L’accessibilité numérique en 3 tours de toile

L'image représente un personnage assis devant un PC, les yeux bandés. L'image est surmontée du texte : "comment liriez-vous un article si"
Affiche créée par l’APRIL pour sensibiliser à l’accessibilité numérique. Texte : Christelle Thomas. Graphisme : Julie Tolomelli. 

Dans les universités, plusieurs services ont comme objet de faciliter l’accueil et l’accompagnement des étudiants en situation de handicap. A Clermont-Ferrand, le SUH, Service Université Handicap  est le service du PRES de Clermont-Ferrand chargé de cette mission. Grâce au Pôle Déficience visuelle, hébergé dans les locaux de la BU de Sciences sur le Campus des Cézeaux, et à la présence d’une transcriptrice professionnelle, les étudiants en situation de handicap visuel des membres fondateurs du PRES bénéficient d’un service d’adaptation de documents à la carte.

Au sein de la BCU, la mission transversale Lecture-Handicap de la BCU, créée en octobre 2011, vise également à développer, du point de vue des bibliothèques et de la documentation, une politique d’accueil et d’accompagnement en faveur des étudiants handicapés. Cette politique passe ainsi par un projet de signalement des ressources adaptées de niveau universitaire, projet dont je parlerais dans un prochain billet.

Le numérique joue un rôle central dans cette politique, grâce à la place qu’il occupe dans la chaîne de production et de consultation de médias substituts et c’est tout naturellement que pour mon premier billet, j’aborderai la question de l’accessibilité numérique pour d’abord battre en brèche quelques idées reçues.

Première idée reçue

L’accessibilité numérique, ce n’est pas seulement l’accessibilité du web (même si, dans le langage courant, très souvent elles se confondent) mais c’est aussi l’accessibilité de l’ensemble des médias (radio, télévision, …), des moyens de communication (téléphone, téléphone mobile, …) et des moyens d’accès à la connaissance et à l’information (supports numériques de lecture par exemple) qui utilisent les voies numériques. Le site de l’ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes) propose d’ailleurs un dossier sur l’accessibilité des services téléphoniques.

Deuxième idée reçue

L’accessibilité numérique ne concerne pas que les personnes handicapées (même si elles sont concernées et impliquées au premier chef) mais tout un chacun puisqu’elle prend en compte l’accès universel aux ressources numériques (quels que soient la langue, le matériel ou les logiciels utilisés,  la localisation géographique, …). On parle de « conception universelle », traduction  d' »universal design ».

J’aime beaucoup cette phrase de Charles Gardou, professeur à l’université Lyon 2, anthropologues dont les travaux portent sur la vulnérabilité et ses différentes manifestations (dont le handicap) : « Il ne convient plus de penser et d’agir en termes spécifiques pour des groupes tenus pour spécifiques. Il faut s’appliquer à rendre plus confortable, à humaniser pour tous, à partir du principe universel d’accessibilité et du concept de qualité de vie. Voilà ce qu’il importe de conscientiser : « Nous sommes faits pour vivre ensemble : ce qui est facilitant pour les uns est bénéfique pour les autres. » Qu’ils soient architecturaux, sociaux, pédagogiques, etc., les plans inclinés sont universellement profitables. »Nous pourrions ajouter à cette énumération, la notion de « plans inclinés numériques ».

Les situations d’inaccessibilité numérique sont diverses. Deux vidéos (et leur transcription) sur le site de l’Institut de l’Accessibilité numérique permettent d’illustrer deux situations d’inaccessibilité que l’on peut compléter par : l’impossibilité d’accéder à un document en .pdf parce qu’il n’est pas balisé, l’impossibilité de comprendre une vidéo parce qu’il n’existe pas de sous-titrage ou de transcription, l’impossibilité de savoir ce que figure une image parce qu’il n’est pas prévu d’alternative textuelle, etc…, etc…, etc…

Troisième idée reçue

L’accessibilité numérique n’est pas une faveur faite à un petit groupe mais un droit inscrit en France  dans la loi de février 2005 (Loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées), et au niveau européen dans plusieurs directives.

C’est aussi une philosophie, initiée par Tim Berners-Lee, le fondateur du World Wide Web. Mille fois est citée cette phrase : « La puissance du Web réside dans son universalité. L’accès par tous quel que soit le handicap en est un aspect essentiel  » mais mille fois, dix mille fois, cent mille fois, … est ignoré ce principe puisque, aujourd’hui, tous les sites ne sont pas accessibles, loin s’en faut.

L’accessibilité numérique, enfin est une obligation pour les services publics (dont les bibliothèques) puisque l’article 47 de la loi fixe un objectif ambitieux : rendre l’ensemble des « services de communication publique en ligne des services de l’État, des collectivités territoriales et des établissements publics qui en dépendent […] accessibles aux personnes handicapées ». C’est en mai 2009 qu’est paru le décret d’application de cette disposition qui prévoit la mise en accessibilité des services de communication en ligne dans un délai de 2 ans pour les services de l’État et de 3 ans pour les collectivités. En complément, le Référentiel général d’accessibilité pour les administrations (RGAA) précise les exigences techniques à respecter pour l’accessibilité des contenus.

Mais qu’en est-il en réalité ? Honnêtement, si vous évaluez l’accessibilité du site Internet de votre bibliothèque grâce à un outil en ligne comme Wave ou le valideur officiel du W3C  qu’observez-vous ? Une erreur, deux erreurs, vingt erreurs ???. Notre blog même n’est pas à l’abri. Les progrès à faire sont immenses et si dès la phase de conception, la notion d’accessibilité est prise en compte, les coûts générés sont plus faibles. Une des difficultés est qu’en raison de la vie dynamique des contenus numériques, des sites accessibles à un instant T peuvent perdre cette qualité à l’instant T+1 ou T+2.

Le 16 novembre dernier, ADULOA, Association des utilisateurs des logiciels Opsys Archimed, organisait une journée d’études sur le thème de l’accessibilité des portails documentaires. Une première à ma connaissance. Vous pouvez lire, si le sujet vous intéresse, un billet sur cette journée sur accessiblog.fr

Quatrième idée reçue

L’accessibilité numérique n’est pas le domaine réservé de geeks qui parlent codé, même si leurs compétences techniques sont incontournables.  Ce doit être une préoccupation de tous ceux qui créent ou pilotent la création de contenus numériques. Si vous ne savez pas par quel bout, prendre les choses, je vous  conseille de visionner le diaporama d’Olivier Noury « Prioriser les chantiers d’accessibilité numérique quand tout est à faire ».

L’APRIL, association de défense et de promotion du logiciel libre, a mis en place un groupe de travail « accessibilité et logiciel libre ». Rendez-vous sur le wiki du groupe, une mine d’infos.

L’accessibilité numérique vue à travers le web

Sur le moteur favori des terriens,  les mots-clés accessibilité et numérique génèrent plus de deux millions de résultats. Le sujet fait couler des mégas de datas et quelques clics permettent de balayer un ensemble de thématiques fort riches qui reflètent bien à mon sens, l’ampleur du sujet.

Je voudrais commencer par le territoire des blogs et en signaler deux. A leur lecture vous ne serez pas forcément capables de définir, comme sur Wikipedia, l’accessibilité numérique qui est « la mise à la disposition de tous les individus, quels que soient leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique, ou leurs aptitudes physiques ou mentales, des ressources numériques »  mais vous en connaîtrez l’importance pour les personnes handicapées. Tanguy Lohéac a publié un décapant  Manifeste pour l’accès à l’information pour tous et je vous invite aussi à lire le billet d’Olivier Noury sur accessiblog.fr : Le vrai bénéfice de l’accessibilité, histoire de resituer les problématiques d’accessibilité du côté des utilisateurs et de la place que l’on veut leur faire.

Si l’on poursuit la lecture des résultats, on trouve pêle-mêle des sites qui montrent que le climat autour de la question a été, est ?, sera? houleux. Se succèdent une lettre ouverte, une pétition (non pas contre mais pour l’accessibilité numérique) et le manifeste dont je parlais plus haut il y a tous les ans.

Le combat pour l’accessibilité numérique c’est d’abord une affaire de militants. En 2005, l’association Braillenet émettait des propositions pour « Faire de l’accessibilité numérique une réalité française« . Tous les ans, depuis 2007, cette association organise un forum européen annuel de l’accessibilité numérique. Le 18 mars 2013, le thème de la 7e édition sera « Faire de l’e-accessibilité une compétence professionnelle ».

D’autres acteurs associatifs suivent les évolutions technologiques et se battent pour une mise en accessibilité élargie. Le CERTAM qui dépend de l’Association Valentin Haüy mène par exemple des études sur l’internet mobile ou propose un dossier très complet sur l’accessibilité du web.

Vous pourrez  aussi tester vos connaissances en accessibilité à l’aide d’un quiz.  Il existe un glossaire de l’accessibilité dans lequel vous apprendrez que #axs est le hastag communément utilisé sur Twitter pour parler d’accessibilité ou que SGQRI008 désigne, au Québec, l’ensemble des Standards du Gouvernement du Québec sur les Ressources Informationnelles en matière d’accessibilité des contenus Web pour les personnes handicapées. Tabernacle !

Pour conclure, je voudrais préciser que mon point de vue n’est pas celui d’une spécialiste de l’accessibilité numérique (je n’en ai pas les compétences techniques) mais le travail que j’ai mené pendant de nombreuses années auprès de jeunes déficients visuels m’ a amené à m’intéresser de très près au sujet et à étudier leurs usages de lecture et de recherche d’information. A l’université, le manque d’accès à la documentation est une entrave réelle à la réussite des étudiants qui ont besoin de contenus adaptés et je ne peux imaginer, qu’une politique d’accompagnement et d’accueil  réussie puisse se passer des compétences des bibliothécaires que nous sommes. Il faut cultiver un jardin numérique accessible à tous !


5 réflexions au sujet de « L’accessibilité numérique en 3 tours de toile »

  1. Merci pour cet article très intéressant qui est arrivé à point puisque le sujet de la composition écrite à l’épreuve de BAS CS session 2013 portait sur l’accessibilité aux bibliothèques et aux ressources pour les personnes en situation de handicap ! Difficile de ne pas aborder l’accessibilité numérique …

  2. Bonjour,

    Je vous signale le lancement tout récent de la Bibliothèque Numérique Francophone Accessible (BNFA), qui propose l’accès à des livres numériques adaptés aux personnes déficientes visuelles. Elle est ouverte à toute personne bénéficiant des lois sur l’exception au droit d’auteur en France ou en Suisse.
    http://www.bnfa.fr/

    1. Bonjour,
      La BNFA est effectivement une initiative intéressante. Les personnes déficientes visuelles peuvent également bénéficier des services de la médiathèque de l’AVH, du GIAA ou de la bibliothèque Helene. Nous reviendrons sur le sujet des bibliothèques spécialisées dans un autre billet.
      Cordialement,
      Françoise Fontaine-Martinelli

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *