Mis en bouteille à la propriété

Bottle filling, par Andrew Ressa (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, par de modification).

Le jour où paraissait ce blog, la BCU changeait de site web : On peut encore se faire une idée de notre ancien site grâce à la machine à remonter le web. Notez que les dernières captations ayant deux ans, les modernisations esthétiques et fonctionnelles récemment effectuées demeureront à jamais ignorées des historiens. Quelle injustice !

Les raisons de ce changement sont d’une banalité à côté de laquelle une réflexion sur les caprices de la météo paraît audacieuse. J’aurais honte d’y consacrer un billet, d’autant que le superbe éloge funéraire de Lully pour le portail qu’il a jadis connu, conviendrait très bien pour le nôtre (c’est ainsi que la grande littérature atteint à l’universel par le particulier). Allez donc le lire, sans en négliger les commentaires, qui donnent à penser que la fermeture définitive de ces portails grandioses mais un peu lourds à manœuvrer est désormais à l’ordre du jour dans plus d’une bibliothèque.

Le pittoresque de l’affaire à Clermont, c’est que pour le nouveau site, au lieu de s’adresser à un fabricant pour lui acheter son outil, nous nous sommes, si j’ose dire, procurés un fabricant (ce ‘nous’ est institutionnel : le choix a été fait avant mon arrivée et je me contente d’en récolter, chaque jour, les bénéfices). Je résume :

  • Entre 2003 et 2009, frustration grandissante face à un portail “clé en main” dont nous n’avions pas la clé et sur lequel nous n’avions pas la main. Pour toute retouche, rappelez le fournisseur (prévoir budget) ; pour toute contribution, passez par la bibnum, la gestion des droits étant bien verrouillée (normal pour un portail, non ?) ; pour l’accès à la documentation, vous êtes toujours à la limite du correct, mais généralement du mauvais côté de cette limite (pour amélioration, prévoir budget ; sans certitude d’aboutir).
  • Décision est prise alors de passer à la production maison – donc de faire de la bibnum un outil de production. Le développement étant un métier, la B.U. recrute un développeur (fin 2009). Une nouvelle webmestre rejoint aussi le service fin septembre 2010, pour un bouclage prévu fin décembre. Même pas peur.

Nous voulions un site :

  • s’appuyant sur un logiciel libre (et gratuit, cela va sans dire) ;
  • sur lequel nous aurions entièrement la main pour le modifier constamment ;
  • permettant à des collègues nombreux et dispersés de rédiger des pages sans envoyer six courriers électroniques à la bibnum ;
  • et, bien sûr (première pensée, dernière nommée), accélérant l’accès à la documentation pour les utilisateurs.

Ces grandes lignes étant arrêtées au printemps 2010, la gestion du calendrier nous a procuré un petit frisson délicieux, puisqu’il a fallu planifier l’arrêt de maintenance de l’ancien site début 2011, sans être sûrs que le nouveau serait prêt à temps en cas de problème. La politique du fournisseur (un an de maintenance ou rien !) et notre auvergnitude nous ont aidés à choisir (trois mois de risque contre un an de facture = pas d’hésitation). La crainte de se trouver sans site web en cas de gros pépin a sans doute contribué à motiver les troupes, mais l’avantage du travail maison, c’est l’élimination des pertes d’énergie liées à la gestion externalisée : cahier des charges (au sens pesamment paperassier du terme) délais de transmission et de traitement de l’information, phases de validation, etc. Par ailleurs, l’expérimentation, la mise en test provisoire et l’erreur sont autorisées et ne portent pas à conséquence.

Au total, entre septembre 2010 et février 2011 (date de mise en place de la version test), un nouveau site web a vu le jour.

  • Il s’appuie sur un logiciel libre (sur lequel bientôt vous saurez tout) ;
  • Il peut être modifié et re-modifié sur commande de façon quasi-instantanée (notre développeur et notre webmestre en savent quelque chose, sur qui pleuvent les demandes d’améliorations) ;
  • Les collègues peuvent raconter leur vie dedans sans nous consulter (et ils le font, par exemple , et ) ;
  • Et l’accès à la documentation est en progrès, comme en témoigne le dernier billet paru.

Deux points pour conclure :

  1. Sur les questions de gros sous : je ne me hasarderai pas aujourd’hui à évaluer financièrement l’intérêt de ce mode de travail par rapport au fonctionnement “normal” (cahier des charges – appel d’offres – choix du prestataire – suivi de projet – contrat de maintenance) : un des bénéfices du fait-maison étant qu’il me dispense de regarder tous les jours mon tableur budgétaire et ma calculette, je ne vais pas aller les rechercher gratuitement pour le plaisir de démontrer que j’ai fait des économies. D’ailleurs, on ne peut envisager ce débat que dans le long terme.
  2. C’est aussi dans le long terme que le choix révèlera ses avantages : nous pouvons maintenant envisager d’autres chantiers avec la même liberté de manœuvre, d’expérimentation et d’erreur que celui du site web. Or la liberté, ça peut avoir un coût, le cas échéant.

Mais ça n’a pas de prix ;-).


3 réflexions au sujet de « Mis en bouteille à la propriété »

  1. Ah, l’éternelle question de savoir si “C’est mieux a fait maison” ou “Il vaut mieux externaliser. Délicieux frisson des question de “business model” et de gestion d’un portefeuille d’actifs (Si si!)

    Et la réponse n’est ni systématique, ni définitive.

    Il y a en général une question liée a la maturité d’une organisation. Il est possible et intéressant d’externaliser une activité nouvelle, parce que cette activité nouvelle demande une acquisition de connaissances et de maturité qui est extrêmement coûteuse si l’activité est complètement nouvelle. Mais après une certaine période, l’entreprise hôte commence a comprendre les bénéfices de la nouvelle activité (Comme développer un site web vraiment axé sur les clients) et entrevoit comment “elle pourrait le faire en mieux”. L’entreprise d’externalisation (Ici le pas-développeur / pas-gestionnaire de site très cher) devient un frein au développement. Et le débat commence.

    En général, il y a peu d’objections à faire soi-même ce qui constitue le cœur de métier (Par exemple, pour un restaurant, faire la cuisine). C’est la définition du métier qui rend l’externalisation logique ou pas. Dans le cas du restaurant par exemple, si c’est un restaurant d’hôpital, faire la cuisine est indéniablement une fonction clef du restaurant, mais avoir un restaurant n’est pas le cœur de métier d’un hôpital. Vite Sodexo, dont le cœur de métier est justement de faire des restaurants pour les autres. Si le restaurant est dans un avion, le service est fait maison, mais la cuisine est fait par d’autres, etc…

    Préparer et gérer technologie pour optimiser la mise en ligne de contenu… est-ce le cœur de métier d’une bibliothèque? “Nooooon” vous répondront emphatiquement les partisan d’une définition traditionnelle de la bibliothèque, axée sur le contact avec l’utilisateur (le client!), la sélection (Avisée!) des contenus présentés, et le rôle Ô combien grandiose de gardien des savoirs. “Arête tes co….ies et regarde ma calculette” ou “Ben t’as vu la tête de notre site? Tu l’as comparée avec Google?” leur répondront les fanatiques de la technologies. Le débat est bien entendu religieux sur tous les points, parce que c’est bien de convictions dont il s’agit. De quoi sommes nous convaincus? De quoi suis-je convaincu?

    Dans les 10 prochaines années, 500 millions de jeunes diplômés entreront sur le marché du travail mondial, en étant nés dans l’ère numérique- internet. Un très grand nombre d’entre eux sont des gamers (Joueurs en ligne) assidus. D’après vous Comment vont-ils approcher leurs savoirs? En venant toquer a la porte?

    Cette année, en 2011, la quantité de contenu consommée en ligne aux US via des mobiles ou tablets a excédée celle consommée via un ordinateur portable ou de bureau.

    Cette année le “Pay wall” (La souscription en ligne pour accéder au contenu) a été mis en place par le New York Times, qui offre maintenant son édition en ligne contre un abonnement payant.

    Le monde accède massivement le contenu en ligne, et pour que ce contenu soit effectivement utilisé, il doit être présenté de façon attractive, conviviale. La valeur monétaire des contenus en ligne est suffisamment reconnue pour permettre a des entreprises liées aux contenus de changer de modèle. Et donc, demander a une bibliothèque si elle peut prendre possession de son site, développement et maintenance, revient à poser à Renault la question “Et les usines, ce sont les vôtres ou vous avez externalisé?”. Bon. Ben ça c’est fait.

    Pour finir, je ne résiste pas a partager avec vous, brillante et visionnaire équipe de la Bibnum de Clermont, un simple axiome importé des US, qui dit que l’acquisition des savoirs suit un rythme ternaire : “See one, do one, teach one” (Regarde une fois, fais-le une fois, enseigne)

    Vous avez passé l’ère du “see one” et conclu avec justesse que vous aviez assez vu pour pouvoir “do one”. Mais le meilleur est à venir, parce que moi Skukuza (mon web avatar est un peu mégalo, mais je suis un type bien sinon), je prédis que Clermont Ferrant sera LA bibnum qui enseignera a la France comment ces choses là doivent être faites, et vous pourrez “Teach everyone”.

    S

    1. je prédis que Clermont Ferrand sera LA bibnum qui enseignera a la France comment ces choses là doivent être faites, et vous pourrez « Teach everyone ».
      Euh bon, non, on va rester humbles : on est Clermont-Ferrand, certes, mais on n’est tout de même que Clermont-Ferrand.

      Cela dit, tu relèves bien LA vraie question : la technologie permettant d’optimiser la mise en ligne du contenu est-elle dans notre coeur de métier ? Les tenants de l’affirmative sont, je pense, de plus en plus nombreux. Mais la mutation à accomplir est profonde et prendra du temps. Pas seulement chez les professionnels, d’ailleurs : le public aussi a tendance raisonner en “bibliothèque=bâtiment avec des livres dedans” et en “bibliothécaire=chignon avec des lunettes en dessous et une douchette pour les codes à barres”. Mais je ne suis pas de ceux qui pensent qu’il faut à tout prix aller vers l’avenir à marches forcées. Il vient tout seul, et on ne va pas virer tous les bibliothécaires et tous les lecteurs qui pensent “classique” : il y a beaucoup de vrai dans ce qu’ils disent (la bibliothèque EST un lieu avec des livres dedans et c’est pour ça qu’on y vient, même si on n’ouvre pas un seul livre ; sur le chignon, je suis plus réservé, c’est vrai).
      Il se trouve que nous avons la chance de pouvoir nous permettre cette “internalisation” d’une activité essentielle. Alors on en profite, et on va voir ce que ça donne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.