Notre série de l’été : un succès, un regret, un projet

Toute publication a ses marronniers, et la liste des sujets disponibles pour permettre aux valeureux pigistes de meubler les périodes creuses est du reste assez réjouissante. L’Alambic sacrifie avec enthousiasme à cet usage. Son côté rituel et répétitif est plein d’avantages. Il permet à une créativité amenuisée par des mois d’effort de s’épargner un peu. Il ménage l’estivant soucieux de ne pas mouiller, ensabler ou salir son smartpad ou son He-phone (j’ai toujours rêvé de décliner ce nom absurde : tu es content de ton you-phone, ils zyeutent leurs they-phones, elle a she-phoné tout mon forfait, etc.), mais qui aime savoir qu’il ne va rien manquer d’important. Il évite aussi au web-deuxicomane invétéré de se trouver précipité dans un dangereux état de manque, toujours périlleux pour sa santé mentale.

Bref, dans le but avoué d’économiser notre énergie pendant la trêve estivale sans frustrer notre lecteur (s’il existe), nous allons réitérer l’expérience  de l’an passé : la série de l’été.

Leaving it all Behind, par Orange Jack (Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique ; source FlickR)
Leaving it all Behind, par Orange Jack (Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique ; source FlickR) 

Au seuil de l’année 2011-2012, je risquais quelques promesses sur ce que nous allions nous attacher à réaliser pendant l’année à venir. Celle-ci étant désormais terminée, j’ai relu non sans appréhension mon billet d’ouverture, pour m’apercevoir avec soulagement que le travail accompli cette année a tout de même quelque rapport avec les priorités annoncées :

  • nous avons soutenu les initiatives de Couperin lorsque le consortium se montrait entreprenant voire belliqueux. Quelques-uns de mes propres billets sur la documentation électronique ont cherché à contribuer à l’effort de guerre. Je ne réponds pas du succès, mais je revendique l’effort.
  • nous avons bel et bien mis en test (pas encore public : patience !) un OPAC libre sur notre SIGB non-libre, sans rencontrer pour l’instant de difficulté paralysante,  deux billets vous en ont informés.
  • La bibliothèque virtuelle est devenue une réalité, comme en témoigne ce site ou ce billet, par exemple. Le travail se poursuit sur d’autres projets, as you can see. Dans le même temps, le dépôt dans TEL et HAL des résultats de la recherche a été bel et bien lancé.
  • Le parc public est presque intégralement passé sous linux, nous avons eu notre première install-party et progressé de quelques pas vers le monde du libre.

Voilà pour les grandes lignes. Mais nous avons fait bien d’autres choses petites et grandes et une journée passée récemment à phosphorer ensemble nous a donné l’occasion, au sein de la bibnum, d’échanger en détail sur ce qui nous avait plu, ou moins plu, au cours des mois écoulés. Je m’en voudrais de ne pas vous en faire profiter. J’ai donc demandé à mes collègues d’indiquer chacun, dans un billet concis et illustré :

  1. Un succès : un projet qui ait abouti cette année et qui soit motif de satisfaction ou de fierté. Parce qu’il ne faut pas bouder son plaisir de voir aboutir son travail.
  2. Un regret : échec, difficulté, retard, déception rencontrés dans l’un ou l’autre projet. Ne serait-ce que pour donner du prix à nos réussites ; et peut-être aussi pour apprendre que d’autres ont rencontré et surmonté ce qui nous arrête.
  3. Un projet  : un travail motivant, déjà en cours ou en perspective pour l’an prochain. Pour partir en vacances sans crainte de s’ennuyer au retour.

Et pour que vous aussi, cher, insaisissable et mystérieux lecteur, après des vacances que l’on vous souhaite paisibles et réparatrices, vous ayez envie de revenir.

Un portail de briques

Le 21 juin dernier, nous avons été invités par l’ADBS Auvergne à une après-midi d’étude sur les portails de bibliothèques à l’Institut National de Recherche en Sciences et Technologies pour l’Environnement et l’Agriculture (IRSTEA) d’Aubières, à deux pelouses de nos bureaux.

Marc Maisonneuve, formateur chez Tosca Consultants, était aussi convié pour faire le point sur la notion de portail documentaire et présenter l’offre de logiciel.  Nous sommes ensuite intervenus pour présenter le portail de la BCU. Colette Cadiou, responsable du service IST de l’IRSTEA a pris la parole à son tour pour présenter les portails Cemadoc et ist.irstea.fr, le tout nouveau portail de l’IRSTEA dédié à l’IST qui venait juste d’être mis en ligne, pour l’occasion.

Que retenir de cette après-midi de travail et d’échanges ?
D’abord des éclaircissements, salutaires, sur la notion de portail, qui nous apparaissait, à bien des égards, confuse, ambiguë, et polémique, tant et si bien que dans l’équipe, on rechignait parfois à employer ce mot, lui préférant celui, plus consensuel, de site web.
Marc Maisonneuve se donnait pour tâche de démêler cet embrouillamini. L’expression portail de bibliothèque n’est-elle pas employée à toutes les sauces? Tantôt on parle de portail pour parler de site web, tantôt de catalogue, tantôt d’outil de recherche fédérée, tantôt d’OPAC nouvelle génération… Il faut dire que même le JISC (Joint Information Systems Comittee) entretient cette confusion, en parlant de « service réseau », de point d’accès, où l’information, en ses différentes sources, se présente et se recherche par différents moyens, par l’entremise de technologies variées, pour se retrouver, sous forme de résultat, uniformisée, fusionnée, et affichée dans un format unifié. Si l’idée de portail y est, elle pourrait s’exprimer de façon plus limpide. Marc Maisonneuve la passe au crible et en extrait l’essence : le portail, c’est un « outil permettant de réaliser tout ou partie d’un site web, point d’accès unique à de multiples ressources documentaires, services et contenus. »
On perçoit mieux la différence entre portail et site web. Si le portail peut effectivement être un site web, il peut aussi n’en être qu’une composante, la composante-outil, en l’occurrence, pour rechercher des ressources documentaires, bénéficier des services en ligne de la bibliothèque, et, accessoirement, accéder aux contenus proposés par le bibliothèque. Cela ne veut pas dire que les contenus sont accessoires, bien au contraire, simplement qu’ils peuvent être dissociés du portail comme outil, en demeurant par exemple sur un site à part, comme celui de l’institution à laquelle appartient la bibliothèque.

Le portail peut se résumer à un seul outil, mais il en intègre souvent plusieurs. Marc Maisonneuve le qualifie à juste titre d’« outil composite ». Idéalement, le portail doit répondre à toutes les attentes des usagers. La typologie présentée des logiciels métiers recense tous les logiciels conçus pour répondre à ces attentes.
Le degré zéro du portail de bibliothèque, c’est le catalogue bien sur, avec pour corolaire en terme de logiciels, le SIGB et l’OPAC. Difficile en effet d’imaginer une bibliothèque sans catalogue. Ensuite, bien sur, c’est l’accès aux ressources numériques qui prime, avec pour corolaire les outils de signalement (liste AZ, résolveur, recherche fédérée etc.) On peut envisager, aussi, d’intégrer au portail une bibliothèque numérique, pour accéder aux documents primaires, sans oublier qu’il s’agit là juste d’un autre site que le portail interrogera, et non d’un élément charnière structurant. Le système de gestion de contenu, permettant d’éditer les contenus relatifs à la bibliothèque peut être une autre brique du portail.

Des briques très chics
Les briques très chic (upper level) par fallentoato flickr (CC BY-NC-SA 2.0)

Un portail de bibliothèque, ce sont des briques agrégées. Comment les agréger ? C’est l’architecture du portail qui sera décisive. Marc Maisonneuve présente plusieurs cas de figure. Le must, c’est d’ajouter à ces briques essentielles un opac de nouvelle génération, pour interroger de façon unifiée les métadonnées de toutes les ressources. C’est là un vrai service. Ce que n’est pas la recherche fédérée, qui interrogeant séparément les ressources de la bibliothèque apparaît beaucoup trop complexe et difficile à prendre en main pour les usagers.
L’architecture idéale ? Elle allie SIGB, catalogue, annuaire LDAP, CMS, base de données, et un OPAC de nouvelle génération pour chercher au sein de toutes ces ressources de façon unifiée via des métadonnées rassemblées, unifiées et enrichies.
Une fois définie l’architecture, il est nécessaire de mettre en œuvre une stratégie conforme à ses moyens pour réaliser le portail, en commençant par la brique la plus essentielle, le SIGB, puis le CMS, enfin les autres briques complémentaires qui ajoutent de la valeur à l’ensemble. Marc Maisonneuve nous met en garde vis à vis des produits tout en un, conçus pour répondre à toutes les fonctions. Cette ambition les dessert, le risque guettant de faire tout à peu près, comme le défunt jubil, comme notre ancien portail Archimed. Ces solutions tout en un sont envisageables pour les bibliothèques démunies, qui manquent de moyens et de compétences pour réaliser et mettre en oeuvre des outils libres, pouvant s’interfacer les uns les autres.

L’intervention de Marc Maisonneuve éclairait sous un nouveau jour notre propre démarche de construction de portail. Rétro-éclairage, pourrait-on dire, car le même Marc Maisonneuve était déjà intervenu à la BCU, en 2009,  à un moment où la BCU était encore BCIU pour donner une formation sur les portails documentaires, et faire le diagnostic de l’existant Archimed : cet ancien portail ne convenait plus en terme de positionnement, étant destiné à la fois aux usagers des bibliothèques communautaires et universitaires. Il était cher, peu ergonomique, et rigide, puisque la moindre modification supposait une intervention facturée du prestataire. La seule issue possible était de se donner les moyens de créer un nouveau portail. Comment ? En renforçant l’équipe de la bibnum. C’est ainsi que Mathieu et moi-même furent recrutés, que Raphaële et Karine intégrèrent à plein temps l’équipe, qu’Olivier prit les rennes du service. La BCU disposait déjà d’un SIGB et d’un opac absysnet. L’urgence était de concevoir et de construire le site. Nous nous y attelâmes. Les bibliothécaires des sections purent gérer comme ils le souhaitaient leurs contenus en ligne. Après l’évaluation du site, nous sommes à même de proposer bientôt une nouvelle mouture. Un résolveur de lien a été mis en place. Nous avons mis en oeuvre notre première bibliothèque virtuelle avec les carnets géologiques de Philippe Glangeaud. L’OPAC de nouvelle génération sera bientôt en ligne. Les archives ouvertes institutionnelles ont été développées. Demain, un nouveau SIGB s’imbriquera sans doute.

De briques en briques, le portail se façonne, avec des outils libres. Les briques s’interfacent, s’interposent, communiquent entre elles, pour un accès unifié aux résultats des recherches documentaires.

Portails de bibliothèques et centres de documentation : Présentation de l’offre de logiciels par Marc Maisonneuve Tosca Consultant, Aubière 21 Juin 2012 14h à 15h 30

Le portail de la BCU : retour d’expérience, par Olivier Legendre, Camille Meyer, Mathieu Bacault, Aubière 21 Juin 2012, 15h30 à 16h30

Améliorer le confort d’utilisation de SFX par l’examen du menu

Le résolveur de lien SFX est en service à la BCU depuis septembre 2011. Passé le temps de paramétrage initial et la résolution de problèmes d’accès, le résolveur fonctionne bien mais demande maintenant à être optimisé pour répondre pleinement aux attentes des utilisateurs et améliorer leur confort. Pour ce faire, nous examinons les statistiques de l’outil et recueillons les remarques de quelques usagers avertis.

Examen des statistiques

Sans surprise, les usagers utilisent très peu les services d’information proposés par le menu SFX, mais cherchent essentiellement à atteindre le texte intégral. Le lien vers le full text est utilisé à plus de 96% lorsqu’il existe. Afin de limiter le nombre de clics, nous avons initialement activé l’option DirectLink, qui permet de diriger l’utilisateur directement vers la première ressource disponible pour le document voulu. Or, il a fallu infléchir ce principe et laisser le soin à l’utilisateur, à partir du menu SFX, de cliquer sur la ressource de son choix en cas de cibles multiples. En effet, une revue pouvant se trouver sur différentes plateformes, l’état de disponibilité devient déterminant pour le résolveur. On peut par exemple avoir accès à des archives open access sur Erudit tandis que les numéros courants sont sur EDP Sciences (cf. le titre Médecine Sciences). Dans le cas d’une requête depuis une base de données bibliographique, ceci ne pose pas de problème puisque le résolveur est capable de vous amener sur la bonne plateforme en tenant compte de la date de l’article et des états de collection. Dans le cas d’une requête provenant de la liste de revues A-Z, cela ne fonctionne pas, étant donné que l’on ne peut pas fournir au résolveur de date d’article. C’est donc à l’utilisateur de déterminer quelle plateforme va satisfaire sa demande (archive ou dernier numéro) à la lecture des informations de disponibilité présentées à l’écran.

Afin de ne pas provoquer de frustration pour les utilisateurs, nous avons décidé d’afficher le lien vers les collections imprimées (catalogue) uniquement lorsque le titre y est présent. SFX permet en effet d’interroger de façon transparente le SIGB grâce à un module Z3950. Ainsi, lorsqu’un titre existe dans le SIGB, l’utilisateur peut suivre le lien pour consulter le catalogue. Cela dit, il ne le fait que dans moins de 9% des cas.

Enfin, nous avons activé le service du PEB, pour les cas où le texte n’est accessible ni en ligne ni via le catalogue. Lorsqu’il est affiché, le lien vers le formulaire de PEB est utilisé dans plus de 16% des cas.

D’autres services comme la recherche dans Google Scholar, l’export dans RefWorks ou le formulaire de contact de la BCU sont relégués dans une section inférieure du menu SFX, qu’il faut déplier en cliquant sur Plus d’options. Inutile de dire que ces services ne sont pour ainsi dire jamais utilisés.

Remarques des utilisateurs

Certaines remarques qui nous ont été adressées rejoignent celles qui sont régulièrement évoquées dans les articles sur le sujet. La première concerne l’ergonomie des liens et la façon dont SFX ouvre des fenêtres. Certains sont gênés par ces nouvelles fenêtres tandis que d’autres préféreraient l’ouverture dans un nouvel onglet. Le choix étant propre à l’appréciation de chacun, il faudrait que SFX propose d’établir des préférences. Il faut tout de même reconnaître que l’ergonomie pourrait être améliorée si tous les liens entraînaient le même comportement.

La seconde difficulté porte sur la lecture des informations du menu, notamment la liste des ressources et leur état de collection. Il semble que, faute de bien comprendre à quoi correspondent les dates de couverture, les utilisateurs se dirigent vers les ressources qu’ils connaissent déjà, lorsque le choix leur est offert. De même, ne sachant pas vraiment à quoi renvoie le lien Localisations sur Catalogue BCU, ils ne prêtent pas suffisamment attention à l’opportunité d’obtenir l’article imprimé.

Menu SFX de la BCU

L’option DirectLink confère un gain de temps aux utilisateurs en même temps qu’elle leur évite d’avoir à faire des choix parmi une liste de ressources qu’ils ont du mal à comprendre. Du coup, certains déplorent une perte de service depuis que cette option a été revue car ils appréciaient l’immédiateté de l’accès au texte intégral. Il va falloir approfondir notre connaissance de SFX et travailler cette question de l’accès en 1 clic.

Il manque indéniablement un lien de contact bien visible. Notre renvoi à un formulaire de contact sur notre site web, quasi invisible dans la section inférieure du menu, oblige à un changement d’interface qui peut déstabiliser. Il faudra proposer une assistance plus explicite.

Conclusion

Il nous reste du travail à faire en matière d’ergonomie. Cela repose sur une meilleure conception des services du menu et de sa présentation graphique.

A lire
Bennett Claire Ponsford, Jane Stephens, Robin R. Sewell, Improving OpenURL Menus: User Testing of Revisions to SFX® Menus, Serials Review, Volume 37, Issue 3, September 2011, Pages 162-170, ISSN 0098-7913, 10.1016/j.serrev.2011.03.016. (http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0098791311000542)
 

Garder sa distribution GNU/Linux propre comme un sou neuf (première partie)

Bien que la robustesse des systèmes de fichiers les plus fréquemment utilisés sous GNU/Linux et leur capacité intrinsèque à ne pas se fragmenter à l’utilisation ne soit plus à démontrer, force est de constater que la fréquence des mise à jour, quand ce n’est pas la succession d’installations/désinstallations de programmes contribuent néanmoins à encombrer inutilement le système de paquets obsolètes voire orphelins.
De même l’utilisation fréquente des applications de messagerie ou de navigation sur le web se traduit inévitablement par la mise en cache d’un grand nombre de fichiers temporaires, qui s’ils ne sont pas purgés périodiquement contribuent eux aussi à « l’encrassement » général du système…

Sans prétendre à l’exhaustivité, cet article se veut être un recueil de bonnes pratiques visant à maintenir son système GNU/Linux aussi propre que possible.

Comme d’habitude, nous nous intéresserons plus particulièrement aux distributions de type Debian/Ubuntu et dérivées, et dans ce premier article nous aborderons les outils disponibles en ligne de commande. Il en existe évidemment d’autres en mode graphique qui leur sont complémentaires ou qui permettent d’aller plus loin, aussi je leur consacrerai un prochain billet sur ce blog.

A chaque installation ou mise à jour d’un paquet logiciel, ce dernier est  téléchargé depuis les dépôts avant installation, puis est conservé en cache pour pouvoir être rapidement réinstallé, le cas échéant.
Si cette politique est tout à fait louable pour économiser de la bande passante et gagner du temps sur le téléchargement, on se retrouve très rapidement avec un cache de paquets de plusieurs giga-octets dont on peut facilement venir à bout :

sudo aptitude clean && sudo aptitude autoclean

Si l’on gagne ainsi un espace disque non négligeable, on peut cependant faire mieux. Chaque désinstallation de logiciel laisse en général (sauf si l’on a pris soin d’utiliser l’option –purge) des fichiers de configurations dont on peut se débarrasser facilement :

sudo aptitude purge ~c

Au reste, on peut sans forcément le savoir conserver au sein du système de nombreux paquets devenus obsolètes au fil des mise à jour que l’on éliminera comme suit :

sudo aptitude purge ~o

Sans faire preuve de frilosité outre mesure, on peut tout à fait préférer vérifier ce que l’on s’apprête à supprimer. Il suffira pour cela de remplacer dans ce qui précède l’argument purge par search, tout simplement…

A ce stade, vous aurez remarqué que j’utilise le gestionnaire de paquet aptitude au lieu d’apt-get qui est plus volontiers invoqué dans la documentation. De mon point de vue, étayé par cet article ou encore celui-ci, aptitude est à la fois plus souple et plus puissant qu’apt-get, et avant tout gère mieux les dépendances, y compris et surtout pour les mises à niveau de distributions. C’est également une habitude que j’ai prise depuis la Debian 3.1 « Sarge » et dont je n’ai pas envie de me défaire…

Maintenir propre sa base de paquets est une bonne chose, mais on peut cependant aller plus loin et débarrasser son système de nombre de fichiers inutiles, à commencer par les bibliothèques orphelines ou les fichiers de traduction dans les langues autres que la sienne. Pour cela on va se servir de deux programmes extrêmement utiles et efficaces que sont deborphan et localepurge. Installons-les pour commencer :

sudo aptitude install -r deborphan localepurge

deborphan (et son pendant graphique gtkorphan) repère les bibliothèques orphelines i.e. les composants de programmes rendus inutiles par désinstallation mais non supprimés par la gestion automatique des dépendances. Invoqué sans plus d’arguments à la ligne de commande, deborphan dresse la liste des « orphelins ». On l’utilise en général combiné à d’autre programmes, voire au sein de scripts shells :

deborphan | xargs sudo aptitude -y purge

supprimera les orphelins mais si l’on veut supprimer les paquets -dev devenus inutiles il suffira de faire :

deborphan --guess-dev | xargs sudo aptitude -y purge

Enfin, si l’on a pas froid aux yeux (et fait quelques vérifications préalables) on peut aussi procéder à un nettoyage radical avec :

deborphan --guess-all | xargs sudo aptitude -y purge

Pour en terminer avec la suppression des paquets inutilisés, voici un exemple de script de nettoyage permettant d’automatiser ce genre de tâche :

[sourcecode language= »bash » highlight= »3,31″]
#!/bin/zsh
echo « liste des paquets inutilisés : »
deborphan
echo « nettoyer? o/n »
read netdeb
if [[ $netdeb == o ]]
then
apt-get remove –purge `deborphan`
fi
echo « paquets desinstallés avec fichiers de config présents »
dpkg -l |grep « rc   » | awk ‘{ print $1″: »$2 }’ > liste_nom
for i in `more liste_nom`
do
echo $i > temp_verif
verif=`awk -F ‘:’ ‘{ print $1 }’ temp_verif`
if [[ $verif == « rc » ]]
then
paquet=`awk -F ‘:’ ‘{ print $2 }’ temp_verif`
echo « purger le paquet : » $paquet « ?  o/n »
read netconf
if [[ $netconf == « o » ]]
then
dpkg –purge $paquet
fi
fi
done
# nettoyage fichiers temporaires
rm liste_nom temp_verif
[/sourcecode]

Par ailleurs, l’internationalisation toujours plus poussée amène avec elle un inconvénient de taille, si l’on peut dire, sous la forme des traductions des pages de man. Hormis l’anglais qui est la langue native du système et le français la langue d’usage il est inutile de conserver l’ensemble des traductions et pour cela localepurge est notre ami. A l’installation, il suffit de cocher les cases en, fr et fr_FR :

configuration de localepurge
Configuration de localepurge.

Quant à l’usage on peut invoquer directement localepurge dans un terminal pour constater immédiatement son action, cependant c’est également sur le long terme que son action est efficace puisqu’il entre en action à la moindre installation de paquet afin de ne conserver que les traductions voulues.

Résultat
Résultat

Le seul reproche que l’on peut adresser à localepurge, c’est de ne pas éliminer toutes les traductions, notamment les fichiers d’internationalisation de l’interface graphique.
Voilà la transition toute trouvée pour aborder le thème de mon prochain article, car c’est précisément une situation à laquelle on remédiera en utilisant d’autres outils, graphiques cette fois.

D’ici quelques jours, je vous proposerai donc d’examiner plus avant le fonctionnement de Synaptic, Computer Janitor pour la gestion des paquets, BleachBit et Fslint pour le nettoyage sans oublier, mais cette fois-ci uniquement pour Ubuntu, cet outil fort pratique qu’est Ubuntu Tweak…

Les tutoriels vidéos, première partie

La BCU, sur l’initiative proposée par les collègues de la bibliothèque numérique, s’est lancée dans l’élaboration de tutoriels vidéo. Comme expliqué dans un précédent billet, la bibnum avait rejoint le groupe de formation des doctorants, et réfléchissait à de nouveaux supports de transmission des contenus [pédagogiques] concernant la recherche documentaire, et particulièrement des outils indispensables à l’apprenti-chercheur (feuille de style, dépôt des articles, état de la recherche, etc.).

Le service de l’université CréaTICE, qui se consacre au développement et à l’utilisation des TICE dans les contenus pédagogiques et leur diffusion, a encouragé la bibnum à tenter l’expérience et l’a accompagnée dans cette démarche. Leur dynamique équipe s’est dévouée du début à la fin pour nous apprendre à créer les tutoriels, mettre à disposition le matériel adapté et savoir l’utiliser, ainsi que travailler la post-production.

L’ébauche : élaborer les tutoriels

On s’est mis d’accord pour partir d’un tutoriel pdf existant sur la feuille de style, ou sur un sujet simple à mettre en pratique (configurer sa messagerie électronique, insérer une image dans un fichier texte, ou savoir utiliser les extensions de fichiers). Chacun a reçu une sous-partie qu’il a adaptée au contexte oral et audiovisuel.

CréaTICE a insisté sur le fait qu’un tutoriel en pdf reproduit en vidéo n’était pas redondant, parce que l’un et l’autre n’appellent pas les mêmes objectifs ni usages. Quand le premier est linéaire dans son déroulement et peut expliquer plusieurs solutions à une problématique, le second se penche sur les manipulations pratiques et privilégie nécessairement un seul chemin. En outre, le texte illustré permet une vision d’ensemble assez générale, tandis que la vidéo est très ponctuelle et se focalise sur un ou deux points. Enfin, le tutoriel vidéo doit être bref et durer de 2 à 4 minutes. Il faut donc plusieurs vidéos pour couvrir le contenu d’un tutoriel pdf.

Tutoriel vidéo « Modifier les styles »

La technique : apprendre à se servir du matériel mis à disposition

CréaTICE nous a généreusement prêté leur salle équipée pour l’e-learning et la création de contenus pédagogiques numériques. La bibnum et les personnes impliquées dans la formation des doctorants ont pu se frotter au TBI ou Tableau Blanc Interactif, grand écran d’ordinateur réagissant avec un stylet comme une immense table tactile verticale. Couplé à l’enregistrement de vidéos, il permet de rendre plus énergique et vivante la présentation, en étant debout et comme un formateur devant son groupe.

L’enregistrement et la post-production se font grâce au logiciel Camtasia. Trois solutions avaient été proposées par CréaTICE : logiciel vidéo de Mac intégré, simple mais peu adapté pour une production précise et qui a besoin de modifications a posteriori ; logiciel Camtasia, qui permet plus d’options (zooms fluides notamment) sans que la post-production soit trop complexe et technique à maîtriser ; Captivate enfin, qui, bien que le plus performant pour ce genre d’enregistrement, demande une grande compétence en post-production. Or, la post-production incombait à la personne chargée de la communication à la BCU, qui ne pouvait être accaparée uniquement par ces tutoriels. Le choix s’est donc arrêté sur Camtasia.

La réalisation

Les premiers essais se sont révélés plutôt positifs, parce que :

1/ Les tutoriels réalisés s’appuyaient sur des scénarios déjà écrits et bien préparés (le tutoriel pdf sur la feuille de style principalement, mais pas seulement) ;

2/ Les collègues se sont prêtés au jeu du TBI, difficulté supplémentaire car aucun d’entre nous n’avait l’habitude de ce matériel ; or, chaque tutoriel n’a eu besoin d’être enregistré que deux fois ;

3/ La post-production n’a pas été complexe à mettre en œuvre, et certains enregistrements ont à peine eu besoin d’être retouchés.

Retouches :

Plusieurs améliorations peuvent être apportées :

1/ sur la performance de chargement desdits tutoriels : le serveur qui les hébergeait semblait faire des siennes au départ, et leur temps de chargement n’est pas encore optimal ;

2/ sur leur mise en valeur et leur référencement dans le site : pour le moment, ils sont un peu « perdus » dans la rubrique « Boîte à outils », et leur complémentarité avec les tutoriels pdf traitant des mêmes sujets n’est pas claire – id est on a l’impression d’une redondance ; plus généralement, c’est la boîte à outils qui nécessite un remaniement, pour ne pas être considérée comme la rubrique fourre-tout et trouve-rien de la bibnum ;

3/ il faut maintenant se repencher sur la question des contenus : autant l’on pouvait s’appuyer sur un support déjà prêt pour la feuille de style, autant désormais il est indispensable d’étendre le champ de la vidéo à tout type de contenu de formation – en vrac : la recherche sur les ressources électroniques, SFX, les logiciels de bibliographie, etc.

Rendez-vous après la prochaine salve de création de tutoriels vidéos.

Dix scénarios pour un portail : l’évaluation du site web de la BCU par ses internautes.

C’est mon tour de distiller, et je le passe sans alambiquer aux trois étudiantes de la licence professionnelle « Gestion et mise à disposition de ressources documentaires », Jennifer Barbé, Elisabeth Lang et Chloé Wojtczak, dont j’ai eu le plaisir d’encadrer le projet tutoré sur l’évaluation du portail de la BCU.

Et clap !  (CC BY-NC 2.0)  by Jojo on Flickr

Début septembre 2011, eurêka, nous décrochons le projet de la BCU pour notre licence professionnelle. La bibnum, après sept petits mois d’existence du site, veut déjà savoir si VOUS, les usagers, êtes contents, pas contents, satisfaits, pas satisfaits de son portail tout neuf. Nous allions être les premiers à savoir, grâce à notre mission, si VOUS aimez le portail documentaire qui berce vos études et vos recherches.

Cela s’annonçait bien : un questionnaire, un peu de boulot et nous étions sûrs d’avoir plié notre projet en un tour de main.

Mais qui vend la peau de l’ours avant de l’avoir tué, s’expose à des surprises !

Rendez-vous fin octobre à la bibnum et retour à la case départ : nous devions évaluer les usagers dans leur pratique du portail. Nous consultons des professionnels, nous nous plongeons dans des lectures enrichissantes sur les méthodes d’enquête, faisons des recherches tout azimut ; plus de 50 portails consultés. Et après ce petit temps de préparation, nous optons pour le TEST UTILISATEUR, la technique la plus adaptée pour évaluer l’ergonomie d’un site web et pour rendre compte de l’offre multiple des contenus, ressources et services proposés par le portail de la BCU.

Nous innovons en détournant une méthode utilisée pour évaluer les sites commerciaux. Un principe facile à comprendre : mettre des utilisateurs d’un site web en situation réelle dans des scénarios ; réalisation plus complexe. Tout repose sur le savoir faire de l’enquêteur et nous étions des débutants ! Une magnifique expérience, très formatrice : nous avons appris à rédiger des textes qui donnent aux personnes interrogées l’impression d’être dans leur vie puis nous les avons écoutés, observés, relancés tout en restant neutres.

Avec 15 personnes de niveaux d’études différents, nous mettons en scène 10 scénarios sur les caractéristiques du portail. Les personnes interrogées ont confiance en nous ; elles font les recherches que nous leur demandons en s’exprimant à haute voix. Nous notons, retranscrivons toutes leurs remarques réfléchies, spontanées, enthousiastes, critiques… Nous obtenons un réservoir d’informations à exploiter sous forme de tableaux ou de fiches en recoupant, analysant, synthétisant.

Bouquet final ; nous réussissons à dégager des pistes pour savoir si le portail de la BCU est bien utile, utilisable et utilisé. Sur le dernier point un petit bémol : la plupart des personnes interrogées ne pensaient y trouver que des ressources documentaires ! Quid des vidéos, des actualités, des outils proposés… la liste est longue : mieux connue, elle serait plus consultée !

Notre rapport se termine par la proposition de pistes d’amélioration à la BCU. Elles sont suggérées par l’analyse des scénarios. Il y déjà eu quelques modifications sur le portail que notre œil exercé a tout de suite repérées. Cette mission nous a appris plein de choses sur les nouveaux métiers liés à l’évolution des bibliothèques vers le numérique. Nous avons réalisé un travail de consultant pour la BCU. Notre choix de projet, c’était bien le bon plan ! Dans la suite il faudra faire d’autres évaluations. Nous espérons, pour le portail et ses usagers, que c’est le début d’une longue histoire…

Je vous invite donc à lire l’excellent rapport de nos consultantes en herbe, avec spéciale dédicace à de nombreux collègues de l’UBP, de la BCU, de la BPI, d’Ourouk et d’ailleurs.

Jennifer Barbé, Elisabeth Lang, Chloé Wojtczak, Aziz Zeghdoudi
Le site de la BCU : un portail utile, utilisable ?
10 scénarios pour connaître la satisfaction de ses utilisateurs.

Projet professionnel : Septembre 2011 à Mars 2012 soutenu le 23 Mars 2012
Sous la direction d’Isabelle Rouquet (responsable universitaire) et Camille Meyer (tuteur professionnel)

La lecture de ce rapport nous a conduit à envisager une nouvelle mouture de notre site web, mais cela fera l’objet d’un autre billet de blog. À suivre !

Ouvrez vos Fenêtres® sur le monde (du logiciel) libre…

Tux
Tux

Le mail est arrivé lorsque j’étais absorbé par la lecture du précédent article de ce blog, Ma première install-party… Mon chef vénéré, mais chef néanmoins, me rappelait avec bienveillance que je n’avais encore pas apporté ma contribution aux parutions hebdomadaires de notre blog. Fort de cette pression amicale et encore tout imprégné de ma lecture, je vous propose donc une tribune –libre, cela va de soi– où il sera tour à tour question, un peu en vrac je le concède, d’install-party, de choix cornéliens, de cyberespace et de manchots paradoxaux…

En passant par l’install party
Olivier l’ayant très bien décrit dans son article, je ne m’attarderai pas davantage sur cet évènement sinon pour dire que c’était une première pour moi aussi, et que j’ai beaucoup appris de cette expérience, à laquelle j’ai été ravi d’apporter ce que je n’aurais pas l’outrecuidance d’appeler « expertise » mais plus modestement de « savoir-faire ». Il me semble plus à propos de formuler la chose ainsi, l’idée même d’une install-party étant justement l’occasion de transformer le savoir-faire en faire-savoir… N’étant pas prosélyte et encore moins rhéteur,  je ne saurais convertir autrui aux logiciels libres par de longs discours, fussent-ils pertinents et techniquement étayés. En outre, je reste persuadé qu’il n’y a en la matière qu’une seule vertu : celle de l’exemple.
Néanmoins pour celles et ceux qui voudraient mettre en place un atelier semblable, je ne saurais trop conseiller que d’avoir sous la main un serveur DHCP, pour s’éviter une phase de configuration du réseau aussi fastidieuse qu’inutile (au sens où il faudra détruire cette configuration à l’issue de l’installation), l’attribution dynamique d’adresses IP étant en outre un standard de fait dès lors que l’on est connecté à une box ou un point d’accès wifi… Un équipement réseau gigabit accélèrera certainement le téléchargement des paquets logiciels, surtout s’il est couplé à miroir local des dépôts de la distribution GNU/Linux que l’on veut installer (quitte à devoir reconfigurer après coup les sources de logiciels pour l’utilisation dans le domaine public)…
Si j’insiste sur ces quelques améliorations visant à réduire la durée d’installation, c’est que le temps passe très vite quand on s’amuse et bien que l’on puisse faire profiter les participants de quelques digressions sur la généalogie des systèmes UNIX ou la philosophie de la licence GPL durant les phases de téléchargement et d’installation du système, il est finalement un peu frustrant de les lâcher au moment où cela devient vraiment intéressant, c’est à dire lorsque l’on a entre les mains un système GNU/Linux à s’approprier et à configurer…

De l’art de faire des choix
Une des questions centrales à ne pas éluder reste le choix de la distribution. De ce point de vue, l’offre est devenue en l’espace de quelques années réellement pléthorique et l’observatoire du libre qu’est le site http://distrowatch.com/ vous en convaincra mieux que moi. Passés les nombreuses distributions spécialisées servant à créer des pare-feu, des routeurs, des serveurs NAS et j’en passe, que reste-t-il donc ? Largement de quoi s’y perdre, je vous l’assure, ce qui ne contribue finalement pas à la dissémination des systèmes libres, mais je reviendrais plus tard sur ce point…
Choisir une distribution linux est finalement tout sauf neutre, car ce choix suppose une profonde adéquation entre les besoins et/ou les capacités de l’utilisateur et la philosophie portée par le système. L’agilité des systèmes GNU/Linux n’étant plus à démontrer, il faut tout simplement que l’utilisateur se sente à l’aise avec son système.
En ce qui concerne notre install-party, j’ai arbitrairement décidé d’installer Ubuntu et assumé ce choix, alors même que cette distribution malgré son réel succès est loin de faire l’unanimité parmi les utilisateurs de systèmes libres…
De mon point de vue, Ubuntu ne peut être mauvais, puisqu’il y a quand même de gros morceaux de Debian dedans. Par ailleurs, s’adressant à des utilisateurs novices (mais motivés) venus de Windows, le choix d’une distribution ouvertement tournée vers l’utilisateur et donc facile de prise en main était simplement évident, preuve aussi que les interfaces utilisateurs trop souvent jugées (à tort) frustes ou indigentes ont depuis longtemps laissé place à de magnifiques cliquodromes aux effets visuels propres à faire pâlir de jalousie le plus enragé des windowsiens intégristes !

Piégé dans le cyberespace ?
C’est d’ailleurs l’omniprésence (omnipotence ?) de Windows dans le monde de l’informatique personnelle et professionnelle qui m’a remis en mémoire un article de Roberto Di Cosmo intitulé Piège dans le Cyberespace (que je vous invite vivement à consulter si vous ne le connaissez déjà). Je l’ai lu pour la première fois il y a une bonne douzaine d’années, au tournant de l’an deux-mille (l’article en question date du 17 mars 1998, soit près de quatorze ans maintenant).
Et si j’insiste tant sur les dates, c’est que pour l’avoir relu avant d’écrire ces lignes, je reste frappé par le caractère actuel du propos… Il suffit de remplacer dans le texte orignal Windows 95 par Windows 7, Office 97 par Office 2010 pour avoir sous les yeux la peinture hyperréaliste du paysage informatique actuel, ce qui est finalement presque un constat d’échec quant à l’évolution sur près d’une décennie et demi pour le logiciel libre !
Cependant la situation a néanmoins beaucoup évolué et les applications open-source conquièrent progressivement la place occupée jadis par les seules applications Microsoft : Firefox ou Chrome pour les navigateurs, Thunderbird pour la messagerie, OpenOffice ou LibreOffice pour la bureautique pour ne citer que celles-ci…
C’est que faute d’avoir investi massivement le poste de travail d’utilisateurs finalement peu enclins au changement lorsqu’ils ne sont pas maintenus captifs des solutions proposées (imposées ?) par les éditeurs de logiciels commerciaux, les systèmes libres ont heureusement progressé sur d’autres terrains comme celui des consoles de jeux (Nintendo Wii) ou encore dans le domaines des terminaux mobiles, smartphones et tablettes (Androïd, et bientôt Chrome OS ?). En tant que telle, la diversification du champ d’application de l’informatique est en elle-même porteuse d’espoir, d’autant qu’elle est en adéquation avec la vitalité des communautés open-source.

Le paradoxe du manchot
Je l’évoquais plus haut, mais paradoxalement l’évidente fécondité de la communauté de l’open source, a tout pour désorienter le béotien, et partant freiner la dissémination du libre. Trop d’offre tuerait donc l’offre ?
Un autre facteur est aussi la versatilité : divergence d’opinion entre développeurs, choix d’un mode de licence, changement de partenariat, il n’en faut parfois pas plus pour qu’un projet forke, qu’OpenOffice diverge en LibreOffice, que Firefox soit rebaptisé Iceweasel (sur Debian)…
Face à ces monolithes que sont Windows et dans une moindre mesure MacOS, les systèmes GNU/Linux vivent clairement sur les marges, portés par une minorité agissante d’inconditionnels et d’enthousiasmes qui paradoxalement voient parfois d’un mauvais œil les efforts de démocratisation consentis par des sociétés commerciales (Oracle, Cannonical…) même si ceux-ci semblent aller dans le bon sens…
Que manque-t-il aux systèmes libres pour qu’ils atteignent enfin la place qui leur revient (quand on sait que ces mêmes systèmes UNIX / Linux sont présents sur près de 70 % des infrastructures de l’Internet) ? Un partenariat avec un grand constructeur d’ordinateur qui distribuerait ses machines dotées d’un systèmes GNU/Linux préinstallé comme l’ont tenté Ubuntu et Dell, pour un temps au moins, assurerait de toucher un large public…
Au delà de ces conjectures, j’en revient à l’étonnante vérité des chiffres qui ressortent de notre install-party : environ 120 personnes invitées, une douzaine de présents (soit les 10% de gens qui disent connaitre/avoir entendu parler de GNU/Linux) et au final 4 ordinateurs personnels convertis totalement ou partiellement au petit manchot… soit en considérant quelques biais à peu près 3%, ce qui représente la marge haute dans les estimations de part de marchés des OS libres pour les ordinateurs personnels…
Finalement, et puisqu’on n’est plus à un paradoxe près, on se dit que le choix de Tux le manchot comme mascotte de Linux n’est peut-être pas si fortuit ou innocent que cela (mais ironique, sûrement), puisqu’après tout les manchots sont des oiseaux qui ne volent pas (alors que le pingouin, si !).

Ma première install-party

Avant... Cliché O. Legendre (licence Creative Commons Zéro)
Avant… (photo sous licence Creative Commons Zéro)

J’ai toujours rêvé de participer à une install-party.  Non que le mot revête à mes yeux tellement de charme : je serais preneur d’une traduction française compréhensible, mais je ne suis pas sûr qu’atelier festif d’installation de système libre, ni un scintillant néologisme tel que fêtelier informatique fasse vraiment l’affaire.

Usons donc du mot pour être compris, sachant que c’est la chose qui mérite l’intérêt : il s’agit de permettre, au cours d’un atelier à caractère mi-sérieux mi-ludique (qui est un peu la marque de fabrique du monde Linux), l’installation simultanée d’un système libre sur les ordinateurs de tous les participants, sous la houlette de quelques praticiens chevronnés.
On a déjà développé dans ce blog le grand intérêt des systèmes libres, et de nombreuses bibliothèques publiques proposent, parfois avec l’aide d’associations locales de soutien au logiciel libre, des install-parties pour leurs usagers ; mais les universités n’ont pas tellement emboîté le pas dans ce domaine, ce qui est un peu paradoxal quand on sait qu’elles forment un public abondant, jeune et a priori bien disposé à l’égard d’un système informatique à coût nul. Du reste, bien des étudiants n’ont pas attendu que leurs bibliothécaires s’intéressent au libre, et notamment dans les disciplines scientifiques, ils l’utilisent depuis longtemps déjà.

Soucieux, à titre professionnel de participer à la dissémination des systèmes libres à l’université et chez les étudiants qui n’y connaitraient rien ; tenté, à titre personnel, par l’installation d’un Linux sur ma vieille machine (vous savez, celle qui a 5 ans, qui met 6 minutes à démarrer sous Windows et 7 à ouvrir un document texte) ; bref, bien décidé à tenter l’expérience à la BU, j’ai demandé de l’aide aux collègues et nous avons organisé la chose à titre interne et expérimental, puisque nous avons sur place trois informaticiens tout à fait bien disposés envers le petit manchot.

Ma première Linux party a donc eu lieu le 9 février dernier, organisée par et pour des collègues, à titre d’expérience et de formation. Brève fiche pratique pour ceux qui voudraient faire de même, et pour nous-mêmes l’an prochain.

L’organisation générale
– faire un mail à l’ensemble du personnel et recueillir les inscriptions : une dizaine sur l’ensemble du réseau (quelques 120 collègues), ce n’est pas si mal. Nous avions fixé un plafond de 12.
– demander aux participants d’apporter leur machine deux jours avant pour pouvoir se livrer à un diagnostic de leur état : une machine trop ancienne (au-delà de 5 ans) pourrait ne pas bien supporter le passage.
– leur suggérer qu’un apport de type gastronomique était bienvenu (c’est tout de même une party).

La régie

La scène... Cliché O. Legendre (licence Creative Commons Zéro)
La scène…(photo sous licence Creative Commons Zéro)

– réserver une salle à la BU et y acheminer le réseau nécessaire pour une douzaine de postes, mettre un vidéoprojecteur en place pour les démonstrations. La salle de formation classique ne se prête pas bien à cet usage (les tables sont déjà pourvues, donc encombrées, d’ordinateurs…), on a donc dévoyé une salle de réunion.

Embrouillamini de fils...
… et les coulisses. (photo sous licence CC-Zero)

– préparer les machines d’appoint (pour ceux qui n’apportent pas leur machine mais qui veulent juste voir comment ça se passe et manipuler le système) et les PC personnels déposés pour examen.

– choisir le système à installer (Ubuntu 10.04 en l’occurrence, pour ne pas surcharger les machines un peu anciennes que nous allions utiliser) et graver tous les CD nécessaires.
– animer la séance et assister au fur et à mesure ceux dont les machines donnaient des signes de faiblesse ou posaient des problèmes particuliers. Les trois collègues informaticiens disponibles ont largement suffi à la tâche, la procédure étant très bien balisée parce qu’ils sont surcompétents et surmotivés, bref des surhommes quoi.

Bilan au bout de 4 heures
Ubuntu version 10.04 est installé sur les dix machines : 4 PC personnels et 6 fournis par le service. Ces dix postes fonctionnent. Une intervention postérieure (trois minutes) sur les postes a cependant été nécessaire pour modifier les paramètres d’accès internet : ceux qui servaient lors de l’installation à l’intérieur de la BU, ne permettaient pas l’usage d’une connexion filaire extérieure, et le passage en DHCP n’est pas parfaitement géré par l’interface graphique du système.

Ma vieille machine est redevenue utilisable. Elle démarre en moins d’une minute et répond gentiment, et vite, quand je lui demande d’ouvrir un fichier.

Après ! (licence Creative Commons Zéro)
Après ! (photo sous licence Creative Commons Zéro)

Perspectives
– Organiser la même l’an prochain, mais cette fois pour les étudiants.
– Passer en dual-boot (système mixte Linux-Windows) au prochain renouvellement de postes de la bibliothèque numérique, puisque hélas notre SIGB ne tourne pas correctement sous Linux.
– … Et donc, bien sûr, changer de SIGB. Mais c’est un chantier d’une autre ampleur, donc une autre histoire et d’autres billets.

Du SIGB au catalogue et réciproquement

Une nouvelle période commence. Après 15 ans d’informatisation, de diversification des collections, de développement d’outils de gestion spécialisés, de tentatives d’intégration au sein de portails documentaires, il est temps de revenir à un système polyvalent que chaque bibliothécaire pourra maîtriser comme étant l’outil unique de l’établissement. Ces atermoiements techniques ont été dus aux évolutions des outils de gestion (back-office) et des interfaces publiques (front-office) qui n’ont cessé de se courir après.

Ainsi, à Clermont-Ferrand, avons-nous connu plusieurs époques et autant de conceptions de ce que devait offrir la bibliothèque à ces lecteurs. Après l’informatisation, en 1995, l’OPAC s’est imposé comme seul outil de recherche pour un public qui n’avait accès qu’à des collections imprimées. La conjonction du développement des collections électroniques, au début des années 2000, et du besoin d’adapter les services numériques aux différents publics (bibliothèque municipale et inter-universitaire) a conduit à la mise en ligne d’un portail documentaire en 2006. Celui-ci avait l’avantage de fournir aux publics une interface unique menant aux diverses collections via un moteur de recherche multi-bases.

Pieces de puzzle
Pièces de puzzle

Le problème, c’est qu’à mesure qu’on acquiert des collections électroniques, on multiplie les outils de gestion et on cloisonne les services. La grande majorité des collègues travaille sur le SIGB, donc sur les collections imprimées, tandis que quelques-uns, notamment au sein du service numérique, délaissent le SIGB au profit d’outils d’administration (portail, moteur) et d’outils hébergés chez les fournisseurs (base de connaissance et résolveur de lien, plateformes de diffusion de livres électroniques). Les deux mondes s’ignorent et les outils imposent leur logique.

La distorsion entre le back-office et le front-office est telle que les bibliothécaires en viennent à tenir un double discours : tandis qu’ils promeuvent auprès des usagers les fonctionnalités offertes par le portail, ils ne jurent que par leur outil professionnel, qu’ils maîtrisent bien, et continuent de l’utiliser en service public, au risque de laisser de côté une partie des collections lors de leurs recherches. On cherche à unifier l’outil de recherche d’un côté, tandis qu’on multiplie les modes de gestion et d’accès de l’autre.

La scission entre lectures publique et universitaire a été matérialisée en 2010 par l’adoption de deux systèmes de gestion documentaire distincts et par l’abandon du portail unique. Chaque réseau de bibliothèques possède désormais son SGB et son site web/catalogue. Il n’en reste pas moins que les ressources universitaires étant diversifiées, les outils de gestion sont multiples, tout comme les modes d’accès. Sur le site web des BU, nous avons dû créer autant d’entrées qu’il y a de types de ressources, car leur gestion n’est pas unifiée. Cela induit bien sûr une difficulté pour le public, qui doit repérer les types de ressources et répéter sa recherche dans les différents systèmes.

Nous sommes donc amenés à concevoir une nouvelle interface d’interrogation de nos ressources. Les outils de découverte (discovery tools) offrent une bonne alternative à notre site web. Basés sur un moteur de recherche, ils permettent d’interroger en un seul point les différentes sources que nous proposons. Nous testons actuellement Blacklight et nous essayons de le connecter à notre SIGB. Ce n’est pas si simple, les embûches techniques sont nombreuses, du fait de l’ancienneté technologique de notre produit. Partant de ce constat, nous songeons sérieusement à l&rsqu