Quelques commentaires sur : ERMS et Sudoc (Journées ABES 2011)

Pour mes premières Journées ABES, j’ai assisté, entre autres, à l’atelier concernant le projet Couperin d’ERMS partagé et son intérêt pour l’ABES.

Je ne m’attarderai pas sur les conclusions du groupe pilote sur la solution d’ERMS proposée par Proquest : le fonctionnement de l’outil n’est pas adapté à la mutualisation puisqu’il n’est pas possible de faire des ajustements sur les bouquets dans les instances locales. Il semble donc que les objectifs de Couperin, qui procèdent d’une vision macroéconomique, et ceux des établissements, qui requièrent une gestion fine des ressources, soient inconciliables au sein d’un même outil.

Chausse pied
Chausse pied, axelletourmetz, Flickr

L’analyse comparative de l’ERMS et du Sudoc est intéressante, pour l’ABES comme pour nous. L’ABES a pour mission de signaler toutes les ressources disponibles dans le réseau et nous avons, nous bibliothèques, pour vocation de signaler toutes nos ressources à nos usagers. Or, nous avons pressenti depuis fort longtemps que nos catalogues, entendez nos SIGB, ne sont pas les mieux à même de rendre compte des fluctuations subies par les ressources électroniques. En d’autres termes, ce n’est pas par flemme ni attentisme que nous ne cataloguons pas les ressources électroniques en Unimarc. C’est parce que les catalogues, et le Sudoc en est un autre, gèrent bien des stocks, mais pas des flux.

En la matière, les bases de connaissance des outils de type A-Z sont imbattables. Les données sont bonnes, régulièrement mises à jour par des équipes de 40-50 personnes, l’ergonomie et le format de description sont bien appropriés, etc.

Il paraît donc évident que l’ABES aurait tout intérêt à participer au signalement des ressources électroniques via un ERMS. Encore faudra-t-il imaginer l’articulation de la base de connaissances avec le Sudoc (circuit d’import) et prévenir les restrictions possibles (droits de réutilisation des notices en particulier).

Il me semble qu’après 10 ans de tergiversations, l’on soit en passe de trouver des solutions techniques adaptées à nos problématiques de signalement. On va enfin pouvoir sortir du tout catalogue pour aborder des outils non pas omnipotents, qualité que l’on prêtait aux SIGB, mais spécialisés et interopérables.


Publié par

Raphaële Bussemey

Littéraire de formation, bibliothécaire, j'ai été initiée aux joies de la documentation électronique et du web au SCD de Nancy I, au début des années 2000. De retour dans mon Auvergne natale, je m'occupe de l'administration du SIGB, de la gestion de documentation électronique, des accès et de l'intégration des contenus dans les outils de médiation (catalogue, résolveur)... et ma tasse à café ne me quitte jamais.

6 réflexions au sujet de « Quelques commentaires sur : ERMS et Sudoc (Journées ABES 2011) »

  1. Vous avez raison, mais le « fight » comme vous dites entre ABES et ISSN (j’étais assise à côté de ce monsieur qui n’a cessé de bouillir durant l’atelier) ne m’a paru ni intéressant ni constructif. Et je trouve (mais je suis certainement trop optimiste) que les réserves émises à l’encontre de l’ERMS et de la récupération de ses données pour les verser dans le Sudoc m’apparaissent justement comme les prémices d’une nouvelle conception du signalement des ressources, pour laquelle le catalogue n’est pas la panacée.

  2. Merci pour ce compte rendu.
    J’ai assisté à cet atelier, et plusieurs choses m’ont quelque peu surpris, voire inquiété :
    – la part prise par J. Kalfon dans la discussion. On a l’impression que l’ERMS est son « bébé »
    – le fight ABES/ISSN International, qui devraient être des partenaires et pas des adversaires…
    – l’idée d’adopter un outil que l’on sait inadéquat, en espérant qu’il s’améliorera avec le temps. Gloups.
    – les hésitations : on se lance dans un projet qui a l’air super, tout en envisageant qu’il capote complètement. On estime que le signalement des ressources élec dans le sudoc est une très bonne chose, tout en admettant qu’il s’agit d’un bricolage et d’un pis-aller.

    Je précise que je n’y connais rien en ressources électroniques, et encore moins en ERMS (d’ailleurs je ne savais même pas ce que c’était qu’un ERMS en rentrant dans la salle…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *