Confidentiel (4) : les effets secondaires de la divulgation

Les besoins de la négociation justifient une confidentialité transitoire, limitée dans l’espace et le temps. La négociation terminée, l’accord conclu, la confidentialité doit-elle subsister ? Ici on aborde véritablement le dilemme. Si l’on arbitre en faveur d’une confidentialité durable des tarifs, il faut que ce soit pour des motifs très sérieux, puisque l’on va contre deux arguments convergents et puissants :

– le besoin d’information nécessaire pour rééquilibrer le rapport de forces économique en créant une concurrence symbolique dans un marché en situation de monopole.

– le devoir pour le négociateur d’exposer les résultats obtenus, et pour le fonctionnaire de rendre compte aux citoyens de l’utilisation des deniers publics.

A priori, aucun argument juridique ne peut justifier le silence. En pratique, les divulgations de tarifs qui ont déjà eu lieu n’ont pas entraîné la moindre réaction et ne paraissent pas avoir d’effet spectaculaire. Pourtant, des objections à cette divulgation existent bien (puisque celle-ci n’a pas lieu…), et j’en ai entendu quelques-unes après avoir publié, sur ce même blog, les prix payés à trois éditeurs scientifiques par les universités de Clermont. À dire vrai, le mot de divulgation ne qualifie pas correctement ma démarche : je n’avais ni la prétention ni l’impression de révéler quoi que ce soit. Ma préoccupation était d’asseoir mon propos sur des chiffres qui puissent être éventuellement discutés ou confrontés à d’autres, voire corrigés. Dans certains cas ils ont dû l’être, à ma grande satisfaction puisqu’ils ont ainsi gagné en fiabilité. Il m’a parfois été dit cependant que j’aurais mieux fait de m’abstenir entièrement, avec deux arguments qu’il me faut discuter.

La divulgation donne-t-elle des armes aux éditeurs ?

Montage en lego rappelant la photographie d'un homme seul face aux chars, place Tian an Men, en 1989.
La divulgation nous laisse-t-elle sans arme face aux éditeurs ? (Photo d’Eric Constantineau intitulée « Tian an Men », publiée sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale)

On ne peut nier que la divulgation d’informations nous expose. La divulgation donne des armes aux éditeurs les uns par rapport aux autres, donc par rapport à nous. On m’a ainsi fait observer, par exemple, que celui des trois éditeurs majeurs (en l’occurrence, Springer) qui, d’après les informations que j’ai publiées, a le chiffre d’affaires le moins élevé à Clermont, pouvait s’en prévaloir lors d’une prochaine négociation. Cette objection ne peut pas être balayée. Elle demande même à être examinée avec beaucoup de sérieux si une publication semblable devait être effectuée pour la dépense nationale, et que les proportions que j’ai constatées localement se retrouvent. On peut cependant nuancer l’affirmation suivant laquelle le « moins cher des trois » serait incité à plus d’agressivité par les considérations suivantes :

 1 – La position relativement confortable (en termes d’image) dans laquelle se trouve un éditeur donné est précisément liée à l’écart qui le sépare des autres. S’il demande à réduire cet écart, il imite les « mauvais élèves ». Dit autrement : on ne peut pas à la fois se prévaloir d’une politique de prix raisonnable (à supposer qu’elle le soit) et pratiquer une hausse sévère. Quand sur [un éditeur] on prétend se régler, c’est par les beaux côtés qu’il lui faut ressembler.1

En conséquence, si Springer souhaite pousser son avantage, il doit plutôt viser à accroître l’écart qu’à le réduire, et proposer des prix inférieurs à ceux qu’ils pratique aujourd’hui. Il renforcera ainsi son avantage compétitif.

2 – La supposée position de force acquise en vertu de tarifs inférieurs à ceux de deux concurrents peut être relativisée bien davantage encore en regardant plus largement le paysage de l’édition. Pour deux éditeurs vis-à-vis de qui Springer est en position vertueuse, il y en a dix autres dont les tarifs sont bien moins élevés. Mon propos dans le billet dont je parle était d’ailleurs de souligner que trois éditeurs concentrent, à eux seuls, plus de la moitié de la dépense clermontoise. Prétendent-ils concentrer la moitié de la connaissance produite ? Ce serait une bien haute prétention. Même en redescendant à un étalon de mesure des plus grossiers, la proportion d’articles téléchargés, le compte n’y est pas : j’ai effectué cette mesure au moins au niveau local ; la dépense consentie à ces éditeurs n’est pas proportionnelle à la « consommation » de leurs articles rapportée à l’ensemble des articles téléchargés (et ce, sans tenir compte de l’open access !).

Dès que l’on rentre dans cette discussion, on voit bien que l’on est entraîné assez vite vers d’autres échanges d’informations destinés à lever les doutes sur la réalité des positions et des tarifs de chacun. Mille angles d’attaque deviennent possibles. On peut proposer, à titre d’exemple, les suivants :

  • Au fond, si les chiffres nationaux devaient être publiés, la publication des chiffres, en elle-même, ne serait-elle pas plutôt de nature à inciter tous les éditeurs à la retenue, en ces temps de disette budgétaire publique ?

  • Si un éditeur apprécie de connaître les tarifs pratiqués par ses concurrents, peut-il refuser la discussion sur ses propres tarifs, coûts et marges ? Inversement, s’il conteste les jugements portés sur sa politique tarifaire, est-il prêt à publier les tarifs proposés à d’autres clients pour prouver sa bonne foi ?

La discussion pourrait se poursuivre à l’infini, pour une raison simple : la divulgation, en elle-même (comme tout changement majeur), est porteuse à la fois de multiples bénéfices et de risques potentiels. La question, en bonne stratégie, est donc de savoir si, dans la situation très précise où se trouve aujourd’hui l’édition scientifique, les bénéfices que nous pouvons escompter d’une divulgation sont à la hauteur des risques encourus. Il me semble que oui, parce que dans un contexte conflictuel, celui qui prend l’initiative d’une annonce publique bouscule le rapport de forces : d’abord par l’initiative elle-même avec ce qu’elle démontre de détermination ; ensuite parce qu’un tel acte de rupture marque la volonté de faire valoir son point de vue même si c’est, provisoirement, au détriment de la qualité des relations. Bien sûr, cet acte provoque un déséquilibre et un conflit, qui peuvent se retourner (au moins partiellement, au moins provisoirement) contre lui. Mais là, l’analyse du rapport de force initial est intéressante : c’est celui qui est désavantagé par le rapport de force objectif qui a intérêt à se saisir de l’arme de la communication2.

La confidentialité protège-t-elle nos avantages ?

Un autre argument souvent entendu est que la confidentialité protégerait les avantages dont nous disposons à l’issue de la négociation. Si nous avons obtenu des conditions relativement plus favorables que d’autres auprès de tel éditeur, est-il prudent de le laisser savoir ? Par ailleurs, en brisant la confidentialité qui a entouré l’accord, nous risquons de ne pouvoir obtenir aussi bien lors d’une prochaine négociation. En effet, si l’éditeur se sait menacé de divulgation, il aura tendance à négocier plus durement et à n’accorder que très parcimonieusement les concessions.
Sur ces points, il me semble que l’on peut répondre assez aisément. Dès qu’il s’agit des grands éditeurs, nous n’avons guère de « conditions favorables » à préserver : le rapport de forces nous est, en principe, si défavorable, que nous n’avons pas grand chose à perdre. Supposons même que nous ayons obtenu « mieux », auprès d’un éditeur, que certains pays voisins. Par exemple, que nous ayons obtenu, pour le même prix, la pleine propriété des contenus au lieu d’un accès temporaire. Si nous divulguons cet avantage, d’autres le revendiqueront, et certains parmi eux l’obtiendront. Dès lors, il prendra valeur de minimum requis, et nous ne sommes nullement menacés de le perdre à la négociation suivante. Nous pouvons même espérer bénéficier d’un effet retour et pouvoir inclure, dans nos propres exigences, les bénéfices arrachés par d’autres (des baisses tarifaires, par exemple). Rappelons-nous la crainte émise par l’éditeur : « Everybody would drive down… ».

Notre crainte de perdre des avantages me semble procéder de l’idée suivant laquelle ce que nous obtenons en négociation est d’une certaine façon une faveur indue. C’est, je trouve, faire preuve de beaucoup de sympathie envers l’éditeur que de penser ainsi. Cela peut aussi s’expliquer par une divergence d’approche fondamentale dans la négociation en elle-même. En effet, si l’on glisse un œil du côté de la théorie de la négociation, deux approches sont possibles, l’une privilégiant la relation, l’autre la transaction. Dans une approche relationnelle, celle des deux parties qui est en position de force renonce en partie à en faire usage pour préserver la relation de confiance. Cette approche implique une attention portée au long terme, et l’espoir d’une rétribution future si le rapport de forces s’inverse. Dans une approche fondée sur la transaction, la partie avantagée par les circonstances va au contraire tirer tout le parti possible de sa position, en considérant que le bénéfice immédiat prime sur la relation. Cette façon de faire implique qu’aucune mesure de rétorsion n’est à craindre dans l’immédiat puisque le rapport objectif des forces lui est favorable, et que le risque futur d’une « punition » ne saurait entrer en balance avec le bénéfice présent. Le bénéfice tangible (financier, par exemple) à court terme est préférable au bénéfice potentiel, à long terme, d’une relation de confiance, par définition incertain et difficile à quantifier.

Il me semble que cette approche peut éclairer la façon dont se déroulent nos discussions avec Elsevier. Nous agissons comme si nous avions avec Elsevier une relation.  Je précise tout de suite que ce nous est collectif.  Je ne prétends nullement que les négociateurs aient cette opinion, mais simplement que le résultat des négociations (c’est à dire la décision collective qui en est issue) procède d’une approche relationnelle : typiquement, en refusant une divulgation des tarifs qui irait contre l’intérêt de l’éditeur et plutôt dans le sens du nôtre, tout se passe comme si nous privilégiions la relation que nous avons avec lui. Dans le même temps, à chaque négociation, nous sommes au bord du conflit ouvert et nous avons constaté, à trois ou quatre reprises depuis plus de dix ans, que le principal résultat des négociations est

– pour l’éditeur, de tirer le profit financier maximal, à court terme, de la discussion, en usant sans complexe du rapport de forces.

– pour nous, de renoncer chaque fois à notre exigence centrale (la maîtrise des coûts) en échange de contreparties sur d’autres points.

La négociation est donc asymétrique : nous nous comportons comme on le fait dans une relation, l’éditeur mène des transactions successives. Le résultat est que la qualité des relations n’a cessé de se dégrader, et que le montant des transactions n’a cessé d’augmenter. Tenter de rétablir l’équilibre serait logique. Cela implique, il est vrai, un acte qui sera taxé de franche hostilité, mais que personnellement je crois nécessaire.

À supposer que mes arguments jusqu’ici passent pour convaincants sur le plan du principe, reste à imaginer les modalités pratiques d’une telle divulgation. C’est là-dessus que je conclurai demain.

  1. Si Molière s’était appelé Couperin, il aurait pu écrire ce vers dans une pièce intitulée Les revues savantes, acte I scène 1. []
  2. Quelques épisodes diplomatiques développés dans un article de Julie Brown et Eric Dickson (J. Brown and E. Dickson, « We Don’t Talk to Terrorists: on the Rhetoric and Practice of Secret Negociations », The Journal of Conflict Resolution, 2010, vol. 54, n° 3, p. 379-407) peuvent éclairer ce cas de figure, par exemple les pourparlers de paix entre Egypte et Israël menés clandestinement par le président Sadate alors qu’il venait de dénoncer vigoureusement toute perspective de discussion. Je ne prétends pas avoir saisi les tenants et aboutissants de la modélisation mathématique proposée. J’en reste à une lecture superficielle qui suffit à mon propos : le bénéfice escompté amène celui qui est a priori désavantagé dans la négociation à utiliser l’arme de la communication, au prix d’un risque politique élevé, pour attirer l’adversaire à la discussion. Il serait à la fois spécieux et risqué d’établir un rapprochement direct avec notre situation. Je me borne à en retenir que l’utilisation de la communication publique vient peser sur la négociation en modifiant le rapport de forces. []

Les revues électroniques, combien ça va coûter ?

Les voyages professionnels ont entre autres mérites celui d’aérer le cerveau au vent du large, ainsi que de fournir les heures de voyage en train propices à la méditation, à la détente et à la rédaction des billets de blogs. Un aller et retour à Nancy pour le « carrefour de l’IST » 2012 m’ayant offert matière à penser, je propose une suite plus prospective à mon récent billet sur la documentation électronique. Je vais exposer dans un premier billet les perspectives proches telles que je les ai perçues depuis l’amphi 8 de la fac des sciences à Nancy, et dans un second les perspectives lointaines telles que je les bâtirais, si j’en avais la capacité hors des immatérielles mais très étroites frontières de ce blog, et au-delà même de l’écran qui le contient.

L’histoire du mur qui se démolissait pour aller se reconstruire un peu plus loin.

Un mur qui tombe : les abonnements.

Crane removed part of Wall by Brandenburg Gate, by Daniel Andal (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique)

Le modèle qui finance la publication scientifique par l’abonnement survit pour quelque temps encore. Le web est en train de le jeter à bas pierre par pierre, tant l’idée d’un contenu disponible sur internet mais non accessible heurte aujourd’hui le sens commun. Peu importent les raisons légitimes qui justifient de faire payer les contenus disponibles sur le web : l’accès gratuit est une sorte de loi non écrite à laquelle il est difficile de se soustraire, les producteurs audio-visuels en font l’expérience : No law is stronger than is the public sentiment where it is to be enforced, disait Lincoln.

Une autre facteur concourt sans doute à la mort des abonnements : les budgets publics dévolus à la documentation décroissent. Aussi les principaux éditeurs, ne pouvant plus espérer les marges généreuses des années passées, entament-ils une retraite en bon ordre, non sans mener un vif combat d’arrière-garde qui a deux avantages : 1) il leur permet, avec une dépense d’énergie raisonnable, de préserver leur rente encore quelques années. 2) ils forgent pendant ce temps les armes de publication massive propres à assurer leur succès sur le terrain de l’Open Access. On peut notamment compter sur Elsevier pour essayer d’arracher, lors de la prochaine négociation avec Couperin en 2013, le contrat le plus long possible avec un CA maintenu. Tous nos efforts à nous tendront à obtenir un contrat conforme à ce que nos budgets peuvent décemment supporter, c’est à dire une diminution de la facture. Le lecteur avisé m’aura compris à mi-mot : ce n’est pas parce que le combat se livre à l’arrière-garde que la victoire est à nous.

Bien sûr, tous les éditeurs n’ont pas adopté la même stratégie. Springer, Elsevier et Wiley ont galopé, avec des nuances dans la stratégie et le résultat, sur le terrain inflationniste. Certains éditeurs non-commerciaux, comme ACS, les ont suivis sur cette voie pour des raisons qui restent à comprendre (voir à ce sujet le très vivant exposé de Laurette Tuckermann). Mais d’autres éditeurs ont adopté une stratégie plus conforme aux besoins de l’activité scientifique. On aurait pu appeler cela le fair subscription access, pour anticiper sur le thème de mon prochain billet. Pour prendre un exemple vécu, l’American Institute of Physics a adopté un modèle économique identique en surface à celui des grands éditeurs, que j’ai ailleurs décrit (maintien des abonnements imprimés obligatoire pour accéder à une collection électronique large). MAIS la rigidité du système n’était pas totale : en renonçant totalement au papier ET à l’électronique de façon passagère il y a deux ans, nous avons abouti aujourd’hui à un tarif très correct. Je dois souligner pour être juste que sur le moment l’éditeur n’a pas apprécié notre désabonnement massif, non plus que les physiciens clermontois. Mais enfin le fait est qu’aujourd’hui, nous accédons à ces excellentes revues de physique pour un prix très acceptable, y compris pour l’éditeur.

Néanmoins, les éditeurs qui ont adopté la stratégie la plus agressive concentrent aujourd’hui l’essentiel de la dépense, je l’ai dit dans mon dernier billet. Que va-t-il se passer maintenant que l’Open Access prend l’ascendant ?

Le mur qui monte : Open Access, Gold road

Le principe de l’Open access est aussi inattaquable que simple : les résultats de la recherche scientifique sont gratuitement accessibles à tous. La question que pose le lecteur-qui-ne-s’en-laisse-pas-conter vous brûle les lèvres : « mais alors, qui paie ? ». Il y a à cette question autant de réponses que de payeurs potentiels, les deux grandes subdivisions connues étant le Gold Open Access et le Green Open access. Je laisse de côté le Green pour le moment, car le modèle qui intéresse les éditeurs est évidemment le premier, parfois aussi appelé « modèle auteur-payeur ». Ce modèle a déjà fait ses preuves. Il est éminemment défendable dans son principe (comme du reste le modèle de l’abonnement). Mais le soutien enthousiaste que lui apportent les éditeurs commerciaux comporte un risque évident de dévoiement.

Un système peut être parfait et son application inique. Ce n’est pas moins vrai de l’Open access que de l’abonnement. Ainsi, si demain, pour publier dans une revue très cotée, l’auteur doit payer non pas trois mais cinq ou dix mille euros, quel moyen de négocier aura-t-il ? Acceptera-t-il de se rabattre sur une revue moins fameuse pour économiser les deniers publics, au risque de n’afficher, lors d’une prochaine évaluation, que des publications dans des revues de second rang ? Si la réputation de la revue est faite, et l’inflation graduelle, il n’y a aucun doute : des tarifs vertigineux pourront s’imposer. Un simple regard jeté aujourd’hui sur la liste des tarifs de publication de BioMedCentral permet de constater que les tarifs à la publication s’échelonnent aujourd’hui entre 490 et 2040 € HT. Chez Elsevier, on paie 458 € pour publier dans Cancer Treatment Communication, 3000 $ dans Applied and Translational Genomics. Les échelles de prix ne reposant pas sur des critères publiquement affichés, quelle garantie avons-nous, si le système entier de publication migre vers l’Open Access, que ces prix ne vont pas subir une inflation absolument similaire à celle qu’ont connu les abonnements entre 2000 et 2012 ? À titre de comparaison, jetez un oeil sur l’affichage de PLoS : les prix sont fixés au niveau le plus général, et non titre par titre (il est aussi précisé qu’ils n’ont pas été augmentés depuis 2009).

Le mur de l’abonnement s’écroule, mais rien n’empêche de le déplacer vers la publication. D’après un collègue croisé à Nancy et travaillant dans un organisme de recherche, déjà 10 % des articles publiés par les chercheurs de son institut le sont dans le cadre du gold OA. Or ces budgets sont très difficiles à repérer dans la comptabilité des établissements, puisqu’ils sont répartis dans les laboratoires de rattachement des auteurs. Les budgets documentaires se restreignent, les négociateurs d’abonnement commencent à devenir trop coriaces ? Le modèle auteur-payeur va permettre d’aller capter des budgets sous-exploités jusque là… Le Research Work Act était une tentative manquée de barrage au Green Open Access. Le développement du Gold Open Accessest une solution bien plus habile : paré des attraits de l’Open access, ce système offre aux éditeurs des potentialités économiques qui n’ont rien à envier au système par abonnement. Le mur de l’accès est en train de tomber, pierre à pierre. Qu’à cela ne tienne, il sera déplacé de quelques mètres pour barrer la route à la publication, et non à la consultation. À moins que nous trouvions une meilleure solution, dont je vous parlerai demain.

Wall_Abu Dis (19) by John Jobby, publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Partage à l’identique.

Les revues électroniques, combien ça coûte ?

Budget, publié sur FlickR sous le pseudonyme de « 401 (K) 2012 » sous licence Creative Commons Paternité, Partage à l’identique.

A Clermont, en 2013, le budget de la documentation électronique va dépasser, pour la première fois, le million d’euros. La documentation électronique va constituer, en 2013, une petite moitié des dépenses documentaires de la BCU. Il n’est pas inintéressant de se pencher en détail sur la composition de cette masse, pour donner une idée de sa répartition globale. Il ne s’agit pas de contempler avec ravissement notre nombril budgétaire (il n’y a pour l’heure matière ni à s’esbaudir, ni à larmoyer) mais d’exposer succinctement la situation actuelle d’une bibliothèque universitaire assez banale (banale du point de vue du budget doc’ élec, s’entend, car il est notoire que par mille autres aspects nous sommes hors du commun) : Clermont-Ferrand est un site de taille moyenne et l’on peut considérer –  je vous épargne les précautions oratoires habituelles en pareil cas -, que nous présentons une configuration ordinaire pour les établissements de même envergure, à savoir desservant une communauté de quelque 30 000 étudiants et 1500 enseignants chercheurs.

Autre précaution qui, cette année, ne peut être considérée comme de pure forme : lorsque je parle du « budget de la documentation électronique », j’entends : les demandes budgétaires que nous formulons pour nous situer dans une perspective de maintien de l’offre. Si notre dotation budgétaire est revue à la baisse, nos ambitions documentaires s’adapteront aux moyens disponibles.

Austerity, publié sur FlickR sous le pseudonyme de « 401 (K) 2012 » sous licence Creative Commons Paternité, Partage à l’identique.

Glissons maintenant un œil dans la cassette, en commençant par faire justice des trois gourmands qui consomment la majorité de nos ressources.
Elsevier : 465 000 € (pour environ 1800 revues)
Wiley : 100 000 € (pour environ 1400 revues)
Springer : 70 000 € (pour environ 1900 revues)

Voilà au moins une donnée simple : 60 % du budget documentation électronique sera versé en 2013 à trois éditeurs. Est-il plus belle définition du concept de concentration ? Pour être exhaustif il faudrait ajouter à ce tableau l’American Chemical Society, qui en additionnant sa ressource phare, les Chemical Abstracts, et son bouquet de revues, prétend avoisiner les 60 000 € en 2013. Signe des temps, une société savante, atteignant l’âge de la maturité numérique, talonne désormais les exigences commerciales des éditeurs professionnels. Toutefois, la vigoureuse polémique dont cet éditeur fait l’objet fait que d’une manière ou d’une autre, par négociation ou par désabonnement, cette charge est appelée à diminuer. Il faut noter que la dépense Springer et Elsevier peut être considérée comme unifiée désormais, puisque le passage au tout électronique est acquis pour ces deux éditeurs. Tel n’est pas le cas de Wiley, car si le passage au tout électronique est acquis à l’intérieur de la BCU pour 2013, nous ne le proposerons dans l’université qu’en 2014, ce qui accroîtra encore la charge d’une trentaine de milliers d’euros. Car nous essayons d’absorber les chocs successivement : passer au tout électronique pour Elsevier, c’est à dire centraliser à la BCU la dépense de l’ensemble du site, va alourdir de 70 000 € les dépenses en 2013. Il est prudent de ne pas essayer de franchir deux marches en même temps, le temps de s’assurer que les recettes suivent. La progression du budget de la documentation électronique correspond donc avant tout à un transfert de charges augmenté de l’inflation, non à un accroissement des ressources proposées. L’avantage de ce transfert, comme je l’ai souligné dans le billet cité ci-dessus, est qu’il rend la charge plus visible et en simplifie la gestion.

Voyons ensuite le reste de la dépense : elles se répartit en deux grands blocs de taille inégale :

  1. Le domaine sciences-santé totalise 250 000 €
  2. Le domaine droit-lettres 130 000 €

Le décalage entre les deux domaines n’étonnera personne. Il faut tout de même noter que la répartition ci-dessus FAIT ABSTRACTION de la prédominance écrasante, dans les bouquets Spring-Wil-sevier, des disciplines relevant des sciences et de la santé. Admettons que les bouquets Wiley-Elsevier recouvrent des abonnements de sciences exactes à 80 %, Springer à 100 %, on approchera de la répartition réelle des masses financières : cela donne un total de 243 k€ (25 %) pour les lettres et le droit, et de 772 k€ pour les sciences, soit un rapport de 1 à 3.

Il faudrait logiquement, pour avoir une vue complète, prendre en compte la masse, complémentaire, des abonnements imprimés n’ayant pas d’équivalent électronique (encore très nombreux en lettres et sciences humaines) et des dépenses d’achats de livres, alors que le livre numérique entame seulement son décollage depuis un an ou deux. Les lignes vont donc sans doute bouger de ce côté dans les années à venir. Plus intéressant, ces acquisitions pourraient être l’occasion de doter un peu moins chichement les étudiants en ressources numérique, car dans la configuration actuelle les ressources aisément utilisables par les étudiants de licence (c’est à dire principalement françaises par leur contenu) ne dépassent pas 15 % de la dépense globale.

Investing, publié sur FlickR sous le pseudonyme de « 401(K)2012 », sous licence Creative Commons Paternité, Partage à l’identique.

Voici les quelques remarques que l’on peut faire, sans entrer dans le détail, sur la gestion de la documentation.

Gros, demi-gros, détail

Le budget de documentation numérique est d’abord un budget de grossiste. Il sert à mettre à la disposition de la communauté la plus large les ressources utilisées de façon abondante. Le cas des grands éditeurs est emblématique de cette situation. Le corollaire, c’est que la bibnum ne traite pas ses abonnements au détail et n’a pas de politique documentaire propre concernant telle ou telle discipline  : ce sont les BU disciplinaires qui fournissent à la bibnum les avis et expertises sur telle ou telle ressource ; ce sont elles aussi qui prennent directement des abonnements électroniques hors bouquet, au titre à titre, selon les besoins finement identifiés de la communauté qu’elles desservent. Bref, si l’on voulait définir grossièrement la ligne de conduite suivie : la bibnum fait le gros, les BU font le détail.

En pratique, cela aboutira, en 2013, à ce que la bibnum gère les bases de données et les bouquets de revues. Par bouquet j’entends les offres groupées des éditeurs (ces fameux « bundles » qui ont tant fait cliqueter les claviers depuis début 2012 grâce notamment à Tim Gowers) et les abonnements au titre aboutissant de facto à un quasi-bouquet (en général 8 à 15 titres chez un même éditeur). En revanche, les abonnements électroniques isolés seront pris par les BU. De la même façon, pour les livres électroniques, la bibliothèque numérique paie les abonnements aux plateformes et aux bouquets, à charge pour les bibliothécaires des BU d’opérer le choix titre par titre quand c’est possible ou nécessaire. Pour le dire autrement, ce n’est pas tant le support qui est déterminant dans la dévolution du budget, que le mode d’acquisition plus ou moins fin et dirigé, ou non, vers une communauté précise. Car si l’on ne raisonnait qu’en termes de support, la bibnum se retrouverait tôt ou tard détentrice de l’ensemble du budget documentaire, et si grand soit mon attrait pour les gros chiffres et les tableurs à rallonge, je ne me souhaite pas cela, ni à personne d’autre.

Et la politique documentaire alors ?

L’intervention de la bibnum sur la politique documentaire proprement dite, c’est à dire au fond notre capacité à opérer des choix d’abonnements, découle de cette répartition. Nous portons une attention particulière aux ressources pluridisciplinaires et généralistes, ainsi qu’aux disciplines qui nous paraissent peu ou mal couvertes. La marge de manœuvre est assez étroite mais nous opérons tout de même des réajustements chaque année, en agençant plusieurs critères :

  • les besoins identifiés : une liste de ressources que nous souhaiterions acquérir si nous le pouvions (disciplines peu ou pas couvertes, par exemple), et les BU en fournissent également chaque année en fonction de leurs discussions avec les enseignants et de leur réflexion.
  • l’usage effectif des ressources acquises : nous examinons les statistiques pour en tirer un coût moyen de consultation.
  • les coûts : on surveille l’inflation des ressources et son impact sur le coût moyen. Une inflation trop rapide place immédiatement une ressource « sous surveillance ».

Cas typique qui s’est présenté à trois ou quatre reprises ces dernières années : un bouquet de revues apparaît sous-utilisé, l’examen des statistiques montrant un coût moyen de consultation supérieur à 10 € (c’est notre cote d’alerte symbolique, sachant que les coûts moyens de la plupart des ressources se situent entre 1 et 3 €). Dès lors, nous entrons en discussion avec les chercheurs concernés et nous réduisons le bouquet, ou prenons du titre à titre, ou désabonnons carrément dans certain cas, parfois en proposant une ressource de substitution. Ainsi la politique documentaire parvient-elle à se frayer un petit sentier au milieu des ronciers budgétaires. Élargir ce sentier n’est pas affaire de chiffres, mais de politique et de négociation, un travail qui se fait, pour l’essentiel, hors des murs matériels ou numériques de la bibliothèque. Et dont je parlerai peut-être une autre fois puisque mon but, aujourd’hui, était juste de vous dire où passerait, en 2013, le million de la doc électronique.

Le tout électronique, à quoi bon ?

A bin of books, by Jane Cockman (Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale).
A bin of books, by Jane Cockman (Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale).

Face à une évolution inéluctable, et même lorsqu’on l’a reconnue comme telle, il n’est pas inutile de s’interroger sur ses conséquences positives et négatives, ne serait-ce que pour amortir celles-ci et accroître celles-là autant que possible. Le fait est là : la BCU va passer au tout électronique pour la plupart de ses revues. L’échéance est incertaine, mais il n’y a pas de doute sur le fait. J’y travaille activement, pour ma part.  Non que ce passage m’apparaisse comme un pas historique exaltant, une sorte de saut qualitatif sans précédent dans l’histoire du savoir, qui ouvrirait soudain d’infinis possibles à la science et à l’humanité. Vingt ans de reculs sur les effets du Web me semblent prouver qu’il produit naturellement la profusion, non la qualité. Si je travaille à ce que la BCU s’achemine, comme toutes les bibliothèques scientifiques, vers le tout électronique, c’est simplement parce que cela relève d’une nécessité pratique que j’admets fort bien. Et que l’énergie qui ne sera pas dépensée à refuser l’inéluctable pourra être consacrée à des efforts bien nécessaires pour que les conséquences positives puissent compenser, à terme, les quelques désagréments liés à ce passage.

État des lieux

Commençons par examiner la situation : concrètement, que signifie ‘Nous passons au tout électronique‘ ?

Catalogue, par AAlain (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage dans les conditions initiales).
Catalogue, par AAlain (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage dans les conditions initiales).

Pas le tarissement de toute arrivée d’ imprimés à la bibliothèque. La disparition du papier n’est effective que dans des domaines précis et pour des raisons précises. La dématérialisation a d’abord affecté les outils de signalement (catalogues et bases de données bibliographiques), puis les publications à mises à jour (Encyclopédies et bases de données factuelles) puis les revues, et ne se propage aux ouvrages que très progressivement. Tout cela est conforme au bon sens : la consultation d’un ordinateur se prête remarquablement bien à la pêche à l’information ponctuelle : signalement (catalogue ou base de données bibliographique), fait brut (base de données factuelle). Elle se prête aussi assez bien à la lecture de formes courtes (articles d’encyclopédie ou de revues généralistes). Mais le saut vers les formes longues (articles scientifiques et ouvrages proprement dits) est plus hasardeux, les tâtonnements encore en cours dans le lancement des outils de lecture le montrent, me semble-t-il.

Bart Heird , I blame the Internet (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d'Utilisation Commerciale, Pas de modification).
Bart Heird , I blame the Internet (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d’Utilisation Commerciale, Pas de modification).

À Clermont comme ailleurs, le passage est déjà derrière nous pour les outils de signalement et les encyclopédies. Lorsque je parle de passage au tout électronique en train de se faire, je pense donc aux revues, mais parmi les revues seulement aux revues de sciences dites dures ; et parmi celles-ci seulement aux bouquets de trois grands éditeurs, qui fonctionnent tous trois sur le même mode : la conservation du chiffre d’affaires historique avec constitution d’une liste de titres souscrits. En l’occurrence : Elsevier, Wiley, Springer.
À la BCU, la dépense cumulée pour ces trois éditeurs est de 650 000 € environ : 450 000 € pour Elsevier, 130 000 € pour Wiley, 70 000 € pour Springer. Nous sommes à un stade différent d’avancement vers le tout électronique pour les trois.

  1. Pour Springer, le passage a été effectué.
  2. Pour Elsevier, il a été effectué pour les abonnements relevant directement de la BCU, mais non pour les abonnements des divers laboratoires et UFR.
  3. Pour Wiley, il n’a été effectué ni à l’intérieur de la BCU ni à l’extérieur.

Effets négatifs avérés ou prévisibles

À Clermont comme ailleurs, nous savons que passage au tout électronique pour un outil de signalement comme le catalogue est déjà assimilé comme définitif dans l’esprit de tous, alors même que dans les faits il n’est pas achevé : une petite partie de notre catalogue sous forme papier n’est toujours pas informatisé, et pourtant, il n’est plus disponible au public puisque le moyen normal d’accès est désormais, aux yeux de tous, l’électronique. Si un garagiste disait au propriétaire d’une automobile en panne : « Vous allez marcher un peu, cela va vous faire du bien ! » il entendrait probablement : « Je fais quotidiennement 35 kilomètres sur l’autoroute, donc merci de parler sérieusement et de me trouver rapidement une voiture de prêt ». De la même façon, lorsqu’il arrive que l’accès en ligne à une revue soit coupée, il est bien inutile de dire aux lecteurs : vous savez, nous avons le papier ! Pour la forme courte qu’est l’article comme pour la recherche de références, le papier n’est plus une alternative acceptable à l’électronique. Point. Puisque dans certains cas (pour la partie non informatisée du catalogue, par exemple), l’information existe mais n’est, en pratique, plus disponible, je pense que l’on peut ranger au nombre des effets secondaires indésirables du passage au tout électronique la perte marginale d’information qui résulte de ce caractère désormais « invisible » du papier.

L’autre effet négatif solidement avéré est financier : les grands éditeurs ont réussi pour l’instant, en instaurant un rapport de forces favorable et  par le biais du recours au « chiffre d’affaires historique », à faire admettre en pratique un dangereux principe : « l’électronique, c’est comme le papier, mais plus cher ». Cette théorie est pourtant battue en brèche par la réalité des tractations avec certains autres éditeurs. Voici trois ans, Clermont-Ferrand s’est désabonné intégralement des revues imprimées d’un éditeur scientifique. Deux ans après, le chiffre d’affaires historique ayant été « effacé » par ce désabonnement, l’abonnement électronique a pu être souscrit à un coût 5 fois inférieur. L’expérience montre donc que l’électronique peut aussi être « comme le papier, mais moins cher ». La difficulté est évidemment que pour mettre en évidence cette possibilité, il a fallu accepter de se priver, pour un temps, du papier ET de l’électronique. Le postulat des grands éditeurs résultant essentiellement d’un rapport de forces, il n’est pas inéluctable. Mais c’est un fait que la migration des revues vers l’électronique leur a conféré de puissants moyens de pressions. De ce point de vue, le passage au tout électronique est ambivalent, nous allons le voir.

Le dernier effet négatif est local et joue sur le court terme, mais il est pour nous le plus difficile à affronter et c’est la raison pour laquelle je défends si activement un passage volontaire et concerté au tout électronique : mal négocié, ce passage nous procure un grand  inconfort budgétaire. En théorie, il est neutre sur le plan financier (le saut de TVA entre le papier et l’électronique étant compensé par les éditeurs à titre de mesure incitative). C’est ce qui rend très facile le passage au tout électronique à l’intérieur de la BCU, pour les abonnements que nous gérons déjà. Mais il n’en va pas de même pour les abonnements imprimés extérieurs : actuellement détenus par des laboratoires et des UFR sur leur budget propre, ces abonnements se trouvent transférés mécaniquement à la BCU par le passage au tout électronique. Il est donc important pour nous que le transfert de budget accompagne le transfert de charge. Or, il se fait que les laboratoires, faute de bien connaître des clauses des contrats qui nous lient aux éditeurs, ont tendance à opérer les désabonnements pour soulager leur budget, sans avoir bien conscience du transfert automatique qui s’opère sur le nôtre. Tout désabonnement opéré par elles, conformément au contrat qui stipule de maintien du chiffre d’affaires historique, est ipso facto facturé à la BCU. Cette année, ces désabonnements « sauvages » vont dépasser 20 000 €. Inconfortable, disais-je.

Effets positifs possibles

C’est pourquoi il faut travailler à effectuer ce passage d’une façon à la fois officielle et organisée. Si nous y parvenons, des effets positifs du passage au tout électronique peuvent être espérés. 

D’un point de vue interne : la centralisation de la dépense pour ces trois grands bouquets entraînerait une évidente simplification administrative. Une facture annuelle pour la même dépense, c’est mieux que trois ou quatre. Mettre fin à la gestion de flux de papier inutile et des factures dispersées semble aussi de bon sens. Cela ne nous exonère pas d’une réflexion sur ce que l’on fait du temps ainsi économisé. Autre chantier important, mais que nous pouvons aborder sans trop de crainte me semble-t-il, car l’ouvrage ne manque pas franchement.

D’un point de vue stratégique dans les négociations : en centralisant le chiffre d’affaires global, on le rend plus visible, plus identifiable, plus frappant aussi :

La facture 2013 pour les revues est de 500 000 €

 se passe d’explication. Ce n’est pas le cas de :

La facture 2013 est de 300 000 € en apparence mais en fait il  ne faut oublier de prendre en compte les abonnement de l’UMR 575582 et ceux du LHIFT, du CFADE, ainsi que ceux de la bibliothèque associée de  sciences phrénologiques à l’UFR, ainsi que les 12 revues du Centre interdisciplinaire de géographie  historique du Massif Central, que nous finançons par convention reconduite annuellement, ce qui porte la facture à 500 000 € » [toute ressemblance avec des UMR, UFR et autres composantes existant ou ayant existé etc. etc.]

À moyen terme la disparition du papier, mettant fin à la corrélation artificiellement établie entre le portefeuille d’abonnements imprimés détenus et la collection électronique, permettra d’évoluer vers un modèle économique différent.  Elle va nous obliger à regarder vraiment ce que nous obtenons pour l’argent que nous dépensons, et à exiger davantage si nous ne sommes pas satisfaits. Le changement de modèle nous offre par là une chance de faire diminuer nos coûts, ce qui est impossible dans les modèles actuels. Bien entendu, cette diminution des coûts ne découlera pas ipso facto du changement, et l’on peut supposer que les éditeurs vont faire quelques efforts pour maintenir nos coûts à un haut niveau. Mais comme toute redistribution des cartes, le changement offre l’occasion d’une renégociation, et quelques arguments pour faire advenir un changement positif, changement que nous avons déjà obtenu dans certains cas, je l’ai dit plus haut.

Sous réserve d’une réussite au moins partielle sur le point  précédent, l’occasion pourrait  même s’offrir de réutiliser une partie du flux financier capté aujourd’hui par les éditeurs vers l’Open Access, que ce soit par le financement de publications (subvention aux publications dans un modèle auteur-payeur) ou par le financement direct de quelques revues.

En résumé, si notre objectif est de retrouver les moyens de mener une véritable politique documentaire (avec des vrais choix et une vraie liberté), le passage au tout électronique pour les grandes revues, celles qui fonctionnent sur le modèle du « bouquet », fait partie des nécessaires préalables. Condition non suffisante, mais nécessaire. Nous sommes donc en train de proposer aux deux universités que nous desservons de l’accomplir d’une façon concertée et organisée, dans les deux ou trois ans à venir.

Si ce n’est pas possible, nous avons un plan B, éprouvé par l’expérience humaine sous tous les cieux, en tous les âges : le passage au tout électronique se fera d’une façon non-concertée et désorganisée.

Communication, The work way, by TrasherDave (Publié sur FlickR, sous licence Creative Commons Paternité, Partage dans les conditions initiales).
Communication, The work way, by TrasherDave (Publié sur FlickR, sous licence Creative Commons Paternité, Partage dans les conditions initiales). 

Jumble, by Ian Corey (Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage dans les conditions initiales).
Jumble, by Ian Corey (Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage dans les conditions initiales). 

 

On sait faire…