Drupal à la BCU

Mickael Welsing (Lic. CC BY-ND 2.0), FlickR
Mickael Welsing (Lic. CC BY-ND 2.0), FlickR

Le site de la BCU est officiellement en ligne depuis le 15 avril 2011. Le portail Archimed a laissé place à un site principal et plusieurs mini-sites pour les sections, tous équipés du CMS Drupal. Si ce logiciel fait désormais partie de notre quotidien le choix de l’utiliser ne s’est fait qu’après mûre réflexion. Retour sur l’historique et les raisons de son utilisation…

Du coté de la technique

C’est dans le courant de l’année 2010 que se pose la question de trouver des solutions pour remplacer notre portail vieillissant. Nous commençons alors un travail de veille pour trouver des outils en adéquation avec nos besoins.

Du coté technique, plusieurs pistes émergent. Nous pouvons utiliser un framework de développement et tout coder à la main. C’est très plaisant pour le développeur, ça l’est moins pour les administrateurs du site qui dépendent dès lors de l’informaticien pour ajouter ou modifier le programme dont lui seul a les clés. Autre inconvénient : partir de rien et développer dans son coin n’est pas très productif surtout qu’il existe de nombreux logiciels de qualité, libres de surcroît, partout sur la toile.

Nous pensons alors à utiliser un CMS permettant d’administrer le site facilement sans tout réinventer. L’idée est séduisante mais l’outil devra être évolutif pour que l’on puisse l’adapter comme on le souhaite.
Parmi d’autres, Drupal devient ainsi un candidat bien placé car il intègre nativement un système de modules permettant l’ajout de nouvelles fonctionnalités.

Les bibliothèques et Drupal

Au même moment, ce logiciel a le vent en poupe. Du site de presse comme Mediapart au site institutionnel de la maison blanche, Drupal est largement employé et pour des sites de différents types (e-commerce, presse, etc.).

L’argument de sa notoriété grandissante n’est pas déterminante en soi pour faire notre choix, cependant sa communauté d’utilisateurs et de développeurs très active est un bon indicateur de sa qualité. D’autant plus que parmi eux, des bibliothèques contribuent à son expansion par des modules spécialisés. Citons par exemple les bibliothèques américaines d’Ann Arbor, et de Palos Verdes.
Point intéressant, le catalogue de ces deux bibliothèques est géré par Drupal!

Au gré de nos recherches, nous découvrons qu’il fournit d’intéressants outils pour la profession : OPAC de nouvelle génération, recherche avec rebond par facette, protocole OAI, dublincore, etc. sont autant d’aspects techniques qui rencontrent un écho à la bibliothèque numérique et nous confortent sur cette piste de travail.

Sur le site officiel du CMS, on trouve même un groupe dédié à la profession. Parmi les modules développés par ces « biblio-drupaliens », SOPAC nous plait particulièrement afin d’exposer notre catalogue sur le web et transformer notre OPAC à l’ergonomie limitée en un outil plus moderne.

Autre point positif, la notion de type de contenu utilisée par Drupal se rapproche de la notion de notice en bibliothèque. Une page peut-être affublée de métadonnées paramétrables à volonté. L’idée d’en faire notre bibliothèque numérique se profile alors. Le module OAI fourni par la communauté ouvre de belles perspectives.

Une configuration technique souple et modulable, des fonctionnalités usuelles à ne pas réécrire, des modules adaptés aux bibliothèques, nous incitent donc à choisir Drupal.

A l’heure qu’il est, nous n’avons pas encore exploré toutes ces pistes (notamment le catalogue en ligne) mais la sortie du site et surtout l’abandon de notre ancien système centralisé est une étape importante et promet d’intéressantes évolutions, qui feront l’objet de prochains billets sur l’alambic…


17 réflexions au sujet de « Drupal à la BCU »

  1. Bonjour,
    dans l’immédiat nous nous intéressons à Blacklight pour la recherche dans notre catalogue car les solutions pour drupal testées jusqu’à maintenant (SOPAC, Extensible Catalog) n’ont pas été concluantes (surtout vis à vis de notre SIGB AbsysNet qui est compliqué à interroger). Ce moteur serait donc séparé de Drupal mais à terme, nous comptons tout de même faire en sorte que l’utilisateur est l’impression d’être sur le même outil.

    Concernant l’outil que vous recherchez, je partage votre avis pour dire que les CMS sont plus adaptés à la gestion de contenus que de documents. Cependant ils sont également plus souples et adaptables sous réserve d’avoir le temps et les moyens de le faire. Drupal est très polyvalent, plus que wordpress (initalement prévu pour du blog) mais c’est aussi le plus complexe à prendre en main. Je ne connais pas Typo3.
    Si vous avez du temps et un peu de connaissances en développement, un CMS type Drupal est un bon outil sinon il est préférable de se tourner vers des solutions plus “clés en main” type Omeka.

    Cordialement,
    Mathieu

  2. Bonjour,

    Est-ce que la gestion de votre catalogue avec Drupal est toujours d’actualité ?
    J’ai lu les billets concernant ce sujet car dans le cadre d’un stage, je cherche un outil de gestion des documents multimédias pour une petite structure (pas de gros budget de départ pour ce projet). Il ne s’agit même pas de visualiser les documents via une interface utilisateur, mais simplement de mettre en place une sorte de base de donnée relationnelle contenant les métadonnées, et accessible en front office et en back office par une interface web (pour que les manip puissent se faire depuis différents postes au sein du bâtiment). Les fichiers se trouveraient dans des dossiers partagés.
    J’étudie plusieurs possibilités, dont celle d’avoir recours à un CMS car j’ai lu qu’ils pouvaient être utilisés comme gestionnaires de collection numérique : Drupal, et même WordPress, et aussi TYPO3.
    Mais j’ai peur qu’au niveau des métadonnées cela coince (car par exemple il faut pouvoir réutiliser la table « auteurs » pour les documents concernés, et non tout retaper à chaque fois) et puis aussi parceque je vois les CMS plutôt comme des gestionnaires de contenu, que de documents. Pourriez-vous me faire part de votre avis et de votre expérience en la matière ?

    Bien Cordialement,
    Stéphanie.

  3. SOPAC m’a quand même l’air en perte de vitesse : à voir le site http://thesocialopac.net/, peu de sites de bibs en prod, le site lui-même semble un peu à l’abandon (spams dans les commentaires, pas purgés) : le projet est intéressant mais la communauté réelle pas très active, me semble-t-il…

  4. Bonjour et merci de partager vos réflexion ici.

    Une question : vous conservez Absys comme SIGB et vous utiliserez Drupal comme Opac, c’est bien ça?

    1. Nous utilisons AbsysNET comme SIGB et comme OPAC proprement dit. Drupal, pour le moment, gère le site web, en attendant le développement d’un catalogue intégré (module Drupal, moteur externe, on ne sait pas encore).

      1. On est impatient de voir ça : une totale intégration du catalogue dans le portail géré par Drupal

  5. Bonjour,

    @lully
    La liste des bases de données est créée par un module interne. C’est une simple requête qui liste nos contenus dédiés aux BD.

    @dbourrion
    C’est la version 6. On était trop juste dans le calendrier pour avoir le temps de prendre en main la version 7.

  6. Merci de rendre compte de toutes ces réflexions, des questions que vous vous êtes posées et des réponses que vous avez choisi d’y apporter.
    Pouvez-vous m’indiquer comment est obtenue la liste (alphabétique) des bases de données affichée sur le site ?
    Est-ce un module Drupal (avec gestion de contenu, donc) ? ou une API d’un outil extérieur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.