T’imprimes, t’imprimes, t’imprimes…

Le meurtre du photocopieur (photo Aaron Landry, publiée sur FlickR sous licence Creative Commons Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage à l’identique).

Parfois, un détonnant mélange d’agacement et de frustration vous donne subitement envie de brutaliser un objet récalcitrant voire une personne, comme dans la scène désormais fameuse qui a prêté son titre à ce billet (notez qu’il est hautement incivil d’agir ainsi, sauf au cinéma où il est bien entendu que la victime est totalement antipathique alors que le bourreau est juste un grand bon garçon un peu vif). Je confesse avoir eu envie, à une ou deux reprises cette année, d’appliquer ce genre de traitement aux photocopieurs et autres lecteurs de cartes magnétiques de la BU.

Néanmoins, l’affaire s’étant soldée par le happy end auquel on était en droit d’aspirer (nos lecteurs peuvent imprimer et photocopier), la destruction du copieur-imprimeur restera à l’état d’éventualité inaccomplie.

Pour ceux qui aiment savoir que les histoires se terminent bien avant de les commencer, voici tout de suite l’épilogue : il est désormais possible d’imprimer ses documents à la B.U. sciences à l’aide d’une carte de photocopie. Les deux postes dédiés à l’impression sont situés au voisinage des photocopieurs, l’un au rez-de-chaussée, l’autre au deuxième étage. Il suffit d’ouvrir son document sur l’un de ces postes (via une clef USB, un espace de stockage sur le Web, un site, etc.) et de débloquer l’impression à l’aide de sa carte de photocopie. Le même système sera déployé prochainement dans les bibliothèques de lettres et de droit. Bref, photocopieur et imprimante se marièrent et engendrèrent des milliers et des milliers de pages.

À présent pour ceux qui veulent regarder dans les coulisses, voici la version longue
(âmes sensibles et lecteurs pressés s’abstenir).

Situation initiale : la B.U. de sciences était depuis plusieurs années à la recherche d’une solution simple pour permettre l’impression aux lecteurs. Le logiciel commercial mis en place il y a plusieurs années, assez coûteux, avait été abandonné quand quelque mise à jour fatale avait provoqué une incompatibilité. L’impression gratuite épuisait les budgets de consommables informatique et de papier, l’impression contrôlée par les bibliothécaires (déblocage depuis le poste de renseignement) épuisait le personnel sans satisfaire les lecteurs. Dans les autres bibliothèques, on avait abandonné l’impression, ou on la pratiquait à la demande de façon assez exceptionnelle.

En janvier 2012, Acte I, la bibnum lance une consultation tous azimuts sur la façon dont les B.U. gèrent l’impression. Parmi les retours, la solution venue de Nancy nous paraît la plus simple : dans chaque BU, un ou deux postes, couplés avec un photocopieur imprimante et un lecteur de cartes magnétiques, permet de faire à la fois les impressions et les copies.

  • C’est simple pour les lecteurs, puisqu’ils ont déjà une carte pour la photocopie. Plus besoin d’aller quémander au bureau de renseignements le déblocage de l’impression pour trois pages de documents administratifs.
  • C’est simple pour les BU puisque les photocopieurs sont déjà intégrés à un marché et qu’il suffit d’activer leur fonction « imprimante ». Fini le déblocage au coup par coup et l’inconfortable sensation garde-chiourmesque qu’il procure.
  • C’est simple pour la bibnum puisqu’en faisant porter la fonction d’imprimante par des copieurs dépendant d’un marché, nous nous déchargeons des problèmes de maintenance sur des machines qui sont à la fois rapides et robustes. Adieu les cinquante remplacements de cartouche par an !

Hélas, même une solution très simple peut être très compliquée à mettre en place.

Pas de chance, les copieurs présents dans le réseau dépendent de trois marchés différents, conclus auprès de deux fournisseurs. Il fallut donc identifier les fournisseurs qui géraient les copieurs présents en BU. Déveine, les machines présentes à la B.U. sciences ne dépendaient pas toutes du même. Il fallut donc exposer à chacun le système visé, pour savoir s’ils pouvaient le fournir. Hélas, cette solution est un peu inhabituelle (peut-être parce qu’elle est simple et peu coûteuse ?). Pour éviter tout malentendu (en fait, il y en avait un, bien sûr) avec le commercial-qui-dit-pas-de-souci, il fallut donc assister à la présentation d’une offre de type « serveur d’impression » et la refuser, puis préciser de nouveau la nature exacte de notre demande. Coup du sort, à la B.U. de sciences, les photocopieurs présents dépendaient d’un marché un peu ancien et n’étaient pas pourvus de carte réseau. Il fallut donc débloquer un budget non prévu pour l’opération d’installation des cartes réseau et des lecteurs de carte, et même pleurer misère auprès du commercial pour diminuer un peu la facture de la prestation, car l’argent manquait. Veine, il était d’humeur commerçante et consentit à nous faire une ristourne (ah, si seulement il travaillait chez Elsevier !).

Tout cela nous conduisit fin juillet. Vacances, entracte.

Fin août, acte II. Installation d’une carte réseau sur les copieurs disponibles, puis première tentative du technicien pour installer le nouveau lecteur de carte. Mauvais sort, l’impression fonctionnait, mais non la copie. C’étaient la connectique qui était défectueuse, ou pas du bon modèle, bref ça n’allait pas. Comble d’infortune, nous nous apercevions dans le même temps (mais ça, nous aurions dû nous en douter) que nos postes publics sous linux ne pourraient pas gérer le système de commande du boitier lecteur de carte, et que pour les postes dédiés à l’impression il faudrait donc rééquiper spécialement des machines en windows. Mi-septembre, second passage du technicien, avec les bons câbles : tout semblait fonctionner.

Et là, la tuile (alors que depuis le début, vous avez remarqué, tout marchait sans accroc) : le lecteur de carte considère comme des centimes d’euros les unités chargées dans les cartes des étudiants, et de ce fait, débite cinq unités par impression, puisque l’unité coûte cinq centimes. De ce fait, un étudiant qui a chargé 40 unités dans sa carte la découvre vide après avoir imprimé 8 pages. Séance de bidouillage autour de l’interface de gestion du lecteur de carte. On parvient à faire passer l’affichage en mode « unité » et à faire paser le tarif de l’impression à une unité. Demi-victoire, car les photocopies, elles, restent obstinément tarifées à 5 unités. Troisième passage du technicien : il s’avère que le firmware (j’ai appris un mot) qui gérait le lecteur de cartes était périmé et que le téléchargement d’une nouvelle version permet de paramétrer correctement les tarifs de copie ET d’impression.

Il y a maintenant une dizaine de jours que le système a été officiellement mis en service. Pour être tout à fait honnête, je dois mentionner qu’à l’heure où je boucle ce billet, il semblerait que certaines cartes soient encore débitées de 5 unités par copie. Mais aucun test, sous toutes les configurations possibles (carte ancienne ou nouvelle, chargement récent ou non, etc), n’a permis de reproduire ce bug. Je peux donc, dans l’immédiat, le considérer comme non avenu et vous renvoyer à l’épilogue ci-dessus.

Si le problème se confirme, lorsque nous l’aurons résolu je pourrai le documenter par un nouveau billet. Ou bien vous apprendrez peut-être, par le billet consterné d’un collègue, que le responsable de la bibliothèque numérique a été mis en examen pour photocopicide volontaire avec préméditation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *