Le tout électronique, à quoi bon ?

A bin of books, by Jane Cockman (Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale).
A bin of books, by Jane Cockman (Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale).

Face à une évolution inéluctable, et même lorsqu’on l’a reconnue comme telle, il n’est pas inutile de s’interroger sur ses conséquences positives et négatives, ne serait-ce que pour amortir celles-ci et accroître celles-là autant que possible. Le fait est là : la BCU va passer au tout électronique pour la plupart de ses revues. L’échéance est incertaine, mais il n’y a pas de doute sur le fait. J’y travaille activement, pour ma part.  Non que ce passage m’apparaisse comme un pas historique exaltant, une sorte de saut qualitatif sans précédent dans l’histoire du savoir, qui ouvrirait soudain d’infinis possibles à la science et à l’humanité. Vingt ans de reculs sur les effets du Web me semblent prouver qu’il produit naturellement la profusion, non la qualité. Si je travaille à ce que la BCU s’achemine, comme toutes les bibliothèques scientifiques, vers le tout électronique, c’est simplement parce que cela relève d’une nécessité pratique que j’admets fort bien. Et que l’énergie qui ne sera pas dépensée à refuser l’inéluctable pourra être consacrée à des efforts bien nécessaires pour que les conséquences positives puissent compenser, à terme, les quelques désagréments liés à ce passage.

État des lieux

Commençons par examiner la situation : concrètement, que signifie ‘Nous passons au tout électronique‘ ?

Catalogue, par AAlain (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage dans les conditions initiales).
Catalogue, par AAlain (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage dans les conditions initiales).

Pas le tarissement de toute arrivée d’ imprimés à la bibliothèque. La disparition du papier n’est effective que dans des domaines précis et pour des raisons précises. La dématérialisation a d’abord affecté les outils de signalement (catalogues et bases de données bibliographiques), puis les publications à mises à jour (Encyclopédies et bases de données factuelles) puis les revues, et ne se propage aux ouvrages que très progressivement. Tout cela est conforme au bon sens : la consultation d’un ordinateur se prête remarquablement bien à la pêche à l’information ponctuelle : signalement (catalogue ou base de données bibliographique), fait brut (base de données factuelle). Elle se prête aussi assez bien à la lecture de formes courtes (articles d’encyclopédie ou de revues généralistes). Mais le saut vers les formes longues (articles scientifiques et ouvrages proprement dits) est plus hasardeux, les tâtonnements encore en cours dans le lancement des outils de lecture le montrent, me semble-t-il.

Bart Heird , I blame the Internet (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d'Utilisation Commerciale, Pas de modification).
Bart Heird , I blame the Internet (publié sur FlickR sous licence Creative Commons Attribution, Pas d’Utilisation Commerciale, Pas de modification).

À Clermont comme ailleurs, le passage est déjà derrière nous pour les outils de signalement et les encyclopédies. Lorsque je parle de passage au tout électronique en train de se faire, je pense donc aux revues, mais parmi les revues seulement aux revues de sciences dites dures ; et parmi celles-ci seulement aux bouquets de trois grands éditeurs, qui fonctionnent tous trois sur le même mode : la conservation du chiffre d’affaires historique avec constitution d’une liste de titres souscrits. En l’occurrence : Elsevier, Wiley, Springer.
À la BCU, la dépense cumulée pour ces trois éditeurs est de 650 000 € environ : 450 000 € pour Elsevier, 130 000 € pour Wiley, 70 000 € pour Springer. Nous sommes à un stade différent d’avancement vers le tout électronique pour les trois.

  1. Pour Springer, le passage a été effectué.
  2. Pour Elsevier, il a été effectué pour les abonnements relevant directement de la BCU, mais non pour les abonnements des divers laboratoires et UFR.
  3. Pour Wiley, il n’a été effectué ni à l’intérieur de la BCU ni à l’extérieur.

Effets négatifs avérés ou prévisibles

À Clermont comme ailleurs, nous savons que passage au tout électronique pour un outil de signalement comme le catalogue est déjà assimilé comme définitif dans l’esprit de tous, alors même que dans les faits il n’est pas achevé : une petite partie de notre catalogue sous forme papier n’est toujours pas informatisé, et pourtant, il n’est plus disponible au public puisque le moyen normal d’accès est désormais, aux yeux de tous, l’électronique. Si un garagiste disait au propriétaire d’une automobile en panne : « Vous allez marcher un peu, cela va vous faire du bien ! » il entendrait probablement : « Je fais quotidiennement 35 kilomètres sur l’autoroute, donc merci de parler sérieusement et de me trouver rapidement une voiture de prêt ». De la même façon, lorsqu’il arrive que l’accès en ligne à une revue soit coupée, il est bien inutile de dire aux lecteurs : vous savez, nous avons le papier ! Pour la forme courte qu’est l’article comme pour la recherche de références, le papier n’est plus une alternative acceptable à l’électronique. Point. Puisque dans certains cas (pour la partie non informatisée du catalogue, par exemple), l’information existe mais n’est, en pratique, plus disponible, je pense que l’on peut ranger au nombre des effets secondaires indésirables du passage au tout électronique la perte marginale d’information qui résulte de ce caractère désormais « invisible » du papier.

L’autre effet négatif solidement avéré est financier : les grands éditeurs ont réussi pour l’instant, en instaurant un rapport de forces favorable et  par le biais du recours au « chiffre d’affaires historique », à faire admettre en pratique un dangereux principe : « l’électronique, c’est comme le papier, mais plus cher ». Cette théorie est pourtant battue en brèche par la réalité des tractations avec certains autres éditeurs. Voici trois ans, Clermont-Ferrand s’est désabonné intégralement des revues imprimées d’un éditeur scientifique. Deux ans après, le chiffre d’affaires historique ayant été « effacé » par ce désabonnement, l’abonnement électronique a pu être souscrit à un coût 5 fois inférieur. L’expérience montre donc que l’électronique peut aussi être « comme le papier, mais moins cher ». La difficulté est évidemment que pour mettre en évidence cette possibilité, il a fallu accepter de se priver, pour un temps, du papier ET de l’électronique. Le postulat des grands éditeurs résultant essentiellement d’un rapport de forces, il n’est pas inéluctable. Mais c’est un fait que la migration des revues vers l’électronique leur a conféré de puissants moyens de pressions. De ce point de vue, le passage au tout électronique est ambivalent, nous allons le voir.

Le dernier effet négatif est local et joue sur le court terme, mais il est pour nous le plus difficile à affronter et c’est la raison pour laquelle je défends si activement un passage volontaire et concerté au tout électronique : mal négocié, ce passage nous procure un grand  inconfort budgétaire. En théorie, il est neutre sur le plan financier (le saut de TVA entre le papier et l’électronique étant compensé par les éditeurs à titre de mesure incitative). C’est ce qui rend très facile le passage au tout électronique à l’intérieur de la BCU, pour les abonnements que nous gérons déjà. Mais il n’en va pas de même pour les abonnements imprimés extérieurs : actuellement détenus par des laboratoires et des UFR sur leur budget propre, ces abonnements se trouvent transférés mécaniquement à la BCU par le passage au tout électronique. Il est donc important pour nous que le transfert de budget accompagne le transfert de charge. Or, il se fait que les laboratoires, faute de bien connaître des clauses des contrats qui nous lient aux éditeurs, ont tendance à opérer les désabonnements pour soulager leur budget, sans avoir bien conscience du transfert automatique qui s’opère sur le nôtre. Tout désabonnement opéré par elles, conformément au contrat qui stipule de maintien du chiffre d’affaires historique, est ipso facto facturé à la BCU. Cette année, ces désabonnements « sauvages » vont dépasser 20 000 €. Inconfortable, disais-je.

Effets positifs possibles

C’est pourquoi il faut travailler à effectuer ce passage d’une façon à la fois officielle et organisée. Si nous y parvenons, des effets positifs du passage au tout électronique peuvent être espérés. 

D’un point de vue interne : la centralisation de la dépense pour ces trois grands bouquets entraînerait une évidente simplification administrative. Une facture annuelle pour la même dépense, c’est mieux que trois ou quatre. Mettre fin à la gestion de flux de papier inutile et des factures dispersées semble aussi de bon sens. Cela ne nous exonère pas d’une réflexion sur ce que l’on fait du temps ainsi économisé. Autre chantier important, mais que nous pouvons aborder sans trop de crainte me semble-t-il, car l’ouvrage ne manque pas franchement.

D’un point de vue stratégique dans les négociations : en centralisant le chiffre d’affaires global, on le rend plus visible, plus identifiable, plus frappant aussi :

La facture 2013 pour les revues est de 500 000 €

 se passe d’explication. Ce n’est pas le cas de :

La facture 2013 est de 300 000 € en apparence mais en fait il  ne faut oublier de prendre en compte les abonnement de l’UMR 575582 et ceux du LHIFT, du CFADE, ainsi que ceux de la bibliothèque associée de  sciences phrénologiques à l’UFR, ainsi que les 12 revues du Centre interdisciplinaire de géographie  historique du Massif Central, que nous finançons par convention reconduite annuellement, ce qui porte la facture à 500 000 € » [toute ressemblance avec des UMR, UFR et autres composantes existant ou ayant existé etc. etc.]

À moyen terme la disparition du papier, mettant fin à la corrélation artificiellement établie entre le portefeuille d’abonnements imprimés détenus et la collection électronique, permettra d’évoluer vers un modèle économique différent.  Elle va nous obliger à regarder vraiment ce que nous obtenons pour l’argent que nous dépensons, et à exiger davantage si nous ne sommes pas satisfaits. Le changement de modèle nous offre par là une chance de faire diminuer nos coûts, ce qui est impossible dans les modèles actuels. Bien entendu, cette diminution des coûts ne découlera pas ipso facto du changement, et l’on peut supposer que les éditeurs vont faire quelques efforts pour maintenir nos coûts à un haut niveau. Mais comme toute redistribution des cartes, le changement offre l’occasion d’une renégociation, et quelques arguments pour faire advenir un changement positif, changement que nous avons déjà obtenu dans certains cas, je l’ai dit plus haut.

Sous réserve d’une réussite au moins partielle sur le point  précédent, l’occasion pourrait  même s’offrir de réutiliser une partie du flux financier capté aujourd’hui par les éditeurs vers l’Open Access, que ce soit par le financement de publications (subvention aux publications dans un modèle auteur-payeur) ou par le financement direct de quelques revues.

En résumé, si notre objectif est de retrouver les moyens de mener une véritable politique documentaire (avec des vrais choix et une vraie liberté), le passage au tout électronique pour les grandes revues, celles qui fonctionnent sur le modèle du « bouquet », fait partie des nécessaires préalables. Condition non suffisante, mais nécessaire. Nous sommes donc en train de proposer aux deux universités que nous desservons de l’accomplir d’une façon concertée et organisée, dans les deux ou trois ans à venir.

Si ce n’est pas possible, nous avons un plan B, éprouvé par l’expérience humaine sous tous les cieux, en tous les âges : le passage au tout électronique se fera d’une façon non-concertée et désorganisée.

Communication, The work way, by TrasherDave (Publié sur FlickR, sous licence Creative Commons Paternité, Partage dans les conditions initiales).
Communication, The work way, by TrasherDave (Publié sur FlickR, sous licence Creative Commons Paternité, Partage dans les conditions initiales). 

Jumble, by Ian Corey (Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage dans les conditions initiales).
Jumble, by Ian Corey (Publié sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage dans les conditions initiales). 

 

On sait faire…


10 réflexions au sujet de « Le tout électronique, à quoi bon ? »

  1. Quand un article n’est pas disponible via mon ordinateur, je descends un étage pour trouver la bibliothécaire de mon laboratoire. Soit elle dispose d’une version papier archivée dans notre bibliothèque et j’ai alors l’article immédiatement ; soit elle n’en dispose pas et elle me le trouve en 48h. Le bonheur des bibliothèques de très grande proximité ! En ce sens, je ne crois pas vraiment à la perte d’information tant qu’existe un interlocuteur qualifié très proche.

    Quant aux terme tout électronique , il est sans doute exagéré. Il devrait être remplacé par à imprimer vous-même. Je ne connais en effet que peu de collègues capable d’effectuer un travail de lecture approfondie d’un article de mathématiques (dont la lecture, faite de nombreux allers-retours, n’est pas linéaire du tout) à l’écran. Il est vrai que sur des textes papiers, l’impression est souvent remplacée par une photocopie !

    1. Hum, je ne connais pas énormément de chercheurs qui seraient prêts à attendre un article 48 heures. Il faudrait pour cela qu’ils soient assurés que la qualité et l’intérêt de cet article vaut la patience et l’attente, plus en tout cas que les 5243 réponses que renvoie la base de données Springsevier à la moindre interrogation…
      On peut y voir un enjeu et un défi pour l’avenir des bibliothèques : savoir fournir la documentation aux chercheurs à la demande, dans des délais les plus brefs possibles, etc. etc. Mais cela pose une question beaucoup plus fondamentale, car les bibliothèques peuvent fournir un service efficace, mais pas décider de la valeur scientifique des travaux produits. Or la qualité du travail scientifique est-elle vraiment compatible avec les mécanismes en œuvre aujourd’hui dans la production éditoriale des grands éditeurs ? Je n’arrive pas à me déprendre de l’idée que la science a besoin d’un peu de lenteur. C’est une illusion d’historien ?
      Si la lenteur est admise, la maturation intellectuelle est possible, la relecture approfondie d’un article soumis à une revue aussi, et la valeur scientifique du résultat me paraît plus assurée. Si la nécessité de publier beaucoup et vite est première, quelle que soit la raison (s’assurer d’un gagne-pain, progresser dans la carrière universitaire, remplir une revue), les bibliothèques auront beau fournir (à prix d’or) le meilleur service du monde, la science n’est bénéficiera guère.
      La publication scientifique a-t-elle atteint un point ou une refondation va devenir possible, parce qu’indispensable ? C’est peut-être une illusion, nourrie par l’effroi instinctif et peu rationnel qu’inspire la masse éditoriale. On peut m’objecter que plus l’information disponible est grande, plus les possibilités d’avancées scientifiques sont importantes. Mais je me demande tout de même s’il n’y a pas aussi, dans la multiplication des articles publiés, un effet de dilution de l’information, et si l’électronique n’a pas constitué une forme de dopage de la science, avec les mêmes effets secondaires, à terme, sur la santé du cobaye, que l’abus des « bons produits » chez les sportifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *