Votre libre accès avec ou sans… la suite !

Aaron Butler, Flying Books.
Aaron Butler, Flying Books.LOGOCCby-nc-nd.eu

 

 

 

Le billet d’humeur paru ici il y a quelques semaines a donné lieu à des discussions nourries avec divers collègues1. Inutile de les détailler ici, ce billet vise juste à effectuer trois mises à jour importantes.

  1. Amende honorable : je soutenais que le problème n’était pas juridique, et que la solution que je proposais ne devrait soulever aucune espèce de question en termes de droit. Je me trompais, ainsi que l’a montré Lionel Maurel dans son récent billet sur le sujet. Merci à lui d’avoir corrigé mon erreur. Pour la résumer d’une phrase : en arrière-plan de l’arrêté, il faut se reporter au Code de la propriété intellectuelle2, que la jurisprudence a toujours  interprété dans un sens restrictif : « Cela signifie, écrit Lionel Maurel, qu’un usage non explicitement prévu au contrat devra être réputé comme toujours interdit ». Le bon sens n’y peut rien, la solution que je préconisais n’est pas juridiquement sûre… Si l’on décide de la pratiquer, que ce soit en connaissance de cause !
  2. L’espoir est permis : comme l’indique Joachim Shöpfel (directeur de l’Atelier national de reproduction des thèses) en commentaire, la solution évoquée par Lionel Maurel (modification de l’arrêté) est en cours d’élaboration depuis un certain temps déjà. L’arrêté modifié élargirait la transmission possible à l’ensemble de la communauté universitaire, exactement ce qui nous manque. Excellente nouvelle ! Espérons que tout cela aboutisse rapidement.
  3. En attendant, la solution la plus simple est de résoudre le problème avec chaque doctorant lors du dépôt de sa thèse. Pour cela, il est important de bien éclairer les doctorants sur les conséquences de leur décision lorsqu’ils choisissent d’accepter, ou non, la mise en ligne de leur thèse. Puis, lors du dépôt, de leur demander d’indiquer explicitement leurs directives concernant la possibilité du PEB. Un modèle de formulaire de dépôt qui prend en compte cette question est disponible ci-dessous :

– en format libre office (.odt)
– en format microsoft (.doc)

 

Je conclurai en citant une dernière fois le billet de Silex :

La dernière option consiste à considérer que même si l’usage ne respecte pas à la lettre le droit en vigueur, il appartient aux bibliothèques de prendre leurs responsabilités et de mettre quand même en oeuvre un PEB des thèses électroniques sur une base pragmatique et raisonnable. Après tout, plusieurs usages en bibliothèque s’opèrent toujours aujourd’hui sans aucune base légale (le prêt de CD, la mise à disposition de jeux vidéo ou d’applications pour tablettes, etc.). S’il avait fallu attendre que la loi change, les bibliothèques auraient été contraintes à renoncer à l’exercice d’une partie importante de leurs missions en faveur de l’accès à la culture et à la connaissance.

Je souscris à cette position. Le droit est imparfait, et en attendant qu’il évolue, à son rythme, nous avons le devoir, en tant que professionnels, de travailler avec bon sens. Jamais pour le plaisir de la transgression (que personnellement je goûte fort peu, comme la plupart de mes collègues) mais parce que le bon sens peut et doit primer sur le rigorisme juridique. En ces matières, le discernement relève de la conscience (professionnelle) de chacun et ne saurait être traduit en procédure. Rappelons-nous cependant pour quoi nous travaillons, avant d’inviter un apprenti chercheur à prendre le train pour consulter un fichier électronique.

  1. Merci, en particulier, à Sylvain Machefert, David Aymonin et Lionel Maurel pour ces échanges. C’est David qui a pris l’initiative d’aller au-delà de l’énervement et de travailler sur le sujet, et c’est sur sa suggestion que paraît ce billet, ainsi que les modèles de bordereau de dépôt qui y sont joints. Merci à lui, ainsi qu’à nos collègues des PEB que nous avons harcelés pour connaître leur avis sur ces questions ! []
  2. Article L131-3 du CPI : « La transmission des droits de l’auteur est subordonnée à la condition que chacun des droits cédés fasse l’objet d’une mention distincte dans l’acte de cession et que le domaine d’exploitation des droits cédés soit délimité quant à son étendue et à sa destination, quant au lieu et quant à la durée. » []

Votre libre accès, avec ou sans bon sens ?

Ceci est un billet d’humeur. Massacrante, pour être honnête.

Livres anciens dans un placard grillagé
Jail House Books, par Jürgen Priebe LOGOccby-nc-petit

 

Vous est-il déjà arrivé de perdre votre calme face une situation absurde ? Ce sentiment m’envahit chaque fois qu’un service de prêt entre bibliothèques est obligé de mendier, comme une faveur insigne ou un passe-droit, l’envoi d’une thèse électronique, sous prétexte qu’elle n’est pas diffusable sur internet1.

Imaginez la situation  :

  • Une thèse, soutenue à l’Université Louis de Broglie (Paris nord-nord-ouest), en 2012, a été déposée sous forme électronique.
  • L’auteur (appelons-le Albert) a demandé, comme c’est son droit, que cette thèse ne soit pas diffusée sur internet2.
  • Le fichier électronique n’est donc consultable que dans les locaux de l’université. Il est déposé sur un serveur local, qui fait barrage à toute tentative d’accès venant d’une adresse IP située hors du réseau universitaire de Paris ouest-nord-ouest.
  • Un doctorant (appelons-le Pierre-Gilles) qui travaille à l’Université Isaac Newton à Marseille, a besoin de consulter cette thèse pour nourrir son travail.

À l’âge quasi-révolu des thèses imprimées, Pierre-Gilles s’adressait au service de prêt entre bibliothèques (PEB) de l’Université Newton, qui contactait celui de Paris ouest-nord-ouest. Quelle que soit l’opinion d’Albert sur la question, sa thèse était un document public. Comme tout document public elle était donc envoyée par la poste au service demandeur. Pierre-Gilles consultait la thèse, en faisait son miel, la citait, et soutenait brillamment son propre travail, légitimement nourri de l’œuvre exceptionnelle de son devancier, qu’il avait grand soin de citer avec une élégante déférence.

En 2015, Pierre-Gilles s’adresse au service de prêt entre bibliothèques de Marseille. Ce service contacte celui de Paris, qui lui répond que la thèse n’est consultable que sur intranet. Et qui de ce fait, ne s’estime pas autorisé à l’envoyer par le PEB.

En 2015, Pierre-Gilles va devoir

prendre le TRAIN

pour aller CONSULTER

une thèse ÉLECTRONIQUE.

À ce stade de la lecture, vous vous dites qu’il n’est pas possible de faire à Pierre-Gilles une réponse aussi… (je ne trouve pas de mot qui puisse s’écrire dans un blog professionnel). En effet. Son service de PEB lui répond juste, un brin gêné, qu’on « ne peut pas lui faire parvenir la thèse parce qu’elle n’est pas diffusable sur internet ». Il ne prendra pas le train, ne viendra jamais consulter ce maudit fichier électronique enfermé dans sa cage, et sa thèse sera ratée.

Je dramatise un peu, je l’admets : souvent, les bibliothécaires, bon bougres, vont se décarcasser pour retrouver Albert et lui arracher son consentement. Or en général, Albert n’a aucune objection à ce que quelqu’un consulte sa thèse : il est généralement prêt à l’envoyer lui-même, tant il est heureux et surpris qu’elle ait un lecteur.
Mais cette réponse passe totalement à côté du problème ! La seule réponse de bon sens à cette situation est celle qui se fonde sur la pratique invariable du PEB pour les thèses : le service de PEB de Paris va envoyer le fichier électronique à son homologue marseillais, comme il l’aurait fait d’une thèse imprimée ; à charge pour ce dernier d’offrir le fichier au lecteur dans ses locaux comme il l’aurait fait d’une thèse imprimée ; à charge pour Pierre-Gilles d’en faire bon usage, ce bon usage ne pouvant, du reste, exclure ni téléchargement, ni impression (ces mêmes droits qui s’appliquent dans l’université d’origine, tout simplement). S’il s’agit d’un doctorant normalement constitué, il en fera son miel, et soutiendra brillamment dans quelque temps son propre travail, légitimement nourri de l’œuvre exceptionnelle de son devancier, qu’il aura grand soin de citer avec une élégante déférence.

J’entends d’ici l’objection :

et si Pierre-Gilles est un sans-gêne,

et s’il PLAGIE ?

Eh bien si s’agit d’un odieux plagiaire, il fera un ignoble et grossier copier-coller (parfaitement traçable grâce à la demande de PEB) que Jean-Noël Darde se fera un plaisir d’épingler sur son blog, et sa pseudo-carrière d’universitaire sera brisée à tout jamais. Y compris s’il est président de la république ou ministre de l’économie. Ainsi la morale sera sauve, la science aussi. Mais ceci est une autre histoire, qui ne regarde pas la bibliothèque.
Ce qui nous regarde, c’est de faire notre travail, en envoyant la thèse au service du PEB concerné.

Entendons-nous bien : je ne suis pas ici en train de prêcher la moindre transgression. Je ne dis pas que les docteurs devraient avoir l’obligation de diffuser leur thèse sur internet, ni que les bibliothèques devraient outrepasser les directives des docteurs. Je ne fais que rappeler quelle est la règle. Le docteur a toute liberté pour refuser que sa thèse soit diffusée en ligne. Simplement, l’envoi d’un fichier d’une bibliothèque à une autre bibliothèque ne constitue en aucun cas une diffusion sur internet. Il n’y a là nulle discussion juridique possible. À l’âge du papier, nous envoyions les thèses par courrier et elles étaient consultables en bibliothèque. Elles pouvaient être photocopiées, citées, utilisées librement par leur lecteur. À l’âge de l’électronique, les thèses peuvent être envoyées par courrier électronique et consultables en bibliothèque. Elles peuvent faire l’objet d’une impression, et être citées et utilisées librement par leur lecteur.

Renoncer à envoyer ces thèses par le PEB, ce n’est pas respecter la décision du docteur, c’est aller au-delà de cette décision et nous arroger le droit de limiter l’accès à un travail universitaire. J’estime que c’est un manquement à nos devoirs professionnels, nourri par une crainte juridique infondée et injustifiable en fait comme en droit. Bref, je ne suis pas pour, on l’aura compris.

Je ne suis pas trop inquiet sur notre capacité à (r)établir une saine pratique. Mais si je publie ces lignes, c’est parce que je sais pertinemment que de nombreux services de PEB confrontés à ces vains états d’âmes. Or plus ils sont nombreux à réagir en s’auto-censurant, plus grave est le danger de faire admettre une régression majeure aussi bien dans le service rendu que dans la diffusion du savoir scientifique. Chers collègues, je vous en supplie : respectez vos propres règles. Le PEB, comme son nom l’indique, est une procédure de transmission de fichier de bibliothèque à bibliothèque. Ce n’est pas une diffusion en ligne. Ayez donc l’amabilité de cocher la petite case « disponible pour le PEB » même et SURTOUT quand une thèse n’est pas diffusable sur Internet. Ou alors, si vous ne pouvez transmettre que les thèses librement accessible sur le Web, expliquez-moi à quoi vous servez.

 

  1. Toute ressemblance avec des faits existant ou ayant existé serait complètement incroyable. L’avisé lecteur aura parfaitement compris que ce qui provoque mon agacement, c’est seulement l’idée qu’une telle situation pourrait se produire. Dans la vraie vie des vraies bibliothèques, jamais rien d’aussi absurde ne se produit, bien sûr. []
  2. Notez que cette thèse n’est pas confidentielle, cela n’a rien à voir. Comme le savent les habitués de ces questions, la confidentialité est une mesure tout à fait exceptionnelle, qui interdit strictement toute diffusion et tout accès au texte déposé, mais pour un délai limité et précisément défini. []

Série de l’été : un succès, un regret, un projet (5)

Un des succès de l’année écoulée fut la mise en place et l’amélioration de la collection HAL de l’Université Blaise Pascal. Tous les laboratoires de l’Université Blaise Pascal ont désormais leur collection spécifique. Des formations ont été dispensées, en coordination avec les référents HAL des labos. Ces formations ont été très bénéfiques, et dans certains labos, elles ont amorcé un changement de politique, en matière de diffusion des publications en ligne. Par exemple au laboratoire ACTé, où, à partir de janvier 2013, les listes de publications des membres sur le site web du labo seront directement extraites de l’archive ouverte HAL. La collection HAL de l’UBP comprend aujourd’hui 2252 articles en texte intégral, et 8890 notices. Soit une progression des dépôts de 20% depuis le moment où j’écrivais ce billet. Le déséquilibre entre les articles en texte intégral et les notices tend à se résorber. Mais il reste encore du travail à accomplir pour que HAL devienne l’outil incontournable de diffusion de l’Information Scientifique et Technique à l’Université Blaise Pascal. Continuer les formations dans tous les labos, désigner des référents HAL dans les labos qui n’en ont pas encore. Nous avons commencé à participer à l’amélioration de la plate-forme au niveau national, mais il nous faut aussi envisager l’amélioration des outils de gestion des publications en interne. Pour l’instant, c’est la collection que nous avons plébiscitée, plus souple et plus adaptée aux usages des chercheurs. Mais il nous faudra peut-être envisager à plus long terme de recourir au portail, qui permet d’avoir la main sur le référentiel. Et quid de HAL à l’Université d’Auvergne ? Pour l’instant, c’est juste une collection extraite automatiquement parmi tant d’autres. Avant de travailler à la valorisation et au développement de HAL à l’Université d’Auvergne, il faut d’abord qu’un accord soit conclu au sommet. A la BCU, HAL a encore un bel avenir devant lui.

c’est payé Non, je ne regrette rien – Edith Piaf (CC BY-NC-ND 2.0) par Pollobarba sur Flickr

 

S’il nous faut relever ce qui est dommage, ce qui nous laisse un léger sentiment d’insatisfaction, et bien je pense spontanément à la collaboration entre la bibnum et le CTD, le Centre Technique du Document, qui depuis le premier juillet dernier, n’existe plus. Cette collaboration s’articulait autour de la diffusion des thèses antérieures à STAR dans TEL, puisque c’est l’outil que nous avions choisi pour diffuser nos thèses en ligne. Je diffusais les thèses dans Tel et ma collègue du CTD établissait le lien vers la thèse en ligne dans le SUDOC. L’annonce de la disparition du CTD nous a fait avancer très vite. Heureusement, le chantier est presque terminé. Les thèses de 2003, 2004, 2005, 2006, 2007 et 2010 ont été mises en ligne. Ne restent plus que celles de 2008 et 2009 à mettre en ligne. Cela sera fait très vite.

Un projet ? Il est difficile de n’en parler que d’un seul, tant ils foisonnent, les projets intéressants. J’en évoquerai donc plusieurs : D’abord, l’Intranet de la BCU. Après avoir réalisé l’analyse de l’intranet existant, nous avons convenu de mettre en place un nouvel intranet afin de mieux répondre aux besoins des personnels de la BCU. J’ai donc proposé une maquette story-board du nouvel Intranet, avalisée par les représentants de la BCU. Un groupe de travail « Intranet » s’est mis en place, pour recueillir les besoins des personnels. A la maquette initiale, qui proposait une arborescence et une typologie des contenus à mettre en ligne, ont été ajoutées plusieurs fonctionnalités, comme les pages web détaillant les attributions de chacun, reliées à l’annuaire LDAP de l’Université. Le nouvel Intranet demeure une priorité à la BCU. Quatre étudiants de la licence « gestion des ressources documentaires » de l’Université Blaise Pascal vont travailler sur ce projet. Ils vont recueillir au sein des différents services les contenus à mettre en ligne pour les mettre en forme selon une structure définie en amont : une réflexion éditoriale sur l’architecture des contenus préalable à leur mise en ligne.

Les autres projets, je ne vais que les énumérer : un site web sur la poésie contemporaine, la participation au projet LIDO de la MSH, la mise en ligne de la revue Siècles sur la plate-forme Revues.org en collaboration avec le CHEC et les PUBP. De beaux projets en perspective.

D’APOGEE à STAR : Automatisation de l’export sous linux

I was in space !!! - Par *Katch - Flickr - CC BY-NC-ND 2.0
I was in space !!! – Par *Katch – Flickr – CC BY-NC-ND 2.0

À Clermont-Ferrand le dépôt des thèses numériques dans STAR est officiel depuis Septembre 2010 pour l’université Blaise Pascal et depuis Janvier  2011 pour l’université d’Auvergne. Pour faciliter le dépôt des nouvelles thèses, un lien a été établi entre APOGEE et STAR et éviter ainsi une double saisie des informations administratives. Les données d’APOGEE sont extraites, puis mises en forme afin d’être importées dans STAR.

Cette méthode n’a rien d’originale et est notamment utilisée  à l’université de Tours qui a généreusement transmis sa méthode d’export/import sur la liste des correspondants STAR. Cette procédure a été retranscrite à l’université de Metz également. Nous l’avons quelque peu modifiée afin de simplifier cette routine effectuée chaque semaine.

Quelques fichiers à adapter

Le script d’extraction

Ce programme a été affiné par un informaticien de notre centre de ressources informatiques. Seules les informations des nouveaux doctorants (depuis la dernière extraction) sont aspirées. L’étape de suppression des doctorants déjà présents dans STAR est ainsi évitée.

Les données issues de l’export

L’étape d’édition du fichier CSV est encore nécessaire. Ceci pourrait être automatisé en adaptant la feuille de style XSL mais pour l’instant le jeu n’en vaut pas la chandelle. En pratique, il arrive que le nom du président du jury ne soit pas saisi dans APOGEE ce qui empêche l’import dans STAR (ce champ étant requis dans la recommandation TEF).

La feuille de style XSL

En plus de l’adaptation du numéro d’autorité Sudoc, on a du changer l’en-tête XML et une balise XSL pour l’adapter à la version de saxon. Il faut donc remplacer la ligne :

<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>

par

<?xml version="1.1" encoding="UTF-8"?>

puis la ligne

<?xsl:result-document href="out/{$ETABLISSEMENT}_{CODE_ETUDIANT}.xml"?>

par :

<?xsl:document href="resultats/{$ETABLISSEMENT}_{CODE_ETUDIANT}.xml"?>

Un script bash pour générer les thèses

Ces modifications faites, un petit script (disponible en bas de cette page) a été créé pour automatiser la transformation du fichier d’export en fichiers de thèses XML conformes à la recommandation TEF.
Sous linux, il n’y a pas de problème d’encodage entre l’ANSI et l’UTF-8 (ce dernier format étant natif), on peut alors lancer notre script qui créera les fichiers des thèses dans un répertoire dédié.
Ce petit programme utilise le logiciel ffe (flat file extractor) pour transformer le CSV en XML, puis saxon (comme à Tours) pour la transformation en TEF.

Pour l’utiliser sous Ubuntu, les paquets libsaxon-java et ffe doivent être installés. La suite des opérations se déroule en ligne de commande.

  •   on place le fichier CSV issu de l’extraction à la racine du répertoire du script.
  •   on place le fichier de transformation XSL dans le répertoire « scripts »
  •   on execute la ligne de commande suivante :
$ ./ star.sh theses.csv scripts/feuilleXSL.xsl

Les thèses seront alors disponibles dans le répertoire « résultats » et prêtes pour l’import par mail.

Vous pouvez télécharger  le script bash pour STAR au format zip.

Archives ouvertes institutionnelles : l’heure du choix va arriver

Les cinq prétendantes
Les cinq prétendantes retenues pour l’élection du 21ème titre de Reine d’Arles. Photo Ville d’Arles Patrick Mercier Source Flickr licence (CC BY-NC 2.0)

Mettre en place un dépôt d’archives ouvertes institutionnels pour le PRES de Clermont, y mettre en ligne d’abord les thèses, puis les autres publications des universités. Voilà ce qui est programmé de longue date.  Cet objectif est presque accompli. La décision officielle n’a pas encore été prise, mais voici résumé l’avis de la bibnum sur la question.

A commencer par une étude préalable, avec une dizaine de solutions envisagées : parmi elles, les  logiciels d’archives ouvertes mondialement connus: Eprints, Dspace, moins connus, Fedora, Invenio, l’incontournable plate-forme HAL, l’Outil de Référencement et d’Indexation pour un réseau de portail OAI-PMH (ORI-OAI), et même des GED libres, comme Nuxeo et Alfresco.
Ces logiciels ont été passés au crible des grilles comparatives, celle du PUL (aujourd’hui PRES de Lyon), celle de l’INSA de Lyon, leur documentation épluchée, des tests ont été réalisés, des formations suivies.
L’enjeu? Sélectionner les outils pour répondre aux mieux à nos attentes. Toute sélection suppose élimination, critères discriminants. Quels furent-ils?

Le premier critère est la compatibilité au protocole OAI-PMH. Pour les novices, j’explicite brièvement : Open Archive Initiative Protocol for Metadata Harvesting, protocole issu de l’Initiative pour les archives ouvertes garantissant le moissonnage des métadonnées. En deux mots, ce protocole permet l’échange des métadonnées d’une plate-forme d’archive ouverte à une autre. Il permet de récupérer le lien et les informations concernant une ressource numérique déposée sur une archive ouverte et décrite avec les normes ouvertes standards, comme le Dublin Core, depuis n’importe quel poste Internet, avec un moissonneur.
C’est l’interopérabilité des données, le prérequis essentiel sans lequel on n’est plus dans le domaine des archives ouvertes. Les GED libres, Nuxeo et Alfresco, sont donc passées à la trappe. Bien que très performantes, elles ont été d’abord conçues pour les entreprises pour garantir la confidentialité des données avec d’importants dispositifs de protection. On est loin de l’ouverture, de la philosophie du partage des données sous-tendue par l’Initiative des Archives Ouvertes.
Restaient les autres plate-formes d’archive ouverte. Les autres critères de sélection sont la simplicité d’utilisation pour les usagers, la faisabilité du projet, la solidité de la communauté d’utilisateurs, la conservation pérenne des données.
Fedora a l’avantage de pouvoir s’implémenter avec Drupal. Si l’architecture de cette plate-forme a quelques accointances avec le web sémantique et des potentialités intéressantes,  l’outil suppose des développement colossaux. Invenio propose plusieurs formats de métadonnées et peut s’articuler au SIGB. Simple d’utilisation, certes, mais trop peu répandu.
Il ne restait plus que quatre plate-formes : DSpace, Eprints, ORI-OAI et HAL.
E-Prints est un logiciel conformes à nos attentes, nous en avons eu la démonstration à Toulouse avec le bel exemple d’OATAO, mais son architecture modulaire suppose de  nombreux développements.
Après une formation sur les entrepôts et moissonneurs à Nice, Dspace nous a paru simple d’utilisation, facile à manier, et assez ergonomique.
On ne dira jamais assez de bien d’ORI-OAI. Utilisé par de nombreuses universités, cet outil a fait ses preuves et s’avère particulièrement pertinent pour la gestion et la valorisation des thèses, en prenant en compte le format TEF, les métadonnées des thèses françaises. Cet outil a permis d’exemplaires réalisations, à l’instar de Pétale en Lorraine.
Et puis HAL bien sur. Que peut-on lui reprocher? Son label CNRS ? Mais il est temps de cesser le clivage entre les institutions. Son côté hébergé ? Oui, mais quel hébergement avec archivage pérenne des données au CINES, on en sera que mieux loti.
Et puis,  la bibnum a orchestré la mise en production effective de STAR, qui a peu ou prou coïncidé avec le lancement du portail des thèses. Les thèses de Clermont-Ferrand, déposées dans STAR, du moins celles dont les auteurs ont autorisé la diffusion en ligne, sont par défaut devenues automatiquement visibles dans TEL (Thèses en ligne).  Alors pourquoi ne pas garder TEL ?
Quelque part sur un serveur de la bibliothèques sont stockées quelques cinq cents thèses électroniques antérieures à STAR, en attente de mise en ligne. Comment les rendre accessibles sur une plate-forme unifiée ? Puisqu’on utilise déjà TEL, pourquoi ne pas poursuivre dans cette voie et importer nos thèses antérieures à STAR dans cette archive ouverte ?
C’est simple, il est possible d’y importer des publications par lot avec un  fichier XML depuis n’importe quel compte utilisateur, à condition d’en demander l’autorisation au CCSD, ce qui nous a d’emblée été octroyé.
On peut ainsi y mettre en ligne l’ensemble des thèses électroniques d’Auvergne, en leur donnant une visibilité nationale, européenne et même mondiale. Recommandée par l’ANR et les instances officielles d’évaluation, cette plate-forme assure la conservation pérenne des données et améliore considérablement le référencement des publications dans les moteurs de recherche. Alors pourquoi se priver de HAL-TEL ? Créer une collection recensant l’ensemble des publications clermontoises et lui attribuer une interface graphique personnalisée en harmonie avec le site de la BCU valorisera la Bibliothèque comme institution autant que la recherche menée au sein du PRES Clermont Université.
Utiliser HAL et TEL implique peu de développement, juste une personnalisation de la charte graphique.
HAL-TEL s’impose pour plus de simplicité, de facilité d’utilisation, de visibilité, d’accessibilité, et de pérennité des données de la recherche.
Rien de tel que TEL pour valoriser les thèses clermontoises !