Bibliothèque, web et emploi : un savant trio !

Social media, social networking, social computing tag cloud – Certains droits réservés Daniel Iversen

 

  • 22,7 % = Taux de chômage des jeunes de 15 à 24 ans au 2ème trimestre 2012 (source : Insee)
  • 30 ans = Age moyen du 1er CDI (source : Ipsos)

Parmi ceux qui trouvent un travail, une minorité décroche un emploi en adéquation avec leur projet professionnel.

« Crise », « Chômage », « Dette », ces mots résonnent dans notre esprit. Dans un marché concurrentiel où le profil recherché est souvent expérimenté, les jeunes sont les plus mal lotis. Pour faire la différence, ils doivent se démarquer.

Le constat est accablant. Mais la réponse se trouve partiellement dans le monde merveilleux du Web. C’est en partant de cette réalité que j’ai décidé d’intervenir pour les étudiants de licence professionnelle de l’IUT du Puy-en-Velay. Je vous propose dans cet article un aperçu du travail réalisé pour vous montrer comment les bibliothécaires peuvent contribuer à l’insertion professionnelle des jeunes.

La réponse est très simple : la formation et l’information.

 

Bibliothèque, Web et Emploi : quels points communs?

Avant tout, il est important de distinguer 2 développements possibles.

 

1. La formation et l’information AUX outils numériques

A l’heure du numérique, l’emploi s’exporte sur la toile. Les réseaux sociaux comme LinkedIn ou Viadeo se spécialisent pour permettre aux recruteurs de repérer des profils et aux demandeurs d’emploi d’étendre leur réseau de relations professionnelles.

Aux réseaux sociaux s’ajoutent les CVthèques en ligne et les sites gratuits ou payants de création de CV vidéo ou de CV web comme DoYouBuzz.

Tout l’enjeu de la candidature se situe dans son référencement sur le web. Quels sites pour quels parcours ? Comment mettre en valeur son profil ? Quels éléments intégrer ? Quels dangers et dérives ?

J’ai trouvé ici un premier champ d’exploitation : l’information. Formée aux outils numériques et à la recherche documentaire, j’ai décidé de dépouiller l’information et de la synthétiser. Compte-tenu de la somme d’informations récupérées et des différents champs d’exploitation possibles, j’ai développé un dossier thématique mensuel sur l’emploi destiné aux futurs diplômés. Chaque mois je décortique des outils numériques sur l’emploi. Par exemple, le dossier de novembre traite des réseaux sociaux professionnels. Celui de janvier développe les CV en ligne et les CV vidéo.

Tester, trier, extraire, sont les maîtres-mots de cette recherche pour dégager l’information utile à l’étudiant. Même formés à la recherche documentaire, les lecteurs ne sont pas toujours préparés à ce travail.

J’ai donc développé un deuxième champ d’exploitation : la formation. J’ai exercé ici l’une de mes missions essentielles pour guider le lecteur vers une autonomie et me rapprocher de mon public. Pour mon projet, je mets en place des formations co-animées avec un coach professionnel pour préparer les étudiants à l’entretien d’embauche mais également à la recherche d’emploi sur le web. Ces formations, sur inscription, auront lieu en mars. 19 étudiants des licences professionnelles Multimédia et Imagerie numérique ont répondu positivement.

 

2. La formation et l’information PAR les outils numériques

Cette présence de l’emploi sur la toile va avec l’évolution des habitudes. Les nouvelles générations passent plus de temps sur Internet. Les recruteurs vont donc là où les candidats se trouvent.

Les bibliothèques sont tout autant concernées. Elles doivent également chercher leurs lecteurs sur la toile et se développent dans le monde numérique (Ex : réseaux sociaux, site Internet, blog …).

Ce constat est d’autant plus évident dans le cas du Puy-en-Velay puisque le public cible regroupe des étudiants de licence professionnelle en alternance donc peu présents sur le site.

Le projet consiste donc à développer des outils numériques pour former et informer l’étudiant à distance.

Le dossier mensuel thématique emploi a ainsi été développé pour être diffusé en ligne sur le mini-site de la bibliothèque. Les lecteurs peuvent consulter ou télécharger le document en format PDF. Pour compléter le dossier, des acquisitions de livres numériques sur la base Numilog sont effectuées chaque mois en relation avec le sujet traité dans le dossier.

Les actions sont nombreuses. Il est possible de les décliner selon le public et les besoins pour répondre objectivement au contexte de la bibliothèque et de son environnement.

Au commencement du projet, j’avais ainsi noté quelques pistes de travail :

  1. Rencontres professionnelles : interviews de professionnels en ligne …
  2. Formations : formation à la recherche d’emploi sur le Web, rédaction d’un CV Web, réalisation d’un CV Vidéo, formation aux réseaux sociaux, …
  3. Documentation et information : bibliographies web thématiques, création d’un biblioblog spécialisé emploi, rédaction de fiches outils en ligne, acquisitions de documents numériques sur le sujet de l’emploi …

Même si je n’ai pas exploité toutes ces idées, certaines se retrouvent aujourd’hui dans le projet du Puy-en-Velay.

Pour consulter les dossiers thématiques mensuels emploi, rendez-vous sur la page dédiée sur le mini-site de l’IUT : Les dossiers mensuels sur l’emploi .

 

 

Pourquoi allier Bibliothèque, Web et Emploi ?

La question peut paraître anodine, pourtant, avant de me lancer dans ce projet, il était nécessaire de la poser. Quels apports le projet pouvait-il constituer pour la bibliothèque du Puy-en-Velay ?

L’exemple du projet du Puy-en-Velay a permis de définir deux besoins :

  1. Le développement de la bibliothèque : la structure du Puy étant fragile, je devais trouver une action assez forte pour donner envie aux étudiants de licence professionnelle en alternance de fréquenter la bibliothèque ou d’utiliser la documentation. Ce public, peu présent sur le site, est plus sensible aux outils numériques et de recherche à distance.
  2. L’insertion professionnelle des jeunes : les étudiants de licence professionnelle sont des futurs diplômés. La majorité termine leurs études à l’obtention de l’examen. Ils ont donc besoin de se préparer au marché de l’emploi.

A partir de ces besoins, j’ai déterminé 3 objectifs reliant « Bibliothèque, Web et Emploi » :

  1. Rapprocher l’Université et le monde de l’entreprise : même si beaucoup d’actions ont été mises en place dans ce sens, il est toujours important de créer une passerelle entre l’Université et les entreprises.
  2. Préparer les étudiants à l’insertion professionnelle : en proposant des formations, des rencontres, des outils numériques, les bibliothécaires contribuent à l’insertion professionnelle des jeunes
  3. Créer un lien entre les étudiants et la bibliothèque : cet objectif découle automatiquement des deux précédents. La bibliothèque devient le référent et le conseiller sur place des étudiants dans leur recherche d’emploi.

Cette définition des objectifs m’a permis de démarrer le projet en cohérence avec les missions de la bibliothèque et de l’Université.

 

CONCLUSION

Ce projet m’a donné l’occasion de rencontrer des professionnels du métier et de prendre contact avec les Bureaux d’Aide à l’Insertion Professionnelle (BAIP) des deux Universités. Les BAIP proposent des ateliers pour les étudiants sur la rédaction de CV et de lettres de motivation et pour préparer l’entretien d’embauche. Le BAIP de l’Université d’Auvergne, sensible au projet, souhaite déjà poursuivre le projet l’an prochain et félicite la BCU pour ce travail de liaison réalisé. La distance ne permet pas au personnel du BAIP de se déplacer souvent dans les antennes. Et le personnel universitaire en place n’a pas toujours le réflexe de les solliciter. En tant que personnel BCU présente sur le site, il m’a semblé opportun et utile d’assurer cette relation. La démarche étant amorcée, il reste à définir pour 2013/2014, le rôle de la BCU, du BAIP et de l’IUT dans les prochains projets professionnels.

 

Pour consulter les dossiers thématiques mensuels emploi, rendez-vous sur la page dédiée sur le mini-site de l’IUT : Les dossiers mensuels sur l’emploi .

Drupal à la BCU (une étude de cas)

Rouages - Par Олександр - Licence CC BY 2.0 - Flickr
Rouages – Par Олександр – Licence CC BY 2.0 – Flickr

Dans un billet précédent, nous vous présentions les raisons du choix du CMS Drupal pour notre site. Voici maintenant une présentation plus précise de sa configuration. Elle ne se veut pas exhaustive ni exemplaire mais nous espérons ainsi contribuer à la discussion sur les multiples possibilités offertes par ce CMS.

Bien choisir les types de contenus

Comme le décrivait Camille dans un billet sur l’organisation du portail, la première étape a consisté à classer les contenus en différent « types de contenu », notion phare de Drupal. À ce stade, ce choix a une répercussion importante sur l’organisation du site à venir et notamment sur la configuration des modules à utiliser. Autrement dit, c’est un moment important du processus de construction et il s’agit de bien connaître quels sont les enjeux de cette classification.
Pour faire vite, un type de contenu est un gabarit commun à plusieurs contenus partageant des caractéristiques communes. Par défaut, Drupal propose ainsi les types « pages » et « articles ». Un article peut accueillir les commentaires de ses lecteurs alors qu’une page ne propose pas cette fonctionnalité.

Un tri par métadonnée

Mais Drupal ne s’arrête pas là. Grâce au module CCK, on peut enrichir les types de contenus (ceux par défaut et d’autres nouvellement créés) avec des attributs supplémentaires. En plus des commentaires, on pourrait alors ajouter un champ « sujet » permettant de classer un article. Par exemple, le type « base de données » utilisé sur notre site comporte 10 champs descriptifs dont l’éditeur, l’url d’accès et la discipline.
Ces métadonnées ont une autre vertu. En plus de qualifier un contenu et d’améliorer sa description, elles permettent de regrouper des contenus en fonction d’une caractéristique commune. Ainsi, il est aisé d’afficher toutes les bases de données ayant la médecine pour discipline  ou d’afficher toutes les articles dont le sujet est « puy-de-dôme », Drupal gérant (presque) nativement cette option.

Une page d’accueil par type de contenu

Pour en revenir au site de la BCU, nous avons répartis les contenus dans 7 types différents : « bases de données », « pages », « événements », « mercredis de la science », « jeudis du patrimoine », « actualités », « boite à outils ». Les pages sont utilisées pour le contenu éditorial du site. On les retrouve via le menu de navigation principal.
Pour chaque type de contenu (sauf « pages » et « boite à outils ») nous avons ajouté une page d’accueil en développant un module adéquat. Sur cette page nous offrons au visiteur différents point d’accès aux contenus. Pour les bases de données par exemple, la page d’accueil propose un accès par disciplines, par index alphabétique (autant d’attributs déclarés dans le type de contenu correspondant) et enfin une liste de toutes les bases à accès payant (encore un attribut personnalisé). Vous pouvez voir d’autres exemples de page d’accueil pour les Mercredis de la science, les jeudis du patrimoine et les actualités.

L’agenda culturel est bâti sur le même principe mais assemble des contenus de différents types. On trouve sur cette page les derniers événements ainsi que les Mercredis de la science et Jeudis du patrimoine à venir.

Des modules appropriés

Pour un non-developpeur, le module views permet de créer ces pages fournissant différents points de vue sur les types de contenu. Cependant, nous avons choisi de ne pas l’utiliser. La création de modules « à la main » permet de mieux comprendre le fonctionnement de Drupal et de se passer d’un outil complexe comme views, pas toujours facile à mettre en oeuvre. Il a pourtant le mérite d’être utilisable par quelqu’un qui ne connait pas PHP et SQL.

Pour finir, voici la liste des principaux modules utilisés à la BCU :

  • IMCE : pour la gestion des images.
  • Menu block : pour scinder le menu principal en sous-menus utilisables dans des blocs.
  • Scheduler : pour programmer la publication des actualités.
  • CCK : pour enrichir les types de contenus avec des métadonnées adéquates.
  • Piwik : pour les statistiques.
  • Date : pour la gestion des dates et de leurs formats.
  • Site map : pour le plan du site.
  • Tagadelic : pour le nuage de mots-clés.
  • Captcha : pour la protection des formulaires.
  • Wysiwyg : pour l’activation de l’éditeur tinymce.
  • Fil d’ariane : un module interne pour la gestion du fil d’ariane, basée sur l’url des pages. Le fil d’ariane n’est pas le problème le plus simple à résoudre avec Drupal. On se heurte au choix entre contenus associatifs et contenus hiérarchisés, discuté sur drupalistic.

Drupal à la BCU

Mickael Welsing (Lic. CC BY-ND 2.0), FlickR
Mickael Welsing (Lic. CC BY-ND 2.0), FlickR

Le site de la BCU est officiellement en ligne depuis le 15 avril 2011. Le portail Archimed a laissé place à un site principal et plusieurs mini-sites pour les sections, tous équipés du CMS Drupal. Si ce logiciel fait désormais partie de notre quotidien le choix de l’utiliser ne s’est fait qu’après mûre réflexion. Retour sur l’historique et les raisons de son utilisation…

Du coté de la technique

C’est dans le courant de l’année 2010 que se pose la question de trouver des solutions pour remplacer notre portail vieillissant. Nous commençons alors un travail de veille pour trouver des outils en adéquation avec nos besoins.

Du coté technique, plusieurs pistes émergent. Nous pouvons utiliser un framework de développement et tout coder à la main. C’est très plaisant pour le développeur, ça l’est moins pour les administrateurs du site qui dépendent dès lors de l’informaticien pour ajouter ou modifier le programme dont lui seul a les clés. Autre inconvénient : partir de rien et développer dans son coin n’est pas très productif surtout qu’il existe de nombreux logiciels de qualité, libres de surcroît, partout sur la toile.

Nous pensons alors à utiliser un CMS permettant d’administrer le site facilement sans tout réinventer. L’idée est séduisante mais l’outil devra être évolutif pour que l’on puisse l’adapter comme on le souhaite.
Parmi d’autres, Drupal devient ainsi un candidat bien placé car il intègre nativement un système de modules permettant l’ajout de nouvelles fonctionnalités.

Les bibliothèques et Drupal

Au même moment, ce logiciel a le vent en poupe. Du site de presse comme Mediapart au site institutionnel de la maison blanche, Drupal est largement employé et pour des sites de différents types (e-commerce, presse, etc.).

L’argument de sa notoriété grandissante n’est pas déterminante en soi pour faire notre choix, cependant sa communauté d’utilisateurs et de développeurs très active est un bon indicateur de sa qualité. D’autant plus que parmi eux, des bibliothèques contribuent à son expansion par des modules spécialisés. Citons par exemple les bibliothèques américaines d’Ann Arbor, et de Palos Verdes.
Point intéressant, le catalogue de ces deux bibliothèques est géré par Drupal!

Au gré de nos recherches, nous découvrons qu’il fournit d’intéressants outils pour la profession : OPAC de nouvelle génération, recherche avec rebond par facette, protocole OAI, dublincore, etc. sont autant d’aspects techniques qui rencontrent un écho à la bibliothèque numérique et nous confortent sur cette piste de travail.

Sur le site officiel du CMS, on trouve même un groupe dédié à la profession. Parmi les modules développés par ces « biblio-drupaliens », SOPAC nous plait particulièrement afin d’exposer notre catalogue sur le web et transformer notre OPAC à l’ergonomie limitée en un outil plus moderne.

Autre point positif, la notion de type de contenu utilisée par Drupal se rapproche de la notion de notice en bibliothèque. Une page peut-être affublée de métadonnées paramétrables à volonté. L’idée d’en faire notre bibliothèque numérique se profile alors. Le module OAI fourni par la communauté ouvre de belles perspectives.

Une configuration technique souple et modulable, des fonctionnalités usuelles à ne pas réécrire, des modules adaptés aux bibliothèques, nous incitent donc à choisir Drupal.

A l’heure qu’il est, nous n’avons pas encore exploré toutes ces pistes (notamment le catalogue en ligne) mais la sortie du site et surtout l’abandon de notre ancien système centralisé est une étape importante et promet d’intéressantes évolutions, qui feront l’objet de prochains billets sur l’alambic…