T’imprimes, t’imprimes, t’imprimes…

Le meurtre du photocopieur (photo Aaron Landry, publiée sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique).

Parfois, un détonnant mélange d’agacement et de frustration vous donne subitement envie de brutaliser un objet récalcitrant voire une personne, comme dans la scène désormais fameuse qui a prêté son titre à ce billet (notez qu’il est hautement incivil d’agir ainsi, sauf au cinéma où il est bien entendu que la victime est totalement antipathique alors que le bourreau est juste un grand bon garçon un peu vif). Je confesse avoir eu envie, à une ou deux reprises cette année, d’appliquer ce genre de traitement aux photocopieurs et autres lecteurs de cartes magnétiques de la BU.

Néanmoins, l’affaire s’étant soldée par le happy end auquel on était en droit d’aspirer (nos lecteurs peuvent imprimer et photocopier), la destruction du copieur-imprimeur restera à l’état d’éventualité inaccomplie.

Pour ceux qui aiment savoir que les histoires se terminent bien avant de les commencer, voici tout de suite l’épilogue : il est désormais possible d’imprimer ses documents à la B.U. sciences à l’aide d’une carte de photocopie. Les deux postes dédiés à l’impression sont situés au voisinage des photocopieurs, l’un au rez-de-chaussée, l’autre au deuxième étage. Il suffit d’ouvrir son document sur l’un de ces postes (via une clef USB, un espace de stockage sur le Web, un site, etc.) et de débloquer l’impression à l’aide de sa carte de photocopie. Le même système sera déployé prochainement dans les bibliothèques de lettres et de droit. Bref, photocopieur et imprimante se marièrent et engendrèrent des milliers et des milliers de pages.

À présent pour ceux qui veulent regarder dans les coulisses, voici la version longue
(âmes sensibles et lecteurs pressés s’abstenir).

Situation initiale : la B.U. de sciences était depuis plusieurs années à la recherche d’une solution simple pour permettre l’impression aux lecteurs. Le logiciel commercial mis en place il y a plusieurs années, assez coûteux, avait été abandonné quand quelque mise à jour fatale avait provoqué une incompatibilité. L’impression gratuite épuisait les budgets de consommables informatique et de papier, l’impression contrôlée par les bibliothécaires (déblocage depuis le poste de renseignement) épuisait le personnel sans satisfaire les lecteurs. Dans les autres bibliothèques, on avait abandonné l’impression, ou on la pratiquait à la demande de façon assez exceptionnelle.

En janvier 2012, Acte I, la bibnum lance une consultation tous azimuts sur la façon dont les B.U. gèrent l’impression. Parmi les retours, la solution venue de Nancy nous paraît la plus simple : dans chaque BU, un ou deux postes, couplés avec un photocopieur imprimante et un lecteur de cartes magnétiques, permet de faire à la fois les impressions et les copies.

  • C’est simple pour les lecteurs, puisqu’ils ont déjà une carte pour la photocopie. Plus besoin d’aller quémander au bureau de renseignements le déblocage de l’impression pour trois pages de documents administratifs.
  • C’est simple pour les BU puisque les photocopieurs sont déjà intégrés à un marché et qu’il suffit d’activer leur fonction « imprimante ». Fini le déblocage au coup par coup et l’inconfortable sensation garde-chiourmesque qu’il procure.
  • C’est simple pour la bibnum puisqu’en faisant porter la fonction d’imprimante par des copieurs dépendant d’un marché, nous nous déchargeons des problèmes de maintenance sur des machines qui sont à la fois rapides et robustes. Adieu les cinquante remplacements de cartouche par an !

Hélas, même une solution très simple peut être très compliquée à mettre en place.

Pas de chance, les copieurs présents dans le réseau dépendent de trois marchés différents, conclus auprès de deux fournisseurs. Il fallut donc identifier les fournisseurs qui géraient les copieurs présents en BU. Déveine, les machines présentes à la B.U. sciences ne dépendaient pas toutes du même. Il fallut donc exposer à chacun le système visé, pour savoir s’ils pouvaient le fournir. Hélas, cette solution est un peu inhabituelle (peut-être parce qu’elle est simple et peu coûteuse ?). Pour éviter tout malentendu (en fait, il y en avait un, bien sûr) avec le commercial-qui-dit-pas-de-souci, il fallut donc assister à la présentation d’une offre de type « serveur d’impression » et la refuser, puis préciser de nouveau la nature exacte de notre demande. Coup du sort, à la B.U. de sciences, les photocopieurs présents dépendaient d’un marché un peu ancien et n’étaient pas pourvus de carte réseau. Il fallut donc débloquer un budget non prévu pour l’opération d’installation des cartes réseau et des lecteurs de carte, et même pleurer misère auprès du commercial pour diminuer un peu la facture de la prestation, car l’argent manquait. Veine, il était d’humeur commerçante et consentit à nous faire une ristourne (ah, si seulement il travaillait chez Elsevier !).

Tout cela nous conduisit fin juillet. Vacances, entracte.

Fin août, acte II. Installation d’une carte réseau sur les copieurs disponibles, puis première tentative du technicien pour installer le nouveau lecteur de carte. Mauvais sort, l’impression fonctionnait, mais non la copie. C’étaient la connectique qui était défectueuse, ou pas du bon modèle, bref ça n’allait pas. Comble d’infortune, nous nous apercevions dans le même temps (mais ça, nous aurions dû nous en douter) que nos postes publics sous linux ne pourraient pas gérer le système de commande du boitier lecteur de carte, et que pour les postes dédiés à l’impression il faudrait donc rééquiper spécialement des machines en windows. Mi-septembre, second passage du technicien, avec les bons câbles : tout semblait fonctionner.

Et là, la tuile (alors que depuis le début, vous avez remarqué, tout marchait sans accroc) : le lecteur de carte considère comme des centimes d’euros les unités chargées dans les cartes des étudiants, et de ce fait, débite cinq unités par impression, puisque l’unité coûte cinq centimes. De ce fait, un étudiant qui a chargé 40 unités dans sa carte la découvre vide après avoir imprimé 8 pages. Séance de bidouillage autour de l’interface de gestion du lecteur de carte. On parvient à faire passer l’affichage en mode « unité » et à faire paser le tarif de l’impression à une unité. Demi-victoire, car les photocopies, elles, restent obstinément tarifées à 5 unités. Troisième passage du technicien : il s’avère que le firmware (j’ai appris un mot) qui gérait le lecteur de cartes était périmé et que le téléchargement d’une nouvelle version permet de paramétrer correctement les tarifs de copie ET d’impression.

Il y a maintenant une dizaine de jours que le système a été officiellement mis en service. Pour être tout à fait honnête, je dois mentionner qu’à l’heure où je boucle ce billet, il semblerait que certaines cartes soient encore débitées de 5 unités par copie. Mais aucun test, sous toutes les configurations possibles (carte ancienne ou nouvelle, chargement récent ou non, etc), n’a permis de reproduire ce bug. Je peux donc, dans l’immédiat, le considérer comme non avenu et vous renvoyer à l’épilogue ci-dessus.

Si le problème se confirme, lorsque nous l’aurons résolu je pourrai le documenter par un nouveau billet. Ou bien vous apprendrez peut-être, par le billet consterné d’un collègue, que le responsable de la bibliothèque numérique a été mis en examen pour photocopicide volontaire avec préméditation.

Vous pouvez répéter la question ?

L'image représente un point d'interrogation orange taggé sur un mur.
Question ?- (CC BY-NC-SA 2.0) – Par Ninja M. – Flickr

Le bibliothécaire devient (c’est le référentiel bibliofil qui le dit) un médiateur documentaire qui dans le cadre de ses activités liées au public doit :   « Renseigner les utilisateurs sur place ou à distance »
Et oui notre métier change, pas tant en ce qui concerne le renseignement sur place, mais eu égard à la distance. Après tout nos lecteurs ont l’accès  en ligne à nos ressources, fournissons leur donc l’accès à notre expertise. Parce que oui, notre métier c’est le renseignement et nous sommes experts.
Ce n’est pas nouveau, plusieurs bibliothèques fournissent ce service avec plus ou moins de succès, mais c’est arrivé à la BCU Santé à Clermont-Ferrand, depuis presque un an (novembre 2011). Dans le courant de cette année universitaire 2012/2013 va se mettre en place un groupe de travail pour que les autres sections bénéficient du travail pilote réalisé en santé et créent leur service de questions-réponses, la BCU Science devrait ouvrir le bal bientôt.
Personnellement j’en suis ravi puisque je suis arrivé à la BCU Santé avec ce projet dans mes cartons et que ça marche.

Au fait, comment ça marche ?
Grâce à un formulaire créé sur mesure nous pouvons répondre en incluant des liens vers les résultats de requête sur le(s) catalogue(s) et les bases de données. Nous pouvons même inclure des images (déjà fait) et des vidéos (j’attends avec impatience qu’on nous pose une question sur des vidéos d’opérations chirurgicales).

Où est ce qu’on pose la question ?
Sur le mini site de la BCU Santé formulaire de demande de renseignement en ligne. Réponse approfondie en maximum 72h, réponse rapide de premier niveau en 24 h.
Et bientôt sur le mini site de la BCU Sciences.

Est-ce que c’est simple de répondre ?
Nous avons tout fait pour que l’interface de réponse soit la plus ergonomique possible mais toutes les suggestions sont prises en compte pour la faire évoluer si cela est possible, jusque là ça a toujours été le cas.

Et les utilisateurs ça leur plaît ?
Apparemment oui. Ceux qui prennent le temps de répondre à l’enquête de satisfaction – qu’ils reçoivent en même temps que la réponse – se déclarent satisfaits ou très satisfaits. Les autres font comme vous et moi quand ils cherchent un renseignement sur internet : prendre la réponse et s’en aller.

Qu’est ce qu’ils demandent au fait ?
La même chose qu’en renseignement sur place à la bibliothèque, sauf la direction des toilettes et de la photocopieuse…40 % des demandes sont des recherches bibliographiques, 28% des informations pratiques (non toujours pas la direction des toilettes) et 23% des demandes de localisation de documents.

Qui nous pose des questions ?
40% des questions sont posées par des étudiants de troisième cycle et 23% par ceux qui ont renseigné le statut « autres » (tous ceux qui ne rentrent pas dans les nombreuses cases). De là à multiplier les cases il n’y a qu’un pas que nous ne franchirons pas sous peine de désorienter le lecteur.

Est ce que je peux participer ?
Si vous êtes bibliothécaire à la BCU Santé c’est déjà le cas, pendant vos plages de service public en salle, si vous êtes bibliothécaire à la BCU Sciences vous allez bientôt participer sur le même modèle.

Est ce que ça va évoluer ?
Oui bien sur. D’abord parce que d’autres bibliothèques du réseau BCU vont s’y mettre.
Oui parce nous allons tenter d’apporter d’autres améliorations techniques.
Ensuite parce que nous allons changer la page de présentation, trouver un logo, réaliser des flyers, etc…Bref on va communiquer.

ll ne faudrait pas lui trouver un nom à ce service ?
Justement nous sommes en pleine consultation du personnel qui peut proposer une (des) appellation(s), j’en profite pour remercier ceux qui y ont et ceux qui vont contribuer. Il ne s’agit pas juste de repasser une couche de peinture après un an d’existence, mais de donner une meilleure visibilité. On communique encore et toujours.
Thème prévu de la campagne de la campagne de communication :
Dérangez nous !

Pour le moment le rythme des questions est peu soutenu, mais gageons que la mutualisation du service à l’échelle de la BCU nous aidera franchir le pas décisif vers un service connu et reconnu.

Série de l’été : un succès, un regret, un projet (4)

Je vous avais parlé il y a quelque temps de l’homogénéisation nécessaire de notre politique de prêt. Et bien, à ma grande satisfaction, les bibliothèques ont trouvé un terrain d’entente et nous serons à même de proposer une seule et unique offre de service sur tous les sites à la rentrée 2013. Le délai de mise en œuvre est en effet trop court pour septembre, étant donné le paramétrage et les aménagements des locaux nécessaires à certains endroits (notamment pour la gestion des réservations) ainsi que la maquette des brochures informatives, déjà bouclée.

En revanche, le dossier « transfert initial » n’a pas vraiment avancé cette année. En effet, nos collections ne sont encore pas toutes signalées dans le Sudoc et nous tentons d’y voir clair parmi les notices relevant de rétroconversions successives (avec lien ou pas entre Sudoc et base locale) et celles relevant du seul catalogage local. Nous n’avons réglé cette année qu’une étape de mise à jour de notre base suite aux exemplarisations automatiques de 2010 (d’après ISBN). Il reste du pain sur la planche pour exemplariser nos notices sans ISBN…

Le projet qui va m’occuper dans les mois à venir consiste à mettre en service et administrer un nouveau catalogue : un versant public (Blacklight) et un versant professionnel. Concernant le versant professionnel, je vais participer aux réunions du comité technique sur le SGB mutualisé piloté par l’ABES, mais aussi envisager l’adoption de Koha. Beaucoup de paramétrages en perspective !

Mais pour l’heure, place aux vacances !

Moser_010
Par San Diego Air & Space Museum Archives, sur Flickr

Série de l’été : un succès, un regret, un projet (3)

Isola di Caprera, Sardegna, par Ifyouloveme, Flickr, BY-NC-SA

Ma première bougie soufflée au sein du service, la série de l’été revient pour une deuxième saison, dont voici le 4e épisode.

Une réussite

Même si le principal de mes activités, id est la numérisation, m’apporte grande satisfaction, c’est sur un autre point que je souhaite appuyer : les tutoriels vidéo. La bibliothèque numérique n’en est qu’à sa première expérience, et il y a eu des couacs (je parle surtout pour moi), mais il est très réjouissant de voir tous les collègues entraînés dans un même projet. De même, les captures vidéo ont été effectuées dans le service CréaTICE, service de développement des ressources numériques pédagogiques, ce qui a permis de renforcer les liens établis entre nos deux équipes.

Cette expérience donne une corde de plus à l’arc de la bibnum.

Un échec

Difficile à admettre, mais assez évident, l’échec le plus important est de s’apercevoir qu’on n’en finit jamais avec la numérisation, et qu’un an n’a pas suffi à engranger la totalité des connaissances nécessaires pour mener à bien un projet de numérisation. Celle-ci est loin de se limiter au passage sous un scanner sophistiqué de documents papier, mais suppose en amont et en aval une chaîne de traitement, depuis la réflexion sur le contenu que l’on décide de numériser jusqu’à sa conservation pérenne dans des structures adaptées. L’indexation, l’organisation des fichiers, la maîtrise technique, le contrôle permanent, forment les enjeux les plus visibles de la numérisation. Il y a donc encore et toujours du pain sur la planche.

Un projet

La prochaine étape à réaliser demeure l’archivage pérenne de ce qui est produit par la numérisation. Gros défi, d’autant qu’il va falloir articuler le stockage au CRRI (le service informatique du PRES Clermont Université) d’une part, et l’archivage pérenne lui-même (vraisemblablement au CINES, malgré ses prix). Cela demande également de vérifier (revoir ?) l’indexation, la structuration et la gestion des métadonnées et des fichiers numériques.

Notre série de l’été : un succès, un regret, un projet

Toute publication a ses marronniers, et la liste des sujets disponibles pour permettre aux valeureux pigistes de meubler les périodes creuses est du reste assez réjouissante. L’Alambic sacrifie avec enthousiasme à cet usage. Son côté rituel et répétitif est plein d’avantages. Il permet à une créativité amenuisée par des mois d’effort de s’épargner un peu. Il ménage l’estivant soucieux de ne pas mouiller, ensabler ou salir son smartpad ou son He-phone (j’ai toujours rêvé de décliner ce nom absurde : tu es content de ton you-phone, ils zyeutent leurs they-phones, elle a she-phoné tout mon forfait, etc.), mais qui aime savoir qu’il ne va rien manquer d’important. Il évite aussi au web-deuxicomane invétéré de se trouver précipité dans un dangereux état de manque, toujours périlleux pour sa santé mentale.

Bref, dans le but avoué d’économiser notre énergie pendant la trêve estivale sans frustrer notre lecteur (s’il existe), nous allons réitérer l’expérience  de l’an passé : la série de l’été.

Leaving it all Behind, par Orange Jack (Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique ; source FlickR)
Leaving it all Behind, par Orange Jack (Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique ; source FlickR) 

Au seuil de l’année 2011-2012, je risquais quelques promesses sur ce que nous allions nous attacher à réaliser pendant l’année à venir. Celle-ci étant désormais terminée, j’ai relu non sans appréhension mon billet d’ouverture, pour m’apercevoir avec soulagement que le travail accompli cette année a tout de même quelque rapport avec les priorités annoncées :

  • nous avons soutenu les initiatives de Couperin lorsque le consortium se montrait entreprenant voire belliqueux. Quelques-uns de mes propres billets sur la documentation électronique ont cherché à contribuer à l’effort de guerre. Je ne réponds pas du succès, mais je revendique l’effort.
  • nous avons bel et bien mis en test (pas encore public : patience !) un OPAC libre sur notre SIGB non-libre, sans rencontrer pour l’instant de difficulté paralysante,  deux billets vous en ont informés.
  • La bibliothèque virtuelle est devenue une réalité, comme en témoigne ce site ou ce billet, par exemple. Le travail se poursuit sur d’autres projets, as you can see. Dans le même temps, le dépôt dans TEL et HAL des résultats de la recherche a été bel et bien lancé.
  • Le parc public est presque intégralement passé sous linux, nous avons eu notre première install-party et progressé de quelques pas vers le monde du libre.

Voilà pour les grandes lignes. Mais nous avons fait bien d’autres choses petites et grandes et une journée passée récemment à phosphorer ensemble nous a donné l’occasion, au sein de la bibnum, d’échanger en détail sur ce qui nous avait plu, ou moins plu, au cours des mois écoulés. Je m’en voudrais de ne pas vous en faire profiter. J’ai donc demandé à mes collègues d’indiquer chacun, dans un billet concis et illustré :

  1. Un succès : un projet qui ait abouti cette année et qui soit motif de satisfaction ou de fierté. Parce qu’il ne faut pas bouder son plaisir de voir aboutir son travail.
  2. Un regret : échec, difficulté, retard, déception rencontrés dans l’un ou l’autre projet. Ne serait-ce que pour donner du prix à nos réussites ; et peut-être aussi pour apprendre que d’autres ont rencontré et surmonté ce qui nous arrête.
  3. Un projet  : un travail motivant, déjà en cours ou en perspective pour l’an prochain. Pour partir en vacances sans crainte de s’ennuyer au retour.

Et pour que vous aussi, cher, insaisissable et mystérieux lecteur, après des vacances que l’on vous souhaite paisibles et réparatrices, vous ayez envie de revenir.

Les tutoriels vidéos, première partie

La BCU, sur l’initiative proposée par les collègues de la bibliothèque numérique, s’est lancée dans l’élaboration de tutoriels vidéo. Comme expliqué dans un précédent billet, la bibnum avait rejoint le groupe de formation des doctorants, et réfléchissait à de nouveaux supports de transmission des contenus [pédagogiques] concernant la recherche documentaire, et particulièrement des outils indispensables à l’apprenti-chercheur (feuille de style, dépôt des articles, état de la recherche, etc.).

Le service de l’université CréaTICE, qui se consacre au développement et à l’utilisation des TICE dans les contenus pédagogiques et leur diffusion, a encouragé la bibnum à tenter l’expérience et l’a accompagnée dans cette démarche. Leur dynamique équipe s’est dévouée du début à la fin pour nous apprendre à créer les tutoriels, mettre à disposition le matériel adapté et savoir l’utiliser, ainsi que travailler la post-production.

L’ébauche : élaborer les tutoriels

On s’est mis d’accord pour partir d’un tutoriel pdf existant sur la feuille de style, ou sur un sujet simple à mettre en pratique (configurer sa messagerie électronique, insérer une image dans un fichier texte, ou savoir utiliser les extensions de fichiers). Chacun a reçu une sous-partie qu’il a adaptée au contexte oral et audiovisuel.

CréaTICE a insisté sur le fait qu’un tutoriel en pdf reproduit en vidéo n’était pas redondant, parce que l’un et l’autre n’appellent pas les mêmes objectifs ni usages. Quand le premier est linéaire dans son déroulement et peut expliquer plusieurs solutions à une problématique, le second se penche sur les manipulations pratiques et privilégie nécessairement un seul chemin. En outre, le texte illustré permet une vision d’ensemble assez générale, tandis que la vidéo est très ponctuelle et se focalise sur un ou deux points. Enfin, le tutoriel vidéo doit être bref et durer de 2 à 4 minutes. Il faut donc plusieurs vidéos pour couvrir le contenu d’un tutoriel pdf.

Tutoriel vidéo « Modifier les styles »

La technique : apprendre à se servir du matériel mis à disposition

CréaTICE nous a généreusement prêté leur salle équipée pour l’e-learning et la création de contenus pédagogiques numériques. La bibnum et les personnes impliquées dans la formation des doctorants ont pu se frotter au TBI ou Tableau Blanc Interactif, grand écran d’ordinateur réagissant avec un stylet comme une immense table tactile verticale. Couplé à l’enregistrement de vidéos, il permet de rendre plus énergique et vivante la présentation, en étant debout et comme un formateur devant son groupe.

L’enregistrement et la post-production se font grâce au logiciel Camtasia. Trois solutions avaient été proposées par CréaTICE : logiciel vidéo de Mac intégré, simple mais peu adapté pour une production précise et qui a besoin de modifications a posteriori ; logiciel Camtasia, qui permet plus d’options (zooms fluides notamment) sans que la post-production soit trop complexe et technique à maîtriser ; Captivate enfin, qui, bien que le plus performant pour ce genre d’enregistrement, demande une grande compétence en post-production. Or, la post-production incombait à la personne chargée de la communication à la BCU, qui ne pouvait être accaparée uniquement par ces tutoriels. Le choix s’est donc arrêté sur Camtasia.

La réalisation

Les premiers essais se sont révélés plutôt positifs, parce que :

1/ Les tutoriels réalisés s’appuyaient sur des scénarios déjà écrits et bien préparés (le tutoriel pdf sur la feuille de style principalement, mais pas seulement) ;

2/ Les collègues se sont prêtés au jeu du TBI, difficulté supplémentaire car aucun d’entre nous n’avait l’habitude de ce matériel ; or, chaque tutoriel n’a eu besoin d’être enregistré que deux fois ;

3/ La post-production n’a pas été complexe à mettre en œuvre, et certains enregistrements ont à peine eu besoin d’être retouchés.

Retouches :

Plusieurs améliorations peuvent être apportées :

1/ sur la performance de chargement desdits tutoriels : le serveur qui les hébergeait semblait faire des siennes au départ, et leur temps de chargement n’est pas encore optimal ;

2/ sur leur mise en valeur et leur référencement dans le site : pour le moment, ils sont un peu « perdus » dans la rubrique « Boîte à outils », et leur complémentarité avec les tutoriels pdf traitant des mêmes sujets n’est pas claire – id est on a l’impression d’une redondance ; plus généralement, c’est la boîte à outils qui nécessite un remaniement, pour ne pas être considérée comme la rubrique fourre-tout et trouve-rien de la bibnum ;

3/ il faut maintenant se repencher sur la question des contenus : autant l’on pouvait s’appuyer sur un support déjà prêt pour la feuille de style, autant désormais il est indispensable d’étendre le champ de la vidéo à tout type de contenu de formation – en vrac : la recherche sur les ressources électroniques, SFX, les logiciels de bibliographie, etc.

Rendez-vous après la prochaine salve de création de tutoriels vidéos.

De la difficulté d’administrer le système sans disposer d’une politique de service homogène

Nous cherchons tous à mettre en place des catalogues modernes et interactifs, intégrés à nos sites web, répondant mieux aux usages du public. D’ailleurs, nous constatons tous les jours le besoin de nos usagers de profiter en ligne des services qu’on leur offre sur place.
Or il est très difficile de proposer une offre de services lisible et homogène sur l’ensemble du réseau. Vous avez vu la complexité des politiques de prêt ; si insurmontable que nous n’avons pas pu créer une page « services » sur le site web qui puisse décrire avec clarté notre offre en matière de prêt. Mais cela ne constitue pas la seule difficulté.

Intimement liées – du moins dans notre SIGB – au fonctionnement du prêt, les possibilités de réservation, de demande de communication, de renouvellement sont dépendantes des services offerts par les différentes bibliothèques.

  • Réservation de documents déjà empruntés : 2 bibliothèques le proposent ;
  • Demande de communication des documents rangés en magasin : une seule bibliothèque le propose ;
  • Renouvellement de prêt : 16 bibliothèques peuvent prolonger un prêt mais 3 d’entre elles proposent le renouvellement depuis l’OPAC.

On constate donc que les services en ligne sont peu nombreux, et surtout offerts de manière hétérogène.

Sur le catalogue, cela provoque une grande confusion : les boutons correspondant aux différentes fonctionnalités apparaissent sans qu’il soit possible pour l’usager de savoir si le service va être rendu. Par exemple, on voit apparaître le bouton « Renouveler » à côté des prêts en cours (lorsqu’on est identifié), mais si l’on clique dessus, on peut

  • se voir proposé de cocher les exemplaires à renouveler, dans le meilleur des cas ;
  • se voir proposé de cocher certains exemplaires (ceux pour lesquels la politique de prêt autorise le renouvellement automatique, et qui ne font pas l’objet d’un retard) ;
  • ne rien voir du tout, la fonctionnalité n’étant pas active (si les exemplaires ne peuvent être renouvelés dans cette bibliothèque).

Dans tous les cas, l’usager n’a aucune explication sur ce qui se passe. D’ailleurs, les explications seraient bien trop longues !

Je passe sur le fait qu’on ne puisse pas proposer l’inscription (ou la pré-inscription/demande de carte) en ligne et que les fonctionnalités de services personnalisés ne s’activent pas lorsqu’on a des documents en retard (les boutons n’apparaissent pas), sans que l’on sache pourquoi. Toutes ces subtilités font le plus souvent croire à un dysfonctionnement du système, aux usagers comme aux collègues…

Gamme
Gamme, multitude homogène de Romain, sur Flickr
Finalement, le site web et le catalogue rassemblent une bonne vingtaine de bibliothèques qui, pour le moment, n’adoptent pas les mêmes politiques de service. Donner des informations claires et administrer le système de façon homogène reste une mission délicate dans ces conditions.
A l’heure où nous testons de nouveaux outils de recherche, de nouvelles présentations de nos ressources, où nous cherchons à élargir nos services via le site web, à rendre nos interfaces plus ergonomiques, il paraît urgent de travailler à la politique du réseau en matière de services, pour ne pas risquer de mettre en ligne des outils sous-exploités, vides de sens, et donc décourageants.

Politique de prêt : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Confusion!, à Montréal, par Bob August, Flickr, BY-NC-SA

En balade sur le site internet de la BCU, et sur les mini-sites des sections, on peut désespérer s’émerveiller devant l’épouvantable la formidable diversité des conditions de prêt, reflet dramatique magique de l’inexistence la prise de conscience, encore peu développée, du sentiment d’appartenance à un réseau documentaire. C’est inouï exquis.
Quatre critères se chargent de démultiplier les situations et probabilités d’assaisonnement desdites conditions :

  • le type de lecteur
  • la nature du document
  • la durée du prêt
  • le nombre de documents empruntables (que certaines sections précisent bien comme « maximum », surtout ne vous sentez pas obligés d’en prendre autant, n’abusez pas de votre droit [de prêt])

Prenons-les un par un et cuisinons-les (même si toutes les conditions ne sont pas explicitées, pour toutes les sections, sur les sites en ligne) :

Le type de lecteur :
22 catégories différentes, qui se recoupent parfois, se spécialisent à outrance, fonctionnent sur un système « deux poids deux mesures » parfois à peine déguisé (un étudiant en licence peut en moyenne emprunter deux fois moins et deux fois moins longtemps qu’un enseignant-chercheur) même si de vénérables esprits rappelleront que leurs pratiques de lecture ne sont pas les mêmes ; on retrouve les classiques distinctions entre Licence, Master, Doctorants, Enseignants-chercheurs, lecteurs extérieurs, mais aussi de plus exotiques découpages, comme les 3 premières années de sage-femme, mais la 4e est à part, la licence orthoptie, les PACES et autres DFGSM2, les praticiens professionnels, les praticiens professionnels en formation continue, personnel BIATOSS, personnel des universités (et peut-être du PRES bientôt ?), lecteurs de Clermont Communauté et un très comique « Etudiants » qui visiblement ne recoupe pas les niveaux LMD (mais qui sont-ils ?!).

La nature du document :
11 types différents, permettant une méticuleuse délimitation de la documentation, avec une case pour chacun et chacun dans une case (mais jusqu’où va la pertinence de cette segmentation ?) ; si l’on suit la typologie, les livres (oui, c’est une catégorie!) n’ont rien à faire avec les revues qui n’ont rien à voir avec un ouvrage de concours, qui lui-même ne voudrait pas être mélangé à des ECN (ouvrages pour l’examen classant national en médecine, donc concours aussi), qui se moquent des codes juridiques, ceux-ci dédaignant les manuels, eux-mêmes ne rentrant pas en contact avec les DVD, qui ignorent royalement le support multimédia, isolé du CD-Rom, qui ne comprend pas la thèse qui méprise le mémoire.

La durée du prêt :
8 durées, de 2 jours à 4 semaines renouvelable une fois, soit 8 semaines ; c’est presque trop simple …

Le nombre de documents empruntables :
de 1 à illimité avec un éventail de 14 possibilités : 1 document, 2 documents, 3, 4, 5, 6, 8, 10, 12, 15, 27, 30, 32 documents, et nombre de documents illimité.
Dans une conjoncture où les statistiques de prêt chutent rapidement et de façon continue, à une période où les pratiques des lecteurs ont déjà basculé massivement vers la documentation en ligne, est-il justifiable de maintenir une limite de quantité de documents par emprunteur ? Le mythe  effrayant du lecteur-pilleur, venant avec sa hotte emprunter des dizaines de documents pour empêcher les autres (les bibliothécaires ?) de les utiliser, serait-il ancré dans l’inconscient collectif de la profession ?

Mais peut-être ergotons-nous, et est-ce tout à fait naturel de conserver secrètement les clés de compréhension de la politique de prêt. Regardons ce qui se pratique dans d’autres BU de l’hexagone (selon leur site internet) :

  • SCD Lyon 2 : la différenciation se fait par le type de lecteur ; il n’y a pas de différenciation par type de document, sauf concernant des ouvrages de concours et des ouvrages considérés comme « très demandés » (ces deux catégories pourraient d’ailleurs elles aussi se rejoindre) ;
  • SICD Grenoble 1 : idem en plus simple encore avec 3 types de lecteurs seulement: étudiants en licence/ étudiants en master, doctorants, capes, agreg, EC, extérieurs/ lecteurs extérieurs Rhône-Alpes hors Grenoble ;
  • SCD Nantes : idem, avec un raffinement trop poussé dans la catégorisation des lecteurs (mais il n’est plus tenu compte des types de documents et les durées sont peu nombreuses) ;
  • SCD Rennes 1 : 6 types de lecteurs : L, M, D, EC, enseignants du secondaire, autres lecteurs, avec des durées de prêt regroupées ;
  • SCD Rennes 2 : plus compliqué, beaucoup de documents exclus du prêt, moins d’homogénéité dans les types de lecteurs (licence, licence pro, master, doctorant, concours, EC, autres lecteurs) ;
  • SCD Lille 3 : 4 catégories de lecteurs : licence et assimilés, master et assimilés, doctorat et assimilés, EC et assimilés ; à chaque type correspondent un nombre de documents et une durée ;
  • SCD Lyon 3 : 6 catégories de lecteurs, valeur élevée pour une BU uniquement SHS ;
  • SCD Marseille 2 : 4 catégories de lecteurs, 3 types de documents (généraux, à rotation rapide, exclus du prêt mais empruntables pendant les périodes de fermeture) ;
  • BIU Montpellier : 7 catégories de lecteurs (dont 3 qui ne diffèrent que par le tarif de la carte), emprunts plus ou moins unifiés sur tout le réseau (avec une belle exception : la médecine où la catégorisation est pléthorique) ;

Dans les cas cités ci-dessus, les documents sont empruntables sans distinction de type (avec des exceptions toutefois très ciblées).

  • SCD Toulouse 2 : 2 catégories de lecteurs : étudiants/personnels/autres lecteurs ET EC/Ater de l’université de Toulouse ; 5 à 6 catégories de documents, trois durées ;
  • SCD Paris 6 en médecine : complexité du prêt pour le nombre documents, mais il n’y a que deux durées de prêt dans lesquelles entrent toutes les catégories de lecteurs (du praticien-professeur au CHU à l’étudiant en DCEM), qui sont au nombre de 8.

Que retirer de tout cela ?
D’abord, il ne semble pas très pertinent de maintenir une aussi grande diversité de situations, sinon au niveau du réseau, du moins dans chaque section. Cela entraîne une grande confusion, et les pratiques des usagers tendent vers une moindre utilisation du papier. Il serait donc dommage d’empêcher par des règles trop restrictives l’emprunt de ces documents. La gestion du SIGB en serait également simplifiée.

Il est indéniable que certains types de documents sont très convoités (ECN, codes, ouvrages de concours par exemple). Aussi peut-on penser à concentrer la réflexion sur ceux-ci tout en simplifiant par ailleurs les règles régissant l’emprunt des autres types de documents.

Il est indéniable également que certains types de lecteurs empruntent plus que d’autres. En même temps, est-ce une raison suffisante pour limiter les autres lecteurs et créer un système « deux poids deux mesures » ? Rappelons notamment que les habitudes des Licence ne tendent pas vers l’utilisation de la documentation des bibliothèques, il n’est pas nécessaire de les décourager davantage.

Si l’on peut suggérer certaines idées, on pourrait proposer de :

  • tendre vers la suppression des limites du nombre de documents empruntables, comme c’est déjà le cas dans certaines sections ;
  • abandonner la catégorisation par type de document ;
  • se concentrer sur un seul critère pour hiérarchiser les droits de prêt, afin de clarifier pour tout un chacun les catégorisations tout en les simplifiant.

La formation des doctorants côté bibliothèque numérique, aperçu et évolution

Classe d’écoliers en Pologne – ECHR blog – Antoine Buyse

La BCU développe la formation des utilisateurs de trois manières :

  • en intégrant les enseignements aux cursus disciplinaires, notamment en partenariat avec les UFR de Staps et de Sciences et Techniques – ce qui donne lieu à évaluation et prise en compte d’une note sur les bulletins des étudiants ;

  • en intégrant le parcours de pré-rentrée des première année de Licence ;

  • et, pour le cas qui nous intéresse, en proposant un module parmi ceux à choisir pour valider le cursus de doctorat – les étudiants doivent sélectionner trois modules au choix par an à suivre.

Dans le cadre de la formation des doctorants, la BCU s’est insérée dans les modules proposés par le collège doctoral, qui réunit l’ensemble des écoles doctorales et étudiants des deux universités au sein du PRES Clermont Université. A ce titre, la bibliothèque cherche à toucher une frange élargie des jeunes chercheurs.

Le principe est le suivant : deux jours par module, soit environ 15h d’intervention, où se succèdent plusieurs collègues selon le contenu des présentations : contexte général de la thèse et de la recherche (ANR, AERES, classements internationaux, rentabilité, publications, etc.), archives ouvertes avec HAL et TEL comme exemples, les droits d’auteur, le stylage de la thèse et dépôt électronique, les références bibliographiques, Zotero et les outils de recherche en ligne et grandes ressources électroniques par discipline.

Au sein de la formation prodiguée par les bibliothécaires, la bibliothèque numérique prend en charge une heure d’atelier sur la feuille de style et le dépôt électronique. Il s’agit d’expliquer dans les grandes lignes les modalités de dépôt et montrer aux doctorants la feuille de style qui leur est proposée sous Word et OpenOffice, avec les manipulations principales à connaître.

Premiers retours des étudiants : les besoins sont très diversifiés, pour ne pas dire disparates. C’est qu’en effet le collège doctoral propose les modules à tous les doctorants et les inscriptions sont indifférenciées, qu’ils soient en première, deuxième ou troisième année, en sciences humaines ou en santé, en droit ou en sciences dures.

L’inadéquation est creusée également selon le contenu présenté par les professionnels : alors que la bibliographie semble peu utile pour une partie d’entre eux – excepté en début de première année –, Zotero et le droit d’auteur sont plébiscités, mais là encore, pas par tous.

Pour ce qui est de la feuille de style, le fossé se situe dans les pratiques entre les doctorants en sciences dures et les autres. Les premiers utilisent LaTeX, qui permet une mise en page et un stylage plus élaborés que la feuille de style attachée à Word ou OpenOffice, et la BCU ne présente pas ce logiciel (les étudiants ont d’ailleurs déjà de solides connaissances avant de commencer leur thèse, ce qui rend inutile la présentation de LaTeX). Les seconds ont souvent peu de connaissances concernant le stylage, même s’ils ont tous effectué un mémoire de master 2 auparavant.

A partir de cette expérience, la bibnum s’est demandée ce qu’elle pouvait apporter en plus à la formation des utilisateurs, ou FUT pour les intimes. Toujours prête à nouer des liens avec les autres services universitaires, elle s’est rapprochée de CréaTICE, centre de ressources, d’expérimentation et d’accompagnement pour la création de contenus pédagogiques numériques. Il s’agit de penser la formation documentaire et ses corollaires au niveau virtuel, en créant des contenus pédagogiques sous format vidéo, pour dépasser le tutoriel PDF et compléter les interventions orales face aux étudiants.

Un tutoriel vidéo ne remplace pas une explication sur support papier ou PDF, ni une intervention orale. L’enjeu d’une démonstration audiovisuelle est d’ordre pratique et très précis : on montre une manipulation spécifique, on fait un choix de préférence dans les différentes solutions permettant d’arriver au même résultat car on est limité dans le temps (pour un impact maximal, les vidéos ne doivent pas durer plus de 2 à 4 minutes). Un support textuel permet, quant à lui, d’exposer plusieurs cheminements possibles, de décomposer le processus de recherche.

Comment obtenir ces tutoriels vidéo ? CréaTICE dispose de matériel et d’équipements intéressants pour la réalisation de ceux-ci : outre le logiciel de base proposé par Mac, l’équipe dispose de Camtasia, également utilisé par le webdesign librarian Lee Wang à la Yale school of medicine (un exemple ici), et de Captivate. Ce dernier nécessite une prise en main plus approfondie car il est plus complexe d’utilisation et plus lourd à mettre en œuvre, notamment pour ce qui concerne la post-production.

A ces logiciels s’ajoute également la possibilité de dynamiser ses prises vidéo grâce à un TBI, aka Tableau Blanc Interactif. Au lieu d’effectuer les manipulations et de parler assis devant un ordinateur, l’intervenant évolue debout devant un tableau sur lequel est vidéoprojeté l’écran. Le stylet permet un fonctionnement semblable à une table graphique qui serait placée à la verticale : le fait de pointer sur le tableau agit comme si l’on cliquait à l’aide d’une souris.

Les tutoriels vidéo vont venir enrichir les plateformes d’enseignements liées aux ENT des universités, ce qui permet potentiellement, par ce nouveau moyen de diffusion, d’atteindre le public étudiant.

Panoramix – Astérix et Obélix – Goscinny et Uderzo copyright

Mais pour l’heure, on fait un casting de voix dans le service pour savoir qui enchantera de son timbre mélodieux les oreilles des étudiants…

Projet 2012 : pourquoi pas nous ?

Je suis mécontent.

Quand on interroge « projet 2012 » dans le formulaire de recherche du moteur que l’on ne cite plus, on ne trouve pas le projet de la bibnum. Ce moteur est vraiment mal conçu, ou mal renseigné. Car la bibnum a des tombereaux de projets pour l’année à venir, de quoi nourrir un quinquennat  quinquennal. Qui plus est, ils sont plutôt moins coûteux que ceux des partis candidats au gouvernement, et je gage, sans avoir approfondi la question (Ttttt… devoir de réserve!), que leur faisabilité n’est pas moindre.

Jyhem, Oui oui non non (Creative Commons, paternité, pas d’utilisation commerciale ; source FlickR)

La lecture in-extenso de notre « projet de service » serait de nature à faire déserter ce blog pour 6 mois ; les collègues m’en voudraient, ainsi que les lecteurs d’ailleurs, dont la plupart ont sans nul doute déjà produit ou absorbé une bonne lampée de « projets 2012 » pour leur propre compte. Puisque l’on fait ici dans la distillation, quelques gouttes de quinquina(l) suffiront aux connaisseurs.

Une politique documentaire véritablement politique et profondément documentaire

Côté contenus, les jérémiades budgétaires, comme tous les lieux communs, étant aussi fastidieuses à écrire qu’à lire, je coupe court : 2012 sera une année qualitative. Réduit en slogan, ça donnerait quelque chose d’intermédiaire entre dépenser pas trop plus pour acquérir pas trop moins et acquérir moins mais consulter mieux.
Mais surtout, en politique documentaire comme en politique économique les enjeux sont situés autant et plus au-dehors qu’au-dedans. Mutatis mutandis, notre construction européenne à nous (Tttt… devoir de réserve !) est un consortium.

  • Notre rêve est donc de voir étinceler dans le glacial crépuscule des négociations humiliantes un consortium-couperet, qui bien loin de valider une négociation, inviterait ses membres à la bouder explicitement.
  • Notre projet, c’est de faire valoir ce point de vue chaque fois que la proposition d’un éditeur semblera le justifier. Je n’ai guère de doute sur le fait que l’occasion se présentera une fois ou l’autre cette année.
    Je vote pour un consortium fort et juste. Pour un consortium de conviction.

Un accès résolument accessible

Côté accès : on teste cet automne l’adaptation sur notre SIGB d’un OPAC libre.
Si – hypothèse absurde – tout se passe bien, vous n’en entendrez parler ici que lors d’un petit billet triomphal annonçant le changement d’OPAC.
Si tout se passe normalement, vous aurez quelques billets dans ce blog sur les difficultés rencontrées et un billet soulagé au printemps expliquant que finalement ça marche, pas parfaitement, mais ça marche.
Si tout se passe mal, je m’engage personnellement à signer un billet rageur rejetant toute la responsabilité de l’échec sur les failles techniques de notre SIGB, ou la météo, ou mes collègues, selon l’humeur du jour (je ne dis pas que ça n’est pas injuste, je dis que ça soulage). Mais nous n’en sommes pas là. Laissons travailler nos bouilleurs de cru, il paraît que si l’on regarde par dessus leur épaule la distillation échoue.
Les solutions ? Elles existent. Testons-les.

Une bibliothèque de production délibérément productive

Notre première « bibliothèque virtuelle » devrait être publiée cette année. Il s’agit des carnets du géologue Glangeaud, dont Camille vous a donné un échantillon il y a peu. Entre autres projets, on vise aussi la publication des thèses déposées électroniquement de 2003 à 2010 (avant le dépôt électronique officiel). Après moult réflexions, on s’oriente pour cela vers la solution la plus légère, la diffusion sur TEL. Évidemment, c’est un peu plus compliqué que pour les thèses nativement électroniques, puisque ce n’est pas automatisé, mais sinon, où serait le plaisir (car TEL est notre plaisir) ?

Avec la bibnum, la production virtuelle devient réalité .

Sortir de l’informatique informaticienne

Dans le parc informatique, le dossier de l’année, c’est l’expérimentation de systèmes libres. Les machines professionnelles devraient achever leur migration vers la bureautique libre, le parc public devrait entamer la sienne vers un système d’exploitation Linux, en profitant de la rénovation complète d’une des bibliothèques du réseau. Et pour accompagner le mouvement, une petite install-party sera organisée pour les collègues, afin de faire connaître le système.

En 2012, pour une accessibilité efficace et apaisée ; pour une documentation scientifique et solidaire ; pour une bibliothèque de conviction et d’innovation, votez Clermont. Pour une bibliothèque en mouvement, votez Montferrand. Pour dire ce que vous pensez de nos projets, laissez un commentaire. Pour nous parler des vôtres, faites donc un blog.