Garder sa distribution GNU/Linux propre comme un sou neuf (deuxième partie)

Vous qui lisez ce blog régulièrement, vous vous rappellerez sans doute qu’il y a déjà quelques mois je m’étais intéressé à différentes méthodes visant à maintenir propre et net son système GNU/Linux… C’était dans ce billet et il n’y était guère question que de lignes de commandes.

Nous allons cette fois-ci et comme promis en conclusion du précédent article, nous orienter vers les applications graphiques. Comme toujours ce sont les distributions Debian/Ubuntu qui ont mes faveurs mais la plupart de ces outils sont présents ou installables sur bon nombre de systèmes Linux.

L’avantage de ces outils graphiques réside essentiellement dans leur ergonomie, qui leur permet de gérer simultanément une grande quantité de paramètres, mais comme toujours ils peuvent être utilisables eux-même en ligne de commande ou n’être simplement qu’une interface graphique à une ou plusieurs commandes préexistantes, comme l’est par exemple Gtkorphan pour deborphan

Suppression des fichiers de configuration dans Synaptic
Suppression des fichiers de configuration dans Synaptic

Tout nettoyage efficace commence par la purge des paquets obsolètes ou superflus et l’on dispose pour cela de synaptic et computer-janitor ; certes ce dernier n’est plus installé automatiquement sur les dernières versions d’Ubuntu, mais il n’en reste pas moins dans les dépots…

Le bouton État de Synaptic est particulièrement intéressant au sens ou il permet de connaitre immédiatement le statut des paquets et partant de faire des suppressions plutôt « intelligentes » notamment pour les paquets « pouvant être supprimés » (orphelins) ou encore les « résidus de configurations » . Il faut toujours garder à l’esprit que Synaptic est une GUI (Graphic User Interface) pour apt-get et que tout comme cette commande il ne gère pas la suppression automatique des dépendances ; de même pour obtenir l’équivalent de l’option purge il faudra sélectionner les paquets « pour une suppression complète » et il se chargera alors d’éliminer également les fichiers de configuration…

Nettoyage du système
Nettoyage du système 

D’une façon un peu plus automatique mais aussi plus opaque à l’utilisateur on peut également utiliser l’application identifiée par Nettoyage du système alias computer-janitor dans le menu administration…

Cette application traquera pour vous dans les confins du système tout à la fois les paquets inutiles, les fichiers de configurations orphelins et les anciens noyaux…

Petite limite selon moi à son intérêt et à son utilisation (ce qui explique certainement son retrait des applications installées automatiquement par le système), l’impossibilité pour l’utilisateur d’intervenir sur son mode de sélection ou son paramétrage, hormis la liste finale…

Nettoyage des librairies orphelines
Nettoyage des librairies orphelines

Un autre de ces outils fort utiles pour débarrasser son système des paquets superflus est Gtkorphan, GUI de la commande deborphan, permettant d’indiquer facilement via un menu le type de fichiers ou de bibliothèques orphelines que l’on souhaite effacer.

Ce n’est d’ailleurs pas la sa seule qualité, car l’éventail et la modularité des options est particulièrement riche. On peut spécifier en effet si l’on souhaite rechercher là encore les fichiers de configuration non effacés par une suppression de paquet ou choisir le type de librairies orphelines à enlever, de celles relatives à python, à perl, etc,  jusqu’à la totalité, soit l’équivalent d’un deborphan –guess-all en ligne de commande.

Par ailleurs, puisque l’on fait le ménage dans le système de paquetage logiciel, il est de bon ton de vider son cache ce qui peut faire gagner à terme quelques centaines de méga-octets d’espace disque. Synaptic peut le faire si on le lui spécifie dans ses options mais d’autres outils à vocation plus générale le font également : c’est ceux-ci que nous allons aborder à présent.

Nettoyage avec Bleachbit
Nettoyage avec Bleachbit

Bleachbit est ce que l’on pourrait qualifier de nettoyeur à tout faire, s’agissant des historiques, caches et répertoires temporaires divers. A noter que deux modes de fonctionnement sont possibles : un mode utilisateur plutôt orienté vidage de caches et un mode root plus ciblé sur le nettoyage système (cache des paquets, vidage de /tmp et des journaux système, traductions inutiles, etc) et toutes choses requérant les attributions de l’administrateur. Ce dernier mode est particulièrement efficace pour se défaire des fichiers d’internationalisation non supprimés par localepurge, avec une fois de plus à la clé une quantité notable d’espace disque récupéré.

Fslint
Recherche de fichiers temporaires avec Fslint

 

Dans un registre un peu plus technique vient Fslint, utilisable également en ligne de commande.

Cet outil au demeurant hautement paramétrable et donc extrêmement polyvalent va quant à lui permettre de rechercher d’abord dans son home directory mais à priori partout où on le lui spécifiera les fichiers dupliqués, les répertoires vides, les fichiers temporaires ou encore les liens symboliques erronés… Le site doc.ubuntu-fr.org qualifie Fslint de couteau suisse et je partage amplement cet avis.

Enfin, pour conclure ce rapide tour d’horizon (non exhaustif) des outils graphiques, je vais simplement présenter deux applications disponibles uniquement sur Ubuntu que sont Ubuntu Tweak et Ailurus, encore que ce dernier fonctionne également sous Fedora. Ces deux utilitaires sont de véritables postes de commandes du système à la vocation beaucoup plus large que le simple nettoyage du système, même si elles intègrent en effet cette fonctionnalité. Dans les deux cas ces applications ne se trouvent pas sur les dépôts officiels et il faudra donc télécharger les .deb correspondant à sa version de distribution ainsi qu’à son architecture. D’une façon plus cohérente dans la mesure où on peut les trouver via launchpad on installera leur dépôt ppa au moyen de la commande add-apt-repository ce qui permettra des mises à jours et des suppressions aisées.

Il serait trop long et un peu vain de détailler ici le fonctionnement de ces deux applications dont le but est de paramétrer son système avec finesse ; les essayer est un bien meilleur révélateur. En guise de conclusion, quelques copies d’écran qui je l’espère vous donneront envie de le faire…

Nettoyage avec Ubuntu Tweak
Nettoyage avec Ubuntu Tweak

Ubuntu Tweak fait la part belle à la gestion des paquets, y compris les ppa et facilite la gestion des sources. Dans ses versions pour des distributions récentes, les fonctions de nettoyage s’étendent également aux caches des navigateurs, entre autres…
Il ne faut cependant pas négliger le reste de ses fonctionnalités, qui permettent d’accéder facilement à nombre de paramètres peu accessibles du système.

Fonctionnalité "ordinateur médecin" dans Ailurus.
Fonctionnalité « ordinateur médecin » dans Ailurus.

Ailurus est peu ou prou équivalent à Ubuntu Tweak sur bien des points, mais se veut néanmoins plus didactique dans son approche au sens où toutes les modifications effectuées sur le système sont explicitement décrites avec la ligne de commande correspondante.

Note : pour aller plus loin avec Ubuntu Tweak et Ailurus, je vous invite à consulter les pages consacrées à ces applications sur le site doc.ubuntu-fr.org.
Et toujours dans la catégorie bonnes lectures, je vous invite à consulter une série d’articles rédigés par Raphaël Herzog, par ailleurs auteur des Cahiers de l’Admin Debian, sur son blog :

Enfin, et j’en terminerai la dessus, maintenir un système en bon ordre de marche résulte nécessairement d’une démarche volontaire et de l’utilisation conjointe d’un certain nombre d’outils, graphiques ou non, et pour certains partiellement automatiques, mais toujours sans perdre de vue que c’est vous qui êtes aux commandes…


Une réflexion sur « Garder sa distribution GNU/Linux propre comme un sou neuf (deuxième partie) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.