Elsevier, bouquet 2013 (2) : les VRAIS CHIFFRES

Ce premier papier sera plein de chiffres clermontois.

Mes précédents billets consacrés au chiffre d’affaires Elsevier contenaient des estimations. Elles ont été discutées, c’est normal. Désormais, le passage au tout électronique a eu lieu : il aboutit à une facture unifiée, un chiffre fiable qui permet de présenter un bilan solide.

Je peux l’avouer ici car nous sommes entre nous, le chiffre m’a surpris. Il était supérieur à mes prévisions pessimistes. J’ai compris après coup que j’aurais pu l’évaluer exactement. Les informations étaient disponibles, mais à un endroit où je ne songeait pas à les chercher, et sous une forme que je ne savais pas exploiter. Ceci dit sans fausse honte, car les collègues à qui j’en ai parlé en étaient au même point que moi. D’ailleurs tout le monde est d’accord : c’était un contrat compliqué. Et tout le monde, je crois, est décidé à faire mieux.

Bref, voici en exclusivité pour vous mesdames et messieurs, les VRAIS CHIFFRES du contrat Elsevier à Clermont avec un retour sur les huit dernières années de contrat.

La dépense

En 2013, la dépense de Clermont-Ferrand pour accéder à la Freedom Collection sur Science Direct est de 478 710,20 €.
Ce n’est pas le prix de nos abonnements chez Elsevier, qui est plus élevé (car nous avons d’autres abonnements que la Freedom Collection chez Elsevier). C’est le prix de la Freedom Collection, seul. Consolidé, comme on dit pour couper court aux questions.
En prime, je livre à vos yeux l’évolution comparée des coûts et des usages depuis 8 ans.

Elsevier2005-2013

Faites le calcul vous-même :
Entre 2005 et 2012, le prix de la Freedom collection a augmenté de 40 %.
Entre 2005 et 2012, la consultation de la Freedom collection a augmenté de 33 %.

Les usages à la loupe

D’où peut bien venir cette espèce de pic bizarre en 2008 et la décrue qui suit ?
Les chiffres sont impressionnants : si l’on en croit les relevés fournis par la plate-forme de statistiques d’Elsevier, il y a doublement entre 2005 et 2008, puis division par deux du nombre de téléchargements entre 2008 et 2012.

Liquidons les biais statistiques évitables :
1) Les statistiques natives concernent la plate-forme Science Direct. Les statistiques de la Freedom Collection s’obtiennent donc en soustrayant les usages d’autres collections hébergées sur cette plate-forme. Les chiffres donnés ci-dessus en tiennent compte (je consolide, je consolide).
2) Je n’ai pas accès aux statistiques de consommation du CNRS pour les laboratoires clermontois ; mais je postule qu’il n’y a pas de transfert massif d’usage entre accès CNRS et universitaire, pour ceux qui ont les deux : sauf contrainte technique nouvelle, un usager garde ses habitudes.

Le pic de 2008 : crawling or not crawling ?

Pour expliquer le pic étrange de 2008 et la décrue qui suit, l’éditeur a suggéré  que les usages de 2008-2009 seraient une anomalie liée à un épisode de crawling. C’est-à-dire à un téléchargement massif et automatisé opéré depuis le site de Clermont ces années-là, ce qui aurait gonflé artificiellement l’usage réel. On aurait donc une légère tendance haussière pour l’ensemble de la période, masquée par deux années de pic anormales.

Il me semble que pour caractériser le crawling, deux conditions sont nécessaires :
– le pic de consultation est aussi important que bref, il porte sur quelques jours voire quelques heures ;
– il est environné par des consultations en nombre raisonnable ou faible tout le restant de l’année.

Il est effectivement arrivé qu’un titre soit abondamment téléchargé en très peu de temps : consulté quelques dizaines de fois pendant 11 mois de l’année, il est téléchargé, par exemple, 3000 fois en un seul mois. D’après mes repérages cela s’est produit en 2008 pour une dizaine de journaux, et en 2009 pour quelques-uns. Les cas que j’ai repérés totalisent environ 20 000 téléchargements pour 2008, 15 000 pour 2009.  En doublant arbitrairement ce chiffre pour prendre en compte des cas qui m’auraient échappé, on obtient le graphique suivant.

Elsevier2005-2013(2)

Voilà le pic alpin changé en Puy de Dôme. Mais l’érosion ne le fait pas disparaître. Il faut donc chercher une autre explication qui vienne s’ajouter à la première. Elle s’impose, en fait. De janvier à mai 2008, on a en moyenne 25 000 consultations mensuelles. De juin à décembre, la moyenne s’établit à plus de 43 000 consultations par mois.
Juin 2008 est le mois de la mise en place de l’accès distant. Jusqu’en juin, les chercheurs ne pouvaient consulter Science Direct que dans les locaux de l’université. À partir de cette date ils peuvent également la consulter de chez eux.
Quiconque a vu le visage d’un lecteur s’illuminer en apprenant l’existence de l’accès distant déduira qu’il était prévisible que cette possibilité nouvelle s’accompagne d’un pic de consommation, une sorte d’effet d’aubaine. Je serais bien étonné que Clermont-Ferrand ait été le seul endroit à connaître cela. Bien sûr, l’accès distant favorise le crawling, mais il ne se confond pas avec lui.

Le pic de 2008 : fair use ou abuse ?

On peut discuter deux points : y a-t-il eu abus, et peut-on attribuer le pic à cet abus.

1) Y a-t-il eu abus ?

Voici ce que dit le contrat de licence :
L’abonné et ses utilisateurs autorisés peuvent […] imprimer, faire des copies électroniques et stocker des éléments individualisé à partir des produits sous licence, exclusivement pour l’usage de l’Abonné. (1.3.2) […] L’abonné et ses utilisateurs autorisés ne peuvent pas […] reproduire, conserver ou redistribuer, de façon systématique ou substantielle, les Produits sous licence (1.4.3).

Y a-t-il donc eu reproduction, conservation ou redistribution systématique ou substantielle ?
– substantielle : s’il s’agit de 20 000 téléchargements sur 390 000, on est à 5 %. C’est trop, mais ce n’est tout de même pas beaucoup.
– systématique : on peut considérer le téléchargement complet d’un titre par une même personne comme une reproduction systématique. Si cette pratique a eu cours elle visait probablement la conservation (probablement pas la redistribution, je vois mal comment). L’abus, dans ce cas, est constitué. On accordera, j’espère, à la bibliothèque, quelques circonstances atténuantes :

  • il n’y a nul moyen technique d’empêcher ce type d’acte.
  • la quantité de matière téléchargée est très faible au regard de la base disponible, ce qui fait que le préjudice causé à l’éditeur est difficile à identifier.
  • l’usage est massivement conforme au contrat et justifie autant, je crois, la confiance accordée aux universitaires que leur réputation de légalisme.

2) Le pic constaté est-il dû aux abus ?
À cette question on peut répondre non. La mise en place de l’accès distant suffit à expliquer l’envolée des consultations sur quelques mois, qui se tasse ensuite sous l’effet de la routine et revient à une consommation « normale ». Le principal indicateur en faveur de cette hypothèse d’explication est le caractère très étalé, et réparti sur la masse des titres, de la hausse et de la décrue qui a suivi. Aux rares exceptions près que j’ai relevées (10 titres sur 2000, et même en admettant que c’est le double), les titres les plus téléchargés le sont tout au long de l’année.

 

Usages et tarifs

Ce qui précède ne prouve que la volatilité des usages. J’en déduis qu’ils ne sont pas utilisables pour fonder ou justifier une politique tarifaire, et l’éditeur pense de même, son nouveau modèle économique en témoigne.

Revenons brièvement aux gros chiffres :
Entre 2005 et 2012,
le prix a augmenté de 40 %,
l’usage, de 33 %.
Il n’y a pas de corrélation entre les deux, même les plus mauvais statisticiens l’auront relevé.

Ceci laisse posée l’éternelle question : qu’est-ce qui peut bien expliquer la hausse, alors ?
Sur ce point dont j’ai déjà parlé, l’explication ne vient pas de moi : si les prix augmentent, c’est parce que l’éditeur tire les prix aussi haut, aussi vite et aussi longtemps que ses clients l’acceptent, eu égard au statut particulier de ses revues, assimilables, d’un point de vue économique, à un produit de première nécessité dans un marché non-concurrentiel. L’éditeur n’a, du reste, jamais contesté cette explication : je n’ai jamais entendu personne chez Elsevier dire que si les prix augmentent, c’est à cause des coûts. Et l’on peut mettre à leur crédit leur bonne foi sur ce point.

Aussi haut, aussi vite et aussi longtemps
que ses clients
l’acceptent.

C’est cela seul qui peut changer.

Elsevier, banderille n°4 : justifier l’inflation ?

Inflation (licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, pas de modification ; source FlickR)
Inflation (Land Registry, Bank of England ; publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, pas de modification)

La réponse d’Elsevier au mouvement de protestation des scientifiques a fait l’objet de plusieurs articles passionnants, dont un à paraître de Douglas N. Arnold et Henry Cohn (Notices of the American Mathematical Society 59(6), 2012). Un passage m’a frappé parce qu’il touche au cœur du problème en prenant en considération les questions économiques pures. On sait en effet que les éditeurs tentent parfois de justifier l’augmentation du prix par celle des coûts supportés. L’article suscité en prend dûment acte :

We don’t mean to suggest that publishing is cheap in the electronic age. True, electronic distribution is very cheap : the arXiv requires just $7 per submission, or 1,4 cents per download, in funding. But journal publishing involves significant additional costs, such as IT infrastructure, administrative support, oversight, sales, copy editing, typesetting, archiving, etc.

Voilà qui doit faire plaisir à l’éditeur. Cela dit, il faut avoir l’honnêteté de poursuivre : si les coûts de la publication en ligne ne sont pas négligeables, atteindre une certaine masse critique permet, dans ce domaine comme dans bien d’autres, de réaliser des économies d’échelle, de sorte que :

… large publishers like Elsevier should, if anything, achieve lower costs.

Or c’est apparemment le contraire qui se produit : les journaux d’Elsevier sont deux, trois, dix fois plus chers que ceux des autres éditeurs sur des segments disciplinaires et avec des facteurs d’impact comparables. Ayant du mal à croire qu’Elsevier gère mal ses affaires et ne sait pas faire d’économies d’échelle, je m’autorise à conclure que l’inflation des prix ne résulte pas de celle des coûts de production, qu’elle résulte donc d’un choix commercial, d’une déclinaison particulière de la loi du marché. Quelles justifications peut-on lui trouver ?

La qualité du service rendu, bien sûr… En effet, on peut légitimement soutenir que le prix de vente augmente, si le service rendu aux utilisateurs a été accru de façon significative et incontestable. Qu’en est-il ? Les bénéfices de la diffusion en ligne sautent aux yeux et il n’est pas question de les nier, mais seulement de voir s’ils sont assez dénués de contrepartie pour rendre acceptable une forte augmentation tarifaire.

  • Instantanéité de l’accès : gain très net. Il faut infiniment moins de temps qu’à l’époque de l’imprimé pour accéder à un article. Mais ce gain indéniable et considérable a désormais d’amères contreparties : tout le temps que l’on passait il y a 20 ans à pister un article dans les collections des bibliothèques est désormais consacré au tri de milliers de réponses dans les moteurs de recherche en ligne et aux heures de lecture plus ou moins attentive rendues indispensables par l’inflation éditoriale. La facilité d’accès a donc produit son propre antidote, comme la résistance de l’air augmente avec la vitesse.
  • Augmentation de la masse de production scientifique disponible :  à moins de confondre quantité et qualité, on ne peut assimiler cela à un bénéfice en soi. Outre que la massification vient contrarier, en aval, le bénéfice précédent de l’instantanéité, nul n’ignore qu’elle est largement induite, en amont, par la pression à la publication exercée sur les chercheurs. Or je ne vois pas que cette pression ait, en elle-même, une influence bénéfique sur la qualité du travail scientifique. La « richesse » de la matière scientifique mise à la disposition des chercheurs me semble donc un bénéfice assez douteux.
  • Pérennité de l’accès : c’est la perte la plus spectaculaire. Là où l’on payait une fois pour toute, naguère, la possession d’un fascicule qui valait  possibilité de consultation pérenne, on paie aujourd’hui un accès pour la durée du contrat. Certes, l’éditeur supporte le coût de la conservation. Mais l’usager y a perdu bien plus : en cas d’interruption d’abonnement l’effort financier consenti par son établissement pour lui donner accès à la documentation s’envole en fumée (c’est donc ça, la dématérialisation…). Il est vrai qu’une partie des ressources (les fameux « titres souscrits » avant 2011, et l’ensemble de la Freedom collection dans le contrat actuel) reste acquise en fin de contrat à l’abonné qui se désengagerait. Mais cette possession ne vaut pas droit d’accès à la plateforme Science Direct : elle permettra seulement aux malheureux « désabonnés » de disposer d’une copie des fichiers de la Freedom collection, à charge pour eux de les rendre consultables en ligne pour ses membres (au prix d’un investissement que l’on imagine). Donc, de ce point de vue là, pas de progrès non plus qui soit de nature à consoler l’abonné lorsqu’il reçoit sa facture.

Si la qualité du service n’apporte pas de justification indiscutable à l’inflation, un trafic en hausse constante pourrait le faire en manifestant l’utilité des ressources mises en ligne et leur succès croissant.  Examinons donc les statistiques d’usage clermontoises : la consultation de la base de données Science Direct n’a cessé d’augmenter jusqu’en 2008 (date d’instauration de l’accès distant), où l’on a atteint 430 000 consultations annuelles [tableau des consultation et des prix].

Evolution du prix et des consultations de Science Direct
Evolution du prix et des consultations de Science Direct 

 

Depuis, elle a fortement décru. De 330 000 consultations en 2009, on est passé à 265 000 en 2010, et à 250 000 en 2011. Cette décrue vient à l’encontre de la corrélation que l’on établirait intuitivement entre le succès d’un produit et son prix, alors même que cette corrélation n’a aucun sens dans le monde numérique : la « rareté » y est produite artificiellement par les conditions financières. En l’occurrence, depuis 2008, à Clermont-Ferrand, les consultations ont diminué de 40 %, le prix a augmenté de plus de 15 %.

Je ne développerai pas la question de la qualité scientifique des revues détenues par Elsevier. D’autres l’ont discutée comme il faut et ont suffisamment établi qu’Elsevier possède certaines revues importantes, mais qu’il n’y a pas de corrélation évidente entre la qualité des revues détenues et leur prix. Ou pour le dire plus précisément, qu’à qualité égale (ou du moins à facteur d’impact égal), les revues d’Elsevier sont toujours les plus chères. De beaucoup.

Si l’on balaye, donc, tous les arguments qui relèvent du boniment et tous ceux qui viennent à l’esprit a priori, il en reste un, le seul qui corresponde à la réalité et qui fait que les contrats sont signés malgré tout, année après année, par les universités : Elsevier a accumulé une grande masse de revues ; dans cette masse, certaines sont indispensables, en nombre suffisant pour que les universités s’estiment contraintes de maintenir, coûte que coûte, leur abonnement à ces titres. Et depuis 10 ans, l’éditeur fait jouer le rapport de forces au maximum de ses possibilités, en écartant toute considération qui ne soit pas proprement financière et en imposant le « tout ou rien » à ses clients. Elsevier n’a pas forcément les meilleurs journaux, mais il en a suffisamment d’indispensables pour contraindre les universités à maintenir, coûte que coûte, l’abonnement à ses titres. Car la loi, propre aux denrées de première nécessité, de l’ inélasticité de la demande s’applique à ces revues. Elle fait que tel un toxicomane en manque, le détenteur d’un bouquet électronique tentera de maintenir l’abonnement QUEL QU’EN SOIT LE PRIX, aussi longtemps qu’il en aura les moyens, quitte à se défaire pour cela de tous ses biens. Client furieux mais résigné, d’un vendeur détesté mais riche.

Demain, pour ceux qui ne dorment pas encore, je conclurai ma semaine Elsevier par une envolée rhétorique totalement gratuite (et libre d’accès).

Des statistiques pour améliorer nos développements

Le développement web devient une tâche rapidement complexe quand il s’agit de rendre un site compatible avec le plus grand nombre de navigateurs possibles. D’un côté, HTML5 ET CSS3 font course en tête et sont chaque jour un peu mieux pris en charge par les nouveaux navigateurs. De l’autre, Internet Explorer dans ses versions 6 et 7, freine l’utilisation des nouveaux langages qu’ils comprennent très mal, ou pas du tout. Ajoutons à cela, l’expansion des mobiles et tablettes nécessitant des feuilles de style dédiées et le casse-tête devient difficile à résoudre. Pour tenter d’y voir plus clair et adapter nos choix techniques en conséquence, nous pouvons utiliser les statistiques du site web (fournis par notre logiciel Piwik) qui fournit des informations détaillées sur les équipements de nos usagers.

D’abord, Piwik fait la distinction entre le nombre de visites et le nombre de visites uniques (un visiteur est alors compté une seule fois même si il visite le site plusieurs fois dans la journée). Les résultats sont sensiblement différents entre ces deux chiffres. Le nombre de visites est significatif des utilisateurs les plus actifs tandis que le nombre de visites uniques représente mieux la diversité des visiteurs. Voyons ce qu’il en est pour les navigateurs de nos usagers.

On voit que le navigateur Chrome est largement représenté (camembert de gauche) mais que c’est Firefox et Internet Explorer qui sont les plus utilisés (à droite). Quand on regarde les statistiques plus précisément, Internet Explorer 6 et 7 comptabilisent 10% des visites.

Pour les utilisateurs de mobiles, les chiffres sont surprenant. Leur proportion est de 10% en visites uniques et tombe à 1% quand on regarde leur activité sur le site (la catégorie « autres » contient des systèmes aussi incongrus que la playstation ou la nintendo wii).

Que conclure de ces chiffres ?

D’abord, la proportion des usagers d’Internet Explorer 6 et 7 n’est pas négligeable et les développements doivent tenir compte de leurs spécificités. Adieu donc les bonnes pratiques de développement en CSS et adieu également aux innovations de pointe proposées par CSS3. Nous pouvons cependant utiliser la technique de dégradation élégante qui permet de rendre le site compatible avec tous les navigateurs pour un rendu meilleur sur les plus modernes et moins bon sur les plus anciens.

Concernant les mobiles, leur proportion est loin d’être négligeable également mais leurs utilisateurs ne semblent pas réellement actifs sur le site. Comme nous n’avons pas encore de feuille de style dédiée à ces équipements, c’est compréhensible. Cependant il serait intéressant de connaître l’usage réel fait avec ces appareils (une recherche documentaire semble peu probable sur mobile) pour mieux connaître leur impact.