Elsevier, banderille n°3 : la liste des titres souscrits

Un jour, j’ai compris que la liste des titres souscrits ne servait à rien. Pour moi, j’entends. Elle est en revanche très utile pour l’éditeur. Je m’explique.

Tout au long d’un contrat de groupement de commande Elsevier pour la Freedom Collection, il y a un rituel douloureux, celui de la « validation de la liste des titres souscrits ».

Head in Hands (Photo Alex E. Proimos, licence Creative Commons paternité ; source FlickR)
Head in Hands (Photo Alex E. Proimos, licence Creative Commons paternité ; source FlickR) 

 

Pour ceux qui ne connaissent rien à la documentation électronique, je rappelle les bases.

  1. – La liste des « titres souscrits » est la liste des titres auxquels l’établissement était abonné sous forme imprimée au début du premier groupement de commande (aux environs de 2003, je crois) qui a permis l’accès à la Freedom collection. Cette liste doit être actualisée chaque année en fonction des disparitions éventuelles de titres, ou des changements que l’abonné pourrait vouloir y apporter (sous réserve que le montant global soit préservé, bien sûr).
  2. Cette liste a été initialement établie par l’éditeur à partir de la connaissance qu’il avait des abonnements pris sur le site.
  3. Le contrat interdit de se désabonner des « titres souscrits » pendant toute la durée du groupement de commande ET les désabonnements ont également été interdits lors du passage d’un groupement de commande à un autre. Bref, il est interdit de se désabonner d’aucun des « titres souscrits », sauf à sortir complètement du groupement.
  4. Ce sont les tarifs de ces titres souscrits qui ont servi à l’éditeur pour établir le fameux « chiffre d’affaires historique » qui est la base de tous les contrats depuis 2003 au moins.

À présent, examinons les divers problèmes rencontrés avec cette liste depuis deux ou trois ans.

  1. Elle a été dressée par l’éditeur à partir de la connaissance qu’il avait des abonnements pris sur le site. Cette liste a été dressée il y a une dizaine d’années, je suppose. Elle intégrait alors tous les titres faisant l’objet d’abonnements dans un établissement clermontois quel qu’il soit (universités, CHU…), et même des abonnements personnels de praticiens hospitaliers. Il est assez logique, lorsque l’on me demande de « valider » cette liste, que je cherche à connaître les détenteurs pour vérifier si oui ou non ils possèdent l’abonnement.
  2. Hélas, le délai de réponse concernant cette liste est généralement trop bref pour permettre un examen attentif des cas problématiques. J’ai donc à l’heure actuelle, dans ma liste de titres validés, au moins quatre titres dont les détenteurs ne sont pas identifiés. Comme il s’agit de titres médicaux, je présume que ces titres font ou ont fait l’objet d’abonnements, à un moment donné, par des praticiens hospitaliers. Mais je n’ai pas de moyen de le vérifier. Lorsque j’ai souligné ce problème auprès d’Elsevier, j’ai reçu une réponse : « Madame K*** ne manquera pas de revenir vers vous afin de clarifier les titres problématiques ». C’était le 4 avril 2011.
  3. De toute façon, la clarification, si elle a lieu, ne sera pas d’un grand intérêt, car ce qui fait l’objet du contrat ce n’est pas la liste des titres validés, mais le montant cumulé des abonnements à ces titres. De sorte que même s’il s’avérait que les 4 titres médicaux susdits, ou 10 autres, n’ont jamais fait l’objet d’abonnements de la part d’un établissement universitaire, le contrat resterait valable, puisqu’il mentionne « en dur » le montant du chiffre d’affaires annuel du contrat. Bien sûr, si Elsevier offre de compenser la surfacturation subie du fait de ces titres indûment attribués à la bibliothèque depuis 10 ans, je ne refuserai pas (Elvire, si tu lis ces lignes…).
  4. Lorsqu’il a été question d’accorder l’accès au CHU, l’an passé, dans le cadre du nouveau groupement de commande Science Direct, l’éditeur, au lieu de valider sans discussion cet accès déjà ancien à Clermont, nous a demandé de justifier de la présence, dans les titres souscrits, de titres relevant de cet établissement. Quand on sait que parmi les titres souscrits figurent entre autres 4 titres médicaux « non identifiés » dont le tarif cumulé tourne autour de 11 000 €, cela ne manque pas de saveur.
  5. J’ai oublié de dire que la liste des titres souscrits, dont la conservation de l’abonnement nous donne le droit d’accéder à la Freedom Collection, comporte des titres d’Elsevier qui n’appartiennent pas à la Freedom collection et même des titres qui n’ont pas de version électronique.

Bref, on aura compris que le seul intérêt de cette liste est sa valeur financière. Et si je l’avais compris plus tôt, je n’aurais pas passé tant de temps à l’examiner. Dressée au début des années 2000 en ratissant large (tout titre, imprimé et/ou électronique, faisant l’objet d’un abonnement dans un établissement clermontois quel qu’il soit), elle a permis à l’éditeur de garantir, pendant plus de 10 ans, la progression de son chiffre d’affaires sur une base sûre. Le CA pris en compte était d’environ 280 000 € en 2004. Il est d’environ 360 000 € en 2011. L’immobilier n’a pas fait pas aussi bien sur la même période ! Nous parlons toujours en HT, bien sûr, et sans prendre en compte les petits frais annexes (plus de 60 000 € pour l’accès à la plateforme en 2010).

Demain, si vous n’en avez pas encore assez, je vous parlerai de l’inflation des coûts dans l’édition électronique et des arguments qui la justifient.


6 thoughts on “Elsevier, banderille n°3 : la liste des titres souscrits”

  1. Dans votre billet « Elvire », vous parlez de 450 000 euros de coût annuel – ici de 360 000 H.T. plus 60 000 d’accès : sans trahir de secrets, est-il possible de savoir si les 450 000 correspondent aux 360 000 avec TVA ? sinon que signifient ces 60 000 pour l’accès ?

    1. Votre commentaire m’a obligé à replonger dans mes chiffres et j’y ai découvert une inexactitude. Merci et mille excuses. Je précise, donc.

      Les montants indiqués sont TTC, SAUF le montant du chiffre d’affaires historique, qui figure dans le contrat en HT. De plus, ce chiffre d’affaires historique est divisé entre les abonnements électroniques et imprimés, sur lesquels la TVA appliquée n’est pas la même.
      J’ai arrondi très grossièrement (à la dizaine de milliers d’euro inférieure en l’occurrence), car je n’aime pas le calcul mental et veux être sûr de ne pas surestimer les montants indiqués : je ne suis pas là pour démontrer que Clermont est la bibliothèque qui paie le plus au monde…
      Quoi qu’il en soit, il y a deux façons d’arriver au coût global : à partir du modèle économique, ou à partir des factures.

      * En partant du modèle économique : c’est la façon la plus compliquée et je ne suis pas sûr de ne pas oublier un paramètre ou deux au passage. Le chiffre auquel j’aboutis ne me paraît pas conforme à la réalité.
      Coût annuel = chiffre d’affaires historique (augmenté de l’inflation convenue lors de la négociation, diminué d’une ristourne pour les titres passés au tout électronique) + frais d’accès à la plateforme.
      Ici l’on a un CA historique de 360 000 € (HT) en tout électronique 260 000 après ristourne, et de 90 000 € HT en imprimé. Soit 350 000 € HT.
      Les frais de plateforme sont de 60 000 € environ.
      Le problème, ce sont les taux de TVA appliqués au CA historique… et j’ignore s’il n’y a pas un nouvel abattement au final, qui viendrait alléger un peu la facture. Admettons qu’une TVA à 5,5 % est appliquée sur le papier, et une TVA de 19,6 sur l’électronique après ristourne,
      On aurait alors une facture globale de 310 000 € TTC (électronique) + 95 000 € TTC (papier) + 60 000 € (frais d’accès).
      Le total, 465 000 €, me paraît à peu près conforme à la réalité.

      * La facturation, quant à elle, se passe de la façon suivante :
      1) La BCU en tant que service central paie directement à l’éditeur
      – les frais d’accès à la plateforme (dans les 60 000 €)
      – la partie du chiffre d’affaires historique qui est constituée par des abonnements « tout électronique ». Soit environ 300 000 €, de mémoire. En tout cas, au total, une facture de 360 000 € environ (mais pas « les mêmes » 360 000 € que précédemment, si j’ose dire !)

      2) Parallèlement, les abonnements imprimés existant encore dans les diverses bibliothèques d’UFR (et qu’elles ont l’obligation contractuelle de conserver, à moins qu’elles ne les transfèrent à la BCU) sont facturées directement à ces UFR. Le total de ces abonnements est DE L’ORDRE d’une petite centaine de milliers d’euros. Mettons 90 000 € pour la rondeur du chiffre. On a une facture globale de 450 000 €.

      A mon avis, la réalité est entre les deux chiffres. Mais je n’en aurai la certitude que si nous parvenons à réaliser le passage au tout électronique sur le site de Clermont : la facture sera alors entièrement globalisée, et son montant sera indiscutable. En tout cas sur le plan arithmétique…

  2. La question du passage au tout électronique est très intéressante : effectivement, il a le mérite de clarifier la situation, en faisant apparaître la « liste des titres souscrits » pour ce qu’elle est, un chiffre. Je milite à ce titre pour le passage au tout électronique à Clermont.
    Mais le revers de la médaille, c’est que ce passage nous fait perdre la dernière chance que nous pouvions avoir de remettre en question des titres qui nous ont été abusivement attribués… avec leur montant. Il y a même un risque supplémentaire : il pourrait exister des titres posant problème (abonné non identifié) dont le montant serait nominalement intégré au chiffre d’affaires historique, mais sans que l’abonnement soit en fait maintenu. Vu la nonchalance avec laquelle l’éditeur gère la liste des titres souscrits, cela n’aurait rien d’étonnant. Or dans ce cas, le passage au tout électronique va les RÉINTÉGRER au chiffre d’affaires réel… Je vais donc réitérer ma requête auprès de l’éditeur concernant ces titres problématique en 2012, pour avoir une chance, en passant au tout électronique, de clarifier la situation. Sans grande illusion, il est vrai.
    Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès.
    Non non, c’est bien plus beau lorsque c’est inutile.

  3. Je suis bien d’accord, nous avons été piégés pendant des années avec cette liste historique, qui en fait n’est pas une liste de titres car ça fait longtemps qu’ Elsevier ne connait plus son portefeuille de titres, mais un chiffre d’affaires et uniquement ça. J’ai bataillé pendant des années avec cette liste parce qu’ils me facturaient des titres que je n’avais pas identifiés, ça va mieux depuis qu’on est passés au tout électronique il y’ a quelques années.
    Merci pour ces banderilles, je vois qu’on est tous confrontés aux mêmes soucis avec la freedom, qui représente dans un établissement comme le mien plus du 1/3 du budget ressources numériques. Pour ma part, j’ai depuis longtemps avec Elsevier l’impression de traiter avec un trader plutôt qu’avec un éditeur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *