Télétravaux forcés

Balcons en enfilade… Photo par Phil Shirley (source FlickR) Licence Creative Commons, Attribution, pas d’utilisation commerciale, partage dans les mêmes conditions.

En période confinée, enfoncer quelques portes ouvertes à titre de défoulement ne me fera pas de mal. Ce sera aussi l’occasion d’un retour sur un moi(s) de travail confiné, et d’évoquer ce qui a été possible ou impossible, pour moi, dans ce laps de temps.

Respiration

Dans la foule, on s’isole difficilement.

Le télétravail ne s’est pas développé pour contenter des grincheux qui préfèrent rester chez eux en survêtement et prétendent mieux travailler comme ça, le collectiy trouve bien son compte. L’ours mal léché qui sommeille télétravaille un ou deux jours par semaine est non seulement très efficace ces jours-là, mais aussi moins grincheux et plus disponible les autres jours : grâce à la perspective réconfortante de son hibernation hebdomadaire, il va bravement de rendez-vous en réunionereportant les tâches qui exigent concentration et isolement. Idéalement, la part individuelle et collective du travail s’équilibrent comme les deux temps d’une respiration1 ; d’ailleurs beaucoup de professionnels alternent d’une façon ou d’une autre ces modalités dans le travail sur site. Ouvrir et fermer tour à tour la porte du bureau, s’installer deux heures dans un coin tranquille, alterner service public et bureau, travailler un jour par semaine dans un autre service ou se décréter injoignable une demi-journée par semaine sont des méthodes de « télétravail atténué » que j’ai vu fonctionner efficacement.

Notre assignation collective aux télétravaux forcés m’fourni un terrain expérimental que je n’aurais jamais exploré spontanément, parce qu’il faut tout de même être vicieux2 pour imaginer des circonstances où tout le monde est obligé de télétravailler tout le tempsLe Covid nous a servi, sur plateau aseptisé, une configuration improbable et très intéressante, mais où manque, précisément, cette alternance reconstituante qui donne son charme au télétravail.

Parmi les éléments qui affectent l’environnement de travail, je suis personnellement assez sensible à un premier facteur limitant dans ma capacité de concentrationfacteur assez répandu, dont la taille et l’effectif varie suivant les foyers (mais se trouve être relativement élevé dans le mien), et qui produit un nombre important d’interruptions de fréquence :

  • proportionnelle à l’effectif des individus
  • inversement proportionnelle à leur âge
  • étroitement corrélée aux tâches en cours (typiquement, beaucoup plus élevée quand elles relèvent du domaine scolaire que quand elles sont de type ludique ou audiovisuel)
  • exponentiellement croissante dans les créneaux horaires proches des repas.

Jme garde de déplorer la présence dans ma maison de personnes que j’ai contribué à faire venir au mondeet dont l’existence ajoute sens et saveur à la mienne. Jrelève seulement qu’il m’est beaucoup plus difficile de m’isoler pour travailler chez moi qu’au bureau, et je sais n’être pas seul dans ce cas. Inversement je suis conscient de bénéficier, grâce à mes enfants, d’une alternance forcée des activités qui contribue à mon délassement (si l’on considère, et j’en suis convaincuque changer de fatigue c’est se reposer).

Je tente un résumé résolument tautologique de ma perception : confinés, nous sommes passés d’une configuration à géométrie variable (être seuls/avec d’autres) à une configuration figée (dans mon cas, être avec d’autres en permanence ; d’autres sont seuls tout le temps), et je pense que cette monotonie constitue un défi pour la vie professionnelle (entre autres).

 Matériel

L’ouvrier sans outil a du mal à œuvrer

Sur le plan matériel, la répartition des ordinateurs portables disponibles dans les BU de Clermont s’est étalée sur presque tout le premier mois de confinement : des collègues ont mis du temps à trouver un rythme, à s’assurer qu’ils parvenaient réellement à travailler et à solliciter alors un peu de matériel supplémentaire. Tout ce qui était disponible a été graduellement distribué, et un saut qualitatif majeur a été franchi lorsque l’intégralité de nos dossiers de travail a été migrée vers le « drive » de l’Université : techniquement, tout collègue connecté peut télétravailler. Cette amélioration n’est pas seulement inappréciable, elle est aussi heureusement irréversible !

Elle ne résout pas tout, car au point de vue domestique, la répartition de la ressource informatique est un jeu mathématique amusant. Dans le cas que je connais le mieux, huit utilisateurs dont six réguliers, ayant parfois des obligations dans des créneaux fixés par le monde extérieur (visio du prof, tentative de réunion en ligne, etc.) partagent un ordinateur fixe et trois portables, dont deux fournis par les employeurs, avec trois systèmes d’exploitation différents (Linux, Windows, Apple), sachant que l’utilisation de certains outils un peu frustes (vous connaissez WinIBW pour Linux ?) implique parfois un système précis pour fonctionner de façon optimale, voire pour fonctionner tout court. L’allocation de ces ressources peut être créatrice d’amusants petits problèmes. Par exemple, la webconf’ de 10h00 doit se tenir avec la connexion filaire pour être potable, donc dans le bureau (jusqu’ici tout va bien), mais elle utilise Teams, donc le portable Windows est nettement préférable3. En résumé, le prof de philo immobilise la pièce la mieux isolée, neutralise l’ordinateur fixe Linux déconnecté et mobilise un des portables, sur lequel il m’oblige à installer un truc Microsoft de plus. Autant dire qu’il a intérêt à traiter de sujets totalement essentiels, et à être vachement captivant4.

Au-delà de l’immense plaisir qu’il y a à raconter sa vie sur le web, je fais état de ces mésaventures parce que je les crois très banales. Je considère mon foyer comme correctement doté en matériel et en réseau. Nos tracas quotidiens valident simplement, par le contre-exemple, la condition de base de faisabilité du télétravail : un environnement de travail ergonomique, bien identifié et bien équipé.

Portes ouvertes en enfilade ; Photo prise par Kevin Friery (Source FlickR). Licence Creative Commons, Attribution, pas d’utilisation commerciale

Ce qui marche à moitié, à demi, pas du tout

Avec un mois de recul, tout de même, et d’après mes échanges socialement distanciés avec mes collègues, beaucoup de travaux qui exigent un peu de concentration se sont avérés assez compatibleavec le confinement : lecture, réflexion, écriture ; réflexion sur la recotation de fonds et l’organisation des collections, prévisions de commandes d’ouvrages ; préparation voire tenue des entretiens annuels, travail sur la qualité des données ; et bien sûr l’incontournable veille professionnelle5. L’efficacité peut même être étonnante, et certains jours les ouvrages anciens que j’ai emportés chez moi pour occuper le temps confiné transitent à un rythme réconfortant du carton « à traiter » vers celui des « signalés, à ranger ».

La gestion de dossiers nécessitant le va-et-vient entre plusieurs outils m’a paru nettement moins facile dans mon environnement mouvant : vagabonder entre messagerie électronique, bureautique et imprimante est épuisant quand tout n’est pas au même endroit, et je m’aperçois là encore que je bénéficie au bureau d’un outillage à ma main, dont l’ergonomie n’est pas aisément reconstituée ailleurs. Par exemple, j’ai entamé le confinement par un message de rappel à des docteurs pour le dépôt de leur thèse, mais la gestion des fichiers que j’ai reçus en réponse s’est révélée très usante : je n’ai qu’un seul écran au lieu de deux, télécharger un fichier lourd me prend cinq fois plus de temps, le copie d’un dossier à l’autre aussi, etc.

Quelques activités en lien avec nos utilisateurs restent praticables : les réseaux sociaux prospèrent, les questions posées sur nos guichets numériques reçoivent deréponsesla fourniture de documentation électronique se poursuitLe numérique qui fonctionnait déjà bien fonctionne toujours, c’est rassurant6. Mais le point commun à tous ces travaux est de n’exiger pratiquement aucun échange direct ni, surtout, collectif (et sans doute aussi, malheureusement, d’être pour la majorité des étudiants d’un secours dérisoire). Celles de mes collègues qui se sont attelées à la corrections de bibliographies étudiantes, parfois sans imprimante ni scanner, forcent mon admiration. Après quelques tâtonnements et essais d’échanges par voie numérique, certaines onpris des rendez-vous téléphoniques avec les étudiants pour discuter de leur travail.

En revanche je peux dire nettement, au bout d’un mois, que je ne crois plus aux TCC (télétravaux collectifs confinés)… Toutes les réunions ou tentatives de réunion, quel que soit le logiciel utilisé (cinq ou six ont été testés en un mois par l’un ou l’autre membre de la maisonnée)m’ont paru exiger temps, énergie, moyens et attention à dose massive, pour des résultats décevants. Je vais un peu plus loin : même si je ne suis pas insensible à la cohésion paradoxale qui se révèle à la faveur des isolements personnels, ni aux manifestations de solidarité à l’intérieur des équipes, pour ce qui est de travailler ensemble, je ne vois pas clairement ce que nous arrivons à sauver, à part la répartition pragmatique des tâches en fonction des possibilités de chacun, ce qui n’est déjà pas si mal. Vue de ma fenêtre, l’expérience illustre mieux les limites infranchissables que les possibilités libératrices de l’outil numérique comme moyen de travailler en groupe.

Se réunir de loin n’est pas des plus aisés

Je ne suis ni technophobe, ni rétif à la visioconférence. Je l’ai souvent et volontiers utilisédepuis mon bureau à l’université, avec de bons résultats. Mais quand j’essaie depuis chez moi de discuter avec d’autres depuis chez eux, je mesure la grande qualité de mon matériel professionnel. Lors de toutes mes tentatives de réunion depuis un mois, sans exception, au moins un des participants a rencontré un problème technique gênant l’échange (j’ai moi-même été ce participant une ou deux fois). Il est arrivé que les réglages absorbent entièrement le créneau prévu pour la discussion. Il m’est aussi arrivé qu’une réunion en visioconférence se passe à peu près bien, mais si je ne peux pas être raisonnablement certain que ce sera le cas, il m’est impossible de tabler dessus pour travailler, d’autant que le collectif avance par définition au rythme du plus lentAjoutons les petits inconforts propres à la visio : je dois choisir de regarder mes interlocuteurs en ayant l’air de les ignorer, ou de paraître les regarder alors que je ne les vois pas ; j’ai l’impression de parler du fond d’une piscine, vide ou pleine selon les moments ; je me vois dans la glace au milieu de la réunion… Bref la visioconférence m’est souvent apparu au mieux comme un échec sauvé plutôt que comme un succédané.

Je préfère les moyens qui s’affranchissent carrément de la pseudo-présence : l’entretien téléphonique pour le bilatéral, le tchat pour le collectif. Je ne suis pas certain que le tchat puisse vraiment servir à travailler, mais il est utile pour échanger les nouvelles et les petites informations factuelles. Et surtout, il n’est pas frustrant… Quand je suis saturé d’expérimentations ambitieuses et ratées, lsolidité sans prétention de la basse technologie me repose et me réconforte.

Retour sur un moi confiné

Ma propre compagnie me confronte à moi-même

De façon prévisible, après un mois passé à mon propre contact, je suis plutôt conforté dans mes opinions sur moi-même et mes semblables :

  • Je ne travaille bien que si je fais des choix : cloué chez moi et ne pouvant tout concilier, ce qui pourrait être fait dépassant dix fois le temps disponible, le danger de l’affairement désœuvré devant la boîte mail et les 87 sites web qui ont un lien plus ou moins crédible avec ma vie professionnelle est décuplé. Ce que j’ai une chance de parvenir à faire, c’est ce que j’ai planifié le plus fermement. Le reste, que j’avais l’intention de faire, glisse irrésistiblement d’un jour à l’autre, sous la douce pression des circonstances.

  • J’économistemps et frustration dès que jrenoncà déplorer que mes conditions de travail ne soient pas comme au bureauet que j’ajuste ce que je prévois de faire à ce qui est techniquement à ma portée. Avec un réseau moyen, on ne fait pas une visio. En revanche, avec un téléphone on peut faire un entretien professionnel ; avec des livres et un ordinateur portable, on peut cataloguer (et même en tirer satisfaction).

  • En laissant chacun jauger sa propre situation, et en restant attentif à fournir aux collègues juste l’aide qu’ils demandent, je suis impressionné par l’énergie que je vois se déployer et par ses résultats.

S’il existe un palmarès des portes les plus ouvertes enfoncées en 2020, ce billet est promis à un brillant avenir. Il n’y manque plus l’ immanquable conclusion que l’avisé lecteur aura sans doute formulé plusieurs fois de lui-même, s’il est arrivé jusqu’ici :

Je suis mieux riche et sain que pauvre et maladif.

Portes ouvertes en tous sens… (Photo de John Mason, Glasgow University, source FlickR ; licence Creative Commons, Attribution)
  1. Je ne vais pas filer trop longuement cette métaphore, elle peut vite devenir trrèès loouurde, et ce n’est vraiment pas le moment d’en rajouter dans ce registre: à force de brasser on n’aboutit qu’au vide. []
  2. De source médicale, il semblerait précisément que les virus couronnés soient vicieux. []
  3. J’ai fini par réussir à installer Teams sur mon ordinateur Linux, mais je n’en ai pas encore testé l’utilisation, et je suis encore vaguement inquiet, d’abord faute de recul, ensuite parce que j’ai eu peu d’expériences durablement réussies avec les outils Microsoft. []
  4. Je peux le flatter ici car il ne me lira jamais : il s’en sort très bien. []
  5. À supposer que le vagabondage agacé sur Touitteur puisse porter ce nom, ma veille professionnelle n’a jamais été aussi intense que pendant la première semaine de confinement. []
  6. Et il faut mentionner, pour le saluer, le geste de très nombreux éditeurs qui ont ouvert largement les accès à leur documentation, et le travail des collègues qui ont rendu ces accès opérationnels! []

Confimanagement

Fin de troisième semaine… Il est tentant de faire un petit retour sur « le confinement vu de ma fenêtre ». En l’occurrence, je vais commencer par la fenêtre de l’encadrement.

Mais non, pas par l’encadrement de la fenêtre, voyons, suivez un peu: je tente une métaphore aussi audacieuse qu’originale évoquant le point de vue du cadre sur son activité d’encadrement ; certes, il se trouve que par discipline, j’exerce et observe actuellement cette activité depuis un point de vue – une fenêtre, si l’on veut – situé à domicile. En d’autres termes, j’ouvre une fenêtre sur mon encadrement depuis l’encadrement de ma fenêtre. Est-ce clair ?1

Les décisions de fermeture des services puis de confinement s’étant enchaînées à un rythme très rapide2, l’activité d’animation des équipes s’est instantanément dé-formalisée, si je peux risquer ce néologisme. La première mesure a consisté à faire le tour des uns et des autres, avec les moyens du bord et en recoupant les informations disponibles ici et là (Qui a le numéro perso d’un tel ? Savez-vous pourquoi telle collègue ne répond pas aux messages ? etc.), pour vérifier qui avait la possibilité matérielle de travailler. Au bout de deux semaines, je ne sais pas si l’on peut estimer qu’un rythme de croisière a été atteint. En revanche, ce qui est apparu après quelques jours, c’est que spontanément les collègues cherchaient à avoir des nouvelles les uns des autres, et vérifient comment chacun supporte le confinement, voire trouvent des moyens de reconstituer fugitivement une vie collective.
Dans mon service, une collègue mal pourvue en réseau a proposé un rendez-vous « tchat » utilisant l’outil de l’Université (Rocket). Cet outil avait été testé en 2019, mais sans suite à l’époque, car il n’avait pas tellement d’intérêt pour un service qui pouvait facilement échanger de visu, presque en permanence. Cette fois, sa faible demande en bande passante est un atout évident, et la proposition a rencontré une bonne adhésion de l’équipe. La conversation qui a eu lieu la semaine dernière était complètement décousue, comme le sont souvent les tchats collectifs, mais elle a très efficacement fourni un moment de proximité et de convivialité à une grosse moitié de l’équipe et il a tout naturellement été décidé de réitérer l’expérience, sur un rythme hebdomadaire. Ce qui est intéressant, c’est que la proposition s’est calée sur le créneau habituel du « point info » hebdomadaire du service, et que le rendez-vous en ligne a duré à peu près le même temps (une grosse demi-heure le mardi matin). En revanche, les échanges ont nettement plus porté sur la gastronomie confinée3 que sur la politique de régulation en salle de lecture ou sur les difficultés de connexion au guichet numérique4. Mais après tout, ce point info a été instauré pour discuter des enjeux du quotidien, et pour servir la cohésion de l’équipe. Nous sommes donc en plein dans le sujet.
Au-delà de l’enjeu relationnel, je considère en général que le management se donne pour principal objectif de faciliter, à tous points de vue, le travail de chacun de ses membres ; cet objectif change évidemment de moyens en temps de télétravail confiné ; et revoit fortement ses ambitions à la baisse, soyons honnêtes. En l’occurrence il s’agit, pour l’essentiel, d’optimiser les conditions de travail de collègues qui sont consignés chez eux de façon imprévue. Cela passe essentiellement par deux moyens :

  1. opérer des transferts de documents depuis l’intranet de l’université vers le drive, accessible partout et tout le temps, pour que les tâches dématérialisées restent possibles ;
  2. puis, lorsque c’est compatible avec les exigences de la sécurité, faire passer un peu de matériel (informatique ou documentaire) aux membres de l’équipe qui sont à proximité.

Sur le premier point la semaine qui vient de s’écouler a permis un pas de géant, puisque les partages internes de travail, contenant tous les documents courants de la vie des services, sont synchronisés depuis le 1er avril et rendus disponibles via le drive de l’Université. C’est une large fenêtre de travail qui vient de s’ouvrir !

L’approvisionnement en matériel est nettement plus délicat. En fait, seuls les collègues les plus proches, ceux qui ont eu le temps de faire le déplacement ou se sont manifestés à temps, on pu recevoir du matériel informatique ou éventuellement de la documentation. Ce point peut encore, éventuellement, être corrigé dans les semaines à venir, avec toutes les précautions nécessaires, mais il demande évidemment une certaine organisation.

Reste une partie implicite mais à mes yeux très importante, la nécessité d’équilibrer l’aide fournie à ceux qui ont la possibilité de travailler, et la modération dans les demandes qui leur sont adressées. Cette modération se nourrit de mon expérience personnelle : travailler à domicile est pour moi beaucoup plus difficile qu’au bureau (il y a matière à autre un billet entier là-dessus, donc je ne développe pas : le confinement n’est pas terminé, il faut garder quelques fenêtres pour les semaines à venir).

Par conséquent, si moi, qui suis placé dans des conditions plutôt favorables (j’ai du du matériel informatique correct et un débit de réseau acceptable ; je suis éventuellement autorisé à me déplacer jusqu’à l’université ; beaucoup de mes tâches peuvent être réalisées à distance ou en solitaire), je rencontre des difficultés de matériel, d’organisation et des problèmes de dos, je dois supposer que les problèmes rencontrés par mes collègues sont égaux ou supérieurs aux miens, et insister régulièrement sur la nécessité pour chacun de consacrer au travail le temps qu’il peut raisonnablement lui dédier sans mettre en péril son équilibre personnel ou familial, ou sa bonne santé. Ici comme ailleurs, nécessité fait loi. L’image illustrant ce billet traduit donc, non pas le discours que j’essaie de faire passer, mais celui contre lequel j’essaie de me prémunir, et de préserver mes collègues.

Photo par « H is for home », source FlickR. Licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation commerciale.
  1. Si oui, mes compliments ; sinon, détendez-vous le dos, munissez-vous de votre attestation, allez faire une demi-heure d’exercice physique indispensable dans le proche voisinage pour vous aérer, et reprenez la lecture ensuite en sautant ce paragraphe. []
  2. Pour rappeler brièvement la chronologie : le vendredi 13 mars, après l’allocution présidentielle, nous avions conclu que les services allaient fermer au public mais que le travail interne se poursuivrait. Chacun est donc rentré chez lui « pour le week-end ». C’est le samedi ou le dimanche que consigne a été donnée aux professionnels de rester chez eux, et le lundi, seule l’équipe de direction s’est réunie. La… fenêtre ouverte pour que les uns ou les autres viennent chercher du matériel a donc été étroite. []
  3. Occasion unique de caser le diction du mois : Jamais confit ne ment. []
  4. Pour être tout à fait honnête, ces difficultés avaient fait l’objet d’une bonne douzaine de courriels la semaine précédente, il était donc rassurant qu’elles ne soient plus à l’ordre du jour. []

Du télétravail en BU en temps de crise

Le télétravail, c’est d’abord du travail, c’est-à-dire qu’il s’agit d’ « une activité individuelle ou collective, intentionnelle et non instinctive, s’exerçant sur la nature à travers une succession d’opérations » (Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, PUF). Ce travail s’élabore dans un temps spécifique (asynchrone et synchrone) conditionné par l’outil technologique et dans un espace particulier (généralement l’espace domestique).

A en croire une enquête Malakoff Médéric diligentée en février 2019, près de 30% des salariés travailleraient sur le mode du télétravail, de manière occasionnelle ou régulière. Le phénomène prend effectivement de l’ampleur. Nul doute qu’avec les mouvements sociaux, il ait pris un nouvel essor. Janique Soulié (Laboratoire ClerMa de l’UCA) a dressé une liste de 6 points clefs à suivre pour les Responsables d’équipe, afin de mener à bien une œuvre collective : c’est la règle des 6 C (Cadre ; Communication ; Confiance ; Contrôle ; Cohésion d’équipe ; Collègues non-télétravailleurs). Bien évidemment, cela ne prend tout d’abord son sens que par rapport à un projet bien déterminé et à une stratégie mûrie ; cela suppose ensuite un contexte favorable ; il n’est possible, enfin, de mettre cela pleinement en place qu’avec des collègues motivés et volontaires.

1. La notion de télétravail telle qu’elle était envisagée avant la crise à l’UCA

Il se trouve que c’était un sujet d’actualité à l’UCA.

– La notion de télétravail a naguère fait l’objet d’une discussion et d’un cadrage au sein de l’Université Clermont-Auvergne (Délibération CA 2019-06 du 28 juin 2019). Elle s’appuie sur des textes législatifs et réglementaires bien connus maintenant et publiés entre 2012 et 2017.
– Elle entre bien dans une stratégie qui veut concilier les intérêts du Service public et la prise en compte des risques psycho-sociaux
– Elle n’est applicable qu’aux métiers qui s’y prêtent : cadres instruisant des dossiers, chargés de missions, collègues essentiellement chargés de chaînes de traitement numérique (DUMAS, annales d’examen, voire gestion administrative qui ne nécessite pas de présence physique) … Les métiers d’accueil avaient été délibérément exclus du dispositif.

– A la BU de l’UCA, 3 personnes ont fait une demande en la matière. Et c’est en toute logique que ces demandes émanent des services transversaux que sont la Bibliothèque numérique et la Direction. Deux d’entre elles sont des collègues très spécialisées, travaillant « dans les nues », puisque spécialistes d’Alma (entre autres choses ; Alma est un SIGB en mode SaaS) et la troisième gère la communication et la scénographie à la BU. Les demandes portent sur 1 jour par semaine s’agissant des deux premières et de 2 jours par semaine s’agissant de la troisième.
Il est à noter –j’y insiste- que les 3 personnes en question joignent à une haute technicité une aisance relationnelle certaine, qui font qu’elles conçoivent ce moment de télétravail comme un temps de concentration maximale pour gérer au mieux leurs tâches.
Il faut dire, enfin, que quelques cadres (le Directeur adjoint, le Responsable administratif, moi-même…), pratiquons le mélange des genres sciemment, pour terminer ce qu’il faut terminer, sans cadre puisque ce travail s’effectue à des moments normalement voués au repos. L’ENT est alors notre instrument de travail. Je tiens à dire que l’UCA entend lutter contre cette tendance, qui résulte d’une certaine dose d’indifférenciation entre les différentes fonctions (j’y reviendrai plus bas).
C’est dans ce contexte que la crise du COVID 19 nous astreint à un confinement et qu’il faut imaginer de faire travailler 110 personnes dont 107 n’étaient pas volontaires (100 si on excepte les cadres qui pratiquent de facto le télétravail « sauvage » non recommandé).

2. Les conditions externes

Pour imaginer que le télétravail domestique soit généralisé, il faut examiner les conditions externes qui doivent prévaloir. Elles sont de quatre types :

>avoir du débit chez soi. Nous sommes en Auvergne et mes collègues n’habitent pas tous dans une métropole bien irriguée en la matière ; en outre, sur la métropole clermontoise, le réseau peut à certains moments « ramer » (Ah ! Les ravages de Netflix…)

>avoir des outils à la hauteur de l’enjeu. C’est le point fort des universités, incontestablement. Nous avons une équipe technique, avec de nombreux ingénieurs compétents et réactifs. Et l’ENT universitaire est autrement plus costaud que l’ENT académique…

>avoir le matériel sécurisé fourni. Hormis les services de type Alma (Saas), les SI « régaliens » comme la brique RH ou la brique financière sont à préserver absolument de toute attaque. J’ai personnellement demandé deux PC portables sécurisés pour le service : le traitement de la demande est en cours.

>gérer le problème du déplacement. Pour l’instant, je suis le seul à être habilité à me déplacer. Je vais faire la demande aussi pour mon adjoint. Inutile de dire que je ne vais pas faire la navette en Auvergne pour desservir en matériel informatique les collègues : le confinement décrété hier 16 mars me l’interdit.

Ces problèmes ne sont donc pas minces. Restent à considérer maintenant la situation des agents.

3. Les conditions internes

Comme nous l’avons vu, les personnels concernés par le télétravail en temps normal sont des collègues qui ne sont pas tributaires de l’activité physique des BU (public, réception des commandes, gestion du matériel informatique, bans de numérisation…). Quand bien même les autres seraient intéressés par le télétravail en temps de crise, il leur faudrait avoir en tête les points suivants.

 

>avoir une grande capacité à jongler avec le numérique. Nécessairement.
La vie moderne cependant le requiert. Et ce n’est pas tant l’aspect technique qui m’importe ici que la fusion des différentes identités qui nous composent : identité intime (correspondance numérique, réseaux sociaux personnels) ; identité associative et/ou militante ; identité professionnelle. Il est demandé en l’occurrence de savoir très vite passer de l’une à l’autre, en adoptant immédiatement le ton qui sied.

>avoir un écran disponible.
C’est l’aspect économique et social que je veux convoquer ici. Dans certains foyers, chacun a un véritable écran, ce qui permet à tous les occupants d’un appartement ou d’une maison de pouvoir gérer au mieux ses impératifs. D’autres n’ont pas cette chance. Car, avec la fermeture des écoles, universités, usines, commerces…, il faut trouver une organisation domestique pratique, tout en ne négligeant pas les interactions sociales à distance, cruciales pour ne pas se sentir isolés.

>avoir du temps et de l’espace.
En temps de crise, faire ses courses prend deux fois plus de temps. Pour peu que l’on ait charge de famille, l’organisation domestique, le suivi des devoirs accaparent encore un peu plus. Cette question du temps –un temps bien calibré et à vocation purement professionnelle- est cruciale. Je n’aurais garde d’oublier la question spatiale : si la cuisine-séjour fait également bureau pour toute la famille, la gestion des moments consacrés au travail sera rendue plus ardue.

4. Et pourtant…

Et pourtant, la gestion volontairement décentralisée de la BU de l’UCA montre en ce moment de crise sa résistance : presque toutes les BU ont un compte social propre, ce qui leur permet et de partager les publications du compte générique « BU UCA » et de créer leurs actualités pour demeurer en contact.

Autre point intéressant, les initiatives au sein de chaque BU pour maintenir le contact : Tel pense à voir ses collègues de Santé par Skype, telle autre invite ses collègues de Sciences à faire des propositions et donc les implique dans l’organisation à venir. Je cite un de ses messages :
« Je vous propose d’occuper cette première semaine de confinement en réfléchissant à une façon de garder le lien au sein de l’équipe : lien professionnel ou non. Dans notre quotidien à la BU, vous êtes nombreux à faire part de vos idées ou remarques. Aussi, dans ce contexte, je compte particulièrement sur vos diverses propositions et riches idées pour maintenir le lien entre nous ! Pour ceux qui le souhaitent, vous pouvez donner des idées quelles qu’elles soient sur ce document collaboratif en ligne ou par mail ». Tel autre indique vouloir faire un travail d’indexation intellectuel de ressources en ligne. D’autres veulent faire du travail qualité sous Winibw…

Enfin, un certain nombre de collègues ont pris soin de venir chercher des dossiers ou du matériel pour vaille que vaille continuer à répondre aux enseignants, aux étudiants et aux services centraux. D’autres, à distance, assurent la continuité des services numériques.

En conclusion, il n’est pas inintéressant de reprendre les points avancés par Janique Soulié dans son article. Il n’est pas possible d’avoir des obligations de résultats, au regard des obligations de moyens qui incombent à l’Etat. Ceci étant dit, par la Confiance, la Communication et la Cohésion d’équipe, nous espérons faire au mieux et inclure celles et ceux (quelle que soit leur catégorie A, B, C) qui veulent et peuvent être utiles. Les autres, légitimement, seront en Autorisation spéciale d’absence, s’ils ne sont pas souffrants.

La parole est aux usagers via notre guichet unique OTRS, que nous mettons en avant en ces temps de crise…

Open access : Encore une année record à l’UCA

Autocollants HAL UCA
Des autocollants pour promouvoir le Portail HAL de l’UCA.

Presque 18 000 textes accessibles librement sur le Portail HAL de l’UCA !

Aujourd’hui, sur l’ensemble du Portail HAL de l’UCA, tout type de production confondu, 17 957 textes, soit 37,8 % de la collection, sont à présent consultables en libre accès[1]. Cela représente une augmentation de 24 % par rapport à l’année dernière où l’on comptabilisait un accès libre à 14 463 textes intégraux.

Le nombre de productions scientifiques référencées annuellement dans HAL est lui aussi en croissance. En effet, à cette même période de 2019, seules 2 518 références bibliographiques de 2018 étaient saisies dans HAL, contre 3 484 aujourd’hui pour 2019. L’intérêt pour la science ouverte et la prise en main de HAL par les chercheur·euses se reflète dans les chiffres.

Plus spécifiquement, le libre accès aux articles de revue, là où la loi pour une République Numérique permet une diffusion sur HAL, a lui aussi augmenté sur les références de 2019. 53 % des articles de 2019 sont en effet en libre accès sur le Portail HAL de l’UCA, contre 50 % en 2018 à cette même période du bilan de début d’année.

Enfin, le nombre de dépôts rétroactifs dans HAL a lui aussi largement augmenté. 7 310 références bibliographiques de tout type avaient en effet été saisies en 2018 contre 9 797 cette année. Parmi ces références, 1 775 étaient accompagnées d’un dépôt de fichier directement dans HAL en 2018, contre 2 139 en 2019, soit une augmentation de 20,5 %.

A suivre en 2020, où l’on atteindra peut-être la barre symbolique des
10 000 saisies dans HAL.

Protocole accord HALParallèlement, 20 laboratoires de l’université sont aujourd’hui signataires du Protocole d’accord HAL, document qui engage à aller vers la science ouverte via la prise en main de HAL. En 2019, les équipes de la Bibliothèque ont ainsi pu former 100 personnes à l’utilisation de HAL (78 EC et 22 doctorant·es) et 443 aux questions de la science ouverte (286 EC et 157 doctorant·es).

L’UCA a également accueilli en novembre dernier des intervenant·es venus présenter de nouveaux modes d’édition en open access (Episciences.org, Peer Community in, le centre Mersenne et le POLEN). Plus de 80 personnes, dont une majorité d’enseignant·es-chercheur·euses et de doctorant·es étaient présent·es.

Une nouvelle feuille de route pour la science ouverte en 2020

“Randonnée pédestre, Sentier, Aventure”, publié par Free-Photos sur Pixabay (Licence CC0 Public Domain, libre pour usage commercial, pas d’attribution requise)

Un fonds UCA pour la science ouverte de 29 000 € a tout d’abord été voté à la Commission de la recherche. Celui-ci permettra de développer plusieurs projets :

  • communication sur la science ouverte, organisation de manifestations et de formations,
  • adhésion/participation à des plateformes éditoriales en accès ouvert,
  • soutien et développement de la pépinière de revues en accès libre gérées par le POLEN et la Bibliothèque Universitaire en vue de l’adhésion à Open Edition Journals,
  • amélioration de la qualité éditoriale des revues POLEN publiées,
  • étude d’une piste pour aider les Presses universitaires Blaise Pascal à passer en open access,
  • soutien à l’appel à projets du Comité pour la science ouverte (50 % établissement / 50 % fonds national).

L’UCA souhaite aussi responsabiliser les laboratoires en matière d’APC (article processing charges, frais demandés parfois à l’auteur·rice pour publier en open access) et le rejet du modèle hybride (revues sous abonnement qui proposent un open access payant pour des articles individuels). L’idée est d’encourager les publications en libre accès vers de nouveaux modèles sans APC et de poursuivre la sensibilisation et l’accompagnement des laboratoires au dépôt dans HAL.

Concernant l’ouverture et le partage des données de la recherche, l’UCA a également mis en place un groupe de travail afin de proposer ensuite plusieurs services en corrélation avec ce qui est mené au sein des autres établissements de la recherche. L’université souhaite ainsi proposer, courant 2020, un « guichet unique » pour accompagner les unités sur l’ensemble des questions liées au stockage et au partage des données de la recherche.

« L’objectif à 5 ans est de permettre à tout acteur·rice local·e de la science de disposer des services pertinents pour rendre ses publications et ses données disponibles en libre accès tout en protégeant sa contribution à leur production. »

Une politique science ouverte est également inscrite dans le schéma stratégique scientifique de l’UC2A afin de mener des actions autour de l’accès libre aux publications et de proposer une offre de service pour le stockage et le partage des données de la science. Un groupe de travail est déjà en place afin de mener des actions communes dans la formation des chercheur·euses et doctorant·es.

Enfin, pour être en accord avec les principes de la science ouverte, l’université a également mis en place un groupe de travail afin de repenser les méthodes d’évaluation des chercheur·euses et de la recherche scientifique, en accord avec les principes de la Déclaration de San Francisco, signée en 2018 par l’UCA et des engagements pris dans le cadre du label HRS4R (Human Resources Strategy for Researchers) :

  • établir des recommandations et une charte pour le recrutement, la promotion des EC et l’évaluation des projets internes,
  • sensibiliser la communauté scientifique sur l’importance du contenu scientifique d’un article, plutôt qu’à celle des indicateurs de publication.

L’année 2020 prévoit ainsi des projets riches et variés pour développer encore la politique de science ouverte de l’UCA et pérenniser les actions déjà menées à bien.

[1]Dépôt de fichier dans HAL avec ou sans embargo, lien vers éditeur en open access, lien vers arXiv, lien vers PubMed Central ou lien vers ISTEX.

Open access : quels nouveaux outils pour publier ?

Le jeudi 7 novembre 2019, l’Université Clermont Auvergne et associés a organisé une matinée d’étude consacrée aux nouveaux outils de publication en open access. Les intervenant·es étaient invité·es à présenter leurs outils et services innovants, en faveur de l’édition scientifique en libre-accès.

Retrouvez les vidéos, supports et posters des interventions en ligne

Valérie Legué, Chargée de mission « Promouvoir la science Ouverte » (UCA), a introduit la matinée en rappelant le contexte actuel de l’édition scientifique.

« L’accès aux publications, et désormais les frais de publication en open access, poursuivent leur inflation alors que les institutions voient leurs budgets en baisse. Au-delà du problème économique, l’intégrité de la science et la façon de l’évaluer sont désormais en question.

Dans ce débat fondamental, de nouveaux modèles et de nouveaux outils permettent de s’éloigner d’un modèle unique au profit d’une bibliodiversité plus saine et d’éviter que le modèle auteur-payeur ne devienne le nouveau modèle économique exclusif. Leur point commun, quelle que soit la discipline, est de remettre l’évaluation par les pairs au cœur du processus et de reposer directement sur la communauté scientifique. »

Raphaël Tournoy, Responsable du projet Episciences (CCSD), a tout d’abord présenté Episciences.org, une plateforme d’épi-revues.

« Episciences.org marie de façon innovante les deux voies du libre-accès : la voie dorée par l’hébergement de revues en open access (épi-revues) et la voie verte puisque le processus de soumission des articles se fait par un dépôt dans une archive ouverte.

Les comités éditoriaux des épi-revues organisent l’activité d’évaluation et de discussion scientifique des prépublications soumises ou sélectionnées. Les épi-revues peuvent ainsi être considérées comme une « sur-couche » (overlay) aux archives ouvertes ; elles y apportent une valeur ajoutée en apposant la caution scientifique d’un comité éditorial à chaque article validé.

Les objectifs sont de réaliser des revues à moindre coût et de mettre en œuvre le libre-accès aux versions électroniques des articles. Les épi-revues peuvent être soit des nouveaux titres, soit des titres existants dont la politique d’accès permet de se joindre à la plateforme. La plateforme Episciences.org accueille des épirevues de toutes disciplines scientifiques. »

Plus d’informations sur Episciences.org

Thomas Guillemaud présente Peer Community in.

C’est ensuite Peer Community in qui a été présenté par son co-fondateur, Thomas Guillemaud, Directeur de recherche (INRA).

« Peer Community in (PCI) vise à créer des communautés spécifiques d’éditeurs qui organisent l’évaluation et recommandent gratuitement des preprints dans leur domaine (des articles non publiés dans des journaux et déposés dans des archives ouvertes comme arXiv.org et bioRxiv.org) pour les rendre complets, fiables et citables, sans qu’il soit nécessaire de les publier dans des journaux  » traditionnels  » (même si les auteurs peuvent ensuite soumettre leurs preprints recommandés à des journaux).

Lorsqu’un éditeur décide de recommander un preprint, il rédige un texte de recommandation qui est publié avec toute la correspondance éditoriale (reviews, décisions de l’éditeur, réponses des auteurs) par la PCI.

La première PCI a été lancée en 2017 : PCI Evolutionary Biology (PCI Evol Biol). Plus de 700 collègues ont déjà rejoint PCI Evol Biol, PCI Paleontology, PCI Ecology, PCI Animal Science et PCI Entomology. PCI Genomics et PCI Registered Reports devraient ouvrir prochainement. »

Plus d’informations sur Peer Community in

Emmanuel Royer, Directeur adjoint scientifique de l’Institut national des sciences mathématiques et de leurs interactions (CNRS), a ensuite présenté le système des publications diamant en mathématiques du centre Mersenne.

« Le centre Mersenne est une plateforme d’édition en libre-accès pour les publications scientifiques. Il vise à promouvoir l’édition scientifique en libre-accès et à fournir aux scientifiques les outils pour la réaliser. » La publication diamant offre ainsi un système de publication à la fois gratuit pour le lecteur et pour les auteurs.

Plus d’informations sur le centre Mersenne

Enfin, Jessica Leyrit, Administratrice du Portail HAL de l’UCA, a présenté les services du Pôle éditorial numérique de l’UCA, dirigé par Françoise Le Borgne.

« À travers le Pôle éditorial numérique (POLEN), l’UCA soutient l’open access en accompagnant les directeurs de revues dans l’élaboration de leur revue numérique ou la numérisation de leur revue papier. Les équipes du POLEN leur proposent les services éditoriaux les plus adaptés à leurs besoins mais aussi des conseils visant à donner à leur publication la plus grande crédibilité possible pour lui permettre d’être diffusée à terme sur OpenEdition Journals ou une autre plateforme de diffusion de revues en libre-accès. »

Plus d’informations sur le Pôle éditorial numérique de l’UCA

Cette matinée, qui s’inscrivait dans le cadre de l’Open access week annuelle, a rassemblé plus de quatre-vingt personnes, dont une majorité d’enseignant·es-chercheur·euses et de doctorant·es, un franc succès !

La fin des abonnements

Squelette de T-Rex conservé à Chicago
Tyrannosaurus Relx (?), Field Museum of Natural History, Chicago. Cliché par Tai Toh ; publié sur FlickR sous licence Creative Commons : attribution ; pas d’utilisation commerciale.

Voilà quatre ans que nous pistons tant bien que mal la dépense annuelle de Clermont en frais de traitement d’article (ou APC = article processing charges). Le résultat a d’abord été assez approximatif, mais le travail d’enquête lui-même, puis l’aide conjuguée de l’équipe Couperin dédiée et des services financiers de l’Université ont permis de gagner en précision, et de compléter notre tableau en y ajoutant les dépenses des UMR clermontoises.

Les APC repérés dans l’ensemble des établissements participants aux enquêtes sont publiés par Couperin sur le site Open APC, qui permet d’avoir une idée globale de ce qui est en train de se passer. Je ne commente ici que les chiffres qui concernent Clermont et qui, à titre d’échantillon, en valent d’autres.

Trois points de méthode pour les collègues qui voudraient pister leur propre dépenses :

    1. Contacter Couperin, qui a élaboré des procédures d’extraction adaptées aux différents logiciels de gestion financière.
    2. Demander poliment leur aide aux administrateurs du système de gestion financière : les extractions à opérer utilisent d’une part le code qui désigne les frais de publication, d’autre part les numéros d’identification des éditeurs pratiquant les APC, pour ne pas laisser échapper d’information.
    3. Re-contacter Couperin pour la vérification : les données extraites du système financier nécessitent un raffinage manuel assez minutieux, visant à ne conserver que les dépenses en APC et à identifier les publications auxquelles ils renvoient. Les outils de travail (notamment bibliométriques) dont dispose Couperin pour ce faire donnent un résultat beaucoup plus fiable que nos tentatives locales1.

Voici maintenant ce que donne la mise en perspective des années 2015 et 2017, celles pour lesquelles nous avons pu avoir des chiffres globaux grâce à l’enquête nationale.

Organisme Dépense 2015
(nombre de publications)
Dépense 2017
(nombre de publications)
Univ. Clermont Auv. 24 811 € (16)  46 488 € (28)
CNRS 15 016 € (16) 25 683 € (19)
INSERM 7 922 € (3) 17 753 € (9)
INRA  non connu 12 341 € (8)
TOTAL 47 749 € (35) 102 265 € (64)

 

La tendance globale ne surprendra personne, elle frappe quand même par sa rapidité. Entre 2015 et 2017 :

      • le montant dépensé en frais de publications d’articles (mode auteur-payeur) a augmenté de 87 %. Les chiffres 2016, extraits localement, dont je dispose sont cohérents avec cette tendance : le montant, calculé pour la seule université, atteint 33 595 €. Ce qui nous donne 35 % d’augmentation en 2016, et encore 38 % en 2017. La pente est raide !
      • le nombre d’articles publiés a crû de 60 % (sans tenir compte de l’INRA, dont les chiffres pour 2015 ne sont pas disponibles)
      • le montant moyen des APC a augmenté de 18 %.
      • Un point rassurant : les alertes portant sur le modèle hybride2 semblent efficaces : cette dépense ne progresse pas, et en 2017, seuls deux articles (publiés chez Elsevier) relèvent de ce modèle. C’est encore trop, bien sûr…

Au passage, les enquêtes nous ont aussi permis d’identifier des montants non négligeables de frais de publication pour des articles en accès payant dans des revues sous abonnement ! Certains éditeurs trouvent désormais naturel de faire payer la soumission d’article, la présence de figures ou de tableaux, et je m’étonne qu’ils n’aient pas encore songé à facturer les caractères accentués, les lettres non-latines ou les espaces typographiques.

Mais je m’égare, et je risque de leur donner des idées… Revenons aux APC.

Pour résumer : en 2017, la dépense en APC de l’Université Clermont Auvergne (près de 50 000 €) atteint le montant d’un gros abonnement. Si l’on raisonne en dépense globale liée aux publications scientifiques3, on notera qu’en se désabonnant coup sur coup de deux bouquets très coûteux (Wiley en 2017, Springer en 2018), l’UCA a réalisé une solide économie — 100 000 € la première année, 70 000 € la seconde — et s’est offert un petit ballon d’air. Mais combien d’établissements ont effectué la même opération pour financer la transition vers le libre accès, et combien d’autres prolongent la rente des abonnements tout en parrainant de leurs deniers la naissance du nouveau modèle auteur-payeur ?

Pour rester en Auvergne et regarder vers l’avenir… Qu’y a-t-il encore comme abonnement sur lequel nous pourrions économiser désormais, pour hâter le très désirable avènement du libre accès universel ? Voyons, je cherche, aidez-moi, je cherche un abonnement arrivant à échéance fin 2018, auprès d’un grand groupe d’édition, de préférence pratiquant les APC, suffisamment coûteux pour constituer une source d’économies substantielles. Je cherche un éditeur qui bénéficierait d’une situation un peu semblable à Wiley et Springer, si possible avec plus de poids financier. Un éditeur qui aurait largement bénéficié de la rente des abonnements, et avec qui la communauté scientifique pourrait sans remord rompre un contrat désormais dépassé ?

En relisant mes réflexions lors de la dernière négociation avec Elsevier-RELX4 en 2013, je ne vois qu’une seule correction à y apporter : la suppression des scénarios 3 et 4, supposant une possible continuation du contrat. Aujourd’hui, après 5 ans de dépense démentielle, la seule issue qui soit envisageable, la seule qui soit concevable, la seule praticable, est la fin du contrat et la redéfinition unilatérale du montant que nous sommes prêts à dépenser en faveur de cet éditeur. Nous l’avons fait pour deux big deals, c’est possible et indispensable pour le troisième.

Le temps des abonnements a assez duré. La communauté scientifique a déjà commencé, volens nolens, à financer un nouveau système qui voit de nouveaux éditeurs entrer en activité, sans empêcher les anciens de rester dans le jeu s’ils savent s’y prendre. Elle développe des plates-formes de publication institutionnelles saines5, diversifiées, et empêchant la captation sans contrepartie du travail d’expertise scientifique accompli bénévolement par les chercheurs. Elle alimente depuis des décennies des dépôts d’archives ouvertes qui constituent une alternative d’accès parfaitement viable. En France, elle a constitué à grands frais une bibliothèque numérique nationale richissime. Depuis plusieurs années elle remet en question ses modes d’évaluation, la racine du problème, et dénonce explicitement l’usage du facteur d’impact comme outil de gestion scientifique6. Désormais, la perpétuation routinière d’un abonnement coûteux et inefficace fait directement obstacle à la bascule vers le libre accès et la bibliodiversité. Une occasion unique se présente de ramener les dépenses d’abonnements de la communauté scientifique à un niveau compatible avec le sain déroulement de l’activité scientifique.

Ça pourrait s’appeler…

le RELXIT.

 

 

  1. Au passage, donc, merci à l’équipe pour ce précieux travail ! []
  2. Ce modèle scandaleux consistant à payer pour la diffusion en libre accès d’un article isolé dans une revue sous abonnement… []
  3. Bien sûr, les budgets ponctionnés sont distribués différemment, mais du point de vue de l’établissement, il n’y a aucune différence []
  4. Je trouve au nouveau nom du groupe, RELX, une saveur tout à fait prometteuse : l’Editosaurus Relx, malgré sa proverbiale férocité prédatrice, est voué comme les autres dinosaures à une tragique et inéluctable extinction, face à des changements environnementaux trop rapides pour lui permettre de s’y adapter. []
  5. Voir OpenEditions, Episciences, Cedram, et les plates-formes des universités de Bordeaux, Clermont, Nice []
  6. À noter : l’Université Clermont Auvergne est signataire de la déclaration de San Francisco et de l’Appel de Jussieu []

Expérimenter les humanités numéraires

Photo Michael Dales (Creative Commons, Attribution, Pas d'utilisation commerciale)
Photo Michael Dales (Creative Commons, Attribution, Pas d’utilisation commerciale)

Rien de sert de courir, cela ne sert à rien

En vertu de cette quasi-classique devise1 j’assume la relative inactualité de ce billet, qui prend prétexte d’une parution vieille de deux mois2.

Le recueil de contributions Expérimenter les humanités numériques est paru en ligne le 1er octobre 2017. Les commentaires qui l’ont célébré ont désormais sombré, avec leur cargaison d’arobases et de dièses, dans le tréfonds de l’océan atlantweeque. Dès le 2 octobre, Lully, dans un billet, retraçait sa genèse, et j’y ai bien reconnu mes propres impressions. Je ne vais donc pas répéter ce qu’il a très bien écrit. Ce que je vais exposer ici, ce sont mes petits états d’âme à l’issue d’une première expérience de publication en libre accès, voie dorée, mode auteur-payeur.

Mes premières impressions à compte d’auteur !

Si je dois décevoir, autant le faire vite : ce billet n’est pas un déchirant cri de révolte contre un système d’édition dévoyé dont j’aurais été la victime. Même en passant sous silence la qualité du travail éditorial (dont les éditeurs commerciaux les plus rapaces sont capables aussi), et à supposer que le montant que nous avons payé permette à l’éditeur de dégager un bénéfice (?), l’argent versé n’est certes pas allé engraisser des parasites indifférents à la vie scientifique. D’ailleurs, l’éditeur m’a proposé de me communiquer toutes les informations relatives aux coûts de production3, ce qui permettra à chacun de se faire une idée. Enfin, en tant que coordinateur de l’ouvrage, j’ai signé un contrat, ce à quoi rien ne m’obligeait, la pression à la publication étant inexistante dans ma profession.

Mon propos n’est donc pas la dénonciation bébête et autosatisfaite d’un impitoyable système d’édition par lequel, en l’occurrence, nous ne sommes pas passés. Ce billet est à la fois (je crois) plus respectueux de l’éditeur et (je crains) plus radical :

C’était ma première publication en libre accès-voie-dorée-auteur-payeur. Je suis heureux de l’expérience, mais elle m’a aussi paru aussi dérangeante à plusieurs points de vue. C’est cet inconfort que je voudrais partager ici.

Restons factuels, pour commencer : la publication de l’ouvrage a coûté un peu moins de 5000 €, répartis inégalement entre les institutions qui hébergeaient trois des quatre coordinateurs4 ; le quatrième a sollicité une aide qu’il n’a finalement pu obtenir.

Cet ouvrage s’inscrit donc indiscutablement dans la catégorie des publications « auteur-payeur », et j’en ai éprouvé un bref malaise, je viens de le dire. Honnêtement, rien à voir avec une pudeur de sainte Nitouche devant des questions d’argent : les budgets font partie des questions dont je m’occupe tous les jours sans état d’âme, cela fait partie de mes attributions en tant que responsable d’un service. D’ailleurs, si l’on tient à être regardant, s’agissant d’un recueil de contributions, on peut extraire à la va-vite des APC5 fictifs. Rapportons la dépense au nombre de chapitres : 12 chapitres, 5000 €, soit des APC moyens autour de 420 €6. En admettant qu’un recueil puisse être assimilé à un fascicule de revue, avec un tel tarif l’éditeur se situerait très bas dans la fourchette des frais de publication. C’est d’ailleurs cohérent avec l’univers disciplinaire et économique des humanités, où les tarifs restent modérés et les démarches prédatrices, inexistantes. Donc, aucun abus.

Pour évacuer tous les faux problèmes à la fois, au moins trois éléments ont rendu le processus à peu près indolore en l’occurrence.

  1. La recherche des fonds n’a pas été ardue. L’un de nous a obtenu de son institution un financement généreux, qui nous a épargné une quête laborieuse.
  2. Seuls les coordinateurs de l’ouvrage se sont préoccupés de finances. Les auteurs, quant à eux, n’ont pas eu à le faire. Certains ignorent sans doute que la publication s’est faite en mode auteur-payeur, ce que je considère comme une excellente chose.
  3. Nous avons travaillé pendant pratiquement deux ans sans autre souci que de relire, d’améliorer et d’organiser le plus rigoureusement possible nos chapitres, de rédiger notre introduction, de dialoguer avec les auteurs puis, dans une seconde phase, d’organiser les échanges entre éditeur et auteurs, bref, sans viser autre chose que la qualité. C’est dans la dernière ligne droite, une fois le volume accepté, que les questions financières se sont posées.

Bon bon, alors où est mon problème ?

Je peux le formuler comme ceci : au terme d’un processus éditorial dont je reconnais l’efficacité, la bonne tenue scientifique et la sobriété économique, il me reste un scrupule, celui, passez-moi l’expression, d’avoir eu de la chance d’être financé. C’est dans le cadre de mes fonctions que j’ai écrit, relu, critiqué, amendé des contributions, que j’ai co-rédigé l’introduction et préparé la publication. Ce travail était donc financé par mon salaire. Or au stade ultime – et déterminant – de la publication, si l’on échoue à injecter, dans ce circuit déjà financé, un apport financier spécifique, tout le travail qui précède se trouve stérilisé.

Ça me chiffonne. Précisément, ça me chiffonne pour deux raisons.

  1. par principe ;
  2. et en l’occurrence parce que je n’ai pas vu de circuit naturel de financement qui ait balisé l’étape de la publication aussi logiquement que celles qui l’ont précédée. Le financement m’a fait l’effet d’un Cresus ex machina. Que se serait-il passé si Z’euros n’étaient pas arrivés ?

À cheval sur les principes

J’ai souvent entendu des chercheurs formuler un malaise au sujet du modèle auteur-payeur (certaines communautés s’y opposent carrément, les mathématiciens par exemple). Je ne pouvais pas m’empêcher d’y voir une espèce de pudibonderie mal placée. Amende honorable : ayant parcouru moi-même la chaîne de bout en bout, je vois plus précisément ce qui gêne aux entournures. Dans la mesure où les sommes sont modestes, ce n’est qu’un problème de principe, mais j’ai prévenu que mon propos était radical, on ne sera donc pas surpris qu’il chevauche ce genre de monture. Le problème se ramène à une question, tranchante comme un rasoir de QOAM : dès lors qu’une contrainte autre que scientifique s’introduit dans le processus, comment être sûr que la qualité scientifique n’en souffre pas ? Je vais surjouer un peu le déontologue sourcilleux en accumoncelant sans trop réfléchir les agents perturbateurs :

  • Du côté des institutions de recherche, le problème se situe évidemment du côté des possibilité de financement, avec le risque que des travaux scientifiques valides soient retardés ou empêchés de paraître pour des raisons économiques.
  • Du côté des éditeurs, le risque s’illustre dans les deux cas-limites bien connus : l’éditeur (dit « prédateur ») qui ne se préoccupe QUE de son chiffre d’affaires et néglige la validation scientifique ; et l’éditeur dominant qui facture 3500 dollars par article parce que la notoriété de ses revues le lui permet ;
  • Du côté de l’auteur, le besoin d’être publié7 comporte un risque accru de bâcler-tronçonner-frauder-plagier, et d’être peu regardant sur la validation scientifique. Le modèle auteur-payeur ne crée pas ce problème, mais il peut l’aggraver parce qu’il crée les conditions d’une complicité et d’un entraînement mutuel entre deux facteurs non-scientifiques (besoin d’être publié, besoin financier). Avec un même risque : que ce soit le paiement, et non plus la validation scientifique, qui déclenche la publication.

Z’euro(s) est arrivé

Au-delà de mes petits vertiges déontologiques, un point très précis a participé à mon embarras : en tant que conservateur de bibliothèque, à la différence des enseignants chercheurs, je n’ai pas d’interlocuteur naturel pour faire financer une publication (soit dit sans préjuger du résultat de la demande, bien sûr : un chercheur peut très bien solliciter en vain un financement, je suppose que c’est… monnaie courante). Sans surprise, c’est d’une structure de recherche qu’est venu l’essentiel des sommes nécessaires. Et il faut reconnaître qu’il n’était pas acquis d’avance que nous soyons financés. Toutes nos institutions ont été sollicitées, mais leur capacités de financement, leur santé économique et leur circuit de décision sur de telles questions sont très disparates.

Je n’écris pas cela pour vous faire vibrer d’indignation à la pensée que le produit de notre génie collectif aurait pu rester tragiquement ignoré pour de basses raisons financières. Simplement pour illustrer les incertitudes et les risques d’un circuit mondial d’édition qui se cherche et tâtonne encore. Avec le danger d’aboutir à une situation où, si on veut pouvoir être sûr de publier en libre accès, il faut faire attention à avoir un auteur principal bien financé !

L’appel

Dans un prochain billet, je nourrirai ma réflexion par quelques éléments financiers plus précis. En attendant, à quoi tend ce billet ? Au fond, toujours à la même conclusion :

  • puisque la forme privilégiée de contribution scientifique, aujourd’hui, est l’article (le chapitre d’ouvrage en est une variante).
  • puisque le numérique facilite la publication de ce type de contribution au fil de l’eau, dans des infrastructures ad hoc, appuyées sur des institutions de recherche.
  • puisque de telles plates-formes sont en train de se multiplier : Episciences, Mathdoc, SciPost, revues.org etc., et plus modestement des sites locaux comme Revel, Polen, et la plate-forme que Bordeaux vient de lancer ;

Utilisons-les, et développons-les. Les autres systèmes existent, et sont intéressants, et efficaces, et défendables. Mais les plates-formes institutionnelles, dans leur simplicité un peu fruste, me semblent celles qui concilient le moins mal simplicité fonctionnelle, intégrité scientifique et gratuité économique.

Difficile de conclure autrement qu’en citant l’appel de Jussieu (art. 8)

Priorité doit être donnée aux modèles économiques de publication qui n’impliquent le paiement ni par les auteurs pour publier, ni par les lecteurs pour accéder aux textes.

 

P.S. Les états d’âme ici étalés n’engagent que ma petite personne et n’enlèvent rien à l’intérêt de l’ouvrage qui leur a servi de prétexte. Le fait que le monde entier puisse, aujourd’hui, le lire gratuitement et en ligne reste un grand motif de satisfaction.

 

 

 

 

 

  1. Avec mes hommages et excuses à La Fontaine []
  2. … et constitue la première distillation de l’Alambic depuis presque un an ! []
  3. Je publierai un second billet à ce sujet. []
  4. L’Université de Luxembourg et l’Université Clermont Auvergne. Je ne détaille pas la répartition, disons évasivement que nous sommes très reconnaissants au monde francophone pour cette publication ;-). []
  5. Article processing charges, ou « frais de traitement d’article » pour ceux qui arriveraient d’une galaxie où le jargon de l’Open Access est encore inusité. []
  6. Je ne compte pas l’introduction, en vertu de l’universel théorème des boutiques, Il y en a un peu plus, je vous le mets, qui permet d’arrondir le calcul et les fins de mois. []
  7. Je fait l’impasse sur l’exaspérant triplet anglais qui le désigne, il est rabâché jusqu’à l’écœurement. []

Ma BU pour une tablette

Agenda, Ipad, Ecrire, Blog
« Agenda, Ipad, Ecrire, Blog », publié par Edar sur Pixabay (Licence CC0 Public Domain, libre pour usage commercial, pas d’attribution requise)

Dans le courant du mois d’octobre 2013, la Bibliothèque Universitaire des Cézeaux (Sciences, Technologies, STAPS), membre du réseau Bibliothèque Clermont Université (63), a mis à la disposition de ses lecteurs, en même temps que la Bibliothèque Universitaire de Santé et que la Bibliothèque Universitaire de Droit, Economie, Management, des tablettes numériques. Deux ans plus tard, de petits PC portables sont venus rejoindre la flotte d’appareils nomades, sur les Cézeaux seulement cette fois-ci.

Retour sur trois ans d’expérimentation.

2013 : T-Day, les tablettes débarquent à la BU

Etat de notre flotte en octobre 2013 : 5 tablettes => deux iPad 2 et trois Samsung Galaxy Tab 2

Etat de notre flotte en septembre 2014 : 7 tablettes => deux iPad 2, trois Samsung Galaxy Tab 2 et deux Samsung Galaxy Tab 3

Parlons peu, parlons procédure (parce que vous êtes fonctionnaires et que vous adorez ça)

Le prêt de tablettes s’est fait à tâtons car peu d’expériences similaires avaient été menées au sein des bibliothèques universitaires françaises lorsque nous avons lancé le projet.

Nous souhaitions que les appareils soient utilisés sur place uniquement, mais sans pour autant les enchaîner afin de préserver leur caractère nomade et de ne pas revenir aux us et coutumes des bibliothèques moyenâgeuses (In open access we trust !). Nous avons donc choisi de les anti-voler et de les prêter aux étudiants avec une housse de protection, en échange d’une pièce d’identité laissée en dépôt à l’accueil. L’idée d’un dépôt de caution, répandue aux Etats-Unis, a été rejetée très rapidement et remplacée par un amendement du règlement intérieur stipulant que toute casse, vol ou perte d’une tablette donnerait lieu à un remboursement de 500€. Nous n’avons déploré aucun incident ni accident depuis. Bien au contraire, les étudiants ont fait et font toujours preuve de beaucoup de soin en manipulant les appareils (In our readers we trust, too !). Par conséquent, nous avons décidé en 2015 d’alléger le dispositif de dépôt en acceptant les cartes d’étudiant (avec photo) en lieu et place des papiers d’identité plus officiels. Autre grand changement en 2015 : l’informatisation des prêts, que nous avions tout d’abord choisi d’enregistrer à l’ancienne, sur de petites fiches papier, ne sachant pas si le projet serait un succès ou un échec.

En ce qui concerne le contenu des tablettes, là aussi, nous souhaitions laisser toute liberté à nos lecteurs et ne pas réduire l’utilisation des appareils à la seule consultation des ressources électroniques de la bibliothèque. Les étudiants ont donc la possibilité d’installer ce qu’ils veulent, du moins en théorie car, si Samsung rend l’installation d’applications très facile (pas besoin d’identification), ce n’est pas le cas d’Apple qui voue un culte au verrouillage des usages et à la non-interopérabilité (mais ça on le savait déjà). Seuls quelques mordus d’iPad parviennent à contourner les blocages, ce qui n’est pas sans nous poser problème pour reconfigurer les tablettes par la suite. Donc petit conseil : à moins de vouloir réduire en esclavage d’innocents lecteurs, fuyez la marque à la pomme et préférez un appareil tournant sous Androïd. Les tablettes sont nettoyées régulièrement pour retirer les applications jugées superficielles (aka : CandyCrush, Plants VS Zombies, Fruit Ninja, etc). Celles que nous estimons utiles d’un point de vue culturel ou éducatif sont conservées. D’ailleurs, comme nous sommes bibliothécaires et que nous aimons sélectionner (on ne se refait pas), nous avons pris le soin de pré-installer un ensemble d’applications à visée éducative sur les tablettes (pas toujours les mêmes en fonction des modèles). Nous ne nous faisons pas trop d’illusions quant à leur utilisation par le public, mais sait-on jamais.

Le résultat ? Mi-figue, mi-raisin.

Le projet a rencontré un franc succès durant la première année de son lancement (2013-2014). Des résultats encourageants à première vue, mais les tablettes numériques ne constituent pas LE nouvel outil informatique indispensable à la réussite universitaire de nos étudiants. Soyons réalistes, l’engouement initial de notre public a d’abord été dû à un effet de mode, lequel s’est émoussé dès l’année suivante. En effet, très vite, les tablettes se sont popularisées, les gens se sont équipés et les tablettes proposées par la bibliothèque ont été moins courues. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Dès 2014-2015, ils ont enregistré une chute importante. Pendant cette période, le nombre de prêts mensuels a oscillé entre 30 et 50, contre 70 à 100 l’année précédente. Cette tendance à la baisse s’est encore accentuée en 2015-2016, avec une petite fourchette de 15 à 25 prêts par mois, laquelle s’est stabilisée jusqu’à la fin novembre 2016.

tableau_1

evolution_des_prets_de_tablettes
Graphique 1 : Evolution du nombre de prêts de tablettes. Comparaison par mois et par année universitaire.

Sur le terrain, les agents ont pu constater que les prêts se concentraient essentiellement entre les mains de quelques usagers fidèles, la plupart du temps des étudiants étrangers venant du Moyen-Orient ou d’Afrique, probablement moins équipés que leurs homologues européens ou asiatiques.

Le succès initial du dispositif ne s’est pas confirmé. Comment l’expliquer ? Il semblerait simplement que les tablettes ne soient pas adaptées aux besoins pédagogiques de nos usagers. Ces appareils ne sont pas conçus pour le traitement de texte, ni pour la lecture prolongée alors que les étudiants doivent tantôt rédiger des exposés, des rapports ou des compte-rendus de TP/TD, tantôt bachoter sur des polycopiés ou des manuels. Lorsque nous procédons au nettoyage des appareils, nous constatons que quelques cours au format PDF y sont téléchargés, rien de plus. Si les enseignants en viennent à insérer davantage de ressources numériques dans leurs cours, les tablettes pourraient devenir intéressantes, mais ça n’est pas vraiment le cas sur notre campus pour l’instant. La bibliothèque elle-même offre peu de ressources vidéos, lesquelles seraient tout-à-fait adaptées à une lecture sur tablette. Enfin, l’offre en matière d’applications relatives aux disciplines scientifiques et destinées à un public universitaire reste très limitée (elle l’est beaucoup moins pour les collégiens et les lycéens). Elle est plus abondante pour les STAPS, mais ces applications doivent être utilisées en extérieur. Le fait de cantonner l’utilisation sur place des tablettes, appareils nomades par nature, limite fortement leur usage, sans compter que le WiFi de la bibliothèque fonctionne très mal.

Mais nous n’avons pas dit notre dernier mot.

2015 : Les ordinateurs portables contre-attaquent

Etat de notre flotte en octobre 2015 : 7 mini PC portables

A la demande des agents et pour tenter de coller au mieux aux besoins exprimés par les étudiants lors de l’enquête LibQUAL+ organisée au printemps 2015, la Bibliothèque des Cézeaux a décidé en septembre 2015 de compléter sa flotte de tablettes numériques par l’achat de petits PC portables destinés à pallier le manque de postes informatiques fixes mis à la disposition de ses étudiants (26 postes, hors salle de formation). La procédure de prêt est la même que pour les tablettes : utilisation sur place uniquement, enregistrement du prêt sur la carte du lecteur, dépôt de la carte d’étudiant à l’accueil. Le règlement intérieur a de nouveau été amendé pour prévenir les vols et la casse. Les ordinateurs tournent sous Windows 10, aucune distribution Linux n’ayant pu être installée à la place. Aucun logiciel particulier n’a été téléchargé sur les appareils et les droits d’administrateur sont bloqués. Si les étudiants nous font remonter certains besoins spécifiques, nous les prendrons en compte à ce moment là.

Encore une fois, le succès du dispositif a été immédiat : 1 052 prêts sur l’année universitaire 2015-2016. Et la rentrée 2016 a confirmé cette tendance, avec un nombre de prêts à la hausse par rapport à l’année précédente : 457 au premier semestre (septembre-décembre) contre 362 sur la même période en 2015. La demande est telle que nous sommes régulièrement en « rupture de stock ». Pour y remédier, 2017 devrait voir 5 nouveaux ordinateurs compléter notre flotte. Les étudiants sont satisfaits, nous aussi.

evolution_des_prets_d_ordinateurs_portables
Graphique 2 : Evolution du nombre de prêts d’ordinateurs portables. Comparaison par mois et par année universitaire.

2016 : Le Retour de la Vengeance des Tablettes

Nous avons suspecté l’arrivée des PC portables d’avoir précipité le désamour de nos lecteurs pour les tablettes. Sur place, ces dernières ne constituent pas un outil de travail intéressant pour les étudiants, contrairement aux ordinateurs, fixes ou nomades. Pour leur donner une seconde vie, nous avons donc décidé de les prêter à domicile. Les appareils vieillissant, leur valeur va en diminuant, ce qui nous a encouragé à prendre le risque d’en voir certaines disparaître. Quitte ou double.

Le nouveau dispositif a été lancé à la mi-novembre. Les lecteurs n’empruntent plus une tablette seule mais un pack, constitué d’une sacoche contenant la tablette avec sa housse, d’un chargeur et de son cordon d’alimentation, ainsi que d’un adaptateur USB. Le prêt se fait sur une semaine non renouvelable et les réservations ne sont pas autorisées. Une fois rendue, les tablettes sont nettoyées avant de réintégrer le circuit de prêt.

Il est pour l’instant difficile de prendre du recul quant à ce nouveau projet. Très vite, l’ensemble des tablettes a été prêtée et nous constatons qu’elles ne restent pas longtemps à attendre un nouvel emprunteur. Nous enregistrons les premières demandes de réservation, que nous déclinons, ainsi que les premiers retards. Reste à voir comment nous allons pouvoir gérer ces derniers. Les ordinateurs, eux, ne pâtissent pas de la concurrence. Les deux usages semblent bien se compléter. Les étudiants, eux, en veulent toujours plus et souhaiteraient pouvoir emprunter les appareils à l’année, ce qui n’est plus de notre ressort mais de celui du service informatique de l’université. Pourrait-on envisager un partenariat entre nos deux services ? Pourquoi pas. Affaire à suivre…

Adieu, big deal

Le 1er janvier 2017, pour son entrée en scène, l’Université Clermont Auvergne1 s’offre un début fracassant : la fin de son abonnement à la Full collection de Wiley. La décision vient de faire l’objet d’un communiqué envoyé à tous les chercheurs, et publié sur le site web de la BCU.

Photographie montrant le mot "Adieu" tapé à la machine à écrire.
« Adieu », par Aldo Van Zeeland (licence Creative Commons Attribution, Pas d’utilisation commerciale, pas de modification).

 

Un problème de coût

Cette fois nous sommes au pied du mur : le bilan financier 2017 de la BCU n’appartiendra à l’ensemble R+ des réels positifs que si nous rabotons sérieusement nos abonnements. D’autres sont passés par là avant nous : Montréal  et la BIU santé se sont désabonnés dès 2014 de la Full Collection et de bien d’autres depuis. C’est notre tour.

Le tableau et le graphe ci-dessous dessinent l’évolution de nos dépenses2 (en € TTC) auprès des quatre éditeurs qui nous fournissent nos plus belles factures. Pour les gens pressés, résumons d’une phrase : en six ans3, à service égal4 notre dépense cumulée chez ces quatre éditeurs a augmenté de 236 000 €, soit 38 %. Il est avéré que ces augmentations tarifaires financent autre chose et n’ont aucun lien avec le service rendu à la communauté scientifique.

Tableau des coûts à Clermont pour les principaux éditeurs
Dépense auprès des grands éditeurs.

Évolution des coûts à Clermont entre 2011 et 2015
Dépense auprès des grands éditeurs (2011-2016)

Pourquoi Wiley ?

Au premier coup d’œil, l’avisé lecteur observera avec étonnement que nous n’avons pas fait porter l’effort sur la plus grosse dépense ni sur celle (c’est la même, bien entendu, celle d’Elsevier) qui augmente le plus vite.

C’est malheureusement impossible : l’essentiel de ces dépenses passe par des contrats pluriannuels, dont on ne peut pas se dégager à volonté. C’est particulièrement vrai pour l’abonnement à la collection d’Elsevier, qui nous coûtera plus de 500 000 € en 2018, et dans lequel nous sommes engagés, volens nolens, par le contrat national conclu voici trois ans. Espérons que la prochaine négociation nous épargne la reconduction de cette invraisemblable dépense !

L’abonnement Wiley, lui, arrive à échéance cette année après trois ans de contrat. Il ne fallait pas laisser passer cette occasion d’examiner l’utilité de la ressource, rapportée à son coût. Or de ce point de vue, le bouquet Wiley est, à Clermont, dans une situation limite. Malgré un travail soutenu sur les titres accessibles, au regard de la dépense consentie l’usage de la collection n’est pas satisfaisant. Le coût moyen au téléchargement, qui se situe entre 1 et 2 euros pour les grands bouquets, oscille entre 3 et 4 pour la Full Collection. Pour des bouquets dont le coût est faible en valeur absolue, nous pouvons supporter des coûts moyens plus élevés, mais Wiley coûte plus de 125 000 € par an.

Coût et usage de la collection Wiley (2009-2015)En plongeant dans les statistiques 2015-2016 on observe, comme souvent dans les gros bouquets, un usage très concentré : les 300 titres les plus consultés couvrent 75 % des téléchargements, et parmi eux les 100 premiers en rassemblent déjà 50 %… Au bas de l’échelle, 1815 titres consultés moins d’une fois par mois en 2015-2016, dont 880 sans aucun téléchargement. Une petite optimisation s’impose.

Le petit problème que nous rencontrons, c’est que si nous restreignons nos abonnements à 300 titres, le devis passe de 130 000… à 400 000 €. En effet, pour que l’achat du bouquet apparaisse comme la seule solution viable, Wiley, comme les autres éditeurs, facture des prix astronomiques pour les abonnements au titre à titre. Parmi les cas extrêmes, le Journal of Applied Polymer science affiche fièrement un tarif de 20 000 € annuels, tandis que deux revues majeures de chimie5 flirtent avec les 10 000 € d’abonnement chacune. Nous sommes donc confrontés à un choix très simple : soit nous validons la stratégie de l’éditeur (un bouquet très cher, mais « plus avantageux ») et restons dans le contrat, soit nous privilégions notre besoin primordial, qui est de réduire la dépense, et nous acceptons de réduire radicalement la liste de nos abonnements. C’est ce choix que l’Université vient de faire.

En 2017, l’UCA s’abonnera à deux ou trois dizaines de titres Wiley, au plus, pour un montant global qui ne dépassera pas 50 000 €. La liste des titres est encore en discussion. Ils sont sélectionnés après discussion avec les enseignants chercheurs, en privilégiant ceux auxquels ils ne peuvent accéder via leur laboratoire, et dont le coût modeste permet de rester dans l’enveloppe globale impartie.

Et ensuite ?

Bien sûr, la perte d’accès sera réelle. Elle n’est pourtant pas totale : les revues Wiley acquises en licence nationales, et versées dans le dispositif ISTEX, resteront accessibles ; les chercheurs pourront toujours recourir au prêt entre bibliothèques (gratuit à Clermont), échanger leurs papiers via les réseaux sociaux de la recherche et les archives ouvertes comme ils le font déjà6. De toute façon, l’Université ne peut plus suivre une fuite en avant tarifaire dont les 15 années écoulées suggèrent qu’elle sera sans fin. Une fois évaluées, dans la durée, les conséquences pratiques de ce choix, il faudra peut-être l’appliquer à d’autres contrats.

Cette décision un peu spectaculaire ne doit pas cacher les chantiers de fond qui visent le long terme et qui restent les mêmes : encourager le dépôt systématique dans HAL7 ; participer à la création de revues en libre accès grâce au Pôle éditorial numérique ; informer les chercheurs sur les enjeux de la publication en libre accès et surveiller les frais de publication qui leur sont facturés, les encourager à bannir le modèle hybride, à privilégier les éditeurs responsables et les modèles de type Episciences, dont les coûts sont modestes ou nuls.

Année après année, une à une, des revues respectueuses des besoins de la communauté scientifique se créent ou se recréent. C’est ainsi que la revue Lingua est devenu Glossa , que Topology est devenu Journal of Topology, que la revue Sociologie du Travail vient de migrer vers Revues.org, que 8 revues de sciences sont désormais hébergées sur Episciences. La surenchère tarifaire a beau suivre sa course effrénée, les fondations d’une libre publication de la recherche sont discrètement posées. Çà et là, goutte à goutte, la conversation scientifique se réinstalle, plus librement, sur la toile…

Gouttes d'eau sur une toile d'araignée.
Drops on a spider web, par Vincent (publié sur FlickR sous licence Creative Commons, Attribution).

  1. L’UCA réunira, au 1er janvier, l’Université d’Auvergne et l’Université Blaise Pascal, séparées depuis 40 ans. []
  2. Les chiffres agrègent les différents abonnements souscrits auprès de chaque éditeur : revues et base SciFinder chez ACS ; Freedom Collection, EM-Premium, BMF et Jurisclasseurs chez Elsevier ; revues de Springer ; Full Collection et Cochrane Library chez Wiley. []
  3. Avec, sur la même durée, un budget en légère diminution. []
  4. C’est à dire sans autre accroissement que la publication, année après année, de nouveaux articles. []
  5. Angewandte Chemie, et Chemistry – A European Journal. []
  6. La protection du dépôt en archives ouvertes par la loi « République numérique » rend même la chose plus facile. []
  7. La BCU a organisé 4 ateliers cet automne et continue le travail auprès des chercheurs. []

L’accessibilité du site web : c’est fait !

La date limite de mise en conformité avec le référentiel général d’accessibilité pour les administrations (RGAA) approchant (octobre 2016), nous avons démarré notre chantier web en avril sans penser atteindre les objectifs avant la fin de l’année. Et pourtant, nous y sommes ! Tous nos sites satisfont aux règles du RGAA et des Web Content Accessibility Guidelines (WCAG).

Soyons franc, sans l’insistance et la conviction de Françoise Fontaine-Martinelli, responsable de la mission lecture et handicap à la BCU (cf. ses billets sur le sujet), nous ne nous y serions pas encore mis (et nous aurions eu tort) ! Partant des propositions émises dans son rapport de mission, la bibnum (développeur et bibliothécaire) a mis en œuvre, depuis le mois d’avril, des mesures d’amélioration de l’accessibilité du site web. Ce travail s’est appuyé sur les recommandations et guides du site AcceDe Web ainsi que sur les outils du réseau Opquast.

Mise en conformité du site web avec les règles d’accessibilité standard

  • Affichage d’un fil d’Ariane sur toutes les pages
  • Création d’une page plan du site accessible depuis le pied de page
  • Création d’une page aide et accessibilité accessible depuis le pied de page
  • Mise en place de liens d’évitement pour permettre une navigation rapide
  • Mise en place de raccourcis clavier pour suppléer l’usage de la souris
  • Reprise du code HTML des pages pour rendre le HTML accessible et conforme
  • Reprise des galeries d’images pour les rendre accessibles (plugins Drupal)
  • Modifications de style diverses (soulignement des liens, marges des titres, etc.)
  • Intégration du format et du poids des fichiers pour chaque lien de téléchargement (voir par exemple la page consacrée aux outils de méthodologie documentaire)

Ces ajustements ont été effectués d’abord sur notre site web, entre avril et juin. Puis, ils ont été réalisés sur nos deux plates-formes Omeka : les Carnets géologiques de Philippe Glangeaud et notre bibliothèque virtuelle.

Le plus dur est fait, mais il faut maintenant s’assurer que les sites restent accessibles dans le temps.

Consignes pour la rédaction

Le prochain chantier consistera à adapter la notice d’accessibilité éditoriale proposée par AcceDe Web. Il s’agit d’un guide de bonnes pratiques à suivre par les différents rédacteurs du site web. Il permettra à chacun d’adopter de bons principes de rédaction et d’utilisation des liens, images et autres objets du web.

Là réside la difficulté du projet car, même si nous établissons avec eux les consignes de rédaction, les rédacteurs devront certainement se confronter à quelques balises HTML, ce qu’ils ne maîtrisent guère. Le rôle du webmaster devrait s’en trouver renforcé : il devra certainement passer plus de temps sur le contrôle qualité des publications pour veiller à la conformité aux règles.

Conclusion

Malgré les incitations institutionnelles et la mission lecture-handicap au sein de la BCU, nous avions du mal à démarrer le chantier accessibilité de nos sites web. Il nous manquait essentiellement les recommandations techniques pour le faire.

Et puis nous pensions que respecter les standards du web suffisait à satisfaire les besoins de nos publics ; que travailler sur l’accessibilité ne profiterait qu’à une minorité de gens dont on ne connaît pas les attentes. Quel tort !

Il s’avère que l’accessibilité numérique profite à tous. Tout ce qui a été mis en place améliore considérablement la lisibilité et donc l’usage de notre site. Certes, il reste beaucoup de choses à faire pour augmenter l’utilisabilité de nos outils mais les rendre accessibles constitue une étape essentielle autant que nécessaire.

Pour en savoir plus, consultez notamment le site Bibliothèques inclusives.

Données ouvertes : premier essai

Coûts de documentation électronique
à Clermont-Ferrand (2009-2015)

 

Les données ouvertes étant de saison, la BCU y apporte sa contribution en publiant les coûts de la documentation électronique à Clermont depuis 2009.

[Mise à jour du 20/07/2016 : après discussion via la liste de diffusion des carnetiers, pour plus de commodité le tableur de données a finalement été déposé sur Zenodo : http://dx.doi.org/10.5281/zenodo.58282]

Mon avis (je l’ai développé amplement sur l’Alambic) est que dans l’idéal, semblable tableau devrait exister pour l’ensemble des dépenses documentaires des universités et organismes de recherche français. Notre culture de la centralisation rend ce travail réalisable : des données précises sont collectées depuis longtemps, partout. Soyons justes, d’ailleurs, les données ouvertes françaises sont loin d’être inexistantes et les jeux de données déjà mis à disposition sur le site qui leur est dédié sont précieux et abondants.

En attendant une publication globale, faisons notre part du travail :

  • à titre d’échantillon, pour qui s’intéresse aux coûts de la documentation : Clermont est un exemple de site universitaire de taille moyenne (35 000 étudiants environ : les effectifs sont publiquement disponibles sur le site susdit) ;
  • par souci de cohérence : depuis longtemps, je défends la nécessité de ce genre de divulgation ; j’ai assez tardé à la pratiquer.
  • à titre expérimental, pour vérifier l’innocuité et éventuellement l’utilité de l’entreprise.
  • dans l’espoir que d’autres fassent de même, sait-on jamais ?

Peut-être, d’ailleurs, vais-je découvrir que bien des collègues ont déjà publié leurs chiffres. Si d’autres collectent ou diffusent des données similaires, cela permettra d’engager une discussion, par exemple sur la façon dont elles peuvent être rendues comparables les unes aux autres (HT ou TTC, monnaie d’origine ou euros, etc.). Si certains trouvent difficiles d’utiliser celles-ci, cela permettra d’identifier les informations dont il faut les accompagner. Au pire, ces données resteront là, inutiles mais disponibles, et raisonnablement encombrantes.

Il faut bien les commencer un jour et par quelque part, ces données ouvertes.

Illustration en tête du billet : Open Data, par Descrier (descrier.co.uk) ; sous licence Creative Commons, Attribution

 

 

 

Collections et innovation : à la croisée des charnières

Invité début juin à contribuer dans une table ronde au congrès de l’association des bibliothécaires de France, qui portait sur le thème de l’innovation, je poste ici le texte de mon intervention, juste assez retouché pour permettre le passage à l’écrit, ce qui me permettra d’archiver le texte1.

Voici le lien vers la prézentation dont je me suis servi. La séance ayant fait l’objet d’une captation vidéo, j’indiquerai aussi le lien dès qu’il sera disponible.

[mise à jour, 18 juillet 2016 : lien vers la vidéo]

Introduction

Petit préambule, je m’engage solennellement à bannir de mon propos, à tout jamais, les propositions suivantes :

Nous vivons une époque charnière. Nous sommes à la croisée des chemins. Les bibliothèques sont à un tournant. Il faut changer les mentalités.

Pourquoi tant de vindicte contre ces formules qui n’ont d’autre vice qu’une impérissable platitude ? Parce qu’à mon avis elles procèdent d’une perception faussée de la réalité : englués dans notre époque, nous ne voyons pas que l’histoire est une succession ininterrompue de charnières, de carrefours, de tournants et de transitions qui font changer les mentalités. Je propose donc de poser la question dans l’autre sens :

Quelles sont les transitions que nous vivons aujourd’hui ?

J’en vois trois, dont une en particulier qui nous invite à innover. À innover UN PEU, j’y reviendrai en conclusion. Trois faits importants qui nous ont poussés, en BU, à innover du côté des collections. Trois transitions concomitantes, que l’on peut décider de combattre ou d’aider. Trois changements dont un, en particulier, nous pousse à des activités nouvelles.

Mais commençons par notre situation de départ. En l’an 2000, dans mon carton, sur son rayon, qu’y met-on ? En simplifié : des collections imprimées, achetées, signalées, exposées. Mais ça, c’était au siècle dernier. Depuis…

De l’imprimé à l’électronique

Depuis, la première transition qui est survenue, c’est la transition entre l’imprimé et l’électronique. Celle-ci est presque derrière nous, maintenant : en 10 ans, nos dépenses électroniques sont devenues écrasantes, nos dépenses imprimées résiduelles. Aujourd’hui, nous achetons presque exclusivement de l’électronique.

Répartition des dépenses documentaires de la BCU entre imprimé et électronique.
Répartition des dépenses documentaires de la Bibliothèque Clermont Université entre imprimé et électronique. « Écrasantes », est le mot…

 

 

 

 

 

 

 

Presque. Il faut pondérer de trois nuances :

1°) C’est plus vrai pour les sciences exactes que pour les sciences humaines (et les maths).

Graphique montrant la répartition des dépenses documentaires par disciplines
Répartition des dépenses documentaires 2015 de Clermont par discipline

2°) C’est plus vrai pour les revues que pour les livres.

Graphique montrant la répartition des dépenses documentaire par type de ressources
Répartition des dépenses documentaire 2015 de Clermont par type de ressources

3°) On n’aboutit pas à un paysage « zéro papier ». Cependant, il est vrai que ce qui entre dans nos collections est, chaque année, de plus en plus électronique et de moins en moins imprimé, et que nous n’avons pas atteint le plancher. Je pense qu’il y en a un, mais nous n’avons pas encore les pieds dessus.

Avons-nous innové ? Oui. L’avons-nous décidé ? Pas vraiment : ce sont nos utilisateurs qui ont innové les premiers : les chercheurs se sont littéralement rués sur la documentation électronique. Il n’était pas concevable de ne pas les suivre. Les BU ont suivi, avec deux conséquences :

    1. Du côté de la technique : nous avons appris à maîtriser les outils numériques, du proxy à l’outil de découverte, en passant par les statistiques.
    2. Du côté de la pratique professionnelle : la négociation, les enjeux économiques de l’édition scientifique, n’ont plus de secret pour nous (cela ne nous rend pas capable de peser dessus, mais c’est une autre histoire !). C’est toute l’histoire du consortium Couperin, avec son engagement de plus en plus professionnel et de plus en plus visible dans les négociations et dans le paysage de l’IST2.

Je ne m’étends pas : chacun a entendu parler, jusqu’à l’épuisement (budgétaire et nerveux), du passage de l’imprimé à l’électronique. Inutile de développer. Transitons donc sans transition de la transition 1 à la transition 2.

Du payant au gratuit

La seconde transition, c’est l’avènement du libre accès (open access). Nos collections sont de plus en plus en libre accès. Ce qui veut dire, soit dit en passant, que ce ne sont plus nos collections…

Pourtant cette transition est d’abord une transition voulue.

  • Par les chercheurs, qui ont vu dans le web un outil de choix pour la grande conversation scientifique, et qui l’ont solennellement proclamé par la déclaration de Berlin.
  • Par les bibliothécaires, plus prosaïquement, parce que les revues en ligne sont hors de prix. Le libre accès, c’était l’espoir : demain, on s’abonne gratis !

    Las… C’est aussi une transition subie, parce que le modèle économique « auteur-payeur », qui prédomine, consolide le pouvoir économique des éditeurs, au moins en science, technologie, médecine. Aucun espoir pour les chercheurs d’assainir le circuit : tant que leur carrière dépend de leur score de publication, ils publieront à n’importe quel prix (pour vous donner une idée : un auteur peut débourser 5000 $ aujourd’hui pour publier un article en OA ; et ce n’est pas le prix maximal). Aucun espoir pour les bibliothécaires de diminuer la facture. Pour l’instant, elle augmente même parce que les auteurs payent pour mettre en libre accès des articles dans des revues dont nous payons les abonnements ! C’est la nasse dorée dont j’ai déjà parlé.

    Quelques modèles intéressants ont quand même vu le jour, où les bibliothèques ont leur rôle à jouer. Par exemple le modèle freemium : les BU s’abonnent à des revues en libre accès, et payent pour des services supplémentaires (téléchargement des PDF, statistiques d’usage). Elles financent ainsi, pour un tarif modique (4000 €/an à Clermont pour revues.org), la publication en libre accès. Le modèle « Knowledge Unlatched », qui propose la libération des contenus par souscription3, fonctionne bien, lui aussi.

Cette seconde transition est en cours, elle vise « l’horizon 2020 ». En 2020 ou un peu plus tard, elle sera achevée. Mais elle ne nous laisse finalement pas beaucoup de marge de manœuvre et d’innovation.

En fait, le véritable enjeu, c’est de comprendre et d’assimiler les deux premières transitions pour se lancer dans la troisième…

De l’acquis au produit

Cette fois il s’agit bien d’innover. La production, c’est une nouvelle branche qui s’élance du tronc des bibliothèques. C’est aussi le défi de la décennie à venir pour les BU, je pense : cette branche, à quoi va-t-elle ressembler, et quelle sera sa vigueur ?

Nous aurons de moins en moins de documentation acquise, d’abord parce qu’elle est de plus en plus chère et que nos moyens s’épuisent, ensuite parce que dans le monde du libre accès, ce sont les auteurs qui vont payer pour publier, et non les lecteurs pour lire. À quoi servirons-nous dans ce paysage recomposé ? À tenir la comptabilité des frais de publications ? Je ne suis pas sûr que nous soyons indispensables, ni très motivés, pour cela. Et même si cette activité entre dans nos fonctions (car on y travaille, tout de même, en essayant de repérer les dépenses auteurs payeurs dans nos universités !), elle n’emploiera guère plus d’un bibliothécaire par établissement…

Alors, à quoi allons-nous bien pouvoir servir ? Eh bien de plus en plus, je crois, aux côtés des chercheurs et des étudiants, à produire de la documentation (pardon) de l’IST. C’est-à-dire à mettre en ligne les documents produits par nos chercheurs, ou même à les aider directement dans le processus de publication.

Cette nouvelle branche d’activités se scinde en trois rameaux4.

  1. Le premier rameau est une vieille branche, si j’ose dire, celle de la bibliothèque numérisée : contribuer à faire naître LA bibliothèque virtuelle universelle, en numérisant et en mettant en ligne nos fonds anciens, nos unica, nos livres rares ; nos fonds locaux à valeur scientifique reconnue ; celles de nos collections qui présentent un intérêt intellectuel particulier. Google peut le faire, nous aussi ! On numérise et on veille au référencement des fonds numérisés dans Gallica, Europeana, etc.

  2. Le second rameau est celui des travaux universitaires : il a commencé avec le signalement et la mise en ligne des thèses, autour de 2010. Aujourd’hui, des dizaines de milliers de thèses soutenues sont en ligne, et ce sont les bibliothécaires qui s’en occupent. les mémoires, les thèses d’exercices sont en train de suivre, cela représentera bientôt, aussi, des centaines de milliers de documents disponibles sur le web. Et l’on peut en faire autant pour les articles : dans les archives ouvertes (HAL et autres) les chercheurs peuvent mettre en ligne des copies en libre accès des articles publiés par les éditeurs. Il s’agit d’archivage et non de publication, mais pour le lecteur, quelle différence ? Il a son article, gratis, sans barrière ! Un peu partout, ce sont les bibliothécaires qui portent les projets d’archives ouvertes.

  3. Le troisième rameau, c’est celui du soutien direct à l’édition. Les bibliothèques peuvent entrer en discussion avec leurs universités pour soutenir la marche vers le libre accès. C’est ce que matérialise à Clermont le pôle d’édition numérique, qui fédère les presses universitaires, la MSH et la BU, pour encourager les projets de revues. Cela nous permet de pousser ensemble des revues vers revues.org, la principale plate-forme de revues en libre accès en sciences humaines (deux revues clermontoises ont migré vers revues.org par le travail commun de la bibliothèque, des presses et de la MSH). Cela nous permet de suivre et d’encourager la naissance de nouveaux modèles d’édition électronique, comme le modèle « Episciences », où l’article est en libre accès de sa soumission à sa publication, puisque la revue est assise sur une archive ouverte, en espérant qu’un jour des revues clermontoises pourront rejoindre ce projet. Cela nous permet de tester des outils, comme le logiciel Open Journals System, qui soutient aujourd’hui, à Clermont, une revue récemment lancée.

Là, c’est de la véritable innovation, avec son côté tâtonnant. Mais il faut le tenter, même à tâtons, parce que l’aide directe à la publication de revues, c’est la possibilité de de contrebalancer la montée du modèle auteur-payeur qui laisse l’édition scientifique prisonnière d’une machine folle.

Je pense que cette troisième transition, de l’acquis au produit, est le domaine par excellence de l’innovation. Et pourtant…

Dans le scriptorium

Deux remarques pour conclure.

1. ma lecture du moment, c’est la théorie de l’évolution relue par Teilhard de Chardin5. Essayons de l’appliquer aux bibliothèques : des mutations sont en train de se produire, des rameaux poussent, mais nous ne savons pas encore lesquelles vont croître, et lesquels dépérir  Pour l’instant, il faut tout essayer, faire pousser tous les rameaux. Le temps se chargera bien d’élaguer (nous vivons une époque charnier).

2. toujours pour rester fidèle au teilhardisme bibliothéconomique  : les branches qui s’élanceront et deviendront prospères, on pourra toujours en retracer et retrouver l’origine, a posteriori, en puissance, dans la bibliothèque de toujours, LA bibliothèque scriptorium : lieu d’édition, de conservation, de circulation et de consultation.

Copiste au travail dans un scriptorium (image tirée d'un manuscrit du 15e siècle)
Copiste au travail. Bibl. nat. de France, manuscrit français n°9198, f. 19.

 

Vulgairement parlant, on fait du neuf avec du vieux : pour ce qui est des publications scientifiques, le scientifique Martin-Paul Eve, appelait déjà en 2012 à refonder le modèle des imprimeries universitaires6 ; et sérieusement, quand on numérise un livre pour le mettre en ligne, que fait-on, à part du travail de copiste ?

C’est bien plus qu’une boutade. Je crois beaucoup à l’innovation, au sens où elle représente une démarche expérimentale, risquée, donc courageuse. Mais je suis sûr que quand une innovation réussit, c’est qu’elle nous fait devenir ce que nous sommes.

  1. …et de caser quelques jeux de mots potaches que j’ai sauté en séance pour ne pas dépasser le temps imparti. []
  2. Information scientifique et technique : c’est le petit nom de la documentation dans le monde de la recherche, sans doute parce que documentation sonne un peu trop scolaire. []
  3. Quand un nombre donné de bibliothèques a acheté un livre, il est « libéré ». []
  4. Comment résister à cette métaphore bibliothécologique qui nous tend les bras ? []
  5. P. Teilhard de Chardin, Le phénomène humain, Paris, Seuil, 1955. À noter, sa notice dans Wikipedia est gravement incomplète : Teilhard était jésuite, paléontologue ET auvergnat. Si l’une des épithètes vous gêne, dites-vous que nul n’est parfait. Étant personnellement très ouvert, je n’ai rien contre les paléontologues. []
  6. Martin-Paul Eve, Tear it down, build it up: the Research Output Team, or the library-aspublisher : « The solution that I propose to this growing crisis for all three stakeholders in the world of scholarly publishing lies in the concept of the Research Output Team (ROT), a fusion of the library and the publisher. In many ways this is a return to the idea of the university press; an in-house facility for publishing work. » []

Sci-Hub, la science au juste prix

Statue de Robin des bois à Nottingam
Robin Hood (par Alan Feebury).

Un article de Science1 vient de consacrer le triomphe de la bibliothèque pirate Sci-Hub, créée en 2011 par une étudiante kazakhe, et qui contient aujourd’hui 50 millions d’articles, pour plus de 5 millions de téléchargements mensuels.

Dans le monde de la musique et de la vidéo, les verrous de l’accès avaient sauté il y a longtemps déjà. Malgré toutes les tentatives hadopiques pour endiguer le flot, l’échange en ligne s’est imposé, car il est trop facile pour se plier à la régulation. Dans ce paysage où toutes les barrières semblaient brisées et jetées à terre, l’édition scientifique faisait jusqu’ici figure à la fois d’exception et de curiosité. Occasion d’échanges amusés et incrédules avec tout interlocuteur étranger au petit monde de la science en train de se faire : « Sérieusement, vous payez pour consulter des revues scientifiques en ligne ? Mais combien à peu près ? Pardon, COMBIEN ??!!? ».

Cette exception a vécu. Désormais, il est aussi facile et rapide de se procurer un article payant que de télécharger un film ou une fichier de musique. Pour légalistes que soient les bibliothécaires (et Dieu sait s’ils le sont, moi le premier), je gage qu’ils seront nombreux à se réjouir du succès de Sci-Hub. Petite satisfaction mesquine et revancharde, que de voir enfin l’arrogant monopole des éditeurs battu en brèche. Mais enfin pourquoi bouder ce petit plaisir : Robin des bois se faisait attendre, cette fois il est là, et bien là !

Et puis, on a bien le droit de se réjouir, sans honte et sans arrière-pensée, de voir s’effondrer le mur de l’accès. Quand on sert l’activité scientifique, il est vraiment pénible d’être obligé de se livrer, à longueur d’année, à de pénibles et décevants marchandages, de devoir ensuite se plier à des systèmes d’authentification et de contrôle, quand il ne s’agit pas de faire la police auprès de ses propres utilisateurs. Les bibliothécaires, qui ont de la conscience professionnelle à revendre2 ont dépensé depuis quinze ans une énergie colossale pour combattre, en négociation, les verrous mis en place par les éditeurs… puis pour mettre au point des systèmes d’accès aux articles qui respectent ces verrous et en minimisent les nuisances. Ces contorsions leur valent d’ailleurs un vilain coup de pied de l’âne d’un éditeur dans l’article de Bohannon :

And for all the researchers at Western universities who use Sci-Hub instead, the anonymous publisher lays the blame on librarians for not making their online systems easier to use and educating their researchers. “I don’t think the issue is access—it’s the perception that access is difficult,” he says.

Quant aux chercheurs des universités occidentales qui utilisent Sci-Hub [au lieu des voies légales d’accès] l’éditeur anonyme en rejette la faute sur les bibliothécaires, pour n’avoir pas su rendre leurs systèmes d’accès en ligne plus faciles d’utilisation, ou n’avoir pas su former leurs chercheurs. « Je ne crois pas que le problème soit l’accès, mais seulement l’impression que l’accès est difficile », dit-il.

Des dizaines de bibliothécaires se sont déjà étranglés ou esclaffés à ces mots : ils savent depuis longtemps (et les éditeurs aussi !) que le SEUL souci de l’utilisateur est de trouver son article le plus vite possible. Il est bien naturel que Sci-Hub devienne sa source privilégiée, s’il y trouve ce qu’il cherche sans avoir à s’identifier, ou tout simplement s’il sait qu’il y trouvera TOUT ce qu’il cherche, sans avoir à passer d’une plate-forme ou d’un moteur de recherche à l’autre.

Passée le premier sourire et le premier agacement, on peut se demander quels effets l’existence de Sci-Hub va avoir sur le paysage de l’information scientifique et technique. Voici ce qui me vient au premier abord.

Sci-Hub casse les prix (?)

Sci-Hub casse le marché. Donner gratuitement ce que d’autres vendent à prix indécent, difficile de faire plus agressif, plus déloyal ! Mais on pourrait aussi bien écrire : « Sci-Hub crée le marché », puisqu’il y avait monopole (oligopole, précisément). D’une certaine façon, la concurrence déloyale que Sci-Hub fait aux plate-formes des éditeurs restaure, d’un geste un peu brutal, mais sans penser à mal, une situation de concurrence, contrebalançant le monopole qui était le leur. Ceci posé, il n’est pas certain que l’irruption massive du gratuit exerce une pression efficace sur les prix pratiqués par les éditeurs. Même dans le domaine de la musique et du film, il n’y a pas de consensus, aujourd’hui, quant à l’effet du piratage sur l’offre légale. Dans le domaine scientifique, où le client est légaliste par définition, puisque c’est presque toujours l’État, on ne peut pas être sûr que les tarifs vont se réguler en tenant compte d’un élément illégal.

Pour autant, on pourrait imaginer qu’en négociation, cet élément exerce une pression indirecte. La stratégie classique des grands éditeurs en négociation, c’est le tout ou rien : « Voilà le prix du bouquet, à prendre ou à laisser. Le titre à titre, c’est possible… mais c’est plus cher. » Or, il est bien plus facile à un établissement de refuser un contrat s’il sait que ses chercheurs n’en pâtiront pas trop et pourront se débrouiller pour accéder aux articles. Sci-Hub ne sera, bien sûr, jamais évoqué, mais comment douter que son ombre pèsera dans la discussion, puisqu’il est démontré que les chercheurs savent s’en servir en cas de besoin ? Songeons, par exemple, à cette université canadienne qui, après une difficile négociation avec Springer, a écarté le bouquet et choisi le titre à titre… Un tel choix aurait-il été concevable il y a un ou deux ans, alors même que la situation financière des universités était déjà dramatique ? On peut lire la décision annoncée de plusieurs façons : soit les budgets ont été si profondément drainés qu’il ne reste même plus de quoi payer tous les bigs deals (c’est donc la concurrence entre les big deals qui s’engage, avec un résultat déjà prévisible), soit c’est le consentement à payer des universités qui est atteint : désormais, ce qu’elles ne veulent pas, les universités ne peuvent plus être forcées à l’acheter. Parce qu’elles n’en ont plus les moyens (ceci n’est pas nouveau), mais aussi parce que les chercheurs peuvent désormais se procurer gratuitement ce dont ils ont besoin, si leur établissement ne peut le leur fournir.

Image d'un roi nu, de dos, ne portant que sa couronne.
Les habits neufs de l’empereur, par Milan Rubio.

Sci-Hub joue, de ce point de vue, un rôle décisif : il jette en pleine lumière l’absurdité d’un système où nous payons des millions pour accéder, au prix de coûteuses et laborieuses contorsions techniques, à une documentation gratuite, c’est à dire produite gratuitement et désormais accessible tout aussi gratuitement. Sci-Hub n’est pas seulement Robin des bois, c’est aussi l’enfant qui s’esclaffe en voyant passer l’empereur Elsevier dans ses habits neufs, et qui s’écrit qu’il est tout nu.

 

Quel effet sur l’Open access ?

Si j’avais une inquiétude, ce serait celle-ci : secoués par le succès de Sci-Hub, les éditeurs vont certainement redoubler d’efforts pour basculer du modèle de l’abonnement vers celui de l’auteur-payeur. C’est la seule parade réaliste pour eux à long terme, et on sait déjà qu’elle est rentable. Les chiffres que vient de publier l’Autriche, par exemple, montrent que la transition est engagée, à un rythme affolant, parce que très coûteux ! L’hybride s’envole, loin devant les autres modèles économiques. Grâce à lui, les éditeurs réassurent leur prise sur le circuit de publication, tout en s’assurant de nouveau, au passage, de considérables bénéfices3.

Dépenses de publication en libre accès en Autriche4

Type de coût 2012 2013 2014 2015
Gold Open Access
€ 1 101 € 4 744 € 69 668 € 441 034
Open Access hybride
€ 3 191 € 19 353 € 419 160 € 1 921 431
Autres coûts
€ 5 378 € 4 446 € 89 103 € 174 091
Total € 9 670 € 28 543 € 577 931 € 2 536 555

Alors comment conclure ? Eh bien comme d’habitude :

  • menons campagne contre l’hybride5
  • encourageons et aidons de notre mieux la création de nombreuses revues en libre accès dans le circuit universitaire.
  1. John Bohannon, Who’s downloading pirated papers? Everyone, Science 29 Apr 2016 : 508-512. []
  2. Malheureusement, ça ne se revend pas très bien. []
  3. Rappelons que l’hybride permet à l’éditeur de faire payer deux fois l’institution de recherche, puisqu’elle paie l’abonnement à la revue ET le prix nécessaire pour la publication en OA, laquelle ne coûte pas un centime à l’éditeur. []
  4. Ces chiffres ont été compilés à partir des données publiées par l’Austrian Science Fund ; Elles sont sous forme de tableurs, donc extrêmement faciles à exploiter. Belle leçon d’Open data ! []
  5. Voir la 24e minute de la vidéo []

La bibliométrie pour évaluer les publications scientifiques en biologie et santé

SIGAPS ? SAMPRA ? Deux logiciels de bibliométrie conçus par Patrick Devos du CHRU de Lille et de l’équipe de recherche EA2694 de l’Université de Lille 2. Deux outils pour recenser, analyser, évaluer le plus finement possible les publications scientifiques : SIGAPS dans le domaine de la santé, SAMPRA dans tous les domaines couverts par la base Web of Science de Thomson Reuters. Alors que SIGAPS est utilisé dans les Centres Hospitaliers Universitaires sous tutelle du ministère de la santé, SAMPRA peut l’être par tout établissement de recherche. Et quand SIGAPS se fonde sur les données de Pubmed pour produire des indicateurs, SAMPRA interroge Pubmed et le Web of Science Core Collection, une base de données bibliométrique pluridisciplinaire, qui fournit également des informations complémentaires, comme l’adresse de tous les auteurs et le nombre de citations.[1]

Nous nous pencherons donc d’abord sur les fonctionnalités de SIGAPS et son utilisation pour le pilotage de la recherche médicale et la répartition des crédits attribués aux équipes de chercheurs hospitaliers, pour ensuite faire le point sur SAMPRA et l’usage qui en est fait pour l’évaluation de la recherche à l’Université Lille 2. SAMPRA, mis en production très récemment, est un dispositif très innovant en termes de services aux chercheurs.

SIGAPS (Système d’Interrogation, de Gestion et d’Analyse des Publications Scientifiques )

A partir d’une initiative locale – la création du logiciel SIGAPS en 2002 au CHRU de Lille – le projet SIGAPS est devenu un outil national d’évaluation de la recherche commun à l’ensemble des CHU.

Le logiciel, expérimenté et évalué par plusieurs CHU entre 2003 et 2006, a fait l’objet d’un tel succès qu’en mai 2006, Xavier Bertrand – alors ministre de la Santé – a confié au CHRU du Lille la mission d’assurer la diffusion et l’utilisation du logiciel SIGAPS au sein de l’ensemble des établissements hospitalo-universitaires, puis progressivement dans de nombreux établissements de Santé.

Les CHU de France étant dotés d’un même outil et de grilles d’évaluation communes, il apparaissait ainsi plus aisé de mettre en œuvre la réforme des modalités de financement des missions d’enseignement, de recherche, de référence et d’innovation (MERRI) à partir d’un indicateur acceptable de la production scientifique.

Le bénéfice du logiciel SIGAPS réside dans sa fonctionnalité majeure : recenser, analyser, évaluer la production scientifique d’un chercheur, d’un service ou d’un établissement sur une période donnée.

Cet outil tire le meilleur parti de l’interrogation via PubMed de la base de données Medline, qui contient l’ensemble des références bibliographiques des articles édités dans le domaine de la santé.

Pour extraire l’ensemble des références bibliographiques d’un groupe de chercheurs, SIGAPS interroge PubMed à partir de leur nom, puis utilise les données de l’annuaire de l’établissement, pour agréger les données selon différents niveaux de structure (service, clinique, pôle, …).

Les chercheurs sont ensuite invités à se connecter à l’application, pour vérifier que l’outil a bien pris en compte leurs publications, et pour valider la liste de leurs publications et ainsi éviter tout risque de confusion lié aux homonymies.

Quant à l’analyse qualitative des publications, elle s’établit à partir d’une classification des revues (A, B, C, D, E, NC)[2] selon leur facteur d’impact pondéré par discipline.

Ainsi, pour chaque discipline, s’échelonnent 10% de revues en catégories A, 15% en B, 25% en C, 25% en D et 25% en E, ce qui rend les disciplines comparables.

L’analyse de la production scientifique d’un chercheur, ou d’un groupe de chercheurs peut s’effectuer au travers d’un panel de tableaux et graphiques indiquant notamment le nombre de publications par revue ou par année, la catégorie des revues, la position des auteurs, l’évolution ou la répartition par année ou par catégorie, le détail des collaborations par auteur, la liste des termes MESH recensés ou la répartition par langues, ces données pouvant se croiser entre elles. Les références bibliographiques peuvent être exportées aux formats Excel, RIS ou aux normes de Vancouver.

Ainsi, chaque établissement hospitalier peut constituer des rapports bibliométriques sur les publications menées en interne.

L’outil SIGAPS est aujourd’hui généralisé, si bien qu’il apparaît comme un véritable levier pour augmenter et améliorer la production scientifique des chercheurs hospitaliers. De fait, le score SIGAPS conditionne directement la part modulable des Missions d’Enseignement, Recherche, Référence, Innovation MERRI.

Plus récemment, à l’échelle individuelle, les scores SIGAPS obtenus en cumulant sur plusieurs années les publications en langue anglaise dans les revues à haut facteur d’impact, et les collaborations avec différents laboratoires extérieurs peuvent déterminer l’évolution d’une carrière. Ainsi, précise Patrick Lacarin, responsable de la Délégation à la Recherche Clinique et à l’Innovation (DRCI) du Centre d’Investigation Clinique des CHU de Clermont-Ferrand, pour devenir PUPH, il faut au moins 500 points SIGAPS lors des dix dernières années, comme le confirment les recommandations de la sous-section CNU Santé 53.02 (chirurgie générale).

L’outil permet également de  « cartographier les thèmes de recherche et de cerner les thèmes qui montent et les sites pilotes » explique Patrick Devos. Ce qui permet de définir des objectifs stratégiques à court et moyen terme. Ainsi, la mise en œuvre du plan Alzheimer a favorisé l’augmentation du nombre d’articles sur la maladie d’Alzheimer dans des revues à haut facteur d’impact, comme en témoigne l’augmentation de 62% du score SIGAPS dans cette spécialité (Devos, Cortot, & Ménard, 2016)[3].

SAMPRA (Software for Analysis and Management of Publications & Research Assessment)

Sampra est en production à l’Université de Lille depuis février 2016.

Genèse d’un logiciel d’analyse des publications à haute valeur ajoutée pour les chercheurs.

SAMPRA est d’abord né de la demande des Instituts hospitalo-universitaires, qui, évalués par l’ANR, cherchaient à produire des indicateurs fiables pour rendre compte de leur production scientifique. Certains chercheurs des IHU étaient déjà familiers de SIGAPS et souhaitaient utiliser un outil reprenant les concepts de SIGAPS mais intégrant les données pluridisciplinaires du Web of Science et les indices de citation des articles. SAMPRA interroge donc ces deux bases de données bibliométriques pour produire des indicateurs plus performants.

À partir d’une requête sur les noms des chercheurs de l’institution sur les deux bases de données bibliographiques que sont PubMed et le WOS, est extrait  l’ensemble des publications des chercheurs de l’institution. Ces derniers sont invités ensuite à se connecter sur l’application pour vérifier et valider leurs publications, et peuvent générer un rapport d’analyse contenant les principaux indicateurs bibliométriques permettant d’évaluer leurs publications.

L’enjeu de SAMPRA est également d’accroître la visibilité de l’établissement dans les bases de données internationales. L’outil récupère toutes les variantes d’adresses associées aux publications et ces données sont transmises à Thomson Reuters pour une identification unique dans le Web of Science (Organization Enhanced).

En utilisant l’outil d’analyse InCites et les données du WOS, Sampra offre aux chercheurs, aux responsables d’équipe de laboratoires, et à la Direction de la recherche la possibilité d’extraire des listes de corpus par thématique disciplinaire ou par unité de recherche et de les positionner en terme d’excellence au niveau national ou international.  Une analyse complète des publications réalisées en cancérologie au CHRU de Lille a ainsi pu être réalisée, précise Patrick Devos,  l’outil fournit des corpus sur mesure.

À l’Université Lille 2, le besoin d’un outil permettant de rendre visible les publications de toutes les UMR aux multiples tutelles d’une université composée à 80% de chercheurs en biologie et santé se faisait grièvement ressentir. SIGAPS ne recensant que la production du CHU, les autres chercheurs de l’Université qui n’y étaient pas affiliés n’avaient aucune visibilité bibliométrique au sein de l’institution. SAMPRA devait donc essentiellement répondre à ce besoin de visibilité des chercheurs. Pari tenu ?

Oui, apparemment, comme nous l’a montré Solenn Bihan, responsable des services aux chercheurs et administratrice de SAMPRA à l’Université Lille 2.

À l’Université Lille 2, SAMPRA a d’abord fait l’objet de tests par cinq unités de recherche pilotes au printemps 2015, et le logiciel a très vite été adopté. Le temps d’ajouter des développements supplémentaires, et SAMPRA a été mis en production au mois de février dernier.

Il faut croire qu’il répondait à un vrai besoin des chercheurs, précise Solenn Bihan, car dès la première semaine, après réception d’un message les invitant à se connecter à cet outil, 25% des chercheurs y validaient leurs publications. Les données de SAMPRA sont en effet automatiquement liées à celles de l’annuaire de l’établissement. Le profil des chercheurs sur l’application est donc pré-rempli. Le succès de l’outil est sans doute lié aussi à la simplicité de son interface, proche de celles des réseaux sociaux de chercheurs, où les intéressés n’ont qu’à cliquer sur oui ou non pour valider leurs publications.

Suite à la campagne générale de validation prévue en mai-juin, l’université sera en mesure d’avoir une vision globale de sa production scientifique dans les domaines concernés. À l’Université Lille 2, les données de SAMPRA sont directement exploitées par tous (les chercheurs, les responsables d’équipes et d’unités de recherche la direction de la recherche) pour le montage de projets, la stratégie de publication, les évaluations INSERM, HCERES….

Sampra est-il utilisé pour évaluer l’ensemble des disciplines de l’Université ? Apriori oui, explique Patrick Devos, car le Web of science est une base multidisciplinaire. Cependant, tempère Solenn Bihan, toutes les disciplines ne sont pas représentées dans le Web of Science. A l’Université Lille 2, par exemple, si l’outil est pertinent pour évaluer les disciplines proches de la santé, comme la physiologie du sport, il l’est beaucoup moins pour évaluer la production scientifique des juristes ou des économistes.

Un bilan après deux mois ? SAMPRA a donné une excellente visibilité aux publications scientifiques de l’Université Lille 2, et a permis de mieux identifier Lille 2 dans les bases de données internationales. Les chercheurs se sont vraiment approprié l’outil. Cette validation par les chercheurs de leur propre production scientifique apparaît comme la principale valeur ajoutée de SAMPRA. Les chercheurs ont la main sur leur recherche, et les laboratoires peuvent dresser des bilans concluants. Accessoirement, précise Solenn Bihan, l’outil fournit un socle solide pour le pilotage de la recherche de l’établissement. Dans le cadre de la fusion annoncée des 3 universités lilloises, cet outil serait sans nul doute un atout pour la visibilité de la recherche à plus grande échelle.

Pour en savoir plus sur SAMPRA, je vous invite à visionner ce tutoriel vidéo réalisé par l’Université Lille 2.

Pour lire cette vidéo veuillez activer le Javascript et utilisez un navigateur moderne compatible HTML5 supports HTML5 video

 

 

Nota Bene : J’adresse mes remerciements les plus vifs à Patrick Devos, Solenn Bohan et Patrick Lacarin, qui ont eu l’amabilité de répondre à mes questions et de relire ce billet avec attention.

[1] Sur les différences entre SIGAPS et SAMPRA, voir le billet de blog de la BIU Santé intitulé 8 questions sur SIGAPS et SAMPRA http://www2.biusante.parisdescartes.fr/wordpress/index.php/sigaps-sampra/

[2] A : niveau excellent ; B : très bon niveau ; C : niveau moyen ; D : niveau faible ; E : niveau très faible ; NC : revue nationale ou acte de congrès.

[3] Devos, P., Cortot, A., & Ménard, J. (2016). Utilisation des données SIGAPS pour mesurer l’impact du plan Alzheimer sur la production d’articles des CHU. La Presse Médicale, 45(2), e1‑e10. http://doi.org/10.1016/j.lpm.2015.07.023

L’Open access est-il négociable ? Leçons du contrat Elsevier / Pays-Bas

La négociation entre Elsevier et les universités néerlandaises s’est conclue il y a peu. Son déroulement et ses résultats sont présentés par le professeur Gerard Meijer, un des universitaires acteurs de la négociation (pour les gens pressés : voyez les cinq dernières minutes de la vidéo ; mais l’ensemble est passionnant !). En résumé :

  • un contrat de 3 ans, 2016-2018
  • des taux d’inflation de 2.9, 2.5 et 2.2 %
  • une clause de passage au libre accès : chaque année, le nombre d’articles néerlandais en libre accès augmentera de 10 %. En 2018, 30 % des articles publiés par des chercheurs néerlandais1 dans les revues d’Elsevier seront donc en accès libre. Ce passage est couvert par le contrat et n’occasionnera pas de paiement supplémentaire de frais de publications (APC, article processing charges).

Qu’en penser ?

D’abord, deux coups de chapeau aux universitaires néerlandais : un premier pour avoir mené (en équipe) une négociation très dure ; un second, beaucoup plus appuyé encore, pour avoir présenté publiquement les résultats de la négociation. C’est une première, à ma connaissance, et très courageuse, parce qu’elle expose le résultat à la critique internationale.

Sur le fond, à présent ? Le contrat que décrit G. Meijer fournit des arguments aux partisans comme aux adversaires de la transition négociée vers le libre accès.

Pour les partisans de la négociation, l’expérience néerlandaise prouve qu’il est possible de coupler la négociation sur l’Open Access avec celle des abonnements. Financièrement, cela peut être rentable, car les APC vont diminuer dans des disciplines où ils étaient sans doute importants ou risquaient d’augmenter (les disciplines visées par la transition sont celles qui sont déjà actives en OA) : la dépense est désormais incluse dans l’accord. Politiquement, cela fait faire un pas vers l’OA, puisque tout une partie de la production bascule, d’un seul coup, de l’abonnement au libre accès.

Les sceptiques ne manqueront pas d’objections non plus : ce qui se prépare avec de tels contrats, c’est la reconduite du monopole des éditeurs commerciaux dans l’édition scientifique, en y absorbant l’open access. La transition vers l’OA est effectivement possible dans ces conditions, mais à aucun moment cette transition ne permettra la baisse des tarifs : elle est négociée avec des acteurs dont le principal objectif est de les augmenter. Elle ne permet pas non plus à de nouveaux éditeurs d’entrer dans le jeu, puisque les éditeurs majeurs restent les partenaires privilégiés des scientifiques dans le libre accès : « Publiez chez eux, c’est gratuit compris dans le contrat ! » Avec ce type d’accord, on fait bel et bien progresser le libre accès, mais on laisse irrésolus les problèmes fondamentaux : la main-mise des gros éditeurs commerciaux sur la production scientifique et ses conséquences désastreuses, financières et scientifiques, pour les établissements de recherche du monde entier.

Avec tout le respect dû au courage des négociateurs, je me range dans le camp des sceptiques, on l’aura compris. Cette négociation illustre, je crois, ce que l’on peut obtenir de mieux des éditeurs : une transition vers le libre accès à inflation constante… En termes marchands : « mieux, mais pour plus cher. » Est-ce cela que nous voulons : le libre accès à tout prix ?  Alors que nous sommes étranglés par nos dépenses actuelles auprès des éditeurs ? Ce que plaide le livre blanc de la bibliothèque Max Planck2 , c’est la négociation avec les éditeurs pour une transition rapide vers l’OA, avec l’idée de faire diminuer la dépense.  L’exemple néerlandais montre que l’on peut remplir la première condition (une transition rapide vers l’OA), et ce, au prix d’une négociation très dure. Mais quelle négociation pourrait déboucher sur une diminution de la dépense, quand elle se fait avec des éditeurs en situation de monopole ? Quel moyen de pression avons-nous pour obtenir cela ? Et si la transition se fait à dépense constante, sur quel miracle peut-on compter pour la faire diminuer ensuite ? De ce point de vue, l’expérience néerlandaise sonne comme un démenti empirique des propositions du Max Planck : nous sommes dans la nasse.

Or, ce que souhaitent les chercheurs qui défendent le libre accès, et ce que nous souhaitons nous, dans les bibliothèques, c’est la possibilité pour les scientifiques de publier et de lire à des coûts réellement modestes, dérisoires même. Démanteler le système de l’abonnement n’y changera rien. Ce qui est en cause, c’est le détour inutile que font les articles par une machine éditoriale qui les facture ensuite à ses propres auteurs. De ce point de vue, Episciences, Mathdoc, le Quality open access market, Revues.org et tous les systèmes qui leur ressemblent sont les seules réponses vraiment adaptées.

Je ne sais pas s’il est encore possible d’éviter une vague de négociations emboîtant le pas à celle-ci, avec pour effet prévisible de laisser la maîtrise du jeu aux éditeurs qui l’ont déjà. J’en doute.

Je pense en revanche que nous pouvons, et devons, faire naître autant de revues en libre accès que nous le pouvons, fondées sur des bases économiquement et scientifiquement saines. Pour cela, nous pouvons travailler localement et nationalement en mettant des pépinières de revues en place. Nous pouvons encourager de jeunes chercheurs à créer de telles revues, et les y aider. Nous pouvons demander à des chercheurs de renom, qui n’ont plus rien à prouver, d’en créer d’autres, toujours avec notre aide. Autant de jalons posés pour la refondation du système, un jour.

Car j’ai l’impression qu’il va aussi falloir être patients.

Statue de femme assise, les mains entourant ses genoux, regardant la mer.
Attente ; Hambourg, mémorial des femmes de marins (Cliché Jaime Silva).

 

 

 

 

 

 

 

  1. Très précisément, il s’agit d’articles dont l’auteur principal, le corresponding author, est néerlandais. []
  2. Cf le § 3 de ma traduction du livre blanc : « Il y a actuellement déjà assez d’argent dans le système. Une transition à grande échelle de l’abonnement vers l’édition en libre accès est possible sans dépense supplémentaire. » []