Notre série de l’été : un succès, un regret, un projet

Toute publication a ses marronniers, et la liste des sujets disponibles pour permettre aux valeureux pigistes de meubler les périodes creuses est du reste assez réjouissante. L’Alambic sacrifie avec enthousiasme à cet usage. Son côté rituel et répétitif est plein d’avantages. Il permet à une créativité amenuisée par des mois d’effort de s’épargner un peu. Il ménage l’estivant soucieux de ne pas mouiller, ensabler ou salir son smartpad ou son He-phone (j’ai toujours rêvé de décliner ce nom absurde : tu es content de ton you-phone, ils zyeutent leurs they-phones, elle a she-phoné tout mon forfait, etc.), mais qui aime savoir qu’il ne va rien manquer d’important. Il évite aussi au web-deuxicomane invétéré de se trouver précipité dans un dangereux état de manque, toujours périlleux pour sa santé mentale.

Bref, dans le but avoué d’économiser notre énergie pendant la trêve estivale sans frustrer notre lecteur (s’il existe), nous allons réitérer l’expérience  de l’an passé : la série de l’été.

Leaving it all Behind, par Orange Jack (Creative Commons Paternité, Pas d'utilisation commerciale, Partage à l'identique ; source FlickR)
Leaving it all Behind, par Orange Jack (Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique ; source FlickR) 

Au seuil de l’année 2011-2012, je risquais quelques promesses sur ce que nous allions nous attacher à réaliser pendant l’année à venir. Celle-ci étant désormais terminée, j’ai relu non sans appréhension mon billet d’ouverture, pour m’apercevoir avec soulagement que le travail accompli cette année a tout de même quelque rapport avec les priorités annoncées :

  • nous avons soutenu les initiatives de Couperin lorsque le consortium se montrait entreprenant voire belliqueux. Quelques-uns de mes propres billets sur la documentation électronique ont cherché à contribuer à l’effort de guerre. Je ne réponds pas du succès, mais je revendique l’effort.
  • nous avons bel et bien mis en test (pas encore public : patience !) un OPAC libre sur notre SIGB non-libre, sans rencontrer pour l’instant de difficulté paralysante,  deux billets vous en ont informés.
  • La bibliothèque virtuelle est devenue une réalité, comme en témoigne ce site ou ce billet, par exemple. Le travail se poursuit sur d’autres projets, as you can see. Dans le même temps, le dépôt dans TEL et HAL des résultats de la recherche a été bel et bien lancé.
  • Le parc public est presque intégralement passé sous linux, nous avons eu notre première install-party et progressé de quelques pas vers le monde du libre.

Voilà pour les grandes lignes. Mais nous avons fait bien d’autres choses petites et grandes et une journée passée récemment à phosphorer ensemble nous a donné l’occasion, au sein de la bibnum, d’échanger en détail sur ce qui nous avait plu, ou moins plu, au cours des mois écoulés. Je m’en voudrais de ne pas vous en faire profiter. J’ai donc demandé à mes collègues d’indiquer chacun, dans un billet concis et illustré :

  1. Un succès : un projet qui ait abouti cette année et qui soit motif de satisfaction ou de fierté. Parce qu’il ne faut pas bouder son plaisir de voir aboutir son travail.
  2. Un regret : échec, difficulté, retard, déception rencontrés dans l’un ou l’autre projet. Ne serait-ce que pour donner du prix à nos réussites ; et peut-être aussi pour apprendre que d’autres ont rencontré et surmonté ce qui nous arrête.
  3. Un projet  : un travail motivant, déjà en cours ou en perspective pour l’an prochain. Pour partir en vacances sans crainte de s’ennuyer au retour.

Et pour que vous aussi, cher, insaisissable et mystérieux lecteur, après des vacances que l’on vous souhaite paisibles et réparatrices, vous ayez envie de revenir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.