Papier/électronique, catalogage/indexation, comment aller ensemble

extrait pub pour papier toilette
comment lier papier et électronique : extrait d’une publicité pour papier toilette

Les métadonnées sont devenues désormais le nerf de la guerre, dixit Louise Fauduet, intervenante BnF lors d’une récente formation continue, dans l’indexation des ressources et leur visibilité/accessibilité sur internet. Pour les bibliothèques numériques intégrant tout type de documents – numérisés ou nativement numériques –, elles sont le prolongement disons « naturel » du catalogage classique pour le papier. Autrement dit : catalogage = indexation.

Et c’est à peine exagéré : presque rien ne change, mais c’est effectivement ce « presque » qui pose question.

La seule chose qui évolue (devrait évoluer) vraiment, si l’on considère que le catalogage classique dessert le papier et que l’indexation se tourne vers le numérique, c’est l’importance accordée au papier et à l’électronique par nous : quand on voit que la production de données, la collecte d’informations et la gestion courante basculent en quantité et coût du côté des ressources électroniques (plus de la moitié des ressources documentaires sont électroniques désormais, selon les chiffres de Carl Grant, vice -doyen et directeur des services informatiques des BU de l’université de l’Oklahoma) pourquoi l’activité de catalogage ne suivrait-elle pas le même mouvement ? Quand on sait que les pratiques des étudiants et chercheurs ont déjà basculé de ce côté-là également, ne devrions-nous pas les accompagner ? Une distinction papier/électronique qui n’aurait plus lieu d’être demeure pourtant : on le voit pour l’effort consenti sur les nouveaux apprentissages, mais également dans les réflexions récurrentes sur la baisse des prêts (les prêts papier restent une statistique phare alors qu’elle n’est pas rattachée au nombre de téléchargements qui est son pendant), ou encore la coupure entre pratiques sciences dures/sciences humaines sur l’usage numérique (et quid des humanités numériques/digital humanities et autres initiatives en open access qui remettent en question le cliché des sciences humaines à la traîne et « ringardes » quant à leurs pratiques ?).

Mais on s’éloigne du sujet. Le débat sur l’évolution de l’indexation et la place croissante des métadonnées font planer des ambiguïtés sur ces nouvelles formes et pratiques. Si l’on prend l’exemple des métadonnées pour les fichiers numériques, toute une ribambelle d’a priori viennent semer la confusion dans les esprits.

Premier obstacle :  c’est la séparation imprimée par l’habitude dans nos esprits entre les formats et techniques (si, sortant de l’UNIMARC, on s’intéresse aux FRBR et autres RDA, on ne peut tourner le dos aux METS, MODS et compagnie comme s’ils n’avaient rien à voir) nonobstant le langage et les règles communs. Comme s’il y avait une barrière de spécialité à ne pas franchir – chacun sa tâche, je catalogue dans mon SIGB, tu indexes tes fichiers dans ton gestionnaire de contenus – alors qu’on parle de pratiques identiques.

Deuxième obstacle, la crainte d’être illégitime : « c’est de l’informatique, ce n’est pas le rôle des bibliothécaires ». Cet argument apparaît d’autant plus étonnant qu’il pourrait être opposé à tout changement ayant déjà eu lieu dans le métier, puisqu’informatiser, utiliser des logiciels dédiés aux missions des bibliothèques ou tout simplement utiliser un ordinateur dans son travail, c’est déjà faire de l’informatique. Et les bibliothèques ont vécu l’informatisation du métier, il ne s’agit donc pas de révolution. Simplement d’évolution.

Troisième obstacle : le caractère très/trop technique des outils, « ce n’est pas du langage compréhensible par les humains » – pardon, les bibliothécaires. Faux encore : le langage XML, entre autres, a justement comme qualité d’être compréhensible à la fois par les machines pour qu’elles interagissent, et par les humains. Les balises sont explicites et définissent des champs qui sont ensuite complétés de la même manière que des champs d’un format Marc : grâce à des vocabulaires normalisés, et grâce à l’art bibliothécaire dont tous les collègues sont spécialistes. Et puis qui oserait affirmer sans ciller que les formats MARC sont « compréhensibles par les humains » ?

On touche là au débat plus global qui agite beaucoup de bibliothèques sur la diffusion, au sein des établissements, des connaissances et compétences (ici, techniques, mais pas seulement), c’est-à-dire à la gestion des connaissances, ou knowledge management. L’enjeu consiste à inciter les professionnels à se tourner vers le domaine numérique et à acquérir l’équivalent des compétences qu’ils utilisent déjà pour les collections papier. L’adaptation dans la réalité est de fait moins insurmontable qu’elle ne paraît dans les esprits.

Les formations jouent un rôle important, mais, expérience faite, ne permettent pas, seules, de modifier la perception qu’ont les collègues sur ces questions. Et c’est par conséquent deux conceptions des bibliothèques qui en viennent à s’opposer alors même qu’elles ne suscitent pas de concurrence – pourquoi faut-il imaginer que les abonnements électroniques se font au détriment des acquisitions papier, ou que la bibliothèque numérique s’occupe de missions qui sont hermétiquement distinctes de ce que les collègues font en section, à moins que l’on ne sépare toujours les deux (ce qu’on voit lorsqu’on se focalise sur les prêts physiques en oubliant les téléchargements et connexions en ligne) ?

C’est une des questions qui seront abordées plus amplement lors d’une journée d’ateliers de réflexion de la BCU à laquelle participera l’ensemble des personnels.

ANGD 2011 : de retour d’Aussois.

J’ai participé à la formation,  intitulée Gestion numérique des sources de la recherche en sciences humaines et sociales organisée par le TGE Adonis, qui s’est tenue au Centre Paul Langevin d’Aussois,  du 10 au 14 Octobre 2011.
Une semaine de formation intensive et intense, dont j’aimerais faire le compte-rendu exhaustif.  Mais ce serait trop long. Je me contenterai donc de restituer les grandes lignes ce cette formation, que les organisateurs ont intitulée avec des verbes d’action, les six verbes d’un projet de gestion numérique des sources en SHS : décider, organiser, numériser, structurer, exploiter, diffuser.
Pour commencer, revenons aux fondamentaux. Qu’est-ce qu’une source de la recherche en SHS ? Ce peut être une infinité de choses : un manuscrit, une charte, un tract, une photographie, un dessin d’enfant, une carte géographique, un entretien filmé, une voix enregistrée, un agenda, une lettre, un carnet de terrain, un conte de fées. Toutes ces choses, précieuses ou triviales, constituent autant de matériaux, de données brutes de la recherche en SHS. Oui, mais qu’est-ce qu’on en fait ?  Comment exploiter ces sources dans le cadre d’un projet scientifique ? Comment les mettre à disposition, en ligne, pour que des chercheurs travaillent ces matériaux, à la source de publications nouvelles ? Et comment mettre en regard ces publications nouvelles avec les sources qui les ont constituées en leur fondement scientifique ? Ce sont ces questions que les humanités numériques, les digital humanities explorent, en produisant de nouveaux types de publications numériques, où les sources, les matériaux primaires, secondaires ou tertiaires sont reliées, hyperliées, aux oeuvres scientifiques, fidèle à l’exigence première d’administration directe de la preuve. Le tableau qu’a brossé Marin Dacos de ces nouveaux types d’édition en ligne, au cœur des digital humanities, donne une idée océanique des possibilités qui s’offrent pour les nouveaux passeurs de savoir en ligne. Le Centre pour l’édition électronique ouverte qu’il dirige se situe à la croisée de ces chemins. Ce stage, dans son ensemble, nous a permis de construire, en une semaine, un projet de gestion numérique des sources de la recherche, à partir d’un cas d’école. Lequel ? Je ne peux pas le dire, mais il vous suffira d’imaginer un exemple concret de sources à exploiter. A partir de là, il nous faut décider quel projet numérique et scientifique mettre en place à partir de ces sources. Décider, c’est trancher, orchestrer, se donner des objectifs, des délais, des moyens, travailler en mode projet, coordonner une équipe, accepter de prendre des risques, se lancer dans une aventure collective pour aboutir à la réalisation du projet, au delà de la mise en ligne, vers une exploitation scientifique des sources numérisées, comme Richard Walter l’a montré dans sa présentation.
Tout cela est possible si on s’organise, délègue, planifie les étapes. Le maître d’ouvrages (MOA) peut faire appel au maître d’oeuvre (MOE). Diverses méthodes d’organisation, pour veiller à la réalisation des tâches à accomplir dans les meilleurs délais, ont été approchées, comme autant de balises et de méthodes pour réussir son projet.
Puis vient le temps de numériser. La présentation de Michel Jacobson des archives de France a apporté un éclairage nouveau sur la numérisation des sons. On est passé ensuite à la pratique en numérisant les supports papier de nos sources.
L’analyse de la structuration du contenu est nécessaire pour transformer la source en matériau de la recherche. L’introduction à la Text Encoding for Interchange (TEI) a été présentée par Lou Burnard himself qui a cofondé ce format de balisage en XML en 1987 pour « faciliter l’échange, la création et l’intégration de ressources informatisées ». La TEI, c’est un outil du chercheur, qui lui permettra d’analyser un texte selon ses problématiques d’étude. Si l’encodage d’un texte nécessite la connaissance des balises du format XML, on aurait tord de confier cette tâche à un informaticien extérieur au projet de recherche, car la structuration du contenu fait parti intégrante de l’analyse. Après cette introduction, ce fut à nous stagiaires de dégager la structure de nos sources, afin d’en baliser l’analyse.
Une fois la source balisée, il faut être capable de l’exploiter, de l’interroger, de « faire parler les données du corpus », d’en extraire du sens. Les outils d’interrogation du balisage XML ont été présentés avec clarté par Denise Ogilvie, des Archives Nationales, et Anaïs Wion, du CEMAf, un laboratoire du CNRS.
Pour en citer quelques uns, les plus utilisés, Xpath, un langage pour formuler des questions en interrogeant l’arborescence d’un document formaté en XML; XSLT, pour transformer les arborescences XML dans un autre langage, HTML par exemple, et exprimer des requêtes; Xquery enfin, le langage d’interrogation des documents structurés en XML défini par le W3C, pour extraire des information des documents XML.
Une fois que nos sources ont été numérisées, structurées, exploitées, reste à les diffuser en ligne et assurer la promotion du projet scientifique qu’elles desservent. Il faut alors penser en terme d’écologie numérique au service de la science : Accessibilité, ergonomie, pérennité, citabilité, interopérabilité sont les cinq mots du web pour Jean-François Rivière. Mettre en ligne, oui, à condition de respecter les droits d’auteur. La présentation des questions juridiques liées aux bibliothèques numérique et aux corpus en ligne de Lionel Morel de la BNF a comblé l’assistance qui ne tarissait pas de questions. Gaëlle Hallair, une autre stagiaire, a écrit un billet sur son intervention.
Cet ANGD 2011, oui j’ai oublié de dire qu’il s’agissait d’une Action Nationale à Gestion Déconcentrée, mais l’année prochaine, ce sera une Action Nationale de Formation, nous a permis de bénéficier aussi des retours d’expériences des stagiaires. J’ai pu y présenter notre projet de site Internet sur les carnets géologiques de Philippe Glangeaud.
Et rien de tel qu’une randonnée à mi-stage pour prendre de la hauteur.

Montagne pelée Flickr licence Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0) par Jean et Nathalie

Ah ! Et puis, non, je ne peux pas conclure ce billet sans parler des rencontres, de la convivialité, de toutes ces professionnels rencontrés porteurs de projets passionnants.