HAL à la BCU : Plus de dépôts pas à pas.

Le détournement de HAL

Bien avant que la bibnum ne prenne en charge la gestion des publications sur l’archive ouverte HAL, la formation des déposants, la création de collections spécifiques pour les laboratoires et pour les universités, les chercheurs des institutions du PRES clermontois s’étaient déjà emparés de HAL. Mais d’une manière détournée, comme me l’a indiqué au passage Monsieur Thierry Chanier, directeur du Laboratoire de Recherche sur le Langage et fervent défenseur du mouvement du libre accès. Mais que signifie ce détournement de HAL en Auvergne ? C’est simple, il suffit de jeter un coup d’œil rapide à la collection de l’Université Blaise Pascal en cours de construction, qui existait depuis longtemps déjà en sa plus simple et automatique extraction. Les chiffres parlent d’eux-même : à ce jour, on dénombre 1821 articles, et pas moins de 8355 notices. Cette proportion de notices apparaît faramineuse. Pourquoi tant de références bibliographiques sans articles associés ? HAL a bien été détourné de sa fonction première : donner intégralement accès aux publications des chercheurs en ligne, pour accélérer la communication scientifique directe, et proposer une alternative aux prix exorbitants des éditeurs commerciaux.

HAL à la BCU

A la BCU, l’enjeu est donc actuellement de faire de HAL l’archive ouverte institutionnelle de référence, et non pas seulement bibliographique. Que les doctorants, les enseignants, et les chercheurs des institutions du PRES y déposent leurs publications, et considèrent cet outil essentiellement comme un outil de partage, de diffusion et de valorisation de la recherche en train de se faire au sein des universités. Tout un programme, que nous avons décliné en plusieurs étapes.

D’abord les thèses. La bibnum a orchestré la mise en production de STAR pour le traitement des thèses électroniques, accessibles depuis HAL-TEL. Pour valoriser les thèses des deux universités clermontoises, nous avons réalisé la collection des Thèses des Universités Clermont I et II, en harmonie avec le site de la BCU, et sa rubrique thèse.

Deuxième étape : Inciter à la mise en ligne des publications dans HAL, et donner toutes les clés aux chercheurs pour un dépôt facilité.

Afin de mettre en mettre en place une stratégie d’incitation au dépôt dans HAL à l’échelle de l’Université Blaise Pascal, nous avons commencé à travailler à l’échelle d’un laboratoire. Le CHEC, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », fut ce laboratoire pilote.

On créa la collection HAL des publications du CHEC, afin d’encourager les chercheurs au dépôt. L’enjeu était aussi de faire prendre conscience aux chercheurs qu’en y déposant leur publications, ils participaient à la valorisation de la recherche au CHEC. Pour que les chercheurs s’approprient HAL comme leur outil commun, l’interface de la collection fut conçue en écho avec le site du labo.
Deux sessions  de formation au dépôt dans l’archive ouverte furent planifiés conjointement par la BCU et le CHEC, à destination de tous les doctorants et enseignants chercheurs du laboratoire. Cette campagne d’incitation au dépôt prit la forme d’une campagne de communication. Mailing à tous les membres du CHEC, annonce de la formation proposée sur le site web du labo. Cette pré-campagne dépassa les attentes escomptées. Le nombre d’inscrits fut tel qu’une troisième session de formation fut organisée.
Ces formations firent l’objet d’une préparation rigoureuse. L’enjeu était  de préparer les chercheurs au dépôts, mais aussi d’encadrer, dans une certaine mesure, la mise en ligne, afin d’établir une homogénéité formelle des publications en ligne du CHEC. A cette fin, et aussi pour contextualiser les dépôts, une fiche type fut créée, qui allait permettre aux chercheurs de renseigner les métadonnées essentielles, pour que ces informations figurent en première page des articles publiés dans la collection HAL du CHEC. Un manuel HAL  dédié au CHEC fut aussi co-rédigé. Pour la formation, on demanda aux chercheurs d’amener une  de leurs publications sur une clé USB. Cette formation se révéla essentiellement pratique. Après une présentation générale de HAL et des questions juridiques liées à la mise en ligne des articles, les chercheurs déposèrent donc directement leur publication. A l’issue de la formation, certains chercheurs décidèrent de déposer l’ensemble de leur publications en ligne. Cet enthousiasme et cette pratique nouvelle du dépôt fait émerger de nouvelles questions. Quid des anciennes publications éditées avant le traitement de texte informatique ? Il n’est pas toujours évident de disposer du fichier informatique de tels articles… La question reste ouverte, mais on envisage déjà des solutions d’océrisation.
Bilan : après la dernière séance qui eu lieu mardi dernier le nombre des publications de la collection du CHEC a doublé. Un succès manifeste, lié sans aucun doute à cette collaboration institutionnelle entre le labo et la bibliothèque. Voilà une expérience à renouveler avec les autres laboratoires de l’université.

Référente HAL de la BCU, j’envisage mon rôle de gestionnaire et de coordinatrice de l’archive ouverte institutionnelle HAL en étroite synergie avec les laboratoires et le Centre pour la Communication Scientifique Directe. Créer des collections, organiser des formations, mener des campagnes d’incitation, accompagner les chercheurs en proposant des outils et des méthodologies pour faciliter les dépôts, assurer une gestion rigoureuse des métadonnées. Telles sont ces missions croisées.
A la BCU, le travail ne fait que commencer. Un immense chantier en perspective. Il faut déblayer le terrain, dédoublonner et mettre à jour les « laboratoires connus de HAL »,  pour que l’archive ouverte épouse les mutations de la recherche à l’Université.
Arriverons-nous à donner à HAL son sens premier, pour qu’il donne accès à l’ensemble des publications de l’institution ? Arriverons-nous à enrayer l’usage détourné de HAL, à inverser la proportion des dépôts par rapport aux simples références bibliographiques ?
Le défi reste entier !

Expédition scientifique au Lac Pavin par une équipe du LMGE
Copyright Jerôme Pallé Université Blaise Pascal



Une messagerie pour deux systèmes : cas de Thunderbird sur un pc en dual-boot

Quiconque ayant un jour fait preuve de suffisamment de curiosité, ou ayant eu l’esprit aventureux au point de sortir des sentiers balisés des systèmes d’exploitation que je qualifierai pudiquement de « pré-installés » s’est inévitablement tourné vers GNU/Linux…

En bon camarade, GNU/Linux, toutes distributions confondues, vit bien la cohabitation avec un système Windows préexistant. Pour peu que ce dernier lui en ait laissé la place, GNU/Linux s’y installe sans plus de difficulté et les deux systèmes vivent alors sur le mode de la coexistence pacifique…

Certes Windows demeure superbement indifférent à Linux, incapable qu’il est de déchiffrer son système de fichiers. Linux, plus agile, sait lire et écrire sur des partitions NTFS, ce qui au passage en fait un outil pratique pour récupérer les données et parfois même réparer un Windows cassé…

Cependant quiconque ayant un jour fait l’expérience du dual-boot sait que l’on se retrouve immanquablement confronté à des choix. Disposer de deux systèmes est à coup sûr un confort, et la certitude de revenir facilement à un environnement familier. Pour l’utilisateur dont Linux est devenu le système principal mais pour qui Windows reste indispensable (une application propriétaire sans équivalent et ne fonctionnant pas sous Wine, par exemple) le dual-boot offre une souplesse bienvenue…

Mais dans ce contexte, quid de l’accès aux données déjà présentes sur l’ordinateur ? En particulier aux données déjà enregistrées dans certaines applications tournant sous Windows, ces dernières étant entièrement configurées… vous voyez sons doute où je veux en venir ? Je pense bien évidemment à la messagerie électronique.

ThunderbirdCertes on peut résoudre la question en utilisant exclusivement un webmail, ou en redémarrant son pc pour consulter ses mails, mais sincèrement, quel ennui.

Pour peu que l’on respecte quelques conditions préalables, il est toutefois possible de disposer d’une seule messagerie pour les deux systèmes. Supposons que l’on était auparavant un utilisateur « éclairé » de Windows préférant un client de messagerie open-source, en l’occurrence Thunderbird.

Il nous faut installer dans notre beau système GNU/Linux en dual-boot le même Thunderbird, ou tout au moins une version majeure identique (au moment ou j’écris ces lignes, la version dans les dépôts Ubuntu 10.10 « Maverick Meerkat » est la 3.1.16 et celle présente sur ma partition Windows XP est la 3.1.18) ce qui peut se faire ainsi :

$ sudo aptitude install -r thunderbird

 Si cette version vous semble trop archaïque, ou bien que votre messagerie Windows est déjà un Thunderbird 10.0 flambant neuf pas de problème, il suffit d’aller, si j’ose dire, « à la source » : https://launchpad.net/~mozillateam/+archive/thunderbird-stable et d’ajouter le dépot ppa de Thunderbird avant de procéder à l’installation.

$ sudo add-apt-repository ppa:ppa.launchpad.net/mozillateam/thunderbird-stable/ubuntu maverick main

puis via Synaptic ou plus prosaïquement en ligne de commande :

$ sudo aptitude update && sudo aptitude install -r thunderbird

A ce stade nous disposons donc de Thunderbird dans les deux systèmes, il convient donc de configurer le client Linux afin qu’il aille chercher l’intégralité des données de la messagerie déjà installée sous Windows, c’est à dire bien sûr le texte des messages, les pièces jointes mais également la totalité du carnet d’adresses, les filtres et plus important, la configuration du ou des comptes, mots de passe inclus… sans oublier les modules complémentaires !

La partition  windows est en général accessible via le menu « raccourci » de Gnome, le point de montage étant /media/WINDOWS si le disque ne porte pas de nom particulier. Le répertoire contenant les dossiers de la messagerie se trouve alors, si l’on est sous XP

/media/WINDOWS/Documents and settings/Nom_de_l'utilisateur/
Application Data/Thunderbird/Profiles/xxxxxxxx.default

(xxxxxxxx étant une valeur alphanumérique propre à chaque installation). Sous Vista ou Seven, le répertoire de l’application est à chercher du côté de /Users/Profiles…

On doit maintenant éditer le fichier de configuration de Thunderbird, que l’on trouve dans le répertoire .thunderbird de son home directory et qui se nomme profiles.ini

$ cd .thunderbird/
$ sudo vim profiles.ini

et là on remplace la variable path existante par le chemin décrit plus haut

Path=/media/SYSTEME/Documents and Settings/utilisateur/
Application Data/Thunderbird/Profiles/m31xts4b.default

On n’a plus qu’à enregistrer les modifications et lancer Thunderbird pour retrouver sa messagerie à l’identique, entièrement configurée et toute prête à être utilisée…

A chaque démarrage cependant, il faudra penser à monter sa partition windows avant de lancer Thunderbird sous peine de recevoir en plein figure un beau message d’erreur…

Rassurez-vous, Linux pense aux étourdis et offre la possibilité de monter automatiquement une partition au démarrage, ce qui se fait en éditant le fichier /etc/fstab

$ sudo vim /etc/fstab

auquel on ajoutera une ligne comme celle-ci, après avoir examiné la sortie de la commande sudo fdisk -l et par sécurité fait un cat /etc/mtab

périphérique  point de montage  ntfs-3g   rw,user,auto,gid=100,uid=1000,nls=utf8,umask=002  0  0

périphérique est à remplacer par /dev/sda1 et point de montage par /media/WINDOWS, la plupart du temps (à adapter à votre système, quoi qu’il en soit).

Et après ça vous devriez arriver à lire vos mails quel que soit votre système !

Elsevier : la première bataille

Enfin, la poudre parle... (photo Zhengxu, lic. Creative Commons paternité ; source FlickR)

Enfin.

Assez fourbi, assez gémi : on défouraille. Enfin. Après des années d’outrages patiemment endurés et de rodomontades piteusement ravalées en grommellements à l’heure de signer des contrats qui se ramenaient à des capitulations, cette fois la bataille est engagée, enfin. Et non pas par les bibliothécaires, mais bien, et c’est ce qui rend la nouvelle tellement intéressante, par les chercheurs. C’est beaucoup plus dangereux pour l’éditeur, et infiniment plus réjouissant pour nous. Difficile de dire encore si ce sera la bataille de Londres ou celle de Stalingrad, le premier baroud d’honneur des résistants ou le premier désastre de l’ennemi… Mais comme jusqu’à présent c’est plutôt Münich ou les Bourgeois de Calais qui venaient à l’esprit, il y a déjà de quoi se réjouir sans arrière-pensée. En découdre, enfin !

Des années durant, les scientifiques ont livré leurs articles bénévolement pour les faire racheter à prix d’or par leurs bibliothèques. Des années durant, les bibliothécaires ont geint et désespéré du soutien des chercheurs. Leurs cris ont-ils un peu contribué à remplir le baril de poudre ? Peu importe. C’est l’éditeur lui-même qui a fourni la mèche, ce sont les chercheurs qui y ont bouté le feu. Le spectacle en vaut la peine. Pour le plaisir, donc, et pour rendre les honneurs dus à ceux qui viennent de bien mériter de la science, retour sur les trois dernières semaines.

À tout seigneur tout honneur, commençons par la brillante initiative surnommée, outre-Atlantique, « l’amendement Elsevier ». De son vrai nom, le Research Works Act (lisez le texte, il est d’une très efficace brièveté). De quoi il s’agit, d’autres l’ont bien expliqué. Michael Eisen (co-fondateur de PLOS) en anglais ; Laurence Bianchini en français. Pour faire court, c’est une attaque en règle contre les dépôts d’archives ouvertes et contre les directives publiques visant à rendre obligatoire leur usage. L’argument, ramené à sa plus simple expression, est le suivant : « Une fois que l’éditeur privé a contribué à la publication scientifique, si l’acteur public la diffuse gratuitement, il nuit aux intérêts de l’éditeur privé par une forme de concurrence déloyale. Il doit donc demander la permission à l’éditeur. » Si l’on descend de la plus simple expression au plus simple appareil, on arrive à quelque chose comme : « Les résultats de la recherche publique appartiennent aux éditeurs privés qui les ont publiés ». C’est bouleversant de simplicité et de brutalité. Une vraie voie de fait, sauf que c’est une voie de droit. Parler de voie de fait juridique serait plus adéquat.

La riposte n’a pas tardé. Rhétorique d’abord, de la part des bibliothécaires outre Atlantique. Lisez la belle déclaration de guerre du Canard bibliothécaire. C’est enlevé, agressif, et très prometteur. Citons juste trois lignes prophétiques :

You’re fighting the last war, the war against the Internet. The Internet is winning, though slowly; the black hole the PRISM Coalition fell into, PLoS and its imitators, PubMedCentral and its analogues, all demonstrate that.

Mais la véritable riposte qui est en train de se déployer, avec tout le joyeux et incontrôlable dynamisme d’une réaction en chaîne, c’est celle des scientifiques. C’est le mathématicien Tim Gowers (médaille Fields 1998, excusez du peu) qui a jeté le 21 janvier l’étincelle providentielle, dans un billet qui méritera de rester dans les annales de l’épopée scientifique moderne : Elsevier, mon rôle dans sa chute. Simple comme une confession, implacable comme une démonstration, ce billet a enclenché le mouvement même qu’il appelait de ses vœux. Je vous la fais courte et en français, tout en vous engageant vivement à aller à la source :

  1. Elsevier fait payer très cher les abonnements ; il les met en bouquets, qu’il vend suivant une stratégie de tout ou rien. Toute tentative de négociation aboutit à une coupure d’accès (etc. etc.). Elsevier lutte contre l’Open Access, soutient le Research Works Act (etc. etc.).
  2. Pourquoi ne pas refuser de publier chez Elsevier ?
  3. Objection : pour être efficace, il faut que ce refus soit collectif et public.
  4. Réponse à l’objection : si un site web permettait aux mathématiciens d’afficher publiquement leur refus de publier chez Elsevier, cela pourrait aider.

 « It should be pretty easy to set up, but way beyond my competence I’m afraid. Is there anyone out there who feels like doing it? »

Et ce fut le miracle : en commentaire, la réponse de Tyler Neylon prend la forme d’un site : http://thecostofknowledge.com/index.php. Moins de quinze jours plus tard (le 3 février), il comptait 3700 signatures [Mise à jour du 24 février 2012 : 7235 signatures !]. Et si près de 700 [1352 !] émanaient de mathématiciens, on y comptait aussi 172 [459 !] médecins, 417 [1076 !] biologistes, 508 [827 !] informaticiens… Au total, ce sont 15 disciplines représentées, et sans doute plus encore de nationalités.

 

Il en faudra davantage, sans doute, pour jeter véritablement à bas un géant de l’édition ou l’obliger à cesser de lever l’impôt sur toutes les universités du monde. Mais l’ampleur et la rapidité de la mobilisation montrent que quelque chose est en train de changer.

Rendons la parole à l’accusé pour conclure, afin qu’il saisisse l’occasion d’aggraver un peu son cas. Au mois de décembre, des représentants d’Elsevier rencontraient un groupe de représentants Couperin pour discuter de modèles économiques futurs (tiens tiens…). Introduisant le propos par un rapide historique du développement de l’édition numérique, un brillant Elsevierien évoquait un âge lointain, presque préhistorique, antérieur à la fin du XXe siècle, un âge où les revues n’étaient qu’imprimées, lorsqu’il commit une petite faute de goût… il laissa échapper au détour d’une phrase ce cri du cœur qui ne figurait certainement pas dans son script  : It was not a very exciting time, from a business point of view. On m’accordera sans peine la liberté d’en conclure que la période 2000-2012 a été pour Elsevier a much more exciting time. Étrangement, tous comptes faits (et je pèse mes mots), les scientifiques et les bibliothèques n’ont pas trouvé cela aussi exciting que cela. Mais j’ai l’impression qu’une subtile inversion de tendance vient de se produire. Et qu’on me pardonne d’avouer ici une satisfaction un rien mesquine, je trouve que la situation est en train de devenir rather more exciting than it has been for the past ten years.

P.S. À l’attention de ceux qui n’auraient lu ce billet qu’en diagonale (nous sommes tous très pris) et qui souhaiteraient en conserver deux idées essentielles :

  1. Allez lire http://gowers.wordpress.com/2012/01/21/elsevier-my-part-in-its-downfall/
  2. Allez signer http://thecostofknowledge.com/


Script de sauvegarde pour MySQL

Nos serveurs étant installés selon la technologie RAID, le risque de perte de données provient essentiellement d’une erreur logicielle ou humaine. Ne disposant pas de solution de sauvegarde professionnelle pour nos sites web et documents numériques, nous ne pouvions cependant pas rester sans copie de secours des fichiers et des bases les plus importants. Concernant ces dernières, un simple script les enregistre dans des fichiers distincts à intervalles réguliers. L’alambic numérique étant peu pourvu en langage informatique — un comble pour le blog d’une bibliothèque numérique –, voyons plus en détail le fonctionnement de ces quelques lignes de code.

Screenshot of the famous GLMatrix screensaver Copyright © 1999-2003 by Jamie Zawinski
Screenshot of the famous GLMatrix screensaver Copyright © 1999-2003 by Jamie Zawinski

MySQL, le système de gestion de bases de données  que nous utilisons, dispose d’un certain nombre d’outils d’administration. L’un d’entre-eux, permet d’exporter les bases dans un format adapté à un éventuel ré-import (en SQL). Chaque nuit, le programme qui nous intéresse ici, exporte les données de nos sites principaux à l’aide de ces commandes de gestion. Les extractions de la veille sont écrasées systématiquement et même si nous archivons régulièrement ces fichiers il n’y a donc pas de gestion des versions précédentes. Nous disposons tout de même d’une copie de secours en cas d’une perte de données inattendue.

Voici ce script et un commentaire associé :

[sourcecode language= »bash » highlight= »15,31″]
#! /bin/bash
#fonction testant la presence d’un element dans un tableau de chaînes
function in_array(){
chaine=$1
trouve=$(echo ${exclude[*]} | grep « $chaine »)
if [ « $trouve » != «  » ]
then
return 1
else
return 0
fi
}

#récupération de la liste des bases
bases=($(mysqlshow -pmotdepasse | cut -d ‘|’ -f2 | sed ‘1,3d’ | sed ‘$d’))

#repertoire de sauvegarde ou sont copiés les exports
rep=’/sauvegardes’

#liste des bases a exclure
exclude=(base1 base2 base3)

#lancement de l’export
for i in ${!bases[*]}
do
$(in_array ${bases[$i]})
inarray=$(echo $?)
if [ $inarray -eq 0 ]
then
echo ${bases[$i]}
mysqldump -u root -pmotdepasse –opt ${bases[$i]} > $rep/${bases[$i]}.sql
fi
done
[/sourcecode]

Ces quelques lignes sont écrites pour BASH, l’interpréteur de la ligne de commande sous Linux. Son fonctionnement est simple, il récupère la liste des bases présentes dans le serveur MySQL puis les enregistre dans un répertoire indiqué dans le programme à la ligne 18 . Certaines bases peuvent être ignorées en indiquant leur nom dans la liste de la ligne 21.
Les lignes en surbrillance ont une syntaxe particulière. Il ne s’agit pas d’une faute de frappe mais le mot de passe doit être accolé à l’option « -p » passée aux commandes mysqlshow et mysqldump.

Il suffit ensuite d’attribuer les droits d’exécution à ce script et de le lancer avec les commandes suivantes :

[sourcecode language= »bash » gutter= »false »]
$ chmod a+x dump-mysql
$ ./dump-mysql
[/sourcecode]

De la difficulté d’administrer le système sans disposer d’une politique de service homogène

Nous cherchons tous à mettre en place des catalogues modernes et interactifs, intégrés à nos sites web, répondant mieux aux usages du public. D’ailleurs, nous constatons tous les jours le besoin de nos usagers de profiter en ligne des services qu’on leur offre sur place.
Or il est très difficile de proposer une offre de services lisible et homogène sur l’ensemble du réseau. Vous avez vu la complexité des politiques de prêt ; si insurmontable que nous n’avons pas pu créer une page « services » sur le site web qui puisse décrire avec clarté notre offre en matière de prêt. Mais cela ne constitue pas la seule difficulté.

Intimement liées – du moins dans notre SIGB – au fonctionnement du prêt, les possibilités de réservation, de demande de communication, de renouvellement sont dépendantes des services offerts par les différentes bibliothèques.

  • Réservation de documents déjà empruntés : 2 bibliothèques le proposent ;
  • Demande de communication des documents rangés en magasin : une seule bibliothèque le propose ;
  • Renouvellement de prêt : 16 bibliothèques peuvent prolonger un prêt mais 3 d’entre elles proposent le renouvellement depuis l’OPAC.

On constate donc que les services en ligne sont peu nombreux, et surtout offerts de manière hétérogène.

Sur le catalogue, cela provoque une grande confusion : les boutons correspondant aux différentes fonctionnalités apparaissent sans qu’il soit possible pour l’usager de savoir si le service va être rendu. Par exemple, on voit apparaître le bouton « Renouveler » à côté des prêts en cours (lorsqu’on est identifié), mais si l’on clique dessus, on peut

  • se voir proposé de cocher les exemplaires à renouveler, dans le meilleur des cas ;
  • se voir proposé de cocher certains exemplaires (ceux pour lesquels la politique de prêt autorise le renouvellement automatique, et qui ne font pas l’objet d’un retard) ;
  • ne rien voir du tout, la fonctionnalité n’étant pas active (si les exemplaires ne peuvent être renouvelés dans cette bibliothèque).

Dans tous les cas, l’usager n’a aucune explication sur ce qui se passe. D’ailleurs, les explications seraient bien trop longues !

Je passe sur le fait qu’on ne puisse pas proposer l’inscription (ou la pré-inscription/demande de carte) en ligne et que les fonctionnalités de services personnalisés ne s’activent pas lorsqu’on a des documents en retard (les boutons n’apparaissent pas), sans que l’on sache pourquoi. Toutes ces subtilités font le plus souvent croire à un dysfonctionnement du système, aux usagers comme aux collègues…

Gamme
Gamme, multitude homogène de Romain, sur Flickr
Finalement, le site web et le catalogue rassemblent une bonne vingtaine de bibliothèques qui, pour le moment, n’adoptent pas les mêmes politiques de service. Donner des informations claires et administrer le système de façon homogène reste une mission délicate dans ces conditions.
A l’heure où nous testons de nouveaux outils de recherche, de nouvelles présentations de nos ressources, où nous cherchons à élargir nos services via le site web, à rendre nos interfaces plus ergonomiques, il paraît urgent de travailler à la politique du réseau en matière de services, pour ne pas risquer de mettre en ligne des outils sous-exploités, vides de sens, et donc décourageants.

Politique de prêt : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Confusion!, à Montréal, par Bob August, Flickr, BY-NC-SA

En balade sur le site internet de la BCU, et sur les mini-sites des sections, on peut désespérer s’émerveiller devant l’épouvantable la formidable diversité des conditions de prêt, reflet dramatique magique de l’inexistence la prise de conscience, encore peu développée, du sentiment d’appartenance à un réseau documentaire. C’est inouï exquis.
Quatre critères se chargent de démultiplier les situations et probabilités d’assaisonnement desdites conditions :

  • le type de lecteur
  • la nature du document
  • la durée du prêt
  • le nombre de documents empruntables (que certaines sections précisent bien comme « maximum », surtout ne vous sentez pas obligés d’en prendre autant, n’abusez pas de votre droit [de prêt])

Prenons-les un par un et cuisinons-les (même si toutes les conditions ne sont pas explicitées, pour toutes les sections, sur les sites en ligne) :

Le type de lecteur :
22 catégories différentes, qui se recoupent parfois, se spécialisent à outrance, fonctionnent sur un système « deux poids deux mesures » parfois à peine déguisé (un étudiant en licence peut en moyenne emprunter deux fois moins et deux fois moins longtemps qu’un enseignant-chercheur) même si de vénérables esprits rappelleront que leurs pratiques de lecture ne sont pas les mêmes ; on retrouve les classiques distinctions entre Licence, Master, Doctorants, Enseignants-chercheurs, lecteurs extérieurs, mais aussi de plus exotiques découpages, comme les 3 premières années de sage-femme, mais la 4e est à part, la licence orthoptie, les PACES et autres DFGSM2, les praticiens professionnels, les praticiens professionnels en formation continue, personnel BIATOSS, personnel des universités (et peut-être du PRES bientôt ?), lecteurs de Clermont Communauté et un très comique « Etudiants » qui visiblement ne recoupe pas les niveaux LMD (mais qui sont-ils ?!).

La nature du document :
11 types différents, permettant une méticuleuse délimitation de la documentation, avec une case pour chacun et chacun dans une case (mais jusqu’où va la pertinence de cette segmentation ?) ; si l’on suit la typologie, les livres (oui, c’est une catégorie!) n’ont rien à faire avec les revues qui n’ont rien à voir avec un ouvrage de concours, qui lui-même ne voudrait pas être mélangé à des ECN (ouvrages pour l’examen classant national en médecine, donc concours aussi), qui se moquent des codes juridiques, ceux-ci dédaignant les manuels, eux-mêmes ne rentrant pas en contact avec les DVD, qui ignorent royalement le support multimédia, isolé du CD-Rom, qui ne comprend pas la thèse qui méprise le mémoire.

La durée du prêt :
8 durées, de 2 jours à 4 semaines renouvelable une fois, soit 8 semaines ; c’est presque trop simple …

Le nombre de documents empruntables :
de 1 à illimité avec un éventail de 14 possibilités : 1 document, 2 documents, 3, 4, 5, 6, 8, 10, 12, 15, 27, 30, 32 documents, et nombre de documents illimité.
Dans une conjoncture où les statistiques de prêt chutent rapidement et de façon continue, à une période où les pratiques des lecteurs ont déjà basculé massivement vers la documentation en ligne, est-il justifiable de maintenir une limite de quantité de documents par emprunteur ? Le mythe  effrayant du lecteur-pilleur, venant avec sa hotte emprunter des dizaines de documents pour empêcher les autres (les bibliothécaires ?) de les utiliser, serait-il ancré dans l’inconscient collectif de la profession ?

Mais peut-être ergotons-nous, et est-ce tout à fait naturel de conserver secrètement les clés de compréhension de la politique de prêt. Regardons ce qui se pratique dans d’autres BU de l’hexagone (selon leur site internet) :

  • SCD Lyon 2 : la différenciation se fait par le type de lecteur ; il n’y a pas de différenciation par type de document, sauf concernant des ouvrages de concours et des ouvrages considérés comme « très demandés » (ces deux catégories pourraient d’ailleurs elles aussi se rejoindre) ;
  • SICD Grenoble 1 : idem en plus simple encore avec 3 types de lecteurs seulement: étudiants en licence/ étudiants en master, doctorants, capes, agreg, EC, extérieurs/ lecteurs extérieurs Rhône-Alpes hors Grenoble ;
  • SCD Nantes : idem, avec un raffinement trop poussé dans la catégorisation des lecteurs (mais il n’est plus tenu compte des types de documents et les durées sont peu nombreuses) ;
  • SCD Rennes 1 : 6 types de lecteurs : L, M, D, EC, enseignants du secondaire, autres lecteurs, avec des durées de prêt regroupées ;
  • SCD Rennes 2 : plus compliqué, beaucoup de documents exclus du prêt, moins d’homogénéité dans les types de lecteurs (licence, licence pro, master, doctorant, concours, EC, autres lecteurs) ;
  • SCD Lille 3 : 4 catégories de lecteurs : licence et assimilés, master et assimilés, doctorat et assimilés, EC et assimilés ; à chaque type correspondent un nombre de documents et une durée ;
  • SCD Lyon 3 : 6 catégories de lecteurs, valeur élevée pour une BU uniquement SHS ;
  • SCD Marseille 2 : 4 catégories de lecteurs, 3 types de documents (généraux, à rotation rapide, exclus du prêt mais empruntables pendant les périodes de fermeture) ;
  • BIU Montpellier : 7 catégories de lecteurs (dont 3 qui ne diffèrent que par le tarif de la carte), emprunts plus ou moins unifiés sur tout le réseau (avec une belle exception : la médecine où la catégorisation est pléthorique) ;

Dans les cas cités ci-dessus, les documents sont empruntables sans distinction de type (avec des exceptions toutefois très ciblées).

  • SCD Toulouse 2 : 2 catégories de lecteurs : étudiants/personnels/autres lecteurs ET EC/Ater de l’université de Toulouse ; 5 à 6 catégories de documents, trois durées ;
  • SCD Paris 6 en médecine : complexité du prêt pour le nombre documents, mais il n’y a que deux durées de prêt dans lesquelles entrent toutes les catégories de lecteurs (du praticien-professeur au CHU à l’étudiant en DCEM), qui sont au nombre de 8.

Que retirer de tout cela ?
D’abord, il ne semble pas très pertinent de maintenir une aussi grande diversité de situations, sinon au niveau du réseau, du moins dans chaque section. Cela entraîne une grande confusion, et les pratiques des usagers tendent vers une moindre utilisation du papier. Il serait donc dommage d’empêcher par des règles trop restrictives l’emprunt de ces documents. La gestion du SIGB en serait également simplifiée.

Il est indéniable que certains types de documents sont très convoités (ECN, codes, ouvrages de concours par exemple). Aussi peut-on penser à concentrer la réflexion sur ceux-ci tout en simplifiant par ailleurs les règles régissant l’emprunt des autres types de documents.

Il est indéniable également que certains types de lecteurs empruntent plus que d’autres. En même temps, est-ce une raison suffisante pour limiter les autres lecteurs et créer un système « deux poids deux mesures » ? Rappelons notamment que les habitudes des Licence ne tendent pas vers l’utilisation de la documentation des bibliothèques, il n’est pas nécessaire de les décourager davantage.

Si l’on peut suggérer certaines idées, on pourrait proposer de :

  • tendre vers la suppression des limites du nombre de documents empruntables, comme c’est déjà le cas dans certaines sections ;
  • abandonner la catégorisation par type de document ;
  • se concentrer sur un seul critère pour hiérarchiser les droits de prêt, afin de clarifier pour tout un chacun les catégorisations tout en les simplifiant.

Médiation numérique et réticulaire en bibliothèque.

Bertrand Calenge dans son carnet de notes a bien raison de pointer l’ambivalence du concept de médiation numérique en bibliothèque. Cette expression se conjugue à toutes les sauces, il est vrai.
Retravaillant la définition de la médiation de Silvère Mercier,  il replace au coeur du dispositif de médiation la bibliothèque comme institution elle-même  dans son billet intitulé la médiation : concept clé ou mot valise ? : « Est dispositif de médiation toute organisation ou technologie qui vise à permettre à des bibliothécaires de favoriser l’accès organisé ou fortuit, l’appropriation ou la dissémination de contenus à des fins de diffusion des savoirs et des savoir-faire ».

Le portail de la BCU est-il en ce sens un dispositif de médiation ? S’il permet bien aux bibliothécaires de jouer en ligne leur rôle de personne ressource,  on peut légitimement se demander s’il suffit de détenir des droits de publication et un compte de contributeur sur un outil de gestion de contenu pour produire des contenus de qualité qui répondent aux attentes documentaires des usagers. En quoi reconnaît-on la qualité dans un dispositif de médiation numérique en bibliothèque ? Au coeur du dispositif, il y a bien l’organisation elle-même, non pas seulement l’architecture de l’information et des contenus mis en ligne,  mais aussi le réseau des bibliothécaires.

Le portail de la BCU est bien un dispositif de médiation : Il permet concrètement aux bibliothécaires de donner accès, d’éditer et de disséminer des contenus en vue de la diffusion des connaissances. En ce sens, il leur permet de prendre position en  ligne vis-à-vis du public, ou de se repositionner comme l’entend Silvère Mercier dans son récent article Médiation numérique et culture de l’information : repositionner les bibliothécaires. Les bibliothécaires ont bien toute légitimité à prescrire des ressources, non pas au même titre que les enseignants-chercheurs, mais bien en tant que spécialistes de la « culture de l’information » ou de linformation literaty à l’anglosaxonne, comme l’explicite Sylvie Chevillotte dans le BBF.
Dans le cas du portail de la BCU, c’est essentiellement dans les « blog-notes » que les bibliothécaires éditent des contenus en ligne à destination des usagers et se font prescripteurs de ressources.
On ne peut pas vraiment comparer les blogs des sections de la BCU aux blogs hyper spécialisés du SCD de Nancy à destination des étudiants en orthophonie, des infirmiers, des sages-femmes. Blogs à part, ils n’ont pas le même positionnement éditorial, les blogs de la BCU se rattachant davantage à la vie et aux ressources des réseaux de bibliothèques dans les disciplines phares des Universités de Clermont.
Le positionnement des blog-notes est d’avantage axé sur les ressources à mettre en avant, à l’instar d’une vitrine numérique. Les bibliographies et les billets mis en ligne sont liés de près ou de loin aux disciplines enseignées. Les bibliothécaires s’y font veilleurs, formateurs, connaisseurs. Les contenus  prolongent aussi parfois les expositions organisées à la BCU, comme le fait le blog du réseau des BFM autour de l’exposition en cours sur Jean-Henri Fabre ou la passion des insectes. Dans d’autres exemples, les bibliothécaires y expriment leur « coup de coeur » pour les romans qu’ils ont aimés.
Le positionnement est plus large, peut-être plus flou, mais dans tous les cas, les usagers demeurent en ligne de mire. On voit cependant venir les écueils à éviter : Il y a bien un risque de dilution de l’information à prévenir, d’où l’importance d’une coordination renforcée en amont.

toile d'araignée
Toile d’araignée
Paternité Pas d’utilisation commerciale Partage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés par koen_photos

La formation des doctorants côté bibliothèque numérique, aperçu et évolution

Classe d’écoliers en Pologne – ECHR blog – Antoine Buyse

La BCU développe la formation des utilisateurs de trois manières :

  • en intégrant les enseignements aux cursus disciplinaires, notamment en partenariat avec les UFR de Staps et de Sciences et Techniques – ce qui donne lieu à évaluation et prise en compte d’une note sur les bulletins des étudiants ;

  • en intégrant le parcours de pré-rentrée des première année de Licence ;

  • et, pour le cas qui nous intéresse, en proposant un module parmi ceux à choisir pour valider le cursus de doctorat – les étudiants doivent sélectionner trois modules au choix par an à suivre.

Dans le cadre de la formation des doctorants, la BCU s’est insérée dans les modules proposés par le collège doctoral, qui réunit l’ensemble des écoles doctorales et étudiants des deux universités au sein du PRES Clermont Université. A ce titre, la bibliothèque cherche à toucher une frange élargie des jeunes chercheurs.

Le principe est le suivant : deux jours par module, soit environ 15h d’intervention, où se succèdent plusieurs collègues selon le contenu des présentations : contexte général de la thèse et de la recherche (ANR, AERES, classements internationaux, rentabilité, publications, etc.), archives ouvertes avec HAL et TEL comme exemples, les droits d’auteur, le stylage de la thèse et dépôt électronique, les références bibliographiques, Zotero et les outils de recherche en ligne et grandes ressources électroniques par discipline.

Au sein de la formation prodiguée par les bibliothécaires, la bibliothèque numérique prend en charge une heure d’atelier sur la feuille de style et le dépôt électronique. Il s’agit d’expliquer dans les grandes lignes les modalités de dépôt et montrer aux doctorants la feuille de style qui leur est proposée sous Word et OpenOffice, avec les manipulations principales à connaître.

Premiers retours des étudiants : les besoins sont très diversifiés, pour ne pas dire disparates. C’est qu’en effet le collège doctoral propose les modules à tous les doctorants et les inscriptions sont indifférenciées, qu’ils soient en première, deuxième ou troisième année, en sciences humaines ou en santé, en droit ou en sciences dures.

L’inadéquation est creusée également selon le contenu présenté par les professionnels : alors que la bibliographie semble peu utile pour une partie d’entre eux – excepté en début de première année –, Zotero et le droit d’auteur sont plébiscités, mais là encore, pas par tous.

Pour ce qui est de la feuille de style, le fossé se situe dans les pratiques entre les doctorants en sciences dures et les autres. Les premiers utilisent LaTeX, qui permet une mise en page et un stylage plus élaborés que la feuille de style attachée à Word ou OpenOffice, et la BCU ne présente pas ce logiciel (les étudiants ont d’ailleurs déjà de solides connaissances avant de commencer leur thèse, ce qui rend inutile la présentation de LaTeX). Les seconds ont souvent peu de connaissances concernant le stylage, même s’ils ont tous effectué un mémoire de master 2 auparavant.

A partir de cette expérience, la bibnum s’est demandée ce qu’elle pouvait apporter en plus à la formation des utilisateurs, ou FUT pour les intimes. Toujours prête à nouer des liens avec les autres services universitaires, elle s’est rapprochée de CréaTICE, centre de ressources, d’expérimentation et d’accompagnement pour la création de contenus pédagogiques numériques. Il s’agit de penser la formation documentaire et ses corollaires au niveau virtuel, en créant des contenus pédagogiques sous format vidéo, pour dépasser le tutoriel PDF et compléter les interventions orales face aux étudiants.

Un tutoriel vidéo ne remplace pas une explication sur support papier ou PDF, ni une intervention orale. L’enjeu d’une démonstration audiovisuelle est d’ordre pratique et très précis : on montre une manipulation spécifique, on fait un choix de préférence dans les différentes solutions permettant d’arriver au même résultat car on est limité dans le temps (pour un impact maximal, les vidéos ne doivent pas durer plus de 2 à 4 minutes). Un support textuel permet, quant à lui, d’exposer plusieurs cheminements possibles, de décomposer le processus de recherche.

Comment obtenir ces tutoriels vidéo ? CréaTICE dispose de matériel et d’équipements intéressants pour la réalisation de ceux-ci : outre le logiciel de base proposé par Mac, l’équipe dispose de Camtasia, également utilisé par le webdesign librarian Lee Wang à la Yale school of medicine (un exemple ici), et de Captivate. Ce dernier nécessite une prise en main plus approfondie car il est plus complexe d’utilisation et plus lourd à mettre en œuvre, notamment pour ce qui concerne la post-production.

A ces logiciels s’ajoute également la possibilité de dynamiser ses prises vidéo grâce à un TBI, aka Tableau Blanc Interactif. Au lieu d’effectuer les manipulations et de parler assis devant un ordinateur, l’intervenant évolue debout devant un tableau sur lequel est vidéoprojeté l’écran. Le stylet permet un fonctionnement semblable à une table graphique qui serait placée à la verticale : le fait de pointer sur le tableau agit comme si l’on cliquait à l’aide d’une souris.

Les tutoriels vidéo vont venir enrichir les plateformes d’enseignements liées aux ENT des universités, ce qui permet potentiellement, par ce nouveau moyen de diffusion, d’atteindre le public étudiant.

Panoramix – Astérix et Obélix – Goscinny et Uderzo copyright

Mais pour l’heure, on fait un casting de voix dans le service pour savoir qui enchantera de son timbre mélodieux les oreilles des étudiants…

Cherche modèle économique espérément

 

Le mur de l'accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d'utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR)
Le mur de l’accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR) 

 

La science était une grande romantique. Elle rêvait de gratuité, aspirait au paradis perdu du désintéressement originel. Las, elle ne rencontrait que des Elvire qui se fendaient à peine d’un carnassier sourire avant de lui allonger un bon direct, pour la dépouiller de son précieux trésor de connaissance et le monnayer à prix d’or sur Internet. La science avait le coeur brisé. Elle qui voulait tout donner, voilà qu’on lui avait tout pris.

Alors comme tant d’idéalistes déçus, lasse de ces soi-disant soupirants qui parlaient d’amour de la science et ne songeaient qu’à lui dérober ses articles, ayant touché le fond de la désillusion romantique, elle se rabattit sur les petites annonces.

Monde univ. et scfique, dans la force de l’âge, intellig. et désintéressé, rechche modèle écon. pour édit. scientif. libre et projets à long terme. Open access exigé. Pas sér., non viable économqt ou trop cher s’abstenir.

Le mur de l'accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d'utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR)
Le mur de l’accès (photo Ess G, Creative Commons paternité, pas d’utilisation commerciale, partage selon les conditions initiales ; source FlickR)

 

Et ce fut la cohue, les modèles se bousculaient au portillon pour répondre à l’annonce, un bouquet dans une main et un contrat dans l’autre,  clamant haut et fort leur amour pour l’open access.

 

Examinons d’un peu plus près ces frétillants top-modèles.

Évacuons d’emblée celui qui, présenté en fanfare par les éditeurs, entre autres notre vieille amie Elvire, propose l’open access à l’article: l’auteur veut « libérer » son article ? Il lui suffit de verser 2 à 3000 $ à l’éditeur. La pratique n’est pas sans rappeler le rachat de captifs aux pirates méditerranéens de jadis : l’éditeur, en fieffé forban qu’il est, accroît ainsi d’un petit revenu supplémentaire (la rançon individuelle) le tribut annuel qu’il perçoit (l’abonnement collectif de l’institution). Pour la galerie, il se rachète une conduite et peut écrire sur son site : regardez, je fais de l’open access ! Bénéfice infinitésimal pour les lecteurs non abonnés, la muraille de l’accès à la science est percée de quelques petits trous qui laissent passer la lumière (moins de 5% des auteurs acceptent de payer rançon). Intérêt pour la science : zéro. De façon assez amusante, l’éditeur assure que le jour où tous les auteurs paieront pour l’accès libre à leur article, le coût de l’abonnement diminuera. Demain, on publie gratis.

Vous pouvez disposer, nous avions dit « pas sérieux s’abstenir ». Au suivant de ces messieurs.

Le second candidat ressemble bien un peu au premier par le costume, mais s’avère bien plus sérieux vu de près. Il systématise le principe de l’auteur-payeur et l’applique à une revue entière. C’est le modèle PLOS : l’auteur (en pratique, l’institution dont il dépend) verse 1350 à 2900 $ à l’éditeur lorsque son article est accepté pour publication. Et l’accès est totalement libre. On voit bien le gain par rapport au modèle précédent, qui cumulait les coûts d’abonnements et d’auteur-payeur. Et là, le lecteur non abonné voit enfin s’écrouler le mur de l’accès. Seul problème, l’institution de recherche, elle, se cogne au mur de l’argent… Elle était habituée à financer des abonnements à des revues, en aval donc, et voilà qu’on lui demande maintenant de l’argent en amont. Ce modèle, crédible financièrement (PLOS semble se porter très bien) et scientifiquement (l’accès libre stimule vigoureusement l’activité scientifique), pose le problème de la transition de l’accès payant à l’accès libre. On ne peut financer en amont que si, en même temps, on parvient à financer moins en aval.

Un peu plus jeune et encore discret, un autre candidat vient de faire son entrée dans la foire aux modèles économiques d’accès ouvert : Freemium. Le vocable greffe sur le free de l’accès gratuit un morceau du premium, le qualificatif en business slang des offres payantes haut de gamme. Appliqué aux revues : ce qui est gratuit, c’est l’accès aux articles en HTML, mais le service plein (accès au PDF, statistiques d’usage, etc.), est réservé aux abonnés. Exemple : Open edition, la plateforme qui édite Revues.org. On voit bien les atouts du système : le mur de l’accès s’effondre, puisque tout le monde peut voir les articles, même les non-abonnés ; le mur de l’argent aussi, puisque si une institution ne peut pas payer, elle se trouve simplement versée dans la catégorie dès non-abonnés, mais ne perd pas l’accès. Constatant que l’argent nécessaire au financement de l’activité de publication est actuellement disponible via les bibliothèques, les inventeurs du modèle Freemium tentent de rendre compatible le libre accès et l’abonnement par un modèle qui tient à la fois de la contribution volontaire et du modèle commercial. La faiblesse du modèle tient à la question que se pose toute bibliothèque quand elle en entend parler pour la première fois : « Pourquoi payer pour ce qui est gratuit ? ». Pour que le modèle vive, il faut qu’à cette question puisse être répondu :

  1. parce que vous ne paierez pas cher
  2. parce que ce n’est pas gratuit de publier de la science et que si les bibliothèques ne financent pas l’accès libre, c’est Elvire qui en profite.

Le modèle s’appuie donc sur une forme de contribution volontaire (qui ne paie pas perd — et qui contribue gagne — assez peu) et repose sur un engagement politique des institutions de recherche en faveur de l’open access, engagement facilité par la modicité des sommes demandées. D’ailleurs le modèle se met en place dans des revues qui sont déjà en accès libre et qui veulent aller vers l’autofinancement, mais on imagine assez mal qu’il puisse venir à l’idée d’un éditeur commercial de le tester : la perte financière, compte tenu des marges actuellement empochées par les grands éditeurs en ligne, serait certainement abyssale.

Il paraît clair que les trois prétendants (et d’autres encore) vont coexister dans l’avenir proche. Les gros éditeurs s’emploient à faire passer pour crédible le modèle à l’article, et on ne peut que souhaiter, pour la bonne santé de la science, qu’ils y échouent ; les arguments abondent en faveur du modèle auteur payeur à la revue. Il s’agit d’un modèle d’open access sans restriction (à la différence du freemium) qui a le mérite d’être viable économiquement et fonctionne déjà très bien dans certains secteurs disciplinaires (en sciences dures). On peut certes lui reprocher une forme de sélection par l’argent (seuls les riches vont pouvoir publier, disait récemment un enseignant chercheur en commentaire) mais cette sélection s’exerce bien plus encore avec le système d’abonnement payant qui domine pour l’instant. Quand bien même seuls les riches pourraient publier, si déjà les pauvres pouvaient lire…

Les bibliothèques auront évidemment une affection instinctive pour le troisième modèle, freemium, qui les place au centre du jeu, mais il a surtout sa chance là où les enjeux financiers restent modestes. Il est donc assez logique de le voir s’étendre dans des disciplines aux revues traditionnellement peu coûteuses — en gros en sciences humaines. — tandis que le modèle auteur-payeur prospère dans les sciences dures, aux tarifs aussi plus durs.

Il y a en tout cas quelques moyens d’aider à l’amorçage d’un cercle vertueux en direction de l’open access — si tant est qu’un cercle puisse avoir une direction (disons une spirale vertueuse ?). La première est évidemment de contribuer financièrement au succès des modèles de type freemium. La dépense est faible, le profit pour le monde scientifique évident. La seconde est de militer pour que les établissements provisionnent des fonds pour les revues de type auteur-payeur. Laboratoires et composantes universitaires défendent volontiers la préservation d’un budget documentaire même quand une grosse BU existe. Ne pourrait-on concevoir qu’il soit plutôt fléché pour le financement des publications auteur-payeur, tandis que les bibliothèques financeraient plutôt les abonnements freemium ? On créerait du même coup une incitation, pour les chercheurs, à travailler en mode auteur-payeur, donc à moins publier dans les revues à accès payant. Car l’éditeur qui vend a beaucoup d’atouts et les utilise avec une remarquable intelligence. Mais si la science ne lui livre pas ses articles, il aura bien du mal à les vendre.

La science aspire à un amour désintéressé ? Il ne tient qu’à elle de résister à ces beaux parleurs qui ne pensent qu’à monnayer ses charmes.

 

Signaler correctement les périodiques : mission impossible ?

Suite au changement de version de notre SIGB et à l’abandon de notre portail documentaire, nous avons mis en ligne une nouvelle version de l’OPAC AbsysNET en février 2011. Cela a nécessité un paramétrage initial puis quelques ajustements. Mais tout au long de ce travail, nous nous sommes heurtés à la difficulté de concevoir une présentation ergonomique de nos collections de périodiques. Comment afficher les données ? Et d’ailleurs, quelles données afficher ?

Casse-tete - Threaded Cube de Marc Brette, sur Flickr

Les périodiques sont des ressources continues. Le SIGB peine à rendre compte de cette dynamique de publication. Il gère assez mal le flux. Et pour le faire, il multiplie les lieux : les données bibliographiques sont intégrées au catalogage, les données locales sont précisées grâce aux exemplaires, et les données d’abonnement sont gérées par le bulletinage. On dispose donc de nombreuses informations qu’il faudrait regrouper à destination du lecteur.

Quelles données ?

Il faut tout d’abord déterminer de quel périodique on parle. C’est la notice qui donne toutes les informations de signalement.
Il faut ensuite préciser les contours de notre collection. C’est le bulletinage qui rend compte de l’état de collection et de la présence des numéros dans la ou les bibliothèques du réseau.
Il faut enfin prévoir les modalités de circulation des fascicules. Ce sont les données d’exemplaires qui permettent le prêt, mais indiquent aussi la localisation dans la bibliothèque.
Il suffit d’afficher tout cela, me direz-vous. Oui, c’est ce que fait l’OPAC actuellement, mais ce n’est pas satisfaisant car les données sont parfois redondantes tout en n’étant pas identiques. Par exemple, le titre La science et la vie est signalé par la notice (champ Numéros disponibles) comme constituant une collection dans quatre bibliothèques du réseau. Ces quatre collections ont évidemment des périodes de couverture différentes (onglet Collections). Or, les données de bulletinage ne rendent pas compte de toute la collection, le bulletinage informatique rétrospectif n’ayant pas été réalisé. De même, les exemplaires associés à la notice et aux quatre bibliothèques forment un ensemble incomplet au regard de l’état de collection mentionné dans la notice (onglet Où le trouver). Et cet ensemble constitue une liste assez peu lisible sur le catalogue.
Bref, l’information donnée au lecteur est confuse. Comment la rendre claire ?

Quelle présentation ?

Si tout le monde s’accorde à dire qu’il faut fournir seulement l’essentiel, à savoir les informations relatives au titre, les différentes localisations, et les états de collection à jour, personne ne s’entend en réalité sur la définition des données primordiales. Des partisans du seul titre (champ 200) à ceux de tout l’historique (champs 4XX), l’éventail est large. Et si l’on indique les variations qu’a subi le titre, faut-il les lier systématiquement avec les collections que l’on détient aussi ?
Nous en sommes là de notre réflexion. L’exhaustivité de l’information donnée contre l’ergonomie du catalogue.
Avec la perspective d’un nouveau catalogue, basé sur un outil de découverte, ces questions vont se poser de manière encore plus cruciale, car les périodiques imprimés côtoieront les ressources électroniques et qu’il faudra proposer au lecteur une ergonomie unifiée. Or, il faudra faire avec l’existant : une base de données hétérogène (bulletinage exhaustif, partiel ou inexistant, exemplarisation systématique, partielle voire inexistante, etc.) résultant de pratiques multiples (23 succursales dans le SIGB) et historiques (stratégies de contournement des contraintes techniques).

Quelle solution ?

Si nous arrivons à prendre une décision concernant le signalement des périodiques, il faudra entreprendre un travail considérable sur les données historiques, travail qui n’a jamais été fait lors des migrations précédentes. Il s’agirait alors de présenter, à l’instar des collections électroniques, l’ensemble des numéros d’une collection, triés par année de publication.
Et chez vous, comment faites-vous ?

Introduction aux logiciels libres

À l’intérieur de notre réseau, l’usage des logiciels libres est de plus en plus courant : la généralisation de l’utilisation d’OpenOffice est en cours, nos serveurs et sites web sont pour la plupart sous licences libres et certains postes publics sont équipés d’une distribution Linux. Si cette transition ne provoque pas de levée de boucliers, la notion de logiciel libre reste cependant mal comprise. À destination des collègues de la BCU, cet article a pour but d’éclairer un peu mieux le choix de nos outils informatiques…

Galette Mosaïque - Par Yuichi.Sakuraba Flickr - Licence CC BY-NC 2.0 - Flickr
Galette Mosaïque – Par Yuichi.Sakuraba Flickr – Licence CC BY-NC 2.0 – Flickr

D’abord, une définition. Pour cela, prenons l’exemple couramment utilisé de la recette de cuisine. Imaginez un instant que vous réalisiez un superbe gâteau pour l’anniversaire d’un ami. Les convives admiratifs, après s’être régalés de la pâtisserie, vous demandent alors la recette. Deux possibilités s’offrent à vous. Vous pouvez jalousement garder le secret de fabrication et lancer un « Oh tu sais, c’est tout simple, j’ai fait ça les yeux fermés ». Vous pouvez également copier la recette de votre œuvre et la distribuer généreusement à votre entourage selon les principes du logiciel libre. Quelles sont les différences entre ces deux façons de faire ?

Dans le premier cas, vos invités ignorent la recette du gâteau. Ils ne peuvent le reproduire à l’identique, vous seul(e) détenant le secret de fabrication.
Dans le deuxième cas, chacun peut reproduire le gâteau chez lui à sa guise. Si on pousse l’analogie avec les logiciels libres plus loin, vos amis pourront également modifier la recette et la distribuer à nouveau avec leurs modifications. Toutefois, rien ne garantit que c’est à vous qu’il feront goûter le fruit de leurs efforts…
Pour en revenir au logiciel, chacun d’entre eux possède sa recette qu’on appelle le code source. Dans le cas d’un logiciel non-libre, le code source n’est pas accessible. L’utilisateur est alors dans l’impossibilité d’étudier son fonctionnement, de le reproduire ou de le modifier (sous réserve qu’il ait les connaissances informatiques pour le faire). Il n’aura pas non plus l’autorisation de le partager avec quelqu’un d’autre, ces droits étant déterminés par la licence accompagnant le logiciel. Ainsi on pourrait définir un logiciel libre par « logiciel ayant une licence libre». La GPL (Gnu General Public License) est la figure de proue des licences libres mais il en existe d’autres.
La comparaison culinaire a ses limites et, pour une définition plus précise, vous pourrez lire cette page de la free software foundation à l’origine du concept de logiciel libre.

«N’est-ce pas moins bien parce que c’est gratuit ? »

Au détour d’une conversation sur les « Free software » (à ne pas confondre avec « freeware »), vous entendrez peut-être la question ci-dessus qui contient deux erreurs à elle seule.
Libre ne veut pas dire gratuit. Vous pouvez tout à fait commercialiser un programme sous licence libre. Cependant, il y a peu d’intérêt à vendre un logiciel dont on distribue le code librement. Les entreprises qui occupent ce secteur vendent des services (maintenances, mises à jour) plutôt que le logiciel en lui-même.

Sans vouloir faire un comparatif entre logiciels libres et logiciels non-libres, la qualité n’est pas un argument en leur défaveur. L’ouverture du code entraîne en général une amélioration de la fiabilité du programme. La raison en est que les communautés de développeurs peuvent détecter plus rapidement et plus facilement les éventuelles erreurs de programmation et améliorer le logiciel en conséquence.

Une autre confusion provient de la similitude entre la notion d’open source et celle de logiciel libre. La FSF (Free Software Foundation) est à l’origine de l’appellation « logiciel libre » tandis que l’organisme OSI (Open Source Initiative) revendique l’appellation « open source ». Les premiers, emmenés par Richard Stallman, mettent en avant les valeurs de partage et de liberté garanties par les licences libres. Les seconds, qui se réclament d’Eric Raymond, (hacker respecté pour son livre La cathédrale et le bazar) se veulent pragmatiques et prônent l’open source pour ses qualités intrinsèques (meilleure fiabilité du logiciel due à l’ouverture du code). Selon que l’on est partisan de l’un ou de l’autre camp, les termes et la philosophie varient mais les deux définitions sont en accord dans la plupart des cas.

Tux le manchot
Tux le manchot

Enfin, il reste une confusion mineure mais néanmoins problématique. Rendons son honneur à Tux, mascotte emblématique de Linux. Il est souvent confondu avec un pingouin à cause du mot anglais « penguin » qui signifie en réalité « manchot ». Un spécialiste avancerait que pour un manchot, Tux ne ressemble à aucun autre de ses confrères mais cessons là la comparaison.

Pour finir, voici un lien vers le site Framasoft, référence incontournable du « monde libre », sur lequel vous trouverez quantité de fiches descriptives de logiciels libres en tout genre pour différents systèmes d’exploitation. Bonne découverte !

Think Motion : le point sur un projet de numérisation

Mécanisme, par El Fausto, reprise sur le site du CRDP d’Alsace (CC-BY-NC-SA)

Think Motion, quezaco ?

La BCU s’implique depuis maintenant un an et demi dans un projet de bibliothèque numérique européenne sur la mécanique. Cette initiative, portée par cinq pays (Allemagne, France, Espagne, Italie, Roumanie) et six partenaires (universités de Bilbao, Illmenau, Aachen, Timisoara, Cassino et l’Institut français de mécanique avancée-IFMA pour la France). Il s’agit de créer une banque du savoir sur les mécanismes qui serait multi-supports et s’enrichirait de façon pérenne de documents numérisés et nativement numériques. Chaque mécanisme sera ainsi illustré historiquement et analysé sous toutes les coutures, reproduit avec les techniques contemporaines (3D, animation, vidéo, …) et adapté à de nouvelles utilisations. Enfin ça, c’est le rêve à atteindre.

Qui ?

C’est l’Ifma qui coordonne la contribution française au projet en rassemblant et en pilotant les apports et les collections d’institutions diverses (musées, bibliothèques, archives, instituts de recherche). La BCU apporte une aide en soutien à la numérisation, notamment de ses collections sélectionnées pour le projet, et pour la recherche de partenariats avec d’autres bibliothèques ayant développé des bibliothèques numériques incorporant la thématique mécanique. Par contre, c’est l’Ifma qui centralise l’indexation, le chargement du document numérisé dans la base commune du projet et les post-traitements éventuels (océrisation, retouches d’image…).

Comment ?

Cette bibliothèque numérique, prévue à l’origine comme ne provenant que des partenaires allemands (Illmenau et Aachen), a vu sa destination devenir plus ambitieuse. Le caractère européen s’est peu à peu dessiné lorsque ce projet s’est étoffé et a impliqué de plus en plus de partenaires. L’objectif est désormais d’apparaître dans Europeana au terme des trois ans du programme subventionné par l’Europe.

Mecanism design by Spread shirt

Spécificités du projet

L’aspect pédagogique du corpus ainsi constitué – faire travailler les étudiants sur des développements possibles de mécanismes en leur faisant créer des vidéos et animations 3D par exemple – est indéniable.

Côté technique et coordination, la logistique déployée est importante et assez lourde. L’homogénéisation des pratiques et processus de numérisation, avec post-traitement à la clé, est indispensable mais difficile à coordonner. Et d’autant plus lorsque cette coordination se fait à double échelle :

  • au niveau du projet global, ce sont les partenaires allemands qui s’en chargent, mais les dimensions multipartites n’ont pas toutes été intégrées dans la base de données, entre autres parce que le projet de départ n’était prévu qu’à l’échelle germanique (problème de champ de provenance des documents et de créateur de la source numérique dans les métadonnées par exemple : logique, puisque les documents devaient, à l’origine, venir de la même BU) ;

  • au niveau local ensuite (dans chaque pays), où la diversité des partenaires possédant les collections sélectionnées renforce la difficulté de traitement.

 Le bilan de la première phase n’est toutefois pas négatif et les problèmes se résolvent peu à peu. La mécanique du projet est désormais rodée.

Et la BCU dans tout ça ?

Ce projet permet à la BCU d’élaborer quelques principes solides quant à sa politique de numérisation et de production scientifique, et notamment d’affirmer sa volonté de lier chaque projet à un axe de recherche et un groupe de scientifiques de Clermont-Ferrand. La bibliothèque de production, dont dépendent les projets de numérisation, se veut ainsi un instrument pour la recherche tout autant qu’un outil de valorisation scientifique de la recherche et un vecteur de sa diffusion.

On peut également constater que ThinkMotion a permis un premier partenariat avec un des membres du PRES Clermont Université, l’Ifma, et un contact sympathique avec l’équipe de l’Ifma, contact que l’on espère pérenniser.

Enfin, ce projet peut servir de tremplin à une autre initiative sur le machinisme agricole, qui s’inspirera de son grand frère.

Genèse, présent et avenir des carnets de terrains de Philippe Glangeaud

Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud sont désormais en ligne sur le site de la BCU.
Mercredi dernier, nous avons présenté le site au Conseil Général du Puy-de-Dôme, car il s’inscrit dans la droite ligne du projet d’inscription de la chaîne des Puys et de la faille de Limagne au patrimoine mondial de l’UNESCO. Qu’une bibliothèque universitaire s’associe aux instances politiques d’un département pour défendre des projets communs, c’est plutôt rarissime. Mais cette alliance n’est liée qu’à la brûlante actualité de Philippe Glangeaud aujourd’hui : Père de la géologie moderne en Auvergne, c’est le premier à décrire et à cartographier la chaîne des Puys, et à définir « la grande faille de Limagne ».
Philippe Glangeaud est bien, avant la lettre, un défenseur du projet UNESCO 63.

J'aime la Chaïne des Puys et la faille de Limagne

« Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud », c’est aussi le premier site de diffusion du patrimoine scientifique réalisé par notre équipe, la « bibliothèque numérique de production ».

Retour sur la genèse du projet, les choix qui ont présidé à la construction du site, et les évolutions envisagées à l’avenir.

En 1986, après le décès de Louis Glangeaud, éminent géologue fils du non moins éminent Philippe Glangeaud, la famille Glangeaud-Freudenthal confia à l’Université Blaise Pascal et au Muséum-Henri-Lecoq, l’ensemble des carnets, livres, cartes et témoignages des géologues. Un patrimoine scientifique considérable à conserver, valoriser, exploiter.

En 2005, la bibliothèque de sciences et la bibliothèque numérique de la BCU s’associent au Laboratoire Magmas et Volcans pour valoriser, mettre en ligne et exploiter les carnets de terrain de Philippe Glangeaud. L’enjeu est aussi de proposer une incursion dans l’Auvergne du début du vingtième siècle.

En 2011, le projet prend un nouvel essor. Les acteurs sont, côté BCU, le responsable de la section science, le responsable de la bib num de prod., moi la webmestre, mon collègue développeur, et ma collègue graphiste. Côté LMV, nous avons le soutien scientifique du géologue Pierre Boivin , et la contribution de Sylvaine Jouhannel, bibliothécaire. Le Muséum Henri-Lecoq se joint au projet.

Venons-en à la composition du corpus à mettre en ligne. Nous disposons d’environ 45 carnets de terrain couvrant le paysage géologique auvergnat,  une collection de cartes postales recueillies par Philippe Glangeaud, mais aussi les échantillons de roches qu’il a ramassés lors de ses expéditions scientifiques.

Notre projet s’inscrit bien dans la publication des sources de la recherche en géologie. Dans ses carnets, à côté des croquis qu’il dessine, Philippe Glangeaud note souvent : « à publier ». Ces carnets de terrains constituent bien les sources des publications du géologue, qu’il s’agira de mettre en relation avec ces publications elles-mêmes.

Pour réaliser le site, nous sommes partis d’un existant : le travail de dépouillement, de description et d’indexation des carnets réalisé par des étudiants de géologie du LMV. Un travail réalisé sur un immense tableur. Les étudiants ont indexé les termes géologiques, les lieux, les dates, la nature des croquis, mais aussi les commentaires du géologue. On pourrait s’intéresser de près à ces commentaires où Glangeaud note à vif ses impressions, ses analyses, le nom de ses collaborateurs scientifiques, mais aussi ses points de chute.

Cette indexation des carnets allait nous permettre d’établir les métadonnées des carnets.
Dès le départ, nous avons pris le parti-prix de l’interopérabilité. Il nous fallait des métadonnées en Dublin Core afin de pouvoir être moissonné. Nous avons alors établi un mapping pour convertir le tableau réalisé par les étudiants au format Dublin Core.

Puis, nous nous sommes attelés à la conception de la maquette afin de définir l’arborescence du site, et ses principales fonctionnalités : quelles modalités de recherche ? Une recherche simple, par mot clé, une recherche avancée permettant d’interroger les quinze champs du Dublin Core, une recherche par lieux avec un module de géolocalisation.

Quelles modalités de feuilletage ? On a eu l’idée de la loupe qui permettrait de bien lire les carnets, d’agrandir les schémas pour les voir avec une résolution optimale.
Concernant l’arborescence, nous voulions bien mettre en évidence la biographie et la bibliographie de Philippe Glangeaud, mais aussi l’importance de l‘héritage scientifique de Philippe Glangeaud aujourd’hui, et les croquis les plus remarquables, à l’aquarelle et à l’encre de Chine.
Nous voulions aussi rendre vivante et animée la démarche scientifique de Philippe Glangeaud. Disposant des photographies des échantillons de roches qu’il avait ramassés lors de ses expéditions scientifiques, nous avons eu l’idée de faire correspondre ces photographies de roches aux croquis établis par Glangeaud par le truchement du survol des images. Enfin, il importait de mettre en évidence la collection de cartes postales, qui donne un aperçu de l’Auvergne au début du vingtième siècle.

Nous nous sommes décidés assez vite pour choisir le logiciel. Omeka nous a paru bien correspondre à notre projet. Opensource et gratuit,  utilisé par de nombreuses institutions culturelles, il permet tel un CMS d’éditer du contenu, de gérer des collections d’images ou de textes en ligne, et de réaliser des expositions virtuelles.
Il faut dire aussi que nous avons été grandement impressionnés par l’exemple de la bibnum de Rennes 2, qui a fait un usage remarquable d’omeka pour mettre en ligne ses collections numérisées.
Simple à administrer, ce logiciel à l’architecture modulaire a de nombreuses fonctionnalités. Il permet notamment d’importer en masse les métadonnées, ce qui nous a grandement simplifié la tâche pour mettre en ligne l’ensemble des carnets.
Nous avons donc utilisé le module « CSV import », « exibit builder » pour les expositions virtuelles, « géolocalisation »pour localiser les sites sur google map, « OAI-PMH repository » pour rendre notre entrepôt moissonnable, et enfin le module « simple page » pour éditer des pages en html.

Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud constituent un work in progress, un travail en devenir, puisque de nouvelles contributions des géologues du LMV donneront à voir et à comprendre l’héritage de Philippe Glangeaud aujourd’hui. D’où l’idée d’une page d’accueil, qui d’un côté, par la vitrine mobile, donne à voir les images les plus significatives de l’oeuvre du géologue, et de l’autre, donne à lire les nouvelles contributions scientifiques sur l’actualité de Philippe Glangeaud aujourd’hui.

En phase avec l’actualité du projet UNESCO 63, nous avons dans un premier temps mis en ligne l’ensemble des carnets du géologue relatifs à la chaîne des Puys et à la faille de Limagne. Mais, à terme, vous trouverez sur le site la quarantaine de carnets dont nous disposons. Comme certains de ces carnets ne sont pas encore indexés, nous allons proposer une indexation collaborative, en utilisant le module « contribution » d’omeka. Les géologues pourront ainsi contribuer à notre projet en identifiant les concepts géologiques, les lieux, et les croquis de Philippe Glangeaud.

Nous allons également améliorer la géolocalisation. Comme il a fallu faire vite, nous avons utilisé le module de géolocalisation proposé par omeka, qui fonctionne avec Google map. Mais google map pas ne fournit pas d’indications très précises en matière de géologie. C’est la raison pour laquelle il est prévu que nous travaillions avec le labo de Géographie de l’UBP, le geolab, afin de mettre en ligne une carte plus précise de l’Auvergne.

Plus encore qu’un site web »Les carnets géologiques de Philippe Glangeaud » constitue un prétexte, un prélude pour approfondir sa connaissance de la géologie de l’Auvergne. Les carnets numérisés seront l’occasion de présenter les carnets « réels », sous la forme d’une exposition à venir à la bibliothèque de sciences. Et comme, il s’agit bien de « parcourir l’Auvergne sur les traces de Philippe Glangeaud », il est prévu que nous proposions aussi des excursions géologiques en Auvergne, à la manière de celles que proposait Philippe Glangeaud à ses étudiants et disciples.  Pour Pierre Boivin et le LMV, c’est là une manière de renouer concrètement avec l’héritage du géologue aujourd’hui.

Au sommet du Puy-de-Sancy, on trouve cette notice géologique réalisée par Philippe Glangeaud

Voici donc un projet à suivre. Jusqu’au sommet du Puy-de-Sancy ?

Internet, c’est le Moyen Âge

Valenciennes, bibl. municipale, manuscr. 501, f. 58 verso. Ce manuscrit du XIIe siècle contient la Vie (anonyme !) de saint Amand, ici en train de dicter son testament. (cliché IRHT, source http://www.enluminures.culture.fr/)

L’idée que l’écran est un retour au « rouleau » médiéval n’est pas d’une grande originalité. À preuve, l’horrible verbe « scroller » qui désigne, en sabir informatique, l’usage de l’ascenseur situé à droite de l’écran pour faire défiler une page en ligne ou un fichier texte. Pour ceux qu’amuse l’archéologie du livre, le mot se réfère au geste des lecteurs du Moyen Âge déroulant verticalement le rotulus (le scroll anglais) — par opposition à ceux de l’Antiquité, dont les rouleaux (volumen en latin) défilaient latéralement (ce sens de lecture s’est d’ailleurs maintenu, je crois, pour les rouleaux de la Torah). Je soumettrai à l’Académie la possibilité d’employer les verbe rotuler et voluminer. Le premier surtout s’imposerait, vu la forme de la molette que l’on utilise aujourd’hui sur les souris.

Le rapprochement entre l’écran et le rouleau est amusant, mais un peu oiseux, bien qu’il ait des conséquences intéressantes et souvent soulignées sur la façon de lire (la page rassure l’œil sur la durée de l’effort à produire, alors que le rouleau ou l’écran obligent à inventer d’autres repères). Mais il y a une caractéristique plus fondamentale de la production littéraire médiévale qui me semble ravivée par les outils numériques et la circulation des textes sur Internet : les notions d’œuvre et d’auteur naviguent dans un certain flou.

Comme lecteurs, nous définissons une œuvre par son titre — Jane Eyre ou Da Vinci Code par exemple — lequel recouvre dans notre esprit un agencement de mots déterminé et théoriquement invariant — et une merveille ou un dispendieux gâchis d’encre et de papier, mais c’est accessoire ici. Ce n’est pas vrai au Moyen Âge : premièrement, la copie manuscrite produit sans cesse des variantes (corrections de fond ou de forme plus ou moins conscientes, mots, lignes voire pages sautées, remplacement d’un mot compliqué par un autre plus simple, etc.) qui rendent le texte beaucoup plus mouvant que la production imprimée ; qui plus est, une fois l’œuvre mise en circulation, sa diffusion en cercles concentriques par copies successives et les très fortes contraintes matérielles qui pèsent sur le travail (long, coûteux et non démultipliable), empêchent de facto tout contrôle sur la diffusion, même par l’auteur. Enfin, pour peu que ce dernier soit apprécié, sa production abondante et son succès durable, des dizaines de rédacteurs, en plus des copistes plus ou moins fidèles, vont rédiger en les abritant sous son nom, sous son autorité, des réécritures plus ou moins lointaines de son travail originel. Exemple typique, saint Augustin, qui avait perdu certaines de ses propres œuvres à la fin de sa vie, mais qui continua de signer des lettres ou des sermons plusieurs siècles après sa mort ; ou Sénèque dont on conserve d’immortelles, quoique apocryphes, épîtres à saint Paul. On crierait bien au plagiat, très à la mode à l’ère numérique, à ceci près que généralement le plagiaire s’attribue l’œuvre d’autrui, alors qu’ici c’est le contraire. Le résultat, c’est d’abord qu’établir le texte d’une œuvre est difficile au Moyen Âge, et même d’autant plus difficile que le texte est connu et apprécié : autant de copies, autant de versions ; et qu’ensuite, l’attribuer à un auteur est parfois impossible. Une majorité de textes médiévaux circule d’ailleurs sans titre ni signature : la page de titre à laquelle nous sommes habitués n’apparaît, elle aussi qu’avec l’imprimerie.

Clermont-Ferrand, Impr. R0036, f. 1. Les débuts de la page de titre moderne. (cliché IRHT, source : http://www.enluminures.culture.fr/)

Quelque chose de cette incertitude se retrouve avec les textes numériques. Des contingences matérielles (rareté de l’encre, du parchemin et du savoir-faire) ont freiné l’émergence de l’auteur et de l’œuvre comme entités identifiables. Des contingences matérielles inverses (surabondance des matériaux d’écriture, de la production et des capacités rédactionnelles) sont en train de produire un résultat assez approchant : l’auteur, et surtout l’œuvre, se diluent. Il est si facile de modifier son propre texte que l’on voit mal qui, relisant trois mois après un ancien billet de blog résisterait à la tentation d’en corriger une coquille, d’opérer une mise à jour, de supprimer un paragraphe qui lui fait honte. Voici ressuscité le mécanisme des variantes de copie… Pour peu que dans l’intervalle quelqu’un ait publié sous forme de citation un extrait du billet en question, voilà deux versions du même texte qui circulent ! Un texte, une vidéo a du succès et se met à tourner sur le web ? Il y a gros à parier qu’un admirateur inventif va un jour ou l’autre l’agrémenter, en cours de route, d’un petit ajout, anonyme bien sûr. Et bientôt tout le monde connaîtra l’œuvre sous une forme ou l’autre, mais sans se soucier le moins du monde de savoir qui en est l’auteur. Exemple typique, cette savoureuse vidéo sur le passage du rotulus au codex (notre ‘livre’) qui circule çà et là avec des sous-titrages dans une langue ou une autre, mais dont on peine à identifier l’auteur, et qui est plus ou moins longue suivant les versions ! Et cela ne vaut pas seulement pour le genre mineur qu’est le blog : l’un des principaux problèmes que les dépôts d’archives ouvertes sont en train de créer (tout en essayant de le résoudre) est celui des versions. Si l’on définit un article par son titre et son auteur, pour peu qu’il y ait des différences entre la version publiée sur le site de l’éditeur et celle qui va se trouver dans un dépôt d’archives (ce qui est fort logique pour les raisons de droit que l’on connaît), laquelle sera « la vraie » ? Tout cela sans parler du plagiat, mentionné ci-dessus et qui, en tant qu’industrie du recyclage littéraire, semble promis à un développement durable, bien qu’il constitue une évidente pollution intellectuelle.

Bref, la production écrite numérique de masse me donne parfois l’impression de refermer une parenthèse de quelques siècles durant laquelle l’œuvre et l’auteur sont devenus centraux, pour revenir à une situation plus floue, où la substance du texte elle-même, voire sa signification, reprend le pas sur le contenant intellectuel (l’œuvre) et sur la personne qui l’a bâti (l’auteur).

On pourra trouver le constat réjouissant (enfin, la pensée se libère du carcan injustement imposé par cette basse technique, l’imprimerie, et renoue avec la liberté qui était celle des médiévaux !) ou effrayant (nous rentrons dans une ère d’irrépressible pillage et d’irrémédiable perte des repères intellectuels, c’est le retour au Moyen Âge !) . On pourra aussi trouver que la hauteur de vue de mes propos  avoisine celle d’un ballon de rouge posé sur le zinc du Café du commerce.  Peu me chaut : j’ai trouvé prétexte, et cela suffit à mon bonheur, à faire clapoter ensemble dans l’alambic deux essences hautement sympathiques aux papilles : le numérique, qui me fournit ma subsistance, et le Moyen Âge, à qui je dois quelques-unes des plus belles émotions intellectuelles de mon existence.

J’en profite même, toute honte bue et le ballon de rouge à la main, pour saluer ici d’un toast la mise en ligne, par d’anciens collègues, d’un magnifique corpus d’initiales enluminées. Je ne sais pas si Internet est particulièrement médiéval, mais à regarder le travail accompli aujourd’hui pour rendre justice au travail accompli hier, je me prends à songer que s’il y a un univers intellectuel et esthétique qui mérite d’être ressuscité sur Internet, c’est bien le Moyen Âge.