Polnum : premier bilan automne-hiver 2011-2012

Projet EVE : illustration de la revue Fillette, Domaine public

Après une première saison (volcanique ? rugbystique ? mode ? climatique ? bibliclic ?) à la bibnum, il est temps d’embrasser dans son ensemble les avancées de la politique de numérisation dont je suis chargé.

Une première phase a été menée pour formaliser la politique de numérisation de la BCU, fondée non pas sur ses collections pour constituer une bibliothèque virtuelle en écho – comme c’est souvent le cas pour les bibliothèques possédant un fonds patrimonial important – mais sur la recherche clermontoise. Chaque projet de numérisation est donc développé au sein de projets de recherche et avec les laboratoires et enseignants-chercheurs comme partenaires.

La numérisation devient ainsi un instrument de la valorisation scientifique et participe des services de la BCU proposés aux structures du PRES Clermont Université, et plus largement diffuse les activités de recherche en ligne. C’est un moyen de faire connaître la BCU sur ces nouvelles missions, de l’impliquer dans les évolutions des services et structures qui l’entourent (CRRI, CréaTICE, UFR, laboratoires de recherche au sein de l’UBP notamment) et de collaborer avec des partenaires extérieurs au PRES.

 Quatre projets étaient en cours ou sur le point de commencer lorsque je suis arrivé en juillet 2011. Que sont-ils devenus depuis ?

Les carnets du géologue Philippe Glangeaud sont désormais en ligne sur un site dédié, et le comité de pilotage se réunit régulièrement pour l’enrichir et faire évoluer les contenus et l’ergonomie : d’autres carnets sont en cours de chargement, et des documents du géologue conservés au Muséum Henri-Lecoq, partenaire du projet, vont bientôt les rejoindre après numérisation et indexation (documents photographiques principalement). Dans le même temps, le service de la bibnum réfléchit à un feuilletage plus pratique ainsi qu’à une nouvelle présentation de la vitrine. Le site est dores et déjà moissonné par Isidore, et bientôt sera visible dans Gallica.

 Le projet EVE entre dans une nouvelle phase : le site internet, produit par un prestataire extérieur, rejoint en mars prochain les serveurs de la BCU, et de nouvelles modifications seront effectuées avant de le rendre visible en ligne. Toutes les collections sauf une sont numérisées, indexées, scénarisées pour les contenus pédagogiques, et chargées sur le site. L’objectif est de réunir toutes les personnes impliquées dès réception du site afin de déterminer les modifications et évolutions à apporter à celui-ci, ainsi que le calendrier y afférant, puis de le rendre rapidement accessible au plus grand nombre en l’exposant visiblement sur internet.

 ThinkMotion est achevé pour la phase de numérisation des collections concernant la BCU, soit une quinzaine de documents. Un bilan est effectué régulièrement avec l’IFMA, une réunion d’étape aura lieu ensemble avec les partenaires européens à Aachen fin mars. La BCU attend les documents de l’ISTEA pour les numériser et les transmettre à l’IFMA. Par ailleurs, elle réfléchit à utiliser ce matériau comme tremplin pour un projet autour de la mécanique agricole, projet qui serait porté par des laboratoires clermontois de la MSH.

 La numérisation des herbiers de l’Institut des herbiers de Clermont-Ferrand a débuté fin janvier et pris son rythme de croisière. Actuellement, deux herbiers ont été numérisés : chacun comportait deux presses – cartons rassemblant plusieurs parts, c’est-à-dire les feuillets sur lesquels sont collées les plantes et leurs descriptions – de taille variable, le premier herbier étant composé de 325 parts, le second de 463 parts. Ce sont donc près de 800 parts qui ont été numérisées en 4 semaines. Un nouvel herbier vient d’arriver, qui compte une vingtaine de presses. Voilà du travail en perspective, qu’il faut transformer en vrai projet scientifique – les herbiers constituent en effet une entorse à la règle du 1 projet de numérisation = 1 projet de recherche, justifié en partie dans la mesure où l’institut qui les conserve est un département du PRES tout comme la BCU ; il s’agit donc d’un soutien apporté à un partenaire de facto.

Quels sont les projets en gestation, et les nouveaux défis ?

Côté projets : de plus en plus de laboratoires, d’enseignants-chercheurs et de structures qui entendent parler de numérisation se tournent vers la BCU, ce qui entraîne une certaine effervescence dans les projets, effervescence liée aussi à l’explosion des programmes/axes de recherche dans un contexte de quantification exponentielle et de productivité réclamée aux chercheurs. Pour n’égrener que les plus représentatifs, en les classant du plus imminent au plus hypothétique, on peut citer : l’atlas minéralogique de Lavoisier possédé par le Muséum Henri-Lecoq qui souhaite le mettre en valeur sur une borne interactive dans ses nouveaux espaces de collections permanentes, la numérisation de la revue Siècles du laboratoire du CHEC (MSH) avec océrisation puis édition en ligne, les factums de la cour d’appel de Riom, projet de recherche sur ces mémoires de juristes du XIXe siècle conservés au tribunal où ils ont été déposés, un projet ANR Corpus sur la création d’un corpus numérisé autour des éditions allemandes et françaises des contes de Grimm dont c’est cette année le bicentenaire de la première édition (résultat sur l’acceptation du dossier par l’ANR au printemps prochain), un projet sur l’histoire de la mécanique agricole avec les historiens du CHEC (MSH) et éventuellement d’autres partenaires comme la MSH de Caen, la réalisation d’un portail sur Blaise Pascal et Port-Royal, l’accompagnement d’un programme de recherche de la MSH transdisciplinaire sur la représentation de l’Auvergne dans la cartographie ancienne et l’iconographie, intitulé Opus/Locus, et un partenariat entre institutions qui promeuvent la danse et la recherche sur la danse.

Côté défis :

  • il faut articuler le calendrier 2012, et prévoir déjà 2013, ce qui relève de la gageure puisque les projets subissent des aléas parfois conséquents dans leur avancement et leur organisation. Une première mouture de calendrier, après l’expérience des deux premiers mois de 2012, est présentée à tous les responsables de services cette semaine, avec l’idée qu’il demeurera une trame flexible donnant une direction et des objectifs optimistes à atteindre ;

  • l’archivage et l’indexation des métadonnées. Là, c’est plus compliqué. Il s’agit de penser à la conservation des fichiers et données numériques issus des projets de numérisation. Cela suppose de prendre en compte deux paramètres : d’une part l’évolution des supports sur lesquels sont archivées les données, d’autre part l’obsolescence des formats de ces données mêmes.

    A ma connaissance, tous les types d’archivage sont envisagés selon les moyens des établissements : à la BU de Rennes 2, l’archivage consiste principalement en la sauvegarde multiple sur support disque dur externe, donc surtout maintien du support. A la BnF, avec laquelle je suis en contact notamment grâce à Sébastien Peyrard, tout un service est consacré à l’archivage et à l’élaboration d’un système « maison » dit SPAR, qui utilise notamment les méta-formats METSet PREMIS. Me penchant un peu plus sur les méta-formats METS et PREMIS, je m’aperçois que la complexité, lorsqu’on est tout seul sur le sujet, n’est pas tant la compréhension de leur fonctionnement que leur mise en œuvre. En effet, la création de fichiers type METS, qui structurent en les englobant toutes les métadonnées et les fichiers d’un même objet numérique, suppose une spécialisation que même les informaticiens des différents services que j’ai pu interroger à Clermont-Ferrand ne maîtrisent pas forcément.

Encore de délicieux moments en perspective…


2 réflexions au sujet de « Polnum : premier bilan automne-hiver 2011-2012 »

  1. intéressant…
    On nous a présenté le METS à l’ENSSIB. C’est sur que c’est coton…
    Pour l’archivage, on nous a dit de penser au CINES.

    M. Saby / 27.7
    bib en formation

    1. C’est d’autant plus coton quand on n’a pas un service entier d’informaticiens avec soi pour aider à générer les fichiers METS après en avoir déterminé la structure. Mais la BCU n’a pas des ambitions de BnF pour le moment.
      Oui, le CINES est conseillé par tous, sauf que c’est très très cher : 6000 € / To / an TTC. Mais la BCU sera très touchée que vous acceptiez d’être son mécène 😉 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *