant de conceptions de ce que devait offrir la bibliothèque à ces lecteurs. Après l’informatisation, en 1995, l’OPAC s’est imposé comme seul outil de recherche pour un public qui n’avait accès qu’à des collections imprimées. La conjonction du développement des collections électroniques, au début des années 2000, et du besoin d’adapter les services numériques aux différents publics (bibliothèque municipale et inter-universitaire) a conduit à la mise en ligne d’un portail documentaire en 2006. Celui-ci avait l’avantage de fournir aux publics une interface unique menant aux diverses collections via un moteur de recherche multi-bases.

Pieces de puzzle
Pièces de puzzle

Le problème, c’est qu’à mesure qu’on acquiert des collections électroniques, on multiplie les outils de gestion et on cloisonne les services. La grande majorité des collègues travaille sur le SIGB, donc sur les collections imprimées, tandis que quelques-uns, notamment au sein du service numérique, délaissent le SIGB au profit d’outils d’administration (portail, moteur) et d’outils hébergés chez les fournisseurs (base de connaissance et résolveur de lien, plateformes de diffusion de livres électroniques). Les deux mondes s’ignorent et les outils imposent leur logique.

La distorsion entre le back-office et le front-office est telle que les bibliothécaires en viennent à tenir un double discours : tandis qu’ils promeuvent auprès des usagers les fonctionnalités offertes par le portail, ils ne jurent que par leur outil professionnel, qu’ils maîtrisent bien, et continuent de l’utiliser en service public, au risque de laisser de côté une partie des collections lors de leurs recherches. On cherche à unifier l’outil de recherche d’un côté, tandis qu’on multiplie les modes de gestion et d’accès de l’autre.

La scission entre lectures publique et universitaire a été matérialisée en 2010 par l’adoption de deux systèmes de gestion documentaire distincts et par l’abandon du portail unique. Chaque réseau de bibliothèques possède désormais son SGB et son site web/catalogue. Il n’en reste pas moins que les ressources universitaires étant diversifiées, les outils de gestion sont multiples, tout comme les modes d’accès. Sur le site web des BU, nous avons dû créer autant d’entrées qu’il y a de types de ressources, car leur gestion n’est pas unifiée. Cela induit bien sûr une difficulté pour le public, qui doit repérer les types de ressources et répéter sa recherche dans les différents systèmes.

Nous sommes donc amenés à concevoir une nouvelle interface d’interrogation de nos ressources. Les outils de découverte (discovery tools) offrent une bonne alternative à notre site web. Basés sur un moteur de recherche, ils permettent d’interroger en un seul point les différentes sources que nous proposons. Nous testons actuellement Blacklight et nous essayons de le connecter à notre SIGB. Ce n’est pas si simple, les embûches techniques sont nombreuses, du fait de l’ancienneté technologique de notre produit. Partant de ce constat, nous songeons sérieusement à l’adoption d’un nouveau SIGB, plus moderne, qui offrirait plus de fonctionnalités mais surtout plus de souplesse d’exploitation.

Nous suivons donc avec attention le projet de système de gestion de bibliothèque mutualisé. Fondé sur l’examen de nouvelles solutions développées par certains fournisseurs, ce projet fédère les préoccupations de nombreuses bibliothèques, que nous partageons, à propos de nos données, de leur signalement et de nos organisations.

Retourner au système unique, polyvalent car gérant l’ensemble de nos activités : la boucle est bouclée.

Médiation numérique et réticulaire en bibliothèque.

Bertrand Calenge dans son carnet de notes a bien raison de pointer l’ambivalence du concept de médiation numérique en bibliothèque. Cette expression se conjugue à toutes les sauces, il est vrai.
Retravaillant la définition de la médiation de Silvère Mercier,  il replace au coeur du dispositif de médiation la bibliothèque comme institution elle-même  dans son billet intitulé la médiation : concept clé ou mot valise ? : « Est dispositif de médiation toute organisation ou technologie qui vise à permettre à des bibliothécaires de favoriser l’accès organisé ou fortuit, l’appropriation ou la dissémination de contenus à des fins de diffusion des savoirs et des savoir-faire ».

Le portail de la BCU est-il en ce sens un dispositif de médiation ? S’il permet bien aux bibliothécaires de jouer en ligne leur rôle de personne ressource,  on peut légitimement se demander s’il suffit de détenir des droits de publication et un compte de contributeur sur un outil de gestion de contenu pour produire des contenus de qualité qui répondent aux attentes documentaires des usagers. En quoi reconnaît-on la qualité dans un dispositif de médiation numérique en bibliothèque ? Au coeur du dispositif, il y a bien l’organisation elle-même, non pas seulement l’architecture de l’information et des contenus mis en ligne,  mais aussi le réseau des bibliothécaires.

Le portail de la BCU est bien un dispositif de médiation : Il permet concrètement aux bibliothécaires de donner accès, d’éditer et de disséminer des contenus en vue de la diffusion des connaissances. En ce sens, il leur permet de prendre position en  ligne vis-à-vis du public, ou de se repositionner comme l’entend Silvère Mercier dans son récent article Médiation numérique et culture de l’information : repositionner les bibliothécaires. Les bibliothécaires ont bien toute légitimité à prescrire des ressources, non pas au même titre que les enseignants-chercheurs, mais bien en tant que spécialistes de la « culture de l’information » ou de linformation literaty à l’anglosaxonne, comme l’explicite Sylvie Chevillotte dans le BBF.
Dans le cas du portail de la BCU, c’est essentiellement dans les « blog-notes » que les bibliothécaires éditent des contenus en ligne à destination des usagers et se font prescripteurs de ressources.
On ne peut pas vraiment comparer les blogs des sections de la BCU aux blogs hyper spécialisés du SCD de Nancy à destination des étudiants en orthophonie, des infirmiers, des sages-femmes. Blogs à part, ils n’ont pas le même positionnement éditorial, les blogs de la BCU se rattachant davantage à la vie et aux ressources des réseaux de bibliothèques dans les disciplines phares des Universités de Clermont.
Le positionnement des blog-notes est d’avantage axé sur les ressources à mettre en avant, à l’instar d’une vitrine numérique. Les bibliographies et les billets mis en ligne sont liés de près ou de loin aux disciplines enseignées. Les bibliothécaires s’y font veilleurs, formateurs, connaisseurs. Les contenus  prolongent aussi parfois les expositions organisées à la BCU, comme le fait le blog du réseau des BFM autour de l’exposition en cours sur Jean-Henri Fabre ou la passion des insectes. Dans d’autres exemples, les bibliothécaires y expriment leur « coup de coeur » pour les romans qu’ils ont aimés.
Le positionnement est plus large, peut-être plus flou, mais dans tous les cas, les usagers demeurent en ligne de mire. On voit cependant venir les écueils à éviter : Il y a bien un risque de dilution de l’information à prévenir, d’où l’importance d’une coordination renforcée en amont.

toile d'araignée
Toile d’araignée
Paternité Pas d’utilisation commerciale Partage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés par koen_photos

Blog-notes, actualités : les contenus du nouveau portail BCU à la loupe.

Encore un billet sur notre nouveau portail BCU, la parole est à la webmestre.

poupées russes

Après avoir envisagé la construction du site web du côté de la technique, envisageons-la du côté du contenu.

Lorsque je suis arrivée à la bibnum, le 1er Octobre dernier, ma première mission était de donner forme au nouveau portail de la BCU, sachant qu’il y aurait, c’était prévu, un site principal, et autant de mini-sites qu’il y a de sections, pour faciliter la mise en ligne des contenus. En amont, il a bien fallu concevoir la structure du site principal et des mini-sites, définir les fonctionnalités principales, et les types de contenus. Cela suppose d’abord faire la typologie des contenus que l’on aimerait trouver dans un site de bibliothèque : Les actualités, les pages bases de données, les pages bibliothèques qui alimenteront le répertoire, mais aussi les « mercredis de la science » les« jeudis du patrimoine », les outils, etc. Puis, il faut définir comment se présentent et s’organisent  ces contenus, comment les indexer pour facilement les retrouver.

Nous voulions une architecture décentralisée dans laquelle chaque section puisse éditer les contenus relatifs à la vie et aux collections des bibliothèques. Alors est venue l’idée des réseaux disciplinaires, les mini-sites se sont appelés réseau lettres, réseau sciences et STAPS, réseau droit et sciences économiques, réseau santé, réseau IUT, réseau IUFM. Rien de très ésotérique. Des communautés de bibliothèques universitaires spécialisées pour des publics spécifiques.

Au début du projet, cette distinction des sites des sections a suscité chez les collègues quelques appréhensions. Six mini-sites gérés par les sections ? Et qui va faire quoi ? Le CMS drupal permet une fine répartition des rôles. Sachant qu’il y a en moyenne deux administrateurs par section, et un nombre variable de contributeurs, les conservateurs des sections qui avaient la fibre éditoriale sont naturellement devenus administrateurs de leur mini-site, les autres collègues intéressés sont devenus contributeurs. Au final, dans certains cas, c’est toute l’équipe de la section qui prend en charge l’alimentation de leur site. Ce que l’on pouvait craindre aussi, c’est que l’inégale répartition des forces entre les équipes des sections ne génère un déséquilibre éditorial entre les mini-sites. Certains sites sont plus alimentés que d’autres, mais les déséquilibres tendent à se résorber. Les collègues se sont bien appropriés l’outil, ayant bénéficié d’une formation idoine.

Si nous avions bien un site principal et des mini-sites, pour faciliter l’appropriation du CMS par les collègues des sections, il ne fallait pas que cette distinction ne soit trop visible. Pour les usagers, il fallait bien maintenir l’impression de naviguer dans un seul et même site, en parcourant plusieurs réseaux, sans changer totalement d’univers graphique. Il fallait maintenir l’unité du portail face à cette multiplicité des mini-sites en réseaux. Cet impératif nous a amené à revoir la structure des mini-sites, à commencer par le menu. Nous avions conçu le menu du site principal comme une architecture permettant de déployer l’offre générale de toute la BCU en termes de ressources, de services, et d’activités culturelles. Les menus des mini-sites présentent aux usagers des bibliothèques spécialisées l’offre documentaire spécifique des sections. Pour garder cette impression de naviguer sur un seul et même site, il nous fallait un menu unique sur le bandeau horizontal, et en toute logique, c’est le menu du site principal que l’on a gardé comme référent. Il était important de ne pas trop cloisonner la navigation et sectoriser l’information. Nous avons placé à gauche les menus spécifiques des mini-sites pour rétablir l’équilibre entre ressources et services spécifiques offerts par une section et l’offre globale de l’ensemble du réseau de la BCU.

Pour les réseaux disciplinaires, nous avons souhaité un positionnement à la fois d’expertise et de proximité. Expertise des bibliothécaires, prêts à donner des conseils bibliographiques ciblés, à mettre en œuvre des formations spécialisées, à donner des pistes aux étudiants, pour qu’ils réussissent. Proximité, car ces mini-sites s’adressent d’abord à un public d’étudiants habitués à venir souvent dans la même BU, désireux de savoir jusqu’à quand vont durer les travaux, si la BU ferme pendant les vacances, ou pour combien de temps ils peuvent garder leurs livres empruntés. Impatients d’utiliser leurs mini-sites, les bibliothécaires du réseau attendaient avant tout un outil de communication. Ces mini-sites allaient pour eux être l’occasion de partager leurs expertise documentaire, et de jouer en ligne leur rôle de personne ressource. C’est la raison pour laquelle au sein de chaque mini-site, on trouve bien un blog orienté sur la discipline de la section où les bibliothécaires font la promotion des nouveaux ouvrages, commentent l’actualité scientifique, donnent des conseils de lecture, bref, valorisent les collections et les services de leur bibliothèque.

Je me souviens au bibcamps, lors de l’atelier « repenser son site web » avoir présenté la maquette de ce nouveau site. Nous étions en plein débat sur le rôle des sites de BU. L’objectif premier d’un site de BU, disait-on, c’est de proposer des services en ligne. Tous les services de la bibliothèque devraient avoir un décalque web. Je suis bien d’accord, et c’est bien dans cette direction que nous allons, pour faciliter l’accès aux ressources, et simplifier les démarches des lecteurs. J’avais aussi noté cette phrase : « l’enjeu d’un site de bibliothèque n’est pas le contenu éditorial, mais les services en ligne qu’il propose. » Là, je ne suis qu’à moitié d’accord. A mes yeux, le contenu éditorial a autant d’importance que les services en ligne, car par le contenu, c’est toute la bibliothèque qui prend position vis-à-vis des lecteurs. Et puis, du contenu de qualité, n’est-ce pas aussi un service ?