Signaler correctement les périodiques : mission impossible ?

Suite au changement de version de notre SIGB et à l’abandon de notre portail documentaire, nous avons mis en ligne une nouvelle version de l’OPAC AbsysNET en février 2011. Cela a nécessité un paramétrage initial puis quelques ajustements. Mais tout au long de ce travail, nous nous sommes heurtés à la difficulté de concevoir une présentation ergonomique de nos collections de périodiques. Comment afficher les données ? Et d’ailleurs, quelles données afficher ?

Casse-tete - Threaded Cube de Marc Brette, sur Flickr

Les périodiques sont des ressources continues. Le SIGB peine à rendre compte de cette dynamique de publication. Il gère assez mal le flux. Et pour le faire, il multiplie les lieux : les données bibliographiques sont intégrées au catalogage, les données locales sont précisées grâce aux exemplaires, et les données d’abonnement sont gérées par le bulletinage. On dispose donc de nombreuses informations qu’il faudrait regrouper à destination du lecteur.

Quelles données ?

Il faut tout d’abord déterminer de quel périodique on parle. C’est la notice qui donne toutes les informations de signalement.
Il faut ensuite préciser les contours de notre collection. C’est le bulletinage qui rend compte de l’état de collection et de la présence des numéros dans la ou les bibliothèques du réseau.
Il faut enfin prévoir les modalités de circulation des fascicules. Ce sont les données d’exemplaires qui permettent le prêt, mais indiquent aussi la localisation dans la bibliothèque.
Il suffit d’afficher tout cela, me direz-vous. Oui, c’est ce que fait l’OPAC actuellement, mais ce n’est pas satisfaisant car les données sont parfois redondantes tout en n’étant pas identiques. Par exemple, le titre La science et la vie est signalé par la notice (champ Numéros disponibles) comme constituant une collection dans quatre bibliothèques du réseau. Ces quatre collections ont évidemment des périodes de couverture différentes (onglet Collections). Or, les données de bulletinage ne rendent pas compte de toute la collection, le bulletinage informatique rétrospectif n’ayant pas été réalisé. De même, les exemplaires associés à la notice et aux quatre bibliothèques forment un ensemble incomplet au regard de l’état de collection mentionné dans la notice (onglet Où le trouver). Et cet ensemble constitue une liste assez peu lisible sur le catalogue.
Bref, l’information donnée au lecteur est confuse. Comment la rendre claire ?

Quelle présentation ?

Si tout le monde s’accorde à dire qu’il faut fournir seulement l’essentiel, à savoir les informations relatives au titre, les différentes localisations, et les états de collection à jour, personne ne s’entend en réalité sur la définition des données primordiales. Des partisans du seul titre (champ 200) à ceux de tout l’historique (champs 4XX), l’éventail est large. Et si l’on indique les variations qu’a subi le titre, faut-il les lier systématiquement avec les collections que l’on détient aussi ?
Nous en sommes là de notre réflexion. L’exhaustivité de l’information donnée contre l’ergonomie du catalogue.
Avec la perspective d’un nouveau catalogue, basé sur un outil de découverte, ces questions vont se poser de manière encore plus cruciale, car les périodiques imprimés côtoieront les ressources électroniques et qu’il faudra proposer au lecteur une ergonomie unifiée. Or, il faudra faire avec l’existant : une base de données hétérogène (bulletinage exhaustif, partiel ou inexistant, exemplarisation systématique, partielle voire inexistante, etc.) résultant de pratiques multiples (23 succursales dans le SIGB) et historiques (stratégies de contournement des contraintes techniques).

Quelle solution ?

Si nous arrivons à prendre une décision concernant le signalement des périodiques, il faudra entreprendre un travail considérable sur les données historiques, travail qui n’a jamais été fait lors des migrations précédentes. Il s’agirait alors de présenter, à l’instar des collections électroniques, l’ensemble des numéros d’une collection, triés par année de publication.
Et chez vous, comment faites-vous ?


Publié par

Raphaële Bussemey

Littéraire de formation, bibliothécaire, j'ai été initiée aux joies de la documentation électronique et du web au SCD de Nancy I, au début des années 2000. De retour dans mon Auvergne natale, je m'occupe de l'administration du SIGB, de la gestion de documentation électronique, des accès et de l'intégration des contenus dans les outils de médiation (catalogue, résolveur)... et ma tasse à café ne me quitte jamais.

2 réflexions au sujet de « Signaler correctement les périodiques : mission impossible ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.