Faut-il abolir les revues en ligne ?

Il m’arrive couramment (à la pause café, il est vrai) de militer pour la suppression des revues scientifiques. Leur contribution à l’excès d’information blesse mon goût de la synthèse ; leur coût agresse mon sens de l’économie ; du point de vue de la gestion bibliographique, elles constituent un casse-tête qui justifierait en lui-même leur abolition1.

Bien entendu, les revues restent utiles, et même indispensables, pour un très grand nombre d’autres raisons. Mais tout de même, c’est avec un intérêt amusé que je lis, émanant du monde scientifique, des remises en cause qui dépassent de très loin la boutade. Je doute qu’elles aboutissent à la suppression effective des revues scientifiques, mais elles produiront tôt ou tard leur effet, et s’accompagnent de propositions qui concernent directement les bibliothèques. Elles méritent donc que l’on s’y arrête ici.

Sailors with demolition charges on HMAS AUSTRALIA (Image du domaine public, source : FlickR)
Sailors with demolition charges on HMAS AUSTRALIA (Image du domaine public, source : FlickR ; original conservé à l’Australia National Maritime Museum).

Il est impressionnant de voir à quel point ces critiques se font radicales. Bien au-delà des récriminations rituelles contre les dérapages tarifaires des grands éditeurs, elles s’attaquent à la structure du système : classement des revues, Impact factor, comptage des publications à des fins d’évaluation, effets pervers de la notoriété… pour finir c’est l’existence même des revues qui est accusée de faire obstacle au sain exercice de l’activité scientifique. Un article signé de Björn Brembs et Marcus Munafò, paru en 20122, s’attache à caractériser précisément les symptômes du mal :

1- Croissance rapide du taux de rétractation des articles qui « stable depuis les années 1970, s’est mis à augmenter graduellement à partir des années 2000 de 0,001 % à 0,02 % ». Soit un article sur 5000, et un taux multiplié par 20 en une dizaine d’années3.

2- Plus grave, la proportion de rétractations dues à une fraude scientifique a elle-même augmenté et concernerait, ces toutes dernières années, la majorité des articles rétractés. L’article signale en passant le  site http://retractionwatch.com, créé en 2010, qui n’est pas sans rappeler, par son propos et son ton, le blog français « archéologie du copie coller ». La naissance de ce type de site est un symptôme en soi.

3- Autre élément mesuré par les deux auteurs pour évaluer le problème, le decline effect4, soit la tendance pour une découverte à être infirmée plutôt que confirmée au fil du temps par des expérimentations successives, avec des tentatives de réplication de moins en moins concluantes.

Les deux auteurs établissent que ces problèmes sont corrélés avec le rang des revues : mais à l’inverse de ce que l’on attendrait, les revues les mieux classées présentent une probabilité plus élevée de contenir des articles rétractés, frauduleux et des découvertes sujettes au decline effect  (p. 16, je traduis) :

Le classement des revues est corrélé de façon modérée à forte avec le manque de fiabilité scientifique, à la fois intentionnelle et non-intentionnelle.

D’où ils infèrent (p. 18, je traduis) que Faute d’une réforme de notre système de publication, les incitations et la pression qui poussent à publier dans les journaux de haut rang continueront d’inciter les scientifiques à moins de précautions dans leurs conclusions (ou pire), dans le but de  promouvoir leurs recherches auprès des plus grandes revues5.

En résumant, mais sans forcer le trait, les revues dans leur forme actuelle sont devenues un frein au progrès scientifique.

 

Mais en quoi une refonte du circuit de publication concerne-t-elle les bibliothèques ?

Tout ce qui a rapport aux revues scientifiques concerne désormais les bibliothèques, tant elles se sont impliquées dans ce dossier ces dernières années. Ainsi, la question de la transition vers l’accès ouvert est très souvent posée en termes économiques. Elle l’est, on les comprend, par les éditeurs, inquiets à la perspective d’une fusion de leur fonds de commerce. Mais elle pourrait aussi inquiéter les bibliothèques :

1- Économiquement, si la production de revues se déporte vers un modèle Gold (“auteur-payeur”), les coûts se retrouveront émiettés entre des entités en nombre infini (laboratoires ou individus), alors qu’ils sont en voie de centralisation aujourd’hui via les big deals, négociés en grande partie, à grand peine et à grand frais par les bibliothèques.

2- Dans le modèle Green (archives ouvertes), c’est plus simple encore : il n’y a plus ni coût, ni négociation, ni abonnement : à quoi allons-nous bien pouvoir servir ?

3- Enfin ce sont les barrières à l’accès qui rendent indispensables les outils que nous déployons pour donner accès à des ressources chèrement acquises (outils de découverte, résolveurs de liens). À quoi bon ces outils le jour où tout sera disponible gratuitement sur le web ?

Oui, tout cela est très préoccupant, et il y a quelque chose de piquant dans l’enthousiasme avec lequel les bibliothèques militent pour l’accès ouvert, alors que négocier, cataloguer, signaler des revues achetées à prix d’or est notre gagne-pain. La transition des revues entre papier et numérique a été une première révolution professionnelle ; ses répercussions n’étaient rien auprès de celles qu’aura le basculement vers l’Open Access. Dans cette perspective, je m’en vais sacrifier une fois de plus à ma passion pour les scénarios en proposant trois possibilités pour les bibliothèques dans un monde où l’accès ouvert deviendrait la règle (et en indiquant ma préférence entre elles, jouons fair play).

Scénario 1 : Quid nobis interest6 ?

Les bibliothèques pourraient se désintéresser des revues ou de ce qui en tiendra lieu, se recentrer sur les fonctions d’accueil, de gestion des stocks imprimés, une prestation minimale en traitement des données pour toute la partie qui ne serait pas déjà effectuée par les fournisseurs commerciaux, et une relation résiduelle avec les éditeurs survivants de l’ancien système. On aura compris à mi-mot en lisant ce qui précède que personnellement, je ne suis pas pour.

Scénario 2 : Statu quo, mutatis mutandis7

Les bibliothèques pourraient devenir un opérateur financier de l’accès ouvert, voie dorée (Gold open access) pour les établissements qu’elles desservent, en centralisant la gestion des frais de publication. Cela reviendrait peu ou prou à perpétuer le fonctionnement actuel en l’adaptant à l’évolution économique en cours. Personnellement, je trouverais cela intéressant, mais pas très ambitieux. Et du point de vue scientifique la “voie dorée” est loin d’offrir toutes les conditions nécessaires à la suppression des effets indésirables dénoncés plus haut.

Scénario 3 :  Nova de veteribus8

Les bibliothèques pourraient devenir un des acteurs du circuit de publication des résultats scientifiques. Martin Paul Eve9, dans un article paru l’an dernier  imaginait ainsi de faire des bibliothèques le pivot d’un système rénové. Il propose que la publication scientifique, sous quelque forme que ce soit, soit traitée localement par les bibliothèques universitaires dans des entités baptisées research output team, « équipe de publication scientifique ». Ces équipes auraient pour activité de faire fonctionner des plates-formes informatiques permettant le traitement des soumissions d’articles ou d’ouvrage (échanges avec les relecteurs, corrections), le traitement éditorial (balisage, mise en forme) et finalement leur publication dans une instance locale qui servirait à la fois de vitrine de publication et de dépôt d’archives. Il voit dans ce scénario une sorte de “fusion de la bibliothèque et de l’éditeur” (Elvire, veux-tu m’épouser ?) ; et conclut modestement : “In many ways this is a return to the idea of a University Press.”
Cette troisième possibilité m’intéresse davantage que les autres, d’abord parce qu’elle répond aux objections scientifiques formulées contre les revues en première partie de ce billet. Secondairement, cela n’étonnera pas l’avisé lecteur, parce qu’une solution qui s’appuie sur les bibliothèques et les maintient en lien étroit avec la recherche me paraît a priori préférable à tout autre. Troisièmement parce que de façon embryonnaire nous sommes en train de l’expérimenter à Clermont. C’est la demande des chercheurs qui nous a poussés dans cette voie, et nous ne l’avons pas théorisée, mais je m’aperçois avec joie que d’autres l’ont fait.

C’est compliqué à concevoir et à mettre en place, cela implique de réfléchir à l’articulation avec les presses universitaires, avec les dépôts d’archives ouvertes, avec les nouveaux systèmes de signalement, avec les éditeurs gold et avec ceux qui resteront dans le modèle de l’abonnement. Bref, cela demandera du temps, du travail et de l’intelligence. Je suis pour.

  1. Distinction du volume et du fascicule, changements de titre, fusion et scissions de revues, numéros spéciaux, titres à périodicité irrégulière, collections à numéros thématiques, sont quelques-uns de ces défis au bon sens qu’il faut faire entrer vaille que vaille, au chausse-pied, dans les cases étroites des catalogues informatisés ; à mon avis, le seul objet bibliographique susceptible d’égaler la revue en perversité est le volume de mélanges. []
  2. « Deep impact : Unintended consequences of journal rank », [http://arxiv.org/abs/1301.3748] []
  3. P. 3 : The retraction rate of articles published in scientific journals, which had remained stable since the 1970’s, began to increase rapidly in the early 2000’s from 0.001 % of the total to about 0.02 % []
  4. Je suis preneur d’une proposition d’équivalent français pour cet intéressant concept ; notons qu’il porte à controverse et contestation depuis sa popularisation par J. Lehrer dans le New Yorker []
  5. P. 16 : Journal rank is a moderate to strong predictor of both intentional and unitentional scientific unreliability. P 18 : Without reform of our publication system, the incentives associated with increased pressure to publish in high-ranking journals will continue to encourage scientists to be less cautious in their conclusions (or worse) in an attempt to market their research to the top-journals []
  6. Littéralement “Qu’est-ce que ça peut nous faire?” ou autre formule plus familière à votre convenance. []
  7. Litt. “Changeons un peu mais pas trop”, mais vous l’aviez compris. []
  8. Litt. “Du neuf avec du vieux”. Je m’insurge contre la connotation négative de cette expression : à mes yeux prétendre faire du neuf autrement qu’avec du vieux, c’est négliger ses dettes []
  9. Martin Paul Eve, “Tear it down, build it up: the Research Output Team, or the library-as-publisher”, dans Insights, the UKSG Journal, vol. 25, n° 2, July 2012, 154-162 [en ligne, http://uksg.metapress.com/content/9tvk4t7324388071/?p=43da471d5e0a4df6bd268ee270278a80&pi=6, consulté le 29 août 2013]. []

2 réflexions au sujet de « Faut-il abolir les revues en ligne ? »

  1. Cher Olivier,

    voilà un billet bien fascinant, et je ne peux m’empêcher de noter partout sur internet les mêmes questions fondamentales qui émergent: dans de nombreuses industries, des maillons entiers de la chaîne de valeur traditionnelle (non digitale) se transforment ou disparaissent.

    Le monde de l’édition est un exemple particulièrement tranché de ce phénomène. Nous assistons tous a la lente agonie des journaux imprimés.

    Du côté du client, ce n’est pas que le plaisir de feuilleter un journal ait disparu, mais tout simplement les sources d’information sont devenues a la fois spécialisées et foisonnantes(journaux en ligne, agrégateurs d’articles, Twitter feed et liens associés, blogs et sites thématiques, newsletters, réseaux sociaux etc…) aisées a trouver et identifier, et facile à consommer à la demande (Y compris en payant une souscription permettant de télécharger les journaux sur un Kindle ou in iPad par exemple).

    Du côté de la création de contenu, il est possible pour n’importe qui d’écrire de l’information de bonne qualité (la preuve ce blog), de la mettre en forme pour la rendre lisible et la mettre a la disposition du monde entier.

    L’éditeur, le relecteur, le maquettiste, le typographe, l’imprimeur, le livreur de papier, le livreur de journal, le technicien de maintenance de rotative etc… tous ces gens sont maintenant remplacés par une solution de Blog, une équipe d’ingénieur et 1 créateur de contenu… Si le contenu est bon, il n’y a pas d’obstacle a une renommée mondiale pour l’écrivain, qui ne dépend plus comme avant des intermédiaires physiques.

    L’effet de dés-intermédiation de l’internet est également sensible dans d’autres secteurs. On observe maintenant une tendance forte des entreprises a réduire les frais qu’elles engagent dans les cabinets de recrutement, tant il est devenu aisé et peu cher de trouver des candidats qualifiés et intéressés par votre entreprise sur le web.

    La dés-intermédiation est la disparition progressive de tous les intermédiaires d’une chaîne de valeur liée au contenu ou a la connaissance. Dans le cas de l’édition, il s’agit de la disparition de la chose imprimée et de la raison d’être de l’éditeur.

    Dans le cas des agences de recrutement, c’est le fait que le web rapproche aisément candidats et employeurs, ce qui fait que leur “base de données” et leur “liste de candidats” sont en réalité moins a jour et moins riches que la ressource que le web offre.

    Dans les deux cas cependant, ce qui permet cette désintermédiation c’est l’apparition sur le web de marchés de l’information. Ces marchés (Marketplace) sont les lieux de la rencontre virtuelle entre une offre et une demande. La désintermédiation d’un marché s’accompagne toujours d’une redistribution des prix/revenus dans la chaîne, et en général donne un meilleur pouvoir de négociation au consommateur, qui lui recherche le meilleur rapport prix/satisfaction des besoins.

    Les réseaux sociaux sont les adversaires les plus redoutables des agences de recrutement, parce qu’elles permettent a tous les professionnels de se rencontrer et se rechercher mutuellement dans une base de donnée perpétuellement mise a jour par leurs utilisateurs, pour un coût qui représente une fraction des frais d’agence.

    Il y a fort a parier que les agences immobilières, qui monnayent encore aujourd’hui le privilège de l’information a propos “ce qui s’est vendu et pour combien” succomberont tôt ou tard, lorsque tous les propriétaires immobiliers commenceront a discuter en ligne des prix, ce qui réduira le rôle des agences immobilières à… pas grand chose.

    Pour en revenir à la BU, le même phénomène affectera rapidement le monde de l’édition spécialisée. Préparer un article est le métier du chercheur. La relecture et la mise en page est facilitée par la plateforme sur lequel l’article est publié, soit par une équipe d’édition, soit simplement par collaboration en ligne, ou est faite a la production avant la mise en ligne. La promotion de l’article est facilitée par les “likes” recueillis, le nombres de liens partagés et le marketing digital qui se fait naturellement sur tous les contenus en ligne.

    La question n’est donc pas “l’open access est-il le futur? ” mais plutôt “Quelle entité ou structure se présentera comme la mieux placée pour proposer un marché de l’information scientifique? ”

    La BU, avec son intérêt de l’utilisateur comme valeur première, et avec un savoir faire naissant mais qui passe rapidement de “organiser du contenu” a “aider a consommer le contenu”, n’attendra pas le XXIIème siècle pour passer au “aider a produite le contenu” ce qui en somme ne serait que courir après avoir marché!

    Nous vivons une époque passionnante!
    S

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.