Sci-Hub, la science au juste prix

Statue de Robin des bois à Nottingam
Robin Hood (par Alan Feebury).

Un article de Science1 vient de consacrer le triomphe de la bibliothèque pirate Sci-Hub, créée en 2011 par une étudiante kazakhe, et qui contient aujourd’hui 50 millions d’articles, pour plus de 5 millions de téléchargements mensuels.

Dans le monde de la musique et de la vidéo, les verrous de l’accès avaient sauté il y a longtemps déjà. Malgré toutes les tentatives hadopiques pour endiguer le flot, l’échange en ligne s’est imposé, car il est trop facile pour se plier à la régulation. Dans ce paysage où toutes les barrières semblaient brisées et jetées à terre, l’édition scientifique faisait jusqu’ici figure à la fois d’exception et de curiosité. Occasion d’échanges amusés et incrédules avec tout interlocuteur étranger au petit monde de la science en train de se faire : « Sérieusement, vous payez pour consulter des revues scientifiques en ligne ? Mais combien à peu près ? Pardon, COMBIEN ??!!? ».

Cette exception a vécu. Désormais, il est aussi facile et rapide de se procurer un article payant que de télécharger un film ou une fichier de musique. Pour légalistes que soient les bibliothécaires (et Dieu sait s’ils le sont, moi le premier), je gage qu’ils seront nombreux à se réjouir du succès de Sci-Hub. Petite satisfaction mesquine et revancharde, que de voir enfin l’arrogant monopole des éditeurs battu en brèche. Mais enfin pourquoi bouder ce petit plaisir : Robin des bois se faisait attendre, cette fois il est là, et bien là !

Et puis, on a bien le droit de se réjouir, sans honte et sans arrière-pensée, de voir s’effondrer le mur de l’accès. Quand on sert l’activité scientifique, il est vraiment pénible d’être obligé de se livrer, à longueur d’année, à de pénibles et décevants marchandages, de devoir ensuite se plier à des systèmes d’authentification et de contrôle, quand il ne s’agit pas de faire la police auprès de ses propres utilisateurs. Les bibliothécaires, qui ont de la conscience professionnelle à revendre2 ont dépensé depuis quinze ans une énergie colossale pour combattre, en négociation, les verrous mis en place par les éditeurs… puis pour mettre au point des systèmes d’accès aux articles qui respectent ces verrous et en minimisent les nuisances. Ces contorsions leur valent d’ailleurs un vilain coup de pied de l’âne d’un éditeur dans l’article de Bohannon :

And for all the researchers at Western universities who use Sci-Hub instead, the anonymous publisher lays the blame on librarians for not making their online systems easier to use and educating their researchers. “I don’t think the issue is access—it’s the perception that access is difficult,” he says.

Quant aux chercheurs des universités occidentales qui utilisent Sci-Hub [au lieu des voies légales d’accès] l’éditeur anonyme en rejette la faute sur les bibliothécaires, pour n’avoir pas su rendre leurs systèmes d’accès en ligne plus faciles d’utilisation, ou n’avoir pas su former leurs chercheurs. « Je ne crois pas que le problème soit l’accès, mais seulement l’impression que l’accès est difficile », dit-il.

Des dizaines de bibliothécaires se sont déjà étranglés ou esclaffés à ces mots : ils savent depuis longtemps (et les éditeurs aussi !) que le SEUL souci de l’utilisateur est de trouver son article le plus vite possible. Il est bien naturel que Sci-Hub devienne sa source privilégiée, s’il y trouve ce qu’il cherche sans avoir à s’identifier, ou tout simplement s’il sait qu’il y trouvera TOUT ce qu’il cherche, sans avoir à passer d’une plate-forme ou d’un moteur de recherche à l’autre.

Passée le premier sourire et le premier agacement, on peut se demander quels effets l’existence de Sci-Hub va avoir sur le paysage de l’information scientifique et technique. Voici ce qui me vient au premier abord.

Sci-Hub casse les prix (?)

Sci-Hub casse le marché. Donner gratuitement ce que d’autres vendent à prix indécent, difficile de faire plus agressif, plus déloyal ! Mais on pourrait aussi bien écrire : « Sci-Hub crée le marché », puisqu’il y avait monopole (oligopole, précisément). D’une certaine façon, la concurrence déloyale que Sci-Hub fait aux plate-formes des éditeurs restaure, d’un geste un peu brutal, mais sans penser à mal, une situation de concurrence, contrebalançant le monopole qui était le leur. Ceci posé, il n’est pas certain que l’irruption massive du gratuit exerce une pression efficace sur les prix pratiqués par les éditeurs. Même dans le domaine de la musique et du film, il n’y a pas de consensus, aujourd’hui, quant à l’effet du piratage sur l’offre légale. Dans le domaine scientifique, où le client est légaliste par définition, puisque c’est presque toujours l’État, on ne peut pas être sûr que les tarifs vont se réguler en tenant compte d’un élément illégal.

Pour autant, on pourrait imaginer qu’en négociation, cet élément exerce une pression indirecte. La stratégie classique des grands éditeurs en négociation, c’est le tout ou rien : « Voilà le prix du bouquet, à prendre ou à laisser. Le titre à titre, c’est possible… mais c’est plus cher. » Or, il est bien plus facile à un établissement de refuser un contrat s’il sait que ses chercheurs n’en pâtiront pas trop et pourront se débrouiller pour accéder aux articles. Sci-Hub ne sera, bien sûr, jamais évoqué, mais comment douter que son ombre pèsera dans la discussion, puisqu’il est démontré que les chercheurs savent s’en servir en cas de besoin ? Songeons, par exemple, à cette université canadienne qui, après une difficile négociation avec Springer, a écarté le bouquet et choisi le titre à titre… Un tel choix aurait-il été concevable il y a un ou deux ans, alors même que la situation financière des universités était déjà dramatique ? On peut lire la décision annoncée de plusieurs façons : soit les budgets ont été si profondément drainés qu’il ne reste même plus de quoi payer tous les bigs deals (c’est donc la concurrence entre les big deals qui s’engage, avec un résultat déjà prévisible), soit c’est le consentement à payer des universités qui est atteint : désormais, ce qu’elles ne veulent pas, les universités ne peuvent plus être forcées à l’acheter. Parce qu’elles n’en ont plus les moyens (ceci n’est pas nouveau), mais aussi parce que les chercheurs peuvent désormais se procurer gratuitement ce dont ils ont besoin, si leur établissement ne peut le leur fournir.

Image d'un roi nu, de dos, ne portant que sa couronne.
Les habits neufs de l’empereur, par Milan Rubio.

Sci-Hub joue, de ce point de vue, un rôle décisif : il jette en pleine lumière l’absurdité d’un système où nous payons des millions pour accéder, au prix de coûteuses et laborieuses contorsions techniques, à une documentation gratuite, c’est à dire produite gratuitement et désormais accessible tout aussi gratuitement. Sci-Hub n’est pas seulement Robin des bois, c’est aussi l’enfant qui s’esclaffe en voyant passer l’empereur Elsevier dans ses habits neufs, et qui s’écrit qu’il est tout nu.

 

Quel effet sur l’Open access ?

Si j’avais une inquiétude, ce serait celle-ci : secoués par le succès de Sci-Hub, les éditeurs vont certainement redoubler d’efforts pour basculer du modèle de l’abonnement vers celui de l’auteur-payeur. C’est la seule parade réaliste pour eux à long terme, et on sait déjà qu’elle est rentable. Les chiffres que vient de publier l’Autriche, par exemple, montrent que la transition est engagée, à un rythme affolant, parce que très coûteux ! L’hybride s’envole, loin devant les autres modèles économiques. Grâce à lui, les éditeurs réassurent leur prise sur le circuit de publication, tout en s’assurant de nouveau, au passage, de considérables bénéfices3.

Dépenses de publication en libre accès en Autriche4

Type de coût 2012 2013 2014 2015
Gold Open Access
€ 1 101 € 4 744 € 69 668 € 441 034
Open Access hybride
€ 3 191 € 19 353 € 419 160 € 1 921 431
Autres coûts
€ 5 378 € 4 446 € 89 103 € 174 091
Total € 9 670 € 28 543 € 577 931 € 2 536 555

Alors comment conclure ? Eh bien comme d’habitude :

  • menons campagne contre l’hybride5
  • encourageons et aidons de notre mieux la création de nombreuses revues en libre accès dans le circuit universitaire.
  1. John Bohannon, Who’s downloading pirated papers? Everyone, Science 29 Apr 2016 : 508-512. []
  2. Malheureusement, ça ne se revend pas très bien. []
  3. Rappelons que l’hybride permet à l’éditeur de faire payer deux fois l’institution de recherche, puisqu’elle paie l’abonnement à la revue ET le prix nécessaire pour la publication en OA, laquelle ne coûte pas un centime à l’éditeur. []
  4. Ces chiffres ont été compilés à partir des données publiées par l’Austrian Science Fund ; Elles sont sous forme de tableurs, donc extrêmement faciles à exploiter. Belle leçon d’Open data ! []
  5. Voir la 24e minute de la vidéo []

7 thoughts on “Sci-Hub, la science au juste prix”

  1. Excellent article. Cependant, il dépeint encore un tableau où les éditeurs seraient la victime du « piratage ». Ce qui est techniquement faux comme toutes les sources l’indiquent, y compris Sci-Hub lui-même.

    Comment Sci-Hub donne-t-il accès aux articles derrière les paywall d’éditeur ? Certainement pas en piratant leurs fermes de serveurs, hautement sécurisées, comme deux de mes employeurs en ont eu l’amère expérience. On ne pirate pas de telles structures avec plus de 60 millions de requêtes par an, ça se voit !

    Sci-Hub utilisent les identifiants d’abonnés, en majorité des établissements ESR. La version officielle veut que ces codes ont été volontairement fournis à Sci-Hub par des « gentils militants du libre », de l’intérieur… Preuve à l’appui : je tente l’accès Sci-Hub à un article médical sur une plateforme francophone (nous y sommes abonnés ! Je teste) ; je me retrouve sur une université anglaise dont la DSI me répond que ce type d’accès n’est pas autorisé mais que je peux déposer une réclamation auprès de leur administrateur réseau. Non merci ! 😀

    Conclusions :
    – Paradoxalement, Sci-Hub ne peut fonctionner qu’avec un modèle « abonnement » qu’il est sensé remplacer ou au moins ébranler ;
    – Sci-hub parasite les services de documentation, les bibliothèques ; le préjudice légale et financier est pour eux et non les éditeurs dont les bénéfices et les marges bénéficiaires font toujours de l’alpinisme ;
    – Les usagers se détournent des services de bibliothèque dont les interfaces – fournies par les éditeurs et des intermédiaires – sont trop lourdes ; donc pour les bibliothèques c’est un préjudice d’image auprès d’un public de chercheurs qui croit avoir roulé le méchant éditeur mais pillent les ressources des autres établissements d’enseignement supérieur et recherche.

    Sci-Hub n’est pas un Robin des bois qui volent les riches… Il a un double des clefs de la BU ; il vole les pauvres. Voler aux pauvres pour donner aux pauvres ? Voilà bien une politique ultra-libérale.

    Voilà pourquoi moi, bibliothécaire, je ne me résous à utiliser Sci-Hub qu’avec réticence et amertume, comme n’importe quel bouquet d’éditeur, ScienceDirect en tête. Dans tous les cas, je suis roulé dans la farine. Sci-Hub n’est qu’un expédient, un pis-aller… et un parasite de plus.

    1. Merci beaucoup pour cette discussion. Je n’avais jamais entendu formuler ce point de vue suivant lequel les BU seraient victimes de Sci-Hub, et il est effectivement intéressant.
      Factuellement, vous avez tout à fait raison, Sci-Hub utilise des identifiants d’abonnés et le proclame publiquement.
      « Pille-t-il » ? J’en doute.
      Je vais expliciter un peu mon point de vue.
      D’abord, un point sur lequel je suis d’accord avec vous : je n’estime pas que Sci-Hub soit LA solution à nos difficultés avec les éditeurs, ni qu’il soit une excellente solution en lui-même. Sci-Hub est un court-circuit, un succédané. Le résultat, aussi, d’une pénurie systémique. Mais s’il ne fonctionne qu’avec le modèle d’abonnement, comme vous le dites (et c’est tout à fait vrai), c’est un peu de la même façon que la contrebande n’existe pas sans la prohibition. Si les verrous à l’accès (qu’ils soient techniques ou financiers) étaient raisonnables, Sci-Hub n’aurait jamais existé. De ce point de vue Sci-Hub est bien plus un symptôme qu’un remède.

      En revanche, je suis en désaccord avec vous sur l’idée que Sci-Hub « volerait » les universités abonnées pour nourrir des parasites : le fait que des identifiants soient détournés de leur usage ne cause aucun préjudice mesurable à l’université qui les fournit malgré elle. Ce sont bien les éditeurs qui portent plainte contre Sci-Hub et font rechercher sa créatrice. Ce ne sont pas les universitaires. La raison de cela, outre que le coût induit pour les établissements est nul, est simple : aucun universitaire ne verra jamais le moindre inconvénient à ce que son établissement partage ses abonnements avec d’autres. Il n’y a que les éditeurs qui trouvent à y redire, parce qu’ils estiment subir, de ce fait, un manque à gagner.

      Mais bien au-delà : ce qu’essaie de dire ma référence à Robin des bois, et de quoi je ne démordrai pas, c’est qu’il peut se trouver quelque chose qui soit au-dessus de l’exigence de légalité ; en l’occurrence, la nécessité absolue, pour un chercheur, de pouvoir accéder à tout article scientifique susceptible de nourrir ses travaux. Sci-Hub est né des nombreux obstacles inutiles (et je crois, injustifiables d’un point de vue scientifique) que les plates-formes des éditeurs ont mis à l’accès aux résultats de la recherche scientifique, en tirant parti du fait que l’article est, pour le chercheur, un bien de première nécessité, et en gênant autant que possible la circulation des fichiers (restriction sur le PEB, tarifs prohibitifs, etc.).
      Sci-Hub est né du besoin qu’a eu une scientifique désargentée de pouvoir faire sa thèse. En travaillant, elle a bien obéi à une exigence supérieure à celle de la légalité. Elle l’a fait à une telle échelle que le jeu s’en trouve déséquilibré. On peut discuter sur la légitimité du moyen, et se demander s’il était proportionné au problème rencontré. Je ne prétendrai certainement pas trancher ce débat à la légère. Mais je reste convaincu que pour le scientifique, où qu’il soit, l’existence de Sci-Hub, aujourd’hui, est un bienfait. Même en tant que bibliothécaire, je suis trop solidaire de mes utilisateurs pour me désoler qu’ils puissent trouver, par ce moyen, ce que je ne suis pas en mesure de leur fournir.
      Bien cordialement,
      O.L.

      1. Bonjour,

        Merci pour votre réponse. Mon propos n’était pas de qualifier de parasitisme l’usage de Sci-Hub par les chercheurs. Le constat irréfragable est bien celui d’un besoin d’accès rapide à l’information scientifique et avec une large couverture. Je le constate chaque jour et suis navré de ne pas toujours pouvoir y répondre… avec les moyens légaux de mon service. C’est le modèle technique, juridique et économique de la plateforme Sci-hub que j’ai qualifié de tel.

        Le coût est-il pour les établissements abonnés ? Question intéressante à laquelle je n’ai pas de réponse ni n’en est lu qui découle d’une étude factuelle et contradictoire… une réponse scientifique. Par conséquent, avancer que le coût est nul pour l’abonné me paraît être un postulat, par nature non prouvé. Du point de vue financier, le modèle économique des éditeurs répartit le coût (charge et bénéfices) sur les abonnés en se basant sur la taille, taille mesurée en effectif, les fameux FTE. Je me demande alors si la « perte » n’est pas répartie entre abonnés ; bénéfices et marges bénéficiaires des éditeurs scientifiques n’ont pas cessé d’augmenter, même après l’essor de Sci-Hub. Du point de vue image, Sci-Hub renforcerait l’impact des revues que ça ne me surprendrait pas. Après tout, le modèle c’est « je lis, je cite »… ergo je renforce l’IF et l’IH des revues « piratées ». Sci-Hub n’aurait-il pas l’effet pervers de renforcer le système qu’il est censé sinon combattre du moins contourner ?

        Enfin Sci-Hub aurait une dimension solidaire et humanitaire ? Sur Twitter, quelqu’un le comparait au « café suspendu ». Ça me chiffonne. Laisser un petite somme au cafetier pour prépayer le café d’autrui est un acte volontaire et consenti ; je ne suis pas certain que ce soit le cas des établissements abonnés, pas tous. En plus la légalité est discutable : la licence d’abonnement restreint l’accès aux documents aux publics institutionnels ou aux walking users. Si un établissement donne accès à d’autres publics, hors du cadre des droits consentis par l’éditeur, il est plausible que sa responsabilité soit engagé. Ce point est incidemment évoqué par des articles de revues scientifique qui traitent de l’attitude à adopter par les bibliothèques vis à vis de Sci-Hub : beaucoup mettent à leur charge la sécurisation des accès.

        Enfin, je commence à penser que Sci-Hub peut saper nos efforts pour développer le green open access, notamment le dépôt institutionnel : HAL, etc. En effet pourquoi demander un effort supplémentaire au chercheur pour déposer ses publications, dans la logique d’un intérêt collectif à long terme ? Alors qu’avec Sci-Hub il a un accès personnel, quasi total aux publications scientifiques, et qu’il satisfait son besoin immédiat. Surchargé de travail, j’irai au plus efficace, moi aussi.

        Je suis toujours content de satisfaire mes usagers. Toujours. Faciliter leur vie, soulager même modestement leur charge de travail, contribuer même modestement à leurs travaux. Néanmoins, il me semble que nous ne mesurons pas encore l’impact de Sci-Hub sur les différents acteurs de la chaîne de l’information scientifique. Il n’est pas certain que les éditeurs y perdent tant que ça. Les chercheurs ont un bénéfice à court terme. Quant au service de documentation…

        L’avenir le dira. J’ai vu aussi de nombreux services gratuits devenir payants ces dernières année : Mendeley, RefMe, Academia… Comment Sci-Hub finance-t-il un fonctionnement qui gère plus de 60 millions de connections par an ?

        PS : Pour compenser la couverture insuffisante de nos abonnements, j’utilise et montre de nombreux plugins : UnpayWall, Lazy Scholar… Sci-H… !

        1. – « Le coût est-il nul pour les établissements abonnés ? »
          J’entends par là : il n’y a aucun mécanisme de répercussion du coût induit par Sci-Hub. Par ailleurs, dans le modèle économique de l’accès, le coût marginal (= le coût d’une utilisation supplémentaire d’une ressource) est nul, c’est même un des fondement de la rentabilité du modèle. Enfin, les tarifs de la documentation électronique étant astronomiques et sans rapport avec le coût pour les éditeurs, il ne me paraît ni faisable, ni pertinent, de chercher à établir scientifiquement l’impact propre de Sci-Hub sur un système en lui-même déconnecté des coûts réels.

          – Tout à fait d’accord avec vous pour ne pas assimiler le fonctionnement de Sci-Hub de celui du cafe « sospesso », car il n’y a pas de générosité particulière du chercheur qui donne ses identifiants : ce partage ne lui coûte rien (à peine un risque, assez théorique), les coûts étant déjà supportés par ailleurs. S’il faut chercher une analogie, le scientifique qui fournit ses identifiants est comparable à l’usager du métro qui, après avoir franchi le tourniquet, et voyant derrière lui un fraudeur sauter par dessus, lui tient le portique pour lui éviter de rester coincé.
          [Avec une nuance supplémentaire : les tarifs et profits du métro urbain n’ayant rien à voir avec ceux de l’édition scientifique, le regard porté sur la fraude n’a rien à voir non plus… Il me semble que l’opinion commune tendrait spontanément, pour cette raison à absoudre le scientifique et à réprouver le resquilleur du métro. Mais c’est un autre débat 😉

          D’accord enfin sur le fait que Sci-Hub n’est pas une solution, mais plutôt un symptôme. D’abord parce qu’une solution illégale est en elle-même non viable (surtout à une telle échelle). J’ignore si c’est le droit ou les pratiques éditoriales qui vont évoluer le plus vite, mais je présume que l’état de déséquilibre que traduit le succès de Sci-Hub exerce, en lui-même, une forme de pression en faveur d’une évolution. J’espère qu’elle sera rapide. En attendant, je ne crains pas trop pour les bibliothèques : nos chercheurs savent, je crois, que nous travaillons pour eux !

  2. tout à fait OK sur votre conclusion. Par contre, vous ne donnez pas de lien vers le tableur sur les couts de publication en Autriche? Ces couts sont des couts globaux nationaux? par tête d’étudiants?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *